Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

Conclusion et discussion générale

Phénomènes pionniers et problèmes de frontières : quelques remarques en guise de conclusion

Olivier Dollfus

Texte intégral

1Phénomènes pionniers et problèmes de frontières dans la zone intertropicale ont retenu notre attention au cours de ces journées. Les auteurs des communications ont montré la diversité des situations selon les continents, les époques, les objectifs poursuivis : incorporation de « nouvelles » terres pour l’agriculture vivrière ou commerciale, exploitation de gisements miniers, mise en valeur de « sites touristiques », « remplissage humain » par occupation de zones vides ou faiblement peuplées en lisière des frontières politiques des Etats pour mieux en garantir l’intégrité territoriale. On a vu que ces divers objectifs peuvent se combiner, que les modalités d’exploitation peuvent se compléter. Ces entreprises « pionnières » qui visent à accroître « l’oekoumène » de ceux qui les lancent, jalonnent l’histoire ; elles ont été et restent encore le fait de sociétés n’utilisant que l’outil et se déplaçant à pied comme elles peuvent maintenant s’effectuer au prix de lourds investissements en capital et en employant des techniques puissantes et sophistiquées. Toute la gamme des actions pionnières dans la zone intertropicale a été jouée au cours de ces deux derniers jours. Je voudrais en guise de conclusion et pour prolonger ces travaux suggérer une possible problématique de recherche.

D’un système à un autre système

2L’un des problèmes posés à la recherche est de disposer d’un instrument conceptuel permettant l’étude des phénomènes dans leur diversité en se fondant sur une problématique commune. Or dans chacun des cas traité on trouve des traits communs : au départ un espace inhabité ou faiblement peuplé, caractérisé par une situation écologique « climacique » ou « paraclimacique », c’est à dire marqué par la stabilité des milieux naturels. Les populations humaines, quand elles existent, pratiquent le plus souvent des activités de chasse et de cueillette, parfois une agriculture itinérante utilisant de façon extensive les surfaces ; elles vivent en étroite symbiose avec le milieu sur lequel elles limitent les prélèvements ; les échanges avec l’extérieur sont absents ou extrêmement réduits. On a donc un système géographique initial, ouvert certes sur son environnement naturel mais pratiquement clos vis à vis d’un environnement socio-économique plus vaste : système spatial largement autonome, stable, non productif en terme de comptabilité économique classique.

3L’introduction d’éléments allogènes — des hommes avec leurs techniques au service d’objectifs qui sont, d’abord, ceux d’une exploitation des ressources naturelles et de leurs transformations en vue d’une production de biens nouveaux — conduit à une modification et à la disparition du système « climacique » initial. Le milieu originel est transformé, des sols aux biocénoses et aux populations humaines. Des éléments peuvent disparaître, les attributs d’autres éléments changent de signification, les relations initiales entre « potentiel écologique », « biocénoses » et intervention humaine limitée et inexistante sont remplacées par de nouvelles relations orientées en vue de productions comptabilisables et soutenues par des flux aux entrées et aux sorties du système en gestation. On assiste au cours de la « phase pionnière » à la construction de combinaisons juxtaposant des éléments anciens, transformés, s’articulant mal avec les éléments nouveaux importés, combinaisons qui se font et se défont avec rapidité avant de donner naissance soit à un nouvel espace, doté d’une population, qui tout en conservant certains caractères initiaux, reproduit les caractères de la société globale tant en ce qui concerne ses propriétés démographiques, sociales et professionnelles, soit finit par perdre son identité en se fondant dans un ensemble plus vaste. La phase pionnière est alors achevée : on se trouve en face d’un nouveau système possédant une stabilité commandée à la fois par ses relations internes et par ses rapports avec l’environnement général, tant géographique que social.

4L’étude des phénomènes pionniers et de leur traduction spatiale est donc l’étude d’une « catastrophe » au sens que donne de ce terme R. Thom, c’est-à-dire de la phase de transition, de transformation entre un système stable initial et un système qui lui fait suite dans le même cadre spatial mais qui est doté de propriétés et de finalités différentes. Ainsi des chasseurs collecteurs sont supprimés, refoulés ou transformés en « peones » dans des entreprises agricoles. Des forêts sont détruites et remplacées par des plantations ou des pâtures à bovins ; des rivières et des cascades sont canalisées et exploitées pour la production d’électricité ; des gisements métallifères fournissent des minerais qui sont traités puis éventuellement transformés ensuite en métaux : dans tous les cas l’intervention extérieure détruit « l’ordre » antérieur, provoque des conflits avant le rétablissement possible d’un nouvel équilibre.

Les deux démarches

5L’étude de la « catastrophe », c’est-à-dire du passage d’un système à un autre système peut être envisagée selon deux démarches, celle des sciences naturelles et celle des sciences humaines, et demande dans tous les cas la collecte d’une série de données échelonnées dans le temps.

SYSTEME A “CLIMACIQUE”

SYSTEME A “CLIMACIQUE”

SYSTEME B “PIONNIER”

SYSTEME B “PIONNIER”

SYSTEME REGIONAL “INTEGRE A ENVIRONNEMENT”

SYSTEME REGIONAL “INTEGRE A ENVIRONNEMENT”

6Dans la perspective naturaliste il s’agit d’évaluer le potentiel écologique initial, la production et éventuellement la productivité des écosystèmes climaciques, d’étudier comment l’action pionnière en modifiant les biocénoses et leur support pédologique transforme les milieux, comment les grands cycles (eau, azote, carbone) sont ou ne sont pas modifiés. Très généralement l’anthropisme contribue à la simplification des milieux naturels, simplification qui, pour être maintenue, demande un contrôle constant et des apports extérieurs de matière et d’énergie, notamment pour compenser les prélèvements effectués sur le milieu par les productions. Dans certains cas il ne s’agit que d’une transposition d’un système à un autre sans grande modification dans la nature des échanges : une forêt devient un secteur de plantations de caféiers sous ombrage, associées à des cultures vivrières, une savane parcourue par de grands herbivores sauvages devient une pâture à bovins domestiques. En revanche la destruction de la forêt et son remplacement par des périmètres agricoles transforme les conditions de l’évaporation, les cycles de la matière organique et de l’azote et peut se traduire surtout dans la zone intertropicale chaude et humide par un appauvrissement éventuellement irrémédiable des sols. Souvent on constate que les entreprises pionnières gaspillent — donc sans profit — un potentiel écologique. Jouent, là comme dans d’autres domaines, les effets d’échelle : la destruction des forêts dans la péninsule malaise par l’exploitation minière ou par les activités agricoles entraîne d’importantes conséquences locales (dans certains bassins versants, le volume érodé est plusieurs centaines de fois supérieur dans un secteur déforesté sans précaution à ce qu’il est sous forêt), mais les conséquences régionales sont plus limitées. En revanche la démolition du massif forestier amazonien, à supposer qu’elle soit possible, modifierait l’hydrologie et le climat du plus grand bassin fluvial du monde et affecterait peut-être le cycle du carbone à l’échelle mondiale. Il est intéressant de resituer les phénomènes pionniers, c’est-à-dire la transformation rapide des milieux et des écosystèmes qui les formalisent dans la perspective des grands échanges à l’interface terre/biosphère/atmosphère. On doit constater dans ce domaine la difficulté des études et la faiblesse ou l’incertitude des connaissances qui en résulte. Cette difficulté est liée en particulier au problème du transfert des échelles, de la connaissance, déjà délicate, des flux de matière et d’énergie au niveau de la station ou de la parcelle à celle des phénomènes affectant des centaines de milliers, voire des millions de kilomètres carrés. Difficulté aussi de transposer sur la longue durée — au moins plusieurs décennies — des observations effectuées pendant quelques années. Médiocre connaissance également de « l’état des lieux » avant le début de l’intervention « pionnière », des règles de fonctionnement des milieux très complexes climaciques ou paraclimaciques. On sait mal établir des bilans écologiques et surtout géographiques, c’est-à-dire transposer en terme de surface les données stationnelles, donc ponctuelles, qui sont à la base des travaux écosystématiques.

7Cette recherche naturaliste doit se croiser avec celle entreprise par les chercheurs en sciences sociales et économiques. L’une de leurs tâches est d’évaluer le coût des opérations qui les supporte, pourquoi, comment, en fonction de quels objectifs.

8Il est important de déterminer les objectifs : pourquoi l’action pionnière est entreprise : gagner de nouvelles terres pour l’agriculture, pour la production ou pour créer des emplois, exploiter des gisements miniers, hydrauliques ou touristiques, occuper le territoire jusqu’aux limites politiques de l’Etat pour affirmer par une présence humaine d’une certaine densité la souveraineté de la nation, etc. Qui entreprends des « colons », incités ou non par l’Etat, un groupe ethnique à la recherche d’un espace vital pour y pratiquer son genre de vie comme dans des exemples africains, des entreprises publiques ou privées, de grandes firmes nationales ou multinationales. Qui paie, qui finance, qui supporte les déficits et les erreurs, qui perçoit les bénéfices lorsqu’ils existent. On doit constater que dans les différentes communications qui viennent d’être présentées, les problèmes de la comptabilité des actions pionnières ont généralement été davantage effleurées que traitées avec rigueur. Or si cette comptabilité est nécessaire pour pouvoir comparer des entreprises apparemment semblables conduites dans des milieux analogues, cette connaissance est très importante en géographie car elle permet de savoir ce que coûte la fabrication d’un espace « régional ». Et à partir de là l’analyse économique, sociale et géographique est singulièrement enrichie. Elle permet de comparer les créations d’emplois dans une région dont on renforce la densité par rapport à une région où l’on met en place un dispositif nouveau, de comparer pour un même produit les effets d’une éventuelle intensification à ceux de l’ouverture de nouvelles « frontières » économiques, mais surtout elle offre la possibilité de mesurer « in vivo » l’ensemble des coûts dûs à l’aménagement d’un espace, à son peuplement, à son intégration dans un environnement plus vaste. Or l’analyse de système, en obligeant à déterminer les éléments et leurs attributs, à mesurer les variables de transferts reste un instrument dont la valeur opératoire ne peut être négligée.

9Les phénomènes pionniers sont de tous les temps ; le xixe siècle et les premières décennies du xxe siècle ont été marqués par l’accélération des « colonisations » de terres neuves tant aux latitudes moyennes que dans le domaine intertropical ; colonisations accompagnées parfois de gaspillages de ressources difficiles à renouveler comme les sols, de disparition de populations humaines et animales tout en étant l’un des moyens d’accroître les productions mondiales et de fournir des possibilités d’existence à des populations plus nombreuses. Le « temps du monde fini » (P. Valéry) commençant, il est normal que l’on s’interroge avec plus d’anxiété sur les conséquences des entreprises pionnières dans la mesure où celles-ci disposent de moyens plus puissants alors que les surfaces encore disponibles deviennent de plus en plus réduites d’où l’intérêt du cas, majeur, de l’Amazonie et du centre du continent sud-américain qui reste, aux latitudes intertropicales, l’un des plus vastes espaces encore faiblement peuplés du monde. D’où l’importance des travaux comme la thèse trentenaire de P. Monbeig sur « les planteurs et pionniers de Sâo Paolo » qui constitue l’ouvrage de référence pour la connaissance des phénomènes pionniers du premier xxe siècle. On attend maintenant l’œuvre collective qui, à la fin de ce siècle, dressera le bilan des entreprises conduites en Amazonie et qui, utilisant toutes les ressources de l’écrit, du calcul et de l’audiovisuel, nous permettra de suivre la génétique des régions dans le domaine intertropical. Rendez-vous à dans vingt ans !

Table des illustrations

Titre SYSTEME A “CLIMACIQUE”
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1456/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre SYSTEME B “PIONNIER”
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1456/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre SYSTEME REGIONAL “INTEGRE A ENVIRONNEMENT”
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1456/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

Auteur

Université de PARIS VII

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter