Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Nova Lisboa à Brasília

 | 
Laurent Vidal

VII. Ville et histoire, les liaisons dangereuses

Texte intégral

« J’organise le mouvement, je coordonne le carnaval, j’inaugure le monument sur le planalto central du pays, vive la bossa ! »
Caetano Veloso, « Tropicália ».

  • 1 Détienne (Marcel), dir., Tracés de fondation, Louvain-Paris, Peeters, 1990, p. 2. Nous renvoyons i (...)

1Toute fondation de ville est une occasion de réécriture de l’histoire, celle du groupe fondateur comme celle de la nation. La ville nouvelle est inscrite dans l’histoire tout autant qu’elle se veut le point de départ d’une histoire nouvelle. Les récits de fondation des villes grecques et romaines de l’antiquité indiquent clairement ce double rapport de la ville nouvelle à l’histoire : « comment le cosmogonique cohabite-t-il avec la fondation ? Et l’origine, comment se dit-elle en regard de commencer, de devenir, d’instituer ? » s’interroge Marcel Détienne1. La fondation de Brasília, son inauguration, mais aussi ses différents récits officiels, savamment mis en scène et en forme par Juscelino Kubitschek lui-même, nous invitent à une réflexion sur la ville et l’histoire, sur leurs « liaisons dangereuses ».

  • 2 Je ne prétends pas affirmer que Kubitschek a d’emblée pensé la fondation de Brasília en termes rit (...)
  • 3 Voir par exemple : Kern (lara dos Santos) (éd.), De Akenaton a )K, das pirâmidas a Brasília, Brasí (...)

2Dans l’esprit du président de la République cette opération de refondation de l’histoire brésilienne à partir de la construction de Brasília a une double finalité pratique. Elle vise tout d’abord à légitimer la construction de Brasília dans l’histoire du Brésil et dans le programme du nationalisme développementaliste. Elle doit permettre ensuite d’obtenir l’appui de la population brésilienne, appui symbolique ou physique, en orientant les mouvements migratoires internes vers la nouvelle capitale. Petit à petit, par touches successives, Juscelino Kubitschek enveloppe la construction de la nouvelle capitale dans un cocon mythologique qui la rend imperméable à toute attaque et qui en fait le point de convergence de tous les espoirs brésiliens et de toutes les aspirations nationales. Mais ce mythe de Brasília dépasse la simple justification conjoncturelle. Il sert également à fonder le nouveau Brésil. Nous avons expliqué le refus de Juscelino Kubitschek de conférer a priori, à la région en général et au site en particulier, un quelconque trait du caractère national brésilien - ce qui avait été l’usage jusqu’au milieu des années 1950. Le président de la République préfère en effet justifier le choix définitif du site sur les seuls critères scientifiques et techniques, démontrant ainsi la rationalité du transfert de la capitale, preuve de la naissance d’un Brésil industriel et moderne. Brasília doit être le symbole, l’acte de naissance du Brésil moderne. Toutefois Kubitschek ne peut se contenter de cette seule rationalité technique de la mesure. La ville, et plus particulièrement la ville nouvelle, constitue un instrument privilégié pour la création de mythes fondateurs. Celui de Brasília doit permettre justement de fonder la nouvelle identité nationale et la nouvelle culture brésiliennes. Pour construire ce mythe de Brasília, Kubitschek utilise toutes les potentialités de la construction d’une ville nouvelle. Tel un fondateur de ville antique, il s’applique à ritualiser la fondation afin de conférer à la ville et au site une dimension mythico-religieuse. Il décontextualise la construction de Brasília. Chaque argument scientifique ou technique, chaque étape nouvelle dans la construction de la nouvelle capitale sont réinterprétés en termes mythiques. Il se présente, quant à lui, comme le héros fondateur présidant à chacune des fêtes rituelles rythmant la fondation2. Des rumeurs, qu’il ne cherche pas du tout à faire taire d’ailleurs, prétendent même qu’il serait la réincarnation d’Akhénaton (le fondateur de Tell el Amarna) ou de Néron - revenu sur terre pour réparer sa faute, l’incendie de Rome3.

3Toutefois, si les rites de fondation suffisaient, dans le cas des villes antiques, pour légitimer la ville auprès des dieux, ils n’assuraient pas de la postérité de la ville : seuls les récits de fondation sont à même de démontrer combien la ville s’inscrit dans l’histoire du groupe fondateur et en quoi sa fondation constitue le point de départ d’une histoire nouvelle. La distinction entre la fondation rituelle et le récit de la fondation est essentielle ici. Mais alors que les récits de fondation sont de façon générale postérieurs à la fondation de la ville, Juscelino Kubitschek souhaite que celui de Brasília soit contemporain de la construction. Il s’agit de montrer combien l’histoire du projet de transfert de la capitale brésilienne, ainsi que l’histoire de sa fondation sont intimement liés à l’histoire brésilienne. En s’appuyant sur l’enchaînement logique des propositions de transfert de la capitale, il reconstruit une histoire nationale continue, positive, tout entière tournée vers le progrès des hommes et de la société. La fondation de Brasília, aboutissement logique des projets de transfert et de l’histoire brésilienne, mais également fruit de la froide raison scientifique, se situe ainsi entre récupération du passé et négation du passé : elle constitue de la sorte un rituel de passage du Brésil encore colonial vers le Brésil moderne.

FONDER

  • 4 Rykwert (Joseph), The Idea of a Town..., op. cit., p. 194. Cette vision de procédures de fondation (...)

4L’analogie que nous établissons entre les fondations de villes dans l’antiquité grecque et romaine et la fondation de Brasília, n’est ni gratuite, ni un pur effet de rhétorique. Ce parallèle semble au contraire recherché et voulu par Juscelino Kubitschek lui-même, qui saisit chaque opportunité qu’offre l’avancement de la construction de la capitale pour procéder à un rituel mythico-religieux. Selon Joseph Rykwert, les procédures de fondation des villes de l’Antiquité consistaient dans les éléments suivants : « (1) la mise en scène, à la fondation de chaque établissement, d’une scène dramatique de la création du monde ; (2) l’incarnation de ce drame dans le plan de l’établissement aussi bien que dans son institution sociale et politique ; (3) l’atteinte de ce second but par l’alignement de ses axes avec ceux de l’Univers ; et finalement (4) la répétition de la cosmogonie de la fondation dans les fêtes régulières et récurrentes et son incarnation commémorative dans les monuments de l’établissement4. » Brasília n’est plus alors simplement la nouvelle capitale du Brésil, mais devient l’autel sur lequel est célébrée la Nation brésilienne. Deux moments doivent être distingués : d’une part la fondation et d’autre part l’inauguration. Ils correspondent à des rites distincts mais complémentaires pour légitimer le site et la ville, et fonder la nation, toute entière engagée dans la création de la nouvelle capitale. La fondation de Brasília est organisée et pensée comme une dramaturgie, où la tension de chaque instant, de chaque acte fondateur - la recherche des signes, l’appel aux dieux, l’appel aux ancêtres et le tracé des axes - ne trouvera sa résolution que lors de l’inauguration.

*

  • 5 Fustel de Coulanges (Numa Denis), La cité antique..., op. cit., p. 153.
  • 6 Rykwert (Joseph), The Idea of a Town..., op. cit, p. 31.

5L’historien Fustel de Coulanges, dans son ouvrage sur la cité antique, rappelle que « le premier soin du fondateur est de choisir l’emplacement de la ville nouvelle. Mais ce choix, chose grave et dont on croit que la destinée du peuple dépend, est toujours laissé à la décision des dieux5. » Dans le cas de Brasília, le choix définitif du site a été fonction de facteurs géopolitiques, économiques et hygiéniques. Une telle pratique n’était pas rare non plus dans l’antiquité, seulement ces critères « (...) ont toujours été vus par les anciens en termes mythiques et rituels6 » rappelle Joseph Rykwert. Juscelino Kubitschek, en refusant de conférer a priori une quelconque symbolique identitaire au site choisi se réserve le soin - attribut du fondateur - de vérifier et de légitimer en termes mythiques la justesse de ce choix. En Grèce, le fondateur consulte l’oracle de Delphes ; à Rome, il demande aux dieux de lui révéler leur volonté par le vol des oiseaux.

  • 7 « A profecia de São João Bosco », in Revista Brasília, vol. 1., n° 12, déc. 1957, p. 16. Cette pro (...)

6Dès le début des travaux de construction, Kubitschek s’attache à démontrer que le site de Brasília a été révélé par des messages d’essence divine. La revue Brasília, revue officielle de la Novacap, publie dans son numéro daté de décembre 1957 un article non signé - c’est-à-dire endossé par la rédaction de la revue - intitulé « la prophétie de São João Bosco ». Ce texte fait mention du rêve prophétique du prêtre italien Dom Bosco (1815-1888), fondateur de la congrégation des Salésiens et canonisé par le Pape Pie XI en 1934 : « Dans le livre Memorie biografiche de São João Bosco, vol. XVI, pages 385 à 394, on trouve une de ses communications prophétiques qui évoque l’implantation de la nouvelle capitale brésilienne dans le Planalto central de Goiás et fait référence à l’élan de rénovation et de prospérité que l’intériorisation amènera au pays7. »

  • 8 Ceria (Eugenio), coord., Memorie biografiche di S. Giovanni Bosco, Turin, SEI, vol. 16, 1935 (chap (...)
  • 9 Vasconcelos (Adirson), A mudança da capital : Brasília, op. cit, p. 72.

7Le texte précise ensuite qu’il s’agit d’un rêve fait à Turin par Dom Bosco, qui l’a relaté quelques jours après, le 4 septembre 1883, aux membres du Chapitre général de sa congrégation. Mais, ajoute le texte, il fallut attendre 1935 pour que ce rêve soit divulgué lors de la publication du seizième volume des mémoires de Dom Bosco8. De la façon dont cette prophétie a été connue par la revue Brasília, le texte ne dit rien. Un érudit local de Brasília, le journaliste Adirson Vasconcelos, dans un ouvrage sur l’histoire de Brasília, publié en 1978, explique que « dès le début des travaux de Brasília, Israël Pinheiro, à qui a été confiée la grande tâche, a eu des informations sur un rêve prophétique de Dom Bosco, prévoyant le grand développement des terres centrales de l’Amérique du Sud et donnant une emphase particulière au Brésil. Germano Roriz et Sigismundo Melo se mirent alors à la recherche de ce songe prophétique, avec l’aide du père Salésien Cleto Caliman, qui en fouillant les Memorie biografiche, a découvert le récit de ce songe dans le volume XVI9. » Cette précision montre que si la demande n’est pas partie de Kubitschek lui-même, du moins a-t-elle été formulée par son collaborateur direct, le président de la Novacap.

8Dans son rêve, qui lui a semblé durer toute une nuit, Dom Bosco se trouve en Amérique du Sud, dans un salon situé sur la ligne de l’équateur. Il rencontre un jeune homme de seize ans. Disposant depuis ce salon d’une vue d’ensemble sur toute l’Amérique du Sud, ce jeune homme lui délivre un message sur la mission évangélique des Salésiens sur ce continent. Puis, sans savoir comment, Dom Bosco se retrouve dans un train, en compagnie du même jeune homme, parcourant l’ensemble de l’Amérique du Sud. Il découvre durant le voyage les richesses naturelles de cette vaste région, assiste même à un acte de cannibalisme de la part d’autochtones :

  • 10 Ceria (Eugenio), coord., Memorie biografiche di S. Giovanni Bosco, op. cit., pp. 391 -392.

« Mais ce n’était pas tout. Entre le 15e et le 20e parallèle, ¡I y avait un bassin très long et très étendu qui commençait au point où se formait un lac. Une voix répète alors à plusieurs reprises : - quand les mines qui se cachent au milieu de ces montagnes seront exploitées, apparaîtra ici la terre promise, d’où jaillira du lait et du miel ; ce sera une richesse inconcevable (...). Et cela se passera à la troisième génération10. »

9Cette vision, à l’intérieur de son rêve prophétique, constitue dès lors pour les partisans du transfert de la capitale brésilienne la preuve tangible d’une révélation divine du site de Brasília. L’article de la revue officielle de la Novacap décrypte ces quelques lignes en fonction de la construction de Brasília sur le Planalto central - interprétation qui sera par la suite reprise par tous les partisans de Brasília et largement divulguée par la propagande gouvernementale :

  • 11 « A profecia de São João Bosco », in Revista Brasília, vol. 1, n° 12, p. 16.

« Voyons maintenant comment doit être interprété ce rêve prophétique qui se réfère à un voyage fait en Amérique du Sud (...) en fonction de la réalité actuelle alors que se construit Brasília. N’oublions pas que la prophétie date de 1883, au temps du Second Empire, six ans avant la promulgation de la première constitution républicaine qui détermina le transfert de la capitale fédérale (...). "Entre le 15e et le 20e parallèle..." : le nouveau District fédéral est limité au nord, par le 15e parallèle sud, et au sud, par le 16e parallèle sud11. »

10La première étape de l’interprétation démontre donc que le District fédéral est bien situé dans le périmètre du songe de Dom Bosco (figure n°46). Toutefois, cela ne justifie pas pleinement le choix du site. D’où la suite de la démonstration :

  • 12 Idem, p. 16.

« "Il y avait un bassin très long et très étendu, qui partait d’un point où se formait un lac" : si le Saint voulait se référer à l’un des nombreux grands lacs existant dans la région où se trouve situé le nouveau District fédéral, il n’aurait jamais utilisé l’expression "où se formait", qui signifie action et origine. Il dirait plus simplement "où il y avait un lac". L’allusion est claire : il s’agit du grand lac artificiel de plus de 40 kilomètres d’extension, qui embrassera Brasília des trois côtés, Nord, Est et Sud et va "se former" par le barrage du rio Paranoá12. »

11La création d’un lac artificiel, à proximité de la nouvelle capitale, a été suggérée pour la première fois, et ce pour des raisons hygiéniques, par la Commission Cruls, et plus particulièrement par le botaniste André Glaziou. Le principe d’un lac artificiel a toujours été conservé : il a ainsi été mis en eau en 1960. L’interprétation peut sembler tendancieuse ou « tirée par les cheveux ». L’auteur ne s’en offusque pas : au contraire, il considère ce songe comme un message divin, qui pour être déchiffré doit prendre en compte les ruses, les malices, les allusions, fréquentes dans les messages divins. L’auteur, c’est-à-dire la Novacap, se présente alors comme le seul capable de traduire en termes contemporains, les paraboles du langage divin. Il justifie donc son statut de fondateur de Brasília. Toutefois, pour que l’interprétation du songe soit valable, il convient que la totalité du songe désigne de façon cohérente le site de Brasília. L’auteur poursuit donc son analyse :

  • 13 « A profecia de São joão Bosco », Revista Brasília, vol. 1, n° 12, déc. 1957, p. 16.

« "quand les mines qui se cachent au milieu de ces montagnes seront exploitées..." : les montages sont les nombreux systèmes orographiques qui configurent et délimitent le Planalto central, le Planalto goiano et l’Amazonie. Les mines cachées en leur sein, sont les immenses richesses du sol encore non exploitées et non utilisées. "... apparaîtra ici la Grande Civilisation, la Terre promise, d’où jaillira du lait et du miel ; ce sera une richesse inconcevable". La voix parle dans le langage biblique symbolique. La "Grande civilisation", ici, est l’élan irrévocable de développement et de paix qui saisira le Brésil méditerranéen, avec le transfert de la capitale ; et la "Terre promise, d’où jaillira du lait et du miel", est tout le Brésil, déjà universellement proclamé comme pays du futur (...). "Et cela se passera à la troisième génération" : la prédiction date de 1883 et les grandes choses prévues pour la troisième génération auront lieu rigoureusement dans le délai prédit13. »

FIGURE N° 46 : LE TERRITOIRE CONCERNÉ PAR LE SONGE DE DOM BOSCO ET LA LOCALISATION DU DISTRICT FÉDÉRAL (CARTE DE « PROPAGANDE »).

12Il est à noter ici que l’expression « Grande civilisation » n’apparaît pas dans le texte du songe. L’auteur n’hésite pas cependant à rajouter cette expression, pour renforcer sa démonstration. Le songe, du moins l’interprétation qui en est proposée, désigne donc non seulement le site de Brasília, mais évoque également le futur radieux de la « Grande civilisation » qui va y naître : le lait et le miel sont, dans ce songe, les symboles bibliques de l’opulence, de l’abondance et de la douceur de vivre. Même s’il a été déchiffré quelques mois après le début de la construction de Brasília, l’important est que le signe divin désignant Brasília soit antérieur à la construction. La propagande en faveur de Brasília ne conserve alors que la date du signe et non celle de son interprétation, pour éviter toute accusation de justification a posteriori du site. Dès lors la date de 1883 occupe une place privilégiée dans la chronologie officielle du projet de Brasília : elle symbolise l’annonce prophétique de la naissance de Brasília.

*

13Pouvait alors s’ouvrir le deuxième acte de Brasília, l’appel aux dieux. Car il ne suffit pas qu’un message divin ait désigné le site. Encore convient-il que la fondation soit conçue comme une mise en scène de la création du monde, de sorte à inscrire l’établissement nouveau dans la cosmogonie du groupe fondateur.

  • 14 Caminha (Pero Vaz de), « Lettre au roi Dom Manuel », in Cândavo (Pero de Magalhães de), Histoire d (...)

14La première mise en scène rituelle organisée par Kubitschek sur le site encore vierge de la future capitale est la célébration d’une cérémonie religieuse. Bien que d’autres messes aient été célébrées auparavant sur le site, la messe organisée par le président Kubitschek devient la première messe officielle de Brasília. La date choisie pour cette célébration religieuse est le 3 mai 1957. Il s’agit d’une date anniversaire : 457 années plus tôt, le 3 mai 1500, Pedro Alvares Cabrai commandait une messe pour commémorer la découverte du Brésil. Selon le chroniqueur du voyage de Pedro Alvares Cabrai, Pero Vaz de Caminha, la première messe fut célébrée le dimanche 26 avril 1500 (dimanche de Pâques) par le Père Frei Henrique. Toutefois, seuls les Portugais y assistèrent : les Indiens Tupiniquins « étaient là à nous regarder et ils s’assirent ». En revanche, lors de la deuxième messe, le 3 mai 1500, « quelque cinquante ou soixante indigènes y assistèrent en notre compagnie, tous à genoux comme nous, et au moment où nous nous mîmes tous debout les bras levés, ils se dressèrent avec nous et élevèrent les mains, demeurant ainsi jusqu’au bout14. » La cérémonie du 26 avril 1500 marque la découverte d’une terre nouvelle par la couronne portugaise, alors que celle du 3 mai 1500 symbolise la naissance du Brésil sous le signe de la croix et dans la communion des peuples. Juscelino Kubitschek préfère donc retenir la deuxième date, afin que Brasília épouse son message. Le chef des indiens Carajá, ethnie installée dans le bassin du Rio Tocantins, est ainsi convié à la première messe de Brasília. Tout comme dans les cérémonies de fondation des villes antiques, la population autochtone est invitée à participer aux célébrations rituelles (figure n° 47) :

  • 15 Kubitschek (Juscelino), Por que construí Brasília, op. cit, pp. 76-77.

« J’ai choisi la date du 3 mai parce qu’elle me paraissait la plus expressive, étant donné qu’elle rappelait la messe commandée par Pedro Alvares Cabrai. Les deux cérémonies se valaient en symbolisme. La première signalait la découverte de la Terre Nouvelle ; et la deuxième, quatre cents ans plus tard, rappellerait la prise de possession effective de la totalité du territoire national15. »

FIGURE N° 47 : LES INDIENS CARAJÁS INVITÉS À LA PREMIÈRE MESSE DE BRASÍLIA (MAI 1957). LA PRÉSENCE NÉCESSAIRE DES AUTOCHTONES POUR LA FONDATION DE LA NOUVELLE CAPITALE.

  • 16 Silva (Ernesto), História de Brasília, op. cit, p. 195.

15Il s’agit donc pour le fondateur d’établir un lien entre le baptême du Brésil et de Brasília : le pays et sa capitale naissent sous le signe de la croix. Selon Ernesto Silva, membre de la Novacap et présent le jour de cette célébration, plus de 15 000 personnes assistent à cet événement fondateur : « Des centaines d’automobiles, de charrettes, de mobylettes et d’avions commerciaux déversèrent sur Brasília des fidèles en provenance de tous les coins du Brésil, désireux de participer à la cérémonie et de vérifier de près le miracle qui se réalisait sur le Planalto. Sous plusieurs points de vue, cette messe a la même signification que la Première Messe du Brésil16. » Une chapelle de fortune réalisée avec d’immenses pieux de bois supportant une bâche, un autel monumental sur lequel est disposée la statue de Nossa Senhora de Aparecida, patronne du Brésil et désormais marraine de Brasília, une immense croix en bois, le tout situé sur le point le plus haut du futur plan-pilote, voici le cadre de cette première messe de Brasília, dont la mise en scène a été confiée à l’architecte Oscar Niemeyer. L’analogie entre le décor de cette messe et celui de la première messe du Brésil (du moins tel que la représente le célèbre tableau de Victor Meireles) est frappante (figure n° 48).

FIGURE N° 48 : LA PREMIÈRE MESSE DE BRASÍLIA (MAI 1957). LA CHAPELLE A ÉTÉ DESSINÉ PAR OSCAR NIEMEYER.

16À la fin de la célébration liturgique, le cardinal-archevêque de São Paulo, Dom Carlos Carmelo de Vasconcelos Mota, prononce une oraison qui renforce cette analogie :

  • 17 « Oração de D. Carlos Carmelo de Vasconcelos Mota », in Revista Brasília, vol. 1, n° 5, mai 1957, (...)

« La festivité de Pâques de l’an 1500 valut, pour Pedro Alvares Cabrai et pour tout le Portugal, un jubilé de joies jusqu’alors jamais atteint : ce fut la Pâques de la découverte du Brésil. De même, pour vous, Monsieur le président de la République, et pour tous les bons Brésiliens, cette Pâques de 1957 marque également l’heureuse découverte du Brésil, en cette épiphanie, en cette aube de Brasília.
(...) C’est, comme l’a écrit quelqu’un, la deuxième messe du Brésil, si l’on se réfère à la première messe de Porto Seguro.
(...) Avec cette première messe célébrée aujourd’hui, Brasília est fondée dans le Sacrifice Divin offert sur cet autel monumental, sur cette pierre sacrée, étant à la fois offrande et victime, le propre Christ Jésus17. »

17Dans les fondations de villes antiques, un sacrifice était offert aux dieux pour les fixer durablement dans l’enceinte de la ville. Dans la cérémonie sacrificielle, le fondateur appelle les dieux : telle est bien la signification de l’oraison du cardinal-archevêque de São Paulo. Brasília sert de trait d’union entre Dieu et les hommes : née d’un engagement réciproque entre Dieu et les Brésiliens, elle sera, par nature, éternelle. Dans son discours, Juscelino Kubitschek insiste également sur cette signification religieuse de la fondation de la nouvelle capitale :

  • 18 Kubitschek (Juscelino), « Estamos vivendo u ; a hora que a história vai fixar », in Revista Brasíl (...)

« Nous tous, hauts dignitaires de l’Église catholique apostolique romaine, autorités civiles et militaires, hommes du peuple et hommes d’État, nous tous, ici réunis, vivons une heure que l’histoire va fixer. Aujourd’hui est le jour de la Sainte-Croix, le jour où la capitale nouvellement née, reçoit son baptême chrétien ; jour où en elle se vérifie, pour la première fois, la transformation du pain en chair et en sang du Sauveur du Monde ; jour où la ville du futur, la ville qui représente la rencontre de la patrie brésilienne avec son propre centre de gravité, recueille son âme éternelle, la substance divine du Sauveur. (...) Ce jour est celui du baptême du Brésil nouveau. C’est le jour de l’Espérance, le jour de la Résurrection de l’Espérance. C’est le jour de la ville qui naît. Nous plantons, avec le sacrifice de la Sainte Messe, une semence spirituelle dans ce site, cœur de la Patrie. (...) Que Brasília se modèle en conformité avec les hauts désirs de l’Éternel ; que la Providence fasse de cette cité terrestre un reflet de la cité de Dieu ; qu’elle croisse sous le signe de la Charité, de la justice et de la Foi. À l’Esprit Divin, ici présent, je dirige mes ardentes prières pour qu’il bénisse le peuple brésilien ; et qu’il m’inspire à moi, homme humble, à qui la Providence a confié le grand honneur et la tâche démesurée de présider aux destinées du Brésil en cette heure où une ère nouvelle est inaugurée18. »

  • 19 Kubitschek (juscelino), Por que construí Brasília, op. cit., p. 79.

18L’allocution du président Kubitschek cherche à décontextualiser la construction de Brasília. Il ne s’agit plus de l’application d’un simple dispositif constitutionnel confié à une entreprise de construction, mais d’un acte de foi et de fondation, confié par Dieu aux Brésiliens. Dans cette tâche démesurée - il est question de construire « le reflet de la cité de Dieu » sur terre - tous les Brésiliens sont égaux : hommes d’État, hommes d’Église, hommes du peuple, etc. Brasília est donc plus qu’une ville brésilienne, c’est une ville chrétienne, ou « la Fraternité » va trouver un refuge sûr : « Brasília naissait, de fait, sous le signe de la communion sociale. Et, également, sous la bénédiction de Dieu19 » dira plus tard Juscelino Kubitschek. Dans un ouvrage daté de 1975, Porque construí Brasília, il revenait sur cette « fraternité » qui a uni tous les participants à la première messe :

  • 20 Idem, pp. 78-79

« Après la cérémonie eut lieu l’hommage que les Indiens Carajás désiraient me rendre. Ce fut un spectacle touchant et digne d’être noté. Les sylvicoles m’offrirent des lances, des arcs, des haches et des flèches. Le cacique me rendit hommage, m’appelant « Grand Chef », et, alors que l’assistance applaudissait, les autres indiens criaient. Regardant autour, j’ai été ébloui par le contraste offert par cette concentration humaine. D’un côté les Carajás, vêtus de plumes, et de l’autre, les élégants de la société carioca exhibant les dernières créations des couturiers de Paris. Brasília naissait déjà comme un facteur d’agglutination des inégalités sociales. Les deux pôles de la vie se rencontraient, donnant naissance à une nouvelle étape dans l’évolution du pays. Et par dessus tout, une projection démocratique du nivellement, s’entremêlant dans la poussière rouge - la caractéristique du monde nouveau qui était en gestation20. »

19Du président de la République jusqu’au moindre manœuvre de la Novacap, en passant par les autochtones indigènes, chacun participe également à cet acte de fondation. Et à cette vision d’une société sans classes, répond, même si les motivations de l’urbaniste sont différentes, le plan de Lúcio Costa. L’enjeu dépasse donc la simple construction de la ville : il convient de fonder, en même temps que la capitale, le Brésil nouveau, pour la première fois de l’histoire enfin réconciliés :

  • 21 « Oração de D. Carlos Carmelo de Vasconcelos Mota », in Revista Brasília, vol. 1, n° 5, mai 1957, (...)

« Oui, mes compatriotes brésiliens, s’exclame Dom Carlos Carmelo de Vasconcelos Mota, congratulons-nous parce que nous vivons l’un des trois événements majeurs de notre histoire patriotique. De fait, la découverte en 1500, l’indépendance en 1822 et, aujourd’hui, la fondation de cette nouvelle capitale métropolitaine, au centre du pays, sont les trois marques culminantes de la vie nationale. (...) Brasília sera la matrice, nourricière et protectrice, de la vie nationale, intégrale et totale. Et le géant ne demeurera plus éternellement couché sur les sables engourdissants des plages du littoral. Il va se réveiller, se lever, et franchir les Serras do Mar et de la Montiqueira pour monter jusqu’au Planalto du Brésil (...). La Nation va maintenant prendre possession de ce qui est à elle, et trouver son véritable centre de gravité21. »

20Après avoir placé la fondation de Brasília sous le signe de valeurs universelles, la première messe permet également d’affirmer la logique de cette fondation dans l’histoire du Brésil. Telle est bien une des intentions de l’oraison du cardinal-archevêque de São Paulo, placer Brasília dans le prolongement de la Découverte et de l’Indépendance. Autrement dit, la fondation du Brésil-Nation (1500) et du Brésil-État (1822) trouvent en Brasília leur accomplissement : celui du Brésil État-Nation. La première pierre du mythe de Brasília est ainsi posée : la ville naît pour l’histoire, des hommes et du Christ, dans l’histoire, du Brésil, et par la main de l’interprète de cette histoire, Juscelino Kubitschek. Le contexte économique et social de la construction importe peu. Ainsi s’achève le deuxième acte.

*

  • 22 Fustel de Coulanges (Numa Denis), La cité antique..., op. cit, p. 154.

21Les Grecs ou les Romains ne pouvaient pas se satisfaire dans une fondation de ville de seulement fixer les dieux dans l’enceinte de la ville nouvelle. Il leur fallait également y fixer leurs ancêtres. Fustel de Coulanges présente ainsi un des rites de la fondation de Rome par Romulus : « quand la cérémonie préliminaire a préparé le peuple au grand acte de la fondation, Romulus creuse une petite fosse de forme circulaire. Il y jette une motte de terre qu’il a apportée de la ville d’Albe. Puis, chacun de ses compagnons, s’approchant à son tour, jette comme lui, un peu de terre qu’il a apportée du pays d’où il vient. Ce rite est remarquable, et il nous révèle chez ces hommes une pensée qu’il importe de signaler. Avant de venir sur le Palatin, ils habitaient Albe ou quelques autres des villes voisines. Là était leur foyer : c’est là que leurs pères avaient vécu et étaient ensevelis. Or la religion défendait de quitter où le foyer avait été fixé et où les ancêtres divins reposaient. Il avait donc fallu, pour se dégager de toute impiété, que chacun de ces hommes usât d’une fiction, et qu’il importât avec lui, sous le symbole d’une motte de terre, le sol sacré où ses ancêtres étaient ensevelis et auquel leurs mânes étaient attachés. L’homme ne pouvait se déplacer qu’en emmenant avec lui son sol et ses aïeux. Il fallait que ce rite fût accompli pour qu’il pût dire en montrant la place nouvelle qu’il avait adoptée : ceci est encore la terre de mes pères, terra patrum, patria ; ici est ma patrie, car ici sont les mânes de ma famille22. » Chez les Grecs, les colons emportent une parcelle du feu sacré de leur ville d’origine pour en allumer un foyer nouveau. C’est autour de ce foyer que s’élève la ville.

22À Brasília, ce seront également des colons qui viendront habiter la ville, ce sont déjà des colons qui la construisent. Venus ou venant de l’ensemble du Brésil, ils portent en eux une tradition et une culture régionales fortes. Brasília est encore vierge de toute marque culturelle. Au lieu de simplement juxtaposer les particularismes locaux ou régionaux, la nouvelle capitale doit les rassembler et les unir. De cette façon, elle ne reproduira pas la situation de Rio de Janeiro où la culture dominante de la ville et de la région, laisse dans l’ombre les traditions culturelles des groupes de migrants, sans que ces dernières n’aient aucune possibilité d’être intégrées. Brasília, au contraire, doit naître sous le signe de l’intégration culturelle : il est du devoir d’une capitale de cimenter l’ensemble des particularités régionales autour d’une culture nationale.

23Le président Kubitschek a parfaitement conscience de la nécessité, pour Brasília, de représenter la culture nationale brésilienne, construite dans le respect des traditions locales. Il use ici aussi du même symbole rituel que les fondateurs de villes anciennes. Le 9 août 1957, la torche du « Feu symbolique pour l’unité nationale » est allumée à Brasília. Elle doit parcourir toutes les villes et villages du Brésil pour ne revenir dans la nouvelle capitale que le jour de son inauguration, le 21 avril 1960, portant en elle tous les ancêtres des colons, présents et futurs, de Brasília. Ce « Feu symbolique pour l’unité nationale » symbolise la nouvelle mentalité brésilienne qu’érige la naissance du nouveau Brésil. La deuxième pierre du mythe de Brasília est alors posée : la nouvelle capitale est une œuvre collective, entreprise dans le respect de toutes traditions, et devant produire la nouvelle mentalité du Brésil moderne.

*

  • 23 Rykwert (Joseph), The Idea of a Town..., op. cit, p. 26

24Le site désigné, les dieux et les ancêtres fixés, sur ce site reste alors au fondateur à tracer l’enceinte et les axes de la ville. Selon Joseph Rykwert « toutes les grandes civilisations pratiquent une forme de planification et d’orientation rectiligne, toutes ont des justifications mythiques de leurs origines et des rituels qui guident le planificateur et le constructeur23. » Prenons à nouveau l’exemple de Rome : Romulus trace autour de la fosse où chacun avait jeté un peu de terre (mundus), un sillon qui marque l’enceinte. Les moindres détails sont fixés par un rituel : le fondateur doit se servir d’un soc de cuivre traîné par un taureau blanc et une vache blanche. Romulus, la tête voilée et sous le costume sacerdotal, tient lui-même le manche de la charrue et la dirige en chantant des prières. Ses compagnons marchent derrière lui en observant un silence religieux. À mesure que le soc soulève des mottes de terre, on les rejette soigneusement à l’intérieur de l’enceinte pour qu’aucune parcelle de cette terre sacrée ne soit du côté de l’étranger. Cette enceinte, tracée par la religion est inviolable : ni étranger, ni citoyen n’a le droit de la franchir. Mais, pour que l’on puisse entrer dans la ville et en sortir, le sillon est interrompu en quelques endroits ; pour cela Romulus a soulevé et porté le soc ; ces intervalles s’appellent portae : ce sont les portes de la ville.

  • 24 Cité in Costa (Lucio), Brasília, cidade que inventei, op. cit, p. 35. Les péninsules dont parle Lu (...)

25À Brasília, également, l’espace destiné à accueillir le Plan-Pilote est sacralisé. Une immense « ceinture verte » est prévue, avant que ne commence la construction pour limiter l’extension de ville : à l’intérieur du périmètre, la ville capitale ; à l’extérieur, les villes satellites. Si les remparts et les murs d’enceintes sont depuis plusieurs siècles obsolètes, la « ceinture verte » remplit dans l’architecture moderne les mêmes fonctions : circonscrire, limiter la croissance interne de la ville, mais aussi éviter l’absorption de la ville par les faubourgs ou la banlieue, c’est-à-dire protéger les habitants officiels de ce que les Grecs appelaient les « barbares ». Le rapport du jury du plan pilote, à la suite des recommandations de la Commission Pessoa, a clairement spécifié que : « La taille de la ville est limitée : sa croissance après vingt ans se fera (a) par les péninsules et (b) par les villes satellites24. » La ceinture verte, ne limitant pas la perspective visuelle de l’habitant du plan pilote, donne ainsi l’illusion d’une ville ouverte, simplement enchâssée dans une nature sauvage. Toutefois, pour le résident extérieur, pour l’habitant des villes-satellites, cette ceinture verte est l’antichambre obligatoire pour pénétrer dans le sanctuaire de la citoyenneté : elle marque la transition entre le monde profane du dehors et l’espace sacré du dedans, au même titre que le portail d’une cathédrale marquait pour le chrétien du moyen-âge la séparation entre la lumière du dehors, mais l’ombre de la vie extérieure, et l’ombre du dedans, mais la lumière de la vie intérieure.

  • 25 Idem, p. 88

26Quant aux portes de Brasília, c’est le prolongement autoroutier de l’axe résidentiel et de l’axe monumental qui en tient lieu. Trois possibilités d’entrée sont ainsi offertes : au nord et au sud par l’axe résidentiel, et à l’ouest, en descendant l’axe résidentiel en direction de la place des Trois Pouvoirs. Le plan de Lúcio Costa interdit tout autre accès : les entrées dans la capitale sont donc aisément filtrables. Et pour bien signifier au voyageur extérieur qu’il entre dans une capitale et non dans une simple ville, ou pour rappeler à l’habitant de Brasília qu’il est bien un résident de la capitale du Brésil, Lúcio Costa ajoute une contrainte à son plan. Pour passer de l’axe monumental à l’axe résidentiel, l’automobiliste ou le passager d’un autobus doit se rendre au croisement des axes (plate-forme autoroutière), où un système à sens unique « permet au voyageur de jeter un dernier regard sur l’axe monumental de la ville avant d’entrer dans l’axe routier-résidentiel, départ psychologiquement désirable25. » Les trois portes conduisent directement les voyageurs au cœur symbolique de la capitale. Entre le franchissement de la ceinture verte et l’arrivée sur l’axe monumental, c’est à une lente catéchisation civique qu’est convié l’étranger, le « barbare ».

  • 26 Idem, pp. 85-86.
  • 27 Rykwert (Joseph), The Idea of a Town..., op. cit, p. 90.

27Le démiurge planificateur a, lui seul, défini l’emplacement des portes et le trajet civique : l’habitant de Brasília ne peut en aucun cas modifier cette décision. Il en va de même pour le tracé des axes. La décision du planificateur d’adopter ce modèle urbanistique n’est point justifiée logiquement : « Je me permets, tout au plus, écrit Lúcio Costa, de présenter une solution possible que je n’ai point recherchée mais qui m’est apparue pour ainsi dire d’elle-même. (...) Elle est née du geste premier (...)26. » Le choix de Lúcio Costa est entouré du même mystère religieux qui guida la main de Romulus pour tracer le sillon de Rome. Même le géomètre romain chargé de tracer le cardo et le decumanus, rappelle Joseph Rykwert, ne se désintéresse pas des rites de fondation, et entoure son travail d’un caractère mystérieux : « Les axes ne sont jamais tracés sans référence à l’ordre de l’Univers, car les decumani sont alignés sur le cours du soleil, cependant que les cardines suivent l’axe du ciel27. » La photographie aérienne du croisement des axes de Brasília, tracés à grand renfort de bulldozers, au cœur d’une nature vierge, est largement diffusée dans tout le Brésil en 1957 (figure n° 49). Consciemment ou non, Lúcio Costa inscrit la naissance de son plan dans cet épais mystère qui entoure chacun des rites de fondation de Brasília. Son texte de présentation contribue ainsi à renforcer la portée du mythe de Brasília : du choix du site jusqu’à l’établissement du plan, Brasília « est apparue pour ainsi dire d’elle-même ».

28Peu importe alors la signification politique de plan d’urbanisme (une croix inscrite dans un cercle), peu importe sa symbolique autoritaire : le cercle (la ceinture verte) confinant l’expérience humaine entre les murs de l’autorité ; la croix, dont résulte un plan en grille, étant une forme géométrique de puissance au sein de laquelle l’individu demeure une unité abstraite. Pour le fondateur et le planificateur, simples interprètes d’un rêve prémonitoire et d’une idée géniale, la naissance mystérieuse de la ville constitue l’essence même de la future capitale : Brasília, ville mystère, ville mystique, ville mythique.

FIGURE N° 49 : LE CROISEMENT DES AXES DU PLAN PILOTE DE BRASÍLIA (JUIN 1957).

INAUGURER

29Peut alors s’ouvrir le dernier acte : l’inauguration de Brasília. L’inauguration d’une ville nouvelle est un rite distinct de sa fondation. Fréquent dans l’antiquité, il disparaît peu à peu à l’époque médiévale et moderne, lorsque les villes nouvelles n’ont plus qu’une simple fonction militaire, ou lorsque les délais de construction atteignent une dizaine d’années. Un exemple fameux est celui de Versailles : nulle cérémonie n’a présidé à la naissance ou à l’inauguration du château et de la ville adjacente. La ville s’élabore en même temps que la religion, non pas d’un coup, mais par une création continue. Brasília, en revanche est d’emblée présentée comme le symbole du Brésil moderne. La cérémonie d’inauguration a donc pour finalité de sceller l’union entre la nation brésilienne et le fondateur, autour du projet de construction du Brésil moderne. Ce n’est plus la ville qui doit être légitimée, mais les valeurs qu’elle symbolise : il s’agit donc bien d’un acte distinct et autonome vis-à-vis de la fondation.

30Le premier point sur lequel nous devons insister est le choix de la date de l’inauguration. Celle-ci n’a point été fixée une fois la ville terminée, comme ce fut le cas pour Goiânia, mais dès le début des travaux de construction, en octobre 1957. Son choix n’est donc pas dicté par le hasard du calendrier des travaux : il relève encore une fois d’un acte symbolique. Rien ni personne ne pourrait plus modifier cette date. L’avancement des travaux devrait se plier à cette date butoir.

  • 28 Pour que l’ensemble des bâtiments civiques et administratifs soient effectivement achevés le jour (...)

31Avant toute chose, Juscelino Kubitschek tient à inaugurer lui-même la nouvelle capitale. Or, la constitution de 1946 fixe le mandat de président de la République à une durée de 5 ans non renouvelable. Dans ces conditions, devant remettre son mandat au 1er janvier 1961, Juscelino Kubitschek se doit d’inaugurer la capitale en 1960 afin que son successeur ne puisse remettre en cause le transfert. Le plan pilote ayant été choisi en mars 1957, le délai de construction sera donc nécessairement inférieur à 4 ans28. Un autre élément important, contraignant le choix de la date, est que celle-ci, au même titre que celle de la première messe, doit fixer le calendrier « liturgique » de la nouvelle capitale. Or, le calendrier des fêtes civiques et religieuses d’une ville nouvelle fournit la clé de l’histoire du groupe fondateur. La date de l’inauguration dans ce cas, ne peut être le résultat ni du hasard, ni du froid raisonnement économique ou politique. Elle doit renvoyer, explicitement ou implicitement, à des événements marquants de l’histoire du groupe - la Nation brésilienne - ou, de façon plus large, de l’histoire de l’humanité.

32Un projet de loi est ainsi rédigé par un député UDN de l’État de Goiás, Emival Caiado, membre de la Commission parlementaire sur le transfert de la capitale. Le projet propose comme date du transfert de la capitale fédérale, le 21 avril 1960. Interrogé par la revue Brasília sur le choix de cette date, le député explique que « cette date émergea évidemment d’un ensemble de circonstances, d’une somme de mesures prudentes et recommandables pour le succès de l’entreprise ». Mais, s’empresse-t-il d’ajouter,

  • 29 « Entrevista do deputado Emival Caiado », Revista Brasília, vol. 1, n° 9, sept. 1957, p. 11.

« la date choisie est d’une remarquable signification nationale, et il serait juste de rendre hommage encore une fois à la figure singulière de Tiradentes, puisque figure dans le programme de l’Inconfidencia Mineira, et pour la première fois dans l’histoire du Brésil, l’idée de l’intériorisation de la capitale fédérale. Tiradentes est un symbole de l’indépendance politique du Brésil, et Brasília, si Dieu le veut, sera le symbole de notre indépendance économique29. »

  • 30 Campos (Manoel França), Brasília, terceiro marco, Rio de Janeiro, Livraria São José, 1960, p. 21.

33L’intérêt stratégique du mois d’avril 1960 - permettre à Juscelino Kubitschek de consolider le transfert - est donc doublé d’une justification symbolique : le 21 avril 1792, Tiradentes, le héros mythique de I'Inconfidencia Mineira a été pendu à Rio de Janeiro, puis son corps écartelé et ses membres éparpillés partout où il avait prêché ses idées indépendantistes. Or, dans la mythologie nationale brésilienne, Tiradentes est présenté comme le premier martyr de l’indépendance. Brasília devient alors le prolongement, dans le domaine économique, des valeurs d’indépendance. Toutefois, pour ne pas rejeter, avec ce choix du 21 avril, l’œuvre de la colonisation portugaise, le député mineiro, Manoel França (PSD), également membre de la commission parlementaire sur le transfert de la capitale, avance une autre justification de cette date : « Pedro Alvares Cabrai arrivé ici [au Brésil] en avril, le huitième jour de Pâques, selon Pero Vaz de Caminha30. » Le 21 avril, date de la découverte du Brésil ? Jusqu’alors les historiens ont retenu la date du 22 avril. Le député mineiro s’appuie-t-il alors sur de nouveaux éléments ? En réalité Manoel França Campos a simplement utilisé la méthode classique de la citation tronquée pour plier l’histoire au service de cette date du 21 avril. Pero Vaz de Caminha, le chroniqueur officiel de l’expédition de Pedro Alvares Cabrai, écrit simplement que c’est le vingt-et-unième jour d’avril que la flotte rencontra des algues, signes de proximité de la terre. Ce subterfuge de la citation tronquée permet néanmoins d’inclure dans les références symboliques du 21 avril, la découverte du Brésil, c’est-à-dire l’acte de naissance de « la plus grande nation latine de la terre », selon Manoel França Campos. Or - s’agit-il d’une coïncidence ? - Rome, mère et matrice de la civilisation latine, a précisément été fondée, selon la légende, le 21 avril 753 av. JC. Les Romains célèbrent aujourd’hui encore ce jour anniversaire : la légende de sa fondation a été rattrapée par le besoin des Romains de commémorer la naissance de la ville et de leur civilisation latine.

34Dans l’éphéméride du 21 avril, l’inauguration de Brasília s’ajoute donc à la fondation de Rome, à la découverte du Brésil, et au symbole de l’indépendance brésilienne, signifiant la naissance d’une nation latine et indépendante.

35Le jour de la ratification de la loi stipulant la date du transfert, Kubitschek prend la parole en présence de ministres, de parlementaires, de magistrats et autres personnalités civiles et militaires :

  • 31 Kubitschek (Juscelino), Por que construí Brasília, op. cit, p. 94

« Cet acte constitue un pas en avant, le plus viril, le plus énergique que la nation ait fait depuis son indépendance politique, pour l’affirmation décisive d’un peuple qui a pris sur ses épaules une des tâches les plus extraordinaires que l’histoire contemporaine a vu être confiée à une collectivité : celle de peupler et de civiliser les terres qu’elle a conquises, vastes comme un continent ; celle d’intégrer dans la communauté des peuples, pour le bien commun de l’humanité, un des plus riches territoires du monde31. »

  • 32 « Avec Brasília, l’on vérifie (...) que nous n’exportons pas seulement du sucre, du café, du cacao (...)
  • 33 Chediak (José), « Ata ofical da Inauguração », in Kubitschek (Juscelino), A marcha do amanhecer, o (...)

36L’acte d’inauguration de Brasília va justement s’attacher, par l’ensemble des références symboliques en jeu, à présenter la création de la nouvelle capitale comme un geste typiquement brésilien, mais dont la valeur exemplaire s’adresse autant au Brésil qu’à l’humanité entière32. Juscelino Kubitschek conçoit la cérémonie d’inauguration, officialisant le transfert de la capitale, en deux étapes : le 20 avril, il prend tout d’abord officiellement congé de Rio de Janeiro, pour ensuite prendre possession du nouveau siège du pouvoir fédéral brésilien, le 21 avril. Un « Acte Officiel d’Inauguration » relatant à la minute près chacun des actes du président de la République, a été rédigé à la demande de Juscelino Kubitschek33. Simple relation chronologique des événements liés à l’inauguration, ce texte peut sembler purement anecdotique. En revanche si l’on cherche derrière l’anecdote le symbole, alors ce texte devient une source fondamentale capable de nous renseigner, et sur la signification que revêt Brasília en 1960 aux yeux du gouvernement, et sur les valeurs nouvelles que ce dernier attribue à la ville.

37Il ressort de ce tableau que Brasília symbolise aux yeux de Kubitschek le passage du cycle de développement colonial du Brésil vers le cycle du Brésil moderne. La naissance du Brésil moderne est marquée par l’adoption d’une mentalité et une identité culturelle nouvelles. Elle offre comme première image et première preuve des nouvelles capacités brésiliennes, la construction de Brasília. Durant les deux journées d’inauguration, Brasília est comme un immense plateau de théâtre au décor moderne où chaque scène, telle la Genèse présentant la naissance de l’humanité, évoque la naissance ou une des valeurs fondamentales du Brésil moderne (figure n° 50). La formation du Brésil moderne est en premier lieu présentée comme un acte énergique, volontaire, « viril » (J. Kubitschek). Cet acte repose sur l’adoption d’une mentalité nouvelle. Cette mentalité est respectueuse du passé et des traits principaux du caractère national brésilien, forgés depuis les débuts de la colonisation. Elle emprunte donc à la période coloniale les valeurs sur lesquelles repose l’identité nationale brésilienne : Le Brésil est une « nation catholique et latine » (allégorie de la première messe), fière de son passé colonial (hommage de Salvador, première capitale du Brésil). De la colonisation, ayant conféré une unité culturelle à l’ensemble du territoire, est également conservée l’idée de « l’Unité nationale » : communion du peuple et des élites, flamme de l’unité nationale. Il est à noter cependant, que les indiens, présents lors de la première messe de Brasília n’ont pas été conviés à l’inauguration. Leur présence était donc nécessaire pour fonder la ville dans un esprit de conciliation avec les habitants « mythiques » du lieu. Elle n’est plus souhaitée pour lancer les bases d’une mentalité nouvelle, souhaitant tirer un trait sur les stigmates d’un pays arriéré et colonial.

FIGURE N° 50 : JUSCELINO KUBITSCHEK SALUE LA NAISSANCE DE BRASÍLIA (21 AVRIL 1960).

38La nouvelle mentalité du Brésil moderne est également marquée par un « esprit d’indépendance » : hommage à Tiradentes lors de la messe et du discours d’inauguration. Brasília prolonge dans le domaine économique, technique et intellectuel, la lutte indépendantiste de l'Inconfidencia mineira. Mais cette nouvelle mentalité, marquant l’ouverture de l’ère du Brésil moderne, revendique également des valeurs contemporaines. En premier lieu, la capacité technique du Brésil à maîtriser son développement : le défilé des machines est un hymne à la technicité de la civilisation brésilienne. N’a-t-on pas vu de semblables manifestations en Union Soviétique au temps de Staline alors que le Petit Père des peuples voulait prouver au monde la supériorité technique des sociétés communistes ? Une autre preuve des capacités techniques du Brésil est apportée par la remise symbolique d’une cravate au président Kubitschek comme gage d’un pari perdu : celui de l’impossibilité d’inaugurer Brasília dans les délais prévus. Le Brésil doit être pris pour un pays sérieux : les Brésiliens doivent le revendiquer. L’autre héritage contemporain sur lequel s’appuie le Brésil moderne, est celui de la démocratie libérale. Plusieurs mises en scène tendent à présenter le Brésil comme une nation démocratique et libérale : la parole est donnée au peuple (réponse du Barbier G. Fedulo Queiroz à Kubitschek) ; les constructeurs de Brasília sont félicités pour leur travail : défilé des ouvriers (figure n° 51 ) ; les Trois Pouvoirs de l’État (exécutif, législatif et judiciaire) s’installent séparément (figure n° 52) ; le lâcher de colombes évoque une nation pacifique. Quant à Brasília, première image et première preuve des capacités du Brésil moderne, elle est à la fois respectueuse des traditions et tournée vers le progrès. C’est une ville catholique (bénédiction, baptême), construite par l’enthousiasme populaire, fondée par un Brésilien d’origine mineira revendiquant les valeurs universalistes du Minas Gerais (l’esprit ouvert, l’énergie créatrice...).

39L’inauguration de Brasília est donc une immense représentation des croyances, des valeurs et des principes du nouveau Brésil. Le mythe Brasília se double du mythe du Brésil moderne. C’est une des ressources de la ville nouvelle que de permettre la spatialisation des principaux traits de caractère du groupe fondateur, et leur célébration dans des fêtes commémoratives de la fondation ou de l’inauguration. Le contenu sémantique de la ville nouvelle est donc pour l’historien une source importante pour la compréhension de l’identité culturelle et des aspirations du groupe fondateur.

FIGURE N° 51 : DÉFILÉ DES OUVRIERS SUR LA PLACE DES TROIS POUVOIRS (21 AVRIL 1960).

FIGURE N° 52 : L’ARRIVÉE DES AUTORITÉS AU CONGRÈS NATIONAL (21 AVRIL 1960).

RÉCITER BRASÍLIA, RÉCITER LE BRÉSIL

40Foncier, inaugurer, mais aussi réciter la ville afin de réécrire l’histoire du groupe fondateur. Tout indique que la création de la ville donne sens à l’histoire antérieure du groupe. Et lorsque cette ville nouvelle est une capitale, c’est la reconstruction de l’histoire nationale qui est en jeu. Les récits de fondation ressortent ainsi d’une autre logique que les rites de fondation ou l’acte d’inauguration. Ces derniers ont pour finalité de « fonder » le groupe in loco et de justifier le choix du site, par un double raisonnement : mythique et technique. Seule la dimension spatiale est en jeu dans ces actes fondateurs : l’espace du religieux, l’espace des hommes et l’espace de la ville. Le temps est absent. Les récits de fondation ont justement pour fonction de réintroduire la dimension temporelle de la fondation. Ils permettent de justifier, dans l’histoire, la décision de fonder une ville nouvelle. Leur portée est donc bien plus vaste. S’agissant de la fondation d’une capitale, ils s’adressent à l’ensemble de la communauté nationale et prennent à témoin les nations étrangères.

  • 34 Huot (Jean-Louis), La ville neuve, une idée de l’antiquité, op. cit., p. 265.

41Les récits de fondation revêtent des formes et des contenus divers selon les époques et les civilisations. Les Romains gravent sur des tablettes les récits de fondation, fabriquant bien souvent une ancienneté considérable au groupe fondateur. En Grèce également, des stèles, situées sur l’agora, reproduisent les moments principaux de la fondation d’une ville, et retracent l’histoire du groupe fondateur. De nombreux poèmes ont pris pour sujet la fondation d’une ville. Le plus célèbre d’entre eux, l’Enéide, raconte ainsi la fondation de Lavinium par Enée, d’où sont issus les Albains et les Romains. Pendant la destruction de Troie, Hector a confié à Enée la tâche de trouver une nouvelle ville pour les dieux de Troie. A l’époque médiévale ce sont surtout des textes juridiques, énumérant les dispositions topographiques, réglementaires ou fiscales, qui fournissent des indications sur l’histoire de la fondation de la ville34. Quelle que soit leur forme ou leur contenu, ces textes demeurent fondamentaux car ils éclairent l’aspect symbolique, idéologique, mais également historique, d’une fondation.

42À Brasília le récit officiel du projet de Brasília et des principaux actes de fondation est gravé sur seize immenses plaques de marbre scellées sur les parois du Musée historique de Brasília (figure n° 53). Et de même que la stèle des fondateurs dans les villes grecques était installée sur l’agora, ce musée a été construit, à la demande de Juscelino Kubitschek, sur la place des Trois Pouvoirs. Si d’un point de vue esthétique et plastique la présence de ce bâtiment sur la place ne se justifiait pas - Lúcio Costa et Oscar Niemeyer avaient prévu une place entièrement nue -, en revanche d’un point de vue symbolique elle s’imposait comme fondamentale. Ces plaques de marbres fournissent la trame officielle du projet et de la fondation de Brasília, dont s’inspirent toutes les publications officielles chargées de divulguer l’histoire de Brasília.

FIGURE N° 53 : LE MUSÉE DE BRASÍLIA SUR LA PLACE DES TROIS POUVOIRS.

43Livres, articles, discours radiophoniques, films, bandes dessinées, pièces de théâtre, chansons, littérature populaire et photographies constituent autant de supports susceptibles de diffuser de façon efficace le récit de la fondation de Brasília. Le service de documentation et d’information de la présidence de la République est la pièce maîtresse du dispositif. Il coordonne le recollement systématique des archives (nationales et étrangères) concernant le projet de transfert de la capitale : les trois volumes des Antecedentes Históricos sont publiés sous sa direction. Il dirige également la collection « Brasília » qui publie de nombreux documents scientifiques concernant le projet de Brasília. Mais les services de la présidence ont également en charge la rédaction de la chronologie simplifiée de Brasília, c’est-à-dire la trame du récit de fondation. Le gouvernement (ministère de l’éducation et de la culture, ministère des relations extérieures) et la Novacap, prennent alors en charge conjointement cette œuvre de « divulgation » de l’histoire de Brasília - que certains analystes ont de manière fort réductrice qualifié de propagande. Il ne s’agit pas seulement de convaincre de la justesse de la cause du transfert. Le recours à l’histoire du projet de nouvelle capitale met également en perspective, par un mouvement de balancier, l’histoire du Brésil. Tel est exactement l’enjeu de la construction officielle du récit de Brasília. Et nous employons ici à dessein le mot « récit » de préférence à celui d’« histoire ». Son intention n’est pas statique mais dynamique : il doit être raconté, transmis. Pour cela la structure de la trame officielle doit être d’une part simple et rigide pour être facilement restituée, et d’autre part, suffisamment souple, pour tolérer des références supplémentaires, en fonction du type de transmission.

44La date de naissance officielle du projet de Brasília est 1789. L’Inconfidencia Mineira, nous dit le récit, a été le premier mouvement brésilien à proposer « la localisation de la capitale à l’intérieur » :

  • 35 Museu Histórico de Brasília.

« Les Actes de l’enquête de l’Inconfidencia Mineira - 1789-1792 - révèlent que "la capitale devait être transférée vers São João del Rey, ville bien mieux située et pourvue de vivres en abondance, et l’on devait y ouvrir, comme à Coimbra, des études pour apprendre les lois". Le lieutenant-colonel Domingos de Abreu Vieira, José de Resende Costa Filho, le père José da Silva Oliveira Rolim, et d’autres encore, affirment dans leur déposition avoir entendu cette proposition de la propre bouche du "maléfique officier", Joaquim José da Silva Xavier, le Tiradentes35. »

  • 36 « Depoimento de José de Resenda Costa (filho), 28 juillet 1 789, Vila Rica », Actos da devar-sa da (...)

45Le choix de cette date est symbolique. L’Inconfidencia Mineira est, dans l’hagiographie nationale, le premier mouvement indépendantiste brésilien. La finalité du mouvement est cependant tout autre. Il s’agit avant tout d’une revendication régionaliste contre la tutelle rigide de l’État portugais sur les activités économiques et l’administration de la province du Minas Gerais. Les revendications de transfert de la capitale ne concernaient ainsi que la capitale du Minas Gerais, Ouro Preto, symbole de la domination portugaise sur cette province. Plusieurs dépositions confirment cette idée. Celle de José de Rezende Costa - fils du capitaine du régiment auxiliaire de la ville de São José - confirme la restriction du projet de transfert à la province de Minas Gerais. Selon lui, le chanoine Luiz Vieira da Silva aurait tenté de le dissuader d’aller étudier à l’Université de Coimbra en expliquant « qu’il n’y avait aucune raison d’aller au Portugal faire des études, parce qu’un soulèvement était proche pour transformer le Minas en République, et qu’il devrait y avoir sept parlements et comme capitale São João del Rey36. » Aucun doute n’est donc possible quant à la prétention mineira du projet de transfert de la capitale. Toutefois, sa récupération dans la chronologie de Brasília permet de faire coïncider la naissance de l’idée de Brasília avec celle de l’esprit indépendantiste et avec la revendication nationaliste du Brésil. Tel est bien le point de départ du récit de Brasília, et ce, quelle que soit sa forme.

  • 37 Kubitschek (Juscelino), Por que construí Brasília, op. cit., p. 18.

46Les faits ensuite évoqués tendent à monter la sagesse pratique du transfert, suggéré à « une époque où le Brésil était encore dépendant du Portugal. Les suggestions se référant à la construction d’une nouvelle capitale demeuraient au simple stade du conseil37. » La continuité de l’idée surpasse les ruptures politiques, du fait justement de sa sagesse pratique. Le projet du « patriarche de l’Indépendance » (José Bonifacio) n’est pas oublié par la République :

  • 38 Museu Histórico de Brasília

« Dans des notes de 1821, Instructions du gouvernement provisoire de São Paulo pour ses députés élus aux Cortes de Lisboa, José Bonifacio de Andrada e Silva préconise de "créer une ville centrale à l’intérieur du Brésil pour le siège de la Régence, aux environs du 15° parallèle, sur un site sain, agréable, fertile et proche d’un fleuve navigable" et "d’ouvrir à partir de cette ville des chemins de terre à destination des diverses provinces et ports de mer". En 1823, il suggère le nom de Brasília qui avait été proposé pour la première fois l’année précédente dans un texte anonyme38. »

47Dans le récit de Brasília, l’époque impériale est présentée comme celle de la maturation intellectuelle du projet. Ce qui n’était qu’ambition politique ou mesure pratique, devient objet de réflexion intellectuelle :

  • 39 Idem.

« Nous devons à Francisco Adolfo de Varnhagen, au milieu du siècle passé, la campagne la plus détaillée pour l’intériorisation. « Quel est le lieu le plus convenable pour fixer le siège du gouvernement impérial ? », s’interroge-il dans un de ses mémoires. “Nous pensons avoir démontré la nécessité d’exclure tous les ports de mer”, répond-il en mettant en avant des raisons de communication, transport, production, sécurité, climat, assistance et action civilisatrices, qui plaident en faveur d’une position “équidistante des cinq points, Rio, Bahia, Oeiras, Cuiabá et Curitiba”39. »

  • 40 Kubitschek (Juscelino), Por que construi Brasília, op. cit., p. 19.

48Le temps de la réflexion succède donc au temps de l’action. Et pour clore cette période intellectuelle d’introspection, « sur le plan mystique, se fit entendre, comme un avertissement prophétique, le songe tant de fois cité de São João Bosco40. » Ce songe, seulement interprété en 1957 comme une vision de Brasília, est dans le récit, réintroduit à sa place chronologique (1883), assurément pour démontrer son influence fondamentale sur les partisans du transfert de la capitale depuis la fin du xixe siècle. La proclamation de la République et l’institutionnalisation du transfert constituent la quatrième étape du récit de Brasília :

  • 41 Museu Histórico de Brasília.

« En 1822, les députés brésiliens aux Cortés de Lisbonne se firent les avocats de l’intériorisation de la capitale ; la constitution politique de l’Empire du Brésil en 1824 le rend possible ; la constitution fédérale de 1891 accueille l’idée de transfert de la capitale de la République vers le Planalto Central ; le constitution fédérale de 1934 réitère le dispositif sur le transfert vers un point central du Brésil ; la charte du 10 novembre 1937 en fait une simple possibilité ; mais la constitution fédérale de 1946 consacre définitivement la décision - qui attend son exécuteur41. »

  • 42 Kubitichek (Jucelino) Porque construí Brasília, op. cit., pp. 23-24.

49Le projet de Brasília intègre donc une nouvelle dimension : il s’agit d’une mesure constitutionnelle, qui va peu à peu se transformer en un des symboles de la République brésilienne et participer de l’esprit républicain. La reprise du dispositif du transfert dans les constitutions de 1934 et 1946, vient à l’appui de cette démonstration. Seule la période de l’Estado Novo, ayant restreint les libertés fondamentales des Brésiliens, est ici comme mise entre parenthèses : « Le législateur paraissait n’avoir aucun enthousiasme pour l’antique croisade, même si cette attitude semble contraire avec la proposition annoncée plus tard par le chef du gouvernement, de réaliser ce que l’on appelait alors la Marcha para o Oeste42. »

  • 43 Kubitichek (Jucelino) Porque construí Brasília, op. cit., pp. 20

50Le cinquième repère du récit de Brasília est constitué par les commissions scientifiques chargées de délimiter le site de Brasília : la Commission Cruls (1892 - 1894), la Commission Polli Coelho (1948), et la Commission Pessoa (1955) : « La localisation plus ou moins fixée, arrivait l’heure des résolutions pratiques43. » La République est ainsi le seul régime à envisager à la fois l’idée et le procédé. La nation au complet appuie la réflexion politique et la démarche scientifique de la République.

51Que manquait-il alors pour s’engager concrètement vers le transfert ? Une impulsion énergique, un esprit pionnier, mais également un engagement total de la nation autour d’un homme en somme capable de synthétiser à lui seul le projet de Brasília : mineiro (en référence à l’inspiration géniale des Inconfidentes), nationaliste et de nature indépendante (pour rappeler la symbolique indépendantiste du projet), sage et réfléchi (capable de dépasser les clivages politiques), catholique (pour comprendre la portée du songe de Dom Bosco), républicain et légaliste (pour reprendre à son compte l’esprit républicain du projet), attentif aux problèmes techniques du projet (sachant suivre les conseils des commissions scientifiques). L’exécuteur, en somme :

  • 44 Museu Histórico de Brasília.

« Dans sa campagne électorale pour la présidence de la République, Juscelino Kubitschek de Oliveira entretient dans chaque localité un vif dialogue avec le peuple, pour recueillir ses aspirations et ses angoisses. Le 4 avril 1955, à Jataí, petite ville de Coiás, il est apostrophé par un homme du peuple qui lui demande s’il est dans ses intentions de construire la nouvelle capitale à l’intérieur du pays. « J’accomplirai dans toute leur profondeur, la constitution et les lois. La constitution consacre le transfert. Il est nécessaire que quelqu’un ose initier l’entreprise - et je le ferai » répondit le candidat44. »

  • 45 Kubitschek (Juscelino), A marcha do amanhecer, op. cit., p. 57.
  • 46 « Brasília, coração do Brasil », n° spécial de la revue Epopéia, Rio de Janeiro, Editôra Brasil- A (...)
  • 47 Barbosa (Raúl de Sá), « Brasília, evolução histórica de urna idéia », in Módulo, vol. 18, n° 3, ju (...)

52Comme Kubitschek le dit lui-même, en tout modestie : « j’ai trouvé, vieille de 167 ans, l’idée de transférer vers le centre la capitale du Brésil. Et j’ai trouvé prêtes les études préliminaires. Jusqu’à la localisation définitive. Alors j’ai construit Brasília45. » Juscelino Kubitschek, « le fondateur », est alors présenté et se présente lui-même, comme un homme dont le trajet personnel incarne chacun de ces principes. Résolument moderne et tourné vers le futur, il est le guide spirituel du Brésil, conduisant le pays vers un avenir radieux. Une bande dessinée datant de janvier 1959 et intitulée Brasília, coração do Brasil conclut ainsi son récit de l’histoire de Brasília : « Le rêve des Inconfidentes et du Patriarche de l’Indépendance est devenu réalité grâce à la hardiesse avec laquelle sut affronter les problèmes brésiliens l’actuel président de la République, Dr. Juscelino Kubitschek de Oliveira46. » Le consul Raul de Sá Barbosa est encore plus dithyrambique, prophétisant qu’avec la décision de Kubitschek et l’énergie des candongos, les ouvriers de la construction, « le voyage commencé avec la flotte de Cabrai touchait à son terme47. » Mais c’est encore dans le Musée historique de Brasília que l’on trouve les plus chaudes louanges à Kubitschek (figure n° 54) :

  • 48 Museu Histórico de Brasília.

« Parce qu’il a cristallisé dans sa sensibilité et sa vocation d’homme d’État, cette aspiration du peuple brésilien ; parce qu’il a présidé avec une foi inébranlable à tous les actes de sa construction ; parce qu’il a accompagné avec un esprit alerte et sans fatiguer chaque nouveau pas ; parce qu’il a repoussé avec une vigueur indomptable toutes les critiques iconoclastes ; parce qu’il a stimulé avec audace, énergie et confiance, tous ses subordonnés - pour tout cela est érigé ce mémorial de Brasília, qui consacre son œuvre majeure - objectif des objectifs48. »

FIGURE N° 54 : « L’HISTOIRE DE BRASÍLIA » EST GRAVÉE SUR DES PLAQUES DE MARBRE FIXÉES À L’INTÉRIEUR DU MUSÉE DE BRASÍLIA.

*

53La trame du récit de Brasília fournit ainsi la structure du mythe de Brasília, qui affirme en premier lieu un certain nombre de principes autour desquels devra s’organiser le Brésil moderne : l’esprit indépendantiste et nationaliste, la légalité républicaine, la rationalité scientifique et la foi catholique. Chacune des dates du récit de Brasília illustre un de ces principes. Chacun des personnages incarne un ou plusieurs de ces principes. Et c’est là un élément notable du mythe de Brasília : le projet et sa construction sont le fait de personnages héroïques (José Bonifácio, Varnhagen, Dom Bosco, Luis Cruls, Juscelino Kubitschek,...) ou de héros collectifs (les constructeurs de Brasília, les candangos). Entre ces deux extrêmes, aucun groupe de défense d’intérêts particuliers n’intervient. C’est que pour penser ou construire Brasília, il faut être imbu d’une dignité et d’un esprit national et non particulahste. Le projet de transfert traverse ainsi tous les régimes politiques brésiliens, la Colonie, l’Empire, la République, l’Estado Novo, en s’affirmant lentement pour arriver à maturité entre les mains d’un homme imprégné de l’esprit de Brasília. Dès lors la raison de la longévité historique du projet ne peut être attribuée qu’à l’action de héros dignes de cet esprit pionnier et réaliste, nationaliste et humaniste, idéaliste et audacieux. Le récit ne s’inscrit pas dans l’action : il fixe des moments de l’histoire de Brasília en les amenant sur des expressions figuratives, qui donnent l’impression que la décision de la construction a été prise dans une intelligibilité de l’histoire du projet.

  • 49 Veyne (Paul), Comment on écrit l’histoire, Paris, Points Seuil, 1971, pp. 97-118.
  • 50 Pinheiro (Israel), « Aspectos Gerais da mudança », Revista Brasília, vol. 1, n° 3, mars 1957, p. 1 (...)

54Comment réciter ou conter l’histoire du projet de transfert de la capitale sans évoquer l’histoire de l’État et des gouvernements successifs du Brésil, sans aborder la formation politique de la Nation brésilienne ? La modification d’un élément principal de cette généalogie - le siège de la capitale - conduit donc naturellement les chroniqueurs de Brasília à proposer une nouvelle lecture de la formation historique du Brésil, une lecture adaptée aux ambitions et aux valeurs nouvelles que symbolise Brasília. La re-création de l’histoire du Brésil est ainsi sous-jacente à la re-présentation de l’histoire de Brasília. L’historien Paul Veyne utilise le terme de « rétrodiction » pour qualifier une telle démarche intellectuelle, qui consiste à remonter de l’effet à sa cause hypothétique, à ne retenir dans le récit historique que les références susceptibles d’expliquer le résultat obtenu ou représenté. En quelque sorte, l’énonciation du passé vient à l’appui, sinon au secours, de caractères présents, réels ou souhaités49. Et c’est bien à un exercice de « rétrodiction » que se livrent les généalogistes de Brasília. Lors d’un discours prononcé en février 1957, évoquant les « aspects généraux du transfert », le président de la Novacap, Israël Pinheiro, fait remarquer que la solution du transfert fut évoquée « à chaque fois que des facteurs d’ordre politique ou social ont altéré les conditions de la vie nationale : lors de l’Inconfidencia, lors de la venue de Dom João VI, lors de l’Indépendance et dans les Assemblées constituantes et républicaines50. » Prenant forme et vigueur lors des périodes de rupture politique, le projet de transfert, dont la continuité a été démontrée par le récit de Brasília, constitue alors l’élément clé de la continuité de l’histoire brésilienne. Par sa longévité même (167 ans), il indique la capacité de la Nation brésilienne à surmonter, sans rupture brutale, chacune des crises politiques, par le recours à un principe fédérateur nouveau. L’histoire du Brésil n’est pas faite, comme celle d’autres pays, de luttes sociales, de révolutions, de combats politiques, mais de débats d’idées portés par des hommes illustres (les héros), ou d’affirmation de principes que la masse indistincte de la population reprend à son compte.

  • 51 Magalhães (Paulo de), Brasília, caçulinha do Brasil : alegoria infantil, Rio de Janeiro, Campanha (...)
  • 52 La rédaction de la revue Epopéia indique que, avant l’impression, les originaux de cette histoire (...)

55Deux exemples suffisent à démontrer comment la rhétorique gouvernementale glisse du récit de Brasília au récit du Brésil, du récit de la ville au récit de la nation. Parmi les nombreux documents officiels destinés à vulgariser le projet de Brasília, nous trouvons une pièce de théâtre et une bande dessinée. La pièce de théâtre, Brasília, caçulinha do Brasil51, est destinée aux enfants - les futurs citoyens ! Présentant Brasília comme la « petite-dernière » du Brésil, elle est jouée pour la première fois à l’auditorium de la radio nationale à Brasília, en 1959. Elle est retransmise par radio dans tout le pays, le 5 septembre de cette même année. La bande dessinée, « Brasília coração do Brasil52 », offre la même possibilité de diffusion large, pouvant être lue ou tout simplement feuilletée, regardée. Chacun de ces documents, par sa forme de présentation et de diffusion a eu assurément une répercussion plus importante dans la population, à près de 60 % analphabète, que les grandes études scientifiques commandées par la présidence de la République.

  • 53 Magalhães (Paulo de), Brasília, caçulinha do Brasil, op. cit., p. 21.

56La pièce de théâtre, conçue comme une « allégorie infantile », prétend faire défiler à travers l’imaginaire une synthèse de Brésil, autour de l’action de grands personnages historiques. La périodisation proposée (Découverte, Colonie, Indépendance, Empire, République, gouvernements Vargas, Kubitschek) ne présente aucune ligne de fracture dans l’histoire nationale brésilienne. Toutes les luttes, tous les mouvements conflictuels ou révolutionnaires sont systématiquement annulés, supprimés de l’histoire : « son passé a la douce simplicité d’une romance53. » L’histoire du Brésil, de même que celle de Brasília, est un long processus continu, rythmé par l’action de personnages héroïques. Le personnage principal de la pièce, Nenê Brasília (Petit Brasília), se promène, guidé par Marília de Belo Horizonte, dans une galerie de peintures :

57« MARILIA DE BELO HORIZONTE : Ici commence la vaste galerie de portraits des grands personnages du Brésil. Tu verras Nenê Brasília, dans ces personnages, les véritables symboles de notre nationalité. Dom Pedro 1er, qui proclama l’Indépendance du Brésil le 7 septembre 1822.

58NENE Brasília : Et il a crié : l’indépendance ou la mort !

59VOIX DU TABLEAU DE DOM PEDRO 1er : Et j’ai bien fait ! Le Brésil avait trop grandi pour demeurer colonie...

60NENE Brasília : Eh ! Le tableau a parlé ?

61MARILIA DE BELO HORIZONTE : Il a parlé dans notre imagination... c’est clair. Voici Caxias ! Le consolidateur de la nationalité. Grand soldat, il a toujours préféré travailler pour la paix et pour l’amour entre frères. Et il passé à la postérité avec le titre mérité de « Pacificateur ».

62VOIX DU TABLEAU DE CAXIAS : Seul l’amour construit, seule la paix procure le progrès des peuples !

63MARILIA DE BELO HORIZONTE : Voici la princesse Isabelle, la rédemptrice. Elle a fait le geste le plus beau de notre histoire : - elle en a terminé avec l’esclavage.

64VOIX DU TABLEAU DE LA PRINCESSE ISABELLE : Ma Mère-Noire, à l’âme pure et ardente, race généreuse, cœur doux. C’est ton sang généreux et chaud qui a fécondé la terre du Brésil !

65NENE Brasília : Moi aussi j’ai eu une Mère-Noire...

66MARILIA DE BELO HORIZONTE : Voici le Brésilien qui a donné des ailes à l’homme - « Santos Dumont ».

67VOIX DU TABLEAU DE SANTOS DUMONT : En 1906 à Paris, j’ai piloté le premier avion au monde !

68MARILIA DE BELO HORIZONTE : Rondon ! Frère d’Anchieta et de Manoel Nobrega dans le merveilleux idéal de conduire nos frères indiens vers la civilisation !

69VOIX DU TABLEAU DE RONDON : Les Indiens sont aussi brésiliens que nous !

70MARILIA DE BELO HORIZONTE : Machado de Assis ! C’est le symbole de la culture nationale ! Il a donné à notre langue une nouvelle grâce et un enchantement nouveau !

  • 54 Idem, pp. 33-35.

71VOIX DU TABLEAU DE MACHADO DE ASSIS : Je suis né pauvre et humble, et j’ai eu un grand et bel amour dans la vie : - l’amour des livres ! Le livre est le meilleur ami des enfants ! L’ami qui ne trompe jamais !54 »

72Au point de départ de cette histoire, une nation prédestinée, rappelle la bande dessinée sur Brasília :

  • 55 « Brasília, coração do Brasil », op. cit., p. 4.

« L’étude des roches du Planalto central de Goiás montre que cette région est la plus ancienne de la Terre. À l’époque préhistorique, une mer profonde, d’eaux chaudes et révoltées, la recouvre entièrement (...). La force dynamique interne, par l’effet de la pression souterraine, déplaça, étouffa, ratatina et fendit la terre. L’inclinaison fit que les eaux de cette mer ont fui vers le Nord. Et le Brésil central commença à exister comme un continent étendu, alors que le reste de la planète reposait encore sous les eaux (...). Dans cette région prédestinée, qui remonte à l’origine des temps, est construite la Nouvelle Capitale d’une grande Patrie, la ville du devenir. Brasília - légende et réalité - résultat du rêve et de l’action d’une poignée de Brésiliens téméraires et confiants, sera la marque d’une nouvelle ère de progrès pour le Brésil55. »

  • 56 « Brasília, coração do Brasil », op. cit., p. 22.
  • 57 Idem, p. 7.
  • 58 Idem, p. 7.
  • 59 Idem, p. 8.

73Le Brésil et Brasília sont ainsi liés dès l’origine par l’occupation d’une terre prédestinée, façonnée par la nature. Quelques individus téméraires et confiants dans le destin de cette terre donneront naissance au Brésil et à Brasília : « Cabrai fut le découvreur56. » Vient ensuite l’action d’un héros collectif, « le bandeirante », le repousseur de frontières, dont l’action a permis l’intégration du territoire national brésilien. Ainsi la bandeira de Bartolomeu Bueno da Silva, partie de São Paulo le 3 juillet 1 722, a-t-elle réalisée « la première pénétration dans le quadrilatère du futur District fédéral (...)57 ». Grâce à l’action des bandeirantes dans le Sertão « commença à se forger le peuple rude et l’habitant valeureux de ces terres58. » Mais le premier grand héros national, lié tant à l’histoire du Brésil qu’à celle de Brasília (dans le récit officiel, du moins), surgit en 1789 : Tiradentes, le dirigeant légendaire de l’Inconfidencia Mineira : « L’esprit national commençait à s’ébaucher au Brésil. Au fil des ans, le peuple de la Colonie se distancait de plus en plus de la Métropole. Plusieurs tentatives d’émancipation ont surgi, culminant avec la rébellion de Vila Rica. Les Inconfidentes conspiraient... "Et n’oublions pas, dans notre plan, le transfert de la Capitale vers l’intérieur, dans la Capitainerie du Minas Gerais"59. » Ce mouvement, cette « conspiration », ne constitue pas une rupture dans l’histoire brésilienne : elle s’inscrit dans le prolongement d’un mouvement naturel de « distanciation » qui s’établit peu à peu entre la Colonie et la Métropole. Le développement de l’esprit national est ainsi la conséquence logique de l’intégration nationale réalisée par les bandeirantes.

  • 60 Brasília, caçulinha do Brasil, op. cit., p. 9.
  • 61 Idem, p. 10.

74Ces cadres fixés, l’aboutissement logique est l’obtention de l’indépendance nationale, œuvre conjointe de « Pedro I, le proclamateur » et de « José Bonifácio, le Patriarche60 », dont le nom demeure indissolublement lié au projet de transfert de la capitale. Cette indépendance, à la différence des autres nations sud-américaines, a été obtenue sans heurts et dans le cadre de la préservation de l’unité nationale : le duc de Caxias en est « le consolidateur61 ». La Colonie a œuvré à la formation territoriale du Brésil, l’Empire en a obtenu l’indépendance et maintenu l’unité nationale, la République engage, dès lors, ses forces pour le progrès matériel et moral de cette nation. Ce sont encore de grands personnages qui matérialisent les idéaux de progrès de la République : Oswaldo Cruz, le médecin hygiéniste, Perreira Passos, le maire de Rio de Janeiro, Paulo Frontin, l’architecte, qui ont assaini et reconstruit la capitale brésilienne pour en faire l’équivalent d’un « Paris tropical ». Rui Barbosa, le juriste, a pensé la doctrine de cette République, Machado de Assis, l’écrivain en a dépeint les mœurs. Mais l’œuvre de cette République a dépassé les frontières brésiliennes, en participant au progrès de l’humanité. Tel est bien le message des travaux de Santos Dumont, présenté comme le père de l’aviation, qui a libéré l’humanité de la servitude de la pesanteur terrestre. Et si les Portugais ont découvert et colonisé le Brésil grâce à l’invention de la caravelle, les Brésiliens modernes vont disposer de l’avion pour découvrir et mettre en valeur l’intérieur du vaste territoire brésilien. Or, c’est d’avion, de haut, que le Brésil doit être observé pour en découvrir ses lignes de continuité et échapper à une vision terrestre trop sensible à la perception des ruptures. Ceci suggère une distance par rapport à la réalité, pour qu’elle puisse être mieux analysée, une séparation entre le sujet et l’objet, dans le meilleur style positiviste. Et le premier Brésilien à montrer du doigt la direction nouvelle pour le développement du Brésil, n’est autre que « Getúlio Vargas, le travailleur ». En lançant en 1940, le mot d’ordre de la marche vers l’ouest, il propose au Brésil de tourner le dos à son passé atlantique pour engager ses forces vers sa « Méditerranée intérieure ».

75Mais c’est en fin de compte la fondation de Brasília sur le Planalto central qui donne sens à l’histoire brésilienne. « Juscelino Kubitschek, le semeur », dans sa vie comme dans son œuvre, incarne la synthèse des principaux traits de cette histoire. À lui seul, il fournit la preuve de la continuité de la formation historique de la Nation brésilienne : l’esprit bandeirante et indépendant, la recherche de l’intégrité territoriale et de l’unité nationale, la quête du progrès matériel et moral... La création de Brasília donne ainsi la clé de compréhension de l’histoire brésilienne. Au carrefour de toutes ces traditions elle peut donc sans crainte de rupture ouvrir le Brésil sur l’avenir (figure n° 55).

76Dans la périodisation proposée par cette pièce de théâtre (Brasília caçulinha do Brasil), toutes les luttes de l’histoire, toutes les contradictions du développement national sont niées. La nationalité cesse d’être une pratique sociale et politique. La nation devient alors une entité purement abstraite, se matérialisant à certaines époques dans l’action de personnages héroïques. Brasília est donc le nœud explicatif de l’histoire brésilienne. Telle est bien une des dimensions sémantiques de la fondation de Brasília : donner un sens - et un seul : celui de la continuité et du progrès - à la formation de la Nation brésilienne. Peu importe cependant si beaucoup de ces noms ne représentent pas grand chose pour la majorité de la population. L’essentiel est que les principaux noms soient fixés : Cabrai, Tiradentes, Pedro I, Santos Dumont, Getúlio Vargas et Juscelino Kubitschek. Cette synthèse élimine de l’histoire toute sa substance, pour en conserver seulement une idée de progrès continu : chaque réalisation s’inscrit dans une séquence linéaire. Le temps historique est alors réduit aux héros et faits héroïques. De sorte que cette nouvelle histoire nationale est à peine l’histoire des « vainqueurs », dont on a exclu tous les faits ou événements qui mettent en doute son unicité, sa continuité. Synthèse idéale d’un pays idéal, telle est la véritable dimension de Brasília.

FIGURE N° 55 : COUVERTURE DE LA REVUE EPOPÉIA (JANVIER 1959) : BRASÍLIA, JUSCELINO KUBITSCHEK, LE BANDEIRANTE, LE PRÊTRE, LE BOURGEOIS, LE PAYSAN ET L’OUVRIER : DE L’HISTOIRE DE BRASÍLIA À L’HISTOIRE DU BRÉSIL.

77Cette re-présentation de l’histoire du Brésil conçue comme un enchaînement logique de grands principes portés par l’action de personnages héroïques est d’une redoutable efficacité. Elle permet de situer Brasília au confluent des mythes fondateurs du Brésil et des aspirations nationales brésiliennes. Le songe de Dom Bosco en offre un premier exemple. Son interprétation en 1957 avait pour finalité première de fournir une base mystique et prophétique à la localisation de Brasília au point de convergence des trois bassins hydrographiques du continent sud-américain. Or, observé à travers le prisme de l’histoire brésilienne, ce songe offre un second niveau d’interprétation. Il se présente comme une version moderne des mythes géographiques diffusés à l’époque des grandes découvertes : le mythe de l’île Brésil, le mythe du Lago Dorado et le mythe de la frontière, autour desquels les Portugais ont construit leur stratégie d’expansion et d’unification territoriale.

  • 62 On pourra consulter à ce sujet les ouvrages de Cortesão (Jaime), A fundação de São Paulo, capital (...)
  • 63 Cortesão (Jaime), Alexandre de Gusmão e o Tratado de Madrid, Rio de Janeiro, Insituto Rio Branco/M (...)

78Pendant quatre siècles, l’histoire du Brésil est l’histoire d’une conquête : celle de l’espace donné aux Portugais à Tordesillas en 1494. Un espace menacé, sur ses frontières maritimes et terrestres, limité aussi, par la ligne de démarcation des possessions des Couronnes espagnole et portugaise. Cette « invention » du territoire brésilien repose sur l’action simultanée, mais non forcément coordonnée, de l’État et d’individus isolés : les bandeirantes. La formation territoriale du Brésil répond alors à un double projet, rationnel et utopique62. Le grand historien portugais, Jaime Cortesão, écrit justement à ce sujet : « une raison géographique d’État, opposée au Traité de Tordesillas, présida à la formation territoriale du Brésil63. » Intuition ? Concours de circonstances ? Toujours est-il que l’État portugais envisage la possibilité d’une unité géographique du territoire brésilien. Ceci conduit les cartographes portugais à accentuer volontairement à l’ouest le tracé du méridien de Tordesillas. Cette ambition géopolitique d’extension de la souveraineté de la Couronne portugaise trouve une première solution dans la mise en place du mythe de l’ « île Brésil ». Ce concept d’un Brésil insulaire est cartographie pour la première fois en 1528 : l’idée est que le Rio de la Plata et le Rio Maranhão (Amazonie) prennent leur source en un lac central situé à l’intérieur du continent. De très nombreux cartographes, rappelle Jaime Cortesão, ont dès le milieu du xviie siècle, considéré cette zone des affluents des trois bassins hydrographiques, ce divortium aquarium, comme un centre de formation et d’unification territoriale du Brésil, première base politique de l’État. Brasília est justement située sur la ligne de partage des bassins hydrographiques brésiliens, à l’endroit même où les cartographes portugais du xvie siècle dessinaient un lac, et où ceux du xviie siècle voyaient un centre d’unification territoriale. Or, le « songe » de Dom Bosco décrit également un lac, d’où « couleront le lait et le miel », à proximité duquel s’élèvera une grande civilisation.

  • 64 Holanda (Sergio Buarque de), Visão do Paraíso..., op. cit.
  • 65 Costa (Hipólito José da), Correio Brasiliense, vol. X, Londres, mai 1813, p. 373. Cité in Ant. His (...)

79Mythe géopolitique, comme l’a si bien démontré Jaime Cortesão, la notion d’île Brésil fait également référence à une dimension utopique. C e sont bien souvent, selon Sérgio Buarque de Holanda, des motifs édéniques qui poussent certains colons, organisés en bandeiras, à s’aventurer à l’intérieur des terres. Et d e fait, c’est grâce à des entreprises individuelles qu’est découvert et colonisé l’intérieur, ou que sont découverts les premiers gisements aurifères. Le lac central, dans la cartographie de l’île Brésil, est fréquemment appelé Lago Dourado ou tout simplement Dourado64. Le mythe du Lago Dourado ne serait alors que la version lusitanisée du mythe hispanique de l’Eldorado. Si bien que la région décrite en songe par D om Bosco fut dès le début du xvie siècle, le pivot de la stratégie portugaise d’expansion territoriale, mais également l’objet de convoitises individuelles pour d’autres (figure n° 56). Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que lorsque Hipólito José da Costa décrit en 1813 le site idéal pour la future capitale, aux sources du fleuve São Francisco, il conclut sa présentation par la phrase : « en un mot, une situation qui peut être comparée à celle d u Paradis Terrestre65. »

  • 66 Une telle remarque n’est pas sans évoquer le cas des États-Unis, où l’accès au pouvoir de Kennedy (...)

80L’interprétation du songe de D om Bosco, en 1957, au profit de Brasília, renvoie donc à la double dimension du mythe fondateur du territoire brésilien : géopolitique (mythe de l’île Brésil) et édénique (mythe du Lago Dourado). Elle réactive l’idée, profondément ancrée dans la culture et l’imaginaire brésilien, d’un Brésil comme espace à inventer ou réinventer. Et l’appel de Juscelino Kubitschek aux nouveaux bandeirantes, aux repousseurs de frontières, pour construire Brasília, renforce cette référence aux mythes fondateurs. Brasília se présente alors comme la nouvelle « frontière » du Brésil à partir de laquelle il sera possible d e réinventer le Brésil et les Brésiliens. Or le thème de la « frontière » est extrêmement mobilisateur au Brésil66. Dans une société dont les structures sociales demeurent fortement traditionnelles, les nouveaux fronts pionniers, organisés autour de l’expansion d’un produit agricole (le café, par exemple) ou d’un grand chantier (comme la construction de Brasília) constituent un recours privilégié pour ceux qui aspirent à une vie meilleure : la mobilité horizontale (spatiale) est ainsi associée à la mobilité verticale (sociale). Le souhait d’inscrire Brasília dans le prolongement des mythes fondateurs du Brésil est censé faire de la nouvelle capitale le point de convergence de tous les espoirs et de toutes les ambitions de la population brésilienne.

FIGURE N° 56 : REPRÉSENTATION CARTOGRAPHIQUE DE L’ÎLE BRÉSIL (1597-1612). EXTRAIT DU « THEATRUM MUNDI » DE L’ATLAS COSMOGRAPHIQUE DE JOÃO BAPTISTA LAVANHA ET LUIS TEIXIERA. LES TROIS PRINCIPAUX BASSINS FLUVIAUX DU BRÉSIL (PARANA-PRATA, TOCANTINS-AMAZONE, SÃO FRANCISCO) PRENNENT LEUR SOURCE EN UN LAC CENTRAL.

  • 67 Rodrigues (José Honório), Aspirações nacionais : interpretação histórico política, Rio de Janeiro, (...)
  • 68 Freyre (Gilberto), Ordern e progresso, Rio de Janeiro, José Olímpio Editôra, 1962, p. 492.

81Chacun des personnages, chacun des événements retenus dans la re-présentation de l’histoire brésilienne, sert justement à incarner ces espoirs individuels, ces aspirations nationales. Selon José Honório Rodrigues ces « aspirations permanentes sont un héritage historique, ont une valeur durable et vitale, reflètent des valeurs primaires traditionnelles unanimement acceptées, dont dérivent d’autres aspirations, et sont nationales, constituant une projection de tous et non de l’élite ou de groupes populaires. Communes à toutes les couches sociales, elles résultent d’une sélection discriminatoire du processus historique67. » Ce texte, extrait d’une conférence prononcée en 1957 à l’École Supérieure de Guerre, est contemporain de la construction de Brasília. Il constitue donc pour nous un point de repère à partir duquel analyser les principales références conservées dans la réinterprétation de l’histoire brésilienne. Parmi ces aspirations nationales, cet historien retient, par exemple, l’indépendance et la souveraineté, le maintien de l’intégrité territoriale et la défense de l’unité nationale, la défense de l’idéal démocratique. Les personnages de Tiradentes, Pedro I et José Bonifácio incarnent l’esprit d’indépendance du Brésil ; les bandeirantes ont concouru au maintien de l’intégrité territoriale brésilienne ; les constituants de 1891 représentent l’idéal démocratique ; Getúlio Vargas, avec la marche vers l’ouest, évoque le souhait de l’occupation effective du territoire et du maintien de l’unité nationale. Mais dans ce tableau des personnages symboliques de l’histoire brésilienne, une figure ressort entre toutes : celle de Santos Dumont, élevé au statut de héros qui a réussi à vaincre l’indolence du Brésil : il est, selon Gilberto Freyre, le symbole de la capacité brésilienne à vaincre l’espace et le temps - les deux plus grands handicaps auxquels le Brésil doit faire face. Santos Dumont incarne ainsi un Brésil capable de se dresser face aux nations développées et même, grâce à ses capacités techniques, de « les rattraper dans le temps social par de nouvelles vitesses dans l’espace physique68. » N’est-ce pas exactement l’ambition de Brasília que de symboliser le progrès technique et industriel du Brésil et de vaincre la barrière du temps : « 50 ans en 5 ans » !

82Le projet Brasília, situé au point de convergence de l’histoire brésilienne, des mythes fondateurs et des aspirations nationales, trouve en Juscelino Kubitschek, figure de la modernité mineira, le premier interprète de ses potentialités. La décision de la construction de la nouvelle capitale permet alors à chacune de s’épanouir autour de ce nœud sémantique, pour aboutir à une synthèse nouvelle : le Brésil moderne.

Notes

1 Détienne (Marcel), dir., Tracés de fondation, Louvain-Paris, Peeters, 1990, p. 2. Nous renvoyons ici à l’ouvrage de l’historien de l’architecture Joseph Rikwert, The Idea of a Town : The Anthropology of Urban Form in Rome, Italy and the Ancient World, Princeton University Press, 1976, 242 p. On pourra également consulter la belle recherche de Jean-Bernard Racine, La ville entre Dieu et les hommes, Paris, Anthropos, 1993, 354 p.

2 Je ne prétends pas affirmer que Kubitschek a d’emblée pensé la fondation de Brasília en termes rituels. Mais ce qui est sûr, en revanche, c’est qu’il a peu à peu pris conscience de l’importance de ces moments dans la vie d’une nation. Ce que nous proposons ici est donc ce que le sociologue Jean Duvignaud appelle une « reconstruction utopique » de la fondation de Brasília à partir de faits enregistrés durant les quatre années de construction (Chebika, Paris, Plon « Terre Humaine », 1991 (1re éd. : 1968), p. 18).

3 Voir par exemple : Kern (lara dos Santos) (éd.), De Akenaton a )K, das pirâmidas a Brasília, Brasília, 1984, 50 p.

4 Rykwert (Joseph), The Idea of a Town..., op. cit., p. 194. Cette vision de procédures de fondation se succédant en un ordre strict a été d’abord défendue par l’historien Fustel de Coulanges dans le dernier tiers du dix-neuvième siècle (Fustel de Coulanges (Numa Denis), La cité antique : étude sur le culte, le droit, les institutions de la Grèce et de Rome, Paris, Hachette, 1885). Récemment, cette vision d’une « fondation de bronze et d’airain », pour reprendre les paroles de Marcel Détienne (Tracés de fondation, op. cit., p. 3), a été largement remise en cause grâce notamment à la multiplication des fouilles archéologiques qui ont permis d’avoir une connaissance plus fine des modalités de fondation des villes anciennes (voir par exemple l’ouvrage coordonné par l’archéologue Jean Louis Huot : La ville neuve : une idée de l’antiquité, Paris, Esrance, 1988, 289 p). Toutefois, entre 1957 et 1960, lorsque Juscelino Kubitschek préside à la fondation de Brasília, c’est encore la vision classique qui est encore largement divulguée et enseignée.

5 Fustel de Coulanges (Numa Denis), La cité antique..., op. cit., p. 153.

6 Rykwert (Joseph), The Idea of a Town..., op. cit, p. 31.

7 « A profecia de São João Bosco », in Revista Brasília, vol. 1., n° 12, déc. 1957, p. 16. Cette prophétie a fait l’objet d’une étude critique à laquelle nous renvoyons pour plus de détails : Espejo (Arturo), Rationalité et formes d’occupation de l’espace, op. cit, pp. 77-95. Nous n’analysons ici cette prophétie que dans son seul aspect de « révélation divine du site », auquel l’auteur de l’étude accorde par ailleurs peu de place.

8 Ceria (Eugenio), coord., Memorie biografiche di S. Giovanni Bosco, Turin, SEI, vol. 16, 1935 (chap. 1 3 : « Il salesani entrano nel Brasile. Vicariato e prefettura apostolica in Patagonia. Grande Sogno missionario »), pp. 385-394.

9 Vasconcelos (Adirson), A mudança da capital : Brasília, op. cit, p. 72.

10 Ceria (Eugenio), coord., Memorie biografiche di S. Giovanni Bosco, op. cit., pp. 391 -392.

11 « A profecia de São João Bosco », in Revista Brasília, vol. 1, n° 12, p. 16.

12 Idem, p. 16.

13 « A profecia de São joão Bosco », Revista Brasília, vol. 1, n° 12, déc. 1957, p. 16.

14 Caminha (Pero Vaz de), « Lettre au roi Dom Manuel », in Cândavo (Pero de Magalhães de), Histoire de la province de Santa Cruz que nous nommons Brésil, Nantes, Le Passeur, 1995, p. 134 et p. 146.

15 Kubitschek (Juscelino), Por que construí Brasília, op. cit, pp. 76-77.

16 Silva (Ernesto), História de Brasília, op. cit, p. 195.

17 « Oração de D. Carlos Carmelo de Vasconcelos Mota », in Revista Brasília, vol. 1, n° 5, mai 1957, P-13.

18 Kubitschek (Juscelino), « Estamos vivendo u ; a hora que a história vai fixar », in Revista Brasília, vol. 1, n° 5, mai 1957, p. 1.

19 Kubitschek (juscelino), Por que construí Brasília, op. cit., p. 79.

20 Idem, pp. 78-79

21 « Oração de D. Carlos Carmelo de Vasconcelos Mota », in Revista Brasília, vol. 1, n° 5, mai 1957, pp. 13-14

22 Fustel de Coulanges (Numa Denis), La cité antique..., op. cit, p. 154.

23 Rykwert (Joseph), The Idea of a Town..., op. cit, p. 26

24 Cité in Costa (Lucio), Brasília, cidade que inventei, op. cit, p. 35. Les péninsules dont parle Lucio Costa sont les langues de terre qui pénètrent dans le lac, au nord et au sud du plan pilote.

25 Idem, p. 88

26 Idem, pp. 85-86.

27 Rykwert (Joseph), The Idea of a Town..., op. cit, p. 90.

28 Pour que l’ensemble des bâtiments civiques et administratifs soient effectivement achevés le jour de l’inauguration, une discipline de fer est imposée aux ouvriers de la construction par la Novacap. Le gouvernement a en effet attribué les pleins pouvoirs à la Novacap pour diriger les travaux de construction. Le territoire du district fédéral est, durant la construction, situé en dehors des lois publiques. La Novacap définit le nombre d’heures quotidiennes de travail, les jours de repos, etc. Aucune grève, aucun mouvement revendicatif ne sont tolérés : une police de la Novacap veille à la bonne application des mesures prises. Voir l’étude de Gustavo S. Lins Ribeiro (O capital da experança : Brasília, estudo sobre uma grande obra de construção civil, Brasília, UnB, Dépt de Sciences Sociales, 1980) qui relate notamment plusieurs cas de répression de grèves par la police de la Novacap : les grévistes ont été tués à bout portant, sans aucune autre forme de procès, par des policiers armés de mitraillettes. Et lorsqu’un ouvrier, ivre de fatigue perd l’équilibre et fait une chute de 15 étages du haut de la tour du Congrès, la police ramasse le corps avant que ses camarades de travail n’aient dévalé les 15 étages !

29 « Entrevista do deputado Emival Caiado », Revista Brasília, vol. 1, n° 9, sept. 1957, p. 11.

30 Campos (Manoel França), Brasília, terceiro marco, Rio de Janeiro, Livraria São José, 1960, p. 21.

31 Kubitschek (Juscelino), Por que construí Brasília, op. cit, p. 94

32 « Avec Brasília, l’on vérifie (...) que nous n’exportons pas seulement du sucre, du café, du cacao (...), des produits coloniaux ; nous nous montrons capables de fournir un peu d’aliment à la culture universelle » (Kubitschek (Juscelino), « Discurso ao congresso internacional de críticos de artes », in Brasília, n° 33, sept. 1959, p. 3).

33 Chediak (José), « Ata ofical da Inauguração », in Kubitschek (Juscelino), A marcha do amanhecer, op. cit., pp. 98-108.

34 Huot (Jean-Louis), La ville neuve, une idée de l’antiquité, op. cit., p. 265.

35 Museu Histórico de Brasília.

36 « Depoimento de José de Resenda Costa (filho), 28 juillet 1 789, Vila Rica », Actos da devar-sa da Inconfidência Mineira, op. cit., vol. 1, p. 212. Cité in Ant. Hist., vol. 1, p. 25. Le professeur Horácio Mendes, dans la revue Brasília, n° 40, dédiée à l’inauguration de la nouvelle capitale rédige un article intitulé « Brasília e seus antecedentes » dans lequel il attribue au chanoine Luís Vieira da Silva des déclarations apocryphes sur un plan des conjurés : « ... éloigner la capitale des agitations d’un port maritime et des populations mouvantes, où ¡I semble que la terre provoque les tumultes. Et cela (...) concernait la ville de Rio de Janeiro » (p. 31). La fin justifie donc tous les moyens, même la falsification d’archives !

37 Kubitschek (Juscelino), Por que construí Brasília, op. cit., p. 18.

38 Museu Histórico de Brasília

39 Idem.

40 Kubitschek (Juscelino), Por que construi Brasília, op. cit., p. 19.

41 Museu Histórico de Brasília.

42 Kubitichek (Jucelino) Porque construí Brasília, op. cit., pp. 23-24.

43 Kubitichek (Jucelino) Porque construí Brasília, op. cit., pp. 20

44 Museu Histórico de Brasília.

45 Kubitschek (Juscelino), A marcha do amanhecer, op. cit., p. 57.

46 « Brasília, coração do Brasil », n° spécial de la revue Epopéia, Rio de Janeiro, Editôra Brasil- América, jan. 1959, p. 33

47 Barbosa (Raúl de Sá), « Brasília, evolução histórica de urna idéia », in Módulo, vol. 18, n° 3, juin 1960, p. 43

48 Museu Histórico de Brasília.

49 Veyne (Paul), Comment on écrit l’histoire, Paris, Points Seuil, 1971, pp. 97-118.

50 Pinheiro (Israel), « Aspectos Gerais da mudança », Revista Brasília, vol. 1, n° 3, mars 1957, p. 14.

51 Magalhães (Paulo de), Brasília, caçulinha do Brasil : alegoria infantil, Rio de Janeiro, Campanha Nacional de Teatro, 1959, 35 p. La pièce est financée par le ministère de l’Éducation et de la Culture.

52 La rédaction de la revue Epopéia indique que, avant l’impression, les originaux de cette histoire de Brasília en bande dessinée ont été soumis à juscelino Kubitschek, à Ernesto Silva (directeur de la Novacap, qui annota même plusieurs pages), à Oscar Niemeyer, ainsi qu’à des membres de l’équipe de Lúcio Costa.

53 Magalhães (Paulo de), Brasília, caçulinha do Brasil, op. cit., p. 21.

54 Idem, pp. 33-35.

55 « Brasília, coração do Brasil », op. cit., p. 4.

56 « Brasília, coração do Brasil », op. cit., p. 22.

57 Idem, p. 7.

58 Idem, p. 7.

59 Idem, p. 8.

60 Brasília, caçulinha do Brasil, op. cit., p. 9.

61 Idem, p. 10.

62 On pourra consulter à ce sujet les ouvrages de Cortesão (Jaime), A fundação de São Paulo, capital geográfica do Brasil, op. cit. ; História do Brasil nos velhos mapas, Rio de Janeiro, Ministério das Relações exteriores, Instituto Rio de Branco, 1971, 443 p. On lira également avec profit le livre de Sergio Buarque de Holanda, Visão do Paraíso : os motivos edênicos no descobrimento e colonização do Brasil, São Paulo, Editora Brasiliense, 1992 (1re éd. : 1959), 365 p.

63 Cortesão (Jaime), Alexandre de Gusmão e o Tratado de Madrid, Rio de Janeiro, Insituto Rio Branco/Ministerio das Relacções exteriores, 1956, 1re partie, tome 2 (1 735-1 753), p. 135.

64 Holanda (Sergio Buarque de), Visão do Paraíso..., op. cit.

65 Costa (Hipólito José da), Correio Brasiliense, vol. X, Londres, mai 1813, p. 373. Cité in Ant. Hist., tome 1, p. 115.

66 Une telle remarque n’est pas sans évoquer le cas des États-Unis, où l’accès au pouvoir de Kennedy à la fin de 1960 relance le « mythe de la frontière ». D’ailleurs, cette idée d’un rapprochement entre la situation du Brésil (oeuvre du bandeirante) et des États-Unis (oeuvre du pionnier) est à la source de l’étude de l’historien Vianna Moog (Clodomil) : « comment les États-Unis d’Amérique, pays plus jeune et moins vaste, ont-ils pu réaliser des progrès quasi miraculeux et sont-ils parvenus à l’avant-garde des nations, représentant sous beaucoup d’aspects la plus prodigieuse réalité de tous les temps, tandis que le Brésil n’est encore, même pour les plus optimistes, qu’une terre d’avenir ? » (Défricheurs et pionniers. Parallèle entre deux cultures, Paris, Gallimard, 1963 (éd. originale : 1954), 341 p.). Selon l’auteur, cette résorption du retard économique et de la misère qui caractérisent le Brésil ne pourra émaner que de l’action de l’État. La tâche des gouvernements étant alors de réinventer le peuple, d’accepter le métissage et de moderniser, sans altérer l’ordre naturel du monde. Les thèses de cet ouvrage ont eu une influence notable sur |uscelino Kubitschek, qui l’affirme lui même dans ses Mémoires : « Nous avons dans notre littérature un classique, aujourd’hui de diffusion internationale, Bandeirantes e Pioneiros, de Vianna Moog et qui fut un livre qui m’enseigna à comprendre les tâches historiques des uns et des autres ». (Porque construí Brasília, op. cit., p. 86).

67 Rodrigues (José Honório), Aspirações nacionais : interpretação histórico política, Rio de Janeiro, Editôra Civilização Brasileira, 1970, pp. 73-74.

68 Freyre (Gilberto), Ordern e progresso, Rio de Janeiro, José Olímpio Editôra, 1962, p. 492.

Table des illustrations

Légende FIGURE N° 46 : LE TERRITOIRE CONCERNÉ PAR LE SONGE DE DOM BOSCO ET LA LOCALISATION DU DISTRICT FÉDÉRAL (CARTE DE « PROPAGANDE »).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende FIGURE N° 47 : LES INDIENS CARAJÁS INVITÉS À LA PREMIÈRE MESSE DE BRASÍLIA (MAI 1957). LA PRÉSENCE NÉCESSAIRE DES AUTOCHTONES POUR LA FONDATION DE LA NOUVELLE CAPITALE.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1475/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Légende FIGURE N° 48 : LA PREMIÈRE MESSE DE BRASÍLIA (MAI 1957). LA CHAPELLE A ÉTÉ DESSINÉ PAR OSCAR NIEMEYER.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1475/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende FIGURE N° 49 : LE CROISEMENT DES AXES DU PLAN PILOTE DE BRASÍLIA (JUIN 1957).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1475/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1475/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1475/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende FIGURE N° 50 : JUSCELINO KUBITSCHEK SALUE LA NAISSANCE DE BRASÍLIA (21 AVRIL 1960).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1475/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende FIGURE N° 51 : DÉFILÉ DES OUVRIERS SUR LA PLACE DES TROIS POUVOIRS (21 AVRIL 1960).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1475/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende FIGURE N° 52 : L’ARRIVÉE DES AUTORITÉS AU CONGRÈS NATIONAL (21 AVRIL 1960).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1475/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende FIGURE N° 53 : LE MUSÉE DE BRASÍLIA SUR LA PLACE DES TROIS POUVOIRS.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1475/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende FIGURE N° 54 : « L’HISTOIRE DE BRASÍLIA » EST GRAVÉE SUR DES PLAQUES DE MARBRE FIXÉES À L’INTÉRIEUR DU MUSÉE DE BRASÍLIA.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1475/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende FIGURE N° 55 : COUVERTURE DE LA REVUE EPOPÉIA (JANVIER 1959) : BRASÍLIA, JUSCELINO KUBITSCHEK, LE BANDEIRANTE, LE PRÊTRE, LE BOURGEOIS, LE PAYSAN ET L’OUVRIER : DE L’HISTOIRE DE BRASÍLIA À L’HISTOIRE DU BRÉSIL.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1475/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende FIGURE N° 56 : REPRÉSENTATION CARTOGRAPHIQUE DE L’ÎLE BRÉSIL (1597-1612). EXTRAIT DU « THEATRUM MUNDI » DE L’ATLAS COSMOGRAPHIQUE DE JOÃO BAPTISTA LAVANHA ET LUIS TEIXIERA. LES TROIS PRINCIPAUX BASSINS FLUVIAUX DU BRÉSIL (PARANA-PRATA, TOCANTINS-AMAZONE, SÃO FRANCISCO) PRENNENT LEUR SOURCE EN UN LAC CENTRAL.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1475/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 372k

© Éditions de l’IHEAL, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable