Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

Conclusion et discussion générale

Questions sur la communication d’Olivier Dollfus

Françoise Scazzocchio

Texte intégral

  1. En ce qui concerne l’application de la notion de systémogénèse aux phénomènes pionniers, peut-on parler d’une discontinuité analogue aux catastrophes auxquelles se réfère Thom dans les phénomènes naturels ? Le fait que la colonisation ne produise pas seulement un nouvel écosystème mais un nouvel ordre socio-économique, que les modalités de reproduction de la colonie soient définies par les règles de fonctionnement de la matrice de colonisation, que la combinaison d’éléments constituant la structure pionnière soit rarement endogène (même dans le cas d’ethnogénèse, quand une société indigène occupant un territoire colonisé se constitue en minorité nationale), ces faits semblent indiquer la formation d’un sous-système étudiable en tant que tel, plutôt que celle d’un nouveau système stable. Bien qu’il y ait sur les fronts pionniers un bouleversement des relations sociales et économiques fondées sur un certain rapport à l’environnement, il est significatif que l’introduction de nouvelles relations - qui peut aussi être analysée en termes de substitution de modes de production - s’appuie souvent sur des réseaux traditionnels, particulièrement de parenté et de clientèle, qui créent une continuité et peuvent instaurer ce qui semble être une phase de transition prolongée.
  2. En ce qui concerne le problème des coûts de la colonisation pour un état, peut-on séparer les critères économiques des critères non-économiques ? Diverses communications durant cette table ronde ont montré l’ambiguïté entre les buts économiques (investissement), sociaux (déversoir de populations de zones surpeuplées) et géo-politiques (peuplement le long des frontières). On peut aussi parler des coûts pour les colons eux-mêmes, et l’analyse du rapport entre le « défricheur » d’un front pionnier et les divers agents qui tirent les bénéfices de cette dynamique pionnière en arrière du front est particulièrement difficile.
  3. Pourquoi devrait-on écarter a priori « tout jugement moral » dans l’analyse des phénomènes pionniers ? Cette approche, caractéristique d’une analyse structuraliste, est conforme à l’application de la notion de systémogénèse aux phénomènes pionniers. Elle semble moins acceptable si l’on considère les fronts pionniers comme des phénomènes essentiellement dynamiques dont les éléments ne deviennent stabilisés que dans le cadre de systèmes nationaux où les fronts deviennent intégrés. Il semble qu’en ce qui concerne les phénomènes pionniers, un problème de choix se pose à tous niveaux, pour les acteurs, les administrateurs et les analystes : des stratégies pionnières (Moran, Keinnpennig) à la discussion des idéologies et du rôle de l’état (Cardoso), les phénomènes pionniers peuvent être perçus comme une arène de choix éthiques et politiques où le chercheur, quelles que soient ses opinions, prononce des jugements implicites par la définition même de son sujet et de son approche.

Auteur

Université de Cambridge

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter