Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pierre Monbeig, un géographe pionnier

 | 
Martine Droulers
, 
Hervé Théry

L’influence de Pierre Monbeig

Les Annales de Géographie

Pierre George

Texte intégral

1Traiter des relations de Pierre Monbeig avec la principale revue géographique française, c'est évoquer une longue association entre une vie de chercheur et la chronique d'une publication scientifique qui débute en 1929 avec la publication du résumé de son "diplôme d'études supérieures" sur une petite fraction des pays d'Ile de France, dont il a contribué à faire connaître le nom historique avant qu'il soit retenu pour désigner un département ; "Le pays d'Yvelines au sud-ouest de Paris".

2C'était le point de départ du périple scientifique de sa vie qui allait se déployer désormais à travers les pays de culture ibérique. C'est d'abord l'Espagne qui l'attire et le séduit. Le drame de la guerre civile l'en écarte et le projette au delà de l'Atlantique, sur la trace des caravelles, au Brésil. Il y reste plus de vingt ans et y réalise, sur le terrain et à l'Université de São Paulo, à la création de laquelle il a contribué, l'essentiel de sa carrière scientifique.

3Chaque étape de sa démarche intellectuelle est ponctuée par quelques articles de fond ou des notes "pointues" dans les Annales de Géographie. Ce sont d'abord des études d'actualité sur l'Espagne, des années 1930 à la veille de la guerre civile, de l'évolution des huertas entre Alicante et Murcie (1930) et des aspects de l'économie agricole espagnole (1934) à l'évolution urbaine de Madrid (avec Paul Guimard 1932). Puis c'est la chronique brésilienne de 1936 à 1960, sous forme de notes, d'articles sur les sujets les plus neufs, des "fronts pionners" de l'Etat de São Paulo, objet de sa thèse (1949) aux franges indiennes de l'Amazonie (1948, 1951, 1959). Les Annales de Géographie publient un peu plus tard un article de synthèse sur les caractères originaux du sous-développement en Amérique latine (1968).

4Mais, à son retour en France, il est accaparé par les tâches administratives, tant au CNRS qu'à l'Institut des hautes études de l'Amérique latine, dont il assure successivement la création et le fonctionnement. Durant ces années chargées, il acquiert une nouvelle expérience, celle de la gestion de la recherche. Les Annales de Géographie en ont bénéficié comme elles avaient profité de son travail sur le terrain. Il a participé pendant vingt ans, jusqu'à ses derniers jours, à la préparation de la revue, en qualité de membre du conseil de direction. Présent à toutes les séances de travail, lecteur critique de manuscrits, ouvert à toute création et à l'ouverture de tout domaine géographique de recherche, il n'a jamais cesser d'animer les débats de remarques brèves et pertinentes.

5La revue a perdu en lui, non seulement un auteur et un directeur de recherche dans un domaine essentiel, et sur les aspects majeurs de la géographie humaine, mais en même temps un représentant de la tradition géographique française, élève direct et héritier scientifique des fondateurs des Annales de Géographie, autour de Paul Vidal de La Blache, ses maîtres, Lucien Gallois, Emmanuel de Martonne et Albert Demangeon.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter