Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Nova Lisboa à Brasília

 | 
Laurent Vidal

V. Vera Cruz, capitale de la conciliation nationale (1930-1955)

Texte intégral

« Une grande ville au centre d’un État, qui réunit les assemblées du gouvernement (...), telle est, à l’exemple de Königsberg sur le Pregel, la ville qu’on peut considérer comme adaptée au développement de la connaissance des hommes et du monde, et où, sans voyage, cette connaissance peut être acquise. »
Emmanuel Kant, L’Anthropologie du point de vue pragmatique.

  • 1 Cette révolution, explique Charles Morazé « est, sans le dire et peut-être sans le savoir, encore (...)

1En novembre 1930, l’accès de Getúlio Vargas (1882-1954) à la présidence de la République sonne le glas de la Première République brésilienne. Un nouveau Brésil prend possession de la scène politique, le Brésil urbain des classes moyennes. S’inscrivant en rupture avec la vision traditionnelle d’un État au service des intérêts particuliers, la « révolution1 » de 1930, soutenue par les militaires, cherche à promouvoir un État au service de l’intérêt national, et modifie ainsi les termes du débat sur le transfert de la capitale. La discussion sort du cadre clos du Congrès pour devenir à nouveau un sujet de réflexion scientifique et technique, un élément saillant de la réflexion géopolitique de l’État. Des scientifiques, membres de l’Institut historique géographique brésilien (IHCB), ou du tout nouvel Institut brésilien de géographie et de statistiques (IBGE) mais aussi des officiers militaires, réfléchissent à la question. Les débats s’organisent autour de deux des principales composantes de la stratégie géopolitique de Vargas : la sécurité nationale d’une part, et la modernisation des structures économiques, sociales et administratives, d’autre part.

  • 2 L’article 4 des dispositions transitoires de la nouvelle constitution est adopté dans les termes s (...)

2Le Congrès, jusqu’à sa suppression en 1937, intervient peu dans le débat. L’Assemblée constituante de 1934, dont la composition est un savant mélange entre des représentants politiques traditionnels et des représentants professionnels, se contente de reconduire le principe du transfert de la capitale, au sein d’une constitution hybride, concrétisant tant les idées du libéralisme politique que du réformisme et du dirigisme économique2. Les rares et rapides débats concernent bien moins la légitimité du transfert que la question de la localisation de la future capitale. Ce dispositif ne sera pas plus appliqué que celui de la constitution de 1891. La constitution de l’Estado Novo en 1937 ne reprendra pas le principe.

3Derrière cette apparente similitude se cache pourtant une profonde mutation de la société brésilienne, de ses modalités de représentation du politique, de son champ de références culturelles, dont le régime de Vargas serait à la fois le témoin et le promoteur. C’est comme si, après les débuts mouvementés de la première République marqués par le divorce entre le peuple et les élites, le Brésil prenait acte de l’émergence d’un nouvel ensemble de valeurs capable à nouveau d’agglutiner la société, et voulait s’engager désormais dans une tentative de conciliation nationale. La construction d’un Brésil moderne, passant par la prise de possession effective de l’ensemble du territoire brésilien et par la réconciliation du Brésil urbain et rural, est alors présentée comme une œuvre d’intérêt national.

LA NOUVELLE GÉOPOLITIQUE BRÉSILIENNE ET LE TRANSFERT DE LA CAPITALE

4Afin de comprendre l’enjeu et la signification nouvelle de cette modernisation, il nous faut évoquer les conditions dans lesquelles Getúlio Vargas accède au pouvoir. Né en 1882 dans l’État du Rio Grande do Sul, et militant du parti républicain du Rio Grande do Sul (PRR), ses positions progressistes et ses talents d’orateur sont rapidement remarqués par les dirigeants du parti, qui soutiennent sa candidature au poste de gouverneur de l’État en 1926. Le Rio Grande do Sul, troisième puissance économique de la fédération, est le seul État qui se soit doté d’une constitution positiviste et républicaine après la promulgation de la constitution fédérale de 1891. En permanence aux portes du pouvoir entre 1889 et 1930, le Rio Grande do Sul est cependant constamment écarté de la direction de l’État fédéral par l’alliance entre paulistes et mineiros, hostiles au républicanisme musclé des gauchos. La constitution d’inspiration positiviste se veut avant tout une réponse à un contexte politique précis : le groupe dominant, au sens économique et politique du terme, de l’État du Rio Grande do Sul manifeste une hostilité ouverte à la nouvelle classe dirigeante qui arrive au pouvoir avec la proclamation de la République. Or le positivisme, par son contenu anti-libéral, fournit les moyens institutionnels et idéologiques d’une opposition aux pratiques gouvernementales des républicains libéraux. Et c’est justement cet État et le PRR, avec Borges de Medeiros à sa tête, qui soutiennent en 1930 la candidature à la présidence de la République de Getúlio Vargas. Ce dernier réussit à rassembler autour d’un programme audacieux - soutien à l’industrialisation du pays, souci des classes travailleuses, recensement des biens de l’intérieur-tous les progressistes du Brésil. Ce programme suscite l’adhésion des classes moyennes, de la plupart des intellectuels et surtout, point capital, des militaires et des jeunes officiers.

  • 3 Sur les liens entre l’industrialisation et l’urbanisation au Brésil, durant les années 1920-1940, (...)

5L’installation de Vargas au pouvoir correspond à un brusque changement dans le rythme des transformations urbaines et industrielles. Le recensement de 1920 indique la présence de 13 336 établissements industriels dans le pays, employant 275 512 ouvriers, essentiellement dans les secteurs du textile et de l’alimentaire : les secteurs de base de l’infrastructure industrielle (sidérurgie, mécanique lourde) sont très faibles. Il ne s’agit encore que de petites unités, puisque seulement 482 établissements emploient plus de cent ouvriers. Toutefois, cette industrialisation, essentiellement urbaine, redéfinit du coup la logique coloniale de la croissance urbaine. La ville, jusque-là siège du pouvoir politique et du capital commercial, devient aussi le lieu de l’activité productive. Le Brésil, notamment dans les régions sud et sud-est, se couvre de petits centres urbains aux formes totalement nouvelles, et dont l’ancrage territorial, l’organisation spatiale, et la structure sociale ne partagent rien en commun avec la ville coloniale. En même temps la population des métropoles connaît une forte augmentation : Rio de Janeiro passe de 522 651 habitants en 1890 à 1 157 873 en 1920 et 1 519 010 en 1940 ; São Paulo, de 64 934 habitants en 1890, à 579 033 en 1920 et 1 258 482 en 19403.

  • 4 Ianni (Otávio), Estado e planejamento econômico no Brasil (1930-1970), Rio de Janeiro, Civilização (...)
  • 5 Velho (Otávio Guilherme), Capitalismo autoritário e campesinato, São Paulo, Difel, 1976, p. 133.
  • 6 Skidmore (Thomas), Brasil de Getúlio a Castelo (1930-1964), Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1992, p.  (...)

6L’ensemble de ces transformations, qui touchent à l’organisation de la vie quotidienne, ont cependant lieu de façon totalement autonome. Jusqu’en 1930, l’État n’intervient pas pour soutenir ce mouvement ou en corriger les excès. G. Vargas, inaugurant un mode populiste et dirigiste de la gestion des affaires du pays, engage justement l’État dans l’accompagnement, le soutien et la direction de cette modernisation économique du Brésil. Avec la présidence de Vargas, la bourgeoisie industrielle et les classes moyennes urbaines accèdent au pouvoir : c’est, selon Otávio Ianni, « la première victoire de la ville sur la campagne au Brésil4. » Entre 1930 et 1945, le gouvernement fédéral crée des commissions, des conseils, des départements, des instituts, des compagnies (comme la compagnie pétrolière PETROBRAS), des fondations (comme la FEBEM, Fondation pour le bien-être des mineurs), formule des plans économiques, promulgue des lois et des décrets, organise des débats sur les problèmes économiques, financiers, administratifs, éducatifs, technologiques etc. Les mesures adoptées concernent pratiquement toutes les sphères de la société nationale. Il s’agit d’étudier, de coordonner, de protéger, de discipliner les activités productives en général. Belle victoire de l’esprit positiviste où l’État, désormais « agent transformateur de la société5 » et non plus simple instrument aux mains d’intérêts privés, est contrôlé par des techniciens : cette tendance s’affirme notamment à partir de l’instauration de l’Estado Novo en 1937 qui « amena des changements irréversibles au sein de la vie politique et de l’administration publique. Mais plus important encore, il transforma les relations entre le pouvoir fédéral et étatique et favorisa ainsi l’apparition d’un gouvernement véritablement national. En 1945, le Brésil disposait d’un pouvoir fédéral incommensurablement plus fort que celui que les révolutionnaires avaient pris en 19306. »

7Dans le cadre de la mise en place d’un État véritablement national, Getúlio Vargas charge en 1933 la Société de géographie de Rio de Janeiro d’étudier les problèmes d’une nouvelle division territoriale du Brésil. Une Commission nationale est créée sous la direction du géographe Everardo Backheuser, professeur à l’École polytechnique de Rio de Janeiro. L’enjeu est clairement affiché : il s’agit de porter un coup fatal à l’organisation politique traditionnelle, expression des intérêts et des particularismes locaux et régionaux. L’idée avait été avancée en 1932 par le géographe Teixeira de Freitas, directeur général du service informations et statistiques du ministère de l’Éducation, lors d’une très longue conférence à l’Institut historique et géographique brésilien. Teixeira de Freitas suggérait une division du Brésil en 30 unités, dirigées par une métropole à l’intérieur du pays (carte n° 4) :

  • 7 Freitas (Teixeira de), « Ο reajustamento territorial do quadro politico do Brasil », 1932, Cité in (...)

« Pour la localisation de la future capitale de la République, l’idéal serait le transfert vers le rectangle du Planalto central déjà démarqué et étudié à cette fin. Ici, toutefois, des difficultés financières, économiques et politiques obligent à une solution habile, de façon à ce que tous les empêchements disparaissent, mais que rien d’essentiel ne soit sacrifié au plan d’intégration de la charpente politique de la nation7. »

CARTE N° 4 : ÉBAUCHE D’UNE NOUVELLE CARTE POLITIQUE DU BRÉSIL AVEC BELO HORIZONTE COMME NOUVELLE CAPITALE (PAR TEIXEIRA DE FREITAS EN 1932).

  • 8 Il reprend ainsi une suggestion faite en 1931 par le Desembargador Vieira Ferreira qui proposait e (...)

8L’auteur suggère donc l’adoption d’une « solution d’urgence », c’est-à-dire un transfert en deux étapes : premièrement vers une ville de l’intérieur déjà construite, et répondant aux critères les plus modernes de l’urbanisme, et enfin vers le rectangle Cruls, lorsque les conditions le permettront (il suggère que le nom de la future capitale soit Ibéria ou Lusitania8). La capitale-étape que choisit Teixeira de Freitas est la ville de Belo Horizonte, nouvelle capitale du Minas Gerais depuis 1897 :

  • 9 Idem, p. 206.

« Belo Horizonte est l’urbs historiquement destinée - je dirais mieux, prédestinée - à présider au nouveau cycle que la Révolution de 1930 a ouvert avec des potentialités et des vertus imprévisibles, mais certainement magnifiques, pour l’histoire de la patrie brésilienne.
Belo Horizonte est située sur le Planalto central, et en tant que tel satisfait à une directive traditionnelle (...) en même temps qu’à un impératif constitutionnel. Elle est aujourd’hui précisément le centre de gravité de la configuration démographique et politique du Brésil9. »

  • 10 Les personnalités suivantes composent la commission nationale : Everardo Backheuser (président de (...)
  • 11 Voir à ce sujet l’étude de Vesentini (José William), A capital da geopolítica, São Paulo, Editôra (...)

9La solution d’un transfert temporaire vers Belo Horizonte est approuvée comme « une forme heureuse et sage » par la Société de géographie de Rio de Janeiro, qui refuse cependant de soutenir le plan de division territoriale, proposé par Teixeira de Freitas, considéré comme trop proche des réalités régionales. La Commission nationale dirigée par Everardo Backheuser doit donc rompre avec ce découpage traditionnel, et faire coïncider l’organisation du Brésil avec les nouveaux principes, rationnels et techniques, du « cycle que la révolution de 1930 a ouvert ». La Commission Backheuser est composée de membres représentatifs des organisations scientifiques, techniques et militaires du Brésil10. Elle doit réfléchir à une nouvelle stratégie géopolitique pour le Brésil, c’est-à-dire à un discours de l’État national sur la construction de l’espace, prenant en compte les intérêts de l’État au niveau national et international11. La question de la capitale n’est pas l’enjeu principal des travaux : sa localisation n’est qu’un des vastes problèmes envisagés. Néanmoins, la Commission Backheuser reprend la solution Cruls, qu’elle justifie à l’aide des nouvelles données de la géopolitique brésilienne :

  • 12 « Relatório final da Grande Comissão de Redivisão Territorial », 1933, in Ant. Hist., tome 2, p. 2 (...)

« Les capitales intérieures sont bien mieux protégées des attaques extérieures, conservent mieux les traditions nationales, ont une vie moins cosmopolite (...). La capitale intérieure sera le premier pas d’une vaste et nécessaire politique nationale, de large horizon, de soutien et de protection des activités rurales du pays. La capitale intérieure amènera vers l’Hinterland l’impulsion créatrice qui lui manque, le vitalisant ainsi12. »

10Certaines des conclusions de la Commission serviront ainsi de base à la doctrine géopolitique de l’Estado Novo (1937-1945). Ainsi en 1938, Getúlio Vargas crée l’IBGE et lui confie comme première tâche de recenser les « problèmes de base du Brésil » et de proposer des moyens à mettre en œuvre pour y remédier. Le rapport définitif paraît en 1945. La réflexion de l’IBGE se situe donc au cœur de la période de l’Estado Novo (1937-1945). Le diagnostic des difficultés brésiliennes est sévère : il souligne notamment, avec force, le développement inégal du Brésil littoral et du Brésil intérieur, la faiblesse du secteur industriel, l’absence de voies de communication reliant entre eux l’ensemble des États ; il s’inquiète également des problèmes de sécurité nationale que posent les villes portuaires capitales d’État ; les problèmes sociaux et économiques des campagnes sont étudiés un à un ; la localisation de la capitale fédérale au sein du territoire brésilien est également évoquée. Concernant ce dernier point, le rapport du Conseil national de statistiques de l’IBGE prend une position très nette :

  • 13 IBGE, Problemas de base do Brasil, cité in Ant. Hist., tome 2, p. 272.

« Moins par esprit belliqueux qu’en raison de l’effet psychologique des assauts aux grandes villes, il est d’un indiscutable avantage pour un pays d’avoir sa métropole protégée autant que possible des attaques directes d’un éventuel ennemi et à couvert, également, de la subversion que peuvent facilement provoquer des agressions extérieures ou des mouvements internes.
Or le Brésil ne possède aucun de ces avantages en ce moment. Sa capitale est périphérique et facilement attaquable par mer, par terre et par air, les éléments essentiels de son économie et pour sa subsistance pouvant être atteints (...).
Il semble donc que l’on ne puisse mettre en doute la nécessité d’intérioriser la capitale, comme mesure de sécurité nationale, tant interne qu’externe13. »

  • 14 Idem, in Ant. Hist., tome 3, p. 104.

11La constatation s’intègre tout à fait dans la doctrine géopolitique et la logique sécuritaire de l’Estado Novo. La critique à l’égard des grandes villes cosmopolites n’est cependant pas empreinte, comme sous la República Velha, d’une bienveillante idéologie ruraliste. L’IBGE propose ainsi de « soulager les centres métropolitains actuels des masses démographiques qui ont accouru vers eux et sont de trop dans leur organisation sociale et économique, en raison de la faiblesse organique du pays ; tout en les transformant en même temps en éléments nécessaires pour l’œuvre d’occupation et de peuplement qu’il est urgent de réaliser à l’intérieur du pays14 ». L’ambition de contrôler les masses urbaines, de maîtriser le peuplement urbain, et de réorienter le flux migratoire des grandes villes vers l’intérieur, renvoie au projet d’intériorisation de la capitale que l’IBGE situe au quinzième rang des « objectifs essentiels du moment » :

  • 15 Idem, in Ant. Hist., tome 3, p. 105.

« Transférer par étapes, en deux déplacements successifs, le premier préparant le second, la capitale du pays vers l’intérieur, avec non seulement un objectif de défense mais encore d’équitable influence sur tout le pays : ce qui doit permettre comme élément de mobilisation, d’intégration et de cohésion nationale, de neutraliser, par son centripétisme énergique et équilibré, les forces centrifuges qui jouent d’autant plus efficacement et plus puissamment qu’elles sont périphériques15. »

12Parmi les « instruments » à utiliser pour atteindre les objectifs fixés, l’IBGE suggère :

  • 16 Idem, in Ant. Hist., tome 3, pp. 108-109.

« Transfert provisoire de la capitale fédérale vers Belo Horizonte, moyennant un simple échange de siège entre le gouvernement mineiro et le gouvernement fédéral, visant aux objectifs suivants :
a) Intérioriser et sauvegarder la capitale de la République ;
b) Donner un motif politique pour la « fédéralisation » de la zone minière brésilienne ;
c) Amener progressivement et puissamment les forces de la civilisation en direction du Planalto central, afin de préparer les conditions pour le transfert définitif de la capitale de la République ;
d) Compenser le retrait de la capitale fédérale de Rio de Janeiro avec la localisation dans cette ville de la capitale d’un grand État, ce qui empêchera le déclin du rythme de progrès de la ville16. »

13L’IBGE reprend ainsi la proposition suggérée en 1932 par Teixeira de Freitas en ajoutant l’idée nouvelle d’un transfert de siège entre Belo Horizonte et Rio de Janeiro, faisant de cette dernière ville la capitale d’un État du Minas Gerais singulièrement élargi. À partir de la publication de ce rapport, l’IBGE consacre une partie importante de ses travaux à la question du transfert de la capitale, à partir de la vision positive et sécuritaire de l’Estado Novo.

  • 17 Vargas (Getúlio), « Ο verdadeiro sentido da Brasílianidade é a marcha para ο oeste », discours rad (...)

14Cette suggestion d’une capitale intérieure, transférée en deux étapes, ne prend toute sa valeur que dans le cadre du programme de la « marche vers l’ouest », dont Getúlio Vargas synthétisera les principaux traits dans son message présidentiel de fin d’année, le 31 décembre 1939 : « La civilisation brésilienne, grâce aux facteurs géographiques s’étend dans le sens de la longitude, occupant le vaste littoral où ont été localisés les principaux centres d’activités, de richesses et de vie. Plus qu’une simple image, c’est une urgente réalité de gravir la montagne, fouler le Planalto et nous étendre dans le sens des latitudes. Reprenant le chemin des pionniers qui ont planté au cœur du continent, avec une vigoureuse et épique témérité les marques des frontières territoriales, il nous faut à nouveau supprimer les obstacles, écourter les distances, ouvrir les chemins et étendre les frontières économiques, consolidant définitivement les fondements de la nation. Le véritable sens de la brasiliannité est la marche vers l’ouest (...). Au xviiie siècle, là-bas jaillissait l’or qui fut transporté en Europe et fit de l’Amérique le continent des convoitises et tentatives aventureuses. Et là-bas nous devrons aller chercher des vallées fertiles et vastes, le produit des cultures abondantes et variées ; des ressources de la terre, le métal pour forger les instruments de notre défense et de notre progrès industriel (...)17. »

  • 18 Ianni (Otávio), A idéia de Brasil moderno, op. cit., p. 37.

15Le vent du changement n’a pas atteint les terres arides de l’intérieur. C’est, écrit Otávio Ianni, « comme si l’histoire brésilienne était un dépôt archéologique d’époques et de régions18. » L’objectif que poursuit la « Marcha para ο Oeste » est de faire coïncider l’unité politique et l’unité économique du Brésil. Le moyen envisagé pour résoudre les problèmes de l’intérieur est de mettre en place et d’orienter les courants migratoires vers de nouvelles zones économiques établies par l’État (« colonies agricoles nationales »), permettant de contrôler la croissance des grands centres urbains. La « Marcha para ο Oeste », idéologie mobilisatrice, fait de la maîtrise et de la conquête économique de l’intérieur un enjeu de nationalité. Elle permet à l’État de développer une politique d’intériorisation, sans remettre en cause l’ordre traditionnel et en évitant toute confrontation directe avec les grands propriétaires fonciers.

16L’intériorisation de la capitale n’est ici qu’une des propositions d’actions issues de l’Estado Novo. Elle est intégrée dans un plan national de modernisation qui vise à la fois les structures sociales, spatiales, économiques et administratives. Il s’agit bien entendu du programme d’un groupe (les militaires) qui correspond aux attentes d’un autre groupe (les classes moyennes), mais qui prend en compte - à la différence des propositions de la República Velha – l’ensemble du pays. Vargas fait de l’État non plus un représentant d’intérêts particuliers, mais le représentant naturel de la nation, c’est-à-dire du peuple « indivisible » et du territoire. L’idéologie de l’Estado Novo s’appuie sur la nation et le peuple, pour justifier le recours à la dictature afin de supprimer les particularismes et imposer un projet véritablement national. L’arrivée de Vargas au pouvoir en 1930 signe ainsi l’avènement des idées positivistes pour l’organisation du Brésil moderne. Cette vision positiviste et technique prétend à une maîtrise globale des problèmes brésiliens, à l’inverse de la vision libérale et juridique de la República Velha marquée par le triomphe des particularismes. Considérant l’État au-dessus des intérêts particuliers, Vargas en fait un instrument de domination nationale et de contrôle social.

  • 19 Ricardo (Cassiano), Marcha para Oeste - A influência da « bandeira » na formação social e polίtica (...)

17On peut tout de même se demander pourquoi Getúlio Vargas n’a accordé qu’un intérêt limité à l’idée du transfert de la capitale vers l’intérieur, alors qu’elle semble être une synthèse claire du programme de la Marche vers l’Ouest. On trouve dans l’œuvre de Cassiano Ricardo, l’idéologue de la Marche vers l’Ouest, la réponse la plus cohérente à cette interrogation. Il publie en 1942, Marcha para ο Oeste19, ouvrage retraçant les différents parcours suivis par les explorateurs à la conquête des terres du Brésil et établissant ce qui avait été à l’origine de cette formidable poussée expansionniste vers l’intérieur. Les membres de ces expéditions (bandeirantes) ont été à l’origine de la formation territoriale du Brésil. Au terme de cette marche historique vers l’Ouest, réinventée par Getúlio Vargas, Cassiano Ricardo place le transfert de la capitale.

  • 20 Idem, p. 542.
  • 21 Idem, p. 18.
  • 22 Idem, p. 542.
  • 23 Idem, p. 274.

18Selon l’auteur, la ville, « prisonnière du libéralisme exotique », tout comme la plantation, « obstacle au développement d’une masse de paysans libres20 », n’ont pas permis la pleine possession économique du territoire. Les bandeirantes ont été les seuls à montrer la voie. D’où la nécessité, pour atteindre le programme de la Marche vers l’Ouest, de développer « l’esprit bandeirante ». « Quand entre dans la brousse la première bandeira, écrit C. Ricardo, termine l’histoire du Portugal et commence celle du Brésil21. » La « frontière », celle que défrichent et repoussent les bandeirantes, est ainsi le lieu où se développe la démocratie brésilienne, « une démocratie rude mais véritable, en opposition à l’aristocratie du sucre et au communisme aborigène22. » L’État doit donc diriger, coordonner, susciter la Marche vers l’Ouest, mais ne peut ni ne doit en aucun cas imposer ce mouvement, qui doit demeurer le fait d’entreprises individuelles, « geste de pionniers ». Il s’agit donc d’un mouvement qui s’établit sur la longue durée. Et Cassiano Ricardo n’envisage la création de Brasília que pour couronner la Marche vers l’Ouest. Il voit en effet dans l’emplacement du « rectangle Cruls » « une espèce de prédestination géographique et historique. Ce fût là, le grand carrefour des bandeiras, depuis le xviie siècle23 ». En aucun cas cependant la nouvelle capitale ne peut être le point de départ de ce mouvement.

« NOUS SOMMES CONDAMNÉS AU MODERNE24 »

  • 24 Pedrosa (Mário), Dos murais de Portinari aos espaços de Brasília, São Paulo, Perspectiva, 1981 : « (...)
  • 25 Andrade (Oswald de), « Manifeste anthropophage-1928 », cité in Art d’Amérique latine (1911-1968), (...)

19La « révolution de 1930 » exprime, sur le plan politique, le changement intellectuel qui a pris forme peu à peu au cours des années 1920 : la modernité brésilienne ne doit pas s’appuyer sur des concepts abstraits tels que celui de « progrès » – « contre (...) la fixation du progrès au moyen de catalogues », écrivait Oswald de Andrade25 – mais doit s’intégrer à une culture nationale, non point idéalisée - comme dans la vision ruraliste - mais acceptée, « digérée ». Il s’agit de chercher une voie de conciliation entre la vocation « naturelle » du Brésil à être un pays moderne et la réhabilitation du passé national. La modernité brésilienne, selon Oswald de Andrade, est ainsi « anthropophage ».

  • 26 Ianni (Otávio), A ideia de Brasil moderno, op. cit., p. 31.

20C’est au cours des années 1930, que sont formulées les principales interprétations du Brésil moderne. Le mouvement intellectuel et politique, polarisé par l’idée de modernisation - conservatrice, autoritaire, démocratique ou socialiste - s’aventure pour la première fois de l’histoire brésilienne dans une interprétation globale des questions de base concernant la société brésilienne : la vocation agraire, l’urbanisation, les possibilités de l’industrialisation, le capitalisme national et étranger, la démocratie et l’autoritarisme, la région et la nation, la multiplicité raciale et la formation du peuple, la modernité et la tradition : « Il s’est créé une atmosphère différente, nouvelle, d’ample ébullition culturelle, politique et sociale. Ce ne fut pas une marque zéro, mais un axe et un catalyseur : un axe autour duquel tournait, d’une certaine façon, la culture brésilienne, catalysant des éléments dispersés pour les disposer dans une configuration nouvelle, développant un mouvement d’unification culturelle, projetant à l’échelle de la nation des faits qui auparavant apparaissaient au niveau des régions26. »

  • 27 Voir l’article de Brian Owensby, « Domesticating Modernity. Markets, Home and Morality in the Midd (...)
  • 28 Sur ce sujet, voir l’article de Diniz Filho (Luiz Lopes), et Bessa (Vagner de Carvalho), « Vocação (...)
  • 29 Amaral (Antonio José Azevedo), A aventura politico do Brasil, Rio de Janeiro, Livraria Olympio, 19 (...)
  • 30 Idem, p. 183.
  • 31 Idem, p. 163.

21L’accélération de l’urbanisation, sensible à partir des années 1920, pose un défi à ces nouvelles interprétations du Brésil moderne, qui ne peuvent plus désormais exclure la ville et les valeurs urbaines de la culture nationale brésilienne27. Parmi les intellectuels liés au régime, Antonio José Azevedo Amaral est l’un des premiers à proposer une articulation entre la modernisation, l’identité nationale et l’urbanisation : il identifie la formation de la nationalité avec le développement urbain et industriel28. Selon lui, la possibilité d’existence d’une nation dépend de l’autonomie de son économie, capable si nécessaire de renoncer au marché international. Aussi, l’apparition du Brésil comme nation n’est-elle établie qu’à partir du développement urbain et industriel, lié au cycle de l’or, à l’activité minière : « Seule la « minération », créant la richesse en large échelle détermina la formation d’une atmosphère sociale propice à l’éclosion de la conscience nationale. Jusqu’au moment où la région des mines devint le centre d’activité de la grande industrie extractive qui créa le Brésil, il n’existait rien dans le pays qui puisse être qualifié de sentiment national29 ». Mais l’épuisement des gisements aurifères à la fin du xviiie siècle et « l’ineptie du gouvernement métropolitain » ont fait que « la direction de la nationalité qui, par l’action fatale du déterminisme économique devait graviter vers la classe qui exerçait le contrôle de la production, passa à nouveau aux mains des propriétaires terriens dont la mentalité était dépourvue des traits supérieurs d’ouverture et d’esprit entrepreneur qui avaient caractérisé la classe formée durant le xviiie siècle, dans le développement d’activités industrielles minières et l’ébauche d’un essor manufacturier30. » L’établissement de la République et surtout la consolidation des idées républicaines, représentée par la « révolution de 1930 » ont mis un terme, selon l’auteur, au pouvoir des élites rurales au sein de l’État. L’association du régime républicain au modèle de développement industriel et urbain est une exigence primordiale pour la modernisation du pays : « le régime démocratique devra nécessairement s’appuyer sur les tendances et la mentalité des populations urbaines formées dans un milieu mercantile et industriel (...)31 »

22Les rares interventions concernant le transfert de la capitale, au début des années 1930, se font l’écho de cette nouvelle vision du Brésil. À titre d’exemple, nous pouvons citer l’article de Vieira Ferreira, conseiller à la cour d’appel de Rio de Janeiro, publié dans le jornal do Comércio en 1931. Favorable à l’idée du transfert de la capitale, l’auteur tient cependant à réfuter certains arguments avancés durant la República Velha par les défenseurs du projet, trop imprégnés d’idéologie ruraliste :

  • 32 Feirreira (Vieira), « A mudança da capital », in Jornal do Comércio, cité in Ant. Hist., tome 2, p (...)

« Inconvenance des villes populeuses... Cela paraît incroyable, cet argument à propos d’une constitution démocratique. Le sénateur constituant Virgίlio Damâsio entonnait avec le lyrisme de Venusio son Odi profanum vulgus. L’idéal serait alors, au lieu du gouvernement corporatif des républiques, la sujétion médiévale de la ville à la souveraineté d’un château distant. Mais, au lieu de cette misanthropie politique, déjà dans l’ancien empire des Pharaons, le fondateur de la 12e dynastie, Amenem Haït, conseillait à son fils, Usirtasen, le contact avec les foules : « Ne t’isole pas ».
L’existence de nombreuses personnes oisives dans ces villes... Cela n’empêche pas le fonctionnement régulier des pouvoirs publics, dès lors que ne fait pas faute une police vigilante.
Manque d’éducation civique... Il suffit de la mettre en place, surtout avec l’exemple qui vient du haut, toujours rapidement suivi. Il n’est pas vrai que le nombre de personnes ignorantes et mal éduquées soit en proportion plus grande dans les grandes villes que dans les petites. C’est même le contraire. De la même teneur est la supposée inconvenance des villes industrielles32. »

23La réhabilitation de la ville dans le cadre d’un Brésil démocratique et moderne est ainsi nettement perceptible à partir de 1930. Cette insistance à faire de la ville et des mentalités urbaines la niche de la nationalité est révélatrice des profondes modifications intellectuelles et politiques introduites par la « révolution de 1930 », libérant d’un coup l’État et la société de nombreuses idées préconçues. Certes, les interprétations de ce Brésil divergent, même au sein de l’État, mais une brèche importante est ouverte pour l’affirmation d’une pensée strictement nationale des problèmes brésiliens. Et au titre premier de ces questions de base se trouve la recherche d’un point de jonction entre le Brésil urbain - non plus renié, mais accepté - et le Brésil rural.

  • 33 Cette appréciation de l’IBGE, en 1945, illustre la confiance nouvelle placée dans la ville comme l (...)

24Selon Getúlio Vargas, les problèmes nationaux proviennent de l’existence de « deux Brésil », l’un d’eux étant représenté par le dynamisme économique des régions métropolitaines proches du littoral, et l’autre, caractérisé par les difficultés économiques rencontrées par l’intérieur rural. Mais son constat est inversé du point de vue culturel. Alors que les villes du littoral ont développé une mentalité plus réceptive aux modèles culturels venus de l’extérieur, l’hinterland, en raison de sa faiblesse économique et de son isolement commercial a préservé intacts les éléments constitutifs du caractère national. L’intégration de ces deux Brésil dans un territoire économiquement et culturellement homogène est la tâche principale de l’Estado Novo et de la « Marche vers l’Ouest ». Getúlio Vargas fonde cette conciliation entre la ville et la campagne sans recourir à l’idée de soumission de l’une à l’autre. Le caractère littoral de la colonisation brésilienne a conféré aux métropoles proches du littoral ainsi qu’au milieu rural et autres petites localités de l’intérieur des vertus spécifiques qui seront réunies par la Marche vers l’Ouest pour résoudre les problèmes également spécifiques de chacun d’eux. Si Vargas qualifie l’habitant de l’intérieur de représentant typique de la brasilianité, c’est en fonction d’un argument anti-cosmopolite qui oppose le national à l’étranger et non l’homme de la campagne à l’habitant de la ville. La possibilité d’un Brésil industriel et moderne, mais aussi national et nationaliste, est à cette condition33.

*

  • 34 La décision de construire une nouvelle capitale pour l’État de Goiás est prise le 20 janvier 1932 (...)

25La première transcription, en termes de planification urbaine, de ces nouvelles données de la géopolitique brésilienne et de la réévaluation du rôle de la ville dans la société, ne vient pas de l’Etat fédéral lui-même, mais d’un des États de la fédération. L’État du Goiás décide durant cette période de se doter d’une nouvelle capitale. Près de quarante années après l’inauguration de Belo Horizonte, la fondation de la ville nouvelle de Goiânia (1932-1942) est annoncée comme un élément de régénération sociale34. Armando Augusto de Godoí, l’urbaniste chargé des études préliminaires sur le site de la future capitale du Goiás, explique clairement ce choix :

  • 35 Codoí (Armando Augusto de), « Retórica sobre a conveniencia da mudança da capital », in IBGE, Goiâ (...)

« Autrefois, l’idée de construction d’une ville avait une signification bien différente de ce qu’elle exprime aujourd’hui. Auparavant une telle idée signifiait une fantaisie d’un peuple riche, une préoccupation mégalomaniaque de dépense des deniers publics en œuvres de luxe (...). Aujourd’hui, grâce à l’évolution sociale et au fait que l’humanité soit entrée franchement dans l’ère industrielle, la ville moderne est un centre de travail, une grande école où l’on peut éduquer, développer et apurer les principaux éléments de l’esprit et du physique de l’homme, et une source de puissantes énergies sans lesquelles les peuples ne progressent pas et ne prospèrent pas. Aujourd’hui, c’est des villes modernes que partent les vigoureuses impulsions collectives et c’est par elles que se fait la coordination des mouvements et des activités d’une nation35. »

  • 36 Lima (Atílio Correia), « Ο piano director da cidade », in Idem, pp. 48-49.

26Cette réévaluation du rôle de la ville dans les activités d’une nation est sensible dans le plan de Goiânia. Le tracé n’est plus mis au seul service du pouvoir (comme à Belo Horizonte) : il prend en compte la double nature de la ville, lieu d’exercice du pouvoir et d’activités économiques et sociales. La base du plan a été dessinée par Correia Lima, préoccupé en premier lieu par l’unité du plan : « Le zonage de la ville cherche à satisfaire les tendances modernes de localisation des divers éléments de la ville en zones démarquées afin de non seulement obtenir une meilleure organisation des services publics, mais également pour faciliter certains problèmes techniques, économiques et sanitaires, sans parler d’esthétique36. » Le plan s’articule autour du centre politique, placé au cœur de la ville, vers lequel convergent huit avenues. Trois parties essentielles sont prévues : au cœur de la ville, le centre politique et commercial ; au nord, dans la partie basse, l’industrie ; au sud, sur les hauteurs, les résidences. La composition du centre est très étudiée : trois grandes avenues, en forme de « patte d’oie », convergent vers les bâtiments officiels. Celle du centre (Avenida Pedro Ludóvico), de 50 mètres de large, traitée en « avenue-parc », relie le système gouvernemental à la gare ferroviaire ; celle de l’est assure la liaison avec le parc Botafogo, le principal de la ville ; celle de l’ouest, avec l’aérodrome. Elles sont coupées par une autre grande voie transversale, qui rencontre à angle droit l’avenue Pedro Ludóvico, et qui est l’axe du commerce et la principale relation routière avec l’extérieur. Ces quatre avenues étant elles-mêmes reliées par une grande voie en demi-cercle (figure n° 23).

  • 37 Godoí (Armando Augusto de), « Relatorió sobre a conveniencia... », in Idem, p. 21.

27Augusto Godoí modifie cependant une partie du dessin qui, selon lui, demeure de facture trop classique et ne met pas assez en évidence la double nature, monumentale et résidentielle, de la ville. Il adopte pour le quartier résidentiel un schéma radio-concentrique, le traitant à la manière d’une ville-jardin, selon les principes établis par Ebenezer Howard à la fin du dix-neuvième siècle : « La ville, telle que l’a idéalisée Howard, (...) est une admirable école pour les masses populaires, les conduisant au niveau de la civilisation moderne, les éduquant et dirigeant leurs activités dans la bonne direction37. » Les rues en courbe du secteur résidentiel, redessiné par Godoí, suivent la topographie du terrain. L’arborisation leur donne une échelle véritablement résidentielle. Rayonnantes et annulaires, ces rues délimitent des secteurs qui ne sont pénétrés que par des voies en impasse, mettant les lieux de résidence à l’abri de la grande circulation. Accolée au centre monumental et classique d’une ville divisée en zones fonctionnelles (selon les principes de l’urbanisme moderne), cette ville-jardin offre à Goiânia une physionomie originale. Et c’est finalement le caractère pittoresque de cet assemblage un peu tâtonnant qui surpasse la dimension monumentale ou résidentielle de Goiânia.

FIGURE N° 23 : LE PLAN DE GOIÂNIA PAR ATÍLIO CORREIA LIMA ET ARMANDO GODÓI (1935).

  • 38 Freyre (Gilberto), Brasis, Brasil, Brasília, op. cit., p. 153.

28Les urbanistes, dépassant les contradictions philosophiques de leurs interventions, ont su créer à Goiânia une ambiance urbaine effectivement nouvelle et typiquement brésilienne. Goiânia n’est pas comme Belo Horizonte, une ville guidant, d’une main de fer, la société vers le progrès, mais participant elle-même au progrès social, économique et culturel. L’organisation urbaine n’est pas au seul service d’un pouvoir superbement isolé de la population : elle a su prendre en compte les exigences d’éducation et de détente que la ville moderne doit offrir aux citadins. L’anthropologue Gilberto Freyre fait de la construction de Goiânia, un acte fondamental dans l’évolution culturelle du Brésil : « Les racines de Goiânia sont profondément ancrées dans cette terre généreuse ; l’apparente improvisation urbanistique a correspondu, dans ce cas, à un de ces amours qui lie à première vue, et pour toujours, une ville nouvelle à un paysage ancien mais encore viril, comme si la ville était née, confiante et fragile, pour être au sexe fort de ce Sertão, la compagne qui lui manquait ; pour briser la solitude dans lesquels ce grand Sertão vivait, infécond et triste. Mariage d’amour, tant fut puissante l’affinité de Goiânia avec le Goiás38. »

*

29À vrai dire, durant ces années 1930, Getúlio Vargas envisage une autre voie que la construction d’une ville nouvelle pour l’affirmation de la modernité brésilienne : son inscription dans le tissu de la ville existante, notamment la ville ancienne. Il soutient et encourage, suivi par de nombreux hommes politiques, les architectes du mouvement moderne à dresser leurs bâtiments au cœur des villes. La modernité brésilienne passe donc par la ville, mais elle est aussi dans la ville.

  • 39 Sur le plan chronologique, ce fut l’architecte Gregori Warchawchik qui en 1925 publia au Brésil le (...)

30Si l’on devait attribuer l’émergence de l’architecture moderne au Brésil à l’action d’un homme, ce serait celle de Lúcio Costa (1902-1996)39. Après des études en Europe entre 1910 et 191 7, il intègre l’École nationale des Beaux-Arts de Rio de Janeiro, où il se spécialise en architecture. Doué et brillant, il ouvre un cabinet d’architecture à Rio de Janeiro en 1928, où il engage de jeunes architectes brésiliens : Alfonso Reidy, Carlos Leão, Jorge Moreira, Ernani Vasconcelos et Oscar Niemeyer, le plus jeune et le plus génial d’entre eux. Dans un entretien qu’il nous a accordé en 1993, dans une langue française remarquablement maîtrisée, il revenait sur son rôle dans cette genèse du mouvement moderne au Brésil :

  • 40 Costa (Lúcio), « Entretien avec Laurent Vidal », Rio de Janeiro, 10 mars 1993.

« C’est à ce sujet que ma présence a été importante. J’étais architecte de formation traditionnelle, à l’époque. J’ai même fait un voyage en 1926, déjà architecte, et je me suis baladé comme un touriste, sans m’intéresser à ce phénomène qui existait déjà en Europe (...).
Et cependant, quelques années après, en 1930, avec une révolution ici au Brésil, on m’a forcé à accepter la direction de l’École des Beaux-Arts. J’ai fait mon possible pour échapper à cette entreprise, mais ils ont insisté et j’ai fini par accepter. J’ai prétendu transformer l’enseignement de l’école en maintenant les deux tendances, la tradition avec les vieux professeurs et à côté, des notions modernes pour que les étudiants puissent prendre contact avec ce renouveau qui était déjà mondial. Mais le problème, c’est que cette expérience a échoué, elle a duré une année. Après, j’ai quitté l’école. Mais en réalité, ce qui s’est passé après, d’une manière apparemment étrange, dans un état de grâce, soudain, j’ai cru à la nouvelle époque qui était en train de se révéler à travers l’art. Cela a été un changement très soudain. Mais même si j’ai échoué, cela a marqué et, plus tard, la chose a pris un certain élan (...).
Le fait est que moi, qui était déjà connu comme un architecte traditionaliste, qui prétendait, au lieu d’imiter les styles européens, imiter notre style colonial, notre style intérieur d’architecture, moi, j’ai reconnu qu’il s’agissait d’une rupture violente. L’évolution, c’est normal, mais il y a des moments où il y a des ruptures quand les circonstances changent, des ruptures fondamentales. Et alors tardivement, j’ai reconnu cette réalité40. »

31Les théories de Le Corbusier, des Congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM) et de la Charte d’Athènes ont alors été reçues avec enthousiasme par ces jeunes architectes brésiliens. L’idée d’un fonctionnalisme urbain, le dogmatisme théorique de cette architecture, renforcèrent leur état d’esprit révolutionnaire et leur conviction d’avoir à jouer un rôle dans la construction du Brésil moderne. Une première occasion de mettre en application leurs principes modernes, leur est offerte à travers la commande par l’État d’un bâtiment pour le ministère de l’Éducation nationale (1936). Gustavo Capanema, ministre de l’éducation, organise un concours dont le résultat ne répond pas cependant à ses attentes.

  • 41 Idem.

« Alors, poursuit Lúcio Costa, il a payé les prix aux vainqueurs et a annulé le concours. Puis il m’a écrit une lettre en me proposant de faire un projet pour son ministère. Cela a été le moment décisif de ce renouveau. J’ai senti la responsabilité de faire un bâtiment de cette proportion. À l’époque, il n’y avait pas un seul bâtiment au monde de cette échelle, en accord avec les nouveaux principes architecturaux, avec les technologies nouvelles de l’acier et du béton. La critique internationale n’a pas encore assez considéré l’importance de ce bâtiment parce que cela a été le premier au monde construit à cette échelle monumentale et tout à fait en accord avec les principes établis par Le Corbusier. Les tentatives qui avaient eu lieu, par ailleurs, avaient échoué en général. Alors c’était le premier bâtiment construit fidèlement, rigoureusement, suivant les principes du renouveau architectural, en accord avec la pureté et fidèle à ces principes41. »

32La cassure – apparente – avec le passé colonial et le saut vers le futur que propose l’architecture moderne correspondent aux attentes de l’État. S’établit alors une homologie si forte entre modernisme et modernisation, qu’elle met en arrière-plan les ambitions sociales de l’architecte et la méthode autoritaire de l’État. Sur la base de cette relation entre l’architecture brésilienne moderne et la modernisation de la société brésilienne, tous les niveaux de gouvernement (fédéral, régional, municipal) utilisent l’architecture moderne comme l’un des symboles les plus importants de leur engagement à créer un nouveau Brésil. Cette relation est parfaitement illustrée par la collaboration de deux hommes : l’architecte Oscar Niemeyer et l’homme politique Juscelino Kubitschek, qui débute en 1947, par la construction du quartier de Pampulha à Belo Horizonte, et aboutit en 1957 à la construction de Brasília :

  • 42 Niemeyer (Oscar), « Entretien avec Laurent Vidal », Rio de Janeiro, 9 mars 1993.

« L’architecture brésilienne a commencé avec Pampulha. Nous avons opté pour une architecture plus libre, considérant que le béton permettait toutes les fantaisies, utilisant la courbe, et avec ceci, nous nous sommes approchés de l’architecture coloniale, de l’architecture baroque, fuyant le rigorisme structurel et le rationalisme42. »

  • 43 Cité in Bruand (Yves), L’architecture contemporaine au Brésil, op. cit., p. 336.

33En 1947, en effet, le jeune maire de Belo Horizonte, Juscelino Kubitschek, confie à Oscar Niemeyer la tâche de réaliser une série d’édifices dispersés autour du lac artificiel de Pampulha, destinée à devenir le centre d’un futur quartier de plaisance à quelques kilomètres de la capitale mineira. Le programme prévoyait cinq bâtiments : un casino, un club élégant, un dancing populaire, une église et un hôtel de vacances (finalement non réalisé) ; le maire y avait ajouté à titre personnel et pour donner l’exemple à la bonne société de Belo Horizonte, dont on espérait le lotissement du quartier, une maison de campagne où il pourrait venir se reposer en fin de semaine. On le voit donc, les autorités publiques ne se souciaient nullement de l’aménagement de la zone : il s’agissait, comme l’a souligné Mario Pedrosa, d’un caprice qui tenait beaucoup des « folies » que se faisaient construire les princes du xviiie siècle43. Il s’agit donc de bâtiments purement symboliques sans fonction sociale évidente pour l’organisation de la ville (figure n° 24). L’architecte se met donc ici au service du prince. Néanmoins, Oscar Niemeyer profite de la construction de Pampulha pour fourbir ses armes d’architecte moderne. Il abandonne l’utilisation systématique du rationalisme, la « poésie de l’angle droit » voulue par Le Corbusier, et intègre la courbe dans ses constructions :

  • 44 Niemeyer (Oscar), « Entretien avec Laurent Vidal ».

« Pour vaincre un espace de 500 mètres, la courbe est la solution la plus logique, la plus simple. De sorte qu’il n’y a pas de raison de rejeter la courbe et, avec le béton armé, de continuer une architecture rectiligne avec des équerres et des règles etc. L’architecture est invention avant tout et doit comme disait Baudelaire, créer la surprise.
La courbe est liée à notre ancienne architecture, l’architecture baroque de nos églises. C’est au dedans de chacun de nous. Chacun doit faire comme il l’entend.
La courbe est toujours présente, comme m’a dit une fois Le Corbusier, que j’avais les montagnes de Rio dans les yeux. Les montagnes, même les belles femmes pleines de courbes, sont en nous44. »

FIGURE N° 24 : L’ÉGLISE SÃO FRANCISCO DE ASSIS À PAMPULHA (BELO HORIZONTE) DESSINÉE PAR OSCAR NIEMEYER (1942).

34La courbe n’est pas qu’un simple mode de résolution technique des problèmes d’occupation de l’espace, elle relève aussi d’un état d’esprit baroque : à ce titre elle symbolise pleinement la modernité brésilienne à laquelle prétend l’architecture moderne. Et ce n’est pas un hasard si elle a été « inventée » ou « ressuscitée » dans l’État du Minas Gerais, haut lieu du baroque colonial - il n’est qu’à songer aux villes d’Ouro Preto, Congonhas, Tiradentes et Mariana - et patrie du modernisme brésilien : Oswald de Andrade et Mario de Andrade, les pères de la semaine d’art moderne de 1922, sont des mineiros.

  • 45 Cruz Costa (João), Contribuição á história das ideias no Brasil..., op. cit., p. 333.

35À partir des années 1930, le thème de la ville est ainsi associé à la construction du Brésil moderne. Pour autant, cela ne signifie pas l’existence ou l’adoption d’un modèle unique d’interprétation. Si le « prince », dont l’objectif est la modernisation et la recherche de la modernité, et « l’architecte », celui du mouvement moderniste tentant de donner une forme à la modernité brésilienne, travaillent ensemble dans la ville, ils n’en partagent pas nécessairement la même conception. La proximité des mots (modernisation, modernité et modernisme) a pu conduire à des confusions. Et si chacun a cherché à définir, dans la ville ou par la ville, un espace pour « l’homme nouveau » brésilien, ce n’est pas non plus avec les mêmes intentions politiques. La collaboration de Lúcio Costa avec Gustavo Capanema et plus particulièrement encore, celle de Oscar Niemeyer avec juscelino Kubitschek, ont néanmoins montré combien elles pouvaient être fructueuses tant pour l’évolution de l’architecture brésilienne, que pour l’évolution des villes et également de la gestion urbaine : l’esprit de « conciliation, rappelle João Cruz Costa, est bien le trait dominant du caractère brésilien45. »

LE TEMPS DES COMMISSIONS : GÉOGRAPHES, MILITAIRES ET PARLEMENTAIRES

  • 46 La fin de l’Estado Novo a vu l’émergence de nouveaux partis politiques, que Vargas avait favorisés (...)

36Au sortir de la deuxième guerre mondiale, le Brésil s’engage dans un processus de démocratisation. Une assemblée constituante est convoquée pour fermer la parenthèse de l’Estado Novo. Getúlio Vargas, qui a décidé de la participation de l’armée brésilienne aux côtés des alliés, prévoit l’organisation d’élections pour le président de la République à la fin de l’année 1945. Suspecté de mauvaise foi par une partie de l’opinion publique, il est déposé par l’armée le 29 octobre. Le président de la Cour Suprême, José Linhares, est alors chargé d’assurer l’intérim présidentiel jusqu’aux élections, qui portent au pouvoir le général Eurico Dutra, candidat du PSD soutenu par Vargas46. Lors des débats sur la nouvelle constitution, la question du transfert de la capitale est à nouveau posée.

  • 47 Café Filho suggère Goiânia comme solution temporaire, en raison du coût de la construction d’une v (...)
  • 48 Benedeto Valadares (1892-1973) justifie ainsi sa proposition : « Le Triangle mineiro est situé au (...)
  • 49 Juscelino Kubitschek appuie son argumentation, sur un « Mémoire » rédigé par l’ingénieur Lucas Lop (...)
  • 50 Pinheiro (Israël), « Discours à l’Assemblée constituante – 9 septembre 1946 », in Ant. Hist., tome (...)
  • 51 Magalhães (Diogenes), « Discours à l’Assemblée constituante – 15 juillet 1946 », in Ant. Hist., to (...)

37Malgré l’insistance de l’IBGE à présenter le transfert de la capitale comme une mesure urgente pour le développement du Brésil, le principe même du transfert a bien failli ne pas retenir l’attention des constituants de 1946. À tel point que la première version de l’avant-projet de constitution ne reprend pas l’idée. Il faut une intervention d’Artur Bernardes (1875-1955), député UDN du Minas Gerais, et ancien président de la République (1922-1926), pour intégrer de justesse un article dans la version définitive de l’avant-projet. Cet oubli n’est cependant pas synonyme de désintérêt. Bien au contraire, les constituants se seraient plutôt bien accommodés de ne pas débattre d’un sujet mettant à nouveau en question les intérêts régionaux. Car, même vêtus des habits les plus modernes de la représentation politique, les députés n’en oublient pas pour autant leurs réflexes régionalistes. Suite à la suggestion d’Artur Bernardes auprès de la Commission constitutionnelle chargée de la rédaction de l’avant-projet, deux amendements sont déposés mettant au jour ces divergences régionales. Le premier est de Café Filho (Rio Grande do Norte-PSP) et suggère un transfert vers la ville de Goiânia, la capitale de l’État de Goiás inaugurée en 194247 ; Benedeto Valadares (Minas Gerais-PSD) quant à lui, propose le Triangle mineiro, dans le Minas Gerais48. L’avant-projet de constitution retiendra finalement cette dernière option. En session plénière, l’article suscite de très vives réactions portant encore une fois moins sur la légitimité de la mesure que sur la localisation de la future capitale. Trois propositions autour de la localisation sont débattues : le Triangle mineiro, la ville de Goiânia, ou le rectangle Cruls (carte n° 5). La solution du Triangle mineiro, suggérée par Benedeto Valadares, est soutenue par de nombreux constituants du Minas Gerais, parmi lesquels : Daniel de Carvalho (UDN), Israël Pinheiro (PSD), et même Juscelino Kubitschek de Oliveira (PSD)49, qui dix ans plus tard, en tant que président de la République, transférera définitivement la capitale vers... le rectangle Cruls, et nommera Israël Pinheiro directeur de la Compagnie de construction de la nouvelle capitale (Novacap). Selon Israël Pinheiro, le Triangle mineiro « présente toutes les conditions nécessaires pour la nouvelle capitale. Il est situé entre les États de Goiás, Mato Grosso, Minas et São Paulo. Il est le centre de convergence des deux civilisations, littorale et méditerranéenne50. » La solution de Goiânia est essentiellement soutenue par les députés du Goiás et des États du Nordeste, comme une étape vers le rectangle Cruls. Pour Diogenes Magalhães (Goiás, PSD), « la suggestion offerte par le député Café Filho (...) indique la première grande étape de la longue marche que nous devrons entreprendre à la recherche de la région la plus centrale du territoire de la Patrie, où devra se concrétiser une des plus vieilles et justes aspirations de tant des plus illustres fils du Brésil (...). Planifiée et construite selon des critères extrêmement modernes, Goiânia est la ville idéale, entre toutes ses sœurs, pour le siège provisoire du gouvernement de la République51. »

CARTE N° 5 : SCHÉMA DE LOCALISATION DU NOUVEAU DISTRICT FÉDÉRAL, ÉTABLI PAR JERÔNIMO COIMBRA BUENO (1948).

38La constitution est finalement adoptée le 18 septembre 1946. L’article 4 des dispositions transitoires stipule notamment :

  • 52 Cité in Ant. Hist., tome 3, pp. 15-16.

« La capitale de l’Union sera transférée vers le Planalto central du pays ;
§1 : une fois cet acte promulgué, le président de la République, dans un délai de 60 jours, nommera une commission de techniciens de valeur reconnue pour procéder à une étude de la localisation de la nouvelle capitale ;
§2 : L’étude prévue au paragraphe antérieur sera transmise au Congrès national qui délibérera à son sujet, et établira par une loi spéciale, un délai pour le début de la délimitation du terrain devant être incorporé à l’Union ;
§3 : Les travaux de démarcation terminés, le Congrès national statuera sur la date du transfert de la capitale ;
§4 : Le transfert effectué, l’actuel District fédéral deviendra l’État de Guanabara52. »

39Ce débat a fait ressurgir les querelles régionalistes, et plus particulièrement l’opposition de l’État du Minas Gerais au reste de la fédération (l’État de São Paulo et celui du Rio Grande do Sul n’ont pas pris part aux discussions). Le Minas s’est donc incliné face aux autres États. Toutefois, cette attitude n’est que temporaire puisque c’est ce même État qui contrôlera en 1956 le processus de transfert vers le Planalto central, abandonnant cependant sa volonté de construire la nouvelle capitale dans une région dynamique, au profit d’une idée de capitale fer de lance de la colonisation de l’intérieur et donc située au-delà de la zone d’activités économiques.

40Le PSD a quasiment monopolisé le débat sur le transfert, ce qui signifie que ce sont les héritiers du système de Vargas qui ont porté et soutenu le débat. L’UDN, représentant au départ les intérêts des classes moyennes, mais glissant peu à peu, pour se démarquer du PSD, vers une défense rigide des intérêts ruraux, c’est-à-dire des intérêts de l’élite traditionnelle d’avant 1930, n’intervient que très peu dans ces discussions. Le ton des débats parlementaires a ainsi changé, abandonnant la phraséologie juridique pour une discussion plus technique, ancrée dans une vision optimiste et positive de l’avenir du Brésil. La nomination d’une commission technique pour la localisation de la capitale, la participation constante de l’IBGE aux études et aux travaux de réflexion, confirment cette « confiscation » du projet de transfert par les militaires, les techniciens et les scientifiques dont le pouvoir au sein de la société s’est considérablement accru depuis 1930.

  • 53 Comissão de Estudos para a Localização da Nova Capital do Brasil, Relatorió técnico, 1er partie, v (...)
  • 54 Idem, p. 25.
  • 55 En ce qui concerne la dimension géopolitique, du projet de Brasília, nous renvoyons à l’étude de E (...)

41La nouvelle constitution relance l’activité des commissions de localisation de la nouvelle capitale. De même qu’en 1891, leur travail se déroule en deux étapes : la localisation du futur District fédéral précède le choix définitif du site pour la construction de la nouvelle capitale. Le général Eurico Dutra, président de la République, nomme ainsi, le 19 novembre 1946, en vertu des pouvoirs conférés par l’article 4 des dispositions transitoires de la constitution, la Commission d’étude pour la localisation de la nouvelle capitale du Brésil, dont il confie la direction au général Djalma Polli Coelho (figure n° 25). Son rapport remis en 1948 maintient « la solution traditionnelle du territoire proposé en 1892 par la Commission Cruls. Mais nous ne nous sommes pas bornés à l’idée pure et simple de respecter la tradition. Nous avons amplifié considérablement cette surface vers le nord, sur le bassin amazonien, profitant d’une série de bassins fluviaux pour lui donner des limites naturelles (...)53 ». Le territoire défini ainsi couvre 77 000 km2. De plus, la commission a mis en avant certains principes nécessaires pour le bon déroulement du transfert : celui-ci ne doit pas s’effectuer dans la hâte (« plusieurs années, peut-être plus de deux lustres seront nécessaires ») ; le District fédéral comprendra la ville capitale, proprement dite, et des villes satellites ; la ville capitale doit être planifiée pour accueillir 250 000 habitants, et les villes satellites, chargées du commerce, de l’agriculture et du ravitaillement de la ville, accueilleront environ 50 000 habitants ; un état d’esprit nouveau, débarrassé des méthodes traditionnelles de « colonisation » et de spoliation des ressources naturelles, sera nécessaire « pour insuffler parmi la population officielle, dès le transfert de la capitale, l’amour à la ville et à la région54. » Polli Coelho justifie sa position par un recours à une analyse géopolitique de l’État brésilien et de la localisation de sa capitale55 :

  • 56 Comissão de estudos para a Localização da Nova Capital do Brasil, Relatorió técnico, op. cit., p.  (...)

« Nous allons tenter ici une ébauche géopolitique du Brésil dans ses lignes les plus générales, de façon à fonder sur cette doctrine le choix fait par la Commission du terrain destiné à la future capitale. Ce fondement a constitué une des préoccupations constantes de la Commission, dès ses premières études et, pour cela, les travaux et les votes de ses membres, qui choisirent la localisation sur le Planalto goiano, étaient totalement imprégnés de la pensée géopolitique. De plus, l’État-Major général, par un avis expressif de son eminent chef, a concouru fortement à une telle orientation56. »

FIGURE N° 25 : MEMBRES DE LA COMMISSION POLLI COELHO (1946-1948).

  • 57 Cette notion de « centre démographique » a fait l’objet d’études très poussées de la part du géogr (...)
  • 58 Professeur à la faculté de philosophie de Rio de Janeiro (1941-1957), il a formé de nombreux étudi (...)
  • 59 Les rapports de ces deux expéditions ont été publiés en français dans le Bulletin de l’Association (...)

42Malgré les explications du général Polli Coelho, l’analyse géopolitique ne s’est cependant pas imposée facilement parmi les membres de la Commission. Les militaires, favorables à la solution Cruls amplifiée vers le nord, mettent en avant la fonction colonisatrice de la capitale. Les géographes, de la sous-commission de géographie, sont favorables à une localisation à proximité du Triangle mineiro, choix appuyé sur une analyse de géographie politique traditionnelle, cherchant à situer la capitale au « centre démographique »57 du pays. La sous-commission de géographie dirigée par Cristovão Leite de Castro a prévu deux expéditions : la première dirigée par le géographe français Francis Ruellan58, devant faire l’étude en détails de huit zones pré-délimitées, en s’occupant essentiellement du problème du site de la nouvelle capitale ; la seconde, dirigée par Macedo Soares Guimarães – assisté par le géographe allemand Leo Waibel – étant chargée de réaliser une étude d’ensemble de la partie sud-est du plateau central, en considérant surtout le problème de la situation59. Pour la sous-commission de géographie, le choix du rectangle Cruls ne paraît pas judicieux :

  • 60 Guimarâes (M.F. de Macedo Soares), op. cit., p. 92.

« On constate, écrit Macedo Soares Guimarães, que l’activité colonisatrice qui règne sur les fronts pionniers actuels, sur le plateau méridional et aussi sur le plateau central, est complètement indépendante du voisinage des capitales. On a considéré, par conséquent, comme deux problèmes absolument indépendants, celui de la colonisation de l’intérieur et celui du transfert de la nouvelle capitale60. »

43Francis Ruellan soulève le problème mais préfère en revanche ne pas prendre parti dans son rapport :

  • 61 Ruellan (Francis), op. cit., p. 100.

« Enfin il convient de définir ce que l’on attend de la nouvelle capitale. Doit-elle être exclusivement un centre politique et administratif, jouissant de toutes les commodités possibles pour elle-même et dans son voisinage, placée au centre d’une zone déjà très peuplée ? Dans ce cas, c’est au sud du plateau central que l’on trouvera les meilleurs sites. Au contraire, si la capitale doit être en plus un ferment, un centre de colonisation et d’irradiation vers le grand « Sertão » ou intérieur du nord et de l’ouest, il faut la placer comme le sont les grandes cités, à la porte de la steppe ou du désert, comme Pékin par exemple, capitale politique en même temps que grand port terrestre et point de départ des caravanes vers la Mongolie et la Mandchourie61. »

44L’opposition entre ces deux discours - celui de la géopolitique et celui de la géographie politique - ne se comprend pas en termes d’objet de réflexion, mais en termes de « sujet ». La géopolitique est un discours de l’État sur l’État alors que la géographie politique est un discours sur l’État, mais émanant d’un groupe se situant délibérément à l’extérieur de l’État. On observe donc une « scission » du groupe des militaires, techniciens et scientifiques, marqué traditionnellement par une vision positiviste de l’évolution de la société brésilienne. D’un côté, les scientifiques et les techniciens qui, grâce aux contacts établis ou à la formation qu’ils ont pu recevoir de scientifiques étrangers (français et allemands, pour l’essentiel : Francis Ruellan, Pierre Monbeig, Léo Waibel, en géographie), se détachent peu à peu de la tutelle intellectuelle de l’État. De l’autre côté les militaires, qui prennent une part de plus en plus active dans la direction des affaires de l’État. De la position de chacun de ces groupes vis-à-vis de l’État découle un choix différent en faveur de la localisation de la nouvelle capitale. Leo Waibel reproche ainsi au général Polli Coelho de se baser sur le rapport de la commission Cruls qui ne comprenait aucun spécialiste en géographie humaine. Cette divergence d’opinion se résout finalement en faveur des tenants de la géopolitique :

  • 62 Coelho (général Djalma Polli), « Mudança da capital, problema geopolítico », cité in Silva (Ernest (...)

« Le point de vue géographique, explique Polli Coelho, purement descriptif, ne suffit pas pour expliquer et résoudre des questions sociales et politiques. Une théorie de l’État ne peut être construite sur des bases purement géographiques. Ce n’est pas le « sol » qui prédomine, parce que sur le même sol, des organismes sociaux ont progressé ou sont entrés en décadence, sans que le sol ne varie62. »

  • 63 Coelho (général Djalma Polli), « A Localização da Nova Capital do Brasil », Revista Geográfica, Ri (...)

45Le général Polli Coelho n’a ainsi plus qu’à se revendiquer comme l’héritier légitime de cette tradition positiviste qui, depuis les débuts de la République, a permis les avancées essentielles du projet. Il rappelle ainsi que « le problème a des racines historiques (...). Selon la méthode apprise avec Auguste Comte, qui m’amène toujours à chercher ce qui est déjà fait pour l’améliorer dans la mesure du possible, conservant cependant ce qui ne doit pas être altéré, je me suis appuyé sur les antécédents historiques63. » Les militaires s’affichent donc comme les seuls héritiers légitimes de la tradition, de la vision et de la sensibilité positivistes, dépouillant du même coup le discours des géographes de toute légitimité historique.

46Ce rapport de la Commission Polli Coelho, épuré de toutes considérations autres que géopolitiques, ne suscite pas un grand enthousiasme à l’assemblée législative. Le député Eunápio Queiros (PSD-Bahia), préside la Commission parlementaire sur le transfert de la capitale. Son rapport, lu à la session du 7 décembre 1948, est très critique sur la conduite des travaux de la Commission Polli Coelho. Revenant sur les motifs déterminant le transfert de la capitale, Eunápio de Queiros s’interroge en premier lieu sur les fonctions essentielles qu’une capitale doit exercer. Une fonction colonisatrice ? une fonction politique ? une fonction administrative ? une fonction géopolitique ? une fonction stratégique ? La fonction colonisatrice n’est pas de son ressort, affirme le député :

  • 64 Queiros (Eunápio de), « Mudança da capital do país : parecer da Comissão parlementar », in : Bolet (...)

« Nous sommes convaincus que la fonction colonisatrice d’une capitale est de faible signification, et, pour le prouver, nous avons les exemples de la propre capitale fédérale, de nombreuses capitales d’État et de sièges municipaux, qui n’ont pas toujours réussi à diffuser le progrès autour d’eux-mêmes, à tel point que les plus grands progrès se trouvent parfois dans des régions distantes et mêmes isolées64. »

47Dans le domaine politique, la fonction de la capitale est de consolider l’unité nationale et de préserver le schéma fédératif. Toutefois, aucune liaison directe n’a été établie entre un transfert de capitale et le maintien de l’unité nationale, poursuit Eunápio de Queiros. De même, il n’est pas possible de défendre la thèse de la centralité de la capitale pour faciliter l’administration générale du pays. Quant à la fonction géopolitique de la capitale, la commission parlementaire réfute une à une les propositions de Polli Coelho : si l’occupation de l’espace brésilien est une nécessité impérieuse, notamment pour la prépondérance du Brésil en Amérique du Sud, ce n’est en rien le rôle de la capitale d’assurer ce peuplement. Le risque, en outre, est de transformer la nouvelle capitale en tour d’ivoire isolée des réalités économiques et plantée en plein cœur du Brésil :

  • 65 Idem, p. 362.

« En réalité, ce dont le Brésil a besoin est de routes, d’assistance éducative et sanitaire, d’énergie électrique et d’une politique agraire efficace. De crainte de ne pouvoir atteindre de tels objectifs par différents moyens, on cherche un artifice qui force l’extension du progrès vers l’intérieur du Planalto, le transfert de la capitale65. »

48Mais le rapport ne s’en tient pas à cette conclusion : mettant de côté les travaux de la Commission Polli Coelho, Eunápio Queiros propose de poser le problème sous un autre angle :

  • 66 Idem, p. 363.

« Quelle est la meilleure localisation sur le Planalto central pour construire une nouvelle capitale pour le Brésil ? Il ne s’agit plus, dans cette optique, de remédier aux graves inconvénients de l’actuel siège, lesquels porteraient préjudice aux intérêts suprêmes de la nation, mais plutôt de satisfaire à l’aspiration traditionnelle des Brésiliens d’avoir leur capitale à l’intérieur du pays et sur le Planalto central66. »

49Le député de Bahia cherche donc à démystifier l’argumentation technique en faveur du transfert, reposant sur une vision positive et quasi-mécaniste de l’avenir du Brésil, pour lui opposer – mais ne s’agit-il pas d’une autre mystification, relevant d’un registre idéologique différent – l’idée du transfert comme aspiration nationale. Nous retrouvons donc ici l’opposition, constante depuis 1889, entre une justification technique et une justification identitaire du projet de transfert, appuyée sur une vision autoritaire ou une vision libérale du développement du Brésil. Si la composition des groupes a évolué – le Congrès n’est plus la représentation quasi-exclusive de la grande propriété foncière ; les militaires ont écarté les géographes et les techniciens civils, en se prévalant du titre d’héritiers légitimes de l’État positiviste –, leurs comportements n’en demeurent pas moins similaires. Au terme de son rapport, Eunápio de Queiros se prononce finalement en faveur de la solution minoritaire de la Commission Polli Coelho, défendue par la sous-commission de géographie, et suggérant une localisation à l’extrême sud du Planalto central, à proximité de la ville d’Anápolis, à l’intérieur d’un territoire restreint de 5 000 km2 :

  • 67 Idem, p. 368.

« J’ai déjà fait remarquer, avec suffisamment de clarté, que seulement São Paulo est en mesure de diriger l’occupation du Planalto central à travers l’axe São Paulo - Uberlandia - Anápolis - Piauí - Belém. (...). Pour cela (...), je pense que la « solution Anápolis » a un sens politique qui s’accorde avec l’intérêt suprême de l’unité nationale et, pour cela, je lui donne ma préférence67. »

  • 68 L’article 1 de la loi n°1803 est le suivant :
    « Art. 1°. Le pouvoir exécutif est autorisé à faire p (...)

50Suite à la publication du rapport d’Eunápio de Queiros, le Congrès tente de mettre en veilleuse le débat sur le projet de transfert - encore une fois les susceptibilités régionales consécutives au choix de la localisation peuvent être évoquées pour expliquer ce blocage temporaire du projet. Les géographes, à travers l’IBGE, et les militaires, dans quelques rapports de l’État-Major général, continuent pourtant de présenter le transfert comme relevant d’une urgente nécessité, pour résoudre les déséquilibres économiques et démographiques, ou satisfaire aux impératifs de sécurité nationale. Ce n’est qu’après cinq années, le 5 janvier 1953, que la loi n° 1803 sanctionne les résultats de la Commission Polli Coelho, rejetant ainsi les conclusions de la Commission parlementaire, et autorisant le pouvoir exécutif à réaliser les études définitives nécessaires à l’implantation de la nouvelle capitale dans la région du Planalto central délimitée par Polli Coelho : le terrain délimité, d’une surface de 52 000 km2, est par la suite dénommé « rectangle du Congrès68. »

  • 69 Cité in Silva (Ernesto), História de Brasília, op. cit., p. 87.

51Getúlio Vargas, réélu à la présidence de la République en janvier 1951 avec le soutien du PTB et sans l’aide du PSD, nomme ainsi le 8 juin 1953, la Commission de localisation de la nouvelle capitale fédérale (CLNCF), et son président, le général Aguinaldo Caiado de Castro, originaire du Goiás et chef du cabinet militaire de la présidence de la République. La Commission, chargée des études finales en vue de la construction, fait procéder à un relevé photogrammétrique du rectangle du Congrès par une entreprise brésilienne : Cruzeiro do Sul Aerofotogramétria. Les photographies recueillies servent alors de base de travail à une firme nord-américaine, Donald J. Belcher, chargée de sélectionner cinq sites possibles pour la construction d’une ville capitale. Le rapport Belcher, remis en 1955 au nouveau président de la Commission, le maréchal José Pessoa Cavalcanti de Albuquerque (figure n° 26), reconnaît que « le Brésil doit être félicité pour être la première nation de l’histoire à baser la sélection du site de sa capitale sur des facteurs économiques et scientifiques, tout autant que sur des conditions de climat et de beauté69. »

FIGURE N° 26 : LE MARÉCHAL JOSÉ PESSOA, PRÉSIDENT DE LA CLNCF.

52Le 15 avril 1955, parmi les cinq sites proposés par la firme Donald J. Belcher et identifiés à l’aide de couleurs différentes, la Commission de localisation de la nouvelle capitale fédérale choisit le site marron (sítio castanho) (figure n° 27). Le 9 décembre, la CLNCF est transformée en « Commission de planification de la construction et du transfert de la capitale fédérale ». Le 30 décembre, l’État de Goiás entame les premières expropriations sur le site du futur District fédéral. Toutes les étapes semblent avoir été franchies à quelques semaines de l’intronisation du nouveau président de la République, Juscelino Kubitschek, élu en octobre 1955, mais qui n’occupera réellement ses fonctions qu’à partir du 31 janvier 1956.

FIGURE N° 27 : LE SITE CHOISI PAR LA COMMISSION PESSOA ET LA SURFACE EXPROPRIÉE PAR LE GOUVERNEMENT DE GOIÁS (DÉCRET 480 DU 30 AVRIL 1955).

53Il demeure néanmoins une ligne de fracture à l’intérieur du projet de transfert que nul, depuis 1889, n’a su résoudre, si ce n’est au prix d’un dédain prononcé à l’égard des arguments de la partie opposée. Une ligne de fracture entre une vision technique, positiviste, essentiellement militaire, envisageant le transfert comme un problème de sécurité nationale et donc comme une mesure d’impérieuse nécessité ; et une vision plus volontiers libérale, défendue par les parlementaires, respectant le projet pour sa qualité d’aspiration nationale, pour sa dimension consensuelle et sa capacité à incarner l’identité nationale, et pouvant en tant que tel – c’est-à-dire en tant que projet – servir d’exutoire lors de périodes de tensions sociales, mais peu pressés néanmoins de voir aboutir la réalisation concrète du transfert, risquant de remettre en cause l’équilibre régional de la République. Le suicide de Getúlio Vargas le 24 août 1954 a montré combien cette lutte pour le contrôle de l’État est encore vive. L’orientation nationaliste et populiste du gouvernement Vargas mécontentait en effet un secteur important de l’armée. Une alliance active entre les hommes politiques de l’opposition (UDN) et les militaires anti-gétulistes commençait à se mettre en place. L’attentat du 5 août 1955, organisé par le responsable de la garde présidentielle, et dirigé contre le porte-parole de l’UDN, Carlos Lacerda, provoque la réaction immédiate des militaires. Le 23 août 1955, le vice-président Café Filho rompt publiquement avec Getúlio Vargas. Le 24 août au matin, 27 généraux lancent un manifeste à la nation, demandant à Vargas de renoncer à son mandat. Ce dernier se suicide après avoir pris connaissance de l’ultimatum. Le vice-président Café Filho, assumant l’intérim, organise un nouveau cabinet incluant divers responsables de l’UDN, et modifie la composition de la Commission de localisation de la nouvelle capitale fédérale, en intégrant des militaires ayant rejeté la logique nationaliste de la politique de Vargas au profit d’une vision internationaliste et anti-communiste, favorable à une alliance avec les États-Unis. La parenthèse Vargas semble désormais fermée.

VERA CRUZ : VILLE SYMBOLE DE LA MODERNITÉ BRÉSILIENNE

54En 1955, quelques mois avant que la décision du transfert de la capitale ne soit officiellement adoptée, un nouveau plan est proposé pour la construction de la capitale brésilienne. Il ne s’agit pas cette fois du résultat d’une démarche individuelle, mais bien du travail d’une équipe d’architectes et d’ingénieurs rattachée à la Commission de localisation de la nouvelle capitale fédérale. En effet, le président de cette commission, le maréchal Pessoa, a nommé en 1954 plusieurs sous-commissions techniques, dont celle de « planification et urbanisme », chargée de définir les principes à adopter pour l’urbanisme de la nouvelle capitale, et de proposer une ébauche de plan. Le travail de cette sous-commission s’inscrit donc dans une réflexion plus générale sur le transfert de la capitale, dont le maréchal Pessoa a lui-même tracé les contours :

  • 70 « Rapport intermédiaire de la Commission José Pessoa », cité in : Ant. Hist., tome 3, p. 678.

« La construction d’une ville moderne constitue toujours un événement extraordinaire (...). Aujourd’hui, grâce à l’évolution sociale et au fait que l’humanité soit entrée franchement dans la phase industrielle, la ville moderne est un centre de travail, une grande école où l’on peut éduquer, développer et apurer les principaux éléments de l’esprit et du physique de l’homme ; une source de puissantes énergies sans lesquelles les peuples ne progressent ni ne prospèrent. C’est des villes modernes que partent les vigoureuses impulsions collectives et c’est en elles que se fait la coordination des mouvements et des activités d’une nation70. »

55Pour le Brésil des années 1940-1950, la ville nouvelle doit être pensée à l’image de la nationalité brésilienne et pour donner cohérence à une société non plus divisée, mais réconciliée autour du même projet d’avenir. C’est à travers cette proposition que l’on perçoit l’importance de la rupture dans les représentations de la ville au Brésil à partir des années 1930. Pendant la República Velha, la construction d’une ville nouvelle répondait à une simple nécessité administrative mais n’assumait aucune autre fonction. Ville à la campagne, la Brasília des années 1900-1920, était pensée à partir de la négation de la notion même de ville. « Ville jardin », la Brasília des années 1930-1950 part du constat que la ville a une fonction – établir, développer, assurer la puissance du pouvoir – et une utilité – produire, échanger et stocker des richesses - ; mais elle y attribue aussi un objectif fédérateur – diffuser un nouveau modèle de société. La construction d’une ville moderne n’est donc plus une fatalité, mais bien un « événement extraordinaire », selon la formule du maréchal Pessoa.

  • 71 Pessoa (Maréchal ]osé), Relatorió da primeira fase dos trabalhos da Comissão de localização da Nov (...)

56Le nom de la future capitale doit, selon lui, synthétiser un fait, une personnalité, une idée ou une croyance, « dont la force de son contenu représente une stimulation et une espérance, la confiance dans le futur de la patrie71. »

  • 72 Pessoa (Marechal José), « Declaração do Présidente da Comissão de localização da nova capital fede (...)

« À mon avis, la capitale devra avoir un nom historique, de grande signification : Vera Cruz représente une vénérable tradition de notre patrie, nous enveloppe tendrement sous le manteau de la foi et nous rappelle le premier nom donné à notre pays – le titre qui, dans un moment de joie, d’exaltation et de victoire, jaillit des lèvres du grand découvreur, en contemplant les premiers signes de la terre brésilienne. Vera Cruz – la croix véritable, qui doit guider la pensée de nos dirigeants et bénir le laborieux peuple brésilien. Vera Cruz représente, pour nous, Brésiliens, la continuité historique de notre patrie, civilisée tout au long des siècles, à l’ombre du madrier sacré72. »

57L’idée de « continuité historique » doit donc orienter la planification urbaine de la capitale. Sans devenir nécessairement le principe organisateur – comme dans le plan proposé par Theodoro Figueira de Almeida en 1930 –, elle doit surtout constituer l’état d’esprit commun à l’équipe d’architectes et d’ingénieurs de la sous-commission, constituée de trois membres : l’architecte Raul Pena Firme, l’ingénieur José de Oliveira Reis et le professeur Roberto Lacombe, tous trois professeurs d’urbanisme à la Faculté nationale d’architecture de l’université du Brésil. Le parti pris résolument moderne du plan proposé pour Vera Cruz intègre néanmoins une dimension historique, expliquent-ils dans une lettre adressée au maréchal Pessoa et datée du 2 juin 1955 :

  • 73 Comissão de Localização da Nova Capital Federal, « Memorial do estudo preliminar para a cidade de (...)

« Nous partageons la conception d’une ville organique, monumentale et administrative, reflétant notre évolution culturelle, politique et religieuse dans le cadre de notre nature exubérante. Selon les concepts de l’urbaniste anglais Howard, pionnier de la ville-jardin, Vera Cruz devra se détacher au milieu de ses superficies vertes, ses fleurs, ses eaux tranquilles et rêveuses73. »

58À la différence des plans précédemment établis pour la nouvelle capitale du Brésil, pures abstractions dessinées en dehors de toute contrainte physique ou matérielle, celui de Vera Cruz est projeté pour s’adapter aux particularités spatiales du site délimité par la Commission Pessoa. La forme n’a donc pas de prétention universelle, ce qui ne signifie pas cependant qu’elle se refuse à affirmer des valeurs universelles. Au premier rang de celles-ci, se trouve le principe de monumentalité qui confère à la ville un véritable statut de capitale et la distingue des autres villes brésiliennes. Vera Cruz est ainsi organisée autour de sa fonction monumentale, évoquant les plans d’urbanisme baroque (figure n° 28) :

  • 74 Idem, p. 685.

« Une avenue monumentale, appelée, comme référence, avenue de l’Indépendance, mesurant 5 kilomètres de long pour 120 mètres de large, bordée de bandes de verdure et d’édifices de grande portée architecturale, s’étend depuis le parc grandiose de l’ensemble des édifices du gouvernement centralisé par le palais du Congrès situé sur le point central le plus élevé du site (1 172 m), jusqu’à une grande place centrale de circulation accueillant en son cœur le Panthéon. De cette place bifurquent deux larges avenues, une en direction du Rio Paranoá, et l’autre en direction du site où seront localisés les unités militaires et les terrains supplémentaires de la ville (...). Quant à l’essence de sa valeur urbanistique, l’avenue de l’Indépendance constitue l’épine dorsale du parti dominant de la métropole (...). Dans le sens transversal à cette avenue, proche du complexe gouvernemental, croise une autre avenue similaire, appelée comme référence, avenue du commerce, qui lie la place des gares routières et ferroviaires situées au nord, à la grande place centrale de la ville où se trouvent le centre commercial et le centre civique de la ville (cœur de la ville)74. »

FIGURE N° 28 : PLAN DE VERA CRUZ, PROPOSÉ PAR LA COMMISSION PESSOA (1955).

  • 75 Idem, p. 685.

59Le croisement à angle droit des deux avenues principales (orientées est-ouest et nord-sud) et le prolongement en « patte d’oie » de l’avenue monumentale forment l’ossature de Vera Cruz, rappelant l’urbanisme baroque et monumental de Versailles. La dimension de la ville est également conçue pour imposer l’échelle monumentale : l’avenue de l’Indépendance s’étend sur cinq kilomètres, et est bordée « d’édifices de grande portée architecturale » créant ainsi une perspective s’imposant au regard de tous. Pour préserver cette perspective, les auteurs du plan prévoient, de chaque côté de l’avenue, deux artères de trafic de 60 mètres de large, pour le décongestionnement « contribuant ainsi à l’éventuelle sérénité et à la magnificence de cette grande avenue qui accueillera les fêtes civiques promues par le gouvernement75. » En outre, pour renforcer la présence symbolique du pouvoir, la sous-commission « planification et urbanisme » prévoit la création, à l’aide d’un barrage, d’un lac artificiel entourant la moitié est de la ville. Toutefois, pour que Vera Cruz ne soit pas une pure copie de Versailles ou même des villes coloniales baroques (organisées également autour de deux axes se croisant au centre), le centre civique et le centre administratif sont légèrement décalés du centre géographique de la ville.

60Le plan sépare clairement l’échelle monumentale, servant à mettre en valeur les marques du pouvoir, et l’échelle humaine, pour le logement de la population. Cette dernière, dont ne s’était absolument pas préoccupé Theodoro Figueira de Almeida, est ici beaucoup plus intimiste. Elle n’est pas non plus reléguée au second plan, mais participe de l’organisation générale de la ville. L’adoption d’un plan en grille, évoquant l’urbanisme colonial, permet en réalité une séparation des fonctions, selon les principes de l’urbanisme moderne définis par la « Charte d’Athènes » : habiter, circuler, travailler, se divertir. Chaque carré (quadra) de la grille correspond ainsi à une « unité d’habitation » relativement autonome :

  • 76 Idem, pp. 685-686.

« Les espaces résidentiels sont constitués de grandes quadras de un kilomètre carré de superficie environ, subdivisés en lots, desservis par un réseau de circulation à l’abri du trafic intensif, réservant des espaces libres pour les écoles, jardins, loisirs et petits commerces (unité de voisinage). Chaque quadra correspond à 5 000 personnes (...). Quant au fonctionnement, tout se passe à notre avis, selon l’expression de Le Corbusier : on doit séparer le piéton de la ronde infernale des automobiles qui circulent librement. Les distances parcourues par le piéton à l’intérieur des quadras n’excèdent pas 250 mètres76. »

  • 77 « Quant au réseau des voies de circulation, ont été adoptées les autoroutes de type moderne pour l (...)
  • 78 Idem, p. 686.

61Les planificateurs de Vera Cruz, même s’ils n’hésitent pas à recourir aux références historiques, envisagent cependant une ville adaptée aux exigences de la vie moderne : la circulation rapide77, les loisirs et les divertissements... se voient conférer une place équivalente dans le projet de ville. Le résultat fait de Vera Cruz une ville vitrine de la modernité brésilienne, fiè-re de son passé national mais résolument tournée vers l’avenir (de la même manière que Belo Horizonte était à la fin du xixe siècle une représentation de la modernité mineira). La convergence avec les théories fonctionnalistes exposées par la Charte d’Athènes est poussée encore plus loin par les auteurs qui envisagent de « disposer les édifices avec les façades vers le soleil levant et le soleil couchant, afin de profiter au maximum des bénéfices de l’ensoleillement78. » L’importance de la luminosité et de l’ensoleillement des immeubles d’habitation a en effet été largement soulignée par la charte d’Athènes, réagissant contre la rue-couloir, tournant le dos à la lumière, fréquente dans l’urbanisme de la fin du xixe siècle.

  • 79 Idem, p. 686. Le terme de « ville-satellite », fort employé par l’architecture moderne, est direct (...)

62Pour adoucir la rigidité de cette organisation fonctionnaliste, de très nombreux parcs et jardins sont intégrés à la ville et l’entourent même d’une ceinture verte, intégrant de la sorte les principes de la « cité-jardin » définis par Ebenezer Howard au début du xxe siècle et dont se prévalent les auteurs. Les théories de Howard constituent en effet une référence fondamentale de l’urbanisme moderne. Le Corbusier dans son plan de « ville-radieuse » intègre ainsi une « coulée verte », traversant de part en part la ville. Et pour ne pas remettre en cause l’existence de cette ceinture verte, préserver l’unité du plan de Vera Cruz, et éviter sa transformation en mégalopole, les auteurs du plan prévoient de loger la population excédentaire à l’ouest, au-delà de cette ceinture, dans des « villes-satellites disposées le long des grandes voies de trafic79. »

63Le plan de Vera Cruz n’est donc pas susceptible d’être modifié dans l’avenir : il est présenté d’emblée sous sa forme définitive. Le lac et la ceinture verte forment de toute manière des obstacles naturels à une extension de la tâche urbaine. Et c’est ici un des paradoxes de l’urbanisme moderne : basé sur la prise en compte des exigences de la vie moderne, il se refuse cependant à intégrer les évolutions, les besoins futurs et donc les fonctions nouvelles dont la ville pourrait être investie. La ville de l’urbanisme moderne est en ce point comparable aux villes fortifiées du moyen-âge et de la Renaissance : c’est une ville fermée et contraignante.

*

64L’insistance des membres de la sous-commission « planification et urbanisme » à inscrire Vera Cruz dans le cadre des théories de l’urbanisme moderne est à la source d’une controverse avec le président de la Commission, le maréchal Pessoa. Les urbanistes avaient prévu d’inviter Le Corbusier pour participer à l’élaboration des plans de la future capitale. Le maréchal Pessoa, après un premier accord favorable, s’y est finalement vivement opposé, arguant de la capacité, largement prouvée, des urbanistes et architectes brésiliens à assumer seuls la responsabilité d’une telle tâche :

  • 80 Idem, p. 684.

« Ce serait même la première opportunité pour que les ingénieurs brésiliens qui ont tant contribué pour le progrès, le développement et la beauté de nos grandes villes, réalisent dans le secteur de l’urbanisme, une œuvre de grande envergure80. »

65La controverse aurait pu passer inaperçue si l’équipe d’urbanistes n’avait pas prévenu Le Corbusier avant que ne change d’avis le Maréchal Pessoa. Le Corbusier semblait attacher une grande importance à la construction de la nouvelle capitale du Brésil. D’autant plus que, maître incontesté du mouvement de l’architecture moderne, il n’a jamais obtenu de grande commande où son génie puisse librement s’exprimer. Même à Chandigarh, son intervention était limitée par le plan directeur établi par l’État du Pendjab.

  • 81 Sur les rapports de Le Corbusier avec le Brésil et les architectes brésiliens, voir : Santos (Ceci (...)
  • 82 Fondation Le Corbusier, cote U2.9.1 : « Lettre de Fernand Léger à Le Corbusier », 1926.
  • 83 Paulo Prado (1869-1943), l’aristocrate mécène du modernisme pauliste, est l’auteur en 1926 d’un ou (...)

66La rencontre de Le Corbusier avec le Brésil date de 1926. Ses séjours successifs ont eu une importance fondamentale dans l’évolution de son style architectural. Prophète de l’angle droit, il y découvre la courbe, que la technique du béton armé permettait d’utiliser dans des figures les plus osées81. En 1926, Femand Léger et Blaise Cendrars, en relation avec les principaux protagonistes du mouvement brésilien d’art moderne, écrivent à Le Corbusier que le Brésil projette de construire une nouvelle capitale : « Planaltina ». Femand Léger est le premier à lui faire part de ce projet : « Mon cher Janneret, il y a ici en ce moment un de mes amateurs brésiliens, Monsieur Prado qui a une des plus grosses situations commerciales et politiques à St Paul. Il m’a parlé d’un projet de ville entièrement neuve qui va se faire chez lui. Je lui ai demandé si il croyait intéressant de se rencontrer avec un jeune architecte français. Il connaît l’Esprit Nouveau et votre effort d’urbanisme – et cela l’intéresserait de causer avec vous. Si vous voyez intérêt à la chose, un mot de vous et nous ferons un déjeuner ou un dîner ensemble. Je pense que l’affaire vaut le dérangement82. » Blaise Cendrars, grand ami de Paulo Prado83, dans une lettre du 13 juillet 1926, prévient également Le Corbusier :

  • 84 Fondation Le Corbusier, cote DN Cendrars 123 (G2.2), « Lettre de Cendrars à Le Corbusier », 13 jui (...)

« ATTENTION : je vous signale que le gouvernement brésilien vient de demander aux chambres les crédits nécessaires pour la construction de la nouvelle capitale fédérale prévue dans la constitution : construction d’une ville d’un million d’âmes PLANALTINA : dans une région aujourd’hui encore vierge. Je crois que cela doit vous intéresser. Si oui, je vous mettrai en rapport avec qui de droit84. »

  • 85 Fondation Le Corbusier, cote C.3.5.288, « Lettre de Le Corbusier à Paulo Prado », 28 juillet 1929.
  • 86 Il peut paraître étonnant que l’invitation transite par New York. Toutefois, Hugo Gontier a été ch (...)

67Quel beau projet pour un architecte ! Avant son voyage de 1929 au Brésil, Le Corbusier écrit à Paulo Prado son envie de participer à ce rêve brésilien : « je ne me résous à un voyage si long que parce que je crois à une sympathie latine de l’Amérique du Sud et à une collaboration utile. En effet, le rêve de « Planaltina » me trotte en tête ; j’aimerais pouvoir entreprendre dans vos pays neufs quelques-uns des vastes travaux dont je me suis tant occupé ici et dont la léthargie continentale ne permettra jamais la réalisation85. » Et ce rêve poursuit Le Corbusier de longues années. Même sa déception après son voyage de 1936, où répondant à l’invitation de Lúcio Costa pour donner son avis sur les plans du ministère de l’Éducation nationale, il s’est vu opposer un refus à ses trop grandes exigences, n’a pas entamé sa foi en la capacité créatrice du Brésil. Il n’est donc pas étonné en 1955 de recevoir une invitation officielle le priant de bien vouloir superviser la planification de la nouvelle capitale brésilienne. C’est un télégramme du 2 juin 1955 envoyé depuis New York ( !) par Hugo Gontier, Consul général du Brésil aux États-Unis, qui lui transmet la demande86 :

  • 87 Fondation Le Corbusier, « Télégramme de Hugo Gontier à Le Corbusier », 2 juin 1955, I1.1XX-7.

« Je viens de recevoir lettre maréchal président Commission nouvelle capitale Brésil dans laquelle fait savoir votre nom a été choisi pour donner avis commission architectes brésiliens pour planification dite capitale stop il me demande vous consulter si vous accepteriez invitation gouvernement brésilien pour aller Rio passer quelques jours stop prie me télégraphiez urgent quand vous pouvez y aller et conditions87. »

  • 88 Fondation Le Corbusier, « Note de Le Corbusier », 8 juin 1955, I1.1-XX – 8-10.

68Le Corbusier semble heureux de cette invitation : il inscrit à la main sur le télégramme, « très bien ». Il se met immédiatement au travail et envoie à Hugo Gontier, le 8 juin 1955 une note d’une page concernant l’urbanisme et l’architecture de Brasília ainsi qu’une estimation de sa rémunération (figure n° 29). Distinguant 5 étapes dans la définition du plan, il prévoit de se consacrer à la mise en place du « schéma de base » et du « plan directeur », laissant aux Brésiliens, l’analyse, le plan régulateur et le développement du plan. Pour la partie architecturale (« l’architecture adéquate »), il prévoit quelques réalisations exemplaires « d’architecture pure » (bâtiments civiques), ainsi que l’élaboration de modèles-types (variables selon les classes sociales) pour chacune des trois dimensions suivantes : « habitation », « travail » et « loisir ». C’est ce qu’il appelle « l’urbanisme à trois dimensions88. » Est-ce cette note qui est à l’origine du changement d’attitude du maréchal Pessoa ? Elle ne prévoit, en effet, qu’un rôle subalterne pour les architectes brésiliens. Dans une nouvelle lettre du 24 juin 1955, Le Corbusier tente, en vain, de présenter directement au maréchal Pessoa ses idées pour Brasília :

  • 89 Fondation Le Corbusier, « Lettre de Le Corbusier au maréchal Pessoa », 24 juin 1955, Il .1-XX – 19 (...)

« Je vous serais infiniment obligé de bien vouloir noter que mon désir n’est pas d’établir les plans de la capitale du Brésil, mais d’être chargé de la réalisation de ce qu’on appelle le « plan pilote ». Le « plan pilote » signifie l’expression par les dessins et par les textes, de l’idée d’ordre général et particulier que mon expérience me permet de soumettre à l’occasion de ce problème. Il demeure que le plan d’urbanisme sera l’œuvre des architectes brésiliens (...). C’est sur ce « plan pilote » que les architectes brésiliens, accompagnés de tous les techniciens utiles, feront les études définitives, qualifiés des éléments utiles à la réalisation même de la ville (viabilité, transports, conditions d’habitation, de travail, de loisirs, etc.)89. »

  • 90 Fondation Le Corbusier, « Lettre de Vincent Auriol à Le Corbusier », 26 janvier 1956, Il .1-XX – 2 (...)
  • 91 On saisit mieux, à la lecture de cette polémique, combien la ville est loin d’être uniquement cet (...)

69Comme nous n’avons pas trouvé trace d’autre lettre avec les membres de la Commission Pessoa, nous pouvons supposer que la correspondance fournie, entre Le Corbusier et Hugo Contier ou le maréchal Pessoa a pris fin avec cette dernière lettre. Il tente encore en janvier 1956 de convaincre le président Kubitschek, qui a officiellement décidé de la construction de Brasília, de recourir à ses services. Dans une lettre adressée au président de la République française, Vincent Auriol, il fait état de son souhait de participer à l’œuvre de construction de Brasília. Il lui demande alors de bien vouloir intercéder en sa faveur auprès de son homologue brésilien, Juscelino Kubitschek90. Ce dernier avait d’autres projet... Finalement Le Corbusier ne consent à visiter Brasília qu’en 1962, deux ans après l’inauguration de la capitale. Il est alors chargé de dresser les plans de l’ambassade de France au Brésil – plans qui ont été refusés ! Le rêve brésilien de Le Corbusier, le rêve de Planaltina lui trottant dans la tête, prend ainsi fin, sans que le moindre de ses plans ou de ses projets aient été acceptés. Il peut, cependant, s’enorgueillir d’avoir influencé ou révélé une génération d’architectes brésiliens, dont les planificateurs de Vera Cruz et plus tard, ceux de Brasília (Lúcio Costa et Oscar Niemeyer). Et c’est peut être ce qui explique le refus du maréchal Pessoa de recourir aux services de Le Corbusier. La génération qu’il a formée est empreinte à la fois de ses théories fonctionnalistes et de l’exubérance baroque de la nature brésilienne, capable de donner une teinte locale à la capitale et d’en exprimer son inscription dans l’histoire brésilienne. Le Corbusier n’aurait sans doute pu présenter qu’un plan universel ne se souciant pas du cadre philosophique édicté par le maréchal Pessoa pour guider la réflexion des urbanistes : la représentation de la « continuité historique91. »

FIGURE N° 29 : LETTRE DE LE CORBUSIER AU MARÉCHAL PESSOA.

Notes

1 Cette révolution, explique Charles Morazé « est, sans le dire et peut-être sans le savoir, encore une révolution positiviste ». (Les trois âges du Brésil, op. cit., p. 116).

2 L’article 4 des dispositions transitoires de la nouvelle constitution est adopté dans les termes suivants : « La capitale de l’Union sera transférée vers un point central du Brésil. Le président de la République, dès que la constitution entrera en vigueur, nommera une commission qui, sous les instructions du gouvernement, procédera à l’étude des diverses localités adéquates pour l’installation de la capitale. Les études, une fois conclues, seront présentées à la Chambre des députés, qui choisira le site et prendra sans perte de temps, les mesures nécessaires au transfert ». Cité in Ant. Hist., tome 2, pp. 47-48.

3 Sur les liens entre l’industrialisation et l’urbanisation au Brésil, durant les années 1920-1940, la bibliographie est vaste. Nous nous contenterons de citer quelques études synthétiques : Patarra (Neide), « Dinâmica populacional e urbanização no Brasil pós 30 », in Fausto (Boris), História geral da civilização brasileira, São Paulo, Difel, 1984, tome 3, vol. 4, pp. 249-268. C’est de cet article que nous tirons les chiffres cités ; Faria (Vilmar), « Ο sistema urbano brasileiro : um resumo das características e tendências recentes », in Estudos Cebrap, n° 1 8, oct-déc 1976, pp. 93-115 ; Oliveira (Francisco de), « Ο estado e ο urbano no Brasil », in Espaço e debates, n° 6, juil-sept 1982, pp. 36-54

4 Ianni (Otávio), Estado e planejamento econômico no Brasil (1930-1970), Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 1979, p. 172.

5 Velho (Otávio Guilherme), Capitalismo autoritário e campesinato, São Paulo, Difel, 1976, p. 133.

6 Skidmore (Thomas), Brasil de Getúlio a Castelo (1930-1964), Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1992, p. 55. Voir également l’étude de Connif (Michaël), Urban Politics in Brazil. The Rise of Populism (1925-1945), Pittsburg, University of Pittsburg Press, 1981, 227 p.

7 Freitas (Teixeira de), « Ο reajustamento territorial do quadro politico do Brasil », 1932, Cité in Ant. Hist., tome 2, p. 204.

8 Il reprend ainsi une suggestion faite en 1931 par le Desembargador Vieira Ferreira qui proposait en 1931 que la future capitale se nomme Ibéria ou Cabrália (Ant Hist., tome 2, p. 32).

9 Idem, p. 206.

10 Les personnalités suivantes composent la commission nationale : Everardo Backheuser (président de la Société de géographie) ; Hélio Gomes et le major Antonio Fernandes Távera (de la Société des amis d’Alberto Torres); José Lessa Bastos (du Club militaire) ; Raymundo Perreira da Silva (du Club de l’ingénierie) ; Canabarra Rechardt (de l’Institut des avocats) ; le lieutenant-colonel Raúl Bardeira de Mello (de l’Institut d’ingénierie militaire) ; le général Liberato Bittencourt et le capitaine Antônio Ferraz (de l’IHCB) ; le lieutenant-colonel Armando Ribeiro et le colonel Edmundo Gastão da Cunha (du Service géographique de l’armée ; José Pedro Carneiro da Cunha, Alcides Bezera et Saldinho de Cusmão (de la Société de géographie de Rio de Janeiro) ; le capitaine de corvette Antônio Alves Câmara et le lieutenant-capitaine Ary dos Santos Raugel (du ministère de la Marine) ; le major Raul Silveira de Melo et le major Mario Ramos (de l’État-Major de l’armée), in Ant Hist., tome 2, p. 225.

11 Voir à ce sujet l’étude de Vesentini (José William), A capital da geopolítica, São Paulo, Editôra Ática, 1986, 240 p.

12 « Relatório final da Grande Comissão de Redivisão Territorial », 1933, in Ant. Hist., tome 2, p. 224.

13 IBGE, Problemas de base do Brasil, cité in Ant. Hist., tome 2, p. 272.

14 Idem, in Ant. Hist., tome 3, p. 104.

15 Idem, in Ant. Hist., tome 3, p. 105.

16 Idem, in Ant. Hist., tome 3, pp. 108-109.

17 Vargas (Getúlio), « Ο verdadeiro sentido da Brasílianidade é a marcha para ο oeste », discours radiophonique à la nation, le 31 décembre 1939, in IBGE, Goiânia, Coletânea especialamente editada pelo IBGE como contribuição ao batismo cultural de Goiânia, Rio de Janeiro, Serviço Gráfico do IBGE, 1942, pp. 1-2.

18 Ianni (Otávio), A idéia de Brasil moderno, op. cit., p. 37.

19 Ricardo (Cassiano), Marcha para Oeste - A influência da « bandeira » na formação social e polίtica do Brasil, Rio de Janeiro, José Olympio, (Col. Documentos brasileiros, 25), 1942, 2 vol. Concernant la position de Cassiano Ricardo sur la question du transfert de la capitale, nous renvoyons à l’ouvrage d’Arturo Espejo : Rationnanté et formes d’occupation de l’espace, op. cit., pp. 227-234. Nous lui empruntons ici certaines idées.

20 Idem, p. 542.

21 Idem, p. 18.

22 Idem, p. 542.

23 Idem, p. 274.

24 Pedrosa (Mário), Dos murais de Portinari aos espaços de Brasília, São Paulo, Perspectiva, 1981 : « Nous, Brésiliens, par la fatalité même de notre formation, sommes condamnés au moderne » (p. 347).

25 Andrade (Oswald de), « Manifeste anthropophage-1928 », cité in Art d’Amérique latine (1911-1968), Paris, Centre Georges Pompidou, 1992, p. 131.

26 Ianni (Otávio), A ideia de Brasil moderno, op. cit., p. 31.

27 Voir l’article de Brian Owensby, « Domesticating Modernity. Markets, Home and Morality in the Middle Class in Rio de Janeiro and São Paulo, 1930s and 1940s », in Journal of Urban History, vol. 24, n° 3, march 1998, pp. 337-363.

28 Sur ce sujet, voir l’article de Diniz Filho (Luiz Lopes), et Bessa (Vagner de Carvalho), « Vocação e nacionalismo : as visões do urbano no pensamento do Estado brasileiro (1930-1961 ) », in Espaço e debates, São Paulo, n° 34 (« Cidade e história »), 1991, pp. 104-112.

29 Amaral (Antonio José Azevedo), A aventura politico do Brasil, Rio de Janeiro, Livraria Olympio, 1935, p. 181.

30 Idem, p. 183.

31 Idem, p. 163.

32 Feirreira (Vieira), « A mudança da capital », in Jornal do Comércio, cité in Ant. Hist., tome 2, p. 185.

33 Cette appréciation de l’IBGE, en 1945, illustre la confiance nouvelle placée dans la ville comme lieu incontestable du progrès : « Au Brésil, nous devons construire des villes. Nos problèmes fondamentaux exigent des solutions originales. Nous avons le devoir évident de créer un grand centre d’attraction à l’intérieur, à plus de 800 kilomètres en ligne droite de Rio de Janeiro. Nous ne doutons pas que le transfert de la capitale pourra être alignée entre de telles entreprises ». (« A mudança da capital federal », éditorial du Boletim Geográfico, Rio de Janeiro, n° 40, juil. 1946, pp. 445-446.)

34 La décision de construire une nouvelle capitale pour l’État de Goiás est prise le 20 janvier 1932 par le gouverneur Pedro Ludóvico Teixeira. Le projet, relativement ancien, est codifié dans les constitutions de 1898 et 1918. La tâche est confiée à deux urbanistes : Armando Augusto de Godoí, chargé du choix du site et Atílio Correia Lima, chargé du tracé du plan directeur. Le site est défini le 18 mai 1933 ; la ville est inaugurée le 5 juillet 1942. Une publication de l’IBGE, éditée à l’occasion de l’inauguration de la ville offre un panorama complet des enjeux politiques, culturels et urbanistiques du transfert de la capitale : IBGE, Goiânia..., op. cit. Une analyse claire du plan de Goiânia a été présentée par : Graeff (Edgar Albuquerque), Goiânia 50 anos, Brasília, MEC/SESU, 1985, 46 p. (+ill.).

35 Codoí (Armando Augusto de), « Retórica sobre a conveniencia da mudança da capital », in IBGE, Goiânia..., op. cit. p. 14.

36 Lima (Atílio Correia), « Ο piano director da cidade », in Idem, pp. 48-49.

37 Godoí (Armando Augusto de), « Relatorió sobre a conveniencia... », in Idem, p. 21.

38 Freyre (Gilberto), Brasis, Brasil, Brasília, op. cit., p. 153.

39 Sur le plan chronologique, ce fut l’architecte Gregori Warchawchik qui en 1925 publia au Brésil le premier article de présentation de l’architecture moderne, présentant notamment les idées des Congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM) (« autour de l’archirtecture moderne », Correio Paulistano, 1er novembre 1925). L’action de Lúcio Costa, bien que postérieure, sera à mon avis beaucoup plus importante : il est le premier à envisager les conditions d’une adaptation de ces théories modernistes au contexte culturel brésilien. C’est en ce sens que je lui attribue la paternité de l’architecture moderne au Brésil.

40 Costa (Lúcio), « Entretien avec Laurent Vidal », Rio de Janeiro, 10 mars 1993.

41 Idem.

42 Niemeyer (Oscar), « Entretien avec Laurent Vidal », Rio de Janeiro, 9 mars 1993.

43 Cité in Bruand (Yves), L’architecture contemporaine au Brésil, op. cit., p. 336.

44 Niemeyer (Oscar), « Entretien avec Laurent Vidal ».

45 Cruz Costa (João), Contribuição á história das ideias no Brasil..., op. cit., p. 333.

46 La fin de l’Estado Novo a vu l’émergence de nouveaux partis politiques, que Vargas avait favorisés à partir de 1943 lors de la publication d’un nouveau code électoral. Dans l’impossibilité de maintenir une dictature forte, Vargas a en effet songé à organiser un nouveau système partidaire afin d’éviter tout retour possible à un système équivalent à celui de la República Velha, où les partis étaient avant tout des émanations de groupes de pressions régionaux. Il propose ainsi l’obligation pour chaque parti de disposer d’une organisation nationale (au minimum de 10 000 électeurs distribués en cinq États), et de respecter les « principes démocratiques ». Vargas lui-même est à l’origine de deux partis politiques : tout d’abord en 1943, le parti ouvrier brésilien (PTB), s’appuyant sur la coalition des syndicats et des masses urbaines ; ensuite, en mai 1945, le parti social démocratique (PSD), héritier direct de la machine administrative de l’Estado Novo. En décembre 1945, lors de l’élection de l’Assemblée constituante, le PSD est le premier parti national, avec 50 % des sièges ; le PTB recueillant quant à lui 7,7 %, c’est à dire plus que le parti communiste (PCB : 4,9 %), enlevant ainsi à ce dernier le contrôle exclusif sur le mouvement ouvrier brésilien. Un autre parti politique, l’Union démocratique nationale (UDN), est créé en 1944 par Sales de Oliveira, autour des mouvements libéraux d’opposition à Getúlio Vargas, recommandant un retour aux principes du libéralisme politique et économique. L’UDN qui pensait être le seul véritable parti national apte à proposer une alternative viable au régime Vargas, a été privé de cette opportunité par l’armée qui a déposé Vargas : il obtient 29 % des sièges en 1946. L’armée constitue depuis 1930 le pivot de la vie politique brésilienne. Parmi les autres petits partis apparus lors de la même période, il convient de noter le PSP (créé par Ademar de Barros en 1946), parti populiste qui attire une grande partie des classes moyennes, notamment dans l’État de São Paulo. Sur les partis politiques au Brésil, on pourra consulter : Souza (Maria do Carmo Campello de), Estado e Partidos Políticos no Brasil (1930-1964), São Paulo, Alfa Omega, 1976.

47 Café Filho suggère Goiânia comme solution temporaire, en raison du coût de la construction d’une ville nouvelle qui risque de paralyser toute prise de décision. Intervention du 3 avril 1946 à « l’Assemblée constituante », in Ant. Hist., tome 3, p. 115. Assurant l’intérim présidentiel suite au suicide de Vargas en 1954, Café Filho donnera une impulsion décisive au transfert de la capitale.

48 Benedeto Valadares (1892-1973) justifie ainsi sa proposition : « Le Triangle mineiro est situé au centre du pays entre São Paulo, Mato Grosso et Goiás, et le transfert de la capitale vers cette région, profitant du grand potentiel hydraulique de la chute d’eau « Dourada », induira le progrès pour tout le Brésil, principalement pour l’extrême nord ». Intervention du 3 avril 1946 à l’Assemblée constituante, in Ant. Hist., tome 3, p. 116.

49 Juscelino Kubitschek appuie son argumentation, sur un « Mémoire » rédigé par l’ingénieur Lucas Lopes, secrétaire de la voirie de l’État du Minas Gerais. Lucas Lopes a calculé l’évolution géographique du Centre démographique brésilien depuis les débuts de la colonie. Le situant, en 1940, à proximité du Triangle mineiro, et prévoyant pour l’an 2000 son déplacement vers le cœur de celui-ci, cet ingénieur suggère le choix de cette région pour l’édification de la nouvelle capitale. Il conclut son étude par une mise en garde : « Je pense toutefois que le transfert vers des régions qui constituent aujourd’hui des déserts économiques (...) - comme le rectangle Cruls - présenterait des inconvénients si graves qu’il serait plus judicieux de maintenir le siège du gouvernement à Rio de Janeiro ». (Cité in : Brasília, histόria de uma idéia, p. 140). Pour juscelino Kubitschek « les études réalisées par cet éminent technicien satisfont les partisans de l’idée du transfert de la capitale » (Discours à l’Assemblée constituante du 20 mai 1946, in : Ant. Hist., tome 3, p. 125).

50 Pinheiro (Israël), « Discours à l’Assemblée constituante – 9 septembre 1946 », in Ant. Hist., tome 3, p. 91.

51 Magalhães (Diogenes), « Discours à l’Assemblée constituante – 15 juillet 1946 », in Ant. Hist., tome 3, pp. 157 et 160.

52 Cité in Ant. Hist., tome 3, pp. 15-16.

53 Comissão de Estudos para a Localização da Nova Capital do Brasil, Relatorió técnico, 1er partie, vol. 1 « Contendo a justificação da resolução final tomada pela comissão, quanto à localização do novo distrito federal », Rio de Janeiro, s.e., 1948, p. 4.

54 Idem, p. 25.

55 En ce qui concerne la dimension géopolitique, du projet de Brasília, nous renvoyons à l’étude de Espejo (Arturo Luis), Rationnante et formes d’occupation de l’espace : le projet de Brasília, op. cit., et à celle de Vesentini ()osé William), A capital da geopolítica, op. cit. L’étude de Vesentini qui constitue désormais un « classique » sur Brasília, nous paraît cependant pêcher par une absence d’analyse des intérêts (sociaux, économiques et politiques) que revêt une justification du transfert en termes géopolitiques. L’auteur esquive notamment une présentation en terme de conflits d’intérêts entre les élites, faisant de l’armée l’acteur principal qui a porté l’intériorisation de la capitale. Cette affirmation, même si elle contient une part de vérité, mérite cependant d’être replacée dans un contexte plus vaste, celui de la lutte des élites pour la maîtrise de l’appareil d’État, mettant à jour des projets de sociétés différents. C’est pourquoi nous n’insisterons pas sur les aspects strictement géopolitiques de l’intériorisation de la capitale (après 1930), préférant plutôt évoquer la dimension géopolitique comme un langage technique et donc relativement consensuel, auquel a recours un groupe social précis (les militaires et les techniciens) pour justifier une position particulière au sujet de la localisation de la nouvelle capitale. En outre, l’affirmation de ces deux auteurs, faisant de la dimension géopolitique, l’essence fondamentale du projet de Brasília, ne permet pas de comprendre pourquoi Juscelino Kubitschek a décidé du transfert de la capitale en 1956. Les militaires, même divisés sur l’opportunité du transfert, se voulaient les détenteurs légitimes du projet de transfert. La grande majorité de la hiérarchie militaire était opposée à l’accès au pouvoir de Juscelino Kubitschek, pensant que le suicide de Vargas leur offrait la possibilité d’une mainmise absolue sur l’État. Il a donc fallu le coup d’état légaliste ou constitutionnaliste du général Lott pour assurer la prise de possession du pouvoir par Kubitschek. Or, si quelques semaines après son accession au pouvoir le président rendait effective la mesure du transfert, c’est que ses implications dépassent largement le cadre géopolitique. Et c’est justement autour des thèmes du projet de ville, du projet social et du projet de société que le nouveau président développe son argumentation en faveur de la construction de Brasília. Si la dimension géopolitique n’est pas niée, elle est néanmoins, en retrait dans l’argumentaire présidentiel.

56 Comissão de estudos para a Localização da Nova Capital do Brasil, Relatorió técnico, op. cit., p. 19. Le rapport de l’État Major de l’armée auquel se réfère Polli Coelho a été publié par la commission, avec cependant la mention « réservé » : Comissão de Estudos para Localização da Nova Capital do Brasil, « Pareceres do Estado Maior do Exército e do Estado Maior Geral sobre ο problema da mudança da capital », Rio de Janeiro, s.e., 1947, 17 p.

57 Cette notion de « centre démographique » a fait l’objet d’études très poussées de la part du géographe allemand Léo Waibel, qui enseigna quelques années au Brésil. Voir son ouvrage : Waibel (Leo), Capitúlos de geografia tropical do Brasil, Rio de Janeiro, IBCE, 1979 (1re éd. : 1958), 326 p. Macedo Soares Guimarães, qui dirige l’une des deux expéditions de la sous-commission de géographie, reprend cette notion pour appuyer son choix en faveur du triangle mineiro : « pour le rôle administratif, la position centrale est théoriquement la meilleure ; mais du point de vue de la population c’est celui de centre géométrique ou territorial » (« Le choix du site de la nouvelle capitale du Brésil, discussion des projets et état actuel de la question », in Bulletin de l’Association géographique française, Paris, 1948, p. 92.).

58 Professeur à la faculté de philosophie de Rio de Janeiro (1941-1957), il a formé de nombreux étudiants brésiliens aux techniques de géographie en général et de la géomorphologie en particulier. Certains de ces étudiants participent d’ailleurs à l’expédition qu’il dirige. Ses archives, comprenant notamment de nombreux documents sur cette expédition, ont été déposées à l’université de Rennes (fonds Francis Ruellan).

59 Les rapports de ces deux expéditions ont été publiés en français dans le Bulletin de l’Association des géographes français, Guimarães (F. de Macedo Soares), « Le choix du site de la nouvelle capitale du Brésil : discussion des projets et état actuel de la question », op. cit. ; Ruellan (Francis), « Quelques problèmes de l’expédition chargée de trouver des sites pour la nouvelle capitale fédérale des États-Unis du Brésil », in Bulletin de l’Association des géographes français, 1948, p. 86.

60 Guimarâes (M.F. de Macedo Soares), op. cit., p. 92.

61 Ruellan (Francis), op. cit., p. 100.

62 Coelho (général Djalma Polli), « Mudança da capital, problema geopolítico », cité in Silva (Ernesto), História da Brasília, Senado Federal, 1985, p. 70.

63 Coelho (général Djalma Polli), « A Localização da Nova Capital do Brasil », Revista Geográfica, Rio de Janeiro, IBCE, vol. 15, n° 41, 1954, p. 3. Polli Coelho a en effet confié à un des membres de la commission, Francisco Paulo Marques dos Santos, la rédaction d’une notice historique sur le transfert de la capitale : Comissão de Estudos, para à localização da nova capital do Brasil, « Notícia histórica sobre ο problema da mudança da capital do Brasil (1813-1946) », Rio de Janeiro, s.e., 1947, 17 p.

64 Queiros (Eunápio de), « Mudança da capital do país : parecer da Comissão parlementar », in : Boletim Geográfico, Rio de Janeiro, Conselho Nacional de Geografia (IBGE), vol. 7, n° 76, juin 1949, p. 357.

65 Idem, p. 362.

66 Idem, p. 363.

67 Idem, p. 368.

68 L’article 1 de la loi n°1803 est le suivant :
« Art. 1°. Le pouvoir exécutif est autorisé à faire procéder, sous la forme qu’il jugera convenable, dans la région du Planalto central comprise entre les parallèles 15°30 et 17° et les méridiens WGr 46°30’ et 49°13’, aux études définitives pour le choix du site de la nouvelle capitale fédérale, qui devront être achevées dans un délai de trois ans.
§ 1°. Les études mentionnées dans cet article devront satisfaire aux conditions suivantes :
a) climat et salubrité favorables;
b) facilité de ravitaillement en eau et en énergie électrique;
c) facilité d’accès aux voies de transports terrestres et aériens;
d) topographie adéquate;
e) sol favorable aux édifications et existence de matériaux de construction ;
f) proximité de terres pour les cultures;
g) paysage attrayant;
§2°- Les études seront réalisées sur la base d’une ville de 500 000 habitants.
§3°- Le délai pour le début de ces études est de soixante jours ».

69 Cité in Silva (Ernesto), História de Brasília, op. cit., p. 87.

70 « Rapport intermédiaire de la Commission José Pessoa », cité in : Ant. Hist., tome 3, p. 678.

71 Pessoa (Maréchal ]osé), Relatorió da primeira fase dos trabalhos da Comissão de localização da Nova Capital Federal, « A propósito de um nome para a nova metrópole », Rio de Janeiro, 24 novembre 1955. Cité in : Ant. Hist., tome 3, p. 687.

72 Pessoa (Marechal José), « Declaração do Présidente da Comissão de localização da nova capital federal sobre ο planejamento do futuro distrito federal », in Boletim Geográfico, vol. 13, n° 127, juil-août 1955, p. 448.

73 Comissão de Localização da Nova Capital Federal, « Memorial do estudo preliminar para a cidade de Vera Cruz, futura capital do Brasil, apresentado pelos engenheiros Raul Penna Firme, Roberto Lacombe e José Oliveira Reis », Rio de Janeiro, 2 juin 1955. Cité in Ant. Hist., tome 3, p. 686.

74 Idem, p. 685.

75 Idem, p. 685.

76 Idem, pp. 685-686.

77 « Quant au réseau des voies de circulation, ont été adoptées les autoroutes de type moderne pour la grande circulation (highways), avenues larges pour le trafic de moindre intensité et rues pour les unités résidentielles (driveways). Les pistes cyclables et les véhicules de petite envergure ont été intégrés dans le plan, de même que la construction de plates-formes pour hélicoptères » (Idem, p. 686).

78 Idem, p. 686.

79 Idem, p. 686. Le terme de « ville-satellite », fort employé par l’architecture moderne, est directement issu de la tradition des garden cities. Dès 1956, ce terme sert à qualifier à Brasília les cités ouvrières ou résidentielles construites en dehors du plan de ville (plan pilote).

80 Idem, p. 684.

81 Sur les rapports de Le Corbusier avec le Brésil et les architectes brésiliens, voir : Santos (Cecilia Rodrigues dos), Pereira (Margareth Campos da Silva) et al, Le Corbusier e ο Brasil, São Paulo, Tessela Projeto, 1987, 301 p.

82 Fondation Le Corbusier, cote U2.9.1 : « Lettre de Fernand Léger à Le Corbusier », 1926.

83 Paulo Prado (1869-1943), l’aristocrate mécène du modernisme pauliste, est l’auteur en 1926 d’un ouvrage dans lequel il dresse un portrait pessimiste du Brésil et de la culture brésilienne : « Sur une terre radieuse vit un peuple triste ». Son diagnostic du développement du Brésil est tout aussi sévère : « De fait, le Brésil ne progresse pas, il grandit et vit, comme vit et grandit un enfant malade dans le lent développement d’un corps mal organisé ». Le projet d’une nouvelle capitale à l’intérieur du pays représente donc pour Paulo Prado la possibilité de corriger ce développement. Confier le plan d’urbanisme à Le Corbusier, promoteur de l’architecture moderne, ne peut dès lors que correspondre à ses engagements esthétiques (Prado (Paulo), Provincia e nação, Retrato do Brasil, Ensaio sobre a tristeza brasileira, Rio de Janeiro, José Olympio Editora, 1972 (1re éd. : 1928), pp. 195 et 228).

84 Fondation Le Corbusier, cote DN Cendrars 123 (G2.2), « Lettre de Cendrars à Le Corbusier », 13 juillet 1926. Blaise Cendrars et Fernand Léger évoquent le projet de loi du Sénat fédéral (n° 82-1923) prévoyant l’ouverture d’un concours international pour la construction de la nouvelle capitale, ainsi que les messages du président Artur Bernardes au Congrès (3 mai 1925 et 3 mai 1926), rappelant l’urgence du transfert de la capitale et envisageant la possibilité d’une construction laissée aux capitalistes privés (même étrangers) moyennant des concessions d’exploitations (Ant. Hist., vol. 2, pp. 34-35). Le projet n’a jamais abouti, les discours sont restés lettres mortes.et maintenant dans cet ordre de chose » (Fondation Le Corbusier, « Lettre de Le Corbusier à Hugo Gontier », le 10 mai 1955, I1 .1XX, 5/6).

85 Fondation Le Corbusier, cote C.3.5.288, « Lettre de Le Corbusier à Paulo Prado », 28 juillet 1929.

86 Il peut paraître étonnant que l’invitation transite par New York. Toutefois, Hugo Gontier a été chargé par la Commission Pessoa avec un autre haut fonctionnaire José Oswaldo de Meira Penna, de préparer un ouvrage sur « les précédents historiques de nations qui ont transféré leur capitale ou construit une nouvelle » (Fondation Le Corbusier « Lettre de Hugo Gontier à Le Corbusier », 6 avril 1955, I1.1 .XX - 1 -4), dans le but de préparer un concours international pour la planification de la nouvelle capitale. Dans le cadre de ce travail, Hugo Gontier a pris contact avec Le Corbusier : « j’aimerais vous demander si en tant qu’architecte de large renommée mondiale, vous voudriez bien nous soumettre un commentaire, une opinion ou une observation sur le sujet (...). Votre contribution serait d’autant plus bienvenue que l’intérêt public de plus en plus évident portée à cette entreprise en ferait, si elle était effectivement mise en place, une marque dans l’histoire de l’architecture ». (Idem). Le Corbusier répond dans une lettre datée du 10 mai qu’il se félicite de la démarche consistant à « rassembler ce qui a été fait autrefois et maintenant dans cet ordre de chose » (Fondation Le Corbusier, « Lettre de Le Corbusier à Hugo Gontier », le 10 mai 1955, I1.1 XX, 5/6). Néanmoins, poursuit-il, « Mon idée personnelle est que la méthode du concours est une lâcheté démocratique. L’œuvre des gens capables actuellement dans les temps modernes est entièrement appréciable par les publications qui en sont largement informées : les journaux, magazines, etc. Un gouvernement qui se respecte devrait avoir le courage de désigner un nombre de quelques personnalités capables de constituer une force apte à faire face aux tâches envisagées » (Idem). On peut supposer qu’Hugo Gontier a tenu informé le maréchal Pessoa de cette réponse sèche où Le Corbusier semblait blessé dans son orgueil. Ce qui pourrait expliquer que le maréchal Pessoa ait fait transiter l’invitation par Hugo Gontier. En ce qui concerne l’ouvrage sur les précédents historiques du transfert de la capitale, il a été publié en 1958 : Penna (José Oswaldo de Meira), Quando mudam as capitais, op. cit.

87 Fondation Le Corbusier, « Télégramme de Hugo Gontier à Le Corbusier », 2 juin 1955, I1.1XX-7.

88 Fondation Le Corbusier, « Note de Le Corbusier », 8 juin 1955, I1.1-XX – 8-10.

89 Fondation Le Corbusier, « Lettre de Le Corbusier au maréchal Pessoa », 24 juin 1955, Il .1-XX – 19-20.

90 Fondation Le Corbusier, « Lettre de Vincent Auriol à Le Corbusier », 26 janvier 1956, Il .1-XX – 21.

91 On saisit mieux, à la lecture de cette polémique, combien la ville est loin d’être uniquement cet espace abstrait, découpé en tranches, que la loi des hommes institue rationnellement. Pour que vive la cité, ville nouvelle, il ne suffit pas d’un décret, encore faut-il que se mêlent les mœurs anciennes et la loi nouvelle. Anne Cauquelin, dans son Essai de philosophie urbaine, insiste d’ailleurs sur l’importance de cet axe double de la cité : « « l’espace nouveau » est bien horizontal, accessible et sectorisable, il justifie les partages et les négociations, se soumet à l’injonction démocratique. Mais l’autre, la vieille figure mémorisée du rapport aux Titans ne peut se retrancher ; sa verticalité est synonyme d’unification de l’ancien (profond) et du nouveau (la surface) » (Essai de philosophie urbaine, Paris, PUF « La politique éclatée », 1982, p. 74).

Table des illustrations

Légende CARTE N° 4 : ÉBAUCHE D’UNE NOUVELLE CARTE POLITIQUE DU BRÉSIL AVEC BELO HORIZONTE COMME NOUVELLE CAPITALE (PAR TEIXEIRA DE FREITAS EN 1932).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1473/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende FIGURE N° 23 : LE PLAN DE GOIÂNIA PAR ATÍLIO CORREIA LIMA ET ARMANDO GODÓI (1935).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1473/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Légende FIGURE N° 24 : L’ÉGLISE SÃO FRANCISCO DE ASSIS À PAMPULHA (BELO HORIZONTE) DESSINÉE PAR OSCAR NIEMEYER (1942).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1473/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende CARTE N° 5 : SCHÉMA DE LOCALISATION DU NOUVEAU DISTRICT FÉDÉRAL, ÉTABLI PAR JERÔNIMO COIMBRA BUENO (1948).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1473/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende FIGURE N° 25 : MEMBRES DE LA COMMISSION POLLI COELHO (1946-1948).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1473/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende FIGURE N° 26 : LE MARÉCHAL JOSÉ PESSOA, PRÉSIDENT DE LA CLNCF.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1473/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende FIGURE N° 27 : LE SITE CHOISI PAR LA COMMISSION PESSOA ET LA SURFACE EXPROPRIÉE PAR LE GOUVERNEMENT DE GOIÁS (DÉCRET 480 DU 30 AVRIL 1955).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1473/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende FIGURE N° 28 : PLAN DE VERA CRUZ, PROPOSÉ PAR LA COMMISSION PESSOA (1955).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1473/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende FIGURE N° 29 : LETTRE DE LE CORBUSIER AU MARÉCHAL PESSOA.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1473/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 383k

© Éditions de l’IHEAL, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540