Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

S'affirmer Lacandon, devenir patrimoine

 | 
Julie Liard

Préface

David Dumoulin Kervran

Texte intégral

1Les Lacandons ont donné leur nom à la forêt qui s’étend entre le Péten guatémaltèque et les montagnes du Chiapas, bordée par le fleuve Usumacinta. Leur silhouette – tunique blanche, longue chevelure de jais – semblera familière à tous les lecteurs de cet ouvrage et paraît directement issue d’un livre d’archéologie, d’une revue d’anthropologie ou d’un guide touristique sur l’Amérique centrale. Mais, si cette silhouette semble résumer à elle seule une indianité superlative et reconnaissable par tous, comment expliquer qu’elle semble issue à la fois des littératures archéologiques et anthropologiques pourtant censées aborder des époques bien différentes ? Comment accepter que des genres d’écrits aussi différents que l’anthropologie américaniste et le guide de voyage puissent partager ce type d’archétype romantique ? Quelle relation existe-t-il entre ces textes plus ou moins savants et les discours que les Lacandons tiennent sur eux-mêmes ? Le livre de Julie Liard tente précisément de répondre à ces questions en analysant les connivences, les circulations et les co-évolutions existant entre l’ensemble de ces mondes. De fait, le cas particulièrement médiatisé des Lacandons doit être considéré comme paradigmatique du phénomène de revalorisation proliférante de l’autochtonie.

2Cette étude n’est cependant pas fondée sur une sémiologie des textes, mais avant tout sur une enquête de terrain. Celle-ci a permis à l’auteure de se pencher sur un aspect relativement récent de la vie des Lacandons que l’on peut considérer comme un véritable laboratoire : la gestion du site archéologique de Bonampak, mondialement célèbre pour ses fresques, qui leur a été transférée par l’État mexicain depuis dix ans. Dès lors, cet ouvrage se concentre essentiellement sur les phénomènes de patrimonialisation et de mise en tourisme qui unissent ces ruines de temples mayas et ce groupe indigène en pleine transformation. Nous sont ainsi exposées les différentes phases de l’échange qui s’instaure entre archéologues et Lacandons par le truchement de ces ruines : récits croisés d’une « découverte » ; élaboration du modèle de « l’exceptionnalisme lacandon », qui place le groupe indigène en dernier descendant des constructeurs renommés ; rénovation du site et mise en place d’un très novateur projet de gestion archéologique par les propriétaires, considérés comme héritiers directs de cette culture ; et, point central de l’analyse, formation par les archéologues de guides lacandons chargés de faire visiter « leurs » ruines. Si la relation au savoir légitime s’est alors paradoxalement inversée, l’analyse montre bien comment les Lacandons se ressaisissent avec agilité des discours scientifiques. Au cœur de la reformulation identitaire que traversent ces individus, ce discours savant leur permet de tirer le maximum de bénéfice de l’authenticité qui leur est systématiquement attribuée.

  • 1 Ces dynamiques sont encore peu étudiées en socio-anthropologie de l’Amérique latine, mais font just (...)

3Une continuité très féconde est ainsi dressée entre étude sur l’usage des sciences et anthropologie du tourisme. Car si ce sont les archéologues – ainsi que les environnementalistes – qui ont donné la valeur étalon, c’est bien à travers la mise en tourisme rapide de la zone que cette valeur a pu être proposée sur le marché mondialisé du tourisme. La thématique de cette patrimonialisation des cultures traditionnelles par le tourisme est centrale aujourd’hui en Amérique latine et devrait le devenir plus encore à l’avenir, tant la demande est exponentielle et tant les nouvelles destinations touristiques y fleurissent1. Le rôle direct des anthropologues, des archéologues ou des écologues, comme créateurs de valeur pour le marché touristique – lorsqu’ils ne sont pas eux-mêmes entrepreneurs –, devient alors une question politique et épistémologique absolument cruciale.

4Touriste ou anthropologue ? Certains chercheurs confirmés ont été confrontés à ce dilemme – mal posé par ailleurs – qui demeure un tabou de la profession malgré l’omniprésence des touristes sur les terrains des anthropologues. Il y a sûrement une certaine insolence à révéler son incapacité à assumer la distance qui devrait être un attribut de l’anthropologue sur le terrain, à avouer ses doutes tenaces sur sa propre identité alors même que l’on mène une enquête de sciences sociales loin de chez soi. Mais de quelle nature est précisément cette distance parcourue ? Avec justesse, l’auteure nous amène aussi à questionner l’altérité du groupe qu’elle a choisi d’étudier. Si le récit décrit bien la difficulté de trouver sa place sur le terrain, il faut saluer le travail a posteriori de reconstruction de cette expérience qui a rendu possible la généralisation proposée au travers des notions de « société ethnologisée » et d’« (auto)-patrimonialisation ». Cette étude d’observation engagée, réinterprétée par le biais d’une démarche réflexive, est en effet enrichie par une élaboration théorique originale, constituée progressivement dans un dialogue entre les données de terrain et des lectures toujours personnelles.

Carte 1. Routes, localités et sites archéologiques de la forêt lacandone

Carte 1. Routes, localités et sites archéologiques de la forêt lacandone

Source : d’après X. Leyva Solaro, G. A. Franco, 1996 : 34, mapa 3.

Notes

1 Ces dynamiques sont encore peu étudiées en socio-anthropologie de l’Amérique latine, mais font justement l’objet d’une génération émergente d’études. Voir par exemple le dossier « Tourisme patrimonial et sociétés locales » du n° 65 des Cahiers des Amériques Latines (2010/3), ainsi que le volume intitulé « Le tourisme en Amérique latine : enjeux et perspectives de développement » (Études Caribéennes, n° 13-14, décembre 2009).

Table des illustrations

Titre Carte 1. Routes, localités et sites archéologiques de la forêt lacandone
Légende Source : d’après X. Leyva Solaro, G. A. Franco, 1996 : 34, mapa 3.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/155/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 820k

Auteur

Maître de conférences en sociologie Juillet 2010

© Éditions de l’IHEAL, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540