Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

Conclusion et discussion générale

Discussion générale

Texte intégral

1David PRESTON :

2Je voudrais remercier les organisateurs de la Table Ronde de m’avoir invité à participer aux discussions ; je voudrais également m’associer aux manifestations d’amitié et de respect à l’égard de M. Monbeig et du travail qu’il a réalisé en tant que géographe et ancien directeur de l’IHEAL.

3Malgré le grand nombre d’études qui ont été faites sur la colonisation et leur évidente valeur, je suis frappé par le fait que les questions que je me posais souvent restent sans réponse. Les géographes sont, parmi les chercheurs en sciences sociales, ceux qui se sont le plus consacrés aux études sur la colonisation, et, si nous manquons d’informations et de théories, la faute nous en incombe. Je voudrais indiquer quelques critiques et quelques commentaires sur les communications faites à cette table ronde et sur la colonisation en général.

4Il faut bien replacer la colonisation dans le cadre de la société nationale. Quelles sont les alternatives à un programme de colonisation ? une vraie réforme agraire ? Quelles sont les possibilités d’intensifier l’agriculture dans les zones de départ des migrants ? (une question que Claude Collin Delavaud a bien posée). J’ai l’impression depuis longtemps que la colonisation sert souvent à demander des prêts aux banques internationales et à justifier la création d’une infrastructure routière plus qu’à permettre la création d’une paysannerie indépendante dans les terres neuves. Revel-Mouroz a déjà montré, entre autres, qu’au Mexique, les colons ne sont devenus que des ouvriers de l’Etat qui les surveille et les dirige au jour le jour.

5La colonisation sert souvent à établir dans les zones nouvelles les mêmes inégalités sociales que dans les zones de départ, alors qu’elles y ont été un des plus importants facteurs d’expulsion. Mais ces après ne sont pas faciles à identifier lors d’une étude de la première étape de colonisation. Bien qu’il ne soit pas étonnant que la structure sociale d’un pays soit reflétée dans les zones nouvelles, il serait intéressant de savoir si les conditions sociales sont différentes dans les zones de colonisation spontanée de ce qu’elles sont dans les zones de colonisation dirigée.

6Enfin, j’ai été impressionné par l’importance donnée aux frontières dans la colonisation et l’exploitation des ressources. Il ne faut pas oublier que beaucoup de frontières sont perdues et oubliées par leurs Etats, et, c’est seulement quand une nation cherche à démontrer sa puissance, ou l’absence de puissance de l’Etat voisin, que l’on découvre une frontière et qu’on valorise son potentiel. Je vois aussi le problème des frontières comme une expression du désir de détourner le peuple des vrais problèmes sociaux existants dans le pays. Enfin on doit être conscient de l’importance des pouvoirs nationaux dans la résolution des problèmes frontaliers.

7F. H. CARDOSO

8Je tiens à participer à l’hommage que le professeur Sternberg vient de rendre au professeur Pierre Monbeig. Je ne suis pas géographe mais sociologue mais, pour ma génération, l’œuvre pionnière de P. Monbeig a bien montré que les différences entre disciplines sont peu significatives au regard de la tâche commune à réaliser à l’intérieur des sciences sociales. L’Université de São Paulo doit beaucoup à P. Monbeig et je veux manifester ici cette reconnaissance.

9En ce qui concerne les questions de fond, je désire poser une question aux africanistes et orientalistes : les phénomènes de frontières et d’expansion pionnière peuvent-ils être analysés à partir de la pression démographique dans les campagnes, ou par une « volonté de puissance » des Etats-Nations et par les critères de valorisation du capital des entreprises multinationales ?

10RÉPONSE DE G. LASSERRE à F. H. CARDOSO

11M. Cardoso, vous avez posé la double question suivante : 1) Y-a-t-il encore en Afrique ou en Asie des fronts pionniers spontanés comparables à ceux qu’a connus l’Amérique ? Les multinationales jouent-elles un rôle important dans les phénomènes pionniers ? Je vais vous donner quelques éléments de réponse en ce qui concerne l’Afrique tropicale.

12Oui, il y a toujours en Afrique noire des fronts pionniers spontanés liés aux contrastes de densité. Entre les îlots de forte densité subsistent des zones tampons très peu peuplées. C’est en suivant les gradients de densité que se mettent en marche les flux des fronts pionniers. Le pays Mossi, le Rwanda, Le Burundi, le pays Wolof, les montagnards comprimés (Kirdi, Kabyé, Somba, Dogon, etc..) en offrent de bons exemples. La recherche de terres neuves est le principal moteur de ces mouvements spontanés.

13En ce qui concerne votre deuxième question, je vous dirai que le rôle des multinationales me paraît moins important en Afrique tropicale. Leur action s’exerce au niveau de la collecte et de la commercialisation des grands produits agricoles ou des matières premières végétales ou minières. En Afrique tropicale, les Etats indépendants sont jeunes et le rôle de l’ancienne puissance coloniale reste encore fondamental. Il y a une action bilatérale encore prédominante, ce qui se voit au niveau des investissements, des coopérants techniques, des sociétés de développement, etc. En outre, les projets de développement actuels à incidence pionnière sont décidés par l’Etat et prennent le plus souvent la forme de société d’Etat. La Côte d’Ivoire en offre de nombreux exemples. Une géographie des nouvelles sucreries africaines serait très éclairante. La multinationale intervient beaucoup plus dans le commerce que dans l’implantation territoriale de colons ou de centres économiques pionniers.

14Pour terminer, je voudrais remercier M. Pierre Monbeig de tout ce qu’il a fait pour donner des moyens de travail aux tropicalistes français. Il est le père du CEGET. Lorsqu’il était Directeur Scientifique des Sciences Humaines au CNRS, il a mis sur les rails ce laboratoire propre de Géographie tropicale. Il continue à veiller à la bonne marche du CEGET puis qu’il siège toujours à son Comité de Direction. L’action si puissante de M. Pierre Monbeig au Brésil, en Amérique du sud se prolonge au profit des autres espaces tropicaux du monde.

15P. MONBEIG

16Il serait peut-être bon d’analyser sérieusement, c’est à dire dans un esprit scientifique, le rôle exact des sociétés multinationales en Amazonie.

17A. COLLIN DELAVAUD

18Après avoir observé une certaine homogénéité dans le cas des secteurs pionniers étudiés par les communications, je voudrais montrer l’extrême diversité de la situation observée dans le nord de la côte équatorienne. Depuis 10 ans, la région située au nord de Santo Domingo fait l’objet d’une mise en valeur tant par de petits colons indiens, d’origine serranaise ou Manalite, d’indiens Cayapaz, de noirs colombiens que par des colons venant des anciens fronts pionniers de la banane du bassin de Guayas.

19A cette petite colonisation classique s’ajoutent de grandes plantations étrangères ou équatoriennes, des haciendas dont les propriétaires résident en ville (Quito ou Guayaquil) exerçant d’autres activités professionnelles ou faisant partie de l’armée. Ces différentes structures agraires organisent dans un même espace des paysages fort contrastés, allant de la grande plantation très technifiée aux terres sur lesquelles de petits colons vivent en autosubsistance servant de main d’œuvre de réserve pour les plantations et les commerçants.

20On a très peu vu aussi le rôle des exportateurs, des banquiers et de toute l’infrastructure commerciale nationale ou internationale. Ce sont eux qui, en Equateur, jouent le plus grand rôle. L’Etat, avec l’Institut de Réforme Agraire et de Colonisation n’intervient guère que dans une étape ultérieure, pour une législation des occupations de terre.

21La demande extérieure, qui a provoqué les crises ou les moments de prospérité qu’a connus la côte depuis un siècle est aujourd’hui largement relayée par la demande interne venant surtout des deux foyers urbains de Quito et Guayaquil. C’est cette demande interne qui permettra sûrement la stabilisation plus rapide de l’espace pionnier et un gaspillage moindre des forces humaines.

22H. NICOLAI

23Sur les terres vacantes : Dans la situation traditionnelle africaine, il n’y avait pas de terres sans maîtres. La situation se modifie. Les Etats africains actuels ont tous tendance à considérer que la terre appartient à tous les citoyens c’est à dire l’Etat. Par conséquent, celui-ci se réserve le droit d’attribuer certains espaces et d’en entreprendre la colonisation selon les modalités qu’il décidera.

24Sur les questions frontalières : Les frontières entre Etats africains, résultent du partage colonial, d’un découpage qui s’est fait le plus souvent perpendiculairement à des bases côtières. Certains groupes ont été ainsi divisés entre deux ou plusieurs territoires. Un des soucis des Etats actuels est de créer un esprit national et de garder ensemble les différents morceaux qui composent le territoire, les espaces frontaliers ne posant pas de menace plus aiguë que les autres. Un des problèmes actuels de ces espaces est cependant l’accumulation de populations réfugiées (voir ce qui est dit dans ma communication sur les frontières au Bas-Zaïre) qui s’y installent d’autant plus aisément qu’ils appartiennent souvent au même groupe ethnique.

25R. PEBAYLE

26On a rendu un chaleureux hommage à M. Monbeig. Je m’y associe avec la chaleur et la reconnaissance profonde qu’on sait.

27Mais a-t-on rendu le véritable hommage au chercheur P. Monbeig ? N’a-t-on pas oublié que le meilleur hommage serait de contribuer, pour une bonne part, à évoquer ces pionniers eux-mêmes qu’il a tant contribué à faire connaître ? A cet égard, je voudrais souligner qu’il existe des sociétés pionnières, même si l’on a voulu s’en débarrasser hâtivement en disant, par exemple, qu’il y avait des fronts sans pionniers ou des fronts de multinationales surtout. Ce fait est grave et nous a privés d’une possibilité de discussion importante et d’une optique qui auraient pu constituer la moitié de notre débat : voir en quoi, ces sociétés pionnières, leur existence même, influencent l’expansion des pays à espace ouvert où se trouvent les fronts pionniers. Enfin, après l’homme, je crains fort qu’on ait aussi oublié un peu l’espace pionnier - ses évolutions, ses transitions vers la région. Cela nous aurait aussi ramené à l’arrière-pays, donc, à une étude qui aurait dû être essentielle dans le cadre de ce colloque.

28G. REMY

29Il est difficile de définir le fait pionnier. La définition proposée par O. Dollfus ne recouvre pas la totalité des migrations de populations observées en Afrique tropicale.

30Les migrations Lobi en Haute Volta n’est pas le passage d’un système à un autre mais le maintien d’un même système (social agricole) à travers le déplacement. Pour la population Lobi, dans une certaine mesure, migrer est une façon d’être.

31D’autres mouvements — ceux des « montagnards comprimés » vers les plaines relèvent d’un mouvement de redistribution de la population consécutif à une concentration préalable s’inscrivant dans une situation historique « cataclysmique ».

32Le problème est de situer ce qu’est le mouvement « pionnier » au sein de l’ensemble des mouvements de population.

33H. THERY

34La discussion sur la définition théorique du front pionnier montre l’extraordinaire complexité d’un modèle en rendant compte dans le cadre de la théorie des systèmes (en particulier si l’on veut prendre en compte les effets sur l’arrière pays). Sans négliger cette recherche tout à fait nécessaire pour donner un solide cadre théorique à nos travaux, il ne faudrait pas négliger l’étude de l’espace incorporé au système national par la poussée pionnière, étude pour laquelle nous sommes, en tant que géographes, mieux préparés et les seuls à l’être.

35P.Y. DENIS

36Au delà du front pionnier de colonisation impliquant des axes agro-pastoraux et des aires de développement industriel, peut-on tenir compte d’un authentique front pionnier touristique qui occupe des espaces marginaux de contact avec l’oekoumène et de la vulnérabilité de l’environnement affecté ?

37En Argentine, au nord et au sud du pôle touristique de Bariloche, se développe une étroite frange de contact entre le piémont et la Patagonie où le potentiel est important au delà des fronts pionniers traditionnels et de la sporadicité de l’occupation de l’espace.

38T. SAIGNES

39Pour prolonger certaines réflexions, notamment celles de MM. Lasserre et Taillard, ne peut-on pas dire finalement que par delà l’héritage colonial et en deçà des multinationales, l’émergence et la croissance de l’Etat moderne — au sens d’une volonté d’Etat-Nation sur le modèle occidental — qui est le phénomène le plus caractéristique du Tiers-Monde dans les vingt dernières années, se sont fondées sur la conquête des « Terres neuves » et se sont alimentées de ce projet collectif d’intégration nationale ? La colonisation des zones « vierges » dans le monde intertropical jouerait un rôle dans les idéologies du territoire équivalent aux conflits frontaliers qui ont forgé les nationalités européennes au xixe siècle (et dont la lère guerre mondiale marque l’achèvement). Ce type de colonisation permet aux bureaucraties autoritaires de surmonter les résistances ethniques et traditionnelles.

40G. LASSERRE en réponse à une question de T. Saignes

41La question que vous posez est parfaitement pertinente. La Côte d’Ivoire en donne une excellente illustration. Le président Houphouet-Boigny souhaite bâtir un Etat-Nation et aménager l’espace des savanes du Nord de la côte d’Ivoire (équipement en infrastructures, grands projets de mise en valeur régionale, mise en place de pôle de développement, etc.). Des déclarations identiques peuvent être relevées dans les discours et les écrits des hommes politiques du Gabon, de la République du Congo, etc.

42C. COLLIN DELAVAUD

43O. Dollfus a regretté que l’on évoque peu les coûts, leur évaluation, qui paye, qui perçoit les bénéfices. En fait, la notion de coût est bien plus complexe que celle du coût financier d’installation (terres, matériel et avances sur les récoltes, équipement public, coûts sociaux — médicaux, scolaires —). Il y a aussi le coût humain, maladie, mort, désespoir en cas d’abandon, survie médiocre du colon parachuté, le coût écologique des erreurs dévastatrices de la progression de l’oekoumène, le coût politique par le renforcement de l’Etat ou des multinationales. Mais, également, quel est le rendement ? Il est tout à fait possible de calculer le rendement économique agricole en fonction du système de production et des besoins internes et externes. Mais il y a surtout le renforcement de l’équilibre national global, l’équilibre entre espaces nationaux, de la terre et de l’industrie, l’équilibre des densités mais aussi des dynamismes. Il ne faut pas oublier non plus les interactions nationales, de l’amont à l’aval et de l’aval à l’amont.

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter