Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Nova Lisboa à Brasília

 | 
Laurent Vidal

Avant-propos

Texte intégral

1Cet ouvrage reprend pour l’essentiel des données établies à l’occasion de ma thèse de doctorat : Un projet de ville : Brasília et la formation du Brésil moderne, 1808-1960, soutenue à l’université de Paris III en 1995 (767 p.). Depuis plusieurs années, tant en France qu’au Brésil, des collègues m’incitaient à publier ce travail. J’avais toutefois sans cesse repoussé le moment où il faudrait m’attacher à transformer cette prose académique en un ouvrage plus digeste. C’est à l’occasion d’un séjour récent au Brésil, comme professeur invité à l’université fédérale de Goiânia (août-septembre 2000), que je me suis lancé dans ce périlleux exercice. J’ai donc repensé l’intégralité du plan, mais surtout donné plus d’ampleur à certaines hypothèses, affleurantes lors de la thèse, et qui, cinq ans après, me paraissaient mériter un traitement plus conséquent - de ce point de vue les propos des chapitres 4, 5 et 7 sont relativement originaux. C’est donc un ouvrage assez différent de la thèse qui est donné à la publication. Se posait aussi la question de la mise à jour de la bibliographie : après avoir constaté que personne n’était venu fouler ce terrain de recherche depuis 1995, j’ai tout de même tenté d’intégrer, sans prétendre à l’exhaustivité, quelques publications récentes.

2Cet ouvrage n’aurait sans doute pas vu le jour sans de nombreuses attentions, soit lors de la préparation de ma thèse, soit pendant la rédaction de cet ouvrage. Mes remerciements vont d’abord à Catherine Aubertin (Institut pour la recherche en développement), qui a guidé mes premiers pas à Brasília et à Guy Martinière (université de La Rochelle) qui avait dirigé ma thèse. Au Brésil, j’ai pu compter sur l’amitié de Paulo César da Costa Gomes (UFRJ) et Leandro Mendes Rocha (UFG), avec lesquels j’ai passé de nombreuses journées à discuter, échanger et débattre avec passion du Brésil, de la ville, de l’histoire et des sciences sociales. D’autres collègues m’ont également accompagné au long de ces années : Mauricio Abreu (UFRJ), Lícia Valladares (IUPERJ) et Ina de Castro (UFRJ). À Paris, Martine Droulers (CREDAL) et Hervé Théry (ENS) m’ont apporté un soutien constant. Bernard Lepetit (EHESS) avait bien voulu discuter des orientations ma thèse. Je n’oublie pas que c’est auprès de mes collègues de l’AITEC : Gustave Massiah, Alain Durand Lasserve, Étienne Henry, Émile Le Bris, Jean-François Tribillon, Suzanne Humberset et Raúl Pajoni (qui malheureusement nous a quitté), que j’ai fourbi mes premières armes. Merci également à Alain Musset qui a bien voulu recevoir cet ouvrage dans la collection qu’il dirige, et à Mona Huerta (CREDAL), généreuse agitatrice d’idées.

3À l’université de La Rochelle, quelques rencontres furent déterminantes. Avec Charles Illouz d’abord, sans lequel peut-être cet ouvrage n’aurait pas la même tonalité : dans le séminaire que nous partageons depuis trois ans, est née une complicité forte entre l’anthropologue et l’historien. Avec Mickaël Augeron, ensuite, qui a bien voulu relire dans son intégralité ce manuscrit me faisant bénéficier de son regard affûté ; avec Ana-Maria Diaz aussi, et Nicolas Faucherre. Et comment ne pas évoquer ici ma rencontre avec Jean Duvignaud, qui a imprimé une sensibilité nouvelle à mes recherches, me faisant toucher du doigt la complexité du « vécu social ».

4À Brasília, j’ai pu compter sur l’amitié de la famille Ribeiro : Fernando, Milton et Beatriz, Milton Guran. Qu’ils trouvent ici l’expression de mes plus chaleureux remerciements.

5C’est à Magali, enfin et surtout, compagne attentive et complice de ces années brésiliennes puis rochelaises, que vont mes derniers remerciements.

© Éditions de l’IHEAL, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540