Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Nova Lisboa à Brasília

 | 
Laurent Vidal

III. Imperatória ou le rêve d’un Saint-Pétersbourg tropical (1839-1878)

Texte intégral

« Quelle idée vraiment, d’aller reléguer la capitale du pays tout au bout du monde ! Et quelle nation bizarre nous sommes : notre capitale, c’était Kiev ; mais comme il y faisait trop chaud, nous avons transféré nos pénates à Moscou, et comme il ne faisait pas assez froid, nous nous en sommes pris à la Providence qui nous a gratifié de Saint-Pétersbourg. »
Nicolas Gogol, Notes sur Saint- Pétersbourg.

  • 1 Sur les projets politiques et économiques de l’Empire modernisateur, on pourra consulter l’étude c (...)

1Le modèle politique et économique autour duquel s’est structuré le jeune Brésil indépendant trouve rapidement ses limites et prouve son incapacité à faire du pays une nation moderne. La volonté de Dom Pedro I d’inscrire le développement national dans le prolongement des structures de l’administration coloniale, sa politique de conciliation également, ont empêché l’émergence d’un véritable projet national. Les libéraux au pouvoir pendant la période de la régence (1831-1840), après le retour de Dom Pedro I au Portugal pour prendre la succession de son père, parviennent seulement à sauvegarder l’unité nationale. Et encore, au prix d’une politique le plus souvent dure et répressive, pour lutter contre les fréquents mouvements régionalistes et les nombreux troubles sociaux. Les demi- mesures politiques, la volonté de maintenir en place les structures esclavagistes et le modèle économique agro-exportateur, n’ont pas permis au Brésil, dix-huit ans après son indépendance, de se démarquer clairement des structures coloniales et de mettre en avant son originalité nationale. Aussi, lorsqu’en juillet 1840 le jeune empereur Dom Pedro II, né au Brésil et âgé de 14 ans seulement, décide d’anticiper son accès au trône, sa décision suscite de nombreux espoirs. Il semble que s’achève en effet la « brasilianisation » du Brésil. Les enjeux de son arrivée au pouvoir sont énormes : on attend tout simplement de lui qu’il propose un nouveau projet national, qu’il légitime, vis-à-vis du Brésil et des Brésiliens d’abord, puis des nations étrangères ensuite, l’existence du Brésil indépendant, c’est-à-dire du Brésil-Nation, et qu’il démontre en quoi le Brésil-Nation se distingue du Brésil colonial, quant à sa capacité à proposer un projet de modernisation des structures économiques et sociales1. L’absence d’une véritable ligne de fracture lors de la période de l’indépendance rend la résolution de ces problèmes particulièrement délicate. Mais ce n’est qu’à ce prix qu’il pourra cimenter les morceaux raccommodés de l’Empire dont l’unité est encore fragile.

2L’établissement de ce nouveau projet - tant par son contenu idéologique que par sa dimension pratique - met à nouveau en balance la situation de la capitale. Dans un régime centralisé, l’État et son siège, la capitale, sont les moteurs du développement : Rio de Janeiro est-elle à même d’assurer cette tâche ? Sa fonction portuaire et commerciale n’est-elle pas une entrave ? De même, si la rénovation architecturale et urbanistique, avec l’adoption du style néo-classique, a suffi, lors des premières années de l’indépendance, à affirmer Rio de Janeiro comme capitale impériale, cette ville est-elle capable de symboliser l’identité nationale que l’Empire cherche à établir ? Le cosmopolitisme, caractéristique des villes portuaires, ne constitue-t-il pas une contrainte ?

  • 2 Varnhagen (Francisco Adolfo de), História geral do Brasil (isto é descobrimento, colonização, legi (...)
  • 3 Lettre de F.A. de Varnhagen à Dom Pedro II du 14 juillet 1857. Cité in Cuimarães (Manoel Luís Salg (...)

3Au croisement de ces trois enjeux, la définition de l’identité nationale, l’action modernisatrice, et la question de la capitale, se trouvent l’action et la réflexion d’un historien et diplomate, proche de l’Empereur : Francisco Adolfo de Varnhagen, Visconde de Porto Seguro (1816-1878). Âgé de 20 ans et encore étudiant à Lisbonne, il entreprend une recherche systématique de pièces et documents originaux déposés aux archives du Portugal, permettant de mieux comprendre l’œuvre de la colonisation portugaise et la formation du Brésil (figure n° 13). Il recopie scrupuleusement et commente des documents inédits qu’il propose à la publication, d’abord à l’Académie royale de Lisbonne, puis, à partir de 1838, au tout récemment créé Institut historique et géographique brésilien (IHGB), qui remarque rapidement ses talents et le nomme membre correspondant, en 1840. Dans son activité d’historien érudit, il s’attache à comprendre les fondements de l’État brésilien et corrélativement de la nation brésilienne. Considéré à juste titre comme le père de l’historiographie brésilienne, il rédige la première synthèse de l’histoire générale du Brésil. Il publie en 1854 le premier volume de son História geral do Brasil, descobrimento, colo- nização, legislação e desen- volvimento deste Estado, hoje Império independente, et en 1857, le deuxième volume qui s’arrête en 18222. Dans une lettre adressée à l’Empereur Dom Pedro II, il justifie ainsi la position de son ouvrage dans le cadre de la discussion sur le problème national : « En général, j’ai cherché des inspirations de patriotisme sans être odieux aux Portugais ou à l’Europe, dont les apports de l’illustration nous ont été si bénéfiques ; j’ai cherché à mettre un bémol à tant de déclamations et de servilité à la cause démocratique ; et j’ai tenté de discipliner certaines idées vagues de nationalité3... »

FIGURE N° 13 : FRANCISCO ADOLFO DE VARNHAGEN, VISCONDE DE PORTO DE SEGURO (1816-1878).

  • 4 Varnhagen (Francisco Adolfo de), « Carta ao Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro », in Revi (...)

4Sa tentative de définition de la nationalité brésilienne semble en tout point opposée à celle de José Bonifácio auquel il voue d’ailleurs le plus profond mépris. Ce dernier faisait du métissage la base de la société nationale, tout en s’inquiétant de la difficulté du « mélange de tant de métaux hétérogènes en un corps solide et politique ». Varnhagen pose le problème en des termes différents : la construction de l’idée de nation ne repose pas sur une opposition à l’ancienne métropole portugaise. Bien au contraire, la nouvelle nation brésilienne se reconnaît comme continuatrice d’une certaine œuvre civilisatrice engagée par la colonisation portugaise. D’où la méfiance de Varnhagen par rapport à toute manifestation de nationalisme portée par des petites gens ou des groupes écartés du pouvoir. Cette perception de la nationalité brésilienne à travers le prisme de l’action civilisatrice de l’État (portugais puis brésilien) conduit tout naturellement Varnhagen à s’intéresser à la question de la capitale brésilienne. Si l’État est le coagulateur de la nationalité, alors son siège, la capitale, acquiert une importance stratégique dans cette action. Aussi, dès 1839, Varnhagen, encore étudiant à Lisbonne, rendant compte dans une lettre à l’IHGB de ses recherches concernant l’histoire et la géographie du Brésil, annonce qu’il a réuni un important matériel documentaire, « qui [lui] permettra pour le futur de proposer un projet de divisions et subdivisions territoriales ; un local plus convenable pour la capitale de l’Empire, [mais que] cette œuvre est de si grande ampleur qu’elle ne verra pas le jour de si tôt4. »

  • 5 Varnhagen (Francisco Adolfo de), Memorial Orgânico que a consideraçam das assembleas geral e provi (...)
  • 6 Varnhagen (Francisco Adolfo de), A questão da capital : marítima ou no interior ?, Brasilia, Thesa (...)

5C’est en effet en 1849, soit dix ans plus tard, qu’il publie à Madrid, où il est en poste, le Memorial Orgânico5 ouvrage qui consacre de très nombreuses pages à la question du transfert de la capitale, question qu’il envisage dans le double cadre de la modernisation du pays et de la réflexion sur l’identité nationale brésilienne. En 1851, il publie un supplément au Memorial Orgânico, et revient encore sur le problème de la capitale. En 1877 enfin, âgé de 61 ans, malade et fatigué, il demande un congé exceptionnel de six mois de son poste d’ambassadeur du Brésil en Autriche, pour entreprendre un voyage à l’intérieur du Brésil central afin de visiter la région qu’il avait si souvent suggérée pour la fixation d’une capitale intérieure. Il meurt quelques mois après (1878), sans avoir eu le temps de publier l’intégralité des notes prises au cours de son voyage d’étude scientifique, mais en ayant réuni l’ensemble de ses écrits antérieurs sur la question de la capitale brésilienne dans un ouvrage édité à Vienne en 1877 : A questão da capital : marítima ou no interior ?6

6Pendant 40 ans, Varnhagen a donc représenté les intérêts de l’État brésilien à l’étranger, réfléchi à la formation nationale du Brésil et proposé des mesures concrètes pour une modernisation du pays. L’ensemble de son œuvre, et tout particulièrement, sujet qui nous intéresse au premier titre, son engagement dans le projet de transfert de la capitale brésilienne, doivent être lus à la double lumière de son action de diplomate, engagé dans le processus de modernisation du Brésil, et de sa réflexion d’historien, engagé dans la compréhension de la formation du « Brésil moderne » et de la nationalité brésilienne.

VARNHAGEN ET LA GÉNÉRATION ROMANTIQUE : VILLE ET IDÉE NATIONALE

  • 7 Ce lien entre l’urbanisation brésilienne du XIXe et l’apparition de la culture du café est fréquem (...)
  • 8 Merquior (José Guilherme), De Anchieta a Euclides : breve historia da literatura brasileira, Rio d (...)

7Ces idées nouvelles qui agitent le Brésil au milieu du xixe siècle et tentent de lui donner de nouvelles lignes directrices, puisent également leurs racines dans un mouvement de recomposition des activités économiques et sociales : la décadence des cultures traditionnelles - canne à sucre, coton, tabac - et le développement parallèle du café, qui se distingue de l’économie sucrière par l’accentuation des caractéristiques capitalistes, et par le rôle nouveau qu’assument les activités urbaines dans sa production. La viabilité économique de la culture du café a fortifié le rôle de la ville et permis l’augmentation des métiers spécifiquement urbains : professions libérales et services de l’État7. Ce nouveau temps urbain, ces attentes d’une société en transformation, trouvent leur expression la plus aboutie dans le romantisme, « notre premier système littéraire doté (...) d’une conscience programmatique de la brasilianité8 » écrit José Guilherme Merquior.

  • 9 Bosi (Alfredo), História concisa da literatura brasileira, São Paulo, Cultrix, 1990 (3e éd.), p. 1 (...)

8Cette génération romantique diffuse le mythe de la « terre-mère », orgueilleuse de son passé et de ses fils, confiante en son futur. José de Alencar explore le filon du régionalisme ; Bernardo Guimarães, Alfredo d’Escragnolle Taunay et Franklin Tavora, celui du « sertanisme », dont Alfredo Bosi explique qu’il est né « du contact d’une culture citadine et lettrée avec la matière brute du Brésil rural, provincial et archaïque9. » Cette préoccupation vis-à-vis du Sertão, de l’intérieur, permet de condamner le Brésil littoral et urbain, où transparaît l’influence externe, comme représentant d’un faux Brésil. Le véritable Brésil, le Brésil original, le Brésil pur, est celui de l’intérieur, celui du Sertão imperméable aux influences extérieures, conservant à l’état naturel les traits nationaux. Du coup, la civilisation maritime héritée des Portugais est vivement dénoncée. La mer devient le lieu du risque et du danger pour le Brésil impérial et les villes maritimes sont dénoncées comme des foyers de perversion.

9Entre rupture et continuité se profilent les traits de la nationalité brésilienne. Un tel débat ne manque pas d’interroger la capacité de l’ancienne capitale coloniale à incarner et traduire « visuellement » cette nouvelle nationalité. Peut-on en effet, alors que la mer est perçue comme le symbole même de l’exploitation coloniale, comme l’un des éléments qui a contribué à structurer l’organisation économique et sociale du Brésil colonial, peut-on continuer à abriter la capitale d’une nation et d’un État indépendants dans un port maritime ? Non, répond Varnhagen :

  • 10 Varnhagen (Francisco Adolpho de), Memorial Orgânico..., op. cit., pp. 5-6.

« Aujourd’hui que nous ne sommes plus colonie, que nous n’avons plus besoin de dépendre de Lisbonne et que les avantages d’avoir une capitale au bord de la mer ne compensent pas la faiblesse et les compromissions qui peuvent en résulter pour la nation, et les autres nombreux avantages qui peuvent résulter du transfert vers l’intérieur, nous posons comme principe que la capitale de l’Empire ne doit pas être dans un port maritime, d’autant plus qu’actuellement, nous pouvons faire communiquer en quelques heures, un quelconque point du Sertão avec la côte10. »

  • 11 Idem., p. 4.

10La critique de Varnhagen, replacée dans le contexte de la réflexion sur le profil de la nation brésilienne, érige Rio de Janeiro en symbole de la « compromission » des principales villes brésiliennes avec le commerce international. Selon lui l’inaptitude de Rio comme de Salvador d’ailleurs à représenter la nationalité brésilienne « procède justement de la prérogative avec laquelle toutes deux se recommandent au commerce11. » Non pas que cette activité soit condamnable - elle fait vivre une partie non négligeable du Brésil - mais plutôt parce qu’elle incarne la continuité avec le modèle colonial d’exploitation et surtout induit une société urbaine cosmopolite. Ce que dénonce alors Varnhagen c’est que le Brésil, et pas n’importe quel Brésil, le Brésil des forces vives, le Brésil urbain, s’organise toujours autour d’objectifs extérieurs.

11À travers cette remarque, on perçoit aisément combien l’image de la ville parmi les groupes dominants, a changé. Il ne s’agit plus, comme pendant la colonie ou lors des premières années de l’indépendance, de condamner en bloc la grande ville et les valeurs d’urbanité, mettant en péril les valeurs traditionnelles, patriarcales, de la société brésilienne. La ville n’apparaît plus comme une entité autonome, un appendice de la civilisation, elle s’impose comme la condition du changement. Mais sa maîtrise et son contrôle n’en sont que plus urgents. La grande ville portuaire, par exemple, amplifie, par l’accumulation des hommes, les maux de la société brésilienne. L’insalubrité favorise la prolifération des épidémies, comme la fièvre jaune qui a élu domicile dans les grandes villes du littoral, dès la fin des années 1840.

  • 12 Idem, p. 12.

12Voilà pourquoi Varnhagen rejette la possibilité d’utiliser une ville déjà existante comme siège de la future capitale, sans toutefois justifier cette idée par une méfiance générale par rapport à la ville. Sa logique est purement utilitariste : « toutes ont le vice de l’origine provenant d’une richesse qu’elles ne possèdent déjà plus. Leur position, leur site, leur création procèdent de l’existence d’une mine où l’on a passé son temps à chercher de l’or, et à côté de laquelle, les mineurs ont édifié irrégulièrement leurs premières baraques près des décombres et des détritus rejetés par l’exploitation de l’or12. » Et l’effet est beaucoup plus sensible dans les villes de l’intérieur où le caractère relativement instable du réseau urbain est marqué par le phénomène caractéristique des « villes mortes », villes qui déclinent aussitôt que disparaît ou se raréfie le produit qui leur a donné vie.

13Suivant le raisonnement de l’auteur, une capitale devant d’abord remplir des fonctions politico-administratives, c’est à partir de ces fonctions que l’on doit définir la position, puis le site et enfin le modèle d’organisation interne de la ville qui devra l’abriter.

  • 13 Idem, p. 12.

« Mais si, abandonnant l’idée de trouver déjà faite et terminée la ville qui nous convient, nous nous résolvons à en fonder une, selon les conditions nécessaires à toute capitale de pays civilisé aujourd’hui, le véritable lieu pour elle, c’est la nature même qui l’indique... C’est à l’endroit où se trouvent les sources des affluents Tocantins et Paraná, deux des grands fleuves qui embrassent l’Empire, c’est-à-dire, l’Amazonie et la Plata, avec celles du São Francisco (...). C’est ce site suffisamment central et élevé, d’où partent tant de veines et d’artères irriguant la totalité du corps de l’État, que nous imaginons être son véritable cœur ; c’est ici que nous jugeons que le siège du gouvernement doit être fixé13. »

14À l’idée de fonction urbaine, Varnhagen ajoute celle de système de circulation, cherchant par là-même à démontrer la nécessité de critères rationnels et scientifiques pour l’établissement de la nouvelle capitale, et la nouvelle place du Brésil parmi les nations modernes. Après avoir rejeté le modèle d’organisation hérité de l’option mercantile et maritime, qui a marqué l’œuvre coloniale portugaise, Varnhagen se tourne alors vers l’intérieur du pays pour y chercher les fondements d’une nouvelle organisation possible. L’intérieur est le lieu de rédemption du Brésil-Nation ; l’homme de l’intérieur, le sertanejo, l’instrument de cette rédemption.

  • 14 Texte publié dans la Revista Guanabara en 1851 et repris in A questão da capital..., op. cit., p.  (...)

« La forteresse du Brésil est au centre de Minas : les actifs habitants de cette importante province se sont infiltrés du cœur de l’Empire où ils habitent jusqu’aux ultimes extrémités. (...) Une conviction intime, indéfinie et inexplicable nous dit que de ces parages dont les mines ont servi à attirer les colons au Brésil, (...) doit partir notre régénération sociale, formant un noyau aux bases plus solides et pures que celles qui ont soutenu la civilisation, presque uniquement commerciale, des ports et villes maritimes. L’idée de ce noyau civilisateur fut celle qu’ont eu les Incas du Pérou quand ils se retirèrent à Cuzco14. »

15Le Mineiro (l’habitant du Minas Gerais) doit donc accompagner l’œuvre de l’État brésilien dans la mise en valeur du territoire et le transfert de la capitale. Il est intéressant de remarquer que quelques décennies plus tard, le Pauliste (l’habitant de São Paulo) sera représenté comme l’incarnation du dynamisme brésilien. Si Varnhagen, l’homme d’État, privilégie l’action des Mineiros au détriment de celle des Paulistes, c’est en raison des liens particuliers qui unissent la province de Minas Gerais aux structures étatiques. Sous la colonie, cette province était dirigée directement par l’État portugais, en raison de l’importance économique de l’activité minière. Son destin est donc lié à celui de l’État. Et Varnhagen tient à ce que l’État soit le maître d’œuvre du nouveau Brésil. En revanche, la province de São Paulo s’est souvent manifestée par son attitude rebelle à l’autorité centrale, par une grande indépendance d’action. Le Minas Gerais et les Mineiros sont aux yeux de Varnhagen l’incarnation de la modernité brésilienne, porteurs et symboles de l’identité nationale brésilienne.

  • 15 Varnhagen (Francisco Adolfo de), Memorial Orgânico, op. cit., pp. 10-11.

16Ce retournement, ce repli vers l’intérieur à la recherche d’une identité nationale épurée, a mobilisé la génération romantique voyant dans cet espace bien souvent vierge, un lieu d’une extraordinaire plasticité, pouvant accueillir toutes sortes d’expérimentations sociales. Varnhagen contribue également à propager ce mythe de la Terre Vierge, mais avec une finalité toute différente : « (...) aux lointains sertões il faut, pour qu’ils sortent de l’état quasi-naturel, y implanter avec vaillance la souche de la civilisation, et il ne peut rien y avoir de mieux que d’y bâtir la propre capitale, qui dans tous les royaumes est le lieu du luxe...15. » l’intériorisation de la civilisation est un des arguments clés de la pensée de Varnhagen. Ce qui explique qu’il n’ait pas cru bon d’accorder crédit à Petrópolis, la nouvelle capitale d’été de l’Empire, construite à partir de 1843, à près de cent kilomètres de Rio de Janeiro, sur les hauteurs de la Serra das Estrelas. Pourtant, la construction de Petrópolis constitue le premier projet de capitale du Brésil indépendant mené à terme.

17Dès 1830, en effet, Dom Pedro I projette de faire construire un palais impérial, hors de Rio de Janeiro, pour accueillir des visiteurs européens non habitués à la chaleur tropicale. Il acquiert alors une propriété située sur la barre montagneuse qui sépare la province de Rio de Janeiro de l’intérieur du pays. Mais l’abdication de l’Empereur en 1831 met un terme au projet. Dom Pedro II n’abandonne pas l’idée et approuve par un décret du 16 mars 1843 un plan de colonisation et d’occupation de la région. Ce décret, acte fondateur de Petrópolis, prévoit la construction d’un palais impérial, d’une église et l’installation d’un noyau de peuplement. Et l’Empereur souhaite en profiter pour expérimenter un nouveau projet social, en faisant reposer la construction et l’organisation de la ville sur un plan de colonisation européenne. Le major et ingénieur allemand, Júlio Frederico Koeler, est nommé responsable du tracé et de l’organisation de la ville nouvelle. De nombreux colons allemands, suivis de quelques Français, Italiens et Portugais, arrivent dès 1843. Pendant la seule année 1845, 2 000 personnes s’installent et établissent une première colonie agricole. Cette expérience échoue néanmoins très rapidement : les meilleurs terrains ont été achetés par l’Empire ; les lots distribués sont de petite taille... Ce sont donc seulement les œuvres de construction de la ville impériale qui donnent vie à la colonie allemande.

18Le plan urbanistique de Koeler constitue une grande innovation pour le xixe siècle : il cherche à harmoniser l’occupation humaine avec les éléments caractéristiques du paysage naturel, formé par les montagnes, les fleuves et les surfaces arborisées (figure n° 14). Koeler divise la ville en douze quartiers, chacun avec une place. Suivant le cours des principales rivières et ruisseaux, il dessine une forme tentaculaire. L’utilisation des cours d’eau est à la base du plan, puisqu’ils servent d’axes de circulation et d’occupation humaine. Les rues sont construites sur les rives et les bâtiments sont disposés parallèlement aux rivières. Dans le centre de Petrópolis, où se trouve le palais impérial, les rues arborées sont tracées dans le respect de la topographie, parcourues de petites places fleuries. Les constructions bordant les rues possèdent, suivant les indications de Koeler, des parterres de végétation et de fleurs, protégés mais visibles depuis la rue. Petrópolis est peut-être la première ville brésilienne où le nouveau rapport des classes dominantes à la ville, où l’urbanisation des mœurs des élites, si bien décrite par Gilberto Freyre, trouvent une illustration urbanistique complète. Le style architectural qui marque les bâtiments officiels de Petrópolis est le néo-classicisme. Manifestement, l’enseignement de Grandjean de Montigny a porté ses fruits. Koeler construit des palais et des édifices publics marqués par la connaissance de l’antique. Cette architecture claire dans ses parties, simple dans ses structures et ses techniques de construction séduit par la pureté de ses formes qui s’intègre avec naturel dans le paysage de la Serra das Estrelas. Ainsi le palais impérial concilie-t-il élégance, solidité et simplicité. La façade est décorée avec des colonnes ioniques et corinthiennes. Le fronton de l’entrée principale présente les armoiries de l’Empire ainsi que les dragons de Bragance, symboles de la fidélité, le Sceptre et la main de la justice. Les jardins du palais sont dessinés en 1864 par le botaniste français Jean-Baptiste Binot. Des palmiers impériaux entourent l’édifice. De style anglais, ces jardins comportent toutes sortes d’arbres exotiques, nationaux et étrangers, des fleurs et des espèces végétales variées.

FIGURE 14 : LE PALAIS IMPÉRIAL DE PETRÓPOLIS (VERS 1855).

19L’audace du plan urbanistique et le style néo-classique ne doivent pas cependant masquer la réalité de Petrópolis : la ville n’est qu’une capitale d’été où l’Empereur aime à se reposer. La ville de Rio de Janeiro conserve toutes ses prérogatives dans la gestion et l’administration de l’Empire. Il convient donc de concevoir la construction de Petrópolis comme une expérience, une première tentative de spatialisation du caractère national brésilien. Avec une originalité cependant : l’appel à une colonisation européenne.

  • 16 Idem, p. 12.
  • 17 Idem, p. 34.

20Pour originale et audacieuse qu’elle soit, Petrópolis ne peut en aucun cas, aux yeux de Varnhagen, remplir les tâches dévolues à la capitale d’un si vaste pays. Elle est encore beaucoup trop proche du littoral, pour servir de centre d’irradiation du progrès. Car cette centralité de la capitale présente aux yeux de Varnhagen bien d’autres vertus, comme celle de participer à l’urgente tâche de l’intégration raciale du Brésil. Ainsi localisé, « le gouvernement sera plus à même de prendre des mesures pour les indiens, au sujet desquels on parle peu, encore que mal, à Rio16. » Varnhagen, dans son activité d’historien, accorde un intérêt particulier à l’étude des indiens, de leurs langues, de leurs légendes, de leurs faits et actes avant et pendant la colonisation. Sans pour autant céder à la vision ultra-romantique de certains romanciers réifiant en l’indien un idéal sauvage. Il se pose même radicalement contre le projet du romantisme littéraire visant à transformer l’indien en représentant de la nationalité brésilienne : « Nous n’avons pas d’autre recours, pour ne pas attendre des siècles dans l’espoir qu’ils veuillent se civiliser, que de déclarer la guerre à ceux qui ne se résolvent pas à se soumettre, et à occuper par la force ces terres qu’ils volent à la civilisation17. »

  • 18 Idem, p. 8.

21Par un jeu d’inclusion/exclusion, la nation brésilienne est définie peu à peu : inclus les indiens civilisés et les blancs porteurs de la civilisation, exclus les indiens rétifs à l’œuvre civilisatrice européenne, tout comme les esclaves noirs : « L’esclavage des Africains rend le pays esclave de lui-même ; car la captivité, véritable tumeur, torture les esclaves et leurs maîtres. Il est urgentissime d’empêcher qu’il en entre plus (...) avant de voir le beau et souriant Brésil - notre Patrie - convertie en une crasseuse Guinée18. » Cette position de Varnhagen est dictée par le réalisme politique, démontrant ici combien la réflexion autour de l’identité nationale brésilienne ne peut se satisfaire de débats purement idéologiques. L’identité brésilienne est ainsi un instrument pratique au service de la politique impériale. La position de Varnhagen sur l’échiquier politique brésilien est cependant originale. Dénonçant l’attitude passive de l’Empire face au problème de l’esclavage, il n’adhère cependant pas aux thèses abolitionnistes de certains intellectuels, qu’il qualifie de pseudo-philanthropiques, et encore moins à la propagande libérale de l’Angleterre qui réclame depuis plusieurs années l’abolition de l’esclavage au Brésil, au nom du principe du travail libre. L’attitude des grands propriétaires du Nordeste qui, en raison de l’effondrement des prix de leurs produits sur le marché international, vendent peu à peu leurs esclaves aux propriétaires des plantations de café - en adhérant aux thèses anti-esclavagistes -, ne le convainc pas non plus. Il se range plutôt aux côtés d’un petit groupe de caféiculteurs ne voyant plus d’avenir au système esclavagiste brésilien, en raison des pressions internationales et des lourdeurs administratives du système. Si les abolitionnistes veulent libérer les noirs, les caféiculteurs préfèrent plutôt les substituer peu à peu. Telle est d’ailleurs la proposition concrète de Varnhagen :

  • 19 Idem, p. 31.

« Nous suggérons ici l’application d’une idée partagée par certaines personnes sur le meilleur moyen de dispenser peu à peu le Brésil du service des esclaves : celle d’interdire qu’ils entrent dans les villes de plus de dix mille habitants. Sans eux, les personnes libres ne se vexeront pas, dans les villes, de travailler à des ouvrages serviles (...). Les esclaves iront alors tous travailler dans les champs, et avec eux, ceux qui affirment ne pouvoir se passer d’eux19. »

  • 20 Idem, p. 11.

22L’abolition créerait un trop grand traumatisme libérant d’un coup une importante force de travail, pouvant également mettre en péril « l’équilibre des races » recherché par Varnhagen. Une substitution progressive, comprenant l’abolition du trafic, la reconnaissance du statut de personne libre aux fils d’esclaves et le départ de certains esclaves, paraît une solution réaliste, capable d’assurer la stabilité de l’Empire. Ce dernier emprunte d’ailleurs la voie suggérée par Varnhagen à deux occasions : en 1850 avec l’abolition du trafic et en 1871 avec la loi du « ventre libre » qui accorde la liberté aux enfants d’esclaves. Varnhagen propose également d’appliquer ces dispositions à la nouvelle capitale : « Étant sur des terres élevées où l’air est plus fin et correspond à celui de l’Europe, et légiférant dès à présent pour qu’il n’y ait plus d’esclavage dans la capitale et ses alentours, alors une importante colonisation étrangère affluera spontanément20. » Voici donc le « produit de substitution » par excellence du noir : le colon européen. L’appel à la colonisation européenne entre ainsi dans la logique de la définition du Brésil comme nation de culture et de civilisation européenne.

  • 21 Idem, p. 36.

23Il ne faut donc pas chercher de contradiction dans l’affirmation de Varnhagen (idée épousée par d’autres historiens, romanciers ou hommes politiques) selon laquelle la nation brésilienne est une création de l’Empire, une réaction contre le modèle colonial d’exploitation des Portugais, mais que l’action de cette jeune nation s’inscrit dans la continuité de l’œuvre civilisatrice des Portugais. La première proposition vise à affirmer l’indépendance à l’égard de la nation-mère et la deuxième à légitimer la position prééminente de la population blanche qui contrôle l’appareil d’État et préside aux destinées de la nation. L’appel à la colonisation européenne sert à conforter cette option de développement. Cependant, cette immigration doit être contrôlée et maîtrisée pour répondre aux objectifs de l’Empire. Dans la perspective de la mise en valeur de l’intérieur, il convient de favoriser l’implantation de colonies agricoles. Pour cela Varnhagen propose de leur réserver des districts et des villes sans esclaves. Outre ces colons agricoles, pour l’œuvre modernisatrice de l’Empire, la nation a besoin de « gens utiles en sciences, arts et offices21. »

  • 22 Idem, p. 10.

24Si la nation est de filiation culturelle européenne, alors sa capitale doit l’être également. Rio de Janeiro accuse un passif de capitale coloniale. Petrópolis, quoique construite à partir et en fonction d’une immigration européenne, n’est qu’une ville-résidence d’été pour l’Empereur. C’est donc à la nouvelle capitale, Imperatoria, qu’échoit la tâche d’incarner l’idée d’une nation européenne : étant peuplée par une population brésilienne blanche et par des colons européens, le choix de son site doit également « satisfaire au principe essentiel du climat exigé par Montesquieu22 » :

  • 23 Idem, p. 14.

« La position de notre capitale sera en tout point analogue à celle de Mexico située comme peu de capitales en pleine terre ; et elle satisfera complètement au grand principe du choix d’une localité de climat plus froid, pour situer la capitale d’un grand État intertropical - principe que Montesquieu a prouvé être fondamental pour l’histoire de l’humanité en Asie ; vu qu’un tel climat permet au gouvernement et aux habitants de développer plus d’énergie, comme cela a déjà fonctionné avec les Mineiros qui, augmentant en nombre et population, sont devenus plus forts que les Fluminenses [habitants.de la province de Rio de Janeiro]23. »

  • 24 Idem, p. 13.

25La référence à la théorie du climat de Montesquieu a pour Varnhagen une finalité précise : permettre de choisir la position qui « convient le mieux à notre race24 », c’est-à-dire à l’Européen et à ses descendants directs brésiliens. Dès lors, poursuit Varnhagen :

  • 25 Idem, p. 11 et p. 15.

« Comme la localité que l’on devra préférer devra être située entre les 15° et 16° de latitude, il convient qu’elle soit élevée d’au moins 3000 pieds au dessus de la mer, afin que les airs y soient purs et agréables. Cette condition est essentielle et facile à développer (...). La recommandation se fonde sur la théorie selon laquelle à la même latitude la température est plus fraîche à mesure que l’on s’élève. La loi du rafraîchissement est sujette à de nombreuses conditions développées par le grand Humboldt dans l’article de climatologie de son Cosmos, livre qu’il conviendra de connaître lorsqu’on choisira le site de la capitale25. »

26Avec ce raisonnement, la boucle de la démonstration semble se refermer. Partant d’un principe qui correspond aux nécessités politiques de l’Empire - asseoir sa légitimité sur l’idée d’une nation européenne - Varnhagen fait de la nouvelle capitale le symbole de cet objectif, suggérant qu’elle puisse drainer une importante immigration européenne et surtout, par le choix d’une position climatique appropriée, mettre en valeur les capacités industrieuses du Blanc européen - celui-là même qui a fait du Brésil une nation moderne.

  • 26 Varnhagen (Francisco Adolfo de), A questão da capital..., op. cit., p. 25.

27Varnhagen entreprend alors un voyage en 1877 à l’intérieur du Brésil, « jusqu’à la province de Goiás, par nos routes primitives, pour, de visu, et comme l’ancien ingénieur, reconnaître ces lieux remarquables que la contemplation des cartes nous avait révélés26. » Ce voyage a un caractère officiel. Le Ministre de l’Agriculture, Tomás José Coelho de Andrade, dans un document daté du 14 juin 1877, charge en effet Varnhagen de rechercher et d’indiquer les régions favorables à l’implantation de colonies européennes au Brésil.

28Dans une lettre qu’il adresse au ministère de l’Agriculture le 28 juillet 1877, depuis Vila Formosa da Imperatriz (Goiás), il décrit alors plusieurs sites appropriés à une colonisation européenne dans les provinces de São Paulo, Minas Gerais et Goiás.

  • 27 Idem, p. 28.

« Dans la vaste extension que je viens de parcourir, il y a cependant une région non moins appropriée à offrir des localités favorables à l’établissement de colons européens (...). Je me réfère à la belle région située dans le triangle formé par les trois lacs Formosa, Feia et Mestre, avec des terres élevées à plus de 1 100 mètres au dessus du niveau de la mer (...).
Je n’entrerai pas ici, M. le Ministre, dans la question de la haute convenance pour l’Empire et pour Rio de Janeiro du transfert de la capitale ; question que je me réserve de discuter dans une publication non officielle. Mais je ne peux pas ne pas profiter de cette occasion pour recommander l’importance, dans tous les sens, de la région mentionnée, au sol fécond, où vaincront et prospéreront toutes les semences que l’on y lancera27. »

29Varnhagen fait ainsi de la nouvelle capitale Imperatoria, située en un lieu favorable à l’installation d’une colonie européenne, la capitale d’un Empire qu’il affirme délibérément européen. Mieux encore, il démontre combien Imperatoria est l’héritière directe de l’œuvre civilisatrice européenne. Varnhagen s’attache en 1877 dans son opuscule, A questão da capital : marítima ou no interior ?, à établir la chronologie des projets de transfert de la capitale vers l’intérieur du territoire. Il veut ainsi démontrer que cette idée avait déjà été caressée sous le règne de Dom João VI alors que le Brésil n’était qu’une simple colonie. Il évoque les noms du Conseiller Veloso de Oliveira, de Hipólito José da Costa, de José Bonifácio, des députés des Cortes de Lisbonne, etc. L’historien prend alors le pas sur l’homme d’État pour expliquer que le transfert de la capitale correspond non seulement à une nécessité pratique, mais également à une réalité historique. Cette approche est essentielle dans le cadre du débat sur le transfert de la capitale : elle ajoute l’argument de la continuité historique, des antécédents historiques. Elle contribue à fonder historiquement le projet d’une nouvelle capitale.

30L’Imperatória de Varnhagen est ainsi en totale symbiose avec le nationalisme didactique et avec la conscience sociale éminemment élitiste et utilitaire de la génération romantique des années 1840-1870. Ce nationalisme est un concept opérationnel au service d’une idée maîtresse : la modernisation.

IMPERATÓRIA, UNE VILLE AU SERVICE D’UN PROJET MODERNISATEUR

  • 28 Ianni (Otávio), A idéia do Brasil moderno, São Paulo, Brasiliense, 1992, p. 162.

31La modernisation est alors le grand défi de l’Empire : la mise en adéquation du pays avec les normes du « progrès » ne peut passer que par l’intégration de l’intérieur du pays dans le cadre d’un vaste marché interne, et l’homogénéisation d’une société perçue comme « dispersée dans le temps et dans l’espace », selon la belle formule d’Otávio lanni28. L’État est alors présenté comme le grand ordonnateur de cette politique. Dans ces conditions, ce mouvement de modernisation pour lequel la vitesse de transmission des informations est synonyme d’efficacité, met concrètement l’État et les élites en face du problème de la localisation d’un centre de décision politique bien trop excentré pour accomplir cette tâche d’une urgente nécessité.

  • 29 Abreu (João Capistrano de), Os caminhos antigos e o povoamento do Brasil, Brasília, Editôra UnB, 1 (...)

32Varnhagen est convaincu que l’intégration de l’Empire repose d’abord sur le développement des voies de communications. Pour cela, dès 1849, il suggère comme première mesure, un redécoupage administratif de l’Empire. Le découpage actuel, affirme-t-il, est héritier de l’époque coloniale : son tracé ne se justifie que dans le cadre de la politique du colonisateur. Aussi, dès lors que l’objectif de l’Empire est de mettre en valeur les richesses de l’intérieur, ces divisions ne se justifient plus. : « Au début du xixe siècle, écrit ainsi l’historien Capistrano de Abreu, tout le pays était relié, bien qu’imparfaitement, au moyen de voies terrestres et fluviales. Cela suffisait-il pour former une communauté, une nationalité ? Le système colonial était caractérisé par la divergence, le particularisme ; le centre était au-delà de l’océan29. » D’où la proposition de Varnhagen, illustrée par une carte publiée dans le Mémorial Orgânico (carte n° 2), d’un découpage du Brésil en 19 départements, afin

  • 30 Varnhagen (Francisco Adolfo de), A questão da capital..., op. cit., p. 20.

« (...) de donner à chaque département une extension de territoire proportionnée à celle des autres ; une population et une richesse suffisantes pour qu’ils jouissent rapidement de la même importance et puissent par la réunion de plus de capitaux entreprendre de grands travaux en faveur du département. (...) Pour mieux aider au développement des ressources de l’intérieur et même pour mieux lier le système de concentration et de conciliation du pays avec lui-même, nous proposons que les centres gouvernementaux soient à l’intérieur des départements30. »

33Il conseille pour abriter les capitales de chaque département de préférer des petites villes qui, du fait de leur fonction de capitale, vont drainer vers elles une importante population, et pourront être reliées, par route ou par train, aux principales métropoles. Par exemple, pour le département de São Paulo, il propose la ville de Sorocaba (dont il est originaire !), pour le département de São Sebastião, la ville de Barbacena (et non pas Rio de Janeiro), etc., et pour le département « principal », siège de la capitale, la ville d’lmperatória. La localisation de cette dernière, obéit à d’autres critères puisqu’elle doit être, tout d’abord et autant que possible, située à un point naturel de liaison des principales régions du Brésil :

  • 31 Idem, p. 12.

« Comme nous ne connaissons pas par cœur toute la configuration et la structure du Brésil, regardons une carte, qui nous indique une situation comme il n’y en a pas deux et comme aucun autre pays n’en aura. C’est celle qui se trouve aux sources des affluents - Tocantins et Paraná - des deux grands fleuves qui embrassent l’Empire, c’est-à-dire l’Amazonie et le Prata, et aux sources du São Francisco, qui après avoir traversé le Brésil par le milieu, débouche à mi-distance de toute l’extension de notre littoral, à mi-distance également de la ville de Bahia et de Pernambouc. C’est dans ce lieu suffisamment élevé et central, d’où partent tant de veines et artères qui vont circuler par tout le corps de l’État que nous imaginons être son véritable cœur ; et nous jugeons que c’est ici que doit être fixé le siège du gouvernement de l’Empire.
Mais restreignons le territoire à l’intérieur duquel, dans ces parages, devra être choisie la position la plus convenable pour le siège de la ville.
Ses limites devront être offertes par les trois mêmes fleuves qui font la position si avantageuse : il doit être compris dans le triangle formé par les trois ports les plus proches ; ou si l’on veut par le cercle qui passe par ces trois points. La situation recherchée devra toujours être à égale distance, approximativement, de cinq points : Rio, Bahia, Oeiras, Cuiabá et Curitiba31. »

CARTE N° 2 : CARTE DE FRANCISCO ADOLFO DE VARNHAGEN (1849).

34La position de la capitale impériale, au cœur de ce système fluvial dont l’apport à l’intégration nationale fut essentiel, doit être renforcée par la construction d’un réseau de communications terrestres (routes et voies ferrées), mettant Imperatoria en relation rapide avec la plupart des points stratégiques de l’Empire. Dans son plan, et sur sa carte, Varnhagen prévoit la construction de trois routes impériales et d’une voie de chemin de fer, financées par l’État et dont les droits de douanes appartiendront au gouvernement central. Le chemin de fer doit permettre à la capitale d’être en contact rapide avec le port le plus aisément accessible. Quant aux routes, les premières qui doivent être ouvertes sont celles qui mettent en contact la capitale avec les plus proches points navigables du São Francisco, du Tocantins et du Paraná. Chaque département devant ensuite construire des routes menant d’un de ces fleuves à leur capitale. Cette route devra être accessible à des diligences à quatre roues, tirées par 4 ou 6 chevaux, précise Varnhagen. Chaque département devra en outre construire une ou plusieurs routes permettant un accès facile, depuis sa capitale, à une route impériale.

  • 32 Idem, p. 2.

35Cette intégration de l’intérieur à l’aide d’un réseau de communications, n’a d’autre but, pour Varnhagen, que de permettre le développement d’un commerce interne et une diversification des activités humaines « (...) afin que la richesse publique et le bien-être des Brésiliens, dépendent le moins possible du commerce externe et que le Brésil puisse, dans une crise, se nourrir lui-même. Alors seulement, le Brésil pourra s’imposer à l’étranger comme une nation véritablement indépendante32. » Dans le projet de Varnhagen, fortement inspiré semble-t-il des thèses physiocratiques, la situation intérieure de la capitale, sa liaison directe et rapide avec l’ensemble des provinces de l’Empire, facilitera la tâche de l’État pour stimuler l’établissement d’une économie nationale. Pour ainsi dire, la diversification des activités humaines se fera d’elle-même :

  • 33 Idem, p. 11.

« Un centre de civilisation dans ces terres très élevées de l’intérieur, dans un climat n’étant déjà plus tropical, fera que promptement l’on y cultivera des articles de commerce que l’on ne peut cultiver au bord de la mer, et le changement sera au bénéfice du pays, qui sera en outre plus riche de moyens propres : et dans ces terres la population qui s’adonne à peine aujourd’hui à l’élevage s’adonnera bientôt à l’agriculture et, avec le temps, s’essaiera à d’autres branches de l’industrie. La population de l’intérieur augmentant, même sans la colonisation européenne, en raison de la création de la capitale, et commençant aux alentours de celle-ci à développer une industrie manufacturière, on prendra conscience de l’avantage d’économiser plus les forêts dont les bois pourront être utilisés dans le futur pour la construction navale ou pour l’exportation au lieu d’être brûlés dans les champs ou pour des usages domestiques33. »

36Varnhagen n’est pas un chaud partisan du dirigisme étatique. Il fait confiance à l’esprit d’entreprise de chaque brésilien pour moderniser et enrichir le Brésil ; mais l’État doit inspirer leurs actions, servir de guide, pour suppléer à l’absence d’un corps social homogène et d’une élite consciente des intérêts de la nation. Dans cette optique, sa position en faveur du transfert de la capitale acquiert une nouvelle signification. Au fond son idée est simple : que l’État finance les infrastructures de transport et les fondations de la nouvelle capitale, et tout le reste suivra : la diversification des activités, la création d’un marché national, etc.

  • 34 Viotti da Costa (Emília), « Urbanização no Brasil no século xix », op. cit., p. 214.

37Lorsque Varnhagen réfléchit en 1849 à son projet de transfert de la capitale, l’État brésilien est également engagé dans une réflexion sur les conditions de modernisation du Brésil. Les années 1840 constituent de ce point de vue un moment de rupture dans la conception du Brésil moderne. Tous ses fondements sont repensés. À ce titre, le projet de Varnhagen mériterait d’être intégré dans les études générales sur l’Empire modernisateur au Brésil. Il faut cependant attendre plusieurs années avant que cette nouvelle orientation donnée au développement brésilien ne porte ses fruits. L’État impérial, jusqu’en 1870-1880, ne tente d’orienter qu’indirectement l’établissement d’une vie économique à l’intérieur du Brésil : tout d’abord par la création de voies de communications - entreprise certes louable mais limitée dans l’espace -, ensuite par l’appel à des colonies de migrants européens. L’objectif de l’Empire est alors d’utiliser ces populations européennes, pour une colonisation de terres inhabitées, reposant sur un régime de petites propriétés agricoles. Cette colonisation n’a cependant pas atteint les espoirs portés en elle, du moins ceux concernant une possible application à l’échelle nationale. Son effet s’est toutefois fait sentir dans les provinces du sud (Paraná, Santa Catarina, Rio Grande do Sul), au climat tempéré, où la majorité des colonies (allemandes, polonaises, françaises, italiennes, suisses, portugaises) s’est installée. Ces colonies se sont dédiées à l’agriculture et à l’élevage. « Dans les régions du Sud, écrit Emilia Viotti da Costa, où les colons sont devenus propriétaires, les noyaux urbains ont gagné en importance dès que fut dépassée la phase de l’économie de subsistance, intégrant la région dans des courants commerciaux plus amples. La généralisation de l’économie monétaire, stimulant les échanges, favorisera le développement de l’artisanat et des manufactures, stimulant le développement des noyaux urbains. La croissance de la ville de Blumenau, colonie allemande fondée en 1850, dans le Santa Catarina, est significative de ce processus, mais l’intégration de cette région dans le marché national ne se réalisera qu’au xxe siècle34. »

  • 35 Nabuco (Joaquim), O abolicionismo, São Paulo, Instituto Progresso Editorial, 1949 (1re éd. : 1883) (...)
  • 36 Morse (Richard), « Cities and Society... », op. cit., pp. 292-293. Voir également à ce sujet l’ouv (...)

38De ce point de vue, Varnhagen semble vouloir, par son projet d’Imperatória, corriger les fortes inégalités résultant de l’organisation socio- spatiale du Brésil, inégalités que la politique impériale ne fait bien souvent que conforter. Il n’est qu’à voir le maintien, si ce n’est l’amplification de l’opposition entre les grandes villes du littoral - auxquelles on peut ajouter les quelques noyaux urbains importants de la province de São Paulo et des provinces du Sud d’une part - et les petites villes et bourgades de l’intérieur d’autre part. Le premier groupe, composé de villes organisées ou créées autour de fonctions commerciales liées au marché international, symbolise le dynamisme de la caféiculture brésilienne. Ces villes forment un véritable réseau urbain entièrement relié par des voies de communications rapides et efficaces. Le deuxième groupe de villes, créées ou organisées autour d’activités décadentes (canne à sucre) ou abandonnées (or), se trouve de plus en plus isolé par rapport au nouveau réseau urbain du sud et centre- sud brésilien. Dans un ouvrage publié en 1883, la grand écrivain Joaquim Nabuco, partisan de l’abolition de l’esclavage, stigmatise cette opposition entre les petites villes de l’intérieur et les grandes villes : « Les progrès de l’intérieur sont nuls en trois cents ans de vie nationale. Les villes sont pour ainsi dire mortes. Presque toutes sont décadentes. La capitale centralise toutes les fournitures pour l’intérieur ; c’est avec le correspondant de Recife, de Bahia ou de Rio, que le maître du moulin sucrier et le fazendeiro s’entendent, et, ainsi, le commerce des autres municipes de la province est nul (...). La vie provinciale est concentrée dans les capitales, et l’existence qu’elles mènent, le peu de progrès qu’elles font, la lente croissance qu’elles ont, montrent que cette centralisation, loin de répandre la vie vers la province, la fait dépérir. Ce manque de centres locaux est si grave que la carte de chaque province pourrait être faite, sans cacher aucune ville florissante, en notant seulement les capitales35. » Ce développement opposé des villes brésiliennes - dynamisme sur le littoral et décadence à l’intérieur - permet l’émergence sous le second empire d’un phénomène typique de l’intérieur brésilien : le coronelismo, qui va permettre d’articuler pratiquement les petites villes dispersées de l’intérieur et les grandes villes connectées du littoral. « Le coronel, écrit Richard Morse, est un chef municipal dont le pouvoir plonge ses racines dans la structure agraire et politique locale et qui, en retour d’un patronage politique, oriente les votes des populations rurales et citadines de l’intérieur, en faveur du régime national en place. Le prix payé par le coronel pour le contrôle local est la soumission à l’autorité centrale et l’obligation de tisser un réseau élaboré de contacts conduisant à elle36. » Les coronels ont toutefois intérêt, pour maintenir leur pouvoir, à ce que l’intérieur demeure relativement isolé - physiquement - du reste du pays. La liaison qu’assure le coronel entre l’intérieur et le littoral a pour objectif le maintien du statu quo.

39Voilà pourquoi la volonté de Varnhagen d’ancrer la modernisation et l’idée de modernité à l’intérieur du territoire n’est pas sans fondement. Sans prise en compte de la dimension territoriale et spatiale des transformations à effectuer, le projet de ville nouvelle est voué à l’échec, ou plus simplement, à conforter l’ordre spatial et social existant.

40Varnhagen accorde ainsi une importance particulière à l’urbanisme d’Imperatória. Il envisage en effet la nouvelle capitale comme la vitrine, le modèle d’une urbanisation et d’une organisation urbaine rationnelles, adaptées aux exigences de la vie moderne. Il recommande que la ville d’Imperatória soit dessinée et construite selon les techniques d’urbanisme les plus modernes, telles qu’elles ont été mises en œuvre en Europe notamment. Le plan de Varnhagen est cependant à peine esquissé et bien moins détaillé que celui de Menezes Palmiro.

  • 37 Varnhagen (Francisco Adolfo de), Memorial Orgânico, op. cit., p. 43.

« Dans le plan de la ville, il faudra avoir à l’esprit qu’il s’agit de fonder une grande capitale, et par conséquent :
§1. Les rues principales doivent être bien larges, l’alignement des maisons étant distinct de 40 pas : c’est-à-dire un intervalle pour deux passages d’allées sur les côtés, de quatre pas chacun, pour deux autres passages à côté de ces derniers et bordés de deux rangées d’arbres chacune ; et pour vingt pas au milieu de la rue, où doivent passer les voitures etc. Il convient que les arbres soient de nature telle que les feuilles tombent par temps froid, et qu’ils soient faciles à planter, pour gagner du temps avec leur croissance ; les rues principales étant indiquées de cette manière jusqu’à l’extension d’une lieue carrée. Le tracé devra s’accommoder aux sinuosités du terrain, à moins que des modifications du terrain ne soient entreprises.
Tant que la population ne se sera pas étendue jusqu’à ces rues bordées d’allées, elles pourront servir de passage public aux premiers habitants (...)37. »

41Varnhagen met également en garde les concepteurs du plan d’Imperatória quant à l’importance à accorder d’emblée à l’hygiène de la capitale :

  • 38 Idem, p. 43.

« §2. Il faut également prévoir et ouvrir de suite les principales rigoles, menant à des canaux souterrains, reliés à une rivière de drainage, située hors des limites de la ville.
§3. Il faut également désigner un lieu pour y construire un réservoir d’eau, relié à plusieurs sources, permettant de ravitailler en eau les fontaines et toutes les maisons, selon le système pratiqué à Londres qui économise tant d’efforts ; ce dernier pourra également servir dans la lutte contre les incendies.
§4. Marquer le passage pour le gazomètre servant à l’illumination, lequel sera adjugé, par contrat, au particulier le plus offrant »38

42Quant à l’architecture, elle doit respecter un modèle strict, à peu près identique à celui défini par Menezes Palmiro en 1823, qui consiste en une généralisation du modèle de l’habitat bourgeois des grands centres urbains brésiliens : le sobrado.

  • 39 Idem, p. 43.

« 8. Les maisons doivent être de deux étages, possédant toutes un toit dallé, selon le dessin qui accompagnera le plan. L’invention des toits dallés comme il y a dans le sud de l’Europe et le nord de l’Afrique et également en quelques points de l’Amérique, et même dans les maisons de nos missions est excellente dans les pays où il n’y a pas de neige. Ils servent de débarras, pour recueillir les eaux, pour étendre le linge, etc., ce qui dans les villes policées n’est pas permis de faire aux fenêtres (...).
9. On ne permettra pas, ni pour l’heure ni pour le futur, l’édification de maisons en pisé ; en consentant cependant, durant la construction des œuvres, de baraques en bois, que leurs propriétaires s’engageront à démolir au bout de 1 à 2 ans39. »

  • 40 Idem, p. 45.

43Mais peut-être l’aspect le plus intéressant du plan de Varnhagen réside-t-il dans la conception générale de la ville qui sur laquelle repose son projet. À la différence de Menezes Palmiro et de nombreux autres planificateurs des villes nouvelles brésiliennes, il ne conçoit pas la ville comme un cadre figé, immuable, pour l’activité humaine. Il recommande au contraire de prévoir et de « disposer de suite de deux ou trois sites pour les changements et les extensions future de la ville40. » Il envisage donc la ville comme un organisme vivant, appelé à grandir, à s’étendre. Ce changement de vision opéré entre le plan de Menezes Palmiro et celui de Varnhagen est révélateur de l’urbanisation des mœurs des élites brésiliennes. La ville, malgré toutes ses imperfections est le lieu, le moteur de la modernisation. Imperatória est ainsi la ville de l’homme brésilien réconcilié avec la modernité.

*

44Le bilan de cette époque de modernisation du Brésil, engagée à partir des années 1840, et appuyée sur une quête de la modernité brésilienne, est relativement mitigé sur le plan des réalisations pratiques. L’action du gouvernement central, depuis son siège bureaucratique de Rio de Janeiro, a plus conduit à l’unification administrative du territoire national (la centralisation) qu’à une intégration économique. Le Brésil abrite divers complexes économiques régionaux non intégrés au sein d’un marché interne. Les centres urbains ont été convertis en points intermédiaires entre les économies locales d’exportation et les marchés européens. La primauté de la ville sur la campagne, dans ce cadre, est imposée par la nature de la nouvelle économie de plantation.

45En revanche, en ce qui concerne l’élaboration d’un nouveau modèle de développement, des éléments notoires doivent être relevés. En premier lieu, la priorité accordée par l’État brésilien à la construction de formes spatiales planifiées. Les dimensions continentales du pays, sa population dispersée, et l’absence d’une civilisation urbaine solidement ancrée parmi l’ensemble de la société, semblent être à l’origine de ce choix délibéré de développement. Ensuite, le rôle pionnier assumé par les autorités étatiques, avec l’appui de l’élite caféière, dans la direction du projet de modernisation. Enfin et surtout, la liaison établie entre la modernisation et la quête de la modernité. Varnhagen identifie les Mineiros, comme le groupe porteur de cette modernisation. Sous ce second Empire brésilien, fortement marqué par l’esprit romantique, il y a une logique prométhéenne au couple modernisation/modernité, et à son symbole établi par le projet d’une ville nouvelle capitale. Telle la Saint-Pétersbourg de Pierre le Grand, symbole d’une Russie moderne et européenne, Imperatoria est en même temps le créateur d’une humanité nouvelle, le porte-feu de la civilisation et l’insurgé vaincu.

Notes

1 Sur les projets politiques et économiques de l’Empire modernisateur, on pourra consulter l’étude classique de Charles Morazé, Les trois âges du Brésil : essai de politique, Paris, Armand Colin, 1954. Les ambiguïtés de la politique modernisatrice de l’Empire sont particulièrement mises en évidence par Bosi (Alfredo), Dialectique de la colonisation, Paris, L’Harmattan, 2000 (éd. originale : 1992).

2 Varnhagen (Francisco Adolfo de), História geral do Brasil (isto é descobrimento, colonização, legislaçâo e desenvolvimento deste Estado, hoje Império independente, escripta em presença de mui- tos documentos autenticos recolhidos nos archivos do Brasil, de Portugal, de Espanha e da Hollanda (por um scio do Instituto Histórico do Brasil, natural de Sorocaba), Rio de Janeiro, 1854, 479 p.

3 Lettre de F.A. de Varnhagen à Dom Pedro II du 14 juillet 1857. Cité in Cuimarães (Manoel Luís Salgado), « Nação e Civilização nos trópicos : O Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro e o Projeto de uma historia nacional » in Estudos Históricos, Rio de Janeiro, vol 1, n° 1, 1988, pp. 6-7.

4 Varnhagen (Francisco Adolfo de), « Carta ao Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro », in Revista do IHGB, 1839, Cité in Ant. Hist., tome 1, p. 1 35.

5 Varnhagen (Francisco Adolfo de), Memorial Orgânico que a consideraçam das assembleas geral e provinciaes do Império apresenta um Brasileiro, Madrid, s.e., vol. 1 : 1849 ; vol. 2 : 1851.

6 Varnhagen (Francisco Adolfo de), A questão da capital : marítima ou no interior ?, Brasilia, Thesaurus, 1978 (1re éd. : 1877), 32 p. 

7 Ce lien entre l’urbanisation brésilienne du XIXe et l’apparition de la culture du café est fréquemment souligné par les historiens et les économistes. On peut regretter néanmoins qu’il n’existe pas d’ouvrage traitant de l’urbanisation du Brésil au xixe siècle. On consultera donc avec profit les articles de Viotti da Costa (Emilia), « Urbanização do Brasil no século xix », in Da monarquia á República : momentos decisivos, op. cit., pp. 194-227 ; Morse (Richard), « Brazil’s Urban Development : Colony and Empire », in journal of Urban History, vol. 1, n° 1, 1974, pp. 39-72. ; Morse (Richard), « Cities and Society in Nineteenth Century Latin America : The lllustrative Case of Brasil », in Hardoy (Jorge), Kinzer (N.S.), Schaedel (R.P. ) (Coord.), Urbanisation in the Americas, Chicago, Mouton Publishers, 1978, 672 p. , pp. 283-302 ; Schmidt (Benicio Viero), « A modernização e o planejamento urbano brasileiro no século xix », in Dados : Revista de Ciencias socials, Rio de Janeiro, Vol. 24, n° 3, 1981, pp. 349-371 ; Azevedo (Fernando de), « As formações urbanas », chap. 3 de A cultura brasileira, São Paulo, Melhoramentos, 1943.

8 Merquior (José Guilherme), De Anchieta a Euclides : breve historia da literatura brasileira, Rio de Janeiro, Livraria José Olympio Editora, 1977, p. 54.

9 Bosi (Alfredo), História concisa da literatura brasileira, São Paulo, Cultrix, 1990 (3e éd.), p. 155.

10 Varnhagen (Francisco Adolpho de), Memorial Orgânico..., op. cit., pp. 5-6.

11 Idem., p. 4.

12 Idem, p. 12.

13 Idem, p. 12.

14 Texte publié dans la Revista Guanabara en 1851 et repris in A questão da capital..., op. cit., p. 18.

15 Varnhagen (Francisco Adolfo de), Memorial Orgânico, op. cit., pp. 10-11.

16 Idem, p. 12.

17 Idem, p. 34.

18 Idem, p. 8.

19 Idem, p. 31.

20 Idem, p. 11.

21 Idem, p. 36.

22 Idem, p. 10.

23 Idem, p. 14.

24 Idem, p. 13.

25 Idem, p. 11 et p. 15.

26 Varnhagen (Francisco Adolfo de), A questão da capital..., op. cit., p. 25.

27 Idem, p. 28.

28 Ianni (Otávio), A idéia do Brasil moderno, São Paulo, Brasiliense, 1992, p. 162.

29 Abreu (João Capistrano de), Os caminhos antigos e o povoamento do Brasil, Brasília, Editôra UnB, 1982 (1reéd. : 1930), p. 117.

30 Varnhagen (Francisco Adolfo de), A questão da capital..., op. cit., p. 20.

31 Idem, p. 12.

32 Idem, p. 2.

33 Idem, p. 11.

34 Viotti da Costa (Emília), « Urbanização no Brasil no século xix », op. cit., p. 214.

35 Nabuco (Joaquim), O abolicionismo, São Paulo, Instituto Progresso Editorial, 1949 (1re éd. : 1883), pp. 129-130.

36 Morse (Richard), « Cities and Society... », op. cit., pp. 292-293. Voir également à ce sujet l’ouvrage de Graham (Richard), Patronage and Politics in Nineteenth Century Brazil, Stanford University Press, 1990, 382 p.

37 Varnhagen (Francisco Adolfo de), Memorial Orgânico, op. cit., p. 43.

38 Idem, p. 43.

39 Idem, p. 43.

40 Idem, p. 45.

Table des illustrations

Légende FIGURE N° 13 : FRANCISCO ADOLFO DE VARNHAGEN, VISCONDE DE PORTO DE SEGURO (1816-1878).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende FIGURE 14 : LE PALAIS IMPÉRIAL DE PETRÓPOLIS (VERS 1855).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1471/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende CARTE N° 2 : CARTE DE FRANCISCO ADOLFO DE VARNHAGEN (1849).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1471/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 391k

© Éditions de l’IHEAL, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable