Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pierre Monbeig, un géographe pionnier

 | 
Martine Droulers
, 
Hervé Théry

L’influence de Pierre Monbeig

Le Centre de Géographie Tropicale

Guy Lasserre

Texte intégral

1Le professeur Pierre Monbeig a exercé les fonctions de Directeur Scientifique des Sciences Humaines, au CNRS, du 11 décembre 1963 au 11 janvier 1970. C'est pendant la période où il assumait ces hautes fonctions, et à sa suggestion, que le projet de créer un grand laboratoire de recherche géographiques spécialisé sur les tropiques pluvieux a été étudié et présenté aux instances compétentes du CNRS. Le rôle de Pierre Monbeig a donc été décisif et a permis au CEGET d'exister. Le Directoire émit un avis favorable le 11 janvier 1968 après avoir pris connaissance du dossier défendu par M. Monbeig. Le 30 janvier 1968, le conseil d'Administration donnait à son tour, un avis favorable au projet. C'est le 22 février 1968 que la décision de créer le CEGET fut signée par le Directeur Général du CNRS. Le même jour, et toujours à la suggestion du professeur Monbeig, nous étions nommé directeur du CEGET, avec effet administratif au 1er octobre 1967, et pour une durée de cinq ans.

2De 1968 à 1970, en tant que directeur scientifique des sciences humaines du CNRS, Pierre Monbeig siégea au comité de direction du CEGET. Il veilla personnellement à ce que ce Laboratoire Propre (LP) s'engageât dans la voie qui lui paraissait devoir être la plus utile à la recherche géographique tropicale française, et à la communauté internationnale des tropicalistes appelés à collaborer avec le CEGET ; Son temps de directeur scientifique achevé, Pierre Monbeig fut nommé directeur de recherche au CNRS et, à ce titre, sur nomination du directeur général, il siégea au comité de direction du CEGET jusqu'en 1980, année où il fit valoir ses droits à la retraite.

3Ainsi, pendant 12 ans (1968 - 1980), Pierre Monbeig, après avoir créer le CEGET, fut l'un de ceux qui, avec le doyen Louis Papy et le professeur Pierre Gourou contribuèrent à faire du CEGET un important centre de documentation et d'animation pour la recherche en géographie tropicale.

4La lecture des comptes rendus des réunions annuelles du comité de direction du CEGET permet de retrouver les interventions de Pierre Monbeig, toutes destinées à faire du CEGET le laboratoire de référence pour la recherche tropicaliste française et géographie. Il prônait une large politique d'ouverture vers les autres centres français ou étrangers travaillant sur les tropiques humides. Le CEGET devait être un outil de travail pour tous, notamment pour les enseignants-chercheurs isolés et pour les étudiants de troisième cycle, à condition qu'ils soient effectivement recommandés et dirigés par leur patron de thèse. A plusieurs reprises, Pierre Monbeig a dit que le CEGET devait coordonner les recherches françaises en géographie tropicale et mener une politique concertée avec la section de géographie de l'ORSTOM, autre grand pôle de recherche tropicales.

5Le CEGET ne devait pas être "un laboratoire croupion réservé à quelques chercheurs privilégiés du CNRS affectés à ce laboratoire". Il ne pouvait justifier son existence que s'il était un Centre national et international rendant des services à l'ensemble de la communauté scientifique intéressée par les régions intertropicales chaudes et humides, et s'il travaillait en relations étroites avec les Universités. Ce centre d'animation pour la recherche en géographie tropicale, Pierre Monbeig a souhaité qu'il devint un lieu de rencontres entre universitaires-chercheurs et chercheurs. L'immensité de la zone à étudier, la multiplicité des thèmes possibles de recherche dans tous les secteurs de la géographie, ont poussé Pierre Monbeig à nous demander de sélectionner des thèmes de recherche sur lesquels tous ceux qui travaillaient au CEGET - ou pour le CEGET - devraient focaliser leurs investigations. N'obtenaient des crédits de mission et des allocations de recherche que ceux qui se pliaient à cette obligation, règlement qu'il appliquait aussi à l'Institut des Hautes Etudes d'Amérique Latine, dont il avait la responsabilité directe.

6Pierre Monbeig nous incita à organiser de nombreux séminaires, tables rondes et colloques, le bâtiment du CEGET et l'environnement universitaire de Talence se prêtant bien à l'accueil de personnalités françaises et étrangères. Il n'est pas inutile de rappeler que, payant d'exemple et voulant ouvrir le feu, Pierre Monbeig a dirigé le premier Séminaire international qui s'est tenu dans la salle de traduction simultanée du CEGET, du 20 au 22 novembre 1968, sur le thème de la régionalisation de l'espace au Brésil, sujet sur lequel il était orfèvre.

7Si le CEGET est devenu ce qu'il est aujourd'hui, un important centre national et international voué à la recherche géographique dans les pays tropicaux, il le doit à l'action décisive exercée par Pierre Monbeig aux origines mêmes du CEGET et comme conseiller du directeur à qui il avait confié les responsabilités de bâtir, de gérer et d'animer cette maison.

8Ai-je besoin de dire que rien ne se fit dans le domaine des publications des "Travaux et Documents de Géographie Tropicale" sans que Pierre Monbeig n'ait donné son accord. C'est lui qui nous incita à lancer une collection d'atlas thématiques dont le CEGET, en relation avec d'autres centres de recherche, fut le réalisateur.

9Dès les origines du CEGET, Pierre Monbeig avait défini le champ de recherche de ce laboratoire, les voies et moyens qu'il pouvait utiliser pour devenir une pièce essentielle de la recherche géographique universitaire française dans les pays tropicaux.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter