Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Nova Lisboa à Brasília

 | 
Laurent Vidal

II. Cidade Pedrália, une capitale pour le brésil indépendant (1821-1824)

Texte intégral

« [Démétrius] fit raser la partie de la ville attenante au port. Il fournit aux Sicyoniens les moyens de construire de nouvelles demeures, leur donna un gouvernement libre et reçut, pour ses bienfaits, les honneurs divins. Les Sicyoniens appelèrent leur cité Démétrias, instituèrent des sacrifices, des jeux annuels en l’honneur du Poliorcète qu’ils traitèrent en fondateur de ville. »
Diodore de Sicile, Bibliothèque historique.

1La question du transfert de la capitale est à nouveau posée lors de la période de l’indépendance brésilienne. Du retour de la cour au Portugal (1821) à la promulgation de la Charte constitutionnelle du Brésil indépendant (1824), le projet d’une nouvelle capitale est maintes fois débattu. L’idée de départ qui consiste à envisager la question de la capitale comme symbole d’une rupture dans la vie politique brésilienne, n’est en rien différente de celle qui a conduit Dom João VI à transformer Rio de Janeiro en capitale européenne. En revanche, l’enjeu politique est nouveau. Le problème posé aux indépendantistes est de marquer symboliquement le passage de l’Empire portugais à l’Empire brésilien. Il s’agit en somme de « décapitaliser » un Empire colonial et maritime pour « re-capitaliser » un Empire indépendant et continental.

2Durant ces années d’apprentissage, fertiles en débats et discours, les assemblées représentatives provinciales (Juntes provinciales) ou nationales (Parlement, Assemblée constituante) débattent de propositions pour l’avenir de la Nation brésilienne. De nombreux projets pour la modernisation du pays, conséquence et condition de l’Indépendance, sont ainsi établis. À la différence de la période précédente, ce débat n’est pas cantonné aux seules hautes instances de l’État : l’avenir du Brésil-Nation devient un enjeu de société. Ce sont donc des groupes d’individus qui prennent l’initiative du débat. Plus ouverte et plus libre, avec un champ des possibles très ouvert, cette période est ainsi marquée par de nombreux tâtonnements dans le domaine politique. Chaque groupe tente de définir une forme de gouvernement et un projet de société en accord avec ses propres intérêts. C’est dans ce cadre que s’ouvre un débat sur la capitale du Brésil indépendant : faut-il la transférer à l’intérieur pour marquer la rupture avec la métropole ? Faut-il la maintenir à Rio de Janeiro pour affirmer la volonté d’insertion du Brésil dans le marché commercial international ?

FIGURE N° 8 : PORTRAIT DE JOSÉ BONIFACIO, « LE PATRIARCHE DE L’INDÉPENDANCE ».

3Un homme sut mieux que quiconque, par la clarté de son propos, par sa personnalité fascinante, par sa capacité à créer des alliances entre groupes, synthétiser l’ensemble des débats. Il s’agit de José Bonifácio de Andrada, dit José Bonifácio (1763-1838), issu de la grande famille des Andradas de Santos, dans la province de São Paulo (figure n° 8). Il est le seul à définir un projet global de société pour le Brésil indépendant, réfléchissant aux principaux défis posés par la modernisation de cette jeune nation : c’est ce que nous appelons le « projet Bonifácio ». Pourtant Bonifácio ne restera que cinq années au Brésil, mais cinq années durant lesquelles il occupera une position centrale sur la scène politique brésilienne. Il y apparaît pour la première fois en 1820, après une brillante carrière universitaire au Portugal, avant d’être expulsé du pays en 1824. En ce qui concerne la question de l’intériorisation de la capitale, José Bonifácio est sans aucun doute l’idéologue du projet pour cette période. La plupart des propositions sont soit directement établies par lui, soit en référence à sa pensée. Loin de constituer des réflexions isolées, chacune s’intègre parfaitement dans le cadre du « projet Bonifácio ». Si le projet d’intériorisation est défendu par une personnalité aussi brillante, c’est toutefois Paulo Ferreira de Menezes Palmiro, un Brésilien dont la vie nous est malheureusement inconnue, qui propose le premier modèle d’urbanisme à appliquer pour la construction de la nouvelle capitale, complétant ainsi le « projet Bonifácio ». La compréhension du passage d’un projet politique à un projet d’urbanisme, à travers le plan de Menezes Palmiro, constituera le deuxième moment de notre réflexion.

LA FONDATION D’UNE NOUVELLE CAPITALE DANS LE PROJET BONIFÁCIO

4José Bonifácio établit un premier projet de transfert de la capitale en 1821. Il est alors vice-président de la Junte provinciale de São Paulo. Les Juntes provinciales (ou Juntes gouvernementales) ont été instituées par le Parlement portugais (Cortes), en réponse au mouvement constitutionnaliste de Porto en 1820 - révolution libérale favorable à l’installation d’une monarchie constitutionnelle -, et doivent permettre d’introduire un régime constitutionnel au Brésil. L’objectif des libéraux portugais est de conférer une relative autonomie politique au Brésil afin de prévenir un mouvement brutal d’émancipation. Le prestige que lui confère sa longue carrière de serviteur fidèle de la couronne amène tout naturellement José Bonifácio à intégrer la Junte de São Paulo, sa province d’origine. Il siège alors aux côtés de figures illustres, comme l’ancien gouverneur et capitaine général João Carlos Augusto de Oyenhausen, et de représentants des différentes « classes » (ecclésiastique, militaire, commerciale, littéraire et agricole). C’est dans ces conditions que José Bonifácio apparaît pour la première fois sur la scène politique brésilienne.

5Les Juntes provinciales brésiliennes doivent nommer des représentants aux Cortes de Lisbonne, afin de participer à l’élaboration d’une nouvelle constitution pour le royaume portugais. À cette occasion, la junte provinciale de São Paulo rédige une série d’instructions, Lembranças e Apontamentos, pour orienter l’action des députés paulistes. La rédaction en a été attribuée à José Bonifácio. L’article 9 des Lembranças e Apontamentos stipule clairement la nécessité de construire une nouvelle capitale à l’intérieur du pays :

  • 1 Lembranças e Apontamentos do Governo Provisório de São Paulo para os deputados da Província as Cor (...)

« Il nous paraît également très utile que soit construite une ville centrale dans l’intérieur du Brésil pour le siège de la cour ou de la Régence, qui pourra être à la latitude, plus ou moins, de 15 degrés, en un lieu sain, amène, fertile et arrosé par un fleuve navigable. De cette façon, la cour ou le siège de la Régence sera libre d’un quelconque assaut ou surprise externe et drainera vers les provinces centrales l’excès de population inoccupée des villes maritimes et mercantiles. De cette cour centrale, il conviendra d’ouvrir des routes pour les divers ports de mer et provinces, afin que communiquent et circulent avec promptitude les ordres du gouvernement et qu’elles favorisent le commerce interne du vaste Empire du Brésil1. »

6Ce projet d’intériorisation de la capitale repose sur une vision assez nette de l’avenir du Brésil-Nation. C’est en premier lieu la dimension géopolitique qui prime. Pour être apte à se défendre elle-même, la jeune nation brésilienne doit d’abord protéger sa capitale d’une possible agression. Et à ce titre, en ce début de xixe siècle, les Brésiliens ont encore présent à l’esprit la facilité avec laquelle le corsaire français Duguay-Trouin s’est emparé en 1711 de la baie de Guanabara avec seulement quelques navires. L’intériorisation de la capitale se présente alors comme une sage précaution. Mais cette ville capitale située au cœur du pays doit aussi permettre de consolider et de manifester l’unité de l’Empire.

  • 2 Idem, p. 98.

7Le texte suggère que l’État brésilien s’attache d’abord « (...) à la catéchisation et à la civilisation générale et progressive des indiens farouches qui vaquent parmi la forêt et la brousse (...) ; à l’amélioration du sort des esclaves, favorisant leur émancipation graduelle et leur conversion d’hommes immoraux et rustres, en citoyens actifs et vertueux. » Le métissage, le droit à la dignité et à la citoyenneté de chaque communauté raciale, constituent la base de la société brésilienne, dans la pensée de José Bonifácio : « Tâchons dès aujourd’hui de combiner de manière savante tant d’éléments distincts et antagonistes et d’amalgamer tant de métaux divers pour obtenir un tout homogène et compact, qui ne s’émiette pas à la première secousse de n’importe quelle convulsion politique ». Mais, s’empresse d’ajouter l’auteur, « il ne peut y avoir de gouvernement constitutionnel qui dure sans la plus grande instruction et moralité du peuple2. » Aussi prévoit-il l’installation d’écoles dans chaque ville et bourgade, de collèges dans chaque capitale de province et d’une université dans la capitale du Brésil. Le texte plaide également en faveur de l’égalité des droits politiques et civiques. La précaution prise dans la définition du peuple brésilien, l’attention accordée à son instruction, ne sont pas de purs procédés de rhétorique. Quel que soit le mode de gouvernement que va adopter le Brésil, José Bonifácio sait que tout retour en arrière, que toute tentative de recolonisation serait vaine. Le Brésil a goûté depuis 1808 aux fruits de l’autonomie administrative. La période qui s’ouvre offre une possibilité unique de réflexion et de discussion sur le modèle d’organisation sociale à adopter pour le Brésil-Nation. Or, la Révolution française l’a montré, il n’est pas de société nationale qui ne repose sur une notion de peuple clairement identifiée.

  • 3 Viotti da Costa (Emília), « José Bonifácio : Mito e historia », in Da monarquia à República : mome (...)

8Mais comment évoquer le « peuple » sans tenir compte du territoire qu’il occupe. Si les frontières politiques du Brésil ont été établies en 1 750 et 1 777, lors des traités de Madrid et de San Ildefonso, José Bonifácio s’inquiète en revanche de la faible occupation humaine de ce territoire. Une des fonctions attribuée à la nouvelle capitale, nous l’avons vu, serait de réorienter le peuplement du Brésil vers l’intérieur du territoire. Cette mesure ne peut suffire à elle seule à assurer la réussite d’un tel plan. Aussi Bonifácio prévoit-il de procéder à une réforme agraire, par une redistribution de la plupart des terres non cultivées ou non mises en valeur : celles octroyées par sesmaria - lot de terre en friche cédé par la couronne portugaise à qui était disposé à le cultiver - et celles acquises par simple usage et non par titre légal - se référant ainsi à la pratique classique de la posse (prise de possession) de la terre. Il propose aussi de favoriser la colonisation d’européens pauvres, d’indiens, de mulâtres et de noirs affranchis, à qui l’on donnera par sesmaria de petites portions de terre pour les cultiver et s’y établir, et l’utilisation d’une main d’oeuvre libre. Il se prononce également en faveur de la création de nouveaux noyaux de peuplement ou bourgades, de façon à resserrer la trame d’occupation humaine du pays. L’État, depuis une ville centrale et intérieure, joue alors le rôle de grand ordonnateur. Une telle proposition ne pouvait, bien entendu, que contrarier les intérêts des grands propriétaires terriens, dont les activités reposent sur d’immenses propriétés et une main d’œuvre servile. Toutefois, ces derniers vont soutenir le « projet Bonifácio » face à la volonté de plus en plus nettement exprimée par les Cortes de Lisbonne de recoloniser le Brésil. Pour ces propriétaires, l’heure n’est pas encore à la construction d’un nouveau projet de société, mais à la défense des droits et privilèges régaliens obtenus depuis 1808. Or quelle meilleure personnalité que celle de José Bonifácio, partisan de l’idée d’une monarchie duale, pour défendre avec vigueur les acquis économiques et administratifs du Brésil. « Il n’y avait rien dans le texte, explique Emília Viotti da Costa, qui exprime la moindre intention d’indépendance. Il s’agissait seulement d’affirmer les principes libéraux qui ont inspiré les révolutionnaires de Porto, et de garantir les avantages régaliens obtenus par le Brésil depuis la venue de la Cour en 1808, parmi lesquels l’autonomie administrative. Ce qui divergeait évidemment des objectifs des révolutionnaires portugais, désireux d’annuler les mesures libérales qui, permettant à tout étranger l’accès direct aux marchandises brésiliennes, portaient préjudice aux commerçants et producteurs portugais3. »

9Le libéralisme des Cortes impliquait la reconquête de l’hégémonie perdue par la bourgeoisie portugaise dans le commerce des produits brésiliens, et la recolonisation paraissait dans cette perspective inévitable. La crise éclate au grand jour avec le décret du 24 avril 1821, par lequel les Cortes déterminent que les gouvernements provinciaux seront directement subordonnés à Lisbonne. Rio de Janeiro perd alors sa prérogative de capitale du Brésil. Les députés brésiliens, déjà en forte minorité aux Cortes de Lisbonne, sont très rapidement mis de côté dans les négociations sur l’établissement de la constitution. Ils décident donc de la rédaction d’une contre-constitution. À cette occasion, un député, dont le nom ne nous est malheureusement pas parvenu, édite un texte de 4 pages, intitulé : Aditamento ao projeto de constituiçâo para fazê-la aplicável ao reino do Brasil. Le premier article stipule l’établissement d’une nouvelle capitale centrale :

  • 4 Aditamento ao projeto de constituição para fazê-la aplicavel ao reino do Brasil, cité in Pimentel (...)

« Au centre du Brésil, entre les sources des fleuves confluents du Paraguay et de l’Amazonas, sera fondée la capitale de ce royaume. Elle aura pour nom Brasília, ou quelque autre. La nécessité et la prudence obligent à adopter cet article. La nécessité parce que le Brésil ne sera un grand empire qu’uni et peuplé, et c’est ce qui sera obtenu avec la nouvelle capitale, la prudence parce que cette mesure constitue le seul moyen d’éviter les rivalités qui se dévoilent entre les provinces (...).
(1) - La capitale du Brésil sera fondée selon le plan que donneront trois ingénieurs élus par les députés du Brésil, selon les modalités définies par le parlement, et qui devront aller choisir le lieu approprié.
(2) - Chaque province contribuera avec une quotité annuelle relative à sa richesse, à la fondation de la nouvelle capitale.
(3) - Une fois construit le palais du parlement, celui de la Régence, de la junte provinciale, la prison, l’église, le quartier général de l’armée, etc., alors, le parlement, la régence, etc. seront transférés4. »

10Cette proposition décrite avec force détails, ne prend toute sa signification que dans le cadre d’un Brésil autonome, c’est à dire un Brésil monarchique uni au Portugal. Néanmoins les possibilités du maintien d’un royaume uni s’effritent peu à peu en raison du durcissement politique des libéraux portugais. Ce texte, distribué parmi le groupe de députés brésiliens, n’est même pas discuté aux Cortes. L’attitude des députés portugais est de plus en plus intransigeante vis-à-vis du Brésil. Le prince régent Pedro, fils de Dom João VI, est ainsi sommé de rentrer au Portugal. Mais, face aux manifestations populaires de soutien organisées à Rio de Janeiro, São Paulo, au Minas Gerais, face aux pétitions, dont l’une est signée de la main de José Bonifácio, lui demandant de rester au Brésil, Dom Pedro annonce publiquement le 9 janvier 1822 son intention de demeurer au Brésil (« Eu fico »), désobéissant ainsi aux ordres de Lisbonne. L’indépendance n’est pas encore acquise mais le mouvement d’émancipation est en marche. José Bonifácio est appelé le 16 janvier à occuper le poste le plus haut du ministère de transition mis en place par Dom Pedro.

11Le « Manifeste du peuple de Rio de Janeiro sur la résidence de son Altesse Royale au Brésil », rédigé par le conseiller de justice, Francisco de França Miranda, mérite notre attention. Lu publiquement le 9 janvier 1822, en présence de Dom Pedro, il démontre que la connaissance de l’intérieur du pays est une nécessité « pour la future gloire du Brésil » :

  • 5 Miranda (Francisco de França), « Manifesto do povo do Rio de Janeiro ao Senado da Câmara sôbre a r (...)

« Si le motif que les Cortes présentent pour que son Altesse Royale retourne au Portugal est la nécessité d’instruction en économie politique que son Altesse Royale doit acquérir en voyageant parmi les cours européennes, le peuple juge qu’il est encore plus nécessaire pour la future gloire du Brésil que son Altesse Royale visite l’intérieur de ce si vaste continent inconnu de l’Europe portugaise, et, pour notre malheur, examiné, connu, décrit, dépouillé, par les nations étrangères, dans des cartes comme celles, dernièrement, de M. Lapie (...). Le Portugal considérant le Brésil comme un pays qui lui était seulement utile pour l’exportation de l’or, et d’autres produits, oubliant que cette exportation était plus le résultat des forces physiques du Brésil que de la stimulation des arts de l’industrie comprimés par le mortifère système colonial, et abandonnés à une routine aveugle, ne daignât même pas entrer dans l’examen de ce continent (...). Ce voyage étant de si grande conséquence pour l’amélioration progressive du pays, les connaissances acquises par son Altesse Royale serviront pour organiser le plan du régime qui doit réanimer la vie politique et morale du Brésil5. »

12Encore une fois, la connaissance de l’intérieur et des provinces centrales du Brésil est présentée comme intimement liée au processus d’émancipation du Brésil, à la transformation de ses activités économiques. Il apparaît clairement qu’une position centrale de la capitale peut faciliter cette tâche de réorganisation économique et administrative du pays.

  • 6 À ce sujet voir la belle synthèse proposée par : Mota (Carlos Cuilherme) et Novais (Fernando A.), (...)

13En janvier 1822, convergent ainsi vers le prince Dom Pedro I des aspirations contradictoires. Pour les Portugais, Dom Pedro représente encore la possibilité de maintenir le Brésil uni au Portugal, par voie monarchique. Ce courant, organisé autour de ce que l’on appelait à l’époque le « parti portugais » est composé de commerçants portugais, anxieux de récupérer leurs privilèges et monopoles, et de l’armée portugaise, basée à Rio de Janeiro et dans les villes du Nord et du Nordeste. Pour les Brésiliens, qui veulent l’autonomie sans une séparation définitive, la présence du prince signifie la possibilité d’une monarchie duale. Ce groupe composite, appelé « parti brésilien », inclut les grands propriétaires ruraux, les fonctionnaires et membres de l’administration d’État, à qui a bénéficié l’installation de la Cour au Brésil. En général monarchistes attachés à leurs privilèges, ils vivent à l’ombre de la couronne. José Bonifácio est à cette époque le plus célèbre représentant du « parti brésilien ». Et finalement, pour ceux qui aspirent à l’indépendance totale, mais craignent les agitations du peuple, le maintien de Dom Pedro au Brésil rend possible une indépendance sans altération de l’ordre, par le biais d’une monarchie constitutionnelle. Ce troisième groupe, surtout implanté dans le Nordeste, plus progressiste politiquement, réunit les « libéraux-radicaux », appartenant aux classes moyennes de la population : prêtres, journalistes, commerçants, professions libérales et professeurs6.

  • 7 Costa (Hipólito José da), « Reflexões sôbre as necessidades deste mês », in Correio Braziliense, L (...)

14C’est donc en tant que représentant des intérêts du « parti brésilien » que José Bonifácio rédige et défend sa proposition de transfert. À la différence de la période précédente, marquée par un éparpillement des propositions, la pensée de José Bonifácio sert désormais de catalyseur et de fil conducteur pour l’ensemble des projets d’intériorisation de la capitale. Hipólito José da Costa, qui n’a certes pas attendu José Bonifácio pour prendre position sur ce sujet, trouve en cet homme d’État le meilleur défenseur, à l’intérieur du Brésil, des idées soutenues par le Correio Braziliense. Pour ces deux hommes, seul un gouvernement fort, exercé par des dirigeants choisis par les représentants de la nation, peut imposer les réformes nécessaires au Brésil. L’édition de février 1822 du Correio Braziliense, réitère fort à propos la suggestion d’une installation de la capitale au centre du Brésil, comme moyen de sauvegarde de l’unité territoriale. La décision des Cortes de Lisbonne de rendre chaque province indépendante vis-à-vis de Rio de Janeiro (décret d’avril 1821), les velléités indépendantistes de certaines provinces, notamment celles du nord et du Nordeste, ne rendent que plus urgente une telle décision. Les juntes provinciales de ces régions sont en effet majoritairement composées de « libéraux-radicaux », qui n’hésitent pas à s’opposer aux propositions, à leurs yeux trop timides, des juntes provinciales du sud dirigées par le « parti brésilien ». Or c’est justement la région du sud et l’aristocratie rurale qui dirigent le mouvement vers l’indépendance. C’est pourquoi dans un esprit de conciliation, Hipólito José da Costa suggère-t-il « de former au Brésil un gouvernement central provisoire, à la tête duquel se trouve le prince royal et auquel prêtent serment les juntes provinciales (...). Le lieu de ce gouvernement provisoire ne doit pas être à Rio de Janeiro mais en un point de l’intérieur7. » Cet article vient donc appuyer l’action politique de José Bonifácio. Ce dernier nommera d’ailleurs Hipólito José da Costa, une fois l’indépendance acquise, Consul général du Brésil à Londres (9 janvier 1823).

15Toujours dans le cadre du ministère de transition, José Bonifácio charge, au mois de juillet 1822, un ancien diplomate allemand installé au Brésil depuis 1818, Ritter Von Schäffer, d’une mission en Allemagne. Ce major de la garde civile, farouche partisan de l’Indépendance et fondateur de la colonie de peuplement Frankental, est le secrétaire particulier de Dona Leopoldina, l’épouse de Dom Pedro I. José Bonifácio envisage d’implanter des colonies à caractère agro-militaire au Brésil pour assurer le peuplement et la sécurité du nouvel Empire. Ces colonies, basées sur le travail libre et le régime de petite propriété, doivent démontrer pratiquement, dans l’esprit de José Bonifácio, la supériorité de ce système sur le modèle esclavagiste. Ritter Von Schäffer a donc pour objectif de ramener au Brésil des immigrants et des soldats allemands. Dans une lettre rédigée en français pour informer de son arrivée en Europe, ce diplomate réfléchit à l’établissement d’une nouvelle capitale à l’intérieur du Brésil, illustrant à nouveau la liaison que défend José Bonifácio entre la position de la capitale et le projet de peuplement et d’occupation effective du territoire.

  • 8 Ritter von Schäffer : « Missão especial do Brasil na Alemanha, Hamburgo » in Brasilia, histó-ria d (...)

« La nouvelle capitale serait au mieux située entre le 15° et le 16° de latitude mérid. et le 47° ou 48° de longitude occidentale de Greenwich, du côté des sources du Tocantins, dans les environs à peu près de St Félix. J’ai l’idée qu’avec le temps il ne sera point impossible d’ouvrir des communications intérieures par la jonction des fleuves moyennant de canaux, dont St Félix serait le centre dans lequel il parait convenable d’établir des à présent une colonie d’Allemands. Les colonies qui successivement s’établiront devraient se diriger comme par lignes concentriques vers St Félix au Tocantins de tous les ponts de la côte et des rivières intérieures ou l’on parviendront à en fonder. J’aurai l’honneur de soumettre a V. E. mes idées à ce sujet plus détaillées après mon retour au Brésil, je crois que cela n’est pas ce qu’il y a de plus urgent pour le moment, et aussi, je désirerai bien aider personnellement la première pierre des fondements de la nouvelle capitale8. »

16Si le projet de capitale proposé par Ritter von Schäffer n’a pas été retenu, sa mission en Allemagne a été à la source de quelques créations de colonies de peuplement situées le long du chemin menant de Rio de Janeiro à la frontière sud : Santo Amaro de Itapecerica (1829), près de São Paulo, Rio Negro (1829), sur la frontière entre les provinces du Paraná et du Santa Catarina, São Pedro de Alcântara (1828), près de Florianópolis, et enfin la plus importante de toutes, São Leopoldina (1824), ainsi nommée en hommage à l’Impératrice.

17Dans ces années agitées du processus d’émancipation, qui culmine avec la journée du 7 septembre 1822 - date de l’indépendance -, José Bonifácio est donc le point de convergence de nombreux projets pour le développement du Brésil, et sa position privilégiée sur l’échiquier politique ne fait que se renforcer : une proposition qui n’aurait pas son aval aurait bien peu de chances d’être ne serait-ce qu’étudiée. Ce n’est donc pas un hasard s’il est à nouveau, en mai 1823, associé à un projet d’édification d’une ville nouvelle destinée à accueillir la capitale du Brésil indépendant. Paulo Ferreira de Menezes Palmiro qui se présente comme un « fidèle serviteur au cœur pur », mais sur la vie duquel nous ne possédons aucun renseignement, dédie à José Bonifácio un projet architectural et urbanistique pour l’édification de la nouvelle capitale. La lettre accompagnant ce mémoire laisse à penser que Menezes Palmiro n’a occupé aucune charge publique dans la vie politique brésilienne du début du xixe siècle. C’est du moins ce qu’il explique à José Bonifácio, puisqu’il se présente comme un homme du « peuple rustique et désintéressé ». Dans ce long mémoire, Menezes Palmiro décrit minutieusement, mais de façon purement littéraire, l’ordonnancement de la ville, qu’il nomme, en hommage à Dom Pedro I, Cidade Pedrália. Nous reviendrons sur l’analyse de ce plan de ville, mais il nous importe à ce stade de la réflexion, de connaître la justification qu’il donne du transfert de la capitale, ainsi que le rôle qu’il lui confère dans le cadre de l’organisation de l’Empire naissant :

  • 9 Menezes Palmiro (Paulo Ferreira de), Memória a bem do Império e da Pátria, janvier 1823, Arquivo H (...)

« Je me suis persuadé qu’il serait utile de créer une nouvelle province, en démembrant une partie de la province de São Paulo, de Minas Gerais, de Goiás, de Cuiabá, entrant par le Sertão du sud, démarquant un carré de 150 lieues de côté [990 km]. Au centre de la province on fondera la nouvelle cour, appelée Cidade Pedrália, qui donnera également son nom à la province. Cet établissement sera le moyen de peupler le Sertão et d’éviter la jalousie des autres provinces et villes, car il ne peut pas y avoir de rivalités ni de débats sur l’ancienneté. La cour, au centre de la nouvelle province, est ainsi favorable à tous les peuples de l’Empire, et libérée de la peur d’une invasion ennemie. Il semble que la fondation de la capitale doit être sur le 22° de latitude pour embrasser l’ensemble des deux climats, tempéré et torride ; dans la dite province, on peut produire des fruits d’Europe, d’Asie et d’Amérique. Aux angles de la province, seront fondées quatre bourgades, la première dénommée Vila Mariense, la deuxième, Vila Carolina, la troisième Vila Leopoldina, la quatrième Vila Januária, qui deviendront des villes dans le futur9. »

18Rédigé par un simple patriote, qui ne semble pas être rompu aux choses de la politique, ce texte surprend par sa vision claire de l’ensemble des problèmes que pose le transfert de la capitale. Le choix de la position et du site, l’accessibilité du site, le problème des matériaux de construction, le financement et l’occupation des vastes espaces séparant la capitale des zones densément peuplées, tout est minutieusement détaillé, chiffré, mesuré. Par sa clarté et sa précision, ce texte offre un nouvel éclairage au « projet Bonifacio ». Il nous semble même que José Bonifácio s’est inspiré de certaines propositions pratiques du projet de Menezes Palmiro pour rédiger en juin 1823 - il est alors député à l’Assemblée constituante - un mémoire à l’attention de l’Assemblée constituante du Brésil et entièrement dédié à la cause du transfert de la capitale :

  • 10 Bonifácio de Andrada e Silva (José), « Memória de José Bonifácio apresentada à Assembleia Constitu (...)

« Il me paraît très utile, même nécessaire, que soit édifiée une nouvelle capitale de l’Empire à l’intérieur du Brésil pour le siège de la cour, de l’Assemblée législative et des tribunaux supérieurs, que la Constitution stipulera. Cette capitale pourra s’appeler Petrópole ou Brasília. J’ai dit que cette ville était non seulement utile mais nécessaire et je vais développer les raisons sur lesquelles je me fonde. Étant centrale et intérieure, elle libère le siège du gouvernement et de la législature d’un quelconque assaut ou surprise d’un ennemi extérieur. Elle draine vers les provinces du Sertão l’excès de population sans emploi des villes maritimes et mercantiles. Elle crée un commerce interne d’ampleur importante. De cette façon également on met un terme à toutes les rivalités et prétentions que peuvent avoir les capitales des diverses provinces, et qui ne veulent pas céder le droit de la cour à Rio de Janeiro10. »

19José Bonifácio définit ainsi quatre arguments justifiant le transfert de la capitale vers l’intérieur : la sécurité de l’État, le peuplement du territoire, le développement du commerce interne et le maintien de l’unité nationale. Autant de thèmes qui constituent le socle d’une nation indépendante. C’est la construction physique de la nation brésilienne qui préoccupe José Bonifácio. Aussi ne voit-on apparaître, à la différence de la période précédente, aucune référence à l’imaginaire national. Sans la préservation de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale, toute tentative de définition d’une nationalité brésilienne serait vaine. Le transfert de la capitale a donc un contenu très pragmatique dans le « projet Bonifácio ». C’est au nom de ce pragmatisme que José Bonifácio passe d’une position de principe, telle que celle qu’il a affirmée au début de sa carrière politique, à l’établissement d’un projet extrêmement précis :

  • 11 Idem, p. 119.

« Mais où trouverons-nous ce point central qui correspond à tous les objectifs proposés ? Ayant examiné le tracé général du Brésil et recueilli toutes les notices topographiques disponibles, j’ai jugé que la nature a déjà signalé le district où il convient d’édifier la capitale. Le district de Paracatú est celui que la nature indique pour sa latitude et sa position géographique, pour la fertilité de son terrain, pour la salubrité de son climat et pour les autres avantages qu’il offre au commerce et aux communications réciproques des diverses provinces avec la Cour. Par les nombreux fleuves qui y ont leur source ou qui s’y croisent, il peut y avoir des communications fluviales avec les provinces de Coiás, Para, Maranhão, Pernambouc, Bahia, Porto Seguro et Espirito Santo. Par les fleuves Rio Preto, Santa Rita et Paraná, on peut accéder au Tocantins et de là, à l’Amazonie. Par le fleuve Sáo Francisco, on communique avec le Pernambouc. Par les fleuves Jéquitinhonha et Arrasuaí (qui réunis forment le fleuve Belmonte), on peut communiquer avec les provinces de Bahia et de Rio de Janeiro. (...) Malgré l’utilité de cette nouvelle capitale, nous n’aboutirons à rien si nous n’indiquons pas les moyens nécessaires pour la réalisation de ce projet : signaler les quartiers que chaque province doit édifier, étant libre de vendre ou mettre aux enchères ces établissements selon qu’il lui semble le plus convenable. Et comme une ville ne peut ni ne doit être édifiée d’une seule traite, mais progressivement, les capitaux nécessaires apparaîtront également progressivement. En effet, il s’agit d’un des principes de l’économie, dés que l’on offre des avantages aux spéculateurs, jamais les capitaux nécessaires ne manquent pour de telles entreprises. Il faut également que soient invités pour la construction les ordres religieux qui possèdent des fonds, et les confréries riches qui trouveront un emploi utile à leurs capitaux11. »

20José Bonifácio fait ainsi du fleuve São Francisco, que certains chroniqueurs brésiliens du xixe siècle ont élevé au rang de fleuve de l’unité nationale, tant il a été utilisé par les expéditions de découverte de l’intérieur du Brésil, la colonne vertébrale sur laquelle doit prendre appui le peuplement et le développement économique du Brésil. La nouvelle capitale n’est plus un point situé approximativement à l’intérieur du territoire : pour accomplir le rôle précis d’organisation et de coordination des activités du Brésil-Nation, elle doit être située à proximité des sources du São Francisco (carte n° 1). L’aptitude naturelle du site et la fonction assignée à la nouvelle capitale ont guidé ce choix. En outre, toujours dans l’optique très pragmatique de mise en œuvre de son projet de société, José Bonifácio propose que la ville nouvelle soit construite progressivement, par le financement conjoint des provinces, des « capitalistes », des congrégations et des ordres religieux.

21Une différence fondamentale sépare toutefois cette proposition des précédentes : José Bonifácio n’a plus en 1823 le soutien des propriétaires ruraux. Le « parti brésilien », de composition trop éclectique, s’est scindé peu après l’indépendance, principalement autour de la question du modèle de gouvernement à adopter. José Bonifácio, ainsi que Dom Pedro I, sont partisans d’un exécutif fort : le premier pour mener à bien son projet de modernisation de la société brésilienne, et le second pour tenter de maintenir intact le modèle absolutiste portugais. Quant aux propriétaires terriens, ils se prononcent en faveur d’une monarchie parlementaire, leur permettant d’étendre dans le domaine politique, leur position dominante acquise dans la sphère économique. Aussi le « mémoire » que présente José Bonifácio constitue-t-il une dernière tentative pour ramener l’Assemblée constituante sur sa position de modernisation de la société. Depuis plusieurs semaines déjà, il ne participe plus aux débats de l’Assemblée, qui a fait voter le maintien de l’ordre esclavagiste.

22Le texte proposé par José Bonifácio n’aura pas le temps d’être débattu. Le 12 novembre 1823, Dom Pedro I dissout une Assemblée constituante de plus en plus entreprenante, cherchant par tous les moyens à limiter les pouvoirs de l’Empereur. De nombreux députés sont arrêtés. Quelques jours plus tard, José Bonifácio, qui s’est brouillé avec l’Empereur qui lui reproche ses positions trop anti-portugaises voire lusophobes, est exilé en Europe. Dom Pedro I nomme une commission, le Conseil d’État, pour élaborer une Charte constitutionnelle. La présidence est confiée à Carneiro de Campos, ancien ministre de Dom João VI, marquant ainsi la rémanence des intérêts portugais auprès de l’Empereur. Le clivage du bloc libéral - l’alliance de la Couronne et des propriétaires terriens - est ainsi officialisé. Dans la recomposition politique engagée par Dom Pedro I, les propriétaires terriens incarnent une position trop libérale et nationaliste. La charte constitutionnelle établit une monarchie constitutionnelle affirmant la prééminence de l’exécutif sur le législatif. Les ambitions politiques du « parti brésilien », son projet d’État libéral, sont réduits à néant par cette charte qui ne consent à l’aristocratie terrienne que deux concessions : le maintien de l’esclavage et la liberté du commerce. Le nouvel ordre qui émerge du mouvement pour l’indépendance se fait donc contre les intérêts politiques des propriétaires ruraux, mais prend également le contre-pied du « projet Bonifácio » de modernisation. L’idée d’un transfert de la capitale n’est pas reprise dans la charte constitutionnelle promulguée le 25 mars 1824.

CARTE N° 1 : LES PROJETS DE LOCALISATION DE LA NOUVELLE CAPITALE À L’ÈRE DE L’INDÉPENDANCE (1821-1823).

23Néanmoins, pour être en accord avec le nouveau profil politique du Brésil indépendant, Dom Pedro décide, dès la fin de l’année 1824, de confirmer Rio de Janeiro, première ville d’Amérique latine et premier port de commerce du Brésil, dans son rôle de capitale. Il envisage pour cela d’investir la ville des symboles de l’Empire brésilien. Cette tâche est notamment confiée à l’architecte français Grandjean de Montigny. Le choix de Rio de Janeiro comme capitale impériale s’inscrit dans la logique du projet géopolitique défini par l’Empereur : l’insertion de la jeune nation brésilienne dans le marché commercial international. À cet égard, l’installation de la capitale dans un port se justifie pleinement : l’État peut contrôler directement les échanges commerciaux, et donc les rentrées fiscales. Grandjean de Montigny participe aussi à la mise en valeur urbanistique et architecturale du port vis-à-vis de la ville (figure n° 9). Cette stratégie ne fait que prolonger, dans un cadre géopolitique nouveau, la politique envisagée par Dom João VI : elle confirme la vocation du Brésil en tant que nation « européenne ».

24José Bonifácio a été en fin de compte l’artisan principal de l’instauration de cet ordre conservateur, sans toutefois que son projet de réorganisation de la société ait été adopté. L’échec du « Projet Bonifácio » peut être expliqué par certaines positions d’apparence contradictoire qui ne lui ont pas permis de refléter durablement les intérêts d’un groupe social. Le « projet Bonifácio » est marqué par l’esprit des Lumières. Il défend la liberté individuelle, l’égalité des droits civiques et politiques - il va d’ailleurs jusqu’au bout de cette logique en réclamant l’abolition de l’esclavage -, l’éducation du peuple... Ce recours aux Lumières annonce une laïcisation des institutions. Toutefois, José Bonifácio se méfie de l’efficacité d’un gouvernement démocratique pour diriger le Brésil. Sa préférence va à un gouvernement fort, guidé par quelques hommes d’État éclairés. Par un libéralisme trop prononcé, il se distingue du groupe des propriétaires terriens, mais par sa réticence à établir un véritable gouvernement démocratique, il se coupe de l’appui des libéraux-radicaux, représentant essentiellement les intérêts de la petite et moyenne bourgeoisie. Son ambition pour le Brésil s’achève ainsi sur cette insoluble équation.

FIGURE N° 9 : PROJET DE FAÇADE DE LA BOURSE PAR GRANDJEAN DE MONTIGNY (1820).

CIDADE PEDRÁLIA, VILLE DES LUMIÈRES

25Pourtant José Bonifácio n’aura cessé durant ses quatre années de présence sur la scène politique brésilienne de susciter des enthousiasmes, de révéler des projets pour l’organisation d’un Brésil indépendant. C’est bien comme cela qu’il faut comprendre le sens du geste de Menezes de Palmiro lorsqu’il adresse au grand homme d’État son mémoire sur Cidade Pedrália. La lecture de ce long document nous place cependant devant une nouvelle série d’interrogations : comment s’effectue la transition d’un projet politique ou de société à un projet de ville ? En quoi une forme urbaine peut-elle donner corps à une ambition sociale ou géopolitique ?

26Ce projet, nous l’avons dit, est dédié à José Bonifácio : il est donc légitime de s’attendre à ce que le modèle d’organisation urbaine choisi, suggère une mise en œuvre possible, à l’échelle d’une ville nouvelle, du projet Bonifácio. Or, la tâche n’est pas si facile. La première difficulté que doit en effet résoudre ce plan est l’articulation entre la diversité sociale brésilienne et l’unité de la ville : comment faire pour que les différences sociales qui existent à l’échelle de la société brésilienne, s’insèrent dans un projet qui vise à l’unité de l’organisation urbaine ? Autrement dit, comment traduire sur le plan urbanistique le principe de l’égalité des droits civiques que demande José Bonifácio ? Que l’on se comprenne bien, il ne s’agit pas de gommer les différences sociales existantes. Au contraire, partant de la reconnaissance de l’ordre social existant, il s’agit de trouver un principe unificateur qui puisse l’accueillir au sein d’une unité urbaine. Menezes Palmiro dispose ici de deux types d’instruments pour répondre à ce défi. Il peut d’abord agir sur la forme de la ville, sa plastique, par l’application de modèles urbanistiques et architecturaux. Il peut également jouer sur l’organisation matérielle de la société urbaine. Menezes Palmiro doit aussi répondre à un autre élément important de la pensée de José Bonifácio : comment mettre en valeur l’idée d’un pouvoir exécutif fort ? A priori, cela ne paraît pas la tâche la plus ardue. Encore faut-il que le principe urbanistique ou architectural utilisé, ne contredise pas celui ou ceux employé(s) pour résoudre le défi de l’organisation de la société brésilienne. Nous souhaitons donc procéder à une lecture de ce plan, afin de comprendre comment il symbolise ou synthétise le projet Bonifácio et en quoi il apporte un éclairage nouveau pour la compréhension du projet.

  • 12 je suis redevable à l’architecte argentin Raúl Pajoni, qui trop tôt nous a quitté, d’avoir accepté (...)

27Le projet de Menezes Palmiro n’a fait jusqu’à aujourd’hui l’objet d’aucune étude. Il n’est, à notre connaissance, jamais évoqué par les historiens de Brasília. Or la description de Cidade Pedrália est extrêmement précise et détaillée12. Menezes Palmiro distingue les secteurs d’habitation, du centre civique et politique (palais, ministère, jardins publics). Il propose l’adoption d’un plan d’urbanisme en grille pour le secteur des habitations, et d’un style architectural néo-classique pour l’ensemble du palais et du jardin. Quant à la ville proprement dite, elle apparaît comme satellisée autour de l’ensemble du palais pour lui servir de cadre :

  • 13 Menezes Palmiro (Paulo Ferreira de), Memória a bem do Império, op. cit., pp. 121-123.

« Au sud du palais on démarquera une lieue carrée, comme patrimoine du Sénat. On démarquera également des rues et des parcelles. Ces dernières auront 100 brasses de long [220 mètres] et 60 brasses de large [132 mètres]. Les lots auront 30 brasses de profondeur. Les maisons seront donc dos-à-dos. Le Sénat attribuera chaque brasse du devant avec 30 brasses d’extension pour un cens de 2 $ 000 reis par an ; les maisons, pour ne pas dénaturer la rue Augusta, n’auront que deux étages. Chaque maison aura 3 brasses et demi [7,7 mètres] de devanture, avec 4 portes : 2 pour les boutiques du rez-de-chaussée, et deux sur les côtés : une pour le service de l’étage du bas, et une pour celui de l’étage du haut. Les rues auront 80 palmes [17,6 mètres] de large et seront orientées nord-sud ; les traverses de l’orient vers l’occident. Dans les traverses on sera libre de suivre différentes architectures. Et comme les rues seront larges de 80 palmes [1 7,6 mètres], elles auront au centre une plate-bande aromatique pour donner un parfum suave. Les étrangers ne pourront qu’admirer un tel plan. Les parcelles délimitées et allouées offriront une rente de 400 $ 000 reis chacune par an. De cette manière, possédant une lieue carrée [6 600 mètres], le Sénat sera richissime. Toutefois, il devra y avoir une faveur offerte à tous ceux qui fonderont des maisons ou des palais : ils ne paieront ni rente foncière, ni dîme, pendant 15 ans, afin de les inciter. Il y aura toutes les 4 parcelles, une place pour le service du peuple, permettant de construire la chapelle ou la paroisse, ainsi que des fontaines. Les parcelles seront démarquées d’emblée. Tant que les maisons ne seront pas construites, le Sénat louera les parcelles pour servir de jardins et de potagers. Mais, dès qu’une personne les recevra en cens à 2S000 reis le lot pour édifier des maisons, alors le ferrnage cessera. Les bénéficiaires des fermages ne pourront pas construire de maison en dur, seulement des baraques pour leur habitation. Au nord du palais, on démarquera une autre lieue [6 600 mètres], où seront démarquées des parcelles identiques, ainsi que des rues, selon le plan de la lieue du sud. Cette lieue sera toutefois la propriété de la Miséricorde et de l’hôpital, les lots étant alloués pour le même prix que ceux du Sénat. Chaque fois que l’on édifiera 50 maisons au sud, on ne pourra pas en édifier d’autres tant qu’un nombre identique n’a pas été édifié au nord. Ainsi la ville sera édifiée alternativement, de sorte que l’hôpital ait des revenus suffisants pour soigner les pauvres et les invalides13. »

28Menezes Palmiro conçoit le plan en grille comme un principe d’organisation urbaine servant deux objectifs : incarner un modèle d’ordre social pour les secteurs d’habitation et différencier symboliquement le centre civique du reste de la ville (figure n° 10).

FIGURE N° 10 : ÉBAUCHE DU PLAN DE CIDADE PEDRÁLIA (MENEZES PALMIRO - 1822).

  • 14 Voir le remarquable ouvrage de Rykwert (Joseph), The Idea of a Town : The Anthropology of Urban Fo (...)
  • 15 Cité in Reps (John), La ville américaine : fondations et projets, Paris, Mardaga, 1969, p. 29.
  • 16 Sennet (Richard), La ville à vue d’œil, Paris, Plon, 1992, 314 p.

29La technique de la grille a été utilisée, tout au long de l’histoire de l’urbanisme occidental, soit pour commencer la construction d’un nouvel espace, soit pour rénover un espace existant ou dévasté par quelque catastrophe. Hippodamos de Milet, au ve siècle av. J.C., défend déjà une conception géométrique de la ville en rapport avec un projet d’ordre politique. Le plan qu’il trace pour la ville de Milet, en Asie mineure, donne forme à la conception du régime démocratique selon Périclès et marque la naissance du plan en grille en tant que modèle raisonné d’urbanisme politique. Les Romains ont ensuite systématisé l’utilisation de la grille pour l’édification des villes-camps militaires. Ils imaginèrent, à partir d’un espace limité, la façon de former un centre, à l’intersection du decumanus et du cardo, et de créer ensuite des centres pour chaque quartier en imitant ce croisement d’axes principaux dans chaque sous-section14. Les Espagnols l’utilisèrent également pour la création de villes sur leurs terres du Nouveau Monde. Leur pratique consiste à ordonner le tissu urbain à partir de la planification du centre : « Le plan des lieux avec ses places, ses rues et ses espaces bâtis doit être réalisé au cordeau et à la règle, en partant de la place principale d’où les rues devront gagner les portes et les routes principales, et en laissant assez d’espace vide pour que, même si la ville grandit, elle puisse toujours s’étendre de manière symétrique15. » Les villes d’Amérique du Nord ont également été construites sur le modèle de la grille. Les projets de reconstruction de Londres, après le grand incendie de 1666, ceux de Robert Hook ou de John Evelyn comme ceux de Christopher Wren, utilisent la grille romaine. Cette apparente similitude physique ne dicte pas cependant une signification permanente. La grille, comme n’importe quelle structure, peut devenir ce que chaque société particulière souhaite qu’elle représente. Si les Romains considéraient que la grille recelait une charge émotionnelle, les Nord-Américains l’utilisèrent dans un but différent : la négation de la complexité et de la différence16. Or c’est justement la plasticité symbolique du plan en grille qui permet à Menezes Palmiro de l’utiliser pour Cidade Pedrália.

30La grille offre un premier avantage aux yeux de Menezes Palmiro : celui de neutraliser l’espace. La ville est orientée autour des 4 points cardinaux. Le rythme de construction des secteurs d’habitation nord et sud, doit respecter le principe de la symétrie : « Chaque fois que l’on édifiera 50 maisons au sud, on ne pourra pas en édifier d’autres tant qu’un nombre identique n’aura pas été édifié au nord ». En outre, la surface de chaque secteur d’habitation est limitée à une lieue carrée, soit 6 600 mètres carrés. À la différence des villes coloniales brésiliennes dont la construction a épousé les courbes du relief, contourné les zones accidentées, dessinant de la sorte des villes aux formes lâches, la construction de Cidade Pedrália repose sur une négation des particularités de l’environnement physique. L’agression de l’environnement permet de gommer ses originalités pour aboutir à la définition d’un espace neutre, sur lequel appliquer une grille. Le contrôle social s’exerce alors par la neutralisation des lieux. À ce titre la grille est un formidable instrument pour assurer une domination et organiser la puissance. Le principe organisateur de la ville transcende toute activité humaine. L’uniformité physique de la ville ne laisse rien transparaître de la diversité sociale qui la compose. Ainsi les maisons n’auront que deux étages, présenteront chacune une devanture de sept mètres soixante-dix, devront respecter la même architecture, sauf dans les traverses (les rues orientées est-ouest), où une liberté artistique et esthétique sera acceptée. Toutes les rues orientées nord-sud seront larges de 80 palmes (17,6 mètres) et posséderont en leur centre une plate-bande arborisée.

  • 17 Cité : La ciudad hispano-americana, el sueño de un ordem, Madrid, CEHOPU, 1989, p. 76.

31Uniformité physique mais également uniformité socio-spatiale du plan de Cidade Pedrália. Aucun critère social n’entre en jeu pour l’attribution des lots, et notamment ceux situés à proximité du centre. Chaque parcelle, centrale ou excentrée, est attribuée au même prix : l’aristocratie, les grands propriétaires, la bourgeoisie commerciale, la petite bourgeoisie... chaque groupe social peut ainsi accéder indistinctement aux parcelles proches du palais, qu’il est coutume de considérer, dans le cadre des plans en grille, comme les plus symboliques. Ce dispositif tranche avec celui qui a donné naissance aux villes coloniales hispano-américaines, qui laissent transparaître dans leur disposition spatiale l’ordre social de la colonie. La loi des Indes de Philippe II stipule clairement que « les parcelles doivent être réparties selon les qualités des personnes et doivent être données par ordre17 ». Menezes Palmiro propose donc d’utiliser la symbolique du plan en grille en fonction des objectifs assignés à la nouvelle capitale : affirmer la puissance de l’État brésilien ; accueillir uniformément les groupes sociaux du nouvel État indépendant.

  • 18 Freyre (Gilberto), Maîtres et esclaves : la formation de la société brésilienne, Paris, Gallimard (...)
  • 19 Freyre (Gilberto), Sobrados e mucambos: decadência do patriarcado rural e desenvolvimento do urban (...)
  • 20 Idem, p. 163. Sur l’opposition anthropologique entre la « maison » et la « rue » dans la ville bré (...)
  • 21 Idem, p. 20.

32L’affirmation de ces principes urbanistiques et architecturaux coïncide avec un mouvement de transformation sociale qui affecte la société brésilienne depuis la fin du xviiie siècle : le déclin du patriarcat rural. Dans une étude désormais classique, le sociologue brésilien Gilberto Freyre a magistralement mis en évidence les stigmates physiques, sociaux et psychologiques du patriarcat rural par l’opposition entre la maison des maîtres (casa grande) et les abris de fortune des esclaves (senzalay)18. Ce monde de l’engenho, de la plantation sucrière, qui a constitué la trame dominante des relations sociales durant la période coloniale, voit sa domination sur la société se rétracter à la fin du xviiie siècle. L’effondrement de l’économie sucrière du Nordeste et le développement parallèle des activités minières - activités essentiellement urbaines, c’est-à-dire reposant sur l’établissement de noyaux de peuplement et leur transformation en bourgs ou en villes - n’y sont pas étrangers. L’arrivée de Dom João VI au Brésil (1808) conférant de nouveaux privilèges à la bourgeoisie commerciale, contribue à renforcer l’emprise de la ville sur le monde rural. Cette bourgeoisie, d’essence urbaine, se distingue par un type de maison de ville bien particulier : le sobrado, splendide bâtisse à deux étages, qui devient l’équivalent urbain de la casa grande, un symbole, un marqueur du pouvoir social. Et c’est pour essayer de retrouver la majesté perdue des temps coloniaux, qu’en ce début du xixe siècle, « le patriarcalisme s’urbanisa19. » Toutefois, poursuit Gilberto Freyre, « venant des engenhos pour les sobrados, le patriarcalisme brésilien ne s’est pas livré d’emblée à la rue ; pendant longtemps, le sobrado et la rue furent de vrais ennemis20. » En effet, les maisons bourgeoises des villes brésiliennes tournent le dos à la rue. Les propriétaires terriens s’installent en ville avec la même arrogance qui a dicté leur pouvoir de maître sur le monde rural, « utilisant la rue pour scier leur bois, jetant au milieu de la rue les animaux morts, les restes des repas, l’eau usée, parfois même le contenu des pots de chambre21. » La rue, asservie, n’est qu’un simple chemin au service des puissants, qui ne s’y aventurent guère d’ailleurs, en dehors des cérémonies religieuses. Le reste du temps, la rue est le domaine des pauvres, des Noirs et des Mulâtres (figure n° 11).

33Cette rue, si méprisée, si soumise aux caprices des propriétaires de sobrados, devient dans le plan de Menezes Palmiro un espace de prestige, un lieu de confraternisation. La dignité retrouvée de la rue est bien une des marques de la modernité du plan de Cidade Pedrália, qui anticipe les grandes réformes urbaines de l’Empire : assainissement des rues, illumination, développement des transports urbains, établissement d’un code d’urbanisme régissant les constructions urbaines, etc.

  • 22 L’historien de l’art Joseph Rykwert oppose ainsi le mouvement classique et le mouvement néo-classi (...)

34Les principes architecturaux et urbanistiques qu’applique Menezes Palmiro au plan de Cidade Pedrália s’inscrivent dans la mouvance du style néo-classique, ce style qu’a tenté d’introduire la mission artistique française à partir de 1816, et dont on pensait alors qu’il représentait une manière de couper les ponts avec la tradition baroque portugaise, pouvant ainsi contribuer à l’émancipation culturelle du Brésil22. Le modèle adopté pour le dessin des rues, le souci accordé à l’arborisation et à l’établissement d’une architecture uniforme pour les bâtiments résidentiels, en sont un bon exemple. C’est toutefois sur l’ensemble architectural composé par le palais et le jardin que Menezes Palmiro applique le mieux le style néo-classique, non pas comme un modèle idéal épuré, mais comme un instrument capable d’intégrer les particularités de la société brésilienne et d’engendrer une construction architecturale originale.

FIGURE N° 11 : RUA DIREITA - RIO DE JANEIRO (c. 1827-1835).

35Après avoir défini la trame urbaine de la nouvelle capitale, Menezes Palmiro doit transformer la puissance affirmée par la grille en autorité politique, et éviter que l’uniformité de l’organisation socio-spatiale de la ville n’entre en contradiction avec l’objectif politique exprimé par José Bonifácio, à savoir l’éducation des citoyens et le perfectionnement de leurs qualités personnelles. Pour mettre en valeur le rôle premier de l’exécutif, il dispose de l’ensemble architectural du palais et du jardin et pour atténuer l’uniformisation qui ressort du plan en grille, d’instruments divers, tels que l’arborisation, la décoration naturelle, la statuaire...

  • 23 Menezes Palmiro (Paulo Ferreira de), Memória a bem do Império, op. cit., pp. 121-122.

« L’édifice du palais sera un carré de majestueuse architecture ; le centre servira de parvis de la cour (Terreiro do Paço) et aura 300 brasses de côté [660 mètres] ; l’édifice aura des portiques : un pour le sud, un autre pour le nord et le principal pour l’orient. Ce dernier sera le plus majestueux. Au centre de la galerie occidentale sera édifiée la chapelle impériale. Les divisions entre les salons seront ornées de piliers où l’on installera dans des niches élégantes les statues des rois. A l’extérieur du palais, dans des niches égales, seront installées les statues des héros brésiliens qui se sont rendus fameux par les vertus, les sciences ou les armes, et également par les arts, ainsi que ceux qui ont découvert de nouvelles branches de commerce, et les capitalistes qui ont édifié le palais de la nouvelle capitale. Le désir d’éterniser leur mémoire créera de grands hommes.
Le palais fera face à l’orient et l’arrière à l’occident. À l’arrière, le palais continuera avec 100 brasses [220 mètres] de long, et 300 [660 mètres] de large, accompagnant ainsi la largeur de la galerie occidentale. Cette extension possédera une galerie extérieure identique. On édifiera une tour face à la chapelle impériale. A l’arrière de ces édifices, il y aura une rue de 50 palmes [11 mètres] de largeur pour permettre le passage du peuple. À l’entrée et à la sortie de cette rue, il y aura des passages sous arcades qui permettront le passage du palais vers le jardin23. »

  • 24 Marx (Murillo), Cidade brasileira, São Paulo, Editôra Melhoramentos, 1980, p. 75.

36Cette conception architecturale s’éloigne du modèle adopté par les Portugais depuis le début de la colonisation, puisque selon l’architecte Murillo Marx, « les symboles de l’organisation de l’État, les bâtiments pour les responsables des gouvernements, se détachaient rarement des paysages urbains, ne se présentaient pas souvent de manière digne, lorsqu’ils n’étaient pas inexistants dans les bourgs et les villes du Brésil. Pendant les trois siècles et demi de la vie coloniale, l’architecture civile publique fut discrète, pour ne pas dire précaire. Il y eut des exceptions notoires et notables, qui exigèrent de nouveaux types de constructions officielles. Mais leur petit nombre, leur portée limitée, et plus particulièrement leur présence urbanistique timide, persistent24. » Beaucoup de palais sont des adaptations d’édifices privés, comme celui de São Paulo où les gouverneurs se sont installés dans l’ancien collège de la compagnie de Jésus, après l’expulsion des Jésuites en 1759. Les résidences de Dom João VI à Rio de Janeiro lui ont été offertes par des particuliers. Bien souvent également, les hauts dignitaires représentant les intérêts politiques au Brésil, n’étaient que de simples locataires dans des bâtiments privés. Autant dire que le palais à l’architecture majestueuse que Menezes Palmiro propose de construire, constitue une nouveauté et une rupture par rapport au modèle traditionnel appliqué au Brésil. Il comportera des portiques permettant l’accès du peuple à la place intérieure, et sera orné par les statues des rois. Menezes Palmiro ne nous fournit malheureusement pas d’autres indications sur l’architecture du palais, sa forme extérieure, sa taille... Il eût en effet été fort instructif de comparer ce palais avec ceux qui ont pu être construits ou simplement projetés, sensiblement à la même époque, en Europe.

  • 25 Sur les places royales, on consultera avec profit le chapitre que Pierre Lavedan consacre à ce suj (...)
  • 26 França (José Augusto), Une ville des Lumières, la Lisbonne de Pombal, Paris, École des hautes étud (...)

37La majesté des bâtiments est mise en valeur par l’immensité de la place-parvis (660 mètres de côté), espace de prestige qui exalte les souverains dont les statues ornent les piliers du palais. Ainsi décrite, cette place semble une adaptation des places royales françaises des xviie et xviiie siècles - les statues équestres en moins25. Et telles les places de la Renaissance, Menezes Palmiro y ajoute une chapelle impériale. La place réunit ainsi en son sein les symboles des pouvoirs temporel et spirituel. Pourtant, à nouveau, répétons-le, l’urbanisme colonial au Brésil n’a accordé que peu d’importance aux grandes places civiques, comme le sont la Plaza Mayor ou la Plaza de Armas dans l’Amérique espagnole. Une série de petites places (largos, pátios, terreiros) articule la modeste trame urbaine de la ville brésilienne et alimente la vie de ses rues. Remarquons d’ailleurs que ces petites places sont présentes dans le plan de Cidade Pedrália : « Il y aura toutes les 4 parcelles, nous dit l’auteur, une place pour le service du peuple, permettant de construire la chapelle ou la paroisse, ainsi que des fontaines ». Mais les places des villes brésiliennes ont rarement été construites pour accueillir les citadins ou mettre en valeur un édifice public, à la fois dans sa signification politique et architecturale. La place-parvis de Cidade Pedrália présente cependant quelques particularités notables. À la différence de celles de Salvador ou de Rio de Janeiro ouvertes sur la mer, elle est fermée. Les portiques permettent à tous d’y accéder depuis la ville proprement dite. Le plan de 1755 pour la reconstruction de Lisbonne prévoyait la même mesure. Bien qu’ouverte sur le Tage, la place (Terreiro do Paço) n’était accessible que par des arcs, des passages couverts,... Selon José Augusto França, le Marquis de Pombal a souhaité que seule cette place possède des portiques dans la ville. Les rues de la « Baixa » et du « Rossio » qui en possédaient auparavant n’en ont pas été pourvues dans le nouveau plan26.

38Faut-il voir dans la place de Lisbonne, telle qu’elle a été reconstruite par le Marquis de Pombal, une source d’inspiration pour Menezes Palmiro ? Il est difficile de l’affirmer avec certitude. Néanmoins, depuis l’arrivée de Dom João VI au Brésil, en 1808, l’idée de remodeler Rio de Janeiro à l’image de la Lisbonne moderne est très fortement implantée au Brésil.

39L’autre particularité de cette place est son extension : un carré de 660 mètres de côté, soit une surface de plus de 400 000 m2. À titre de comparaison, la place d’Armes de Versailles, de forme trapézoïdale, ne comporte que 60 000 m2, soit près de sept fois moins. Le Terreiro do Paço de Lisbonne est une place carrée d’à peu près de 180 mètres de côté. Il n’y a donc pas de comparaison possible avec d’autres places européennes. Même la place de Saint-Pétersbourg, pourtant une des plus vastes places de capitale, n’atteint pas cette dimension. Ne pensons pas que cette taille démesurée soit une erreur de la part de l’auteur du plan : la place est fort bien proportionnée par rapport au reste de la ville. Il semble au contraire qu’elle témoigne de l’ambition « démesurée » d’une jeune nation à occuper une place privilégiée au cœur du continent américain. José Bonifácio et Menezes Palmiro ont insisté sur cet aspect.

  • 27 Lynch (Kevin), Site Planning, Cambridge, MIT Press, 1972, pp. 189-190 et p. 219.

40Le document que nous analysons ne fournit pas d’informations supplémentaires sur la place : faut-il en conclure qu’elle sera entièrement nue ? Si tel était le cas, ce vide visuel entraînerait une très forte sensation d’autorité. En effet, nous rappelle l’urbaniste nord-américain Kevin Lynch, « une place nous affecte directement à travers nos sens, par la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat. La qualité sensuelle d’une place est la conséquence de la forme et du comment et par qui elle est perçue ». Or les formes spatiales ont des connotations symboliques qui « expriment ce qu’un homme peut apprendre non seulement au sujet des biens et services, mais également au sujet de l’histoire, de l’écologie, de la présence, des hommes et de leurs activités, le flux du trafic et de l’information, le temps, la politique, les événements à venir27 ». Et que montre la place de Cidade Pedrália à un promeneur ? les statues des rois et la chapelle impériale dédiée à l’Ordre des Chevaliers de Saint-Pierre (voir supra). En somme, les symboles de la continuité du pouvoir et des principes organisateurs de la société. Plus d’indications constitueraient une surcharge. Ce qui doit demeurer sur la place du palais royal, c’est une impression visuelle d’unité.

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE

  • 28 Sennet (Richard), La Ville à vue d’œil, op. cit.

41Mais cette place parvis possède une autre vertu. Accessible à tous, elle est le seul lieu de la ville, qui est prévu pour la concentration des foules pour les affaires et le plaisir : « dans la conception chrétienne de la ville, explique Richard Sennet, ces places profanes avaient été les lieux où le hasard et l’incontrôlé pouvaient jouer leur rôle. Sur les places des Lumières, la concentration fut utilisée comme le fondement social de l’unification visuelle28 ». En effet, l’homme de la rue n’est pas un simple décor mobile dans le plan de Cidade Pedrália. Il participe activement à la vie urbaine et il a un pouvoir de définition sur la forme et le sens de la ville. Menezes Palmiro y accorde donc toute son attention. L’extérieur du palais est justement dédié au culte des vertus humaines. « Les statues des héros brésiliens qui se sont rendus fameux par les vertus, les sciences ou les armes, et également par les arts, ainsi que ceux qui ont découvert de nouvelles branches de commerce » sont exposées dans toute la ville : « le désir d’éterniser leur mémoire créera de grands hommes ». Chacun peut ainsi participer, avec ses propres qualités, à la fondation du Brésil moderne. Le Brésil à venir ne sera pas le simple résultat de l’action politique de quelques monarques, mais plutôt de l’action conjointe de tous les citoyens, ces mêmes citoyens que José Bonifácio propose d’éduquer grâce à l’implantation d’un solide réseau d’éducation.

42Mais la vertu, la moralité, ne suffisent pas aux yeux de Menezes Palmiro à assurer l’avenir d’une nation moderne. Il importe également de développer les qualités personnelles, la sensibilité de chaque individu. Tel est le rôle attribué au jardin et aux plates-bandes arborées, disposées au centre des rues principales. Le jardin « dépositaire de tous les arbres, aromates et fleurs des quatre parties du monde » est un ailleurs qui permet rêverie et fuite hors du temps. « L’allée centrale [des rues] arborisée avec des canneliers de Ceylan, des girofliers des Moluques, et toutes sortes d’arbres aromatiques, de l’encens d’Arabie, du camphre de Bornéo (...) offrira un parterre ombragé dégageant un parfum suave pour les habitants ». L’auteur du plan de la nouvelle capitale envisage donc une ville parcourue en tous sens par des bandes de verdure. D’une dimension imposante (près de 100 km2), et entourée de terrains agricoles, Cidade Pedrália constitue - idée chère à Rousseau - une véritable ville à la campagne. Ce contraste est en effet nécessaire pour concilier les deux objectifs de la ville nouvelle : affirmer la puissance de l’État et œuvrer au perfectionnement moral et individuel des habitants de la capitale. La régularité de la trame urbaine est ainsi tempérée par la forme et les contours irréguliers de l’arborisation qui, par l’exaltation des sens et des sentiments, procure une impression de liberté.

  • 29 Cité in Jacques (Annie) et Mouilleseaux (Jean Pierre), Les Architectes de la liberté, Paris, Galli (...)
  • 30 Freyre (Gilberto), Sobrados e mucambos..., op. cit., vol. 1, p. 18.
  • 31 Cité par Delson (Roberta Max), New Towns..., op. cit., p. 158.

43Le couple « liberté et nature » est un thème cher aux philosophes des Lumières, et aux fameux « architectes de la liberté ». L’architecture est alors vécue comme une expérience philosophique devant permettre que « l’homme se perfectionne par ses propres sensations », selon la formule de l’architecte français Ledoux29. Pourtant, l’arborisation et l’installation de jardins dans les villes brésiliennes ne deviennent une préoccupation pour les administrateurs portugais que dans le dernier quart du xviiie siècle. Jusqu’alors les jardins étaient essentiellement privés, et surtout protégés des regards extérieurs par de hauts murs séparant les propriétés de la rue. En témoigne par exemple le jardin de Vila Bela (Mato Grosso), prévu dès la construction de la ville en 1752 pour être réservé à l’usage exclusif du gouverneur (figure n° 12). Il en va de même pour les jardins des monastères. Ceux des Franciscains de Paraíba, de Bahia ou de Rio de Janeiro, ceux des Carmélites d’Angra dos Reis, ceux des Bénédictins de Salvador et de Rio de Janeiro, ou encore ceux des jésuites de Belém ou Paranaguá, témoignent de cet art du jardinage privé, dont la motivation est toutefois plus scientifique (herbes médicinales, botanique) qu’esthétique. De façon plus générale, « les promenades, les jardins dits publics, les places ombragées entourées de grilles de fer, semblables à celles qui ont substitué les murs autour des maisons, mais plus élégantes, se limitaient à l’usage et à la jouissance des personnes en brodequins, en haut de forme, en cravate - insignes de classe et en même temps de race, mais principalement de classe. À l’usage et la jouissance de l’homme d’une certaine situation sociale - mais de l’homme et seulement de l’homme, la femme et l’enfant demeurant à l’intérieur de la maison.30 » Une raison pratique motive l’attention grandissante accordée à partir de la fin du xviiie siècle à l’arborisation des villes et à la création des jardins publics. Ceux-ci représentent des instruments peu onéreux pour remodeler des villes dont l’irrégularité de la trame apparaît soudain comme un frein à leur modernisation. Ainsi à São Paulo, un « plan topographique » défini en 1792 et mis en application en 1808, prévoit l’adoption d’un tracé régulier pour les nouvelles extensions de la ville. Ce plan a été complété en 1809 par une loi royale qui prescrit les plantations d’arbres comme mesure de camouflage et de compensation des déficiences patentes de la vieille ville et des quartiers non planifiés31. Ces parcs sont destinés soit aux promenades pour les résidents, soit aux expérimentations botaniques. Le jardin botanique de Belém est créé en 1781. De la même manière, le jardin public de Rio de Janeiro (Passeio Público) est créé en 1783 sous la direction de Valentim Fonseca da Silva, dit Mestre Valentim (vers 1750-1813), orfèvre, sculpteur et décorateur, ayant étudié à Lisbonne. Le jardin qu’il dessine est une sorte de Versailles miniature avec de longues allées de plantations symétriques. Ceux de Belém, Olinda, Ouro Preto, São Paulo sont ensuite inaugurés. Mais c’est véritablement avec l’installation de la famille royale au Brésil (1808) que les jardins acquièrent une nouvelle importance dans la vie urbaine brésilienne, tant par leur présence physique que dans leur dimension philosophique. La présence de Dom João VI au Brésil a favorisé la diffusion des idées européennes concernant l’aménagement des villes dans la colonie. A la demande du prince régent, le jardin botanique de Rio de Janeiro est construit dès 1808. Les architectes européens, sous l’influence de l’idéologie des Lumières, mettent en effet l’accent sur l’importance de la naturalisation des villes. La ville peut, sous certaines conditions de dimension spatiale et humaine, être le lieu de réconciliation de l’homme et de la nature. Mais cette nature doit être la plus « naturelle » possible : c’est le style des jardins à l’anglaise, au tracé irrégulier, qui supplante l’idée d’une nature maîtrisée dans les jardins à la française (comme par exemple ceux de Versailles, dessinés par Le Nôtre).

FIGURE N° 12 : PLAN DE LA VILLE NOUVELLE DE VILA BELA, NOUVEAU SIÈGE DE LA CAPITAINERIE DU MATO GROSSO (1773). LE JARDIN EST SITUÉ DANS LE PROLONGEMENT DU PALAIS.

44Menezes Palmiro ne nous donne malheureusement aucune indication sur la disposition exacte du jardin de Cidade Pedrãlia : aura-t-il un tracé régulier ou irrégulier ? ce qui importe cependant, c’est qu’il l’inscrit parmi les éléments constitutifs de l’originalité architecturale de la nouvelle capitale. Ce n’est plus un élément ajouté sur le tard aux vides urbains qui apparaissent au gré de l’urbanisation « insouciante » des villes coloniales. Il atteint le statut d’ouvrage d’art et participe de l’architecture horizontale de la ville. Mais le jardin n’est pas un simple faire-valoir d’un bâtiment ou d’un quartier, il joue un rôle dans l’éducation et le perfectionnement moral des citoyens. La variété des plantes « des quatre parties du monde » doit susciter la curiosité intellectuelle et les « odeurs suaves », les « allées ombragées », permettre flâneries et rêveries. L’auteur décrit ainsi un nouveau temps urbain qui doit accompagner la mise en place du projet de nouvelle société pour le Brésil.

  • 32 Voir à ce sujet les belles pages que consacre l’historienne Pilar Gonzalez dans son étude des soci (...)

45Mais un tel jardin est aussi un véritable lieu de rencontre et de sociabilité moderne, entre des individus émancipés de leurs liens communautaires traditionnels (la famille, la parentèle, le quartier). À ce titre il complète le dispositif des petites places urbaines qui favorise le développement d’une sociabilité de quartier, en permettant l’établissement de liens secondaires, en lieu central de la ville32.

46L’originalité du projet de Menezes Palmiro ne repose pas uniquement sur son parti pris urbanistique et architectural. L’auteur envisage également un nouveau modèle d’organisation de la société urbaine, qu’il propose d’étendre ensuite à l’ensemble du Brésil. Ce ne seront plus les qualités sociales qui détermineront entièrement la place de chacun au sein de la communauté urbaine : le mérite et la vertu doivent entrer en compte. C’est ce à quoi répond l’Ordre des Chevaliers de Saint-Pierre :

  • 33 Menezes Palmiro (Paulo Ferreira de), Memória a bem do Império e da Pátria, op. cit., pp. 124-125.

« La chapelle impériale sera dédiée à Saint-Pierre, lequel sera également le patron de la province. Et si l’on créait un Ordre des Chevaliers de Saint-Pierre, divisé en trois classes, ce serait la chose la plus intéressante : ce serait l’époque la plus brillante du nouveau monde. Les Chevaliers de première classe seront appelés Grands Chevaliers d’Honneur. Leur parure sera composée de deux clés en forme de croix de Saint-André, avec une couronne à la cime incrustée de topazes. Les clés auront quatre pouces de long. Les Chevaliers de la seconde classe seront appelés les Grands Chevaliers. Leur parure sera une clé gravée de grisolites. Ceux de la troisième classe seront appelés les Chevaliers Pedritas. Leur parure sera une clé de deux pouces incrustée d’aigues-marines. Les Chevaliers de la première classe porteront également un collier en or et émaillé de vert ; ceux de la seconde classe, un collier en or, sans émail ; ceux de la troisième, un cordon doré. Les distinctions de la première classe ne seront concédées qu’aux hommes de première grandeur, ou à ceux qui ont rendu de grands services à la Patrie, par les sciences ou par les armes. Celles de la seconde classe, à ceux qui ont fondé deux maisons dans la nouvelle cour, selon l’esquisse faite ci-dessus : chaque maison aura trois brasses et demi sur le devant. Celles de la troisième classe à ceux qui ont fondé une maison dans la nouvelle cour. On publiera dans toutes les provinces de l’Empire que l’on accorde ces distinctions à tous ceux qui fonderont des édifices dans la nouvelle cour, pour eux ou pour d’autres. Je pense que dans la seule province de Minas, il y a plus de 800 capitalistes ; dans le reste de l’Empire, quelques 6 000. Comme ce sont des maisons de deux étages, cela fait un nombre de 13 000 feux, sans compter les boutiques.
Le sixième restant des distinctions des Chevaliers de première classe, sera réservé pour les grands de l’Empire et pour les grands services. On concédera également cette distinction à ceux qui fonderont un palais avec une façade principale de 12 brasses [26,4 mètres].
Si l’Ordre des Chevaliers de Saint-Pierre était créé, il intéresserait à la fois l’État et la Nation, pour ce qui est de la première classe ; et le bien public, pour les chevaliers de la deuxième et de la troisième classe. Celles-ci comprendront non seulement des capitalistes fondateurs d’édifices dans la nouvelle cour, mais également tous les travailleurs qui cultiveront les plantes asiatiques et européennes ou qui élèveront des animaux, non seulement dans la nouvelle province, mais dans tout le Brésil, en étendant ainsi le dit Ordre à tous les cultivateurs, éleveurs, capitalistes industrieux33... »

47Ces trois classes n’intègrent évidemment pas l’ensemble de la société. Les pauvres, les noirs, les mulâtres ou les indiens n’ont que peu d’espoir d’y accéder. Toutefois, l’Ordre des Chevaliers de Saint-Pierre constitue un nouveau système de promotion et de mobilité sociale. Dans la colonie et l’Empire naissant, seuls la noblesse, le clergé et quelques commerçants ou propriétaires terriens (les homens bons) disposent d’un véritable statut au sein d’un système social relativement fermé. Dès son arrivée au Brésil, Dom João VI a bien procédé à une série d’anoblissements, permettant ainsi à quelques natifs d’accéder à des titres de noblesse, mais le constat de mobilité sociale réduite, demeure. Selon Menezes Palmiro, la nouvelle société qui doit émerger du mouvement d’indépendance ne peut se satisfaire de ce simple modèle de promotion sociale. Le mérite individuel et la vertu, deux valeurs si chères à la pensée de José Bonifácio, doivent y trouver leur place. L’Ordre des Chevaliers de Saint-Pierre, offre ainsi une synthèse entre une promotion correspondant aux qualités sociales et une promotion correspondant aux qualités individuelles de mérite et de vertu. Le titre de Grand Chevalier d’Honneur sera concédé aux grands personnages de l’Empire mais également à tous « ceux qui ont rendu de grands services à la Patrie, par les sciences ou par les armes » ou encore « ceux qui fonderont un palais avec un façade principale de 12 brasses ». La bourgeoisie commerciale, les fazendeiros, tout comme les médecins et les scientifiques, peuvent accéder à cette distinction suprême. Les distinctions de deuxième et troisième classe seront attribuées aux fondateurs de maisons dans la nouvelle capitale, mais également « à tous les cultivateurs, éleveurs et capitalistes industrieux... » Menezes Palmiro imagine donc un système de promotion et de mobilité sociale lié à la valorisation de l’entreprise individuelle. Cette proposition est donc à lire en parallèle à celle de José Bonifácio, envisageant la mise en place d’une réforme agraire, d’une politique de redistribution des terres, et la suppression de l’esclavage.

48La ville de Cidade Pedrália se présente à la fois comme l’aboutissement d’une réflexion sur la situation économique et sociale du pays, et les moyens de l’améliorer (« Je me suis persuadé qu’il serait utile de créer une nouvelle province (...) Au centre de la province, on fondera la nouvelle cour, appelée Cidade Pedrália ») ; et comme le point de départ pour une réorganisation de la société. Et l’auteur n’insiste pas tant sur la position géographique et le rôle de coordination de la nouvelle capitale, que sur l’exemplarité de son organisation, tant urbaine que sociale, qui doit irradier l’ensemble du Brésil. La description minutieuse du modèle d’urbanisme et d’architecture à appliquer, du type d’organisation sociale à adopter, prend alors tout son sens. La ville avec sa province forme une sorte de Brésil condensé, en raison de la diversité des hommes et des activités qu’elle héberge. Elle se présente donc comme un laboratoire de réflexions et d’expériences. Son modèle d’organisation urbaine et humaine pourrait fonctionner de manière autonome, mais il prendrait alors une grande valeur s’il était appliqué peu à peu à l’ensemble du territoire brésilien. Ce serait, nous dit Menezes Palmiro, « l’époque la plus brillante du nouveau monde ».

49Si les principales utopies urbaines fonctionnent en autarcie, si le perfectionnement de l’homme n’a de valeur, dans ces constructions intellectuelles, qu’à l’intérieur des limites strictes de la ville, l’inventeur de Cidade Pedrália n’envisage l’existence de cette ville que dans le cadre d’un espace bien défini : le territoire brésilien. Elle en procède et doit contribuer à l’amélioration générale des conditions de vie du pays. Le modèle n’a donc pas de valeur universelle. S’il emprunte, dans sa conception, des éléments aux mouvements philosophiques et architecturaux européens de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle, ce n’est que pour mieux mettre en valeur, face à l’unicité ontologique de la nature humaine, l’originalité du caractère brésilien. Cidade Pedrália est la cité idéale, bâtie à l’échelle d’une « nation en train de se former » (selon la formule du conseiller Veloso de Oliveira en 1810), et capable de la modeler. Et si le principe moral unificateur de la société urbaine est bien, à l’exemple de tant d’autres créations urbaines, la religion, c’est d’une religion particulière dont il s’agit, inspirée des doctrines de la franc-maçonnerie : la religion de l’humanité. Les structures sociales de la franc-maçonnerie éclatent cette fois au grand jour, avec la création de l’Ordre des Chevaliers de Saint-Pierre. L’Empereur Pedro I (le nom de l’Ordre établit d’ailleurs une relation directe avec celui de l’Empereur) et José Bonifácio, ne sont-ils pas « Grands

50Maîtres », échelon suprême de l’organigramme franc-maçon ? Et comment ne pas penser ici aux tentatives d’instauration d’une religion de l’humanité pendant la Révolution française.

51La capitale inventée par Menezes Palmiro, répétons-le, est conçue à l’échelle des réalités brésiliennes. Elle n’est pas faite que de rues tracées au cordeau, de murs, de maisons, de bâtiments officiels. L’auteur y insuffle la vie en construisant l’Ordre des Chevaliers de Saint-Pierre, à la fois principe religieux et principe d’organisation sociale. À ce titre, Cidade Pedrália est bien l’illustration, le symbole, mais aussi le moteur du projet de société mis au point par José Bonifácio.

LES BAPTISEURS DE VILLE

52Les découvreurs du Nouveau Monde, souvenons-nous, n’ont cessé tout au long du xvie siècle de nommer ou de baptiser, se livrant avec passion à l’attribution de toponymes. Cette même fièvre semble réapparaître lorsqu’il s’agit pour les promoteurs d’une nouvelle capitale - José Bonifácio ou Menezes Palmiro notamment - de nommer la ville projetée - car peut-on imaginer une ville sans nom ? Nommer consiste à désigner, à doter la ville d’une image qui transcende sa propre réalité physique ; une image capable de susciter des identifications ; une image qui également, en retour, peut influencer l’avenir de la ville. Nommer une ville, en somme, revient à lui insuffler une personnalité particulière. Dans les fondations de villes, cet acte n’est pas le moindre et ses conséquences peuvent être importantes. La décision relève d’un choix politique et culturel. Le nom est fonction de l’importance de la ville, du rôle qu’on lui prête, des privilèges qu’elle a pu obtenir... Que dire donc lorsqu’il s’agit d’une ville nouvelle destinée à être la capitale d’une jeune nation indépendante. Les États-Unis d’Amérique ont donné à leur nouvelle capitale le nom du premier président, Washington ; Pierre le Grand a proposé son nom pour la nouvelle capitale de la Russie, Saint-Petersbourg... Ces choix révèlent le désir d’éterniser la mémoire des constructeurs de la ville, mais également de la nation.

53Parmi les projets de nouvelle capitale établis pendant la période de l’indépendance du Brésil, plusieurs noms sont suggérés pour la ville-capitale. Le premier, chronologiquement, est « Brasília » : il est proposé en 1821 par un député brésilien aux Cortes de Lisbonne, et repris en 1823 par José Bonifácio. Le deuxième est « Cidade Pedrália » suggéré par Menezes Palmiro, en 1823. Le troisième est « Petrópole », proposé également par José Bonifácio en 1823. Ces deux derniers noms sont construits à partir du nom de Dom Pedro I, avec toutefois une différence notable. Cidade Pedrália est une construction grammaticale typique de la langue portugaise. En revanche, Petrópole est créé par apposition du mot d’origine grecque, « polis » (la cité), au nom de l’Empereur. Le nom de la capitale revendique, outre le mérite du constructeur, les vertus de la cité grecque. La nouvelle capitale ne doit pas être une simple urbs, mais une polis, avec un mode d’organisation politique particulier. Petrópole, aux yeux de José Bonifácio est une façon d’associer à la nouvelle capitale, le nom de son fondateur et le projet politique et social dont elle est la pièce maîtresse, mais aussi le symbole.

  • 34 Salgado (Plínio), Como nasceram as cidades do Brasil, Lisbonne, Éd. Ática, 1947, 166 p., voir en p (...)

54Le nom de Brasília n’a bien entendu pas la même signification politique et culturelle. Brasília veut simplement dire Brésil. Sa formation étymologique se justifie par la jonction au mot « Brasil », du suffixe atone « ia », un des suffixes les plus fréquents depuis l’antiquité classique dans la formation des toponymes. S’il est difficile de dater la première apparition du nom latin de Brasilia, on peut noter qu’il apparaît de manière régulière, dès 1520, sur les globes ou les cartes représentant l’Amérique du sud. Toutefois, en ce qui nous concerne, le nom donné à la nouvelle capitale du Brésil est lusitanisé, par l’ajout d’un accent tonique sur l’avant dernière syllabe : « Brasília ». Dans la langue portugaise, le suffixe « ia » indique un diminutif affectueux. Brasília pourrait donc être traduit par « petit Brésil ». Une autre possibilité est encore à envisager pour l’interprétation de ce nom : l’influence de la langue Tupi dans la toponymie brésilienne. Ainsi que l’explique Plínio Salgado, dans la langue Tupi, le « i » symbolise les choses profondes, l’eau, ce qui vient du fond de la terre ; et le « a », la clarté et la luminosité34. L’association des deux lettres signifie la liaison des puissances infernales et célestes. Or « Brésil » est un nom donné à une terre. « Brasília », dans la perspective d’une influence de la langue tupi dans sa formation étymologique, pourrait donc symboliser l’alliance transcendantale du sous-sol, de la terre et du ciel. La polysémie du nom « Brasília », son renvoi à une racine latine, portugaise ou tupi, sert parfaitement le « projet Bonifácio ». Il fait du Brésil l’héritier de la civilisation latine, le fils aîné de l’œuvre colonisatrice portugaise, mais également la terre de l’intégration des peuples et des cultures indigènes et européennes.

55Le projet Bonifácio constitue un véritable projet de modernisation des structures économiques, sociales et politiques brésiliennes. L’intériorisation de la capitale se présente comme une mesure nécessaire pour la coordination de ce programme. C’est toutefois par la réflexion sur la construction et l’organisation de Cidade Pedrália que le « projet Bonifácio » acquiert une véritable consistance. Non pas que Menezes Palmiro ait une vision plus précise de l’avenir du Brésil que José Bonifácio. Disons plutôt que le thème de la ville nouvelle, véritable laboratoire d’innovation, révèle une grande richesse conceptuelle. Il illustre les options de développement présentes dans une société à une époque donnée, mais il éclaire également le type de relation existant entre le pouvoir et les sujets ou les citoyens. C’est donc bien dans la notion même de ville nouvelle, et des choix urbanistiques, architecturaux, sociaux et politiques qu’elle implique, qu’il faut chercher la raison de la capacité de Cidade Pedrália à « donner vie » au projet Bonifácio.

  • 35 Holanda (Sérgio Buarque de) (sous la direction de), História Geral da Civilização brasileira, tome (...)

56Certes, aucun de ces projets n’a abouti. On peut même se demander si le plan de Cidade Pedrália a été connu par d’autres personnes que l’auteur et le destinataire. Il n’importe. Il existait au début de l’indépendance un véritable projet de modernisation qui incluait deux mesures particulières pour le mener à bien : une intériorisation de la capitale et la construction d’une ville nouvelle. Son échec est révélateur de la forme particulière du mouvement de l’indépendance brésilienne. Selon Sérgio Buarque de Holanda, « le 7 septembre [1822] constitue un simple épisode d’une guerre civile de Portugais, initiée en 1820 avec la révolution libérale portugaise, et où les Brésiliens sont seulement intégrés en tant que Portugais d’outre-mer35. » L’indépendance n’est donc pas un mouvement autonome de revendications communes contre la métropole. Aucune conscience nationale ne soutient le processus d’émancipation. Après la restauration de 1824 (promulgation de la Charte constitutionnelle), la mise à l’écart du projet Bonifácio devenait une nécessité. Pour Dom Pedro I, l’Indépendance est avant tout une réaction contre la tentative de recolonisation envisagée par les libéraux portugais. Elle s’inscrit dans le prolongement de 1808, avec l’installation de la cour au Brésil.

57Il faut attendre l’abdication de l’Empereur en 1831 au profit de son fils, Dom Pedro II, pour que le groupe dominant des propriétaires ruraux atteigne le pouvoir. Ces derniers vont dès lors concevoir et définir un projet national pour le développement du Brésil, où la question du transfert de la capitale trouve « naturellement » sa place.

Notes

1 Lembranças e Apontamentos do Governo Provisório de São Paulo para os deputados da Província as Cortes Portuguesas para se conduzirem em relação aos negócios do Brasil 1820, in Falção (Edgar de Cerqueira), op. cit., vol. 2., p. 105. José Bonifácio avait rédigé auparavant une série de notes afin de guider la rédaction des instructions de la Junte de São Paulo : Ideias sôbre a organi-zação política do Brasil, quer como Reino Unido, quer como Estado Independente. Constituição para o. Notas para as instruçóes do Governo Provisório de São Paulo aos Deputados às Cortes de Lisboa, cité in : Souza (Alberto de), Os Andradas, São Paulo, Tipografia Piratinga, 1922, 3 vol. , p. 475, cité in Ant. Hist., op. cit., tome 1, p. 40.

2 Idem, p. 98.

3 Viotti da Costa (Emília), « José Bonifácio : Mito e historia », in Da monarquia à República : momentos decisivos, São Paulo, Editôra Brasiliense, 1987, p. 58 (1e éd. : 1970).

4 Aditamento ao projeto de constituição para fazê-la aplicavel ao reino do Brasil, cité in Pimentel (Antônio Martins de Azevedo), « Histórico da mudança da capital federal para um sítio do interior do Brasil », in Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, Rio de Janeiro, T.73, parte 1, jan/junho 1910, p. 284.

5 Miranda (Francisco de França), « Manifesto do povo do Rio de Janeiro ao Senado da Câmara sôbre a residência da S.A. Real no Brasil », in Ant. Hist., tome 1, pp. 11 7-118.

6 À ce sujet voir la belle synthèse proposée par : Mota (Carlos Cuilherme) et Novais (Fernando A.), A Independência política do Brasil, São Paulo, Editôra Moderna, 1986, 48 p. On pourra également consulter : Macaulay (Neil), The Struggle for Liberty in Brazil and Portugal, 1798-1834, Duham, Duke University Press, 1986, 361 p.

7 Costa (Hipólito José da), « Reflexões sôbre as necessidades deste mês », in Correio Braziliense, Londres, février 1822, vol. XXVIII, p. 268, in Ant. Hist., tome 1, p. 43.

8 Ritter von Schäffer : « Missão especial do Brasil na Alemanha, Hamburgo » in Brasilia, histó-ria de uma Idéia, Rio de Janeiro, Serviço de documentação da Presidência da República, 1960, pp. 54-56.

9 Menezes Palmiro (Paulo Ferreira de), Memória a bem do Império e da Pátria, janvier 1823, Arquivo Histórico do Itamaraty, Documentos Avulsos, Posteriores a 1822, in Ant. Hist., tome 1, pp. 120-123.

10 Bonifácio de Andrada e Silva (José), « Memória de José Bonifácio apresentada à Assembleia Constituente e Legislatíva do Brasil », juin 1823, cité in Ant. Hist., tome 1, pp. 118-120.

11 Idem, p. 119.

12 je suis redevable à l’architecte argentin Raúl Pajoni, qui trop tôt nous a quitté, d’avoir accepté de transcrire sur le papier les indications fournies par Menezes Palmiro pour la construction de Cidade Pedrália (voir plan n° 6).

13 Menezes Palmiro (Paulo Ferreira de), Memória a bem do Império, op. cit., pp. 121-123.

14 Voir le remarquable ouvrage de Rykwert (Joseph), The Idea of a Town : The Anthropology of Urban Form in Rome, Italy and the Ancient World, Princeton, Princeton University Press, 1976, 242 p.

15 Cité in Reps (John), La ville américaine : fondations et projets, Paris, Mardaga, 1969, p. 29.

16 Sennet (Richard), La ville à vue d’œil, Paris, Plon, 1992, 314 p.

17 Cité : La ciudad hispano-americana, el sueño de un ordem, Madrid, CEHOPU, 1989, p. 76.

18 Freyre (Gilberto), Maîtres et esclaves : la formation de la société brésilienne, Paris, Gallimard (TEL), 1978 (éd. originale : 1933), 550 p

19 Freyre (Gilberto), Sobrados e mucambos: decadência do patriarcado rural e desenvolvimento do urbano, Rio de Janeiro, Livraria José Olympio, 1951 (1er éd.: 1936), p. 144.

20 Idem, p. 163. Sur l’opposition anthropologique entre la « maison » et la « rue » dans la ville brésilienne, voir l’ouvrage de (Da Matta) Roberto, A casa e a rua, Rio de Janeiro, Guanabara Koogan, 1991, 177 p. (1re éd. : 1985).

21 Idem, p. 20.

22 L’historien de l’art Joseph Rykwert oppose ainsi le mouvement classique et le mouvement néo-classique : « le classique évoque autorité, discrimination, voire snobisme - une distinction de classe, donc. Le mot néo-classique, lui, suggère plutôt Révolution, objectivité, Lumière, égalité » (Les premiers modernes : les architectes du XVIIIe siècle, Paris, Hazan, 1991 (éd. originale : 1980), p. 13.).

23 Menezes Palmiro (Paulo Ferreira de), Memória a bem do Império, op. cit., pp. 121-122.

24 Marx (Murillo), Cidade brasileira, São Paulo, Editôra Melhoramentos, 1980, p. 75.

25 Sur les places royales, on consultera avec profit le chapitre que Pierre Lavedan consacre à ce sujet dans son Histoire de l’urbanisme, Paris, H. Laurens, 1952, tome 2 (« Renaissance et temps modernes »), p. 277 et sq. Voir également : Argan (Giulio Carlo), L’Europe des capitales (1600-1700), Paris, A. Skira, 1964, 226 p. ; Mumford (Lewis), The Culture of Cities, New York, Harcourt, Brace and Company, 1938, 585 p. (notamment le chapitre 2 : « Court, Parade and Capital », pp. 73-142).

26 França (José Augusto), Une ville des Lumières, la Lisbonne de Pombal, Paris, École des hautes études en sciences sociales, SEVPEN, 1965, p. 94.

27 Lynch (Kevin), Site Planning, Cambridge, MIT Press, 1972, pp. 189-190 et p. 219.

28 Sennet (Richard), La Ville à vue d’œil, op. cit.

29 Cité in Jacques (Annie) et Mouilleseaux (Jean Pierre), Les Architectes de la liberté, Paris, Gallimard, 1993, p. 14.

30 Freyre (Gilberto), Sobrados e mucambos..., op. cit., vol. 1, p. 18.

31 Cité par Delson (Roberta Max), New Towns..., op. cit., p. 158.

32 Voir à ce sujet les belles pages que consacre l’historienne Pilar Gonzalez dans son étude des sociabilités à Buenos Aires dans la première moitié du XIXe siècle : Civilité et politique : aux origines de la nation argentine, Paris, Presses de la Sorbonne, 2000.

33 Menezes Palmiro (Paulo Ferreira de), Memória a bem do Império e da Pátria, op. cit., pp. 124-125.

34 Salgado (Plínio), Como nasceram as cidades do Brasil, Lisbonne, Éd. Ática, 1947, 166 p., voir en particulier le chapitre 5, « Mistérios da toponimia brasileira », pp. 59-66.

35 Holanda (Sérgio Buarque de) (sous la direction de), História Geral da Civilização brasileira, tome II, « O Brasil Monárquico », vol. 3, « Reações e transações », São Paulo, Difusão Européia do Livro, 1967, p. 13.

Table des illustrations

Légende FIGURE N° 8 : PORTRAIT DE JOSÉ BONIFACIO, « LE PATRIARCHE DE L’INDÉPENDANCE ».
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Légende CARTE N° 1 : LES PROJETS DE LOCALISATION DE LA NOUVELLE CAPITALE À L’ÈRE DE L’INDÉPENDANCE (1821-1823).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1470/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende FIGURE N° 9 : PROJET DE FAÇADE DE LA BOURSE PAR GRANDJEAN DE MONTIGNY (1820).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1470/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende FIGURE N° 10 : ÉBAUCHE DU PLAN DE CIDADE PEDRÁLIA (MENEZES PALMIRO - 1822).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1470/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende FIGURE N° 11 : RUA DIREITA - RIO DE JANEIRO (c. 1827-1835).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1470/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Légende FIGURE N° 12 : PLAN DE LA VILLE NOUVELLE DE VILA BELA, NOUVEAU SIÈGE DE LA CAPITAINERIE DU MATO GROSSO (1773). LE JARDIN EST SITUÉ DANS LE PROLONGEMENT DU PALAIS.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1470/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

© Éditions de l’IHEAL, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540