Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pierre Monbeig, un géographe pionnier

 | 
Martine Droulers
, 
Hervé Théry

Pierre Monbeig et son temps

Un homme de terrain dans les Andes

Jean Dresch

Texte intégral

1Pierre Monbeig a été pour moi un de ces camarades d'études avec lequel les relations de jeunes étudiants se transforment très vite en amitiés inébranlables : des décennies de séparations lointaines n'en diminuent pas la chaleur. Nous nous sommes connus sur les bancs de l'Institut de Géographie, à Paris, et pendant les excursions dirigées par les patrons du moment, de Martonne et Demangeon, dans la région parisienne. Celles de de Martonne étaient d'assez longues marches à pieds, d'une journée, entre deux gares. Elles concernaient la géographie physique, morphologie essentiellement. Celles de Demangeon concernaient la géographie dite alors humaine, terme adopté internationalement, souvent converti par Demangeon en "genres de vie".

2Puis, nous avons été longtemps éloignés l'un de l'autre, après 1929-1930, par les obligations professionnelles d'enseignant-chercheur et par la guerre ou ses conséquences. Pierre Monbeig, professeur de lycée à Caen, après deux ans de séjour à la Casa Velasquez, fut nommé en 1934 à l'Université de São-Paulo, (au Brésil), pour y enseigner la géographie à des étudiants qui n'étaient pas beaucoup jeunes que lui. Mes expériences de professeur dans l'enseignement secondaire ont été plus longues au Maroc. Quoi qu'il en soit, nous avons depuis lors souvent évoqué nos débuts de carrière et constaté que nous conservions un bon souvenir de ces jeunes années consacrées à des élèves d'autant plus éveillés qu'ils étaient plus jeunes : on essayait de faire comprendre les relations entre le milieu naturel et les aspects de l'activité humaine, sans avoir trop recours à la mémoire ni tirer les fameux tiroirs, ni accumuler les démonstrations déterministes, comme, supposions-nous, la plupart de nos collègues.

3Nous avons fait notre expérience de chercheurs, je crois, dans la même conception de la géographie. Nous avons éprouvé les difficultés fréquentes pendant l'aurore des vies actives. Difficultés matérielles : familles qui se chargeaient d'enfants, frais menaçant de dépasser les ressources familiales, éloignement de France, des "patrons" et de la documentation ; difficultés aussi dans l'organisation du travail de recherche. Mis en 1934 à la disposition du Ministère des Affaires Etrangères afin d'enseigner la géographie à l'Université de São-Paulo, Pierre Monbeig eut la lourde tâche de créer cet enseignement. Il dut, en conséquence, assurer, en français, un enseignement de géographie non seulement générale, mais aussi régionale sur le Brésil, qu'il ne connaissait pas encore. Mais il parvint très vite à s'attirer la sympathie des jeunes étudiants géographes locaux, il obtint la création de deux postes d'assistant qui collaborèrent à l'organisation des excursions. Il put, avec leur aide, créer l'Association des Géographes Brésiliens, faire vivre un bulletin qui existe toujours. Il contribua ainsi aux progrès de l'Université, et, par suite, au développement de la ville et de l'Etat de São-Paulo qui était, à l'époque, le plus dynamique du Brésil.

4Il n'était pas du reste le seul français dans ce cas. Il faisait partie d'un groupe d'Universitaires français particulièrement brillant. Point de géographes en dehors de Pierre Deffontaines qui quitta São-Paulo quand Pierre Monbeig y arriva, mais des historiens comme Fernand Braudel qui étendit ses relations avec Henri Hauser, Lucien Febvre, Marc Bloch et ses conceptions sur l'histoire et la géographie de l'école des Annales. Ses contacts avec des économistes, comme François Perroux et d'autres, comme Claude Levi-Strauss ne furent pas moins précieux. Pierre Monbeig découvrit ainsi combien il est utile pour un chercheur, surtout pour un géographe, en l'occurence débutant, d'écouter des représentants d'autres disciplines, de s'informer des thèmes que l'on découvre communs, de supprimer des frontières, d'étudier ensemble des cas exemplaires. Le hasard de sa nomination lui en fournit un d'un intérêt exceptionnel, celui du développement de São-Paulo, en particulier les conditions de la marche pionnière après laquelle il courait, vers le Nord-Ouest : entre le début et le milieu du siècle, le résultat en fut le peuplement de l'Etat, les progrès de l'élevage et de l'agriculture, en particulier du café, l'équipement, l'urbanisation. La frange pionnière atteignait ses limites à l'arrivée de Pierre Monbeig : quel beau sujet de recherche pour un géographe ! Quel beau thème pour un enseignant désireux de susciter l'intérêt de ses étudiants et de leur faire comprendre à la fois la complexité d'une approche géographique et ses liens avec l'histoire, l'économie, les sciences sociales etc. Il ne fallait négliger ni les variations climatiques ni celles des cours en bourse. Pierre Monbeig ne ressentait aucun besoin de prendre part aux disputes qui s'amorçaient en ce milieu de siècle sur la définition et l'épistémologie de la géographie.

5Pierre Monbeig savait ainsi gagner la confiance, l'amitié de ses collègues, jeunes ou âgés, et de ses étudiants. Il savait s'attacher aussi bien aux paysans auprès desquels il faisait des enquêtes, qu'il cherchait à comprendre et à décrire le fazendeiro comme le colono dont il évoque les personnages dans sa thèse. Il fallait donc aller vers eux, multiplier les excursions, organisées comme celles de de Martonne. Mais elles étaient inévitablement plus longues, à l'échelle du Brésil, quand elles avaient pour but de montrer combien les problèmes de développement différaient au Mato Grosso et au Rio Grande do Sul. Ni les Universités ni les Universitaires n'avaient encore d'automobiles. On prenait les chemins de fer construits comme avançait la frange pionnière : on s'arrêtait dans les villages-marchés. Des chevaux permettaient d'atteindre les fazendas. L'accueil du propriétaire rendait aussi utile qu'agréable le séjour et l'enquête.

6J'ai eu la chance de faire avec Pierre Monbeig, en 1956, une traversée du Brésil central à la Bolivie et au Pérou, dont nous avons conservé l'un et l'autre un inoubliable souvenir. Pendant un mois et demi, nous avons repris ensemble la tradition de l'excursion recherche. Les conditions étaient alors meilleures que lors de nos travaux de débutants : une traversée en avion du Brésil central nous mena à Corumba. De là on alla à Santa Cruz rejoindre la panaméricaine toute neuve. On trouvait désormais des automobiles en location et des hôtels dans les villages et nous avons pu multiplier les arrêts, emprunter routes et chemins annexes, compléter les observations par des marches, hélas, toujours brèves.

7Pierre Monbeig, il est vrai, s'intéressait peu aux problèmes de géographie physique, surtout de géomorphologie. Mais il reconnaissait leur importance dans l'étude des étagements naturels et humains, si remarquables dans ce secteur de l'Amérique du Sud. Aussi aimait-il bien, disait-il, que les phénomènes géomorphologiques et autres phénomènes naturels lui soient expliqués et il savait admirablement orienter une discussion pointue par quelques bonnes plaisanteries.

8Mais Pierre Monbeig savait en outre animer ce qu'il voyait. Il parlait l'espagnol presqu'aussi bien que le portugais, il savait poser aux paysans comme aux citadins les questions si diverses qui permettent de pénétrer l'identité des paysages : conditions sociales et juridiques de l'occupation du sol, techniques agro-pastorales de l'Altiplano et des bassins, cultures irriguées des Valles, migrations des Indiens et immigrations étrangères, marché et crises. Pierre Monbeig parvenait en outre à faire partager aux pionniers et planteurs, aux fazendeiros ou colonos rencontrés, la sympathie qu'il avait pour eux. C'est à eux qu'il pensait surtout, à exprimer leur identité, quand il choisit le titre de sa thèse Le rôle du "physicien" que je suis n'était, au cours de cette traversée, que plus agréable, d'autant plus que je m'étais aventuré, en Afrique Tropicale, à tenter de comprendre non seulement les surfaces d'aplanissement, mais aussi les "terroirs" où le système colonial, les cultures d'exportation, l'économie de traite, avait été à l'origine de problèmes certes bien différents, mais comparables. Au cours de l'excursion, Pierre Monbeig me faisait profiter de ses enquêtes sans pour autant m'empêcher en rien de chercher à comprendre les relations contradictoires entre structures des Andes et aplanissements étagés, les dynamiques de l'érosion sur 4 000 m de dénivelée, le creusement des vallées, les formes de remblaiement des plaines et des terrasses. J'utilisais, selon mon habitude héritée de de Martonne, non seulement la photographie mais aussi le dessin pour souligner le détail et ne rien oublier. Pierre Monbeig suivait souvent le crayon, du moins les commentaires. Nous ressentions pleinement ainsi une admiration commune pour les paysages andins, de Cochabamba à Oruro et au lac Titicaca, le plus beau bleu du Monde.

9Nous n'étions pas conquis seulement par la beauté et l'intérêt des paysages. Dans ces grands espaces, la vie des Indiens était profondément modifiée par la colonisation économique et sociale, l'introduction de populations, de formes nouvelles de techniques de production et d'échange. Les crises montraient que cette révolution n'était pas sans conséquences graves. Elles pouvaient être comiques quand on voyait les Indiennes déportées de l'Altiplano dans la plaine de Santa Cruz conserver leur triple épaisseur de robes de pays froids. Elles l'étaient moins quand on voyait les couples ivres d'alcool de canne, s'effondrer le samedi soir sur la route du village. Pierre Monbeig était, comme je le suis, sensible à ces spectacles de pauvreté, si différents mais aussi fréquents d'un continent à l'autre. Sa sympathie profonde se manifestait discrètement, car il n'avait pas l'esprit d'un militant, mais elle était sans cesse exprimée par l'orientation, le choix des questions.

10L'excursion se prolongea au Pérou, jusqu'à Cuzco et au Machu Pichu, puis à Nazca et à Lima où nous nous sommes séparés. Mais je pus profiter de l'expérience acquise pour pousser jusqu'au Nord du Pérou et à la région de Chimbote et de Chiclayo. Dans ces vallées des Andes occidentales et le piémont maritime, sous d'autres climats, les formes de colonisation sont bien différentes de celles que nous avions étudiées au Brésil et en Bolivie ; je pus me rendre compte combien la compagnie de Pierre Monbeig était profitable, sa curiosité étendue et ses méthodes adaptées aux conditions locales de la documentation. Les résultats obtenus conduisaient sans doute difficilement à une formulation mathématique. Ils exprimaient du moins, au-delà des informations de toutes origines, ce souci de rassembler sans doctrine préalable tout ce qui fait comprendre et rapproche les hommes, particulièrement en pays sous-développé.

11En 1956, Pierre Monbeig, sans avoir coupé ses attaches sud-américaines, était bien inséré dans l'Université française. Il m'avait succédé à Strasbourg, mais avait mis un terme provisoire à cet enseignement universitaire en comparant les méthodes et le milieu étudiant avec ceux du Conservatoire National des Arts et Métiers, où il occupa une chaire de Géographie des Transports. Il redoutait en effet les lourdeurs hiérarchiques des traditions universitaires... pas assez, il est vrai, pour y renoncer longtemps : il accéda à l'enseignement "sorbonnard", consacré à la géographie coloniale puis à la géographie humaine. Il manifesta, dans son enseignement parisien, le même souci de maintenir ou d'établir des contacts pluridisciplinaires. Ce besoin fut manifeste aussi quand il accepta la Direction de l'Institut des Hautes Etudes d'Amérique Latine, puis un détachement au CNRS : comme directeur adjoint, puis directeur scientifique et directeur de recherche.

12En somme, telle était bien la place qui lui convenait. Elle l'éloigna de l'Université. Il y trouva d'autres difficultés, plus administratives. Du moins, recevait-il chacun avec bonne humeur. Il cherchait les solutions et parvenait à en trouver tout en évitant rivalités et groupes de pression. Il eut souvent l'occasion d'effectuer, dans le même esprit, des missions dans des espaces lointains, toujours de préférence tropicaux, où il réveillait sa vieille pratique de chercheur de terrain. Il n'y passait pas assez de temps pour publier beaucoup. Il avait en outre, dans la présentation écrite de ses travaux, un souci de rigueur qui le rendait bref. Du moins pensait-il toujours que la recherche de terrain éveille les curiosités, oriente vers des thèmes nouveaux, établit une communication avec la terre et ses spectacles naturels et humains. Il manifestait ainsi une joie de vivre, à la fois discrète et réjouie, qu'il faisait partager à sa famille et à ses nombreux amis.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter