Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Nova Lisboa à Brasília

 | 
Laurent Vidal

I. Nova Lisboa, la capitale d’une cour en exil (1808-1821)

Texte intégral

« Or, pour les fondations d’une ville ou d’un empire, le roi doit choisir s’il lui est possible, une région tempérée. Et un tel choix renferme bien des avantages. D’abord, la douceur de la température entretient la santé et donne une longue vie. »
Thomas d’Aquin, Du gouvernement du Prince.

1Le 29 novembre 1807, la famille royale du Portugal accompagnée des courtisans, du gouvernement et des administrateurs, ainsi que de nombreux serviteurs, quitte Lisbonne en direction du Brésil. La menace des troupes napoléoniennes incite la cour portugaise à abandonner la métropole. Peut-on imaginer la détresse du régent Dom João durant ce voyage ? Privé de capitale, l’Empire est soudain fragile, sa cohésion et sa stabilité sont gravement menacées. Dans ces conditions, le Brésil ne peut être seulement une terre d’exil pour la cour. De toute urgence, et même à titre provisoire, Dom João doit réorganiser son Empire depuis le Brésil, qui se trouve soudain projeté du statut de colonie au statut d’État et devient par substitution la nouvelle métropole.

2La première mesure à prendre est alors le choix d’une nouvelle capitale. Jusqu’alors, le Brésil ne disposait que d’une capitale administrative (Rio de Janeiro), la capitale politique demeurant outre-atlantique, à Lisbonne. Il s’agit donc pour Dom João de créer une véritable capitale d’État. Deux possibilités s’offrent à lui : soit construire spécialement à cet effet une ville nouvelle, à l’exemple de Versailles, Saint-Pétersbourg ou Washington, soit réformer Rio de Janeiro et la transformer en capitale politique, à l’exemple de Lisbonne reconstruite et réorganisée par Pombal après le tremblement de terre de 1755. Dans les deux cas, il convient de parer une ville des attributs symboliques d’une capitale d’État de rang européen. Et l’on sait l’attention qu’accordent les États modernes à la constitution de véritables villes capitales, recourant aux grands travaux d’urbanisme et d’architecture pour mettre en scène l’idéologie au pouvoir. Dom João décide finalement d’installer la cour à Rio de Janeiro, qui pourrait bien être de ce point de vue la dernière ville capitale rénovée selon le modèle d’urbanisme néoclassique suivi par les États modernes des xviie et xviiie siècles. La présence du prince régent au Brésil ouvre néanmoins un débat sur l’option d’une ville nouvelle. Plusieurs conseillers de Dom João VI, de même que le célèbre journaliste brésilien exilé à Londres, Hipólito José da Costa, prennent position en faveur de cette thèse, plaidant même pour l’installation de la capitale à l’intérieur du territoire.

RIO DE JANEIRO : DE LA CAPITALE COLONIALE À LA CAPITALE D’ÉTAT

  • 1 Debret (Jean-Baptiste), Voyage pittoresque et historique au Brésil, ou séjour d’un artiste françai (...)

3Les vingt navires transportant la cour portugaise sous l’escorte de la flotte anglaise, atteignent Salvador le 24 janvier 1808. Pour ses habitants, l’arrivée de la cour est une providence. Elle signifie la possibilité de récupérer le titre de capitale, acquis en 1549 lors de la création du gouvernement général du Brésil, et perdu en 1763 au profit de Rio. La présence du souverain du Portugal dans cette « capitale historique » du Brésil ne constitue-t-elle pas un signe laissant présager un retour de la capitale à Salvador ? C’est du moins ce que semblent espérer les habitants de la ville qui usent de mille stratagèmes pour que le roi y installe définitivement la cour. Les commerçants proposent même de lui construire un palais digne de son rang : « Le débarquement de la famille royale fut pour les habitants de cette ville, nous explique le peintre Jean-Baptiste Debret, une occasion mémorable de manifester leur joie et leur attachement à la vue du Souverain. Les fêtes splendides qu’ils lui avaient préparées étalaient un luxe et une magnificence qui attestaient à la fois de l’élévation de leur âme et de leur dévouement au monarque, ils votèrent unanimement une somme de douze millions de francs, destinée à l’édification d’un palais pour la famille royale, si le prince daignait résider parmi eux, mais des raisons politiques empêchèrent le régent d’accepter leur offre1 ».

4Cette attente est compréhensible : Salvador est la seule ville brésilienne dessinée et construite d’emblée pour abriter des fonctions de capitale (administrative, religieuse et militaire). Elle fut créée selon la tradition portugaise en délimitant d’abord le termo, la juridiction municipale, et le rossio, terre communale située à la sortie de la ville, servant au pacage, à l’approvisionnement en bois, et sur laquelle la population vient en fin de semaine prendre l’air ou se distraire. Dans le décret d’institution du gouvernement général du Brésil (14 janvier 1549), le monarque portugais Dom joão III a en effet désigné l’architecte Luís Diaz, comme maître d’œuvre de la ville de Salvador, lui confiant la responsabilité du choix du site, de la délimitation du termo, de la construction de la forteresse et de l’édification des principaux bâtiments administratifs et religieux. C’est donc avec une extrême précaution, et sous le contrôle direct de la couronne que fut choisi le site de la ville, que fut établi le plan de la capitale, et que furent dessinés et répartis les bâtiments du pouvoir (figures n° 1 et 2). La ville de Rio de Janeiro fut également fondée sur ordre de la Couronne portugaise, en 1565, mais dans un objectif bien différent : le grand capitaine Estácio de Sá est investi de pouvoirs exceptionnels pour expulser définitivement les Français installés dans la région de Rio de Janeiro depuis 1555 et construire une ville nouvelle à côté du premier noyau de peuplement. Rio de Janeiro est avant tout une place forte qui affirme la présence du Portugal dans le sud-est du Brésil. La position de la ville, le choix du site, le tracé urbanistique dépendent de cette orientation défensive (figures n° 3 et 4).

  • 2 Pour une comparaison des différents modèles d’urbanisme européen au Nouveau Monde, voir notre ouvr (...)
  • 3 Prado Júnior (Caio), Formação do Brasil contemporâneo, São Paulo, Editora Brasiliense, 1942, (12e (...)

5Le Portugal n’a pas d’emblée défini au Brésil un plan systématique d’urbanisation, ni même développé un modèle d’urbanisme standard et idéal, à l’exemple de l’Espagne et de ses villes américaines organisées autour d’une plaza mayor2. Rien dans l’architecture ou l’urbanisme portugais n’indique la volonté d’un investissement symbolique de la couronne dans sa colonie. La démarche est extrêmement pragmatique. Dans le système colonial portugais, le Brésil n’est qu’un pays fournisseur de matières premières, ou un relais pour les navires faisant la route d’Inde ou d’Afrique de l’Est vers le Portugal. Si bien que le trône du Portugal ne met en place directement qu’une colonisation de comptoirs, laissant aux donataires des capitaineries le soin de la mise en valeur de l’intérieur du territoire. Cette politique poursuivie jusqu’à la fin du xvie siècle imprime durablement les structures du Brésil colonial. Comme l’a démontré l’historien Caio Prado Junior, la colonisation portugaise est marquée par son caractère extraverti. Ce « sens de la colonisation », conditionne toute l’organisation de la colonie, le caractère et la distribution du peuplement, qui « se condense exclusivement là où il est possible de produire ces articles et de les livrer avec une grande facilité au commerce international3, » c’est-à-dire sur une bande littorale extrêmement réduite. L’orientation mercantile donnée à la colonisation dicte alors la situation de la capitale, qui doit se trouver à proximité des régions productrices de biens d’exportation (le Nordeste sucrier), mais également être en mesure de surveiller les points de conflit où la souveraineté du Portugal sur le territoire brésilien est susceptible d’être remise en cause (comme le Sud-Est, menacé par les Français au xvie siècle). En outre, et c’est la condition fondamentale, sa position ne peut-être que littorale. La capitale doit être une ville portuaire pour contrôler l’ensemble des activités d’exportation. Dès lors, le choix de Salvador, située à mi-distance du Nordeste et du Sud-Est, installée en hauteur sur une presqu’île facile à défendre, allait de soi en 1549.

FIGURE N° 1 : VUE DE SALVADOR, CAPITALE DE LA VICE-ROYAUTÉ DU BRÉSIL (1624).

FIGURE N° 2 : VUE DE SALVADOR EN 1782.

FIGURE N° 3 : VUE DE RIO DE JANEIRO EN 1624.

FIGURE N° 4 : PLAN DE L’ENTRÉE DU PORT DE RIO DE JANEIRO DANS L’ÉTAT OÙ IL SE TROUVAIT DANS L’ANNÉE 1762.

6Ces mêmes raisons, économiques et géopolitiques, président au transfert de la capitale, de Salvador à Rio de Janeiro, en 1763. Depuis la fin du xviie siècle, le port de Rio de Janeiro a acquis une grande importance au sein de l’économie coloniale. En effet, pendant l’occupation hollandaise du Nordeste (1624-1654), le trafic maritime entre la colonie et la métropole est exclusivement réservé au port de Rio de Janeiro. La découverte puis l’exploitation des mines d’or dans la province de Minas Gerais, font de Rio de Janeiro le principal port du Brésil. En outre, les visées du Portugal sur la colonie du Sacramento, à la frontière sud du Brésil, donnent à ce port une importance militaire fondamentale. À tous ces arguments, il convient d’ajouter le fait que Rio de Janeiro a été par deux fois capitale du Brésil, lors de la division de ce pays en deux gouvernements généraux (entre 1572 et 1578, et entre 1608 et 1612) : celui du nord, avec comme capitale Salvador ; celui du sud, avec pour capitale Rio de Janeiro.

7On comprend mieux dès lors combien l’arrivée de la cour portugaise en terre brésilienne modifie radicalement les conditions mêmes de la localisation et de l’organisation socio-spatiale de la capitale. Du simple statut de colonie, le Brésil accède de fait au rang d’État. La position de la capitale ne peut plus dépendre des seules contraintes extérieures : la place et la fonction de la région dans la stratégie coloniale portugaise. Par ailleurs il ne s’agit plus de donner forme à une capitale administrative, mais à une capitale politique, une capitale d’État. Dans ces conditions, Rio de Janeiro n’est pas assurée de conserver son titre de capitale. L’imprécision et la précipitation avec lesquelles la ville a été investie du mandat de capitale, plaideraient même en faveur d’un retour à Salvador. Pour beaucoup de contemporains, ce transfert de la capitale ne consistait qu’en un simple transfert d’honneurs : aucun ordre royal précis n’a d’ailleurs été signé pour confirmer cette décision.

  • 4 « Decreto e instruções para a Regência de Portugal, redigido pelo Marquês de Belas e assi-nado em (...)

8Dom João VI est très ému et impressionné par l’accueil chaleureux des habitants de Salvador. Le site, les dimensions et la richesse de la ville l’enchantent. Il hésite longuement avant de prendre la route de Rio de Janeiro mettant ainsi un terme aux espoirs de Salvador. Mais cette hésitation ne pouvait être que passagère. Le choix de Salvador aurait en effet constitué une remise en cause du décret royal du 26 novembre 1807, justifiant le départ de la famille royale, et du contrat passé avec la Couronne britannique. Ce décret, signé la veille du départ pour le Brésil par Dom João VI, prévoit clairement l’installation du Roi à Rio de Janeiro : « (...) j’ai résolu, en faveur de mes vassaux, de partir avec la reine, ma dame et mère, et avec toute la famille royale, vers les États d’Amérique, et de m’établir dans la ville de Rio de Janeiro, jusqu’à la paix générale4 ».

9Les Anglais, protecteurs traditionnels du Portugal depuis le traité de Methuen en 1703, auraient vu d’un mauvais œil ce changement soudain de décision. Dans une convention signée le 8 novembre 1807, la Grande-Bretagne prévoyait de protéger le Prince Régent du Portugal durant son voyage vers le Brésil, en contrepartie de l’ouverture des ports brésiliens aux navires de commerce anglais et de la signature d’un nouveau traité de commerce et d’assistance mutuelle entre les deux royaumes. Or pour l’Angleterre industrielle, en quête de nouveaux marchés et de nouveaux réservoirs de matières premières, ce départ de la cour est une aubaine. Et Rio de Janeiro est idéalement placé par rapport aux prétentions sud-américaines de la Grande-Bretagne, qui a déjà tenté de s’implanter en Argentine et en Uruguay, les années précédentes. Salvador est en revanche située beaucoup trop au nord. En outre, Rio de Janeiro est le premier port de commerce d’Amérique du Sud : l’accès assuré aux navires anglais dans ce port pourrait éviter une guerre de conquête à la couronne britannique. L’établissement de la couronne portugaise à Rio de Janeiro place donc le Brésil sous l’influence britannique, et ce, plus sûrement qu’à Salvador. Dans de telles conditions, Dom João VI n’avait pas d’autre choix que de quitter Salvador pour Rio de Janeiro. L’accueil qui lui est fait lors de son arrivée le 7 mars 1808 n’en est pas moins grandiose. Plus qu’une cérémonie officielle, c’est une véritable fête populaire qui accueille le roi et sa cour. Un accueil que seule une capitale peut organiser pour saluer l’arrivée de la famille royale !

10Mais l’illusion est de courte durée. L’ambassadeur anglais Strangford, dans une lettre envoyée depuis Rio de Janeiro, au premier ministre britannique Canning, le 24 juillet 1808, expose les inquiétudes de Dom João VI face au choix de Rio de Janeiro comme siège de la capitale :

  • 5 « Carta de Strangford, Embaixador de Sua Majestade britânica, a Canning, Primeiro Ministro, datada (...)

« Son Altesse Royale ajouta que Rio de Janeiro n’était en aucune façon la résidence adéquate pour la famille royale, que le climat de cette province était extrêmement malsain, et qu’il avait décidé de faire une incursion vers les parties méridionales de ses possessions dans l’espoir de trouver un site mieux adapté pour sa Cour et le Gouvernement. Le Prince se lamenta, alors, du manque de recours financiers pour mener à bien immédiatement le projet de transfert, et parla, avec ressentiment, de l’inconfort personnel auquel la Reine Mère et le reste de sa Famille étaient sujets en raison de cette circonstance5. »

11La première pierre de l’édifice des propositions du transfert de la capitale est posée par le régent lui-même. Bien entendu, l’idée est à peine effleurée, l’argumentation toute personnelle (la qualité de vie pour la famille royale est le seul principe mis en avant), mais ce doute émis en plus haut lieu, sur la qualité de Rio de Janeiro à assumer le rôle de capitale d’État ouvre la voie à d’autres propositions plus fournies, plus détaillées, celles-là. L’argument avancé par Dom João VI n’est cependant pas sans fondement. À vrai dire, ce sera l’un des thèmes récurrents des critiques émises contre la ville de Rio de Janeiro tout au long des xixe et xxe siècles. La ville ayant été construite sur des marécages, le climat y est lourd et humide, des insectes de toutes sortes y prolifèrent. Les « parties méridionales » du Brésil présentent alors, il est vrai, un climat plus proche de celui de l’Europe.

  • 6 Debret (Jean-Baptiste), Voyage pittoresque et historique au Brésil..., op. cit., p. 4.
  • 7 Oliveira (Lima), Dom João VI no Brasil, Rio de Janeiro, Liv. J. Olympio, 1945, vol. 1, p. 93.

12Mais l’idée est rapidement abandonnée : pour « raisons financières », selon le régent, plus sûrement pour « raisons politiques », selon les termes de J-B. Debret6. Par sa position maritime, Rio de Janeiro se présente comme le prolongement de Lisbonne. Le choix de cette ville comme capitale entre dans la logique de la politique coloniale portugaise. Le Prince Régent ne pouvait choisir qu’un port comme capitale d’un Empire maritime. En quelques mois, la justice et l’administration de toute la colonie, ainsi que celles de toute la monarchie, y compris celles des domaines africains et asiatiques, sont transférées à Rio de Janeiro. Cette ville devient alors la Lisbonne brésilienne. « En résumé, écrit Oliveira Lima, Rio était, prise dans son ensemble, une espèce de Lisbonne, irrégulière mais non moins banale, avec un patrimoine artistique en moins et une luxuriante végétation en plus7. »

  • 8 Debret (Jean-Baptiste), Voyage pittoresque et historique au Brésil..., op. cit., vol. 3, p. 44.

13La décision de rester à Rio de Janeiro oblige à un réaménagement de la ville, inadaptée pour recevoir plusieurs milliers de personnes. Le prince régent emploie toute son énergie à rendre Rio de Janeiro digne du rang de capitale de la monarchie portugaise. Il crée le Conseil d’État, le Conseil des Finances, l’Intendance générale de la police, les Académies militaire, navale et médicale, la Banque royale, le Théâtre royal de São João. Il demande même le transfert de sa bibliothèque personnelle, la Real Biblioteca Portugesa, qui donnera naissance quelques années plus tard à la Bibliothèque nationale. Une imprimerie royale est créée en 1808, et reçoit pour première commande officielle la publication d’un plan de la ville. Pour loger la famille royale, Dom João VI décide d’agrandir le palais des vice-rois, et transforme l’édifice des Carmes en chapelle royale. Un riche commerçant portugais, Antônio Elias Lopez, offre alors au Prince Régent une immense propriété située à São Cristavão, à près d’un kilomètre de la ville, sur d’anciennes propriétés jésuites : « Quinta de Boa Vista ». Cette propriété comprend une maison neuve, encore non habitée, se détachant au sommet d’une colline donnant sur la mer. Dom João VI est tout de suite sensible aux charmes du site et décide sans hésitation d’y transférer sa résidence permanente. Il fait appel à un architecte anglais, qui « substitue à la simplicité uniforme de cette maison de campagne une décoration de style gothique, bien plus digne d’une cour européenne8 » (figure n° 5).

14Le seul inconvénient est que l’accès à cette propriété est compliqué et long, le chemin peu carrossable. Par un décret du 26 avril 1811, Dom João VI concède alors une exemption d’impôts, durant 10 ans, à toute personne construisant le long de ce chemin une maison d’au moins deux étages ou de plus de cinq portes et fenêtres. Et en peu de temps, des maisons surgissent les unes à côté des autres, créant une continuité urbaine entre le centre de la ville et le palais. Le nouveau quartier prend alors le nom de « Ville nouvelle », en raison de ces magnifiques bâtisses aux immenses façades. D’autres résidences royales sont construites, une sur l’île du gouverneur, une autre dans un ancien couvent jésuite à Santa Cruz, une dernière enfin à proximité de la Praia Grande. Celle-ci, située hors de la baie, et donnant directement sur l’océan est fort appréciée du prince régent en raison de la pureté de l’air. À partir de 1819 une ville nouvelle surgit tout autour du palais, appelée « nouvelle ville royale ».

  • 9 Idem, vol. 3, p. 6.

15Les courtisans bénéficient quant à eux de nombreux dons de propriétés de la part de riches cariocas (habitants de Rio de Janeiro). Mais ces dons sont insuffisants pour loger l’ensemble de la Cour. Aussi le gouvernement promulgue-t-il la loi dite d’aposentadoria real, obligeant tout propriétaire à louer sa maison à une personne désignée par le gouvernement. Les courtisans entreprennent de nombreuses opérations de rénovation architecturale. Pour Jean-Baptiste Debret, présent sur les lieux, cette activité architecturale est du meilleur effet : « en 1819, il n’y avait plus, à l’intérieur de la ville, de rues où l’on trouve de simples murs ; et il existait de nombreuses maisons de trois étages, ce qui donnait à la ville un véritable aspect de capitale9. » Selon lui encore, la ville qui ne comptait que 40 000 personnes en 1753, en compte 150 000 en 1816. L’ampleur de ces modifications permet à Rio de Janeiro de rivaliser avec de nombreuses capitales européennes, et au premier titre Lisbonne. Dom João VI élève alors le Brésil au rang de Royaume-Uni au Portugal et à l’Algarve (16 décembre 1815). À partir de cette date, le Brésil perd sa condition de colonie, et Rio de Janeiro devient la capitale « européenne » du plus grand Empire colonial du monde.

FIGURE N° 5 : LA QUINTA DE BOA VISTA, RÉSIDENCE PRINCIÈRE.

  • 10 La mission artistique française et les peintres voyageurs, Rio de Janeiro, Fundação França – Brasi (...)
  • 11 Revel (Jacques), « La cour », in Nora (Pierre), Les lieux de mémoire, tome 3, vol. 2, Paris, Galli (...)

16La franchise accordée aux ports brésiliens en 1808, participe de cette politique d’européanisation, elle attire de nombreux commerçants étrangers, européens en majorité, qui s’installent à Rio de Janeiro. Leur présence contribue à doter la ville d’une nouvelle mentalité résidentielle. L’installation des corps diplomatiques, essentiellement français et anglais, permet la mise en valeur de nouveaux sites ou quartiers. La noblesse française s’installe dans la forêt de la Tijuca, et construit d’immenses résidences. Les Anglais transforment de vieux quartiers de pêcheurs en quartiers résidentiels : Glória, Flamengo, Botafogo... Pour parfaire cette européanisation de la ville, Dom João VI fait appel à de nombreux artistes et scientifiques européens. En 1816, sur les conseils de son ministre des Affaires étrangères, le Conde da Barca, il fait venir sous les tropiques une mission artistique française dirigée par Joaquim Lebreton, ancien secrétaire de l’Académie des Beaux Arts de l’Institut de France. Les peintres Nicolas-Antoine de Taunay et Jean-Baptiste Debret, les sculpteurs Auguste Taunay, Marc et Zéphyrin Ferrez, l’architecte Grandjean de Montigny et le graveur Simon Pradier comptent parmi les membres de cette délégation, qui doit « aider à propager le goût des beaux-arts et à perfectionner les techniques des manufactures au Brésil10. » La plupart de ces artistes ou artisans, fidèles du régime napoléonien, étaient tombés en disgrâce après l’avènement de Louis XVIII. L’invitation de Dom João VI leur permet de mettre à nouveau leur art au service d’un dessein civique et moralisateur. Jean-Baptiste Debret – cousin du grand peintre David qui l’avait accueilli dans son atelier – est ainsi appelé à ordonner la mise en scène des festivités royales et des défilés civiques (figure n° 6). Il doit proposer à la cour l’image qu’elle souhaite se donner d’elle-même. L’objectif poursuivi par Dom João VI est donc bien la renaissance du phénomène curial portugais à Rio de Janeiro. Il en confie la tâche à la mission française qui doit associer une forme particulière d’organisation sociale urbaine à l’exercice du politique. À cet égard, Dom João VI propose la transposition au Brésil d’organisation curiale du modèle perfectionné en France par Louis XIV afin de « représenter la pacification de l’espace social : moins sans doute de l’imposer que de la donner à voir et d’accréditer ainsi l’idée qu’elle est possible11. »

FIGURE N° 6 : DÉBARQUEMENT DE LA PRINCESSE LÉOPOLDINE (1817).

  • 12 Lima (Oliveira), Formation historique de la nationalité brésilienne, Série de conférences faites e (...)

17L’historien Oliveira Lima écrit ainsi au sujet de la présence des artistes de la mission française à Rio de Janeiro, que « leur influence fut excellente pour estomper la couleur locale qui commençait à devenir très intense, régler les pompes d’une cour qui s’en était de nouveau parée, et façonner certaines manifestations de la vie sociale (...). En vérité, les cérémonies du culte, les divertissements populaires, les fonctions de cour n’y manquaient point. Acclamations royales et mariages princiers, funérailles de cardinaux et bruyantes réjouissances noires, spectacles composés de drames patriotiques et ballets allégoriques, joutes à cheval et courses de taureaux, fêtes d’églises où figuraient des prédicateurs renommés et réceptions d’académiciens, processions magnifiques et revues militaires, défilés de charité et algarades politiques – tout se passait sur la scène de cette ville jusqu’alors si provincialement calme et qui prenait chaque jour de plus grandes proportions (...). Le port de Rio de Janeiro était devenu franc aux navires de toutes nationalités, la ville avait pris une teinte de cosmopolitisme et était devenue accessible aux influences du dehors, sans que l’autorité royale sombrât toutefois dans ce désordre pittoresque12. »

  • 13 Voir chapitre 2.

18Les réformes urbaines entreprises par Dom João VI, ainsi que l’activité de la mission française, contribuent à l’européanisation de Rio de Janeiro. En quelques années, la capitale du Royaume-Uni du Brésil, du Portugal et de l’Algarve peut revendiquer une place aux côtés des grandes capitales d’États modernes. Rio de Janeiro est la vitrine de ce nouvel Empire, que Dom João avait promis de fonder dès son arrivée au Brésil. Admirée par tous, elle est le joyau qui met en valeur l’écrin brésilien. À partir de 1822, Dom Pedro I saura utiliser avec finesse le talent des artistes français, ces constructeurs de capitale, pour doter Rio des symboles de l’Empire naissant13.

19Dom João VI a-t-il toutefois clairement mesuré combien son départ du Portugal, rompant le pacte colonial, modifiait les termes mêmes de la colonisation ? Le pays ne peut plus être considéré que comme un simple pourvoyeur de produits d’exportation. Rio de Janeiro ne peut plus être non plus une île métropolitaine dans un territoire colonial. La mise en valeur de l’ensemble du territoire devient patente. Or, Dom João VI continue à gérer les affaires du pays en termes purement financiers, comme il le faisait depuis Lisbonne. Cette contradiction est plusieurs fois soulignée, par ses plus proches conseillers comme par ses opposants. C’est dans le cadre de ces remarques, parfois acerbes, que des interrogations surgissent sur la fonction et la situation de Rio de Janeiro au sein du territoire brésilien, évoquant la nécessité d’un transfert de la capitale. Bien évidemment, les propositions divergent en raison de la multiplicité des regards portés sur le Brésil et son avenir. Mais la constatation demeure la même : Rio de Janeiro est inadaptée à assumer le rôle de capitale.

LA SOLUTION DE L’INTÉRIORISATION14 DE LA CAPITALE

  • 14 Cette notion d’« intériorisation » renvoie à la volonté d’une localisation de la capitale à l’inté (...)
  • 15 Cité in Ant. Hist, tome 1, pp. 34-35. Ce texte, publié à Lisbonne en 1809 est également disponible (...)

20À notre connaissance, pendant le règne brésilien de Dom João VI, au moins trois personnalités influentes font part de leur inquiétude quant à la capacité de Rio de Janeiro à assurer la fonction de capitale, et proposent un transfert vers l’intérieur des terres. Nous trouvons d’abord, daté de 1809, un texte publié sous les presses de l’Imprimerie royale de Lisbonne : Discurso do immortal Guillerme Pitt, pronunciado poucos anos antes do seu falecimen-to, no parlamento imperial dos Reinos Unidos da Cran Bretanha e Irlanda. Contém reflexões e pronosticos dignos da perpetua lembrança dos veneradores deste grande homem do Estado15. Il s’agit d’un discours qui aurait été prononcé par l’homme d’État anglais, William Pitt, au Parlement impérial du Royaume-Uni, à une date non précisée. L’authenticité de ce document a toutefois été mise en doute, dans la deuxième moitié du xixe siècle, par l’historien Francisco de Varnhagen, pour ne pas l’avoir rencontré à la Bibliothèque nationale de Londres, parmi les textes de Pitt : il suggère plutôt l’hypothèse d’un texte écrit par un Brésilien qui souhaitait présenter l’idée sans risquer la censure. Ces arguments ne convainquent pas cependant un historien comme Tobias Monteiro qui préfère y voir les propos d’un Anglais. Origine anglaise ou brésilienne ? Il ne nous est pas possible de trancher avec certitude ce débat de plus d’un siècle. Cependant, nous inclinons vers l’analyse de Tobias Monteiro, car s’il paraît peu probable que le discours ait été prononcé par William Pitt (décédé en 1806), il semble tout aussi peu probable qu’il soit le fait d’un Portugais ou d’un Brésilien. Les thèmes évoqués paraissent relever de la stratégie britannique d’implantation sur le continent sud-américain. Le texte part ainsi du principe de l’établissement de relations publiques et commerciales, entre le Portugal et l’Angleterre :

  • 16 Discurso do immortal Guillerme Pitt, op. cit., pp. 8-10.

« Le trône du Portugal ayant été placé en Amérique, un traité exclusif de commerce ayant été signé, et par conséquent, l’Amérique ayant été séparée de l’Europe, alors la Grande-Bretagne, aux côtés de son auguste et ancien allié, œuvrera pour l’augmentation de l’Empire, de l’Isthme de Panama au Détroit de Magellan (...). À partir de ce moment hautement important, l’Empire méridional et la Grande-Bretagne seraient liés éternellement, faisant entrer leurs deux puissances dans un commerce exclusif (...). Le bon usage que nous ferons d’une Alliance si intime (...) concourra pour que les habitants du Grand Empire et la Grande-Bretagne soient les arbitres du commerce international16. »

21Malgré les doutes concernant l’origine de ce document, la qualité des idées émises sur la nécessité d’une réorganisation territoriale du Brésil nous incite à lui accorder une grande importance. Il s’agit du premier texte – sûrement rédigé durant l’année 1807 ou durant les premières semaines de l’année 1808 – qui argumente une proposition pour l’intériorisation de la capitale. Nous le classons donc parmi les projets de modification du « sens de la colonisation », par une mise en valeur du territoire brésilien, et l’établissement de relations commerciales privilégiées avec l’Angleterre.

  • 17 Publié pour la première fois en 1823, alors que Antônio Rodrigues Veloso de Oliveira est député de (...)

22Une autre proposition émane du conseiller Antônio Rodrigues Veloso de Oliveira, qui offre au prince régent, en 1810, un mémoire intitulé : Memória sobre o melhoramento da província de São Paulo - Aplicável em grande parte as Províncias do Brasil17. Brésilien, formé en droit à Coímbra, il est l’auteur d’un traité sur le jeu de Voltarete. De retour au Brésil, il est nommé juge et conseiller des cours suprêmes de justice (desembargador). Dans une partie de son mémoire consacrée à la « manière dont il faut réguler et distribuer le peuplement du Brésil », Veloso de Oliveira s’interroge sur la situation de la capitale brésilienne. Ce texte qui se situe dans le prolongement de la politique coloniale portugaise propose, comme le Discours de Pitt, une réorientation de certains principes de la colonisation, pour une mise en valeur plus efficace de l’ensemble du territoire.

23De toute autre teneur sont les articles publiés à Londres par Hipólito José da Costa. Par deux fois, en 1813 et en 1818, il revient sur la nécessité de disposer la capitale à l’intérieur du pays. Journaliste brésilien d’inspiration libérale, il vit en exil à Londres après avoir fui l’inquisition portugaise. Il y fonde le premier journal d’opposition à l’administration portugaise : le Correio Braziliense qui paraît de façon irrégulière entre 1808 et 1822. Réputé pour sa plume mordante, considéré comme le journaliste le plus fameux, le plus influent et le plus craint de son temps, il fustige tout au long de ses articles la politique de Dom João VI et de son gouvernement. Ce journal est fort répandu en Angleterre comme au Brésil. Il reflète le libéralisme dans sa version élitiste. L’aversion envers le « peuple » est l’aspect marquant de l’idéologie du Correio Braziliense. Les idées émises par ce journal sont très appréciées par les propriétaires terriens brésiliens, désireux de s’émanciper du strict contrôle des activités économiques exercé par la couronne portugaise (figure n° 7).

FIGURE N° 7 : PORTRAIT D’HIPÓLITO JOSÉ DA COSTA ET PREMIER NUMÉRO DU Correio Braziliense (1808).

24Ces trois auteurs présentent la nécessité d’une intériorisation de la capitale à partir de points de vue différents. Le premier se place du côté des intérêts britanniques, le second défend le point de vue de la Couronne portugaise et le troisième celui de l’État brésilien. Si le Discours de Pitt porte sur la question des relations politico-commerciales avec la Grande-Bretagne – il est en fait le point de départ de toute tentative de réorganisation du territoire brésilien –, Veloso de Oliveira se prononce en revanche en faveur d’un développement indépendant du royaume du Portugal et du Brésil. Les opinions de ces deux auteurs reflètent l’oscillation constante de la politique brésilienne de Dom João VI, balançant entre deux modèles de développement. Le premier, appuyé sur l’établissement de relations commerciales exclusives entre le Brésil et l’Angleterre, et confortant les intérêts de la bourgeoisie commerçante d’origine portugaise, installée au Brésil. Le second, d’inspiration libérale, ce dont témoigne la franchise accordée aux ports de commerce en 1808, profite à la classe des propriétaires terriens brésiliens. Quant aux textes de Hipólito José da Costa, ils prennent le contre-pied de la politique suivie par le gouvernement de Dom João VI, même s’ils semblent sur certains points rejoindre la position du conseiller Veloso de Oliveira.

  • 18 Discurso do immortal Guillerme Pitt, op. cit., p. 9.

25Tous ces textes, nous l’avons dit, se prononcent en faveur d’un développement et d’un peuplement plus poussés du territoire brésilien. Le Discours de Pitt prend un ton assez prophétique à ce sujet : « Ce nouvel Empire croîtra, bénéficiant de tous les moyens possibles pour cela, avec ceux qui chercheront à établir des colonies dans ces sites notés sur les cartes, les peuplant de toutes sortes de gens, à l’exception des Français : au pays des amazones, aux confins du Paraguay ou au voisinage du lac Xarães, qui est l’origine du Rio da Prata18. »

  • 19 Veloso de Oliveira (Antônio Rodrigues), « Memória sôbre o melhoramento da Província de São Paulo.. (...)
  • 20 Reis Filho (Nelson Goulart), Contribuição ao estudo da evolução urbana do Brasil (1500-1720), São (...)
  • 21 Araújo (Emanuel), 0 Teatro dos Vícios, Transgressào e transigêneia na sociedade urbana colonial, R (...)

26Le conseiller Veloso de Oliveira met l’accent sur la nécessité d’un quadrillage du territoire par un réseau de villes : « (...) il convient que l’État multiplie le nombre des villes, bourgades et villages, et augmente autant que possible, selon les circonstances, le peuplement en général, parce que de lui procède l’industrie et la force de la nation19 ». Veloso de Oliveira défend les intérêts de la Couronne portugaise installée depuis 1808 au Brésil. Il pose ainsi ce dernier en héritier direct de la tradition urbaine portugaise et revendique clairement les vertus de l’urbanisation sur laquelle prend appui, selon lui, la « force de la nation ». L’implantation de villes et bourgades est un formidable instrument aux mains de l’État pour maîtriser et organiser le peuplement du territoire, offrant une assise solide pour le développement économique. L’historien de l’architecture Nelson Goulart Reis Filho20, situe au milieu du xviie siècle la prise de conscience par le Portugal de l’importance stratégique d’une urbanisation contrôlée de sa colonie brésilienne. Jusqu’alors, nous l’avons dit, la Couronne portugaise, n’accordait que peu d’importance à l’urbanisation du Brésil. À l’exception de São Paulo, les rares villes créées sur ordre et sous le contrôle direct de l’État portugais sont situées sur le littoral maritime : leur fonction est de contrôler l’acheminement des produits agricoles depuis les plantations, jusqu’aux ports, et d’organiser les activités commerciales d’exportation. Les autres créations sont alors bien souvent réalisées « sous le signe du provisoire » selon l’expression de l’historien Emmanuel Araújo21. Cette politique aboutit à la création d’un système composé de petits noyaux urbains, isolés les uns des autres, tant à l’intérieur d’une même capitainerie, qu’entre deux capitaineries. La centralisation économique et commerciale, engagée dès le milieu du xviie siècle, permet à l’État de prendre conscience de l’importance stratégique que représente le contrôle de l’urbanisation. Il élève alors certains villages (povoações) et bourgs urbains (vilas) à la catégorie de ville (cidade), permettant un contrôle direct de la Couronne sur leurs activités.

  • 22 Voir à ce sujet les mises au points récentes de Claudia Damasceno Fonseca, « Agentes e contextos d (...)

27On ne peut donc pas parler de l’existence d’un réseau urbain au Brésil, lors des deux premiers siècles de la colonisation. Les grandes villes portuaires n’étaient reliées entre elles que par voie maritime, et les petites bourgades de l’intérieur, ne possédaient de liaisons, bien souvent fluviales, qu’avec les villes côtières. Le premier véritable réseau urbain brésilien est celui qui accompagne l’activité minière du Minas Gerais, au cours du xviiie siècle22. Les villes le composant étaient entièrement reliées les unes aux autres par des chemins muletiers. Ceux-ci reliaient également la totalité de ce système avec le monde extérieur : Rio de Janeiro, Salvador, São Paulo... L’activité minière et l’implantation du réseau urbain qui en a découlé, ont contribué à dessiner les premiers mouvements d’une économie pleinement intégrée. C’est dans cette optique que s’inscrit la proposition de Veloso de Oliveira qui vise à permettre la mise en valeur systématique du territoire, sans toutefois remettre en cause le modèle colonial agro-exportateur.

  • 23 Costa (Hipólito José da), « Correio Braziliense », 1813, in Lima Sobrinho (Barbosa), Antologia do (...)

28Hipólito José da Costa est quant à lui plus véhément dans ses propositions, mettant directement en cause l’inertie du gouvernement de Dom João VI et son incapacité à mettre en valeur le territoire brésilien : « (...) et si les courtisans venus de Lisbonne avaient assez de patriotisme et de reconnaissance pour le pays qui les a accueillis, ils feraient un généreux sacrifice de leurs commodités, telles que le luxe dont ils peuvent jouir à Rio de Janeiro, et iraient s’installer en un point de l’intérieur, central et proche des sources des grands fleuves ; ils y édifieraient une nouvelle ville, commenceraient par ouvrir des routes, se dirigeant vers tous les ports de mer, et repousseraient les obstacles naturels que comportent les différent fleuves navigables, et ancreraient ainsi les fondements du plus étendu, soudé, défendu et puissant Empire qui puisse exister sur la superficie du globe, en l’état actuel des nations qui le peuplent23. »

  • 24 Prado junior (Caio), Formação do Brasil contemporâneo, op. cit., pp. 237-238.

29Le manque de liaisons entre les différentes régions nuit au développement du pays, dont les potentialités sont pourtant indéniables. La priorité est donc à la création d’un système de communications qui, partant de l’intérieur, rejoindrait les différents ports maritimes. Cette dénonciation du manque d’intégration du territoire brésilien n’est pas isolée dans la société brésilienne du début du xixe siècle. Il s’agit d’une des revendications constantes des propriétaires terriens, soucieux d’une utilisation optimale des ressources agricoles et économiques du pays, leur permettant d’étendre leur pouvoir sur l’ensemble du Brésil. H. José da Costa recherche justement l’appui du groupe dominant des propriétaires terriens dans sa mise en cause de la politique suivie par le gouvernement colonial. Le développement du système de communications de la colonie a accompagné la progression du peuplement. Ce dernier s’installe en premier lieu sur le littoral, et de là, pénètre vers l’intérieur, soit progressivement, soit en dispersant des noyaux de population plus ou moins éloignés de la mer. Les voies de communications ont cette même direction initiale. Plus tard, celles-ci se construisent en sens inverse : partant de ces noyaux déjà constitués de l’intérieur, elles cherchent l’accès le plus rapide ou le plus facile pour le littoral. C’est le cas de centres miniers du Minas Gerais, qui, implantés initialement à partir de São Paulo, puis de Salvador, chercheront d’autres sorties par Rio de Janeiro. L’historien Caio Prado Junior explique que « les voies de pénétration qui articulent et lient le littoral avec l’intérieur, toutes indépendantes entre elles, donnent une disposition fragmentaire des voies de communication où chacune, sans connexion directe avec les autres, forme un petit système autonome, constitué de ses deux noyaux extrêmes, celui du littoral et celui de l’intérieur, menant une vie plus ou moins à part. Ces systèmes se succèdent du nord au sud, tout au long de la côte brésilienne, depuis le septentrional installé dans le bassin amazonien, jusqu’au dernier installé au sud du Rio Grande24. »

30Ce processus, dont l’influence a été déterminante sur la formation du pays, arrive à son terme dans la deuxième moitié du xviiie siècle, une fois l’ensemble du territoire et des voies d’accès exploré et reconnu. La période qui suit est marquée par une tentative d’utilisation des potentialités économiques et commerciales des régions intérieures. Chacun de nos auteurs propose justement de systématiser cette mise en valeur et cette intégration de l’ensemble du territoire, en suggérant comme mesures principales un appel au peuplement des régions de l’intérieur, un quadrillage du territoire à l’aide d’un réseau de villes et la création d’un système de communications reliant entre eux chacun des points du territoire.

  • 25 Veloso de Oliveira (Antônio Rodrigues), « Memória sôbre o melhoramento da Província de São Paulo.. (...)
  • 26 Idem, p. 113.
  • 27 Idem, p. 114.

31Et pour tous nos auteurs, seule une capitale solidement implantée à l’intérieur du Brésil est susceptible d’impulser, diriger et coordonner cette vaste entreprise. Veloso de Oliveira met d’ailleurs en garde Dom João VI : « choisir la situation la plus convenable pour l’établissement de la cour et la résidence du Souverain est une opération fort délicate, et qui ne doit pas être laissée au hasard ou à un concours de circonstances25. » Comment ne pas songer au cas de Rio de Janeiro lorsque l’auteur parle d’un « concours de circonstances » ? Sans citer nommément la ville, il précise cependant sa pensée : « (...) il importe que la cour ne se fixe pas en un port maritime26. » Veloso de Oliveira, en conseiller aguerri, se refuse toutefois à suggérer un point particulier pour l’implantation de la capitale. Cette décision doit être mûrement réfléchie et ne peut relever d’un seul individu. En revanche, il établit les principaux critères qui doivent guider ce choix : « La capitale de l’Empire doit se fixer en un lieu sain, amène, agréable, et éloigné des confus attroupements d’individus, indistinctement accumulés, et où l’éducation publique trouve son véritable siège, recevant du souverain la protection sans laquelle elle ne pourrait jamais produire les fruits qui lui sont naturels. Il convient de bien songer à cela lorsque l’on traite des moyens de peupler une ou plusieurs provinces de l’État ; parce que c’est d’une extrême importance, peut-être le plus important de tout27. »

  • 28 Discurso do immortal Guillerme Pitt, op. cit., pp. 9-10.

32Le Discours de Pitt et Hipólito José da Costa sont plus explicites : la capitale doit non seulement être située à l’intérieur, mais également occuper une position centrale au sein du territoire – faisant leur l’idée, couramment exprimée dans l’Europe du xviiie siècle, de centralité de la capitale par rapport au territoire qu’elle administre. Le Discours de Pitt formule ainsi sa proposition : « Au centre de cette péninsule, se formera ou sera édifiée une ville dénommée Nova Lisboa, pour la cour et le siège de l’Empereur : de Nova Lisboa s’ouvriront des routes royales qui, à la manière des fleuves qui courent à la périphérie, conduiront de Nova Lisboa à Porto Belo, au Para, à Rio de Janeiro, à Olinda, São Salvador, Calhão de Lima, etc., rendant en même temps navigables les fleuves qui pourront l’être : le Rio da Prata, depuis le lac Xarães jusqu’à son embouchure, celui des Amazones par la rivière Pratinga ou tout autre partie commode, dans l’hypothèse où la capitale soit située au voisinage du dit lac, ou des sources de ces fleuves, afin de rendre plus faciles les transports de la Nova Lisboa vers la mer, et de la mer vers Nova Lisboa28. »

  • 29 Hipólito José da Costa, Correio Braziliense, 1813, op. cit., p. 375.

33Dans la même optique, H. José da Costa écrit : « Ce point central est situé aux sources du fameux fleuve São Francisco. Dans ses voisinages, se trouvent les versants des lits des rivières, qui se dirigent au nord, au sud, au nord-est, et au sud-est, ainsi que de vastes plaines pour l’élevage des troupeaux, des pierres en abondance pour toutes sortes d’édifices, du bois pour la construction de tout le nécessaire, des mines richissimes de toutes qualités de métaux ; en un mot, une situation qui peut être comparée avec la description que nous avons du paradis terrestre29. »

  • 30 Cité in Ant. Hist., tome 1, p. 37.

34Ces deux textes désignent la capitainerie du Goiás pour accueillir la nouvelle capitale. Cette région est le divortium aquarium du Brésil. Trois grands fleuves conduisant au Sud, au Nordeste, et au Nord s’y rejoignent : le Paraná, par le São Bartolomeu ; le São Francisco, par le Rio Preto ; le Tocantins (qui, avec son affluent, l’Araguáia, forme la véritable colonne vertébrale du Brésil), par le Maranhão et le Paraná. La région du Goiás est également très réputée pour la richesse de son sol et de son sous-sol. La description qu’en fait Hipólito José da Costa est confirmée par d’autres textes, comme celui du Père Luis Antônio da Silva e Souza qui adresse à Dom João un mémoire dans lequel il fait appel à la sagesse du prince régent pour utiliser au maximum les potentialités offertes par cette région : « Alors le Goiás fleurira, augmentera la splendeur du trône et deviendra le plus brillant des domaines portugais30. »

  • 31 Holanda (Sérgio Buarque de), Visão do Paraíso, os motivos edênicos no descobrimento e na colonizaç (...)

35Mais ce ne sont pas seulement les richesses naturelles du Goiás qui retiennent l’attention de nos auteurs. C’est dans cette région qu’ont été localisés deux des principaux mythes fondateurs du Brésil, le mythe de l’île Brésil et le mythe du Lago Dourado. La référence au lac Xarães, que l’on trouve dans le Discours de Pitt, en est le meilleur exemple et démontre la volonté de raccrocher le transfert de la capitale au corpus de la mythologie brésilienne. Car il n’y a en effet dans cette région pas de lac à proprement parler, seulement une vaste zone marécageuse, le Pantanal. Et ceci est parfaitement connu au début du xixe siècle, si bien qu’on peut affirmer à coup sûr qu’évoquer ce lac Xarães relève d’une intention délibérée. Ce lac Xarães – parfois appelé aussi Eupana ou Paraupaba, noms d’origine indigène – fut présenté par les cartographes portugais du xvie siècle, comme la source commune des fleuves Paraná et Tocantins, qui rejoignent par la suite l’Atlantique : au sud du Brésil pour le premier, et au nord pour le second, donnant ainsi l’impression d’un Brésil insulaire. Cette pratique cartographique, attestée dès les premières décennies du xvie siècle a donné forme au mythe expansionniste de l’île Brésil, solution pour le contournement du traité de Tordesillas. Mais un autre nom connu du lac Xarães, est Dourado, dénomination portugaise de l’Eldorado. Selon des descriptions littéraires et cartographiques, on y trouvait de l’or en abondance. Nombreuses ont été les expéditions à la recherche de ce lac, dont les fameuses bandeiras, ces bandes armées de plusieurs milliers d’hommes parfois (les bandeirantes), dont les incursions menées très loin dans l’intérieur du continent, à la recherche de métaux précieux et d’indiens à réduire en esclavage, pouvaient durer des mois ou des années. Ce lac Xarães ou Dourado, constitue ce que l’historien Sergio Buarque de Holanda appelle un « motif édénique » de la découverte et de la colonisation du Brésil31. Or, si le Discours de Pitt y fait référence, si H. ]osé da Costa décrit le Goiás comme le « Paradis Terrestre », ce n’est pas sans arrière-pensée. Car bien que ce mythe n’ait pas survécu à la quête désespérée des bandeirantes, il n’en demeure pas moins un puissant catalyseur social, capable de redonner vie à de grands mouvements de pénétration vers l’intérieur. Sa double signification, imaginaire et géopolitique, renvoie à la fois à l’idée de la formation et d’intégration du territoire, et à la mentalité de la découverte de l’intérieur du Brésil. Situer la capitale du pays à proximité du lac Xarães, revient à mobiliser et l’État et la société.

UNE VILLE NOUVELLE COMME CAPITALE

  • 32 Costa (Hipólito José da), Correio Braziliense, 1813, op. cit., p. 374

36Poursuivons donc le raisonnement de ces trois auteurs : l’intériorisation de la capitale découle de la nécessité de peupler, développer et mettre en valeur l’intérieur du territoire. La situation de la capitale, dans la capitainerie du Goiás, au point de rencontre des grands bassins hydrographiques, donne une connotation stratégique, géopolitique, mais aussi imaginaire à cette entreprise. Un argument supplémentaire vient à l’appui : « Rio de Janeiro ne possède aucune des qualités que requiert une ville qui se destine à être la capitale de l’Empire du Brésil32 » estime Hipólito José da Costa. Aux motifs économiques et stratégiques, s’ajoutent ceux d’ordre moral et social, contre la capacité de la ville de Rio de Janeiro à assumer la fonction de capitale. La première raison avancée concerne la taille de la ville :

  • 33 Veloso de Oliveira (Antônio Rodrigues), « Memória sôbre o melhoramento da Província de São Paulo.. (...)

« (...) il ne sera jamais convenable que chacune des villes et bourgades acquière une telle grandeur et une extension si importante que les commodités sociales, au lieu de croître, fuient pour toujours de leur sein. En effet, les populations trop importantes forment des masses énormes et contraires à la nature, et cherchent pour cela à la détruire à chaque moment et de mille manières différentes. Les maux physiques se manifestant par des infirmités extraordinaires, compliquées et absolument inconnues des petites agglomérations, les tourmentent avec une inexplicable rancœur ; et les maux, d’un caractère plus âpre, résistent bien évidemment à la force et à l’autorité des lois, exigeant tous les jours de nouveaux et toujours inefficaces remèdes — Pensata la lege, pensata la malizia33

37Bien qu’ayant insisté sur les vertus de l’urbanisation comme modèle d’organisation économique et humaine, Veloso de Oliveira met en garde le gouvernement colonial des dangers d’une croissance incontrôlée des villes modernes : ces dernières et la société qu’elles abritent abâtardissent l’idée même de la ville. Tout d’abord par son aspect physique même : au lieu d’être en accord, en symbiose avec « la nature », elle devient un corps étranger, menaçant, s’étendant sans cesse au prix d’une lutte constante contre cette même « nature ». À cela s’ajoute une autre « infirmité » : aucune morale politique de gouvernement ne peut résister aux contraintes qu’impose la grande ville. L’accumulation de masses trop importantes modifie le comportement des hommes, qui, perdant leur identité propre, deviennent alors une menace pour l’État.

  • 34 Cité in Vernes (Paule Monique), La ville, la fête, la démocratie..., Paris, Payot, 1978, p. 213.

38À bien des égards, ce type de critique s’inscrit dans le cadre des représentations de la ville que l’Europe a pu développer depuis le xviiie siècle, à l’exemple de Jean-Jacques Rousseau écrivant dans la Nouvelle Héloïse que « le premier inconvénient des grandes villes est que les hommes y deviennent autres que ce qu’ils sont ; et que la société leur donne pour ainsi dire un être différent du leur34. » Au xviiie siècle, les représentations de la ville s’élaborent parallèlement à la diffusion du capitalisme marchand et aux progrès de l’administration : la ville, jusque-là sujet de réflexion pour la philosophie de l’art, entre dans le champ d’un savoir plus fractionné, celui des techniques et des professions. C’est tout d’abord au nom de la médecine que les critiques les plus fortes contre l’anarchie de la trame urbaine, l’irrationalité de la ville médiévale, la confusion des utilisations de l’espace sont prononcées. Nous retrouvons ici les diatribes classiques sur la « ville délétère » dont est emprunt le vocabulaire hygiéniste de Veloso de Oliveira : il parle d’« infirmité », de « maux », auxquels il faut appliquer des « remèdes ». Ce sont surtout les villes capitales, comme Rio de Janeiro, qui sont le siège de ces modifications brutales, tant du tissu urbain que de la société urbaine. À cela, il convient d’ajouter une idée qui n’est peut-être pas complètement explicite, mais qui découle de la référence aux « masses énormes » : la population de Rio de Janeiro est composée aux deux-tiers d’esclaves noirs. La peur d’un soulèvement d’esclaves, semblable à celui de Haïti en 1791, est une constante dans les sociétés coloniales esclavagistes des Amériques au début du xixe siècle. Comment dès lors, s’interroge le conseiller du prince régent, prévenir un tel risque ?

  • 35 Veloso de Oliveira (Antônio Rodrigues), « Memória sôbre o melhoramento da Província de São Paulo » (...)

« Comment pourrait-on restreindre les limites et prescrire des règles au peuplement de Londres ou de Paris ? Il est toutefois possible de prévenir ces funestes conséquences quand une nation est en train de se former. Pour cette opération extrêmement importante, il convient que la cour ne se fixe pas en un port maritime, principalement s’il est grand et de bonnes proportions pour le commerce ; car la concurrence de nombreux négociants et des personnes de la cour ne tarderait pas à former une population telle que celle que je viens d’évoquer, chaque jour plus perturbée par le luxe et le coût excessif des vivres que les courtisans et les fonctionnaires publics, qui vivent des aliments de l’État, ne peuvent supporter de payer sans un détriment notoire, et que finalement seuls les moins austères acquièrent au préjudice de la cause publique35. »

39Une ville capitale ne peut pas, au risque d’une dilution de la « chose publique », assumer une double fonction, politique et commerciale. La critique de Veloso de Oliveira va cependant au-delà de cette première affirmation : en opposant la ville (la grande ville surtout) à la nature, en dénonçant la superposition des fonctions politiques et commerciales, il met en question les structures mêmes de la société moderne. La critique morale débouche sur la critique sociale. La société moderne – urbaine à bien des égards – marquée par une plus grande fluidité des positions sociales, met en péril les fondements même de la société traditionnelle.

40La philosophie libérale et élitiste de Hipólito José da Costa est en tout point opposée à celle de Veloso de Oliveira. La critique qu’il propose de la ville de Rio de Janeiro part dès lors d’un postulat différent :

  • 36 Costa (Hipólito José da), « Correio Braziliense », 1818, in Lima Sobrinho (Barbosa), Antologia do (...)

« Nous sommes d’avis que la cour ne doit pas résider dans un port ou un lieu qui se destine à être l’entrepôt du commerce, parce que les négociants, illusionnés par le brillant de la cour, souhaitent devenir courtisans au lieu d’être commerçants : ils cherchent des habitudes, des décorations, des titres, au lieu de chercher à faire fleurir leur commerce, qui est ce qui leur convient et intéresse l’État ; et ces individus, sortant ainsi de la sphère où ils étaient tant utiles de négociants de premier ordre, passent, au mieux, à l’état de noble de petit grade. C’est pour cette considération, en plus du manifeste intérêt d’avoir la capitale au centre de la monarchie, que nous avons plus d’une fois expliqué que Rio de Janeiro est impropre pour être la résidence de la cour (...)36. »

41Ce n’est plus la grande ville commerciale, lieu de luxe et d’artifice, perturbant le gouvernement et l’administration dans leur devoir de gestion des affaires de l’État qui est dénoncée. Au contraire, ce que montre du doigt Hipólito José da Costa, c’est la tentative de la bourgeoisie commerciale portugaise d’intégrer les différents corps d’État. Or Costa défend les intérêts des propriétaires terriens issus de la colonie, et désireux de s’émanciper de la tutelle de l’État portugais dans les activités économiques et politiques. Les concessions faîtes aux propriétaires terriens par l’ouverture des ports au commerce libre en 1808, ainsi que l’autorisation du libre établissement de manufactures sur le sol brésilien nourrissent le désir d’émancipation de cette classe. Les commerçants portugais, quant à eux, cherchent à défendre leurs privilèges coloniaux par un repli sur soi, et par un renforcement des liens avec l’administration coloniale. Rio de Janeiro, premier port de commerce du Brésil colonial, est justement le théâtre de ces mutations, qui aboutissent à une mise à l’écart des propriétaires terriens. Et pour beaucoup d’observateurs – il n’est qu’à regarder les peintures acerbes à ce sujet – une telle situation n’a d’autre explication que l’inertie des fonctionnaires gouvernementaux, qui montrent une préférence, non feinte, pour une vie tranquille, baignée par le luxe, telle que Rio de Janeiro peut leur offrir. Ils constituent un groupe de pression rétif à tout changement, et notamment quant il s’agit de déplacer le siège d’une capitale :

  • 37 Costa (Hipólito José da), Correio Braziliense. 1813, op. cit., pp. 374-375.

« On a méprisé tout cela, pour la ville de Rio de Janeiro ; parce qu’il y avait déjà quelques maisons d’habitation, des commodités pour que quelques personnes roulent en carrosse, un théâtre mesquin, un nombre important de chansonniers, pour le divertissement des courtisans, parce que cela évitait le travail de créer une ville à nouveau, avec les désagréments inhérents aux nouveaux établissements...37 »

42Que ce soit pour Veloso de Oliveira, ou bien pour H. José da Costa, la description de la ville de Rio de Janeiro sert de support à une réflexion sur les changements sociaux. À travers la critique de la grande ville se développe ainsi la critique de la société – la société moderne pour le premier, la société coloniale pour le second. La grande ville capitale n’est donc pas remise en cause pour les valeurs d’urbanité qu’elle incarne et qui la définissent en tant que ville, mais plutôt en ce qu’elle personnifie les transformations sociales.

43Partant de cette analyse, chacun des auteurs se prononce de façon plus ou moins explicite en faveur de la construction d’une ville nouvelle, spécialement destinée à accueillir la capitale. Ainsi est-il dit dans le Discours de Pitt : « (...) se formera ou sera édifiée une ville dénommée Nova Lisboa, pour la cour et le siège de l’Empereur ». Le juriste, Veloso de Oliveira, toujours aussi méfiant vis-à-vis des grandes métropoles, et sans utiliser précisément le terme de ville nouvelle, conseille de situer la capitale, « en un lieu sain et agréable, et éloigné des confus attroupements d’individus, indistinctement accumulés ». L’isolement de la capitale est censé offrir un terrain favorable à la sagesse politique. C’est la vertu principale qu’accorde ce conseiller du prince à la création d’une ville nouvelle à l’intérieur du territoire :

  • 38 Veloso de Oliveira (Antônio Rodrigues), « Memória sôbre o melhoramento da Província de São Paulo.. (...)

« (...) au contraire, les études les plus graves, les écoles les plus difficiles et les Universités enfin, ont dans les cours leurs assises principales. Les sciences donnent aux cours un certain lustre, de telle façon que ces dernières ne doivent pas en être séparées, et la jeunesse studieuse destinée aux emplois publics acquiert en présence du souverain un certain degré de civilité qui la rend très recommandable, et la plus à même de traiter les peuples comme il convient, pour les rendre tous les jours plus civiques et plus urbains38. »

  • 39 Idem, p. 374.
  • 40 Idem, p. 375. Conrad Malte-Brun, en observateur lointain mais perspicace, décrit avec finesse cett (...)

44Dans un pays où la ville nouvelle a été la règle appliquée au processus d’urbanisation, ces propositions paraissent s’inscrire dans la continuité de la politique coloniale. C’est d’ailleurs ce que rappelle H. José da Costa, répondant par avance aux inquiétudes que ne manqueront pas d’exprimer certains hauts fonctionnaires de l’État : « Quant aux difficultés de création d’une nouvelle capitale, nous sommes convaincus qu’elles ne sont rien de moins que de simples subterfuges39. » On peut se demander si H. José da Costa n’a pas eu connaissance du projet de transfert caressé un temps par le prince régent. Cette phrase sonnerait alors comme une réponse directe au gouvernement qui a déconseillé au prince régent de mener à bien un tel projet, en raison des difficultés financières qu’il engendrerait pour le trône : « C’est pour ces misérables conditions qu’on a volé à son Altesse Royale, le prince Régent, la gloire incomparable d’être le fondateur d’une ville qui afficherait son nom, le rendant immortel dans la création d’une vaste monarchie40. »

45Si la grande ville, portuaire et cosmopolite, lieu d’affrontement entre les principaux groupes dominants de la société, ne possède pas les qualités requises pour être parée du titre de capitale, en revanche, la ville nouvelle présente une vertu primordiale : elle personnifie à travers l’image de son fondateur, la volonté politique de modernisation à laquelle est associée sa création. On observe ici un glissement de la représentation de l’espace construit à celui d’un espace mental, un glissement du concept de ville, comme espace politique, lieu d’échanges économiques et sociaux, à son inverse immatériel, à son idéalisation. L’idée de ville nouvelle s’inscrit dès lors dans l’imaginaire collectif. Or cette signification attribuée au thème de la ville nouvelle présente une certaine nouveauté dans le cadre de l’urbanisation du Brésil colonial. À la différence de l’Espagne qui a d’emblée associé la création de villes nouvelles dans ses colonies américaines à un projet politique plus vaste, prenant bien souvent forme autour d’utopies urbaines, le Portugal, nous l’avons vu, n’a pas accordé de signification particulière à la création de villes nouvelles lors des premiers moments de la colonisation. De ce point de vue, la proposition de H. José da Costa, semble intégrer une nouvelle dimension dans le modèle brésilien de création de villes nouvelles : un projet de société est accolé au projet de la ville nouvelle.

Notes

1 Debret (Jean-Baptiste), Voyage pittoresque et historique au Brésil, ou séjour d’un artiste français au Brésil, Rio de Janeiro, éd. commémorative du IVe centenaire de São Sebastião do Rio de Janeiro, 1965, 3 vol. (éd. originale 1834), pp. 3-4.

2 Pour une comparaison des différents modèles d’urbanisme européen au Nouveau Monde, voir notre ouvrage : L. Vidal, E. d’Orgeix, dir., Les villes françaises du Nouveau Monde : des premiers fondateurs aux ingénieurs du roi (xvie-xviiie siècles), Paris, Somogy, 1999, 192 p. Sur l’urbanisme portugais, nous renvoyons à notre article dans cet ouvrage : « l’Amérique terre d’expérimentation urbaine : l’espace portugais ».

3 Prado Júnior (Caio), Formação do Brasil contemporâneo, São Paulo, Editora Brasiliense, 1942, (12e éd. 1972), p. 235.

4 « Decreto e instruções para a Regência de Portugal, redigido pelo Marquês de Belas e assi-nado em 26 de novembro de 1807 », cité in Ant. Hist., tome 1, p. 32.

5 « Carta de Strangford, Embaixador de Sua Majestade britânica, a Canning, Primeiro Ministro, datada de 24 de julho de 1808, do Rio de Janeiro », in Ant. Hist., tome 1, pp. 33-34.

6 Debret (Jean-Baptiste), Voyage pittoresque et historique au Brésil..., op. cit., p. 4.

7 Oliveira (Lima), Dom João VI no Brasil, Rio de Janeiro, Liv. J. Olympio, 1945, vol. 1, p. 93.

8 Debret (Jean-Baptiste), Voyage pittoresque et historique au Brésil..., op. cit., vol. 3, p. 44.

9 Idem, vol. 3, p. 6.

10 La mission artistique française et les peintres voyageurs, Rio de Janeiro, Fundação França – Brasil, 1990, p. 34. Sur l’activité de cette mission artistique française, on pourra consulter en français l’ouvrage de Mario Carelli, Cultures croisées, Histoires des échanges culturels entre la France et le Brésil de la Découverte aux temps modernes, Paris, Nathan, 1993, 250 p.

11 Revel (Jacques), « La cour », in Nora (Pierre), Les lieux de mémoire, tome 3, vol. 2, Paris, Gallimard, 1984-1993, pp. 145-146.

12 Lima (Oliveira), Formation historique de la nationalité brésilienne, Série de conférences faites en Sorbonne, Paris, Garnier Frères, 1911, pp. 142-143.

13 Voir chapitre 2.

14 Cette notion d’« intériorisation » renvoie à la volonté d’une localisation de la capitale à l’intérieur du territoire. C’est dans ce sens qu’il faudra désormais entendre dans la suite de ce texte l’usage des termes « intériorisation » et « intérioriser ».

15 Cité in Ant. Hist, tome 1, pp. 34-35. Ce texte, publié à Lisbonne en 1809 est également disponible à là la Bibliothèque nationale de Lisbonne : Lisboa, Na Impressão Régia, 1809,12 p.

16 Discurso do immortal Guillerme Pitt, op. cit., pp. 8-10.

17 Publié pour la première fois en 1823, alors que Antônio Rodrigues Veloso de Oliveira est député de l’Assemblée constituante, ce Mémoire est reproduit en 1868 dans la Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, 1868, tome XXI, vol. 1, cité in Ant. Hist., tome 1, pp. 112-114.

18 Discurso do immortal Guillerme Pitt, op. cit., p. 9.

19 Veloso de Oliveira (Antônio Rodrigues), « Memória sôbre o melhoramento da Província de São Paulo... », op. cit., p. 113.

20 Reis Filho (Nelson Goulart), Contribuição ao estudo da evolução urbana do Brasil (1500-1720), São Paulo, Livraria Pioneira, 1968.

21 Araújo (Emanuel), 0 Teatro dos Vícios, Transgressào e transigêneia na sociedade urbana colonial, Rio de Janeiro, José Olympio Editora, 1993, pp. 31-32.

22 Voir à ce sujet les mises au points récentes de Claudia Damasceno Fonseca, « Agentes e contextos das intervenções urbanísticas nas Minas Gerais do Século xviii », Oceanos, n° 41, jan-março 2000, pp. 84-102.

23 Costa (Hipólito José da), « Correio Braziliense », 1813, in Lima Sobrinho (Barbosa), Antologia do Correio Braziliense, Rio de Janeiro, Editera Cátedra (Coll. MEC), 1977, pp. 37-375.

24 Prado junior (Caio), Formação do Brasil contemporâneo, op. cit., pp. 237-238.

25 Veloso de Oliveira (Antônio Rodrigues), « Memória sôbre o melhoramento da Província de São Paulo... », op. cit., p. 112.

26 Idem, p. 113.

27 Idem, p. 114.

28 Discurso do immortal Guillerme Pitt, op. cit., pp. 9-10.

29 Hipólito José da Costa, Correio Braziliense, 1813, op. cit., p. 375.

30 Cité in Ant. Hist., tome 1, p. 37.

31 Holanda (Sérgio Buarque de), Visão do Paraíso, os motivos edênicos no descobrimento e na colonização do Brasil, São Paulo, Editora Brasiliense, 1959 (5e éd. 1971), 365 p.

32 Costa (Hipólito José da), Correio Braziliense, 1813, op. cit., p. 374

33 Veloso de Oliveira (Antônio Rodrigues), « Memória sôbre o melhoramento da Província de São Paulo... », op. cit., p. 103.

34 Cité in Vernes (Paule Monique), La ville, la fête, la démocratie..., Paris, Payot, 1978, p. 213.

35 Veloso de Oliveira (Antônio Rodrigues), « Memória sôbre o melhoramento da Província de São Paulo », opcit., p. 113.

36 Costa (Hipólito José da), « Correio Braziliense », 1818, in Lima Sobrinho (Barbosa), Antologia do Correio Braziliense, Rio de Janeiro, Editora Cátedra (Coll. MEC), 1977, p. 613.

37 Costa (Hipólito José da), Correio Braziliense. 1813, op. cit., pp. 374-375.

38 Veloso de Oliveira (Antônio Rodrigues), « Memória sôbre o melhoramento da Província de São Paulo... », op. cit., p. 104. Au début du xixe siècle, le mot urbain signifiait « poli ».

39 Idem, p. 374.

40 Idem, p. 375. Conrad Malte-Brun, en observateur lointain mais perspicace, décrit avec finesse cette situation, dans l’édition de 1817 de sa Géographie Universelle : « Sans être, comme les Espagnols, en proie à des discordes sanglantes, les Portugais d’Europe et ceux du Brésil ne laissent pas que d’avoir des points de vue très opposés sur l’avenir de leur monarchie. Privée des jouissances d’une ancienne civilisation, de l’éclat des palais, de la splendeur des théâtres, mal logée dans des couvens ou des maisons de campagne, la cour soupire auprès des bords charmants du Tage ; elle n’est point enflammée par ces grandes idées d’un nouvel Empire à fonder, d’un hémisphère à civiliser et à dominer ; idées qui, lors du voyage transatlantique de la maison de Bragance, échauffèrent les têtes philosophiques et spéculatives. Si le retour à Lisbonne est retardé, c’est par l’habileté personnelle d’un ministre en butte à des intrigues puissantes. Les Brésiliens éclairés (mais quel est leur nombre ? rêvent tout haut des projets de gloire et de prospérité nationales qui supposent non seulement le séjour de la cour au Brésil, mais encore la création d’un représentation ou d’un organe quelconque de l’opinion, ainsi que l’abolition de tous les monopoles qui retiennent captive l’industrie brésilienne. Le gouvernement veut bien que le Brésil prospère, pour que le revenu augmente, mais il ne veut pas d’anticipation politique », Précis de la géographie universelle, Paris, Chez Voilant et Brunet, 1817, tome V, p. 706

Table des illustrations

Légende FIGURE N° 1 : VUE DE SALVADOR, CAPITALE DE LA VICE-ROYAUTÉ DU BRÉSIL (1624).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Légende FIGURE N° 2 : VUE DE SALVADOR EN 1782.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende FIGURE N° 3 : VUE DE RIO DE JANEIRO EN 1624.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1469/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Légende FIGURE N° 4 : PLAN DE L’ENTRÉE DU PORT DE RIO DE JANEIRO DANS L’ÉTAT OÙ IL SE TROUVAIT DANS L’ANNÉE 1762.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1469/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Légende FIGURE N° 5 : LA QUINTA DE BOA VISTA, RÉSIDENCE PRINCIÈRE.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1469/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Légende FIGURE N° 6 : DÉBARQUEMENT DE LA PRINCESSE LÉOPOLDINE (1817).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1469/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende FIGURE N° 7 : PORTRAIT D’HIPÓLITO JOSÉ DA COSTA ET PREMIER NUMÉRO DU Correio Braziliense (1808).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1469/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 454k

© Éditions de l’IHEAL, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540