Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Nova Lisboa à Brasília

 | 
Laurent Vidal

IV. Tiradentes, une capitale sans peuple pour la République (1889-1895)

Texte intégral

« Il est inconcevable que, dans ce siècle de calculateurs, Il n’y en ait pas un qui sache voir que la France serait bien plus puissante si Paris était anéanti. »
Jean-Jacques Rousseau
L’Émile ou de l’éducation

1Le projet de transfert de la capitale brésilienne acquiert avec l’avènement de la République (1889) une consistance nouvelle. Il entre tout d’abord en débat : un débat national avec son inscription à l’ordre du jour de l’Assemblée constituante. Fruit de ces discussions, le principe du transfert est ensuite inscrit comme dispositif constitutionnel. Enfin, il s’émancipe du pur projet politique, sa composante essentielle depuis ses origines, pour devenir un objet de réflexion technique et géopolitique. Une commission scientifique est créée pour déterminer le site de la nouvelle capitale.

2La double vision institutionnelle et technique du projet de nouvelle capitale est le reflet du débat politique sur l’orientation du régime républicain, entre les partisans d’un républicanisme libéral et les tenants d’un républicanisme positiviste. Dans les premières années de la République, le projet libéral et le projet positiviste forment les deux pôles principaux des débats sur l’organisation du Brésil moderne. Schématiquement, nous pouvons dire que le projet libéral est soutenu par les caféiculteurs et les grands propriétaires fonciers, alors que le projet positiviste est plutôt porté par le corps des officiers militaires et les classes moyennes urbaines. La diversification des activités économiques, le mouvement d’industrialisation et d’urbanisation ont permis l’émergence de nouveaux groupes sociaux sur la scène politique brésilienne : l’armée et les classes moyennes. Les conceptions divergentes de ces différents groupes sur la forme à donner à l’organisation du Brésil républicain, recouvrent également une formation intellectuelle différente, plutôt juridique pour les libéraux, et plutôt technique pour les positivistes, même si parmi eux on trouve, lors des premières années de la République, quelques juristes formés aux écoles de droit de Recife et de São Paulo. C’est donc au sein de ce débat entre un républicanisme civil et conservateur, puisant sa légitimité dans les discours juridiques des écoles de droit, et un républicanisme positiviste et autoritaire, s’appuyant sur les enseignements scientifiques des écoles techniques, que le projet de transfert de la capitale fédérale devient d’une part un impératif constitutionnel, et d’autre part un objet scientifique d’étude pour les nombreuses commissions chargées de choisir et de délimiter le site de la future capitale. L’institutionnalisation marque la conception juridique des libéraux et la dimension technique démontre l’influence des positivistes.

  • 1 Le journaliste républicain Aristides Lobo commente à chaud le 18 novembre 1889 les événements brés (...)

3Toutefois ces deux piliers de la République semblent totalement aveugles face aux désirs et attentes d’une société et d’un peuple qu’ils perçoivent comme une masse « bestialisée1 » : ce n’est même pas la peur du peuple qui guide leur action, mais plutôt la volonté de le cacher, le masquer, le rejeter au plus profond de leur mémoire ou de leurs villes, et quand il n’est pas possible de faire autrement, de l’éradiquer. Jamais dans l’histoire du Brésil la distance culturelle, le décalage des sensibilités dirait Alain Corbin, ne semble avoir été aussi important entre des élites gouvernementales, aveuglées par l’idée de transplanter la modernité européenne, et un peuple dont les pratiques quotidiennes et les modes de représentations restent encore enserrés dans les liens d’une culture politique traditionnelle. Le projet de transfert acquiert dès lors une autre signification : il offre la possibilité de planifier une ville spécialement destinée aux élites, une ville sans peuple.

LE TRANSFERT DE LA CAPITALE : UN IMPÉRATIF CONSTITUTIONNEL

4Au début du mois de décembre 1889, soit peu de temps après la proclamation de la République, le 15 novembre, une commission de cinq juristes est chargée de rédiger un avant-projet de constitution. D’emblée, une partie des travaux se focalise sur la question du transfert de la capitale.

5La composition de cette commission, avec trois positivistes et deux libéraux, est révélatrice de la double orientation du mouvement à l’origine de la République, où se détachent l’action des jeunes officiers militaires et celle des républicains liés aux intérêts du café pauliste. Ces deux groupes, fruits, d’une certaine manière, de l’œuvre modernisatrice de l’Empire, émergent sur la scène politique au cours des années 1870-1880. Le corps des jeunes officiers militaires se découvre des aspirations et des intérêts communs au lendemain de la guerre du Paraguay (1865-1870). Le manque d’effectifs lors du début de cette guerre avait conduit à une réforme du système d’éducation militaire et à un élargissement des bases sociales du corps des officiers. Les classes moyennes, ne pouvant accéder aux écoles privées de préparation aux facultés de droit et de médecine, trouvèrent alors par le biais des écoles militaires un canal d’ascension sociale. Ces jeunes officiers sont réceptifs aux propositions, notamment positivistes, de construction d’une nouvelle société offrant de plus vastes opportunités à ces mêmes classes moyennes. Alors que les partis traditionnels établissent des alliances avec les officiers supérieurs, le jeune parti républicain commence à pénétrer le milieu des jeunes officiers.

6Ce parti républicain bénéficie, dès sa création en 1870, du soutien des producteurs de café de l’État de São Paulo. Ces derniers se distinguent des caféiculteurs traditionnels, comme ceux de Rio, par le recours fréquent aux techniques modernes de production : main d’œuvre salariée, mécanisation, transports ferroviaires... et par de nombreux investissements dans les secteurs d’activités complémentaires à l’économie du café : manufactures textiles, industries métallurgiques. À l’origine de la première industrialisation brésilienne ces « barons du café », piliers de l’économie brésilienne, réclament avec une insistance de plus en plus pressante, un plus grand rôle dans l’établissement de la politique nationale, notamment en raison de la chute des cours internationaux du café, qui nécessite une gestion rationnelle des stocks par l’État.

7Les institutions de l’Empire sont bien trop rigides, et fragiles aussi, pour s’adapter à l’émergence de nouveaux groupes en politique : elles se trouvent dans l’incapacité d’intégrer les classes moyennes urbaines émergentes et de répondre aux attentes des caféiculteurs. Chacun de ces groupes définit donc un projet d’organisation de la société brésilienne en accord avec ses aspirations politiques. Les jeunes officiers militaires soutiennent le projet d’une République fédérale articulée autour d’un État central suffisamment fort pour guider et encadrer la progression de la société brésilienne - la forme démocratique n’est pas encore à l’ordre du jour : seule une dictature éclairée peut conduire le Brésil vers le progrès. Ce projet de société bénéficie d’un solide relais : l’Apostolat positiviste du Brésil, la plus puissante Église positiviste au monde, fondé le 1er avril 1876. L’Apostolat se prononce très tôt et avec détermination pour l’abolition de l’esclavage, et fait circuler de nombreux fascicules sur la question, organisant conférences et réunions publiques. Benjamin Constant, l’un des fondateurs, est également professeur à l’école militaire de Rio où il n’hésite pas à propager les idées positivistes parmi les jeunes officiers.

8Le groupe des caféiculteurs paulistes se prononce en revanche pour l’instauration d’une « démocratie libérale », oligarchique, très élitiste, représentée par les grands fazendeiros. Après l’abolition de l’esclavage en 1888, les caféiculteurs ne souhaitent aucune remise en cause des structures économiques et sociales de la société. Ils envisagent seulement de réformer les cadres de l’État. Pour cela, ils comptent sur leurs fils, formés dans les plus prestigieuses écoles de droit, pour imposer, avec la convocation d’une assemblée constituante, leur propre vision de l’avenir du pays. La rédaction d’une nouvelle constitution leur fournit en effet un excellent moyen pour imposer leur souveraineté économique et politique.

  • 2 Charles Morazé, Les Trois âges du Brésil, essai de politique, op. cit., p. 96.

9Le politologue Charles Morazé a su déchiffrer avec clarté le jeu et les appuis de ces deux ambitions d’organiser la société brésilienne : « le républicanisme civil, c’est au Brésil, l’influence européenne et française des écoles juridiques ; le positivisme, c’est aussi l’influence française, mais des écoles techniques ». Est-ce à dire que l’ensemble de la société brésilienne se partage entre ces deux propositions ? Non, met en garde C. Morazé, « et c’est là que nous voudrions accrocher le problème de ce qui nous paraît être le drame brésilien. Sur un pays énorme et où la nature condamne les sociétés qui sortent à peine de la féodalité à de lentes évolutions, circule alors une petite élite intellectuelle qui est sensible au plus moderne aspect de la pensée active de l’Europe2. » Pour autant, cette petite élite intellectuelle est la clé des projets politiques du Brésil. Elle puise à l’extérieur les modèles permettant à l’une ou l’autre des élites, économique (les caféiculteurs) ou technique (les militaires), d’asseoir sa légitimité. Les débats sur l’organisation moderne du Brésil sont durablement, à partir de 1889, polarisés autour de cette double logique, juridique et technique. On la retrouve entière dans les débats sur le transfert de la capitale.

10La République est proclamée à la suite d’un mouvement militaire dirigé par le général Deodoro da Fonseca (1827-1892). Ce dernier, soutenu par le quartier général de l’armée de terre de Rio de Janeiro, dépose le gouvernement Ouro Preto pour offenses graves faites à l’armée. L’empereur, malade, abdique sans opposer la moindre résistance. Le renversement de l’Empire et la proclamation de la République, le 15 novembre 1889, sont avant tout le fait de ces deux groupes aux ambitions frustrées : les caféiculteurs et les jeunes officiers. En l’absence de véritables partis politiques, c’est encore une fois dans le jeu des élites qu’il convient de lire le changement de régime politique. Les militaires de filiation positiviste occupent les postes clés du ministère de transition : Benjamin Constant est ainsi nommé ministre de la guerre. Les libéraux sont également présents et contrôlent, avec Ruí Barbosa, le ministère des finances.

11La composition de la commission de cinq juristes chargée de rédiger l’avant-projet de constitution ne pouvait dès lors refléter qu’un compromis entre ces différentes tendances. D’où la présence de trois positivistes et de deux libéraux : Rangel Pestana, formé à l’école de droit de São Paulo, collaborateur du journal positiviste A Luta et co-fondateur avec Américo de Campos du journal A Província de São Paulo (qui deviendra O Estado de São Paulo) ; Antônio Luis Santos Werneck, formé également à l’école de droit de São Paulo et auteur d’un ouvrage intitulé O Positivismo Republicano na Academia ; Américo Brasiliense, formé lui aussi à la même école de droit, signataire du manifeste républicain de 1870 et fondateur du Parti Républicain de São Paulo. Les deux autres membres de la commission, Saldanha Marinho, formé à l’école de droit de Recife et Magalhães Castro, formé à l’école de droit de Rio de Janeiro, sont des républicains libéraux.

12Dès le début des travaux, trois ébauches d’articles concernant le transfert de la capitale sont proposés en discussion. Ces trois ébauches sont réunies par Rangel Pestana, au sein de l’article 2 du projet final de Constitution, présenté au gouvernement provisoire le 24 mai 1890 :

  • 3 Cité in Ant. Hist., tome 1, p. 61.

« Article 2 : Les anciennes provinces sont considérées comme des États ; et le District fédéral, ancien municipe neutre, continuera à être capitale de l’Union jusqu’à ce que le Congrès décide du transfert.
Paragraphe unique : Un territoire ayant été choisi à cette fin avec l’accord de l’État ou des États qui seront démembrés, le susdit District fédéral sera annexé à l’État de Rio de Janeiro ou formera un nouvel État selon l’avis du Congrès3. »

13L’examen de l’avant-projet par le gouvernement provisoire dure un mois. Ruí Barbosa (1849-1923), juriste et ministre des Finances, propose un amendement à l’article 2 qui modifie seulement l’hypothèse de l’annexion de la ville de Rio, lorsqu’elle ne sera plus capitale, à l’État de Rio. Celle-ci deviendra un État à part entière. C’est ce que confirme le texte final du projet de Constitution du gouvernement provisoire, rendu public le 22 juin 1890 (décret n° 510, appelé aussi « acte additionnel ») :

  • 4 Idem, tome 1, p. 61

« Article 2 : Chacune des anciennes provinces formera un État, et l’ancien municipe neutre, le District fédéral, continuera à être la capitale de l’Union en attendant que le choix d’un autre site soit délibéré au Congrès.
Paragraphe unique : Si le Congrès convient du transfert de la capitale, un territoire ayant été choisi à cette fin, moyennant l’accord de l’État ou des États qui devront être démembrés, alors l’actuel District fédéral constituera à son tour un État4. »

14Plusieurs éléments sont à retenir de ce texte. Tout d’abord, l’inscription du transfert du siège de l’État dès l’article 2 confère une signification symbolique à cette mesure. Cette dernière semble à même de répondre aux intérêts des deux projets, libéral et positiviste, pour l’organisation du Brésil moderne. Aucune différence majeure n’est sensible dans les ébauches de cet article. Pour les positivistes, la création d’une nouvelle capitale permettrait de soumettre l’organisation de la capitale républicaine à des critères rationnels et scientifiques. Pour les libéraux, il s’agirait d’une mesure préventive contre les risques de trouble social qu’une grande ville comme Rio de Janeiro fait peser sur la stabilité de la République. Le texte, ensuite, conditionne le transfert du siège de l’Union à une décision législative ordinaire : « si le Congrès convient du transfert... ». Cette disposition met en évidence la méfiance des juristes envers un pouvoir trop excessif de l’exécutif. Le transfert de la capitale devient ainsi une ressource aux mains du Congrès. En dernier lieu, ce texte innove en substituant le terme « District fédéral » - utilisé pour la première fois par les constituants nord-américains - à l’expression « municipe neutre », en usage depuis 1834.

15Le 15 novembre 1890, soit un an après l’abdication de Pedro II, l’Assemblée constituante débute ses travaux d’appréciation du projet de Constitution. Pendant les cent jours de travail de l’Assemblée constituante, la question du transfert de la capitale fait l’objet de près de 30 discours ou interventions et de 20 amendements. Le 22 novembre, la Constituante élit une commission spéciale formée de 21 membres pour examiner le projet soumis par le gouvernement provisoire. Durant les quinze jours d’examen, aucune modification notable n’est à relever sur l’article 2. Trois amendements relatifs au transfert sont proposés, un seul accepté : celui de José Hygino, sénateur de l’État de Pernambouc, professeur à la faculté de droit de Recife où il enseigne durant de nombreuses années un cours de mathématiques positivistes, sans toutefois adhérer à la doctrine positiviste. Son amendement propose, dans le paragraphe 13 de l’article 34 sur les « Attributions du Congrès », de substituer au terme « désigner [la capitale] », un verbe plus concret, « transférer ».

16Le texte ainsi modifié est présenté en séance plénière le 13 décembre 1890. La première semaine, cinq amendements relevant tous de la même préoccupation, à savoir l’hypothèse de la séparation future de la ville et de l’État de Rio, sont soumis à discussion. Les débats, houleux, autour de cette question montrent bien l’ambiguïté de la signification du transfert de la capitale pour les constituants. Si le principe est accepté, les modalités d’application sont à l’origine de nombreux conflits, bloquant à court terme toute possibilité d’action concrète.

17Ces longues joutes juridiques révèlent les changements intervenus lors de l’année 1890 dans l’orientation du régime républicain : l’Apostolat positiviste a rapidement retiré son soutien au gouvernement provisoire, qu’il considère comme démagogue et révolutionnaire. Demetrio Ribeiro, ministre de l’agriculture, démissionne le 31 janvier 1890 ; Benjamin Constant est quant à lui désavoué par ses disciples, Miguel Lemos et Teixeira Mendes, désormais chefs de file de l’Apostolat. Il ne reste de cette influence positiviste que quelques traces, non négligeables cependant : le nouveau drapeau et la fameuse devise républicaine, inspirée d’Auguste Comte : « Ordre et Progrès ».

  • 5 Idem, tome 1, p.189. Parmi les signataires on peut dénombrer 16 sénateurs et 74 députés. L’État le (...)

18La convocation de l’Assemblée constituante (1890) sonne le glas de la prédominance de l’Apostolat positiviste dans la vie politique brésilienne, qui se retire de la scène publique et ne présente aucun candidat aux élections législatives. Si les caféiculteurs ont laissé le soin aux militaires de renverser l’Empire, leur position en retrait ne dure donc que quelques semaines. Ils présentent, sous la bannière du parti républicain, de très nombreux candidats aux élections à l’Assemblée constituante, dans laquelle ils auront toute latitude d’imposer leur propre vision de l’avenir du Brésil. C’est pourtant l’un des rares positivistes de l’Assemblée qui présente, le 20 décembre, un amendement signé par 90 députés et sénateurs : Lauro Muller, député et gouverneur de l’État de Santa Catarina. Refusant de revenir sur la polémique relative à l’avenir de la ville de Rio, le texte a pour objectif de définir la zone géographique où la nouvelle capitale sera établie : « Il revient à l’Union une zone de 440 lieues carrées [2 904 km²], située sur le Planalto central de la République, et qui sera opportunément démarquée pour que s’y établisse la future capitale fédérale5. »

19Formé à l’école militaire de Rio de Janeiro, Lauro Muller fut l’élève de Benjamin Constant et demeure l’un de ses plus fidèles disciples. Son amendement a le mérite de la clarté et de la précision. Il s’inspire d’ailleurs de la constitution nord-américaine qui prévoyait un territoire de 10 000 mètres carrés pour l’installation de la nouvelle capitale Washington. Cet amendement met un terme aux débats sur le futur de la ville de Rio de Janeiro. Lauro Muller joint à son amendement la fameuse lettre adressée par Francisco Adolfo de Varnhagen au ministre de l’agriculture en 1877, décrivant les avantages du Planalto central de Goiás pour l’établissement d’une nouvelle capitale.

20L’article 2 est soumis au vote de l’Assemblée le 22 décembre. L’amendement de Lauro Muller est accepté et devient, lors de la nouvelle rédaction, l’article 3 du projet de Constitution (19 janvier 1891). Les constituants précisent néanmoins que la localisation devra être sur le Planalto central. Le texte est proposé à nouveau à la Commission des 21 pour élaborer la rédaction finale. Achevée le 23 février, elle est soumise en soirée au vote de l’Assemblée. Les articles 2 et 3 sont adoptés dans les termes suivants :

  • 6 Cité par Vasconcelos (Adirson), A mudança da capital, op. cit., p. 120.

« Article 2 : Chacune des anciennes Provinces formera un État et l’ancien municipe neutre formera le District fédéral, continuant à être la capitale tant que le dispositif de l’article suivant n’aura pas été exécuté.
Article 3 : Il revient à l’Union, dans le Planalto central de la République, une zone de 14 400 km2, qui sera opportunément démarquée pour que s’y établisse la future Capitale fédérale. Paragraphe unique : Le transfert de la Capitale étant effectué, l’actuel District deviendra un État6. »

21Le 24 février 1891, la Constitution est promulguée, consacrant ainsi par son article 3, l’impératif du transfert et de l’intériorisation de la capitale fédérale vers le Planalto central. Le point le plus important de ce débat constitutionnel est que le Congrès se réserve « de manière privative » - selon les termes de l’article 34 - le pouvoir de transférer la capitale. Le pouvoir exécutif, qui est encore entre les mains des militaires, est exclu du processus de décision. La disposition de l’article 34-13 altère donc nettement la signification symbolique de l’inscription du transfert dès l’article 3 de la constitution. À travers ce dispositif juridique les caféiculteurs et les grands propriétaires terriens, les nouveaux « maîtres » de la République, se dotent d’un instrument symbolique dont la maîtrise leur est entièrement acquise. À titre d’exemple de cette dimension symbolique du projet de transfert pour les républicains libéraux, on peut citer la proposition du sénateur de l’État de Bahia, Virgilio Damásio.

  • 7 Discours du 15 décembre 1890, cité in Ant. Hist, tome 1, p. 179.

« S’agissant du transfert de la capitale, j’ai songé à choisir un nom : ainsi que le nom de Bolivar fut donné à la Bolivie, pour services rendus à la Patrie par ce citoyen ; ainsi que la capitale de la grande République américaine prit ne nom de Washington, de la même façon, nous qui avons Tiradentes, n’est-il pas naturel que nous choisissions son nom pour la capitale de la République brésilienne ? C’est le nom du proto-martyre de la République brésilienne, de l’apôtre de la liberté, qui a rendu la vie à la Patrie7. »

22Tiradentes fut le dirigeant symbolique de l’Inconfidencia mineira, mouvement indépendantiste qui souleva le Minas Gerais en 1789. La jeune République brésilienne élève ce symbole de l’indépendance au rang de héros républicain. La proposition de Virgilio Damásio entre donc dans cette logique symbolique. Elle n’envisage nullement la procédure concrète du transfert. Il faut donc comprendre l’institutionnalisation du projet de transfert de la capitale comme une ressource aux mains du Congrès et donc des libéraux, et sur laquelle l’exécutif et les militaires n’ont aucune prise.

  • 8 Idem, tome 1, p. 70.
  • 9 Idem, tome 1, pp. 203-204.
  • 10 Idem, pp. 71 -72. Le texte adopté est le suivant :
    « Art. 1. Le pouvoir exécutif est autorisé à dem (...)

23L’opposition entre les prérogatives de l’exécutif et du législatif sur la question du transfert de la capitale ne tarde pas à éclater au grand jour. En juin 1891, le général Deodoro da Fonseca, président de la République, adresse un message au Congrès, demandant pour le transfert de la capitale « projet de haute convenance politique et sociale [que le Congrès donne à l’exécutif] les moyens nécessaires au choix et à la démarcation du terrain où sera élevée la nouvelle capitale du gouvernement fédéral8. » Le député du Piauí, Joaquim Nogueira Paranaguá présente le 30 juillet 1891 le projet de loi 71-1891 pour donner forme à la requête du président de la République. Signé par 17 parlementaires, ce projet comprend 5 mesures : l’autorisation des dépenses pour l’exploration et la démarcation d’un terrain selon les termes de l’article 3 de la constitution ; l’envoi par l’exécutif des instructions nécessaires à l’exécution du travail, dont il devra être établi un rapport circonstancié ; l’approbation par le gouvernement du site indiqué ; l’ouverture d’un concours pour la construction des édifices publics de la nouvelle capitale : l’entreprise retenue se verrait accorder une concession pour l’exploitation d’une partie du terrain, pour les services de navigation, de voies ferrées, de transports urbains, et une exemption d’impôts pour une durée de 10 ans9. En substance, le projet Paranaguá consiste à attribuer à l’exécutif tout le pouvoir pour transférer la capitale, la démarcation du terrain, le choix définitif du site, la décision du transfert. Ce projet ne peut donc que contrarier le législateur. La Commission parlementaire des œuvres publiques et de la colonisation s’empresse donc de donner un avis négatif sur le projet. Elle suggère de différencier deux étapes : l’exploration et la démarcation du terrain, dont la compétence revient à l’exécutif ; la construction de la nouvelle capitale, sujet sur lequel le congrès se réserve le privilège de décider. Sa première décision étant d’ailleurs un ajournement du transfert pour motifs financiers10 !

  • 11 Idem, tome 1, pp. 197-198.
  • 12 Idem, tome 1, pp. 198-199.

24Toujours en juillet 1891, les ingénieurs Greenhalg et Bezzi proposent leurs services au Congrès pour démarquer la zone du District fédéral, établir un plan de la ville et la construire, moyennant le privilège de l’exploitation pendant 90 ans de l’ensemble des services. La proposition est également rejetée par la commission des œuvres publiques et de la colonisation11. La même année, un projet identique, proposé par l’Agência Construtora do Banco Impulsor est repoussé par le Congrès12.

25Rapidement donc, les initiatives du Congrès en faveur du transfert de la capitale sont suspendues. La décision de distinguer l’étape technique, sous le contrôle du pouvoir exécutif, et l’étape politique, sous la responsabilité du Congrès, correspond à cette volonté de temporisation. La nécessité d’études techniques préalables répond certes à un besoin de connaissance scientifique du site le mieux adapté à l’accueil d’une nouvelle capitale, mais constitue également, et c’est un aspect fondamental du débat pendant notre période, un moyen de masquer les conflits régionaux ou ceux entre élites, que le transfert de la capitale met à nu. En outre, le maintien du siège de la capitale à Rio de Janeiro, premier port de commerce du Brésil, ne contrarie pas outre mesure les intérêts des barons du café.

ENTRE ENJEU TECHNIQUE ET RESSOURCE SYMBOLIQUE

  • 13 Idem, tome 1, pp. 72-73.

26Le pouvoir exécutif se saisit néanmoins de la prérogative conférée par le Congrès pour relancer le processus de transfert de la capitale. Le général Floriano Peixoto, qui a succédé au général Deodoro da Fonseca à la présidence de la République, déclare dans un message au Congrès en date du mai 1892 : « Reconnaissant le transfert de la capitale de l’Union comme une nécessité ne pouvant être ajournée, le gouvernement souhaite l’envoi vers le Planalto central de la commission qui doit procéder à la démarcation du terrain et faire sur la zone les indispensables études13. »

  • 14 Idem, tome 1, p. 229. Il est remarquable que, parmi les tâches confiées à la commission, l’étude d (...)

27Le 17 mai 1892, sur ordre du président de la République, le ministre des transports et œuvres publiques, Antão Gonçalves de Faria, institue par décret la « Commission d’exploration du Planalto central du Brésil », dont il confie la direction au directeur de l’Observatoire astronomique de Rio de Janeiro, Luis Cruls (1848-1908) : « Vous devez procéder aux études indispensables sur la position astronomique, l’aire à démarquer, la topographie, l’orographie, l’hydrographie, les conditions climatologiques et hygiéniques, de la nature du terrain, la qualité des eaux qui doit être utilisée pour le ravitaillement, les matériaux de construction, la richesse en bois, etc. de la région explorée, et tout ce qui est lié directement au sujet qui constitue l’objet de votre mission14. »

28Luis Cruls est un ingénieur d’origine belge, né à Diest dans la province de Brabant, diplômé en ingénierie civile (université de Gand) et aspirant en ingénierie militaire avec le premier grade de lieutenant. Lié à un groupe de Brésiliens durant ses études, il est convié à visiter le Brésil en 1874. Sur l’Orénoque qui le conduit au Brésil, il fait la connaissance de Joaquim Nabuco, qui lui servira de guide et l’introduira dans la société de Rio de Janeiro. Lors d’un entretien privé avec l’empereur Dom Pedro II, celui-ci l’invite à s’installer au Brésil où ses connaissances seront d’une grande utilité pour la modernisation du pays. Dès 1876, il est nommé adjoint à l’Observatoire impérial de Rio de Janeiro, observatoire placé sous la tutelle du ministère de la Guerre. Cette même année, il participe aux travaux de la Commission gouvernementale de la carte de l’Empire, chargée de délimiter les frontières de l’Empire. Il établit d’ailleurs en 1877 une carte géographique, physique et politique du Brésil. En 1878, il est nommé premier astronome de l’Observatoire. La qualité de ses travaux est récompensée par de nombreux prix et distinctions. En 1884, Luis Cruls devient directeur de l’Observatoire impérial. En cette qualité, il est le délégué du Brésil au Congrès international de Washington pour l’adoption d’un premier méridien. Il enseigne également l’astronomie à l’École militaire de Rio de Janeiro, où il dispense un enseignement imprégné des doctrines positivistes. Il est d’ailleurs fort proche d’un autre enseignant de l’École militaire, Benjamin Constant.

29Luis Cruls était dès lors tout indiqué pour diriger la Commission d’exploration du Planalto central du Brésil. Parmi les vingt-deux membres de la Commission, Luis Cruls choisit plusieurs de ses anciens disciples de l’École Supérieure de Guerre et une partie de son équipe de l’Observatoire astronomique. La commission comprend deux astronomes (Henrique Morize et Oliveira Lacaille), un médecin hygiéniste (A. Martins de Azevedo Pimentel), un géologue (Eugênio Hussak), un botaniste (Ernesto Ule), un médecin (Pedro Gouveia), un pharmacien (Alfredo José Abrante), deux mécaniciens (Eduardo Chartier et Francisco Souto). Pour le seconder, Cruls a également fait appel à cinq de ses anciens élèves de l’École supérieure de guerre (le médecin Augusto Trasso Fragola, et Celestino Alves Bastos, Hastimphilo de Moura, Alépio Gama, Antônio Cavalcanti Albuquerque). Quatre auxiliaires pour les services généraux ont également été nommés (Felicímo do Espirito Santo, Antônio Jacinto de Araújo Costa, João de Azevedo Peres Cuiabá, José Paulo de Melo). Un contingent militaire a été détaché pour couvrir et protéger les membres de la commission : des rumeurs font en effet état « d’indiens et d’animaux féroces dans la région ». Il est dirigé par le Commandant Pedro Pinto de Almeida. Le botaniste français André Ferdinand Glaziou (1826-1906), chef des parcs et jardins de Dom Pedro II et, depuis 1889, du District fédéral de Rio de Janeiro, également auteur d’un herbier de 24 000 numéros, se joint au groupe à partir de 1894 (figure n° 15).

  • 15 Les notions géographiques de « site » et de « position » ont été clairement définies par les géogr (...)

30Les travaux de la Commission se déroulent en deux temps. Il s’agit en premier lieu de démarquer la zone de 14 400 km2 pour l’installation du nouveau District fédéral. Les travaux se poursuivent sur deux ans, de mai 1892 à mai 1894. Le deuxième moment consiste à sélectionner parmi la zone démarquée le meilleur site pour l’établissement d’une capitale (juin 1894-1895). Ces deux étapes consistent à délimiter la « situation » ou la « position » et le « site » de la future capitale15.

FIGURE N° 15 : LES MEMBRES DE LA COMMISSION CRULS. LUIS CRULS EST ASSIS, LE 3E À PARTIR DE LA GAUCHE.

  • 16 Cruls (Luis), Commission d’exploration du Plateau central du Brésil : Rapport présenté à son Ex. M (...)

31En acceptant de diriger cette Commission, Luis Cruls est parfaitement conscient de la difficulté de sa tâche qui doit concilier des intérêts politiques et des critères scientifiques : « La Commission, dit-il, ne pouvait ignorer les bases historiques sur lesquelles s’appuyait ce projet, sous peine de mal interpréter la pensée du législateur. Mais c’est sur elle aussi que retombait toute la responsabilité du choix de la zone qui devait remplir le but que la Constitution se proposait16. » La réalisation du premier objectif de la Commission - la démarcation du futur District fédéral - ne pose aucun problème majeur. L’expédition parcourt plus de 4 000 kilomètres, réalisant de nombreux relevés géologiques, hydrographiques, hygrométriques, météorologiques... Quatre sous-groupes déterminent chacun des quatre côtés d’un quadrilatère : le « rectangle Cruls » (figure n° 16). Dès 1895 ce dernier apparaît dans les cartes politiques du Brésil sous la légende : « rectangle Cruls ou futur District fédéral ». Dans le rapport de la Commission, Luis Cruls justifie l’emplacement de la zone démarquée par une convergence de trois facteurs. Tout d’abord la volonté des constituants de localiser la capitale à l’intérieur du plateau central du Brésil :

  • 17 Cruls (Luis), Commission d’exploration du Plateau Central du Brésil..., op. cit., p. III

« Il est évident que par plateau central on doit comprendre la partie du plateau brésilien la plus centrale, relativement au centre du territoire, c’est-à- dire la plus rapprochée de ce centre. C’est là indubitablement la seule interprétation exacte de l’expression plateau central qui figure dans la constitution (...). Ce plateau occupe une grande partie des états de Rio de Janeiro et du Minas Gerais, une partie moindre de celui de Goiás, et il s’étend en bandes étroites (...). cependant, la seule partie de ce plateau à laquelle convient la désignation de central, est celle qui se trouve dans le voisinage des Pyrénées, dans l’État de Goiás, non seulement parce qu’elle est la plus rapprochée du centre du Brésil, mais aussi parce que c’est là que se trouvent les sources de quelques-uns des fleuves les plus considérables du système hydrographique du Brésil, tels que le Tocantins, le São Francisco et le Paraná17. »

FIGURE N° 16 : CARTE DU DISTRICT FÉDÉRAL ÉTABLIE PAR LA COMMISSION CRULS (1895). LES HACHURES INDIQUENT LES 4 000 KM PARCORUS À CHEVAL PAR LUIS CRULS.

  • 18 Idem, p. 2.
  • 19 Idem, p. 7.

32L’unité des suggestions de localisation de la nouvelle capitale, depuis le début du xixe siècle fournit un deuxième argument pour justifier la zone démarquée : « Il est remarquable que les auteurs, qui se sont occupés de cette idée soient tous unanimes à considérer la zone où prennent leur source les fleuves Araguaya, Tocantins, São Francisco, Paraná, c’est-à-dire le Plateau central, vers le 15° parallèle de latitude australe, comme étant la plus avantageuse sous tous les points de vue18. » Pour étayer son argumentation, Luis Cruls propose cinq pages sur « l’idée du changement de la capitale ». Il évoque Hipólito José da Costa, José Bonifácio et Francisco Adolfo de Varnhagen. Le rectangle Cruls correspond d’assez près à la zone délimitée par Varnhagen. Il inclut le « triangle formé par les trois lacs : Formosa, Feia, Mestre d’Armas » qu’avait suggéré, puis visité, Varnhagen. En hommage à ses travaux, la commission Cruls a nommé la plaine située entre les trois lacs : « Chapadão do Visconde de Porto Seguro » : « On voit donc, conclut-il, par ce qui précède que les avantages du changement de la capitale brésilienne ont été signalés depuis près d’un siècle. Il n’est donc pas étonnant qu’en 1890, les membres de la constituante l’aient repris à nouveau et lui aient consacré un article spécial dans la nouvelle constitution du Brésil19. »

33Après la justification géopolitique et historique, Luis Cruls ajoute un argument esthétique. Il cite ainsi une lettre que lui a adressée le botaniste français André Glaziou (1828-1906) en 1894, concernant la nature et le climat du Planalto central :

  • 20 Idem, pp. VI-VIII.

« Tous ces éléments qui paraissent agencés par l’esprit d’un artiste sublime donnent au paysage l’aspect le plus charmant auquel rien n’est comparable, à moins que ce ne soit en miniature, les anciens parcs anglais tracés par Le Nôtre ou Paxton. La beauté de ces lieux s’est implantée si profondément dans ma mémoire que je ne cesse de regarder en arrière (...).
Quant à mon opinion, formée dès à présent, je puis vous dire avec la plus solide et la plus franche conviction que la salubrité de cette vaste plaine est parfaite et que je ne connais aucun lieu dans le Brésil central qui lui soit comparable en bonté (...). Je ne puis m’empêcher de vous dire combien il est à souhaiter qu’il soit possible à deux ou trois hommes d’État de venir ici juger par leurs propres yeux de ce que nous voyons ensemble et des avantages qu’offre le Plateau central du Brésil au progrès industriel et social du Pays que nous aimons tant20. »

34Luis Cruls confirme, en conclusion de son rapport, l’opinion d’André Glaziou :

  • 21 Idem, pp. 50-51.

« La topographie de la plus grande partie de la zone démarquée, où l’on trouve des plaines entrecoupées de légères dépressions à pente douce, convient admirablement pour la fondation d’une grande ville, eu égard aux conditions esthétiques que l’on doit avoir en vue, ainsi qu’à celles de salubrité, en ce qui concerne l’installation des conduits d’égouts et des eaux21. »

CARTE N° 3 : LE RECTANGLE CRULS.

  • 22 Luis Cruls avance un autre argument en conclusion, correspondant également à l’attente de la const (...)

35L’esthétique de la région se trouve ainsi, tant chez Glaziou que chez Cruls, au cœur de la décision finale. La providence semble avoir dessiné ce terrain que les constituants, les penseurs qui les ont précédés et les scientifiques, ont élu au terme de démarches distinctes22.

36La zone, ainsi délimitée, est ratifiée par le gouvernement et le Congrès (carte n° 3). La première étape des travaux de la Commission Cruls s’effectue ainsi dans un climat serein. La démarcation d’une zone réservée au futur District fédéral n’engage en rien la nation ; et surtout les données scientifiques recueillies sur l’ensemble du Planalto central sont d’une indiscutable utilité pour la connaissance de l’intérieur du territoire.

FIGURE N ° 17 : LA TENTE DE LUIS CRULS INSTALLÉE SUR LE SITE ACTUEL DU PLAN PILOTE DE BRASÍLIA.

  • 23 Idem, pp. 49-50.

37Il n’en va pas de même pour la deuxième étape des travaux de la Commission Cruls. Au nom du général Floriano Peixoto, le ministre de l’industrie, de la voirie et des travaux publics, le général Bibiano Sérgio Macedo de Fontoura Constalat, donne, le 1er juin 1894, une nouvelle instruction à la Commission Cruls : la localisation d’un site, à l’intérieur du terrain déjà délimité, pour la construction de la nouvelle capitale. L’expédition prend alors le nom de « Commission d’étude de la nouvelle capitale de l’Union ». La Commission reçoit également comme objectif de prévoir les futures liaisons du District fédéral avec le littoral. Luis Cruls avait noté en conclusion de son rapport la nécessité de cette deuxième étape : « notre opinion est que, pour un choix définitif, il sera indispensable de procéder à un examen comparatif des conditions que présentent deux ou trois points qui semblent réunir le plus d’avantages requis pour l’établissement d’un grand centre populeux23. »

  • 24 Vasconcelos (Adirson), A mudança da capital, op. cit., pp. 182-183.

38Cinq groupes sont formés parcourant en tous sens le rectangle Cruls : quatre mille kilomètres à cheval sont ainsi effectués. Les instruments de prélèvements scientifiques les plus modernes sont utilisés. Luis Cruls confie à André Glaziou la tâche de sélectionner les sites les mieux adaptés à l’installation d’une ville. Au terme de quelque 700 kilomètres, le botaniste se prononce en faveur du site où Luis Cruls avait installé son campement - et où se trouve aujourd’hui le plan pilote - dans « la Vallée baignée par les rivières Torto, Gama, Vicente Pires, et Riacho Fundo », qui I’ « impressionna fortement par son calme sévère et majestueux24. » Luis Cruls ne peut qu’accepter une proposition à laquelle il avait déjà songé, en installant son camp de base (figure n° 17).

  • 25 Idem, p. 191.

39Cette expédition se déroule cependant à près de 1 000 kilomètres de Rio de Janeiro où la situation politique est modifiée avec l’élection en novembre 1894 du premier président civil de la République : Prudente José de Moraes Barros. Si le général Floriano Peixoto présentait le transfert de la capitale comme « une nécessité ne pouvant être ajournée », se demandant même s’il ne conviendrait pas « de la transférer dès maintenant et provisoirement, pour quelque point de l’intérieur25, » pressant constamment le Congrès pour qu’il vote des crédits extraordinaires de sorte que les travaux de la Commission Cruls se déroulent sans difficultés financières, son successeur, Prudente de Moraes, s’emploie à mettre rapidement un terme aux travaux de la Commission. De façon très diplomatique, il annonce dans son message au Congrès national du 3 mai 1896 :

  • 26 Ant. Hist., tome 2, p. 89. Dans ses messages de 1894 et 1895, tout en réduisant le budget alloué à (...)

« Les services de la Commission chargée de choisir le lieu pour la future capitale de l’union, dans la zone déjà délimitée du Planalto central de la République, ne pourront avoir un grand développement cette année en raison de la déficience des sommes attribuées, ce qui a déterminé la suspension des travaux de terrain ces derniers mois.
De tels travaux doivent être faits avec une pondération maximale, attentifs aux hauts intérêts liés à ce choix26. »

  • 27 Schneider (Ronald M.), « Order and Progress », A Political History of Brasil, San Francisco, Westv (...)

40On peut légitimement s’interroger sur la signification de ces « hauts intérêts ». L’élection de Prudente de Moraes annonce la victoire de la grande propriété foncière et des intérêts régionaux sur l’intérêt de l’État, mettant ainsi un terme à la tentative centralisatrice des présidents-militaires. Selon le politiste nord américain, Ronald M. Schneider, « le nouvel ordre politique inauguré par les élites civiles devient rapidement aussi distant d’une véritable démocratie parlementaire que de l’interrègne militaire. Finalement, l’essentiel de l’économie patriarcale a été préservé, et les oligarchies locales et régionales ont non seulement survécu mais tentent maintenant d’unir leurs forces contre les nouvelles forces politiques qui ont remis en cause leur domination à la fin de l’Empire. La survivance du coronelisme réside dans le fait que la République comme l’indépendance n’a pas modifié le mode de vie des sociétés rurales traditionnelles particulièrement dans le Nordeste et le nord. La société patriarcale rurale a produit un paternalisme autoritaire qui offre une base continue pour une politique patrimoniale. La cooptation de secteurs de la classe moyenne aux différents échelons du pouvoir est la contrepartie urbaine du maintien des machines politiques rurales. Ce style de politique clientéliste, connue comme « pacte de l’intérêt mutuel » a été d’abord mis en place dans les municipalités pour s’étendre ensuite vers les capitales provinciales et la bureaucratie fédérale27. »

41Il est clair en outre que le libéralisme économique qui guide les premiers pas de la république civile ne peut accepter la dépense de telles sommes pour un transfert qui, au demeurant, risque de heurter des susceptibilités régionales. Première, mais toute récente, puissance économique du Brésil, São Paulo - dont est originaire Prudente de Moraes - ne voit pas d’un œil serein l’installation de la capitale dans l’État de Goiás qui ouvrirait ainsi un nouveau centre de développement régional intérieur, pouvant à terme menacer sa suprématie. Cette inquiétude de l’État de São Paulo est d’autant plus forte que son grand rival historique, l’État du Minas Gerais, a pris la décision le 17 avril 1891 de se doter d’une nouvelle capitale qui soit le centre d’activité du Minas Gerais, de son développement et de sa prospérité. La construction de cette nouvelle capitale pour coordonner au plus près les activités économiques et stimuler le développement de cet État constitue déjà une menace pour l’État de São Paulo. La nouvelle capitale a d’ailleurs pour nom Belo Horizonte, ce qui signifie « bel horizon ». Or « l’horizon » du Minas Gerais en cette fin de xixe siècle, c’est l’Ouest brésilien. En cela, la construction de cette ville semble précéder directement Brasília. L’État de São Paulo ne peut laisser cette initiative mineira aller jusqu’à son terme. L’ouverture d’un deuxième front de développement à l’ouest ne paraît pas envisageable dans ces conditions. Sans compter que désormais, la stabilisation de la République, éloigne l’urgence du transfert de la capitale.

42La tentative des positivistes de neutraliser les débats au nom de la suprématie de la logique scientifique échoue finalement. Les résultats, ainsi que la méthode de travail de la Commission Cruls, sont violemment attaqués par un journaliste de São Paulo, Domingos jaguaribe. Ancien député du parti républicain de São Paulo, et propriétaire du journal O Município, Domingos Jaguaribe, dans un très long discours publié en avril 1895 qualifie les travaux de la Commission Cruls de « fantaisie réalisée aux dépends des contribuables » :

  • 28 Jaguaribe (Domingos José Nogueira), in O Município, São Paulo, 1896.

« Voyons si ce procédé scientifique d’une nouvelle espèce a obéi à quelque fondement rationnel et argumentons avec les données officielles, les seules qui peuvent inspirer confiance et qui mettent d’ailleurs en évidence l’inutilité de tant de sacrifices (...). Quel critère doit présider à ces travaux, quel est le plan auquel ils doivent obéir ? Je ne vois aucun plan dans la mission Cruls. La commission est allée au point où elle voulait aller sans que les instructions du gouvernement l’indiquent (...). Le choix a été effectué par un scientifique qui a peut-être beaucoup de sciences et de capacité mais qui, dans ses études, a clairement montré le manque de critères (...). La démarcation du quadrilatère de 14 400 km2 institué par la Constitution tire son origine de la divagation de quelques imaginations patriotiques28. »

  • 29 ArPDF, B1279-B1280.

43Domingos Jaguaribe suggère le choix d’un autre site pour la nouvelle capitale : la région de Campos de jordão, petite ville à l’architecture alpine de l’État de São Paulo, située à égale distance de Rio et de São Paulo. Luis Cruls répond point par point aux attaques du journaliste et met surtout en évidence l’intérêt de ce dernier de voir la capitale transférée vers Campos de jordão où il est propriétaire de nombreux terrains29.

  • 30 Lauro Muller propose ainsi le 17 juillet 1895 que le territoire délimité par la Commission Cruls s (...)

44Le Congrès dans sa grande majorité accepte sans résistance la décision de Prudente de Moraes de repousser les études de localisation du site de la future capitale. Quelques rares députés vont établir sans grande conviction des projets de loi permettant la poursuite des travaux de la Commission Cruls ; aucun d’eux ne dépassera le stade des Commissions parlementaires30. En 1910, le médecin-hygiéniste Antonio Martins de Azevedo Pimentel, membre de la Commission Cruls, rédige un article sur « l’histoire du transfert de la capitale » où il rend compte des difficultés rencontrées par la Commission Cruls à partir de 1894, qui ont conduit au « détournement de sa mission ». Il cite par exemple le cas d’une instruction du ministre de l’industrie, de la voirie et des travaux publics (2 octobre 1895), qui confie à la Commission Cruls les explorations préliminaires pour la création d’une voie ferrée entre Catalão et Cuiabá. La ville de Catalão, point de départ de la voie ferrée, est distante de plus de 250 kilomètres du centre des opérations de la Commission :

  • 31 Pimentel (Antônio Martins de Azevedo), A nova capital federal e o Planalto central do Brasil, Bras (...)

« Ce fait marque le début de l’ère des désastres de la Commission des études de la nouvelle capitale de l’Union (etc.). Voyant la Commission dévier complètement de ses objectifs fondamentaux, je me séparais d’elle le 24 septembre 1895.
La confusion n’a pas eu lieu que dans la Commission pour dire la vérité.
Au Congrès national, où il n’y eut jamais d’unité de vue, ni de sérieuses études consacrées à ce grand et bénéfique projet, le patriotisme et la logique n’ont pas toujours constitué la note suprême des discussions sur ce sujet particulier31. »

  • 32 Idem, p. 89. Parmi les propositions saugrenues, Azevedo Pimentel cite les projets de transfert ver (...)

45Plusieurs propositions saugrenues ont dénaturé le principe du transfert. En somme, conclut-il amèrement, tout cela ne fut qu’ « un monde d’utopies32 ». La Commission d’études de la nouvelle capitale est officiellement supprimée le 3 mai 1897 (message au Congrès de Prudente de Moraes). La République étant stabilisée, revenue aux mains des civils, le dispositif constitutionnel est alors soigneusement mis de côté.

46La condition de l’existence même de cet État fédéral, qui n’intervient la plupart du temps que pour soutenir l’économie caféière, semble être le maintien du statu quo dans l’organisation politique du Brésil. Dans ce cas, et même si Rio de Janeiro présente des inconvénients, le transfert de la capitale ne peut être qu’exclu. L’application de cette mesure risquerait de rompre l’équilibre régional et de remettre en cause les principes libéraux qui orientent l’action de l’État. Néanmoins, jamais les gouvernements où les présidents de la République ne remettent en question directement le principe du transfert. Le doute entretenu quant à la possibilité d’un transfert futur conforte leur stratégie de maintien de l’ordre. Le transfert demeure une ressource susceptible de désamorcer des conflits sociaux ou politiques. Il est ainsi avancé lors des principales secousses que connaît le Brésil jusqu’en 1930.

47Le sénateur du Piauí, Nogueira Paranaguá, par deux fois, en 1905 et en 1911, remet le sujet à l’ordre du jour, afin que la capitale soit définitivement édifiée en 1921 :

  • 33 Paranaguá (Nogueira), « Discours au sénat fédéral, session du 9 décembre 1905 », in Ant. Hist., to (...)

« (...) aucun autre problème ne mérite une plus grande attention que l’aspiration nationale qui se résume dans le transfert de la capitale du littoral vers l’intérieur du Brésil (...) ; la vieille aspiration nationale qui se concrétise dans la révolution guidée par l’immortel Silva Xavier [Tiradentes], révolution connue dans l’histoire comme I’Inconfidência Mineira, et qui avait pour objectif la proclamation de l’indépendance, le régime républicain et le transfert de la capitale du littoral vers l’intérieur du Brésil33. »

  • 34 Cité in Ant. Hist., tome 2, p. 27.

48Si les projets du sénateur ont été par deux fois repoussés, la légitimité historique qu’il confère au transfert de la capitale - « une vieille aspiration nationale » - est révélatrice du statut accordé au principe constitutionnel du transfert par la nouvelle élite politique. Celle-ci le conçoit essentiellement comme un dispositif symbolique capable de réunir les différents aspects de l’identité nationale et de promouvoir une unité nationale. L’opportunité du transfert est sans cesse remise en cause pour des motifs financiers essentiellement, sans que toutefois soit reniée sa légitimité. Le projet déposé par les députés Americano do Brasil (Goiás) et Rodrigues Machado (Maranhão) prévoyant la pose de la pierre fondamentale de la nouvelle capitale le 7 Septembre 1922, pour le centenaire de l’indépendance du Brésil, illustre la volonté de l’élite républicaine d’utiliser le dispositif constitutionnel du transfert, comme une « ressource » au fort pouvoir mobilisateur et identitaire. Chargée des symboles de la nationalité brésilienne par Varnhagen, puis par les constituants de 1890, elle incarne maintenant l’esprit d’indépendance du Brésil. Le projet est ainsi adopté à une très large majorité par les députés et les sénateurs ; le décret n° 4 494 du 18 janvier 1922, signé par le président de la République Epitácio Pessoa stipule dans son article 2 que : « Le pouvoir exécutif prendra les mesures nécessaires pour que le 7 septembre 1922 soit scellée sur le point le plus approprié de la zone du futur District fédéral, la pierre fondamentale de la future ville qui deviendra capitale de l’Union34. »

49À grands renforts de propagande, la pierre fondamentale est finalement posée le 7 septembre 1922, en présence de nombreux parlementaires et hommes politiques, venus de Rio de Janeiro par train spécial puis par voiture (figure n° 18). Le socle de la pierre est composé de 33 blocs de béton pour symboliser les 33 ans de la République (1889-1922).

50Cette belle unanimité face à l’utilisation symbolique du principe du transfert se retourne cependant complètement lorsque se font plus pressants les projets de construction. Les propositions de construction émanant d’entreprises privées, ou les projets parlementaires pour l’ouverture d’un concours public pour la construction de la nouvelle capitale, se heurtent à la forte réticence du parlement. Même le président de la République Artur Bernardes expliquant dans son premier message au Congrès (3 mai 1925) qu’il est « urgent de réaliser le transfert de la capitale de l’Union », même au prix de concessions d’exploitations à des entreprises privées, voit ses injonctions rester lettre morte. Le Congrès fait bloc. La mise en œuvre du projet, la localisation de la capitale, heurtent les intérêts des élites régionales. L’incapacité du Brésil, jusqu’en 1930, à appliquer le principe du transfert de la capitale s’explique essentiellement par la nature du régime et des institutions, fruits d’un compromis entre les élites régionales. L’inscription dans la constitution sert de caution nationale au « pacte oligarchique », et constitue également une « ressource » utilisable à tout moment soit pour se protéger de mouvements sociaux susceptibles de déstabiliser l’ordre traditionnel, soit pour mobiliser l’ensemble de la société brésilienne, sorte d’exutoire aux difficultés économiques et sociales.

FIGURE N° 18 : POSE DE LA PIERRE FONDAMENTALE DE LA NOUVELLE CAPITALE (7 SEPTEMBRE 1922).

UNE VILLE NOUVELLE POUR CONJURER LA PEUR DE LA VILLE

  • 35 Voir à ce sujet : Gilberto Freyre, Sobrados e mucambos, op. cit.

51Mais le projet de transfert présente un autre avantage aux yeux des élites républicaines. Si jamais il devait malgré tout devenir effectif, il offrirait la possibilité de construire une ville spécialement destinée à cet effet, une ville qu’il serait possible de modeler selon ses souhaits, une ville en somme pour conjurer la peur de la ville, de la grande ville comme Rio qui chaque jour inquiète un peu plus les Républicains au pouvoir. Car les élites brésiliennes, nous l’avons dit n’ont investi les grandes villes qu’à contre cœur au cours du xixe siècle, pour des raisons économiques ou de prestige social35. La ville entre soudainement dans la vie économique et culturelle brésilienne du xixe siècle. Sous la formidable poussée du café, dès le milieu du xixe siècle, les grandes villes connaissent un essor important, qui fascine la génération romantique, qui y voit le moteur de la modernisation du pays, la condition d’une culture résolument moderne adaptée aux exigences de progrès. Il n’empêche, cette grande ville inquiète. Les débats autour du transfert de la capitale se polarisent bien souvent autour de l’incapacité de Rio de Janeiro à assurer son rôle de capitale fédérale, critiques et dénonciations qui nous permettent de mieux comprendre l’image ou plutôt les images de la ville en vigueur parmi ces élites brésiliennes durant les premières années de la République.

52Deux tendances se dessinent, l’une prépondérante, l’autre à peine émergente. La première de ces tendances est portée par les députés sensibles à la doctrine positiviste, à la recherche d’un projet de modernisation pour le Brésil, et qui établissent une liaison étroite entre l’idée de modernité et l’idée de ville. Les villes sont l’expression des étapes de la modernité. Si elles sont sales, sinueuses, confinées, elles révèlent alors combien elles peuvent être distantes de l’idéal d’universalisme des centres métropolitains. Rio de Janeiro est, dans cette perspective, l’exemple le plus frappant de la grande ville à la croissance désordonnée et où les idéaux de progrès se diluent dans les problèmes sociaux (figure n° 19) :

  • 36 Delfino (Tomaz), « Discours à l’Assemblée constituante du 13 décembre 1810 », in Ant. Hist., vol.1 (...)

« Une autre raison, Monsieur le Président, qui me pousse à souhaiter que soit transférée de cette ville la capitale de l’Union, est que nous sommes une population de 400 000 âmes (...). La capitale de l’Union ne se sentirait pas bien au milieu de la multitude de la grande ville, par nature agitée, par nature également de temps en temps, un tant soit peu révolutionnaire36. »

53On retrouve la même idée chez Virgilio Damásio, député de l’État de Bahia, pour qui le transfert de la capitale permettra une meilleure « dissémination du progrès » :

  • 37 Damásio (Virgílio), « Discours à l’Assemblée constituante du 15 décembre 1890 », in Ant. Hist., vo (...)

« Les conditions de vie de la population agglomérée dans cette ville sont les plus contraires à l’existence d’une grande capitale et d’une grande Fédération comme la nôtre. De plus, dans une ville populeuse, où augmente la lie sociale constituée par des masses parmi lesquelles, malheureusement, l’instruction n’a pas encore pénétré, ni même un minimum d’éducation civique ; où l’on trouve de nombreux individus qui, pour dire la vérité, vivent, hors de la communion du peuple laborieux et honnête, entre l’oisiveté et les intrigues ou les expédients peu confessables ; cette grande masse d’hommes est une arme, un levier puissant aux mains des agitateurs...
Député Vinhães (État de Rio de Janeiro) - Mais elle est la véritable base sur laquelle s’asseoit la démocratie.
Député Virgílio Damásio - La base de la démocratie est la liberté (Apartés). Je ne veux pas dire que l’ouvrier appartient à la lie sociale, mais que celui qui ne travaille pas, qui n’est pas ouvrier, est au bas de toute classification (nombreux applaudissements) et que ce qui est au bas de toute classification c’est la lie sociale, sans aucun doute (nombreux applaudissements)37. »

FIGURE N° 19 : « LA VILLE DE RIO DE JANEIRO, PREMIÈRE CAPITALE D’AMÉRIQUE DU SUD ! »

  • 38 Lobo (Américo), « Discours à l’Assemblée constituante du 15 décembre 1890 », in Ant. Hist., vol.1, (...)
  • 39 Sur ce débat, nous renvoyons à l’étude de Carvalho (José Murilho de), Os bestializados : o Rio de (...)
  • 40 Sur la vision positiviste à la fin du xixe siècle en Amérique latine, l’historien nord-américain R (...)

54L’image d’une ville incohérente dont les activités économiques et les désordres sociaux nuisent à l’exercice serein des fonctions politiques, est ainsi accolée à Rio de Janeiro. Et rares sont les voix qui s’élèvent, telle celle du député Vinhães, pour tempérer ce jugement et faire remarquer que cette ville « ne mérite sans doute pas les railleries dont elle est la cible, ni d’être condamnée comme la Nouvelle Babylone38. » Au contraire, l’idée partagée est que le progrès, la liberté et la prospérité requièrent la paix publique, l’harmonie entre les classes, une morale saine et d’honnêtes pratiques industrielles. Virgílio Damásio exhorte ainsi la démocratie à défendre les travailleurs contre les parasites, les citoyens conscients de leurs droits et devoirs, contre les agitateurs et autres trouble-fête39. C’est moins la ville comme modèle d’organisation humaine qui est visée - la ville est en effet, dans cette logique positiviste, la meilleure organisation humaine possible pour la diffusion du progrès moral et industriel -, que les carences de la grande ville brésilienne comme support de la modernisation. Et les critiques envers Rio de Janeiro sont d’autant plus virulentes qu’elle est la capitale de la République, système politique le mieux adapté - toujours dans la logique positiviste - à la diffusion du progrès à l’intérieur de la société40. L’urbanisation incontrôlée fait dès lors de la ville un frein à l’établissement d’une véritable économie capitaliste. En revanche, la construction d’une ville nouvelle pour transférer la capitale peut être un moyen de corriger ces dérives de la grande ville. Geste rationnel, il peut remettre le Brésil sur la voie du progrès.

55Parallèlement à cette perception « positiviste » de la ville, les débats sur le transfert de la capitale mettent à jour une autre dimension des critiques adressées à la ville. Ce n’est plus la notion de progrès, mais celles d’identité, de brasíliannité, qui sont alors au cœur des discussions sur Rio de Janeiro. L’intervention du député de Rio de Janeiro Oliveira Pinto est à ce titre une parfaite illustration :

  • 41 Pinto (Oliveira), « Discours à l’Assemblée Constituante du 13 décembre 1890 », in Ant. Hist., tome (...)

« Monsieur le Président, il faut le reconnaître, la ville de Rio de Janeiro ne possède pas un véritable caractère national ; cela ressemble avant tout à une colonie où prédomine l’élément étranger ; elle ne possède aucun trait particulier qui lui donne un type de nationalité distincte41. »

  • 42 Paranaguá (Nogueira), « Discours à l’Assemblée constituante du 30 juillet 1891 », in Ant. Hist., t (...)
  • 43 Aussi le député Fluminense Belisário de Souza rétorque-t-il en 1896, à ceux qui défendent la thèse (...)
  • 44 À ce sujet, nous renvoyons aux travaux de la sociologue Maria Isaura Perreira de Queiroz, qui sont (...)

56De même, pour le député de Piauí, Nogueira Paranaguá, Rio de Janeiro est « la nécropole du Brésil42 ». La ville est ici dénoncée en bloc. Lieu par excellence du brassage des populations et du cosmopolitisme, elle apparaît comme un corps étranger à la nation. Néanmoins, parmi les intellectuels et hommes politiques, cette vision est relativement isolée, tant est répandue la foi en la modernisation et le progrès vers lequel la République doit nécessairement conduire43. Il s’agit donc d’un regard nouveau, aux contours encore flous, sur la ville brésilienne. Les premières années de la République marquées par les révoltes urbaines (grèves, révolte de l’armée en 1893, attentat contre le président Prudente de Moraes en 1897) et les mouvements ruraux (cangaceiros, millénaristes44), donnent un coup d’arrêt à la République positiviste. En effet, ce xixe siècle, au cours duquel la ville acquiert droit de cité dans la vie économique et culturelle du Brésil, se termine sous de moins bons auspices : les différents mouvements qui secouent le Sertão permettent à la campagne de se dresser contre la ville ; une ville qui, toute tournée vers des idéaux de progrès, laisse dans l’ombre et à l’abandon une partie notable de la population rurale.

  • 45 Cunha (Euclydes da), Hautes terres (la guerre des Canudos), Paris, Métaillé, 1993 (éd. originale : (...)

57Un des premiers à alerter l’opinion sur ce déphasage entre la ville et la campagne au Brésil est Euclydes da Cunha (1866-1909). Formé et éduqué à Rio de Janeiro, imprégné de positivisme (il a reçu l’enseignement de Benjamin Constant à l’École militaire), cet ingénieur préoccupé par la défense de l’idéal républicain et des vertus du progrès scientifique, est amené à rendre compte d’un des événements les plus équivoques de l’histoire brésilienne, la révolte de Canudos. À la fin du xixe siècle, après une série de grandes sécheresses dans un Nordeste en décadence économique, des familles entières se déplacent et essayent de se regrouper pour survivre. Le beato (prédicateur populaire) Antônio Conselheiro réussit à rassembler entre 1893 et 1897, de vingt cinq à trente mille sertanejos (habitants du Sertão), dans une « terre promise », à Canudos dans l’État de Bahia. La jeune République n’hésite pas à exterminer ces « fanatiques » après quatre ans de campagne militaire. L’homme « civilisé » du littoral a ainsi cru lutter contre les forces aveugles de la barbarie, en écrasant la rébellion des rétrogrades de Canudos. L’ouvrage d’Euclydes da Cunha, Os sertões, publié en 1903, pose le drame de ces populations devant la conscience de la nation. Au fil des événements, cet officier progressiste perçoit qu’il ne se trouve pas simplement devant une opposition manichéenne entre l’obscurantisme et le progrès, mais bien devant une sorte d’ethnocide, « une folie et un crime de la nationalité45 ». La ville, conquête du Brésilien au xixe siècle, masque un pan entier de la réalité nationale qui soudain ose se rebeller contre l’hégémonie de la culture urbaine. Et il faut une véritable campagne militaire pour mettre un terme à ce soulèvement. Euclydes da Cunha, en observateur lucide, comprend combien la ville a imposé des modèles culturels importés et sans aucune prise sur la société brésilienne. Affirmant le danger qui guette le Brésil en se définissant autour de valeurs urbaines importées de l’extérieur, l’auteur considère le Sertão et les sertanejos comme le noyau, le réservoir de la nationalité qu’il convient d’intégrer d’urgence à la nation. La ville, qui a acquis ces lettres de noblesse durant l’Empire, est soudain rattrapée par la réalité des campagnes et de l’intérieur. La réflexion d’Euclydes da Cunha est donc symptomatique d’une rupture dans l’image de la ville au Brésil, au tournant du siècle. Sans trancher véritablement, il remet néanmoins en question la ville et les valeurs culturelles liées à la diffusion de l’urbanisation sur le sol brésilien. Avec la guerre de Canudos, le Brésil redécouvre sa dimension rurale et archaïque. Le Sertão, faisant une dramatique apparition dans le scénario de la vie brésilienne, révèle les aspects tragiques de la formation nationale :

  • 46 Idem, p. 167.

« Alors que nous vivions depuis quatre cents ans sur l’immense littoral où s’estompaient les reflets de la vie civilisée, nous reçûmes à l’improviste la République, comme un héritage inattendu. Soudain, nous nous élevâmes, entraînés par le torrent des idéaux modernes, en laissant dans la pénombre séculaire où ils gisaient au centre du pays, un tiers de nos gens. Trompés par une civilisation d’emprunt, moissonnant dans un travail aveugle de copiste, tout ce qui existe de meilleur dans les codes organiques des autres nations, nous sommes parvenus, en usant de révolutions et en refusant de transiger si peu soit-il avec les exigences de notre propre nationalité, à aggraver le contraste entre notre façon de vivre et celle de ces rudes compatriotes, qui sont plus étrangers dans ce pays que les immigrants d’Europe. Car ce n’est pas la mer qui nous sépare, mais trois siècles (...)46. »

58L’avènement de la République coïncide avec la fin des certitudes sur l’identité nationale. La matrice de la nation brésilienne doit être repensée dans le rapport entre la ville et la campagne. L’accélération de l’urbanisation et les sécheresses répétitives du Nordeste provoquant la formation de mouvements migratoires depuis les campagnes les plus reculées jusqu’aux villes les plus modernes, sont la toile de fond de cette réflexion qui ne peut plus désormais se réduire à un débat autour de modèles théoriques. Cette suspicion contre la ville en général, les activités et la mentalité urbaines en particulier, constitue la toile de fond idéologique des débats sur le transfert de la capitale et la construction d’une ville nouvelle dans l’intérieur rural du Brésil, dans ces premières années de la République.

59En effet, à l’appui de leurs propositions de construction d’une nouvelle capitale dans l’intérieur du Brésil, de très nombreux députés diffusent une image négative de Rio de Janeiro, non plus cette fois dans le cadre d’une exigence de progrès, mais plutôt dans celui d’une défense du caractère national :

  • 47 Paranaguá (Nogueira), « Discours à l’Assemblée nationale, session du 19 décembre 1905 », Ant. Hist(...)

« Cette ville, explique Nogueira Paranaguá, est une ville cosmopolite par excellence, une ville mercantile, aux intérêts souvent antagonistes avec l’intérêt national ; c’est une ville où les étrangers ont une force prépondérante dans les industries, le commerce, les banques et même dans les biens publics ; une ville qui est aux mains des étrangers (...).
Il existe encore dans cette ville de nombreuses écoles militaires, quartiers généraux et écoles civiles, où le moindre incident suffit pour provoquer une grave perturbation, comme nous l’avons observé à l’occasion de la grève des cordonniers et des autres grèves (...).
Je ne veux pas pour capitale de mon pays une ville dans ces conditions ; je veux une capitale tranquille, véritablement nationale, où le brasílianisme soit prépondérant ; une ville modeste, sans aucun doute, mais une ville qui représente les sentiments des propagandistes de la liberté, qui corresponde à l’idéal républicain, qui soit en tout une ville modèle servant de phare à tous les Brésiliens47. »

60On retrouve la même idée, encore plus poussée, dans un article du journaliste Medeiros e Albuquerque publié en novembre 1904 à Rio de Janeiro :

  • 48 Albuquerque (Medeiros E), « Éditorial », in A Notícia, Rio de Janeiro, 18-19 novembre 1904, p. 1

« Chaque jour cette ville devient plus impropre pour continuer à être le siège des pouvoirs fédéraux. C’est un grand centre commercial, cosmopolite, qui ne traduit en aucune façon l’esprit brésilien (...). La capitale entre nous n’est pas la tête de la nation ; elle ne pense pas, ne sent pas, en accord avec les intérêts brésiliens. De plus, c’est une grande ville turbulente, avec cinq écoles militaires, quatre facultés civiles supérieures, et une population passagère extraordinaire, résultat naturel de sa situation de premier port d’Amérique du Sud (...). Personne n’ignore que dans ces deux dernières années, il y a eu un afflux énorme d’ouvriers vers cette ville. Attirés par les hauts salaires, ils ont commencé à venir ici de tous les points du Brésil et même des Républiques voisines. Or, il est connu que l’ouvrier attiré avec facilité vers les grands centres ne les abandonne plus. Et nous allons avoir ici une population d’ouvriers ou de chômeurs, ou encore, en raison de l’afflux excessif, de prolétaires : toutes les bonnes conditions pour les grèves, les perturbations de l’ordre, les conflits sérieux, conflits qui se répercuteront toujours sur la marche des institutions (...). Les prémices de ces mouvements sont dans les accords de nos ouvriers avec les anarchistes étrangers, accords parfaitement connus de notre police48. »

  • 49 Paranaguá (Nogueira), « Lettre ouverte à l’Assemblée nationale »,1911, Ant. Hist., tome 2, p. 103.

61L’opposition entre le cosmopolite et le national rejoint l’opposition culturelle entre la ville, symbolisée par Rio de Janeiro, et la campagne. La ville nouvelle que chacun de ces députés conçoit à l’écart du luxe, de la population grouillante et des activités industrielles, semble en tout point une négation de l’essence même de la ville, lieu d’échange des hommes, des marchandises, des idées,... La ville modèle qu’appelle de ses vœux Nogueira Paranaguá devra être « hygiénique, confortable, calme, sereine, tranquille, elle respirera l’honnêteté et l’altruisme (...)49. » Cette ville nouvelle plantée au cœur du Brésil rural serait alors un compromis réaliste entre les besoins en infrastructures nécessaires à la capitale d’une nation moderne que seule une ville peut fournir, et une revendication identitaire, « nationalitaire », anti-cosmopolite.

LE RÊVE D’UNE VILLE SANS PEUPLE

62Les discours qui fondent la ville servent à la représentation de valeurs dont on considère qu’elles ne peuvent prendre naissance que dans un espace urbain. Bien souvent, nous l’avons vu, ces discours et représentations appuient leur argumentation sur l’opposition entre une ville réelle, existante - dans le cas du Brésil républicain, il s’agit très souvent de Rio de Janeiro - et une ville imaginée, dans laquelle sont projetées de nouvelles valeurs. Le discours sur la ville, notamment lorsqu’il décrit un projet de ville, ne connaît aucune limite. Le passage du langage discursif sur la ville au langage urbanistique dans la ville réintroduit ces limites : sociales et économiques, matérielles et techniques, topographiques et climatiques, etc. La ville dans son organisation et dans sa forme est l’expression d’un ordre social. On peut le modifier, mais on ne peut en faire abstraction. Dans les capitales, les interventions urbanistiques sont directement liées aux intérêts de l’État : elles suggèrent un projet d’ordre social censé asseoir la légitimité de l’État. Même si aucun projet d’urbanisme pour la nouvelle capitale n’a été proposé en ces premières années de la République, il n’est donc pas inutile d’analyser les pratiques urbanistiques en vigueur durant cette période, permettant de proposer un éclairage nouveau sur la ville brésilienne, non plus comme enjeu politique et culturel, mais comme enjeu social dans le jeu des élites républicaines.

  • 50 Ozório (Paulo), La création de Belo Horizonte, jeu et enjeu politiques, Grenoble, Thèse de 3e cycl (...)

63La construction de Belo Horizonte, comme nouvelle capitale du Minas Gerais, mérite à cet égard une attention toute particulière, puisque la décision du transfert a été prise quelques semaines seulement après l’adoption de la constitution républicaine de 1891, stipulant le transfert de la capitale fédérale. Le Minas Gerais, un des États les plus puissants de la fédération brésilienne, semble ainsi montrer l’exemple à l’État fédéral, et démontrer qu’un État rural et conservateur, fier de ses traditions culturelles locales, peut fort bien s’accommoder d’un projet modernisateur, surtout s’il prend forme autour d’une ville nouvelle, entièrement planifiée, permettant justement de contrôler cette modernisation. Aux yeux du premier gouverneur du Minas Gerais, Afonso Pena, la capitale historique de cet État, n’est plus en mesure de répondre aux exigences du nouveau temps économique et social de la République : Ouro Preto semble au contraire incarner la permanence du tissu urbain colonial, avec ses ruelles étroites et sinueuses, ses bâtiments blanchis à la chaux... Comme l’a clairement montré l’urbaniste Paulo Ozório, ces arguments masquent une toute autre réalité. En cette fin du xixe siècle, la position dominante des élites traditionnelles du Minas, liées au secteur de l’élevage, est de plus en plus menacée par l’émergence d’un nouveau secteur économique et social, lié à la culture du café. Le projet de transfert résulte alors d’un compromis politique, dont la couverture modernisante fut l’appel à des techniciens et des ingénieurs pour « la nouveauté urbanistique, l’audace du dessin, l’introduction de nouvelles technologies50. » La négociation entre les élites concernait le choix du site et la définition des fonctions non administratives de la nouvelle capitale. Ce faisant, ces élites laissaient une grande liberté aux ingénieurs chargés de dessiner le plan de la ville. L’ingénieur Aarão Reis (1853-1936), président de la Commission de construction de la nouvelle capitale du Minas Gerais, va composer cette commission avec des ingénieurs et des professeurs de l’École polytechnique de Rio de Janeiro, dont beaucoup partagent avec lui des idées positivistes, et profiter de cette grande liberté qui lui a été conférée de fait pour proposer un plan résolument moderne.

  • 51 Afin de renforcer cette dimension monumentale conférée à la capitale, Aarão Reis explique que pour (...)

64Selon la doctrine positiviste, toute organisation sociale étant une fatalité modifiable, le pouvoir créateur et transformateur de la science et de la technique pouvait alors conduire l’humanité vers l’implantation d’une société industrielle. Pour Aarão Reis, le dessin du plan de Belo Horizonte est une possibilité d’idéaliser un instrument au service de cette « fatalité modifiable ». Plus qu’un simple tracé, il souhaite proposer une nouvelle conception de ville, prototype du modèle urbain de l’avenir. Ni la topographie du terrain, ni la situation sociale de la population du Minas Gerais pouvant être amenée à résider dans la capitale, ne sont prises en compte dans son plan. Il s’agit exclusivement d’un plan d’ingénieur. Sa forme concentrique est planifiée pour 200 000 habitants (figure n° 20). Aarão Reis propose un plan en damier, au tracé orthogonal, dont il tempère la régularité et la rigidité par l’intégration d’amples diagonales. Washington, ou plus près de lui, La Plata, capitale de la province de Buenos Aires, construite en 1882, ont adopté cette trame particulière. Les diagonales de Belo Horizonte, au nombre de dix et qui forment les seules avenues de la ville, doivent faciliter les communications et conférer un aspect monumental à la capitale. On peut ici établir un parallèle avec les boulevards de Haussmann à Paris. Pour Reis, la trame de la ville doit avant toute chose, exalter la grandeur de l’État de Minas51, quitte à laisser de côté les aspects sociaux de l’organisation urbaine. Par cela, il peut justifier son idée de la nécessité d’un État fort pour stimuler la modernisation et conduire à l’implantation du stade scientifique prévu par Auguste Comte.

FIGURE N° 20 : PLAN DE BELO HORIZONTE , NOUVELLE CAPITALE DE MINAS GERAIS (1897).

65Le palais gouvernemental, situé sur la place de la liberté, est prolongé par un axe monumental, vaste avenue qui longe en son centre le parc de la ville, et qui abrite le siège du Congrès, du palais de justice et de la cathédrale. Le reste de la ville est séparé en secteurs résidentiels. D’emblée le plan directeur prévoit des lignes de discrimination spatiale entre les futurs habitants de la ville. Les anciens propriétaires (ceux d’Ouro Preto, comme ceux du site original, rasé pour l’occasion) ainsi que les fonctionnaires verront leur accès à la ville facilité par le don de lots urbains et de maisons de campagne. Quant au logement de la population ouvrière, puisque la ville a été aussi prévue pour le développement futur d’une activité industrielle, le gouvernement, propriétaire de l’ensemble des terrains non attribués, se réserve le soin de résoudre ultérieurement la question ! Ce problème ne vient donc pas perturber l’établissement du plan qui doit glorifier la ville capitale et non la ville industrielle. Remarquons ici, que sous prétexte de modernité, les concepteurs du plan reproduisent une technique traditionnelle de l’urbanisme colonial portugais. Celui-ci distinguait, à l’intérieur de la juridiction urbaine (le têrmo), la ville proprement dite et une réserve foncière située à la sortie de la ville (le rossio), transformée, en attente d’une utilisation future, en terre communale sur laquelle la population venait prendre l’air ou se distraire.

66Le plan de Aarão Reis se veut donc exemplaire : il suggère un moyen d’organisation d’une ville capitale investie d’un projet modernisateur. L’intervention de l’État dans le domaine urbanistique n’a d’autre but que d’assurer le fonctionnement et l’exercice du pouvoir gouvernemental. Belo Horizonte est le rêve d’un ordre, conçu dans la conviction que la raison, l’intelligence et la technique, sont capables d’imposer mesure et ordre à toutes les activités humaines. Le projet repose sur l’idée que l’ordre, traduit dans le contexte urbain par planification, peut conduire au perfectionnement social. Ces idées, exposées pour la première fois, et concrètement, au Brésil, ont une influence fondamentale dans la pratique urbanistique de l’État fédéral. Alors que sa marge de manœuvre, dans les villes existantes, est limitée par les conditions sociales et matérielles, il découvre par la construction de villes nouvelles la possibilité d’imposer, sans aucune contrainte, sa propre conception de l’organisation de la société. Les vastes espaces libres du Brésil lui offrent cette possibilité. La philosophie conservatrice de l’intervention de l’État du Minas Gerais, de sa décision de construction d’une ville nouvelle, s’appuie sur les idées généralement répandues à la fin du xixe siècle au Brésil, sur la ville comme lieu possible de subversion sociale. Or, par l’instrument de la planification, il montre combien il est possible de les renverser et de faire de la ville un lieu d’ordre.

*

  • 52 Cité in Benchimol (Jaime Larry), Perreira Passos. Un Haussmann tropical, Rio de Janeiro, Bibliotec (...)

67Pour les libéraux, qui ont la maîtrise du pouvoir fédéral depuis 1894, la fondation de Belo Horizonte demeure une référence, et délimite le champ des possibilités de l’urbanisme d’État du Brésil républicain. Et ils ne tardent pas à s’en inspirer. En 1902, Rodrigues Alves, grand propriétaire de plantations de café dans l’État de São Paulo, succède à Campos Sales à la présidence de la République. Après avoir pacifié la vie politique (en écartant la menace monarchiste, ainsi que militaire) et stabilisé l’économie, les républicains ont pour nouveau programme le remodelage et l’assainissement de la Capitale Fédérale. C’est à ce prix seulement que les investisseurs étrangers s’intéresseront au Brésil et que le Brésil pourra se hisser au rang de la modernité européenne. Dans son message à la nation, divulgué le 15 novembre 1902, Rodrigues Alves déclare : « Aux intérêts de l’immigration, desquels dépend en grande partie notre développement économique, s’ajoute la nécessité d’assainissement de cette capitale, travail difficile qui correspond à un ensemble de mesures pour la plupart longues et coûteuses. Il est nécessaire que les pouvoirs de la République, à qui revient l’exécution d’un si important service, fassent d’elle sa plus sérieuse et constante préoccupation, profitant de tous les moyens dont ils pourront disposer. La capitale de la République ne peut pas continuer à être présentée comme un lieu à la vie difficile, alors que nous disposons de puissants moyens pour constituer le plus notable centre d’attraction de bras, d’activités et de capitaux dans cette partie du monde.52 »

  • 53 Meade, Teresa A., « Civilizing » Rio : Reform and Resistance in a Brazilian city, 1889-1930, The P (...)

68L’objectif de la réforme urbaine de Rio de Janeiro est clair : adapter l’organisation urbaine aux nécessités de création, concentration et accumulation de capital. La rapide croissance de l’économie brésilienne et l’intégration du pays dans le marché capitaliste international exigent une nouvelle organisation de l’espace urbain de la capitale, correspondant à cette nouvelle organisation économique et sociale. Il s’agit donc dans l’esprit de Rodrigues Alves, de « joindre dans un même projet les deux notions d’hygiénisation et de civilisation. »53 La bourgeoisie du café saisit l’opportunité de sa mainmise sur l’État pour mener à bien cette réhabilitation de la capitale. Cette volonté de réformer la capitale, quelques années seulement après l’inscription de son transfert dans la constitution, indique nettement le désintérêt manifeste, porté par la bourgeoisie libérale, à la réalisation de son transfert. Ce dernier ne l’intéresse qu’en tant que mesure symbolique. En aucun cas cette bourgeoisie ne souhaite, au moment où elle détient les rênes du pouvoir, déserter Rio de Janeiro, premier port de marchandises d’Amérique latine. Sa réforme paraît donc plus souhaitable que son simple abandon.

69Pour mener à bien ce programme, Rodrigues Alves nomme comme maire du District fédéral, Francisco Perreira Passos. Durant quatre ans, entre 1902 et 1906, avec un pouvoir discrétionnaire quasi-dictatorial, il coordonne la plus importante réforme urbaine jamais réalisée à Rio de Janeiro, œuvre qui lui vaudra le surnom de « Haussmann Tropical ». Diplômé de l’École militaire de Rio de Janeiro, c’est à Paris qu’il approfondira sa formation, fréquentant avec assiduité les cours de l’École des Ponts et Chaussées et assistant à la remise en ordre et en fonction de la capitale française par le Baron Haussmann, découvrant ainsi le modèle d’un urbanisme adapté aux exigences d’une métropole industrielle moderne. Or la ville de Rio de Janeiro, en 1902, est confrontée aux mêmes problèmes que le Paris de 1850 : prolifération des cortiços dans le centre-ville (habitat locatif insalubre et hors normes), développement accéléré et inégal des favelas et des banlieues, déficience de l’équipement hygiénique de la ville, tissu urbain serré rendant difficile le contrôle social de la population. À l’égal de Paris, Rio de Janeiro est aussi, avant l’intervention de Perreira Passos, cette « source obscure et redoutable du pouvoir ». La réforme engagée par Passos a donc une triple finalité : économique (faciliter et rendre agréable la circulation des hommes et des marchandises), hygiénique (assainir la ville dans laquelle depuis plusieurs années s’est installée la fièvre jaune) et sociale, ou policière, dans la mesure où en ces premières années du xxe siècle, les « affaires sociales » dépendent des « affaires policières ».

  • 54 Dans une conférence prononcée au Congrès International de Géographie de Genève (1908), le vice-con (...)
  • 55 Needell, Jeffrey, A Tropical Belle Epoque : Elite and Culture in Turn of Century Rio de Janeiro, C (...)
  • 56 Le nombre d’habitations détRuítes demeure encore aujourd’hui sujet à discussion. Les estimations s (...)
  • 57 Lima (Manuel de Oliveira), Georlette (F. A.), Deux mémoires sur l’évolution, op. cit., p. 34.

70La modernisation du port et l’élargissement des quais sont les premières mesures mises en place par Passos, offrant un équipement portuaire adapté aux exigences du commerce international et de la navigation moderne54. En accord avec le ministre des transports et des travaux publics, Lauro Muller (celui-là même qui en 1891 s’était battu à la Constituante pour l’adoption du dispositif constitutionnel sur le transfert de la capitale), et aidé par l’ingénieur Paulo Frontin, la cheville ouvrière de cette œuvre gigantesque, Perreira Passos transforme Rio de Janeiro en une ville aérée et moderne. Au prix de nombreuses expropriations et démolitions, il perce de part en part la ville, à l’aide d’imposantes avenues rectilignes. L’Avenida Central, la plus célèbre d’entre elles, raccorde le port au centre ville. Traversant le cœur de la ville coloniale, elle demeure le symbole de la réforme Passos, « véritable boulevard « civilisé » (...), un monument au progrès du Brésil55. » Elle exigea le percement d’une formidable trouée de 2 000 mètres de longueur sur 100 mètres de largeur, et la démolition d’une superficie bâtie évaluée à 131 400 mètres carrés56. En moins de deux années, elle fût terminée, ornée de bâtiments de style, de palais, de monuments publics et entièrement arborisée (figure n° 21) : « Aujourd’hui Rio peut fièrement montrer aux étrangers qui ne la fuient plus, là même où ils débarquent, en pleine cité, là où il n’y avait auparavant qu’un dédale de rues tortueuses et de sordides masures, une avenue superbe, bien arborée, luxueusement bâtie et pouvant supporter la comparaison avec les plus belles des grandes capitales57. »

FIGURE N° 21 : L ’AVENIDA CENTRAL À RIO DE JANEIRO.

71La réforme Passos indique clairement comment Rio de Janeiro fut investie des symboles de capitale de la République et surtout comment son organisation répondait aux ambitions de la nouvelle élite politique. Celle- là même qui dix ans auparavant, lors de la Constituante, avait défendu le projet de transfert de la capitale remodèle désormais Rio de Janeiro pour servir ses besoins économiques, politiques et sociaux. Les nouvelles fonctions de la ville correspondent à ce moment de transition dans l’organisation économique et sociale du pays. Le petit peule n’a désormais d’autre choix de logement que la favela ou les lointaines banlieues.

  • 58 Sevcencko (Nicolau), A revolta da Vacina, mentes insanas em corpos rebeldes, São Paulo, Scipione, (...)

72Pour parachever leur projet d’embellissement de Rio, l’État et la municipalité décident en 1904 d’une campagne de vaccination obligatoire contre la fièvre jaune, dont ils confient la responsabilité au médecin, formé à l’école pastorienne, Oswaldo Cruz. À la brutalité des démolitions privant de nombreuses familles de foyers, au contrôle autoritaire des rues, s’ajoute désormais la violence des services sanitaires qui font irruption dans les foyers, accompagnés par les forces de police, vaccinant de force, hommes, femmes et enfants, tout être humain âgé de plus de six mois. Et c’est soudain l’explosion. Le 15 novembre 1904 les beaux projets de l’élite républicaine se heurtent soudain à une résistance populaire d’une rare violence et d’une intensité foudroyante : des barricades sont dressées dans les principales rues, à l’aide - ironie de l’histoire - des matériaux de construction utilisés pour les réformes de la ville, les becs de gaz, les statues, les vitrines, les horloges publiques, les agences municipales, les bâtiments ministériels, bref tout ce qui peut rappeler la présence de l’autorité publique, sont la cible d’une révolte populaire aussi brutale que spontanée, incontrôlable et incontrôlée : « la révolte ne visait pas le pouvoir, elle ne prétendait pas vaincre, elle n’avait rien à gagner. C’était seulement un cri, une convulsion de douleur, un vertige d’horreur et d’indignation58 » nous dit Nicolau Sevcenko. Le rêve d’une ville expurgée d’un peuple « abruti », l’utopie d’une capitale isolée des foyers de convulsion sociale, s’effondre soudain. Mais cette quête républicaine aura alimenté bien des espoirs durant près de 15 ans !

  • 59 Almeida (Theodoro Figueira da), Brasília, a cidade histórica da América, texto completo da monogra (...)

73Pourtant, ce n’est qu’en 1930, lorsque la República Velha vacille et commence à plier face à la montée et aux revendications de nouvelles forces sociales, que l’une des plus belles illustrations de ce rêve, de cette quête républicaine, nous est proposée. Le 30 mai 1930, le journal A Ordem, quotidien édité à Rio de Janeiro, publie sur cinq pages grand format, une monographie sur la construction de la future capitale fédérale. L’auteur, Theodoro Figueira de Almeida, qui a signé sous le pseudonyme de Th. Emerson, propose un plan détaillé de « Brasília, la ville historique de l’Amérique59 » (figure n° 22). Il conçoit cette démarche,

  • 60 Idem, p. 23.

« (...) comme « un moyen pratique », en même temps que solennel et majestueux, d’attirer l’attention de nos contemporains, et spécialement de nos dirigeants, sur le problème fondamental de notre nationalité : la fondation de la nouvelle métropole brésilienne en un point équidistant du contour territorial du Brésil, c’est-à-dire, au centre d’irradiation du progrès national, destiné à convertir en réalité les rêves merveilleux des colonisateurs ibériques, résumés dans la légende de l’Eldorado (...)60. »

  • 61 Idem, p. 17.
  • 62 Idem, p. 57.

74Le dessein de Brasília est d’être « la capitale géocentrique de la brasílianité61 ». Son plan doit être intimement lié à cette finalité, ce qui explique le parti pris de l’auteur de ne dessiner que « (...) l’urbs métropolitaine, c’est-à-dire, le périmètre urbain proprement dit, le centre officiel, commercial, bancaire, et aussi, spirituel, de la grande ville. Autour de l’urbs métropolitaine sera tracé, cette fois, sous la direction du gouvernement, le plan des "quartiers de résidence" (...), le « quartier industriel »62. »

  • 63 Idem, p. 25.

75Ce plan évacue délibérément la question de l’organisation sociale de la ville. Mieux encore, la glorification du pouvoir n’apparaît pas comme un objectif central. Il s’agit, toujours selon l’auteur, « (...) du plan d’une ville historique, universitaire et éminemment spirituelle qui, présenté comme un modèle universel, se trouve en condition d’être le cerveau d’une grande nation, à la hauteur du passé et du devenir de ce géant du sud "Santa Cruz, aujourd’hui Brésil"63 ».

  • 64 La biographie de Theodoro Figueira de Almeida est publiée à la fin de la réédition de 1960 de sa m (...)

76Dès lors que les problèmes politiques et sociaux sont purement et simplement écartés, peut-on traiter ce plan comme n’importe quel autre plan d’urbanisme ? Nous l’avons expliqué, le plan d’une ville nouvelle est bien souvent le résultat d’une rencontre entre des idées de ville (idées philosophiques, littéraires, artistiques...) et des projets (techniques, politiques) d’organisation sociale. Le plan de Theodoro Figueira de Almeida ne semble pas conçu autour d’idées ou de projets de ville. La ville n’est rien d’autre qu’une nécessité, une donnée a priori. L’auteur n’est d’ailleurs pas urbaniste mais juriste, spécialiste de droit public international64. Toutefois, ce plan est né de la volonté de donner forme à un désir, celui de projeter au sol les traits principaux de l’identité nationale brésilienne et de les organiser en une véritable mise en scène. Or, chaque projection de ville, au-delà de ses finalités politiques et sociales, correspond à l’expression d’un désir, de puissance, de cohésion, de relation avec le sacré. Ce plan de Brasília prétend justement à l’incarnation de la nationalité brésilienne (son histoire, son savoir, sa spiritualité, son avenir). Il convient donc de considérer le plan de Theodoro Figueira de Almeida comme celui d’une ville idéale, imaginaire peut être, mais en aucun cas utopique, tant elle est ancrée dans la terre, l’histoire et les mythes brésiliens, tant elle est le produit de la vision des élites de la República Velha.

FIGURE N° 22 : BRASÍLIA, VILLE HISTORIQUE DE L’AMÉRIQUE (PLAN DE THEODORO FIGUEIRA DE ALMEIDA, 1930). L’ESPLANADE SANTOS-DUMONT INDIQUE LE NORD.

  • 65 Almeida (Theodoro Figueira de), op. cit., p. 23.
  • 66 Selon Jean-Bernard Racine, « l’image du monde sous la forme d’un quadrilatère orienté selon les qu (...)
  • 67 Almeida (Theodoro Figueira de), op. cit., p. 25.
  • 68 Idem, p. 34.

77Le dessin de Brasília est présenté sans échelle précise, mais l’auteur explique que la nouvelle métropole « devra, forcément, présenter, dès sa naissance les proportions d’un grand cerveau, en harmonie avec la corpulence gigantesque de la terre du Cruzeiro65. » Le plan a une forme radioconcentrique : une double couronne d’allées délimite l’espace de la ville. Celle-ci, tracée autour des quatre points cardinaux66, est orientée est-ouest, « (...) avec le sommet tourné vers la marche apparente du soleil au firmament67. » La ville s’organise autour de huit places disposées en forme d’ellipse et d’une place centrale (place de la République). Chacune des huit places est reliée par une ou plusieurs avenues à la place centrale, formant ainsi deux losanges à l’intérieur de l’ellipse. Chaque place organise son propre quartier et correspond à un stade de l’évolution historique du Brésil : la découverte, la conquête, la colonisation, l’indépendance et les mouvements d’indépendance américains, l’Empire, l’abolition de l’esclavage. La huitième place, située à l’est de la ville, la place du Cruzeiro, est « le signe tutélaire de notre nationalité68 », le principe spirituel à la base de la formation nationale du Brésil.

  • 69 Idem, p. 38.
  • 70 Idem, p. 35. « Voyez donc, chers lecteurs - qui par l’esprit, faites la première excursion dans la (...)
  • 71 Idem, p. 25.

78Chaque place, en outre, est reliée par une avenue à celle qui la suit directement, du point de vue chronologique. Le principe circulaire, qui lie entre elles les places, c’est-à-dire les phases de l’évolution historique de la nation, et le principe rayonnant qui met en relation chacune des places avec la place centrale, a une double finalité. Il s’agit d’une part « d’accentuer la manière heureuse par laquelle s’opère la transition historique69 » et d’insister sur « l’esprit d’organisation qui y a présidé, au sein duquel l’empirisme s’est converti, par le sentiment de continuité historique, en un plan systématique (...)70. » L’autre objectif que sert l’adoption de cette figure géométrique est de montrer la marche du Brésil vers « la construction du régime final de l’humanité71. »

  • 72 Idem, p. 31

79Quant à la place de la République, disposée au centre de Brasília, pas moins de treize avenues la relient à l’ensemble de la ville : « Voici représentée l’image dont s’est servi le Patriarche [José Bonifácio] pour définir l’aptitude fondamentale de la nouvelle métropole brésilienne, de laquelle partiraient, dans tous les sens « les routes qui, comme des rayons » communiqueraient avec tous les points du territoire national, et au long desquelles l’action magnétique du foyer civilisateur ne tarderait pas à transformer l’hinterland brésilien en une des plus opulentes régions du globe72 ! »

80Un tel système permet en outre d’éviter que la ville ne se transforme en un ensemble de quartiers juxtaposés, marqués par des pratiques locales de sociabilités. Il crée une dynamique sociale centrifuge, orientée vers la place de la République, au cœur de laquelle est disposé le palais présidentiel (Palacio do Cruzeiro) :

  • 73 Idem, p. 50.

« (...) l’entourant, à droite et à gauche, respectivement, les deux grands édifices où seront installés les ministères : de la Défense Nationale (constitué de trois Départements : de la défense aérienne, maritime et terrestre) ; et de la Justice, l’Assainissement et l’instruction Publique, également constitué de trois Départements. Ensuite, autour de la Place de la République, se trouveront les édifices destinés à tous les ministères (...)73. »

  • 74 Racine (Jean Bernard), La ville entre Dieu et les hommes, op. cit., p. 7.
  • 75 Almeida (Theodoro Figueira de), op. cit., p. 25.
  • 76 Idem, p. 25.
  • 77 Idem, p. 31.
  • 78 Idem, p. 37.

81Le plan proposé par Theodoro Figueira de Almeida est ainsi une véritable métaphore de l’histoire et de l’avenir de la nationalité brésilienne. Une description plus détaillée du plan nous montrera la façon dont l’auteur procède pour donner une forme urbaine à cette histoire brésilienne : « Refaire l’espace, écrit Jean-Bernard Racine, ce n’est sans doute pas faire des figures nouvelles, c’est réaliser (c’est-à-dire exprimer réellement) des relations nouvelles74. » La ville possède quatre portes. À l’ouest, celle de l’Université, « symbole de la ville historique (...) [et] laboratoire de la pensée nationale75 » ; à l’est, la place du Cruzeiro, synthèse de la spiritualité brésilienne. Il s’agit, selon l’auteur, des deux portes principales qui conduisent directement à la place de la République. La première, par l’avenue Christophe Colomb (en « hommage au découvreur et à sa mission civilisatrice76 ») et par une avenue laissée sans nom, pour qu’y soit inscrit « le nom du Président qui intégrera à son programme de gouvernement la construction de la future métropole brésilienne77 ! » ; la seconde, par l’avenue José Bonifácio, « qui constituera l’axe de l’urbs métropolitaine et par laquelle nous atteindrons toutes les phases de notre évolution politique78 » ;

  • 79 Idem, p. 47.

« (...) comme « le chemin ouvert par Colomb dans les vagues », l’avenue José Bonifácio, par laquelle nous atteindrons la place de la République, marchant dans la direction est/ouest dans le sens de la marche apparente du soleil, sera large, fleurie et majestueuse79. »

  • 80 Idem, p. 32.
  • 81 Idem, p. 52.

82Le parc Dom Pedro I « qui rappelle le glorieux fondateur de l’Empire80 » et l’esplanade de Santos Dumont » qui rappellera aux siècles futurs la glorieuse contribution du génie national aux progrès de la civilisation81 », constituent les portes sud et nord de la ville.

  • 82 Idem, p. 25.
  • 83 Idem, pp. 26-27.
  • 84 Idem, p. 31. Almeida rend hommage aux Indiens en donnant à plusieurs avenues le nom « des grands c (...)

83La partie ouest de la ville concerne la période coloniale du Brésil. La place Isabelle La Catholique (« la patronne du Nouveau Monde82 »), la place de la conquête (« dans le cœur de la ville de Brasília, la ville du soleil et de la liberté, il n’y aura de place que pour les représentants de la conquête spirituelle83 ») et la place des colonisateurs, forment l’ossature de cette partie de la ville. Ces quartiers du Brésil colonial permettent de mettre en évidence la participation matérielle et spirituelle des « trois races84 » à la formation de la nationalité brésilienne. Il convient de relever ici que Pedro Alvares Cabrai qui « découvre » le Brésil le 22 avril 1500 n’a droit qu’à une petite rue, parallèle à celle de Pero Vaz de Caminha, le chroniqueur du voyage de Cabrai au Brésil. Ces deux rues relient l’avenue Dom Manoel, roi du Portugal en 1500, à l’avenue Martim Affonso, le fondateur de São Paulo. L’idée de privilégier le rôle du « découvreur » de l’Amérique (Colomb) plutôt que celui de du « découvreur » du Brésil (Cabral) met ainsi en évidence l’intention de l’auteur d’inscrire le Brésil dans l’histoire et la civilisation du continent américain.

  • 85 Idem, p. 42.
  • 86 Idem, p. 48.

84La partie est de Brasília concerne la période qui conduit de l’indépendance à la République. Alors que l’auteur distinguait clairement les trois périodes fondatrices du Brésil colonial, la distinction n’est plus sensible entre chacune des périodes qui séparent le Brésil indépendant du Brésil républicain. Le plan est ici plus touffu, plus confus, et cherche à établir des lignes de continuité, de croisement entre chaque période. Grossièrement, le quart nord-est concerne la période de l’indépendance et la relation qu’elle entretient avec les mouvements américains de libération nationale ; le quart sud-est correspond à l’Empire et l’abolition de l’esclavage, « considérés isolément et dans leurs relations continentales85 ». Dans cette partie est, Theodoro Figueira de Almeida découpe les quartiers transversaux de manière non plus chronologique mais thématique, comme pour mettre en évidence une finalité identique - la République - entre les mouvements d’indépendance, les bâtisseurs de l’Empire et les abolitionnistes. Il consacre ainsi un secteur aux juristes et historiens, qui ont codifié et décrit l’indépendance, un secteur aux écrivains et artistes, qui ont donné forme au génie national, un secteur rappelant « les personnages majeurs de l’ordre et du progrès dans notre histoire86 » ; c’est-à-dire, finalement, à tous ceux qui ont mis en place les instruments techniques et mentaux de l’émancipation nationale et du progrès. Deux avenues (José Bonifácio et Mauá, le père de l’industrialisation de l’Empire) se coupent à angle droit au cœur de ces différents secteurs. Ces deux hommes d’État ont, durant l’indépendance et l’Empire, synthétisé parfaitement l’apport des différentes disciplines techniques et intellectuelles, par leurs actions en faveur de l’émancipation politique et économique du Brésil.

85La double couronne d’allées extérieures relie finalement toutes les parties de la ville entre elles, et renforce le principe elliptique utilisé pour la disposition des places intérieures. Brasília est ainsi la grande scène du théâtre de la nation. Son architecte, Theodoro Figueira de Almeida, en est le metteur en scène, le démiurge planificateur. Et ce dernier ne s’importe pas tant de la monumentalité que de la lisibilité du plan : Brasília, ville historique de l’Amérique est un livre d’histoire. Et il s’agit là d’un des principaux intérêts de ce plan : montrer en quoi l’acte de créer une ville peut être l’occasion d’une réécriture de l’histoire. Les formes douces de la ville donnent une idée du consensus et de la continuité de cette histoire. Il est vrai que l’auteur a pris l’idée au sens premier et en a conçu une ville plus démonstrative que fonctionnelle. Theodoro de Almeida semble même suggérer une solution pour remédier au décalage des sensibilités constaté par Euclydes da Cunha entre la société brésilienne du littoral et celle de l’intérieur (« ce n’est pas la mer qui nous sépare, ce sont trois siècles » expliquait-il en 1903) : en entrant dans la ville par l’avenue Christophe Colomb, le citoyen aboutit directement sur la place de la République, franchissant ainsi en quelques centaines de mètres, près de quatre siècles de l’histoire brésilienne ! C’est une des propriétés de la ville nouvelle que de permettre de transformer le temps en espace.

86Demeure alors une question : qui pourrait être l’habitant de cette ville- livre d’histoire ? L’auteur n’aborde aucunement le sujet. On peut néanmoins, à partir des indications du plan, imaginer un citoyen exemplaire, catholique et conservateur, d’esprit libéral et progressiste. Un citoyen en symbiose avec un État qui se distingue non plus par son caractère autoritaire (comme dans le plan de Belo Horizonte, par exemple), mais par un désir pédagogique d’éduquer et d’instruire les citoyens dans l’amour du passé et la foi dans l’avenir et le progrès. Mais un tel citoyen existe-t-il dans ce Brésil de 1930 ? Une telle pratique de la citoyenneté a-t-elle déjà été à l’œuvre au Brésil ? Tout pousse à croire que non, même si des forces de rénovation politique et sociale sont à l’œuvre depuis le milieu des années 1910. Theodoro Figueira de Almeida a ainsi donné une forme urbaine au rêve républicain d’une capitale sans peuple.

Notes

1 Le journaliste républicain Aristides Lobo commente à chaud le 18 novembre 1889 les événements brésiliens, en ces termes : « Pour le moment, la couleur du gouvernement est purement militaire. Le fait fut d’eux et d’eux seuls, parce que la collaboration de l’élément civil fut quasi-nulle. Le peuple assista à tout ceci comme bestialisé, atone, surpris, ne sachant pas ce que cela signifiait. Beaucoup croyaient sincèrement voir un défilé militaire. Et c’était un spectacle digne d’être vu », in : Carvalho (José Murillo de), Os bestializados : o Rio de Janeiro e a República que não foi, São Paulo, Companhia das Letras, 1989, p. 9.

2 Charles Morazé, Les Trois âges du Brésil, essai de politique, op. cit., p. 96.

3 Cité in Ant. Hist., tome 1, p. 61.

4 Idem, tome 1, p. 61

5 Idem, tome 1, p.189. Parmi les signataires on peut dénombrer 16 sénateurs et 74 députés. L’État le plus représenté est le Minas Gerais (16 députés signataires), puis celui de São Paulo (13 députés). Aucun Constituant du District fédéral (Rio de Janeiro), du Para et du Rio Grande do Norte, n’a signé cet amendement.

6 Cité par Vasconcelos (Adirson), A mudança da capital, op. cit., p. 120.

7 Discours du 15 décembre 1890, cité in Ant. Hist, tome 1, p. 179.

8 Idem, tome 1, p. 70.

9 Idem, tome 1, pp. 203-204.

10 Idem, pp. 71 -72. Le texte adopté est le suivant :
« Art. 1. Le pouvoir exécutif est autorisé à demander l’exploration et la démarcation sur le Planalto central du territoire de la République, en conformité avec l’article 3 de la Constitution, la superficie de 14 400 km2, qui doivent appartenir à l’Union pour l’établissement de sa nouvelle capitale.
Art. 2. Le pouvoir exécutif sollicitera du Congrès le crédit nécessaire pour l’exécution de ces services et donnera à la commission qui devra exécuter les instructions nécessaires.
Art. 3. Le transfert opportun de la capitale sera délibéré par le congrès en fonction des études et travaux définitifs de la Commission. »

11 Idem, tome 1, pp. 197-198.

12 Idem, tome 1, pp. 198-199.

13 Idem, tome 1, pp. 72-73.

14 Idem, tome 1, p. 229. Il est remarquable que, parmi les tâches confiées à la commission, l’étude des « ressources » humaines de la population locale n’entre pas en compte. Seuls les aspects purement scientifiques et aisément équationables sont évoqués. Les deux autres commissions scientifiques - en 1947 et 1959 - n’aborderont pas non plus la question. C’est d’ailleurs le reproche principal que formule Gilberto Freyre quant au processus de démarcation et de construction de la nouvelle capitale. (Freyre (Gilberto), Brasis, Brasil, Brasília, Lisboa, Edição do Brasil, 1960, 239 p.).

15 Les notions géographiques de « site » et de « position » ont été clairement définies par les géographes français Jean Brunhes et Camille Vallaux, en 1921, dans un ouvrage synthétisant les grands principes de la géopolitique, intitulé : La géographie de l’histoire. Évoquant notamment l’emploi de ces notions dans l’étude des capitales, les auteurs notent : « Une capitale naturelle joint aux avantages naturels du site où la ville s’élève, ceux de sa position générale sur la carte (...). La situation géographique de la capitale artificielle résulte des avantages donnés par la position seulement. Le fondateur de la capitale artificielle évite tous les sites déjà occupés ; comme ces sites sont généralement les plus favorables, la capitale artificielle semble souvent faire violence à la nature ». Brunhes (Jean), Vallaux (Camille), La géographie de l’histoire : Géographie de la paix et de la guerre sur terre et sur mer, Paris, Felix Alcan, 1921, pp. 370-374.

16 Cruls (Luis), Commission d’exploration du Plateau central du Brésil : Rapport présenté à son Ex. M. le Ministre de l’industrie, de la voirie et des travaux publics, Rio de Janeiro, Lombaerts & Co, 1894, 55 p.

17 Cruls (Luis), Commission d’exploration du Plateau Central du Brésil..., op. cit., p. III

18 Idem, p. 2.

19 Idem, p. 7.

20 Idem, pp. VI-VIII.

21 Idem, pp. 50-51.

22 Luis Cruls avance un autre argument en conclusion, correspondant également à l’attente de la constituante et des penseurs qui l’ont précédée : « En somme, la zone démarquée jouit, dans sa plus grande étendue, d’un climat extrêmement sain où l’immigrant européen est exempt d’acclimatation, car il y trouvera des conditions climatiques analogues à celles qu’offrent les régions les plus saines de la zone européenne tempérée ». (Idem, p. 53).

23 Idem, pp. 49-50.

24 Vasconcelos (Adirson), A mudança da capital, op. cit., pp. 182-183.

25 Idem, p. 191.

26 Ant. Hist., tome 2, p. 89. Dans ses messages de 1894 et 1895, tout en réduisant le budget alloué à la Commission Cruls, Prudente de Moraes n’a pas évoqué la question du transfert de la capitale.

27 Schneider (Ronald M.), « Order and Progress », A Political History of Brasil, San Francisco, Westview Press, 1991, pp. 77-78.

28 Jaguaribe (Domingos José Nogueira), in O Município, São Paulo, 1896.

29 ArPDF, B1279-B1280.

30 Lauro Muller propose ainsi le 17 juillet 1895 que le territoire délimité par la Commission Cruls soit considéré comme fédéral. Il est appuyé par la député Urbano Couveia (Goiás) et Nogueira Paranaguá (Piauí). En 1896, le député de Rio de Janeiro, Belisário Souza s’oppose avec véhémence au projet de Lauro Muller et présente un amendement déclarant Rio capitale fédérale. L’écrivain et chroniqueur carioca, Machado de Assis doit même dans une de ses chroniques reprendre l’attitude de Belisário pour manque de respect à la constitution. Nogueira Paranaguá, fervent défenseur du principe de transfert, s’oppose cependant au choix de la Commission Cruls, suggérant l’exploration d’une autre zone, située plus au nord, aux limites des états du Goiás, du Pará et du Piauí.

31 Pimentel (Antônio Martins de Azevedo), A nova capital federal e o Planalto central do Brasil, Brasília, Thesaurus, 1985 (1re éd. : 1910), p. 88.

32 Idem, p. 89. Parmi les propositions saugrenues, Azevedo Pimentel cite les projets de transfert vers Petrópolis (député A. Azevedo de l’État de Rio de Janeiro, lors de la session du 19 décembre 1905), et vers Belo Horizonte (député Sá Freire du Minas Gerais : session du 14 octobre 1899).

33 Paranaguá (Nogueira), « Discours au sénat fédéral, session du 9 décembre 1905 », in Ant. Hist., tome 2, p. 62. Nous reviendrons dans le chapitre 7 sur la proposition de l’Inconfidência Mineira au sujet du transfert de la capitale.

34 Cité in Ant. Hist., tome 2, p. 27.

35 Voir à ce sujet : Gilberto Freyre, Sobrados e mucambos, op. cit.

36 Delfino (Tomaz), « Discours à l’Assemblée constituante du 13 décembre 1810 », in Ant. Hist., vol.1, p.174.

37 Damásio (Virgílio), « Discours à l’Assemblée constituante du 15 décembre 1890 », in Ant. Hist., vol.1, pp. 179-180.

38 Lobo (Américo), « Discours à l’Assemblée constituante du 15 décembre 1890 », in Ant. Hist., vol.1, pp. 179-180.

39 Sur ce débat, nous renvoyons à l’étude de Carvalho (José Murilho de), Os bestializados : o Rio de Janeiro e a República que não foi, São Paulo, Companha das Letras, 1987. L’auteur se demande pourquoi Rio de Janeiro, siège idéal du projet républicain, a délibérément rejeté toute possibilité de consolidation de la citoyenneté. Il analyse les conséquences de l’attitude passive (abstention électorale) ou active (révolte) des citoyens de Rio de Janeiro sur l’évolution de la República Velha.

40 Sur la vision positiviste à la fin du xixe siècle en Amérique latine, l’historien nord-américain Richard Morse, propose une très bonne synthèse dans son article : « Latin American Intellectuals and the City, 1860-1940 », in journal of American Studies, vol. 10, n° 2, 1978, pp. 219-238. Pour le cas des États-Unis, l’œuvre maîtresse est celle de Morton et Lucia White : « The Intelletual versus the City », in Burchard (James), Handlin (Oscar), org., The Historian and the City, Cambridge, The MIT Press, 1967, 293 p.

41 Pinto (Oliveira), « Discours à l’Assemblée Constituante du 13 décembre 1890 », in Ant. Hist., tome 1, pp. 1 76-177.

42 Paranaguá (Nogueira), « Discours à l’Assemblée constituante du 30 juillet 1891 », in Ant. Hist., tome 1, p. 200.

43 Aussi le député Fluminense Belisário de Souza rétorque-t-il en 1896, à ceux qui défendent la thèse de la protection de l’identité brésilienne : « En cette fin de siècle, de télégraphes, de téléphones, de courriers, de chemins de fer, de navigation et même de navigation aérienne, qui je crois est déjà inventée, il n’y a pas de caractère national qui puisse maintenir son intégrité complète ; elle doit par force souffrir l’influence du milieu », (« Discours à l’Assemblée Constituante du 2 juin 1896 », in Ant. Hist., tome 1, p. 316).

44 À ce sujet, nous renvoyons aux travaux de la sociologue Maria Isaura Perreira de Queiroz, qui sont une source importante sur ce thème : Os cangaceiros : les bandits d’honneur brésiliens, Paris, Julliard, col. Archives n° 34, 222 p.

45 Cunha (Euclydes da), Hautes terres (la guerre des Canudos), Paris, Métaillé, 1993 (éd. originale : 1903), p. 167.

46 Idem, p. 167.

47 Paranaguá (Nogueira), « Discours à l’Assemblée nationale, session du 19 décembre 1905 », Ant. Hist., tome 2, pp. 66-67.

48 Albuquerque (Medeiros E), « Éditorial », in A Notícia, Rio de Janeiro, 18-19 novembre 1904, p. 1

49 Paranaguá (Nogueira), « Lettre ouverte à l’Assemblée nationale »,1911, Ant. Hist., tome 2, p. 103.

50 Ozório (Paulo), La création de Belo Horizonte, jeu et enjeu politiques, Grenoble, Thèse de 3e cycle de l’institut d’Urbanisme de Grenoble, 1981, p. 26. Voir également l’étude de : Salgueiro, (Heliana Angotti), La casaque d’Arlequin : Belo Horizonte, une capitale éclectique au 19e siècle, Paris, éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1997, 471 p.

51 Afin de renforcer cette dimension monumentale conférée à la capitale, Aarão Reis explique que pour « les places, les avenues et les rues, ont été choisis des noms de villes, fleuves, montagnes, des dates historiques importantes de l’État de Minas et de l’Union, ainsi les noms des citoyens qui, pour leurs services rendus, méritent d’être perpétués dans la mémoire du peuple », (cité in Barreto (Abílio), Bello Horizonte-Memoria histórica e descriptiva : historia média (planejamento, estudo, construção e inauguração da nova capital, 1893-1898), Bello Horizonte, Edições da Livraria « Rex », 1936, p.245). L’onomastique des rues de Belo Horizonte doit aussi participer au développement du civisme.

52 Cité in Benchimol (Jaime Larry), Perreira Passos. Un Haussmann tropical, Rio de Janeiro, Biblioteca Carioca, 1992, p. 211.

53 Meade, Teresa A., « Civilizing » Rio : Reform and Resistance in a Brazilian city, 1889-1930, The Pennsylvania State University Press, 1997, p. 84.

54 Dans une conférence prononcée au Congrès International de Géographie de Genève (1908), le vice-consul des États-Unis du Brésil en Belgique, F.A. Georlette explique que « pour la construction du port, Frontin [ingénieur de Perreira Passos] fit également disparaître tous ces amas de « cortiços » ou cités ouvrières grouillantes de populations, tous ces « trapiches » ou magasins et entrepôts tombant en Ruínes et qui encombraient les innombrables ruelles et impasses du quartier maritime », in Lima (Oliveira) et Georlette (F.A.), Deux mémoires sur l’évolution de Rio de Janeiro, Anvers, Mission d’expansion économique du Brésil à Anvers, 1909, p. 34. Voir également à ce sujet notre article : « Le littoral brésilien à l’âge de la vapeur : villes-ports et réseaux de communications » in Alain Musset, coord., Les littoraux latino-américains : terres à découvrir, Paris, Éd. de l’IHEAL, 1998, pp. 71-83.

55 Needell, Jeffrey, A Tropical Belle Epoque : Elite and Culture in Turn of Century Rio de Janeiro, Cambridge University Press, 1987, p. 39.

56 Le nombre d’habitations détRuítes demeure encore aujourd’hui sujet à discussion. Les estimations s’échelonnent entre 641 (!) et 2 000 à 3 000 (voir Abreu (Maurício de A.), Evolução urbana do Rio de Janeiro, op. cit., p. 63).

57 Lima (Manuel de Oliveira), Georlette (F. A.), Deux mémoires sur l’évolution, op. cit., p. 34.

58 Sevcencko (Nicolau), A revolta da Vacina, mentes insanas em corpos rebeldes, São Paulo, Scipione, 1993, p. 67.

59 Almeida (Theodoro Figueira da), Brasília, a cidade histórica da América, texto completo da monografía que ocupou cinco páginas inteiras da edição de 30 de maio de 1930 do jornal « A ordem de grande circulação na cidade do Rio de Janeiro », Rio de Janeiro, s.e., 1960 (1 re éd. : 1930), 72 p.

60 Idem, p. 23.

61 Idem, p. 17.

62 Idem, p. 57.

63 Idem, p. 25.

64 La biographie de Theodoro Figueira de Almeida est publiée à la fin de la réédition de 1960 de sa monographie sur Brasília (pp. 62-72). Il est le petit fils d’un des grands jurisconsultes, parlementaire et homme d’État de l’Empire, le conseiller d’État Domingos de Andrade Figueira. Il est diplômé en 1908 de la faculté de Sciences Juridiques et Sociales de Rio de Janeiro. En 1915, il publie un opuscule (A missão da América) sur le rôle qui revenait au Nouveau Monde face à la guerre. En 1925, il trace le diagramme d’un plan systématique pour la solution des problèmes de la guerre et la sécurité de la paix mondiale. Il propose : l’annulation des dettes de guerre, la réduction générale des dettes internationales, le désarmement progressif, l’organisation d’une justice internationale. Parallèlement à cette carrière de juriste qui lui a valu le titre d’américaniste brésilien, il publie sous son nom ou sous pseudonyme (Th. Emerson), de nombreux articles et monographies dans la presse. Selon le biographe, « il a choisi un pseudonyme pour attirer à la lecture de ses articles les classes dirigeantes, afin qu’elles jugent son travail selon son propre mérite et non selon le mérite de l’auteur » (p. 63). En 1926, il fonde le journal A brasilidade, journal d’éducation morale et civique pour les jeunes, proposant une méditation sur le passé américain. En 1929, dans un article du Jornal do Comércio il propose une stratégie d’avenir pour l’État du Minas Gerais, étant donné l’échec de l’entente avec São Paulo : le Minas doit à tout prix obtenir un accès direct sur l’océan et à l’opposé, investir la « Méditerranée » brésilienne, le Planalto central, en lançant la construction de la nouvelle capitale brésilienne (édition du 30 mai 1929). Il revient sur le sujet en 1931 dans un opuscule intitulé Minas Atlântica.

65 Almeida (Theodoro Figueira de), op. cit., p. 23.

66 Selon Jean-Bernard Racine, « l’image du monde sous la forme d’un quadrilatère orienté selon les quatre points cardinaux, situé entre ciel et terre, suppose en effet que les forces originelles, chaotiques, qui ont permis l’émergence de l’univers, aient été maîtrisées ». (La ville entre Dieu et les hommes, Paris, Presses Bibliques Universitaires et Anthropos, 1993, p. 38).

67 Almeida (Theodoro Figueira de), op. cit., p. 25.

68 Idem, p. 34.

69 Idem, p. 38.

70 Idem, p. 35. « Voyez donc, chers lecteurs - qui par l’esprit, faites la première excursion dans la future métropole brésilienne! - L’exactitude des cadres historiques de la ville « Brasília », la séquence avec laquelle sont ici disposés leurs grands types représentatifs (...), l’association des idées qui s’opère si naturellement, comme si chacune de ces figures était indispensable à la compréhension et à la conclusion des faits du passé!... Voyez bien que, si tout se succède, il ne s’agit pas d’un fruit du hasard, mais de la propre Histoire qui se recompose, qui se mobilise, pour distribuer à chacun de ces types représentatifs le poste qui lui revient dans le scénario de la future métropole brésilienne » (Idem, p. 31).

71 Idem, p. 25.

72 Idem, p. 31

73 Idem, p. 50.

74 Racine (Jean Bernard), La ville entre Dieu et les hommes, op. cit., p. 7.

75 Almeida (Theodoro Figueira de), op. cit., p. 25.

76 Idem, p. 25.

77 Idem, p. 31.

78 Idem, p. 37.

79 Idem, p. 47.

80 Idem, p. 32.

81 Idem, p. 52.

82 Idem, p. 25.

83 Idem, pp. 26-27.

84 Idem, p. 31. Almeida rend hommage aux Indiens en donnant à plusieurs avenues le nom « des grands chanteurs de la brousse brésilienne (...), des princes de l’indianisme » (p. 28) : José de Alencar, Gonçalves Dias... Quant aux africains, l’avenue des Palmares (lieu-dit où les esclaves fugitifs se regroupaient au cours du xviie siècle) « rappelle, en même temps, l’action féconde des colonisateurs africains, en Amérique, et l’héroïsme de la race souffrante, en formulant sa première protestation contre l’esclavage, acte que l’histoire convertira en un acte sublime de la générosité des martyres indiquant à leurs bourreaux, le chemin de la liberté qu’eux-mêmes ignoraient! En effet, l’épopée des Palmares est aujourd’hui dans l’histoire de l’Amérique la première affirmation continentale des aspirations républicaines! », p. 30).

85 Idem, p. 42.

86 Idem, p. 48.

Table des illustrations

Légende FIGURE N° 15 : LES MEMBRES DE LA COMMISSION CRULS. LUIS CRULS EST ASSIS, LE 3E À PARTIR DE LA GAUCHE.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1472/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende FIGURE N° 16 : CARTE DU DISTRICT FÉDÉRAL ÉTABLIE PAR LA COMMISSION CRULS (1895). LES HACHURES INDIQUENT LES 4 000 KM PARCORUS À CHEVAL PAR LUIS CRULS.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1472/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende CARTE N° 3 : LE RECTANGLE CRULS.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1472/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende FIGURE N ° 17 : LA TENTE DE LUIS CRULS INSTALLÉE SUR LE SITE ACTUEL DU PLAN PILOTE DE BRASÍLIA.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1472/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende FIGURE N° 18 : POSE DE LA PIERRE FONDAMENTALE DE LA NOUVELLE CAPITALE (7 SEPTEMBRE 1922).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1472/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende FIGURE N° 19 : « LA VILLE DE RIO DE JANEIRO, PREMIÈRE CAPITALE D’AMÉRIQUE DU SUD ! »
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1472/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende FIGURE N° 20 : PLAN DE BELO HORIZONTE , NOUVELLE CAPITALE DE MINAS GERAIS (1897).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1472/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende FIGURE N° 21 : L ’AVENIDA CENTRAL À RIO DE JANEIRO.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1472/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende FIGURE N° 22 : BRASÍLIA, VILLE HISTORIQUE DE L’AMÉRIQUE (PLAN DE THEODORO FIGUEIRA DE ALMEIDA, 1930). L’ESPLANADE SANTOS-DUMONT INDIQUE LE NORD.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1472/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 381k

© Éditions de l’IHEAL, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable