Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pierre Monbeig, un géographe pionnier

 | 
Martine Droulers
, 
Hervé Théry

L'œuvre de Pierre Monbeig

Le développement de la géographie brésilienne

La situation des études géographiques au Brésil

Martine Droulers
Traduction de Martine Droulers

Texte intégral

  • 1 "Estudos geográficos", Boletim Geográfico, ano I, n°11, fevereiro de 1944, pp 7-11.
    "A geografia no (...)

1Pierre Monbeig, au cours de son séjour prolongé (1935-1946) dans l'Université de São Paulo participa à ce moment particulier de la mise en place de la géographie nouvelle au Brésil, c'est-à-dire non seulement de l'élaboration de cours universitaires mais aussi de la définition et l'animation des domaines de recherche. Reprenant la chaire de géographie créée par Pierre Deffontaines, il y enseigna d'abord, comme ce dernier, la géographie physique et la géographie humaine sous tous leurs aspects. Puis, à partir de 1939, il divisa la chaire en deux et confia à son assistant brésilien, João Dias da Silveira, la géographie physique, conservant pour lui-même la géographie humaine. Il amplifia l'assise de l'AGB (Association des Géographes Brésiliens) mise en place par Deffontaines dont il assuma la présidence de 1936 à 1946 et dont il demeura ensuite membre honoraire. Durant toute cette période, il publia de nombreux travaux de nature pédagogique en portugais dans le Boletim Geográfico, publié par le Conseil National de Géographie de Rio de Janeiro1.

2Il existait alors au Brésil deux pôles de développement de la géographie. L'un à Rio de Janeiro, qui en tant que capitale fédérale bénéficiait de la présence d'institutions officielles comme le Conseil National de Géographie lié au Ministère des Relations extérieures et l'IBGE, chargé de la cartographie et de la statistique. L'Université du District Fédéral jouait également un rôle important de formation autour du professeurs Carlos Delgado de Carvalho, et des professeurs français en mission de longue durée tels Pierre Deffontaines (1935-38), Philippe Arbos (1939-41) et Francis Ruellan (1941-52). La tradition des missions françaises au Brésil se poursuivit avec des missions de plus courte durée comme celles de Michel Rochefort qui donna une grande impulsion aux études de géographie urbaine et de Jean Tricart à celles de géomorphologie.

  • 2 Sitios e sitiantes no Estado de São Paulo. Thèse de doctorat, Université de São Paulo, 1946. Publi (...)

3L'autre pôle à São Paulo vit se succéder Pierre Deffontaines (1934-35), Pierre Monbeig (1935-46), Roger Dion (1946-48), Pierre Gourou (1948-50) et Louis Papy (1950-52). A cette date, une chaire de géographie du Brésil était créée et attribuée au professeur Aroldo de Azevedo, celle de géographie physique restait au professeur João Dias da Silveira et celle de géographie humaine au professeur Ary França qui, avec ses assistants Nice Lecoq-Muller2 puis Pascale Petrone, poursuivit des recherches dans la filiation de Pierre Monbeig. Tandis que des professeurs français comme Charles Libault et André Journaux continuèrent à venir en tant que professeurs invités.

  • 3 Evénements relatés dans France-Brésil, vingt ans de coopération, coord. Luiz Claudio Cardoso et Gu (...)

4Les contacts entre les équipes de Rio de Janeiro et São Paulo, les deux principaux centres de la géographie brésilienne de l'époque, se ressérèrent à partir de 1943 lorsque les statuts de l'Association des Géographes brésiliens furent adoptés3 et à l'occasion de réunions organisées par l'AGB auxquelles se joignaient également les représentants des différentes facultés de Recife, Salvador de Bahia, Belo Horizonte et Porto Alegre. Malgré cela et en dépit de l'influence française commune à la fondation des deux écoles, chacune dans son contexte continua d'affirmer sa spécificité, même après la "brésilianisation" des sciences sociales au Brésil dans les années 1960.

  • 4 Bertha Κ. Becker, Geopolítica da Amazonia, a nova fronteira de recursos. Zahar, Rio de Janeiro, 19 (...)

5Pierre Monbeig s'est fait un ardent défenseur de la recherche de terrain et de l'observation directe. Il adapta les méthodes de l'école française de géographie au contexte complètement différent des campagnes brésiliennes, dans une société caractérisée surtout par la mobilité sociale et spatiale. Cette caractéristique, qu'il reconnut comme fondamentale et dont il fit le thème central de sa thèse, fut à l'origine d'une longue lignée de travaux de sciences humaines et demeure une référence incontournable de la géographie brésilienne. La publication de Pionniers et Planteurs de São Paulo en langue portugaise en 1984, marque la consécration de cette oeuvre et en permet une plus large diffusion en dehors du cercle de l'élite universitaire qui y avait seule accès jusqu'alors. Ce thème des fronts pionniers est aujourd'hui encore étudié par les géographes brésiliens les plus renommés comme Orlando Valverde et Bertha Κ. Becker4.

  • 5 « Papel e valor do ensino da geografia e de sua pesquisa », Boletim Carioca de Geografia, VII, 195 (...)

6Il plaida inlassablement pour la reconnaissance de la géographie dans les champs universitaire et scientifique, mettant l'accent sur le rôle nécessaire des études géographiques dans les questions d'organisation de l'espace. Il montra combien la géographie était utile à la bonne administration d'un Etat moderne et se fit, dès les années 40, le défenseur des recherches pluridisciplinaires. Il citait les exemples belge, anglais et soviétique, où les géographes participaient à l'élaboration de la planification nationale, pour engager les Brésiliens dans cette voie, étant donné l'urgence des problèmes « dans un pays où il y a tant de domaines à organiser, tant de possibilités à explorer et où le dynamisme se disperse en trop de directions contradictoires » (1954)5.

7Dans l'article qui suit, Pierre Monbeig dresse un état des lieux très complet de la science géographique brésilienne au début des années quarante, avec ses points forts, mais aussi ses lacunes. Il souligne en particulier le manque de géographes qualifiés. Ce bilan est exhaustif et va môme au-delà du répertoire classique des ouvrages de géographie physique et humaine incluant des oeuvres littéraires et anthropologiques. Monbeig a toujours eu le souci de présenter les oeuvres de ceux qui ne sont pas des géographes patentés mais dont l'apport est utile à la connaissance géographique.

8Il indique aussi les tendances à développer pour favoriser la constitution d'une véritable géographie brésilienne établie en tant que science moderne qui puisse "localiser, décrire et comparer" efficacement. Il insiste spécialement sur les progrès à accomplir en cartographie, en statistiques, tâches auxquelles l'IBGE (Institut Brésilien de Géographie et statistiques) va se consacrer. Pierre Monbeig participa à des travaux de cette institution préparant des notes pour un guide pédagogique intitulé "Excursion géographique, guide de l'enseignant" (Delgado de Carvalho, 1945, 84 p.). Il y introduisit, à l'exemple de son maître Albert Demangeon, un modèle d'enquête dans une fazenda et un questionnaire pour l'étude d'une ville. Tout ceci démontre sa préoccupation constante et concrète pour la formation des jeunes géographes brésiliens.

9Ce document, inédit en langue française, constitue à bien des égards, une référence importante pour suivre l'évolution du processus de formation de la géographie brésilienne.

La situation des études géographiques au Brésil

10De nos jours, il est banal de parler de la modernité des sciences géographiques, non seulement parce que les publications géographiques sont de plus en plus nombreuses mais aussi parce que les principes, méthodes et finalités de la géographie d’aujourd’hui ne ressemblent en rien à ce qu’ils étaient il y a cent ans. Naturellement ce développement rapide ne doit pas nous faire oublier les grands prédécesseurs et ignorer Hérodote ou Ptolémée. C’est le rôle de l’histoire des sciences d’accompagner l’évolution qui a libéré la géographie de l’astronomie, de la cartographie et des carnets de voyage et qui l’a acheminé vers une individualité féconde. Mais cela dit, il y a autant de ressemblances entre la géographie moderne et celle d’Eratosthène ou de Strabon, qu’entre l’histoire d’aujourd’hui et celle de Bossuet ou de Xenophon, ou encore entre la Physique d’Einstein ou de Broglie et celle de Thales de Millet.

11C’est une évidence de dire que la géographie a obtenu le droit de cité parmi les autres disciplines scientifiques à travers le monde depuis un demi siècle. Quelle est la situation des sciences géographiques au Brésil ? C’est ce que nous allons brièvement examiner dans cet article pour une revue dont le nom même Rumo (tendance) me semble prédestiné à recevoir cet essai. Quelle est la tendance qu’a prise la géographie au Brésil et quelle serait la meilleure tendance à suivre à partir d’aujourd’hui ? Si l’on compare la situation actuelle avec celle des autres pays, on est forcé de reconnaitre que la géographie ne connaît pas ici un développement aussi brillant qu’en d’autres lieux. Cela apparait clairement lorque l’on cherche à organiser une bibliographie sélective de la géographie brésilienne. Je me suis essayé à ce travail pour le Handbook of Brazilian Studies et je me limiterai à reproduire ici quelques-unes des réflexions suggérées par l’analyse de cette bibliographie géographique, en y ajoutant quelques informations complémentaires.

12Dans notre secteur, il n’existe pas de bonne bibliographie avant 1940. Dans la section de notre essai bibliographique intitulé prétentieusement Sources, périodiques, bibliographie, documents statistiques on trouve très peu de choses. En premier lieu, on peut citer la Bibliographie de géologie, minéralogie et paléonthologie de Alfeu Dinis Gonçalves, plus géologique que géographique. Il est donc préférable de recourir à la Bibliographie géographique internationale et, à partir de 1936, au Handbook of Latin American Studies. Une amélioration sensible, mais encore très récente, est due à l’initiative de la Revista Brasileira de Géografia qui, depuis 1942, possède une section bibliographique.

13En outre, la RBG présentent un autre avantage : elle informe sur tout ce qui existe de nouveau sur le territoire brésilien. En effet, pour celui qui réside dans le sud du Brésil, il est extrêmement difficile d’obtenir de la documentation sur un Etat du Nord, difficulté quasiment identique à celle que rencontrerait un géographe portugais pour recueillir des informations sur un pays de la Baltique. L’échange culturel entre les Etats est plus théorique que réel. Ce ne sont pas les données qui manquent dans les publications d’ordre géographique. Celles qui proviennent des services officiels de l’Etat fédéral ou des Etats fédérés sont abondantes et riches, mais demeurent peu exploitées car mal distribuées ; adressées à d’autres services administratifs, elles sont rangées dans de prétendues bibliothèques et ne sortent jamais de l’orbite régionale. C’est la raison pour laquelle la lecture de livres comme ceux de Gilberto Freire permet à un Pauliste de savoir que le Ministère de l’Agriculture de l’Etat de Pernambouc publie des données et des commentaires sur la densité de population, les types de propriété et la production agricole. On ne peut que regretter l’absence d’un organisme coordinateur qui s’explique sans doute par l’immensité du pays. Ainsi, la géographie elle même est-elle responsable des lacunes de la bibliographie géographique !

14Cet état de choses entraine de graves conséquences pour notre travail. Peut être est-il plus facile à un Carioca qu’à un Pauliste de réunir des informations relatives aux autres Etats. On doit pourtant reconnaitre que de nombreuses publications récentes de caractère local, même celles de Rio de Janeiro, sont ignorées. Les auteurs ou éditeurs n’imaginent pas à quel point les professeurs de géographie de la USP auraient le plus vif intérêt les connaître...

15La confection d’une bibliographie géographique rencontre au Brésil une sérieuse difficulté dans la mesure où les conséquences du polymorphisme de la géographie sont accentuées ici plus qu’ailleurs. Les travaux incontestablement géographiques sont rares, qu’il s’agisse de l’œuvre de géographes connus ou de chercheurs à l’esprit géographique. En tout état de cause, la situation précaire de la géographie au Brésil constitue un fait notable qui doit être signalé avant toute chose. En effet, les circonstances et les conditions dans lesquelles s’est développée la science géographique dans cet immense pays, grand et varié comme un continent, explique parfaitement son état actuel et les tendances originales qui s’y sont manifestées ces dernières années.

16Il n’y pas si longtemps, le Brésil était encore un pays à explorer. Même si son territoire est aujourd’hui presque entièrement connu, certaines parties du bassin hydrographique amazonien résistent pourtant aux progrès de la connaissance. Les distances, les conditions de voyages, les obtacles du climat et de la végétation sont autant de facteurs qui contribuent à rendre difficile la connaissance du territoire brésilien. Ils ne disparaitront pas miraculeusement. On ne peut oublier que la densité moyenne de la population est de 4,8 habitants au kilomètre carré et que de vastes régions ont des densités voisines de zéro, tandis que l’Etat le plus prospère n’atteint pas 30 habitants au kilomètre carré. Ces raisons constituent un ensemble de circonstances atténuantes qui expliquent que le Brésil n’ait pas été à ce jour encore géographiquement bien étudié. La phase de découverte ne fait que commencer.

17De là l’importance prépondérante que l’on doit accorder aux récits de voyage. Nous ne citerons que ceux qui nous paraissent avoir un esprit géographique ou qui contiennent des informations particulièrement précieuses. Des travaux tels que ceux de Saint Hilaire, Spix, Martius, Castelnau, d’Orbigny, Burton, Agassiz, Luccock, Pohl sont ainsi de véritables classiques de la géographie brésilienne ; d’autres plus anciens, comme l’ouvrage d’Antonil, sont d’une lecture indispensable, pour ne rien dire de précurseurs tels que Jean de Léry et Claude d’Abbeville. Tous constituent des témoignages historiques précieux pour la compréhension de la formation de ce pays jeune. Plus près de nous, les livres laissés par les étrangers, diplomates, agronomes, journalistes ou simplement bourgeois ayant fait un séjour au Brésil, contiennent des informations sur l’évolution économique et sociale du pays durant le règne de Pedro II et les premières années de la République. Ces travaux, de valeur très inégale, n’intéressent pas tous le géographe. C’est pourquoi il conviendrait de faire une sélection des mieux documentés et des moins littéraires (dans le mauvais sens du terme).

18Après ces grands voyageurs de la première moitié du siècle, se détachent ceux que Ton peut considérer comme les pionniers des sciences naturelles en contact étroit avec la géographie : géologues et naturalistes, étrangers puis Brésiliens, qui dans la deuxième moitié du xixe siècle et la première décennie du xxe, permirent de connaitre les éléments essentiels du sol et de la couverture végétale. Il est vrai que des voyageurs tels St-Hilaire et Martius avaient ouvert le chemin. Echswege, déjà en 1817 avait rédigé ses Idées générales sur la construction géologique du Brésil et sa Pluto Brasiliensis en 1833, tandis que Pissiz présentait à l’Académie des Sciences de Paris un Mémoire sur la position géologique des terrains de la partie australe du Brésil en 1842. Mais ces différents travaux sont encore fragmentaires, alors que les publications de la fin du siècle sont plus nombreuses, d’esprit plus scientifique, avec des conclusions moins hypothétiques. En 1870, Hartt publiait une Geology and physical geography of Brasil, et en 1871, Wappaus le Handbuch der Géographie und Geschichte de Kaisereiche Brasilien. L’année suivante, Liais publiait Climats, géologie, faune et géographie botanique du Brésil. Gorceix enquêtait minutieusement le Minas Gérais et fondait l’Ecole des Mines de Ouro Preto, qui est devenue et continue à être le centre d’excellence des géologues brésiliens. Plus tard se détachèrent Derby, Branner et d’autres encore qui voyagèrent dans toutes les régions naturelles du Brésil, dressant des cartes, ébauchant la chronologie du sol national et commençant l’étude des formes de relief. Le point culminant de cette période est marqué par un essai sur toute la géologie, accompagné d’une carte de valeur et d’une importante bibliographie, que Branner publia dans le Bulletin of geological society of America en 1919.

19Parallèlement se développait dans un sens moins systématique ou mieux, plus géographique, la zoologie et la paléontologie avec Von Ihering, et la botanique avec Warming, Lofgren, Lindeman, Luetzelburg qui travaillaient respectivement dans les zones méridionales, centrales et nordestines. Les provinces botaniques de St-Hilaire sont déterminées et les zones des différentes associations végétales délimitées dans leurs lignes générales. Les savants brésiliens accompagnent les travaux de leurs collègues européens et américains. Le premier atlas moderne est l’œuvre du baron Homen de Melo. La grande quantité de documents que le baron de Rio Branco présente à propos des contestations de frontières apportent des données très utiles sur les régions les moins connues. C’est là que se situe la période de gloire de la Commission géographique et géologique de São Paulo, où étaient réunis Derby, Lofgren, Hussak et le grand Teodoro Sampaio, véritable géographe. Sous son implusion tous les grands fleuves de l’intérieur pauliste sont étudiés, ainsi que le Paraná et ses affluents, le fleuve Ribeira et le littoral ; la commission publia des cartes topographiques au 100 000e, constituant ce qui existe de meilleur en terme cartographique au Brésil, et un peu plus tard une carte géologique. Arrojado Lisboa travaillait à São Paulo, ainsi qu’au Mato Grosso, mais plus encore au Nordeste, tandis que Teodoro Sampaio faisait un excellent travail dans le rio São Francisco. Les chercheurs tournaient autour de la géographie physique, faisant, certaines fois, œuvre véritablement géographique. Mais ils restaient avant tout des naturalistes. Leur formation scientifique et leurs préoccupations étaient celles de géologues et botanistes ; le point de vue géographique demeurait secondaire dans toute cette phase d’investigation scientifique. Ce fait n’a rien de surprenant, car la géographie commençait à peine à s’élaborer en Europe et en Amérique du Nord. C’était l’age d’or des sciences naturelles, qui leur assurait pour un bon moment la prééminence. Les jeunes travailleurs qui eurent des contacts avec Derby, Branner et Sampaio continuèrent leur œuvre et, à leur tour, formèrent une nouvelle génération de géologues qui sont aujourd’hui renommés. Alberto Betim Pais Leme, Paulo Eusebio de Oliveira, Gonzagua de Campos ne se contentèrent pas d’être des savants de laboratoire : ils furent aussi des hommes d’action préoccupés de mettre au service du développement économique de leur pays les résultats de leurs recherches. Betim Pais Leme, par ses publications dans des revues françaises a contribué à ce que le Brésil et la science brésilienne soient connus hors des frontières. Nous citons enfin les noms essentiels de Morais Rêgo, trop tôt disparu, Luciano Jaques de Morais, Djalma Guimarães, Glicon de Paiva, Fróis de Abreu, Otávio Barbosa, Anibal Alves Bastos, Othon Henry Leonardos et Alberto Lamego Filho, aux conceptions si originales. L’école contemporaine des géologues brésiliens mériterait d’être mieux connue à l’étranger. Ses activités peuvent être évaluées par deux groupes de publications : celles du Service de lutte contre le sécheresse et celles du Service Géologique et Minéralogique Fédéral. Si le climat du Nordeste constitue un véritable fléau, il a au moins une conséquence heureuse : la nécessité de l’étudier pour éviter les conséquences des sécheresses catastrophiques, y construire des routes et des barrages et évaluer les potentialités agricoles. Peu de régions furent l’objet d’autant d’investigations de caractère aussi géographiques : analyses climatiques de Arrojado Lisboa et Morize, recherches botaniques de Von Luetzelburg, études géologiques de Luciano Jaques de Morais, auxquelles ont d’ailleurs coopéré des Américains tels que Grandall, Small et autres. La grande province du Minas a nécessairement retenu l’attention des géologues : or, fer, diamant, manganèse furent les principaux champs d’étude de la jeune génération.

20Dans le domaine de la phytogéographie, Hoehne a obtenu de bons résultats dans les savanes du Mato Grosso et dans les régions des araucarias. Fitogeografia do Brasil de A.J. Sampaio sort définitivement de la systématique et, malgré une présentation désordonnée, est une œuvre de premier plan. Cependant et pour ne rien enlever à la valeur indiscutable des hommes que nous venons de citer, il s’agit avant tout de naturalistes. Ce fut donc la géographie physique qui progressa le plus depuis un siècle.

21Qu’en fut-il de la géographie humaine ? Sans doute a-t-telle bénéficié des voyages des ethnographes, mais les recherches sur les populations indigènes et, plus récemment sur les populations noires, font référence à quelques petites parties du peuple brésilien ; les données géographiques sont considérées ici sous un angle spécial et ces publications augmentent la matière première des études géographiques sans pour autant en constituer. Est-il possible que nous connaissions mieux le genre de vie des Bororos ou des Nambiquaras que celui des caboclos de la vallée de São Francisco ou des colons du sud ? Il nous semble raisonnable de laisser de côté tout ce qui touche à l’ethnographie, en soulignant toutefois l’importance de la fameuse mission Rondon (commission des frontières), dont les publications apportent des nombreuses informations géographiques. Mais il est indispensable de consulter la littérature ethnographique qui ne traite pas seulement des indiens mais aussi du relief de la faune et de la flore.

22Les sciences humaines ont un solide point d’appui, depuis le siècle dernier, dans les Instituts Historiques et Géographiques qui fleurissent dans presque tous les Etats, et spécialement celui de Rio de Janeiro. Les membres de ces sociétés erudites étaient des esprits cultivés, et qui ne s’intéressaient pas exclusivement aux choses du passé. Leurs revues contiennent d’innombrables informations, récits de voyages, documents d’archives. L’existence de cet ensemble est due surtout à l’état d’esprit éclairé qui se maintient dans les classes libérales. On ne peut négliger les nomenclatures qui y fleurissent sous le nom de « géographie » ou encore de « chorographie » lorsqu’elles se réduisent à des listes de noms de fleuves, montagnes, caps et baies. On y trouve aussi des grands dictionnaires géographiques avec des accumulations de noms et plus encore de numéros. Cette période de la géographie est aujourd’hui dépassée.

23Malheureusement, ces sociétés historico-géographiques conservent encore au milieu du xxe siècle, les traits d’une mentalité qui était justifiée à la fin du xixe siècle. Ayant été à la pointe des études historico-géographiques, les Instituts sont actuellement des cercles calmes et solennels où l’on travaille avec minutie et application au milieu de meubles poussiéreux. Les travaux des historiens déjà d’une aide inestimable pour les géographes, pourraient l’être encore davantage. Ainsi l’histoire des bandeiras, si généreusement traitée par les historiens brésiliens, est surchargée de détails sans toutefois contenir les notes bibliographiques nécessaires à une études scientifique. De la même façon, História do café de A. Taunay en 12 volumes, énorme et érudite, ne contient ni cartes ni de références bibliographiques précises, elle est pourtant indispensable à n’importe quel géographe qui étudierait les genres de vie, la marche du peuplement, l’économie, les techniques de la production du café, mais ce monument aurait plus de valeur si il avait été conçu et rédigé dans l’esprit de l’histoire économique et sociale d’un Hauser, d’un Pasquet ou d’un Clapham. Et ce travail n’est pas irréalisable, la preuve en est avec l’excellent ouvrage de Caio Prado Junior Formação histórica do Brasil Colônia qui fait admirablement la liaison entre histoire et géographie notamment dans les pages qui abordent les questions de peuplement et d’exploration du pays. C’est une oeuvre que les géographes brésiliens devront consulter plus d’une fois, ainsi que son excellente bibliographie.

24Il est temps d’arriver à notre sujet, les œuvres véritablement géographiques. Nous commencerons par citer les ouvrages généraux dans lequels le Brésil constitue à peine un élément de l’ensemble traité. La place d’honneur revient à Elisée Reclus. Le volume qu’il consacra aux Etats Unis du Brésil est un des meilleurs de son œuvre et s’il date de la fin du xixe siècle, il n’a pas vieilli, et même si les méthodes de la géographie ont changé et le Brésil beaucoup évolué, sa lecture reste toujours recommandé aux étudiants. Les volumes de Schmieder et Pierre Denis traitent de toute l’Amérique latine, mais les chapitres brésiliens constituent sans aucun doute un élément primordial pour les étudiants et les professeurs. Pierre Denis aurait pu développer encore davantage la partie de géographie humaine de son tome XV de la Géographie Universelle de Vidal de la Blache et Gallois. Nous mentionnerons aussi un de ses travaux plus ancien, plus modeste mais parfaitement clair et pas du tout démodé : Le Brésil au xxème siècle. Ce petit livre est d’une certaine manière rajeuni par l’œuvre vive et presque drôle de Roy Nash The conquest of Brazil dont la traduction portugaise date de 1939. Beaucoup plus lourd est le travail de Maull qui a voyagé de Itatiaia au Paraguay en étudiant les formes topographiques, les formations végétales, les genres de vie et les types économiques. Ce géographe allemand ne visita malheureusement pas les Etats du Nord et il manque le pendant à son ouvrage. Parmi les étrangers, il faut encore citer Pierre Deffontaines et Preston E. James dont les nombreux articles abordent toutes les questions brésiliennes avec une maitrise qui en fait recommander leur lecture. La petite Géographie Humaine du Brésil de Deffontaines, publiée par le Conseil National de Géographie est le livre idéal pour les étudiants. Quant aux chapitres de Latin America de James, ils sont ce qu’il y a de meilleur dans la géographie économique et humaine du Brésil.

25Depuis les années 30, la géographie brésilienne réalise d’appréciables progrès. L’instigateur de ce mouvement fut le professeur C. M. Delgado de Carvalho qui a tout d’abord soutenu une thèse en français sur le Brésil méridional, puis vulgarisé les conceptions modernes de la géographie, par exemple dans sa brochure destinée à l’enseignement de la géographie du District Fédéral Corografia do Distrito Federal, mais plus encore ses publications sur le climat du Brésil et ses livres scolaires de Géographie nationale et générale. Il reste actuellement à la tête du mouvement géographique dans son pays.

26En géologie on peut citer les études de Morais Rêgo Geomorfologia de Estado de São Paulo et Vale do Rio São Francisco, qui témoignent des qualités de géographe de notre regretté collègue. Frois de Abreu a publié des livres et des articles tant géographiques que géologiques dans le Revista Brasileira de Geografia, et Alberto Lamego Filho a fait son entrée dans la monographie régionale avec une solide étude sur sa terre natale, le cours inférieur du Paraiba, qui sera publiée prochainement.

27Face à la géologie et à la climatologie.... la géographie humaine continue à être la moins favorisé. Elle est en concurrence avec la sociologie, très séductrice, et avec l’anthropologie culturelle, dont le nom même est une garantie scientifique. Elle souffre de plus du manque de cartes, de statistiques, du manque de classification des archives, de la déficience des bibliothèques. Nous nous réjouissons cependant dela parution d’œuvres comme celles de Oliveira Viana et plus encore de celles de Gilberto Freyre. Des livres comme Casa grande e senzala, Sobrados e mocambos, Nordeste sont extrêmement appréciables pour nous. Ce ne sont pourtant pas des travaux de géographie humaine, même si Gilberto Freyre lui-même donne une définition de l’écologie (« étude qui s’occupe des plantes, animaux et hommes en relation avec le milieu et l’environnement ») qui rend son œuvre assez proche de la géographie de Vidal de la Blache et de celle de Bowman.

  • 6 A l'intérieur de l'IBGE le travail le plus important pour les géographes est celui qui est dû à l' (...)
  • 7 Les congrès brésiliens de géographie sont dus à l'initiative de la Société de Géographie de Rio de (...)

28Il faut tout de même remarquer qu’il existe un réveil vigoureux et sympathique de la géographie au Brésil, non seulement à travers les publications mais aussi dans une série d’institutions qui commencent à avoir des résultats heureux. D’abord par la création de l’enseignement de la géographie à São Paulo dès 1934, avec la présence dynamique de Pierre Deffontaines qui obtint ensuite son transfert à Rio de Janeiro. Les conditions de travail dans ces jeunes facultés ne sont pas des meilleures, le matériel est quasiment inexistent, les administrateurs comprennent mal la position hybride de la géographie entre les lettres et les sciences. Puis fut créé l’Institut Brésilien de Géographie et Statistique dirigé par l’ambassadeur J. C. de Macedo Soares, qui entreprend des recherches purement scientifiques et fait son possible pour collaborer avec les étudiants et les professeurs. Son effort pour réorganiser la cartographie brésilienne et son excellente revue sont les éléments palpables de son activité6. Une autre preuve est l’organisation de congrès de géographie, institution ancienne et en déclin qui renaquit brillamment en 1940 à Florianopolis7 Modestement une Association de Géographes Brésiliens fonctionne à São Paulo, avec une filiale à Curitiba, organisant des réunions régulières et une publication irrégulière, le revue Geografia. Dans chaque Etat, la qualité des services géographiques et quelquefois même géologiques, ainsi que les départements de statistiques progresse régulièrement. La cartographie et la géologie paulistes, par exemple, entrent dans une phase qui rappelle la brillante époque de la Commission Géographique et Géologique du siècle dernier. Les publications du département de statistiques de Santa Catarina sont un modèle que l’on aimerait voir se généraliser. Tant dans la capitale Fédérale que dans les Etats, tout porte à croire que dans un futur proche, la bibliographie brésilienne se sera enrichie devenant véritablement géographique.

29Si l'on veut tenter un bilan, il n’est point paradoxal de signaler au lecteur ce qu’il ne trouvera pas dans une bibliographie géographique brésilienne, au lieu de lui dire ce qu’il pourrait y trouver. Il sera inutile d’insister sur la déficience en cartographie. Il suffit de dire qu’elle est responsable de l’absence de certaines études et de la faiblesse méthodologique de presque toutes les autres. Il n’existe qu’un nombre limité d’analyses géomorphologiques et pratiquement aucune sur le Nord, le Nordeste, le Centre et l’extrême Sud. Elles sont plus nombreuses sur le Brésil tropical atlantique, mais une seule représente une véritable tentative de cartographier les surfaces d’érosion, celle de De Martonne en 1940. D’autres auteurs parmi lesquels Morais Rêgo et Preston James ont essayé d’esquisser les grandes phases de l’évolution du relief, Maull aussi a publié des résumés qui ont contribué à enrichir la question. Néanmoins l’analyse des formes de relief, les arguments géographiques qui servent à fixer la chronologie des terrains et les relations entre l’évolution du relief et le réseau hydrographique manquent encore....

30L’influence du climat tropical sur les formes si curieuses des « pains de sucre » et sur l’épaisseur de la couche détritique a fait l’objet d’un grand nombre de publications. Agassiz fut le premier à diagnostiquer le phénomène de la glaciation tout en exagérant son importance, suivi par De Martonne et Lamego qui ont mis en exergue d’autres facteurs. Mais l’intérêt principal du Brésil tropical atlantique semble résider dans les roches cristallines, peut-être à cause des séductions de la baie de Guanabara. Les grès de l’intérieur, les plateaux soumis au climat semi-aride du Nordeste ne mériteraient-ils pas aussi quelques considérations ? De même, les vossorocas, si fréquentes, ne furent étudiées qu’incidemment.

31La topographie littorale possède déjà une bibliographie grâce aux observations judicieuses de Hartt, de Backeuser, aux études des cordons sableux littoraux de Lamego, sans oublier les notes de Derby, Branner et même de Darwin. Ce sont de simples observations fragmentaires qu’on aimerait voir préciser et se multiplier, comme l’analyse des vallées intérieures de certains cours d’eau. Il n’y a pas d’études sur les terrasses fluviales au Brésil. Sont-elles si rares ou pratiquemment inexistentes ? Cela semble douteux car elles sont évidentes dans la vallée do Ribeira (São Paulo), dans la Baixada fluminense ou dans la vallée de Itajai (Santa Catarina).

32Pour satisfaire les exigences de la navigation aérienne, les observations climatologiques se généralisent ces quinze dernières années, et il est probable qu’elles vont se développer avec la guerre actuelle. On parviendra ainsi à cartographier avec plus de sureté les principales subdivisions du climat brésilien. Les grandes divisions sont plus ou moins fixées et définies (voir l’étude de Serebrenick et l’article de Junqueira Schmidt dans le n°3 de la Revista Brasileira de Geografia (1942). Mais il reste encore beaucoup à faire pour identifier les variations locales. La même observation peut être faite à propos des études de sols et de phyto-géographie.

33Nous pouvons signaler la déficience du travail concernant l’action de l’homme sur la couverture végétale. Saint Hilaire a laissé une note admirable sur les systèmes de culture des habitants du Minas Gerais que le professeur Chevallier a eu l’heureuse initiative de republier en 1928. Mais le sujet est loin d’être épuisé ; la collaboration d’historiens (comme Bernardino Sousa), de botanistes (comme Sampaio) et de géographes dotés de bonnes notions de sciences naturelles serait profitable. A ce propos, il est curieux de noter que les études d’échanges de plantes entre le Vieux Monde et le Brésil ont été laissées aux soins des Européens. Quand on pense à tout ce qui se fait sur les sols, climats et techniques agraires en Afrique Centrale, Congo et Madagascar, quand on pense au magnifique atlas du Katanga, on se rend mieux compte de l’intérêt des recherches qu’il conviendrait de développer au Brésil.

34Un autre domaine reste encore inexploré : l’hydrographie. C’est naturellement le réseau hydrographique amazonien qui a été le plus étudié : que l’on se réfère au livre de Lecointe, ou à l’article de Pardé. Le fleuve São Francisco, dont la vallée est presque toujours considérée comme une terre promise, a reçu la visite de nombreux chercheurs, tentant d’évaluer ses ressources en énergie hydraulique. Parmi les meilleurs ouvrages de géographie générale, on ne peut manquer de noter l’absence d’exemples brésiliens : typologie hydrographique tropicale, problèmes d’écoulement, d’évaporation etc.. Si ion prend par exemple le cas du fleuve Tietê, si important historiquement et économiquement pour le développement pauliste, on constate que les données sont réduites au strict minimum. En ce qui concerne les autres fleuves de l’Etat, il faut reprendre les beaux récits de voyages écrits il y a quarante ans.

35La situation de la géographie humaine n’est pas meilleure. Un des premiers livres de géographie humaine au Brésil est la fameuse œuvre littéraire des Sertões, car dès le début la géographie a été influencée par la littérature : les véritables études sur les genres de vie ne se trouvent-elles pas dans les romans amazoniens, nordestins et bahianais ?

36Les thèmes classiques de la géographie humaine n’ont pas encore été véritablement abordés, à peine effleurés par quelques géographes. On pense tout d’abord à l’habitat rural : formes de peuplement, degré de dispertion et concentration, relations entre les traditions historiques ou les nécessités de production, types de maisons, avec des cartes montrant les principales formes de construction, matériau, plans intérieurs, la disposition des bâtiments d’exploitation rurale et d’habitation. Sur tous ces points, notre bibliographie demeure lamentablement muette (si on exclut les essais sociologiques, ethnographiques, folkloriques et artistiques).

37Dans un territoire aussi vaste que le Brésil, les genres de vie sont multiples. Et si les grands types classiques sont connus dans leurs lignes générales, il reste encore à étudier les nuances, à dresser des cartes détaillées et à expliquer les anomalies.

38Cette lacune est à mettre en relation avec l’absence d’études de géographie économique. Notre bibliographie comporte un grand nombre d’articles ayant trait à l’élevage, aux plantations de café, coton, sucre, maté, minerai de fer, or..., mais leurs auteurs avaient à l’esprit des préocupations économiques, étudiaient des problèmes de production et de commercialisation. Il manque des monographies solides sur les produits dans leur région, sur les réseaux de routes et de chemin de fer.

39Dans ces articles économiques, le produit est isolé de son producteur ; il est rarement étudié dans son cadre naturel et dans son environnement humain. Le Brésil, comme tous les pays jeunes, souffre d’une économie dévastatrice. C’est une des régions du globe où le gaspillage des ressources humaines est énorme et angoissant. Un jour, la déception sera grande si on se laisse bercer par l’illusion de possibilités illimitées. L’histoire du café dévastant la zone fluminense, la vallée du Paraiba, et une partie du sol pauliste ne pourrait se répéter sans dangers sérieux. Dans ces conditions, il serait de bonne politique de procéder à des recherches géographiques minutieuses sur l’occupation du sol et le genre de vie des habitants afin d’organiser une série de regional planning.

40Aussi étrange que cela puisse paraître, on attend encore une étude géographique du café. La bibliographie sur le sujet est immense, mais qui écrira la géographie du café brésilien réunissant les données agronomiques, les considérations sociologiques et les questions économiques ? Et on pourrait dire la même chose pour les autres grands produits, le coton, le sucre etc..

41Un simple exemple nous permettra de mieux envisager le problème. Longtemps, le latifundio pauliste a été considéré comme un monstre. Son existence était même connu hors des frontières. Il a connu des transformations profondes, et on peut dire sans aucun doute qu’il a évolué vers la petite propriété. Des esprits sérieux et avisés comme Caio Prado Junior et Sergio Milliet, entre autres, ont parfaitement démontré comment la propriété pauliste avait tendance à se fragmenter. Mais où commence et où fini le latifundio, la petite et la moyenne propriété ? A partir de quand une exploitation agricole cesse-t-elle d’être une fazenda pour devenir un sitio ? Les chiffres, cent fois analysés et amplement diffusés se rapportent à la surface totale de l’Etat, ignorant les différenciations régionales : le littoral, la zone de la Serra do Mar, les terres usées de Ribeirão Preto, les terres neuves du Nord-Ouest, les cultures du café, coton, sucre, les pâturages interminables et les plantations d’oranges. Une politique basée sur des conclusions établies dans ces conditions court de sérieux risques. Il serait nécessaire d’effectuer des enquêtes locales, d’obtenir les contributions des sociologues, des agronomes, et de faire la synthèse avec le travail des géographes.

42Les auteurs ont trop souvent tendance à tomber dans des considérations générales. On ne trouve pas assez d’analyses précises, de délimitation de paysages, de travaux régionaux et de recherches locales, excepté quelques bulletins du service géologique, et quelques essais modernes (Deffontaines, Morais Rêgo, Frois de Abreu). Pourtant les projets de division régionale du Brésil constituent un des thèmes favoris des éoconomistes et même des géographes. Le dernier en date est celui de l’IBGE ; il a été exposé dans un excellent article bien documenté, et son auteur est un jeune professeur de géographie, Fabio de Macedo Soares Guimarães. On s’est aperçu que les services publics peuvent avoir besoin de division régionale qui ne soit pas celle des Etats. On compte sur les doigts les monographies régionales ; on ne sait pas quelles sont les véritables régions, et leurs véritables limites. Il faut encourager la production de monographies régionales, comme dans les grandes revues géographiques, du style de celles fournies par l’école géographique française. La séparation exagérée des chaires de géographie physique générale, de géographie humaine générale et de géographie du Brésil a l’inconvénient de ne pas orienter les étudiants vers les études régionales, base de la géographie. Quand les étagères de nos bibliothèques seront pleines de solides monographies régionales, œuvres de géographes de terrain, il sera alors possible de cartographier sérieusement les grandes unités régionales à des fins administratives. C’est la plus grave lacune et la tâche la plus impérieuse des géographes brésiliens.

43Plus d’un lecteur nous accusera de pessimisme. Il ne s’agit pas de cela. Mieux que ceux qui ne font que passer, nous connaissons ces difficultés. Les unités régionales sont tellement grandes, l’occupation du sol encore trop vague pour que l’on puisse différencier les paysages et guider des recherches. Cela fait seulement dix ans que la géographie est enseignée, et c’est seulement maintenant qu’elle commence à dépasser le stade de la description.

44Dans ces conditions, il faut souligner les bonnes volontés qui surgissent de toutes parts, et qui reflètent une bonne orientation de la recherche. En conclusion, pour ceux qui s’intéressent aux études géographiques brésiliennes, soit par amour du pays, soit par intérêt scientifique, la situtation se présente sous d’heureux auspices. La tâche la plus importante est peut-être de continuer l’action de divulgation des hommes comme Delgado de Carvalho, et appuyer les efforts de services tels que le Conseil Géographique National.

45Le progrès de la science de Ratzel et Vidal de la Βlache sera fonction d’une coordination intelligente de recherches et enseignements de disciplines variées, sciences naturelles et sciences humaines. Ceci est également lié à la formation de professeurs, chercheurs (la distinction n’est pas qu’apparente), habitués aux méthodes de travail géographique, et imprégnés de la même culture et du même esprit que les géographes américains et européens. Une adaptation aux circontances nationales sera alors nécessaire.

46Le regretté Albert Demangeon a résumé en trois phrases ce qu’il appelait les « bénéfices » de la géographie : la géographie localise, la géographie décrit, la géographie compare. Ces trois phrases sont aussi les trois phases de la méthode géographique. A l’aide d’une cartographie, déjà en bonne voie, et des outils statistiques et historiques qu’il faut encore améliorer et mettre à dispositon des utilisateurs, la première phase, celle de la localisation, pourra être améliorée. Grâce à la formation soigneuse du personnel, la deuxième phase est déjà commencée. C’est seulement ensuite que ion pourra ouvrir la troisième phase, celle des conclusions. Tout laisse à penser que dans un futur proche, cette phase, celle du développement de l’ère de la Géographie au Brésil, sera atteinte.

47Rumo, 1943, pp 23-41

48Traduction et adaptation Martine Droulers

Notes

1 "Estudos geográficos", Boletim Geográfico, ano I, n°11, fevereiro de 1944, pp 7-11.
"A geografia no ensino secundário", Boletim Geográfico, ano III, n°28, julho de 1945, pp 163-171.
"Pesquisas geográficas", Boletim Geográfico, ano III, n°31, outubro 1945, pp 915-919.
"A geografia no curso secundário", Educação, n° 47, 1955, pp 2-5.

2 Sitios e sitiantes no Estado de São Paulo. Thèse de doctorat, Université de São Paulo, 1946. Publiée à São Paulo, 1951, 215 p.

3 Evénements relatés dans France-Brésil, vingt ans de coopération, coord. Luiz Claudio Cardoso et Guy Martinière, « Travaux et mémoires » de l'IHEAL, n°44, 1989. Cf. les textes de Orlando Valverde et João Ribeiro de Araujo Filho.

4 Bertha Κ. Becker, Geopolítica da Amazonia, a nova fronteira de recursos. Zahar, Rio de Janeiro, 1982, 234 p. Et « La frontière amazonienne ». Cahiers des Sciences Sociales, ORSTOM ; vol.22, n°3-4, 1986.

5 « Papel e valor do ensino da geografia e de sua pesquisa », Boletim Carioca de Geografia, VII, 1954, n° 1-2, pp 52-73, repris dans une publication de l'IBGE, 1956, 27 p.

6 A l'intérieur de l'IBGE le travail le plus important pour les géographes est celui qui est dû à l'activité infatiguable de Cristovão Leite de Castro, secrétaire du Conseil National de Géographie.

7 Les congrès brésiliens de géographie sont dus à l'initiative de la Société de Géographie de Rio de Janeiro qui déploie une activité utile et intelligente.

Auteur

Martine Droulers (Traducteur)

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter