Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(Β) Frontières politiques et frontières de colonisation

Discussions et commentaires

Texte intégral

1Commentaire de C. LASSERRE

2M. Omar JAEN nous a montré les progrès inquiétants de la déforestation dans le bassin hydrographique du rio Chagres. L’érosion et son corollaire, le comblement des lacs et du canal, deviennent préoccupants. Pour préserver l’avenir de la voie de navigation inter-océanique, il est nécessaire de prévoir un plan d’aménagement de l’espace du bassin hydrographique du rio Chagres. Les trois communications de J. Restrepo, C. Collin Delavaud et de O. Jaen ont un trait commun, en dépit de leur diversité. Elles nous montrent l’utilité de notre discipline dans le domaine de l’aménagement de l’espace et de la prévision, mais elles font bien ressortir l’importance du choix politique par-delà l’avis des experts et des « aménageurs ».

3Commentaire de P. MONBEIG au sujet de la communication de O. Jaen

4A propos des dernières considérations de M. Jaen, je voudrais souligner l’importance de la vieille ville tropicale « pionnière » et le gaspillage d’un espace voisin de l’agglomération urbaine et qui devrait être à son service.

5Question de G. SCHNEIER à D. RAMOUSSE

6Je voudrais insister sur un aspect qui me semble essentiel qui est l’importance à l’échelle nationale donnée aux questions frontalières par les moyens de communication de masse. La même situation peut être analysée en sens inverse : l’utilisation des moyens de communication pour pénétrer une frontière (du Brésil vers l’Argentine par exemple).

7Question de J. BRISSEAU à D. RAMOUSSE

8L’expansion des Colombiens au Vénézuéla se fait dans le cadre de la Réforme agraire vénézuélienne, c’est une conséquence de la Réforme Agraire de 1960. Celle-ci a créé des lotissements, permis l’installation des gens sans terre mais il se produit un phénomène de concentration au profit d’une minorité de grands et moyens propriétaires qui ont besoin de main d’œuvre pour l’élevage en particulier. Or seuls les Colombiens acceptent les bas salaires et les mauvaises conditions de travail.

9Question de H. THERY à N. DEMYK

10Quelle distinction faites-vous entre occupation uti possidetis et de facto. Etymologiquement et dans la terminologie habituelle c’est la même chose.

11Réponse de Ν. DEMYK

12L’argumentation fondée sur l’uti possidetis en Amérique centrale se réfère à la situation des provinces coloniales au moment de l’indépendance, tandis que l’argument de facto se réfère au contrôle le plus récent, à l’époque du litige.

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable