Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(Β) Frontières politiques et frontières de colonisation

Frontières politiques et frontières de colonisation

Le Brésil et ses voisins

Hélène Rivière d’Arc

Texte intégral

1L’histoire de l’Amérique latine indépendante est jalonnée par une succession de traités, destinés à résoudre des conflits de frontières causés à la fois par certaines imprécisions dans les limites des empires coloniaux et par des intérêts économiques, le plus souvent conjoncturels. Plusieurs de ces traités ont été périodiquement remis en cause et soumis à de nouveaux arbitrages : beaucoup d’entre eux, les réglements juridiques se superposant aux intérêts économiques, se sont inscrits dans des contextes d’affrontements armés ; citons brièvement quelques exemples : la guerre du Paraguay, la guerre du Pacifique, la guerre de l’Acre, la guerre du Chaco... Certains pays, parmi lesquels la Bolivie qui se trouve être une des principales victimes, ont été amputés d’une partie de leur territoire.

  • 1 cf. Thierry SAIGNES, L’Indien, le Portugais et le Jésuite : alliances et rivalités aux confins du C (...)

2Contrairement à ce qui se passe en Afrique les raisons ethniques ont rarement été à l’origine des conflits frontaliers ; ce qui n’exclut pourtant pas, dans plusieurs cas, l’arbitraire des limites d’Etats en Amérique latine, en ce qui concerne les populations autochtones ; on sait, par exemple, que sur les frontières des pays qui occupent une position géographiquement centrale dans le sous-continent (Brésil, Bolivie, Paraguay), des groupes indigènes étaient fixés à la fois sur le territoire brésilien et bolivien, dans le Chaco paraguayen et bolivien, etc. Plusieurs études historiques ont d’ailleurs démontré que la faible occupation européenne de ces régions et les difficultés qui demeurent, encore de nos jours, pour fixer la ligne de démarcation, s’expliquent, en grande partie, par la résistance et l’agressivité des indiens. Ceux-ci ont, de fait, tenu en échec d’abord les Jésuites et les bandeirantes, puis les administrateurs des nouveaux états latino-américains1. Mais leur faiblesse numérique et leurs habitudes de nomadisme, furent au cours de l’histoire, à la fois leur arme et la cause de leur perte.

3De nos jours, le nomadisme de certains groupes est encore cité comme fauteur de troubles, comme cause de difficulté frontalière : les journaux de Cuiaba citent par exemple l’intrusion en territoire matogrossense d’indiens guarayos qui venus de la Bolivie, revendiquent des terres. Les projets de colonisation du Chaco, tant du côté paraguayen que bolivien sont, entre autres, justifiés par la nécessité stratégique de fixer les nomades ; cependant que la colonisation du Haut Parana paraguayen a été rendue possible par l’élimination ou l’expulsion vers le Chaco des quelques tribus qui l’occupaient.

4Nous nous limiterons à citer ces quelques cas, mais il est bien évident que des situations plus ou moins similaires peuvent être repérées en différents espaces frontaliers d’Amérique du Sud (Vénézuela, Colombie, Guyana) et même au Mexique et au Guatemala.

5Si les problèmes ethniques liés à la démarcation des frontières, rendue nécessaire par la volonté de maîtrise du territoire d’Etats jaloux de leur souveraineté, semblent ne plus avoir de réalité que comme séquelle du passé, des résistances contre une organisation étrangère à leur perception de l’espace national ou vital, resurgissent aujourd’hui chez certains indiens : sans prétendre préjuger de leur impact, on peut noter qu’il existe des mouvements indigènes (ou indigénistes) en Bolivie, pour lesquels les frontières nationales n’ont pas de sens. Dans un autre ordre d’idée, il serait intéressant d’analyser le conflit qui oppose l’Etat-brésilien, les entrepreneurs et les Indiens, à propos du Parc du Xingu : est-il vraiment possible, comme le proposent certains, de le résoudre, en rendant publique une cartographie précise des limites du Parc, ce que refuse la FUNAI, pour des raisons ambiguës ? Sans doute, les ethnologues répondraient-ils beaucoup mieux que nous à ce type de question.

6Par conséquent, nous tenterons plutôt de cerner la notion politico-frontalière en Amérique du Sud, à travers les recommandations, les discours et une réalité qui est à la fois, le produit de l’histoire économique du sous-continent et du volontarisme de l’Etat. Il arrive ainsi que l’on se trouve face à des confusions de concepts volontaires ou non qui permettent de justifier des idéologies et aussi face à des actions qui se combinent ou se contredisent et ont des répercussions spécifiques. Nous tenterons, pourtant, d’éviter de tomber dans le piège qui consiste à analyser le discours de l’Etat pour ensuite décrire une réalité qui en serait bien différente. Et, à l’inverse, de suggérer que la présence « physique » de la frontière détermine une dynamique ou un blocage propre. Car, très souvent, le discours de l’Etat est suffisamment flou pour que ses exécutants zélés y trouvent des points de référence dont ils peuvent ainsi faire usage dans des situations extrêmement diverses. Nous pensons ici à la notion de sécurité nationale utilisée à tout instant et par des personnages très variés au Brésil, pour désigner et justifier des faits ou des actions radicalement différents. Nous pensons aussi à la notion de frontière, souvent liée à la précédente qui a des approches nombreuses selon le problème que l’on aborde ou selon le groupe qui prétend l’expliciter.

Les différentes approches de la notion de frontière, actuellement en vigueur en Amérique du Sud

7Au cours de l’histoire de l’Indépendance, malgré Bolivar, les lignes-frontières-démarcation n’ont cessé de se préciser. La frontière devenait donc politique au sens européen, administratif et même militaire du terme, même si, dans la pratique, l’absence de contrôle de la part des états sur certaines zones éloignées des capitales, permettaient que s’y développent certains phénomènes qui ne tenaient pas compte de son existence. Nous faisons allusion ici à l’installation de sociétés minières ou d’entreprises agricoles, à la fin du xixe siècle, à cheval sur les frontières boliviennes, brésiliennes, paraguayennes et argentines.

8C’est ainsi que de nos jours, les deux approches : économique, fondée sur l’idée d’intégration, et politique, fondée sur les idées de souveraineté et de sécurité nationale, ces dernières accompagnées surtout dans les régimes militaires d’une connotation fortement nationaliste, s’affrontent ou tentent de converger, selon l’emphase donnée à tel ou tel phénomène conjoncturel.

  • 2 Raymond PRATS, Le concept de frontière institutionnelle d’intégration, Cahiers des Amériques latine (...)
  • 3 cf. Hélène RIVIERE D’ARC, Les foyers plurinationaux, quelques remarques sur le Mutum (Bolivie) et I (...)
  • 4 José Enrique GREÑO VELASCO, La integración de fronteras y el concepto de fron-tera institucional. R (...)

9L’approche économique de la notion de frontière d’intégration est mise en valeur par les organismes internationaux, notamment le Système Economique Latino-américain (SELA). C’est surtout, comme l’analyse Raymon Prats2, depuis le début des années soixante que « l’Amérique latine s’est engagée plus avant dans le processus qui semble conduire à l’éclatement de la frontière politique », par la création de région-plan-inter-état, recommandées par la CEPAL et la BID. Il n’est guère possible d’entrer dans le détail des motivations qui ont présidé à la mise en place des différents accords internationaux : Pacte Andin, Agence des Pays de la Plata, URUPABOL, et plus récemment le Pacte Amazonien. Notons d’ailleurs que leurs modalités sont différentes et que seuls, l’Agence des Pays de la Plata et le Pacte Amazonien introduisent des articles concernant directement la coopération frontalière puisque ces deux organismes interviennent sur des régions géographiques précises. C’est en 1975 que le SELA a confirmé à l’échelle du continent, les recommandations à l’incitation et à l’implantation de projets binationaux ou multinationaux3. Un des théoriciens les plus brillants des institutions juridiques capables d’alimenter le processus dynamique de l’intégration est l’argentin José Enrique GRENO VELASCO. Il a analysé le nouveau concept de frontières institutionnelles qui suppose le passage de la notion de limite à celle d’espace multinational d’intégration et a préconisé pour parvenir à cet objectif, l’établissement du siège des institutions dans les régions concernées4.

10Mais l’ambigüité réside alors dans le rôle que jouent, pour la réalisation de ces projets, les pays les plus puissants, notamment le Brésil, et aussi le Vénézuela et l’Argentine, dont le potentiel économique et militaire est, soit considérablement plus élevé que celui de leurs voisins, soit rival (cf. les exemples du Mutum et d’Itaipu...). A ce moment-là, la dimension politique réapparait et un autre type de discours sur la frontière et la souveraineté nationale peut éventuellement resurgir.

  • 5 General GOLBERY do COUTO e SILVA, Geopolítica do Brasil, Rio de Janeiro, Livraria José Olympo, 1957 (...)

11D’ailleurs, il n’a jamais été absent, même au cours des années soixante, puisque le Brésil avait remis en vigueur, dès 1967, les écrits du Général Golbery do Couto e Silva et du Général Meira Mattos (qui a été vice-directeur du Collège Interaméricain de la Défense à Washington), résultats des réflexions géopolitiques de l’Ecole de Guerre de Rio au cours des années 40-505.

12Les théories géopolitiques de ces personnages ont fait maintenant l’objet de nombreuses analyses et il n’y a pas lieu d’y revenir. Ce qu’il faut remarquer, c’est qu’elles ont à la fois influencé les autres pays - surtout ceux à la tête desquels se trouvent des militaires et inspiré des craintes aux voisins du Brésil. Influencer, en ce sens que l’Argentine, le Chili, la Bolivie... ont fait leur, en l’adaptant à leurs conditions locales, la théorie de la sécurité nationale ; ils ont à leur tour produit des études géopolitiques où chacun tente, d’une part, d’extraire des concepts, d’autre part des moyens pour l’action ou des justifications à l’action de l’Etat. Inspirer des craintes à ses voisins en ce sens que la géopolitique brésilienne, axée sur l’idée des « frontières vivantes » et sur le « destin manifeste du Brésil » en Amérique, est apparue comme une agression. Ceci est particulièrement remarquable pour l’Argentine, traditionnelle rivale, et pour la Bolivie, traditionnellement menacée, à la fois par le Brésil et le Chili. Mais ces craintes ont été également sous-jacentes au Vénézuela et au Pérou, lorsque ce sont engagées les négociations sur la création du Pacte Amazonien en 1977.

  • 6 cf. Maria Elena MEDINA, Treaty for Amazonian cooperation, Conference on the development of Amazonia (...)
  • 7 José Enrique GREÑO VELASCO, Pacto Amazónico y Tratado de la Cuenca del Plata, analogias y diferenci (...)

13L’opposition à l’introduction de l’expression « intégration physique » à propos des régions frontalières qui avait été utilisée dans l’article I du Traité du Bassin de la Plata, est significative à cet égard6. Greño Velasco7 fait, en effet, remarquer une nette évolution entre les recommandations de chacun de ces traités : le deuxième insiste sur la souveraineté qu’exerce chaque état sur ses zones périphériques et frontalières, l’accord entre les divers pays étant plus fondé sur l’idée de coopération et de préservation de la spécificité de ces zones, que celle d’intégration qui prévalait en revanche dans la définition de l’accord de Brasilia.

14Tous les pays voisins du Brésil entrent donc dans des associations économiques avec lui et créées à son initiative, qui se superposent aux accords séparés sur l’exploitation commune de matières premières qu’il a signé en 1974, avec plusieurs d’entre eux.

  • 8 Hélène LE DOARE, Le Brésil et le cône sud, les conflits frontaliers. Introduction à une bibliograph (...)

15Les similitudes idéologiques de la plupart des régimes notamment dans le cône sud ont, à la fois aiguisé les contradictions inévitables que suscitent un certain type de discours nationaliste proféré par les militaires et accéléré la coopération. Se maintenant sans appui populaire, ces régimes ont tenté au cours des années 68-78, de faire jouer la corde sensible d’un nationalisme exacerbé pour justifier leur présence : le thème de la construction ou de la reconstruction de la nation devait servir de dérivatif aux problèmes sociaux qu’ils esquivaient et de justification à leur désir d’armement, à la pression et à la diffusion de leur pouvoir sous des formes variées. Ces ambiguïtés sont masquées par les amalgames conceptuels que révèlent les discours officiels sur la nation, la souveraineté et la sécurité nationales, les notions de territoires, de zones pionnières et de frontières. Un exemple parmi beaucoup d’autres : au moment même où se mettait en place en 1974, l’accord de Cochabamba qui devait faire dépendre le pôle sidérurgique frontalier du Mutum en Bolivie du bon vouloir du Brésil, on dénonçait en Bolivie l’absence de délimitation en tel ou tel point de la frontière commune entre les deux pays dont le Brésil « expansionniste » était soupçonné de profiter. Les petits conflits frontaliers anodins ou plus graves, tel que celui du Canal de Beagle, sont-ils à certains moments destinés à donner le change ou masquent-ils des problèmes plus profonds, c’est-à-dire « des rapports de force qui cherchent à s’imposer et les contradictions d’intérêt entre les différents pays »8. Sans doute les deux à la fois.

Frontières politiques et frontières de colonisation :

16L’objectif de faire se combiner ces différentes approches en un seul système ou dans une logique, peut être repéré dans les commentaires officiels ou non, et les études technocratiques qui accompagnent la réalisation de projets volontariste d’aménagement dans les zones périphériques.

  • 9 Hélène RIVIERE d’ARC, La formation du lieu Amazonie, Cahiers des Amériques latines, n° (18), 1978, (...)

17En effet, les lignes-frontière-démarcation, pour des raisons historiques, traversent le plus souvent, dans le cône sud, des espaces peu peuplés. Le pouvoir central n’y a exercé jusqu’à une époque récente qu’un contrôle assez lâche, ce qui a fait apparaître dans ces régions des formes spécifiques souvent liées à la présence de la frontière : celles-ci peuvent être des tendances régionalistes très marquées comme à Santa Cruz en Bolivie, par exemple, ou une dépendance économique vis-à-vis du pays voisin, des activités économiques presqu’uniquement axées sur la contrebande, etc. Ce qui ne signifie pourtant pas que le problème du marginalisme de ces régions ait été méconnu jusque là. Dès le xixe siècle, des journaux, des ouvrages ou même des discours officiels, faisaient allusion à la nécessité d’occuper ces espaces ou au danger que représentait leur abandon : au début du siècle, le Diario de Lima (7/1/1910) évoquait l’impérialisme brésilien sur les forêts à caoutchouc ; les nationalistes brésiliens, eux, redoutaient la présence d’entreprises agricoles argentines dans le Bassin du Paraná-Paraguay jusqu’à Corumba, travaillées de surcroît par des ouvriers paraguayens, donc l’hispanisation économique et culturelle de cette zone, etc. Ces inquiétudes s’accompagnaient généralement de propositions de mesures où l’Etat et l’Armée devait avoir une grande part. Mais, à la limite, lorsque les situations étaient perçues comme de véritables abandons de la part de l’Etat central (cf. la question de l’Acre, les tentatives d’intégration du Gouverneur Miguel Suarez Arana à Santa Cruz, le ressentiment de certains amazoniens vis-à-vis de l’Empire, puis République du Brésil), les protestataires pouvaient suggérer la création d’entités administratives indépendantes ou laissaient surgir des caudillos disposés à prendre la relève (cf. L’histoire de l’Acre)9.

18En fait, ces abandons tenaient plus, bien entendu, à la faiblesse de l’Etat central, qu’à son indifférence. Aujourd’hui, l’unité nationale est un des points forts des discours politiques : cette formule fait référence à la fois à l’organisation verticale de la société et à sa répartition spatiale sur le territoire national. C’est pourquoi, l’occupation des espaces peu peuplés et mal encadrés, est devenue une nécessité socio-économique et un impératif stratégique. Dans la mesure où l’on veut concilier ces deux idées dont l’application ne correspond pas toujours à la mise en œuvre des mêmes mécanismes, ni des mêmes intérêts, on procède alors à des confusions volontaires d’échelle géographique qui permettent de maintenir dans le flou, la notion de frontière : parle-t-on de la frontière de colonisation, de la frontière administrative, de zones-frontières d’intégration, on ne sait.

  • 10 Raul SANT1BANEZ, Contrôle de l’espace et contrôle social dans l’Etat militaire chilien, Hérodote, 1(...)
  • 11 Hélène RIVIERE d’ARC, L’armée aménageur et entrepreneur en Bolivie, le cas du département de Santa (...)

19Quelques exemples : dans le plan de consolidation territoriale décidé en 1974 par le Général Pinochet, il est prévu d’occuper militairement les provinces de Valdivia et de Cautin, sous le prétexte qu’elles sont des « zones de frontières » ; en réalité, il s’agissait de résoudre brutalement un conflit social qui n’avait rien à voir avec la défense nationale et d’éventuelles « intrusions » argentine en territoire chilien10. En Bolivie, le projet agricole Abapo-lzozog, géré par l’Année dans le Chaco, est sur le plan stratégique justifié par la nécessité d’occuper la zone frontière, d’empêcher les incursions paraguayennes et de faire pendant aux importants projets de colonisation du Chaco paraguayen qui seraient réalisés avec l’appui conjoint du Brésil et du Chili. La réalisation d’Abapo s’inspirerait de la stratégie d’occupation israélienne. Mais ces explications ne résistent pas vraiment à l’observation de la réalité : la frontière paraguayenne est à près de 150 km ; par ailleurs, les projets de colonisation du Chaco paraguayen paraissent plus mythiques que concrets pour le moment. La recherche pétrolière semble y dominer plutôt que les préoccupations de développement agricole et de peuplement11. En fait, le projet Abapo, déjà fort ancien, avait reçu un appui tout particulier du Général Barrientos. Certains prétendent que sa proximité avec les lieux de la guérilla de 1967 ne serait pas étrangère à cette attention. Il semble cependant que ce dernier argument, affirmé par certains militaires, ne soit qu’un élément parmi d’autres, venu à propos renforcer l’intérêt de l’Armée pour cette zone, à un moment donné de l’histoire du projet.

  • 12 La Bolivie n’est plus gouvernée par les militaires* mais les Forces armées conservent dans ce pays (...)

20Ces deux exemples sont bien significatifs du flou que nous avons voulu montrer et qu’entretiennent les gouvernements militaires autour de la notion de frontière : en effet, si l’on poussait ces arguments à la limite de leurs contradictions, tout le territoire chilien et presque toute la Bolivie seraient « frontaliers »... Cependant, ils sont également significatifs de la convergence que ces mêmes gouvernements veulent établir entre occupation stratégique du territoire qui justifient leur présence militaire et zones inoccupées à coloniser. Car, en fait, si l’on reprend l’exemple du département de Santa Cruz, on constate que le front pionnier agricole, accaparé surtout, malgré la présence de l’Institut National de Colonisation, par les grands propriétaires locaux, ne s’étend guère au-delà du Rio Grande. Les provinces frontalières de l’Est, qui compte moins de 1 habitant au km2 ont même tendance à en perdre, tandis que l’Armée y possède de très vastes concessions de terre qu’elle utilise partiellement dans le cadre d’exploitations agricoles de type capitaliste (La Gaiba, Bermajo), gérées par la COFADENA (Confederación de las Fuerzas Armadas para el Desarrollo Nacional)12.

Un tour d’horizon des régions frontalières du Brésil et de quelques-uns de ses voisins

21La relation entre frontières de colonisation et frontières politiques s’inscrit dans l’espace par le biais de la mise en place d’actions volontaristes à caractère stratégique et économique, qui devancent les opérations spontanées et lentes, laissant souvent de grands « blancs » dans l’occupation du territoire. Cette définition est valable pour plusieurs zones frontalières aux confins du Brésil et de ses voisins : la continuité n’est observable que dans la région de la Plata et maintenant dans le bassin du Parana.

  • 13 Il est bien évident que l’utilisation massive de l’avion change complètement la notion traditionnel (...)

22Aux frontières du Brésil et des autres pays, les colonies frontalières sont fréquemment créées de part et d’autre sous l’impulsion des armées et leur existence dépend souvent de la présence d’une caserne. Mais leur rôle économique est assez dérisoire et ne bouleverse pas les formes traditionnelles de relations qui se sont établies au cours de l’histoire de ces frontières et qui se caractérisent par le renforcement de toutes sortes de contrebande ou d’occupation illicite. Ce sont surtout les occupations volontaristes à objectif économique à court terme, liées à des activités non agricoles (l’exploitation des ressources minières et hydrauliques) qui se trouvent être jusqu’à aujourd’hui seules capables de changer vraiment les relations locales traditionnelles. Il n’est guère possible ici de développer les différents exemples qui peuvent être cités à cet égard : quel est l’impact de la création du pôle de Ciudad Guayana sur la zone frontalière du Brésil et du Vénézuela ; quelles sont les répercussions au Brésil de l’exploitation du pétrole en Amazonie péruvienne ; quel nouveau type de rapports ont établi les brésiliens et les boliviens à la suite des négociations de Cocha-bamba sur la création du « pôle » sidérurgique du Mutum ; enfin, quels sont les termes des difficiles accords diplomatiques entre les pays de l’Agence de la Plata sur l’utilisation des eaux du Parana (Itaipu, Corpus, etc.). Ce sont ces différentes questions qui doivent être approfondies — et qui sont d’ailleurs les sujets de beaucoup d’ouvrages et d’articles —, si l’on prétend donner une connotation nouvelle aux relations entre frontières politiques (dans le sens de zones stratégiques) et frontières de colonisation (dans le sens de zones occupées et en cours d’intégration, malgré la présence de vastes espaces sous-exploités qui les séparent géographiquement des centres de décision)13.

  • 14 Certains concessionnaires de terre boliviens qui n’ont pas les capitaux suffisants pour investir se (...)
  • 15 Diagnóstico social del Norte de Bolivia, CIDOB, tome II, La Paz, 1977.
  • 16 SELSER, Gregorio, « Las fronteras vivas » del Brasil inquietan a Uruguay y Argentina. El Dia, 12 ju (...)
  • 17 La création du Pacte Amazonien a été fort habilement menée par le Brésil pour mettre un terme à tou (...)

23Au risque de paraître confuse et contradictoire, nous reviendrons cependant sur l’analyse de la frontière de colonisation au sens classique du terme là où elle coïncide avec la frontière politique. Nous pensons surtout à la région du Haut Parana paraguayen, largement occupée par des agriculteurs brésiliens, qui apparaît à beaucoup comme l’exemple type de l’expansionnisme brésilien. Mais dans la plupart des pays frontaliers du Brésil, on dénonce aussi des entrées (massives ?) de brésiliens : en Guyane, au Vénézuela, en Bolivie, en Uruguay... susceptibles de modifier jusqu’à la spécificité culturelle des zones frontalières. Les législations des différents pays freineraient ou faciliteraient ces incursions. Donnons seulement, ici, quelques éléments d’explication aux cas que nous connaissons avant de décrire le seul exemple poussé à l’extrême, celui du Paraguay. En Bolivie, il est exact que des brésiliens contrôlent les activités économiques des régions frontalières notamment celle de l’exploitation du bois précieux à Santa Cruz et dans le Béni, du caoutchouc et de la châtaigne dans le Pando, mais ils n’ont guère besoin d’acheter des terres – ce qui serait d’ailleurs illégal et leur causerait des difficultés – pour exercer ce contrôle14. Notons en outre que le front pionnier brésilien continu n’atteint pas vraiment ces régions frontalières et que ces activités « extractives » touchent un tout petit nombre d’hommes. L’émotion demeure cependant face à ce problème, et certains enquêteurs qui se livraient récemment sur le terrain à une étude socio-économique du Pando, ont eu la joie de constater que les habitants n’y parlaient pas brésilien15. En Uruguay, l’accord tacite, à tous les niveaux entre les deux pays, permet également le contrôle par des brésiliens, des activités agricoles de la région frontalière au sens large. L’unique réaction uruguayenne face à cet expansionnisme concerne le problème de la langue : le gouvernement uruguayen souhaite que l’utilisation du portugais ne se généralise pas et que les écoles soient tenues d’enseigner l’espagnol16. Mais les différentes formes « d’expansionnisme » (le mot impérialisme ou sous-impérialisme est parfois aussi utilisé) que pratique le Brésil ne se limitent pas à des incursions dans les zones frontalières ou à des contrôles des activités : on peut lui reprocher aussi de pratiquer une sorte de dumping économique, destiné entre autre à affaiblir le Pacte Andin, de s’arroger le rôle de leader d’une sécurité non pas nationale mais continentale, etc. Pour concrétiser ce danger diffus, on conclut toujours « Voyez le Paraguay ! »17.

La région frontalière Brésil - Paraguay comme exemple limite

24Dans les milieux technocrates paraguayens, on semble conscients de la situation de dépendance quasi-totale dans laquelle se trouve le pays. Mais on évoque à la fois avec fatalisme, la longue histoire de sa dépendance (vis à vis de l’Espagne, bien entendu, de l’Argentine, de l’Angleterre et des Etats-Unis depuis l’indépendance), et son incapacité à se « moderniser » seul. On conclut alors ce constat un peu amer par cet autre : pourquoi pas le Brésil, puisque parmi les voisins, c’est le pays qui a le plus de moyens. Ceci ne signifie pourtant pas que le nationalisme officiel ne soit pas une dimension politique largement entretenue au Paraguay comme dans les autres pays. Mais il s’incarne d’une part dans la personne du chef de l’Etat, ce qui signifie que toute initiative prise par lui est forcément nationale ou « bonne pour la nation » ; d’autre part, dans l’anti-communisme, dont le Brésil est le plus grand défenseur. On est donc loin du nationalisme farouche et autarcique qui avait lancé les soldats paraguayens contre les troupes brésiliennes et argentines en 1865-70. Guerre qui a pourtant laissé des séquelles profondes sur la culture populaire et le mode de vie quotidien des populations dispersées des régions frontalières. En effet, après la guerre, le Gouvernement paraguayen rainé vendit à très bas prix de grands espaces de forêt à des compagnies anglo-argentines, françaises et brésiliennes pour exploiter l’erra mate, tout le long des fleuves Paraguay et Parana. Le Parana continuait donc son rôle d’élément d’intégration régionale tandis que le centre de décision se trouvait être Buenos Aires. Chacune de ces entreprises utilisaient par ailleurs de la main-d’œuvre paraguayenne sans travail ; même l’entreprise brésilienne Mate Laranjeira ne comptait pratiquement que des travailleurs paraguayens. Ceux-ci contribuèrent alors à peupler les petites villes de la frontière, Porto Murtinho, Bela Vista, Ponta Pora, introduisant au Brésil leur langue et leur musique. Le Brésil, inquiet de cette hispanisation diffuse et de l’hégémonie argentine sur le système fluvial Parana-Paraguay, commença à créer des colonies de type militaire dans le sud du Mato Grosso (Miranda, Dourados...) et à faire des projets de chemin de fer entre Campo Grande et Ponta Pora. La Mate Laranjeira fut au cours des années 20-30 le sujet de fortes polémiques : les uns la considérant comme Γ avant-garde de la résistance à l’hégémonie argentine, les autres comme anti-nationale puisqu’elle contribuait à introduire un peuplement étranger en territoire brésilien. Mais la décadence de l’exploitation de l’erra mate vers 1940 provoqua l’abandon de l’intérêt pour ces régions, la stagnation du peuplement, l’installation sans contrôle de quelques grands éleveurs sans titre de propriété, la violence. On notera cependant que beaucoup de paraguayens sont restés dans les petites localités frontalières endormies. Aujourd’hui, le nouveau gouvernement du Mato Grosso du Sud, désirant développer un vaste programme de culture vivante, a la surprise de découvrir que la samba est complètement étrangère aux populations locales, sensibilisées à la musique guarani !

  • 18 Ce qui explique l’abondance de la littérature argentine sur les problèmes de ces régions entre 1970 (...)
  • 19 R. Andrew NICKSON, Brazilian colonization of the eastern border region of Paraguay. Paper presented (...)

25Comparé aux répercussions massives de l’actuelle occupation brésilienne sur la rive droite du fleuve, ceci est bien sûr une anecdote et la prétention de ce court rappel historique est plutôt de situer le développement du nouveau front pionnier dans le cadre d’une rivalité entre le Brésil et l’Argentine dont le premier est actuellement en train de sortir gagnant18. En effet, la pénétration d’agriculteurs et d’hommes d’affaires brésiliens au Paraguay s’est accélérée parallèlement à l’offensive diplomatique lancée par le Brésil auprès du Paraguay pour mettre au point un certain nombre d’accords dont le plus important est celui d’Itaipu (1972). Le Brésil s’assurait ainsi l’hégémonie sur les ressources hydroélectriques du fleuve Parana, au détriment de l’Argentine. Mais cette offensive s’accompagnait de mesures destinées à renforcer le pouvoir du Président Stroessner : cadeaux, vente d’équipement militaire, crédits pour la construction de voies de communication, compliments, etc. C’est pourquoi le Gouvernement paraguayen est globalement si favorable au développement de son pays, dans l’orbite de son gigantesque voisin. Une des conséquences de cette coopération est l’installation dans les provinces frontalières du Paraguay, et notamment dans le Haut Parana, de plus de 300 000 agriculteurs brésiliens. Il existait déjà depuis les années 60 un mouvement spontané de paysans du Parana vers ces régions peu peuplées et peu exploitées. Les mécanismes habituels décrits pour expliquer la dynamique des fronts pionniers permettaient d’en rendre compte. Depuis 1972, ce mouvement est devenu massif ; mais on pourrait faire remarquer qu’il est également massif vers le sud du Mato Grosso. C’est sans doute vrai, mais il bénéficie au Paraguay d’extraordinaires facilités qui ont été remarquablement décrites par deux travaux : celui de R. Andrew Nickson et le livre de Domingo Laino19. Il n’est donc pas nécessaire d’y revenir. Rappelons seulement que l’Institut du Bien-Etre social créé en 1963 à Asunción, après les révoltes des Ligues Paysannes, qui s’était fixé trois objectifs : modifier la répartition de la terre, intégrer les nouvelles colonies au processus de développement et repousser vers l’Est, la « frontière agricole », a pourtant grandement contribué à l’installation des colons brésiliens. Le phénomène géographique peut donc être perçu comme la rencontre de deux fronts pionniers presque ininterrompus, l’un est-ouest, l’autre ouest-est qui ont convergé dans une même zone riche, peu exploitée et peu peuplée. Mais l’originalité de ce processus, c’est que la frontière a favorisé l’avancée pionnière brésilienne dans la mesure où, à l’ouest, les conditions d’installation étaient bien plus faciles pour quiconque est muni d’un peu d’argent ; le candidat brésilien à ces terres bon marché peut acheter cash au moins une partie de sa nouvelle propriété et recevoir ainsi immédiatement un titre et un crédit du Banco de Fomento. Le candidat paraguayen, sans moyens, ne reçoit son titre qu’au bout de longues années et par conséquent doit attendre le crédit. Dans ces conditions, l’essentiel des ressources du Banco de Fomento vont aux Brésiliens. Par ailleurs, les impôts et les taxes d’exportation paraguayens sont considérablement inférieurs à ceux du Brésil. Il est donc facile de comprendre à quel point s’accentue la différenciation sociale entre colons brésiliens et paraguayens. Nous nous trouvons ainsi dans une région pionnière du territoire paraguayen, intégrée certes, mais intégrée au système brésilien. C’est aussi une zone de croissance, la plus forte du Paraguay ; c’est enfin une zone d’introduction de techniques agricoles modernes où s’installent assez massivement les industries agro-alimentaires transnationales. Mais la ligne-frontière sert dans ce cas, à protéger les facilités de certains types d’investisseurs (bas prix, facilités fiscales, etc.), un peu comme dans la zone d’intervention de la SUDAM pour l’Amazonie, par exemple, sans que le Brésil n’ait rien à débourser. C’est à la limite un faux problème que de se demander si le Brésil a imposé ce processus à son voisin et a profité d’une situation de fait, ou si c’est le Paraguay qui a bradé ses terres de sa propre volonté. Sans doute, le modèle de développement brésilien a-t-il eu tendance à s’exporter d’une façon caricaturale au Paraguay, créant entre les deux pays des liens de dépendance tels que ce dernier procède en quelque sorte à une fuite en avant, même pas compensée par quelques mesures de caractère nationaliste, pratiquées par la plupart des pays, comme l’interdiction de vendre des terres aux étrangers sur une bande frontalière de plusieurs kilomètres. Notons qu’une très timide législation sur le transfert des bénéfices est cependant en train d’être ébauchée au Paraguay.

26On pourra s’interroger tout de même sur l’intérêt des classes dominantes paraguayennes dans cette affaire : faisant avant tout reposer le modèle de développement national sur l’existence de la zone franche et sur la contrebande, ce qui permet au Gouvernement de maintenir une imposition très faible sur les biens fonciers, ne va-t-elle pas devoir modifier ce modèle du fait de l’entrée massive de techniques agricoles coûteuses ? Il semble que la réponse soit affirmative mais seulement à assez long terme, ce qui permettra à la bourgeoisie foncière et commerçante de s’adapter. Ce qui fait dire aussi aux gouvernants que les progrès du pays passe par l’aide des brésiliens et à certains technocrates, d’affirmer que les progrès agricoles ne sont possibles que grâce à des agriculteurs ouverts, travailleurs et habitués à la modernisation ; c’est-à-dire les brésiliens. Un fonctionnaire n’a-t-il pas laissé échapper en notre présence que parmi les « exigences » demandées aux colons brésiliens, il fallait être blanc. Bien entendu, ceci n’est écrit nulle part, mais pouvait être compris ainsi : pour la minorité blanche au pouvoir au Paraguay et malgré les discours sur l’harmonie régnante entre culture indigène et européenne, ce ne sont pas les agriculteurs indigènes qui représentent pourtant 80 % du pays, qui provoqueront sa « modernisation » agricole. Leurs méthodes sont au contraire une sorte de résistance passive à tout changement. Il faut donc opposer à cette passivité une classe de moyens agriculteurs disposés à utiliser des techniques différentes et ayant les moyens de les utiliser. Importer des gens déjà culturellement différents (de préférence des gauchos), permet de faire l’économie de leur « formation » et représente une garantie pour le modèle que l’on veut mettre en place.

27Sans vouloir jouer sur des comparaisons artificielles, on peut cependant se demander si les projets d’installation de colonies sud-africaines en Bolivie, aux frontières du Brésil, ne relevaient pas d’un raisonnement un peu similaire. Notons que dans les deux cas, les populations indigènes ont été éliminées par l’expulsion, ce qui est d’ailleurs reconnu au Paraguay, où l’on nous a prétendu que les groupes nomades du Haut Parana, avaient été transférés dans le Chaco.

  • 20 Cf. Jean REVEL-MOUROZ, Coopération et conflits dans les zones frontalières en Amérique latine, à pa (...)

28« Les espaces périphériques sont devenus des enjeux pour les systèmes nationaux en voie d’intégration »20. La plupart des voisins du Brésil se sont donc trouvés pris dans l’engrenage de leur allégeance politique et économique vis-à-vis de ce puissant partenaire et leur désir de justifier leur maintien au pouvoir par la nécessité de construire l’unité nationale à travers la maîtrise du territoire et l’utilisation des ressources naturelles. Leur politique a donc constamment, surtout depuis quinze ans, alterné entre la coopération dans le cadre d’accords binationaux et multinationaux et les revendications de souveraineté ; on a parfois l’impression que les difficultés de négociations autour de la mise en place d’un projet commun relèvent de cette dernière dimension. En réalité, il s’agit aussi très souvent de retards financiers, de limitations des moyens par rapport aux prévisions, les coûts augmentant parallèlement aux lenteurs du déroulement des opérations (cf. les exemples du Mutum, de Corpus...) et enfin de pressions internes qui peuvent susciter des revirements. La mise en place du « pôle » du Mutum semble être ici la meilleure illustration : pressions internes en Bolivie, agitée depuis deux ans par les élections et les changements de gouvernement ; recul du Brésil par rapport à certains de ses engagements pour un projet qu’il ne considère pas comme prioritaire. Les problèmes rencontrés par l’Argentine pour l’édification du barrage de Corpus et de celui de Yaciréta-Apipé semblent relever des mêmes difficultés, ce qui a permis au Brésil de prendre l’avantage dans la négociation tripartite concernant l’utilisation des eaux du Parana.

29Face à la priorité que représente en réalité pour les Etats, l’exploitation des ressources naturelles, la politique d’aménagement des régions frontalières par l’intermédiaire de la mise en place de fronts pionniers planifiés et encadrés, semble encore assez modeste sauf au Paraguay (mais dans les conditions que l’on a vues), même si elle est généralement entourée d’une grande publicité. Les véritables zones de croissance sont liées à l’installation de complexes miniers industriels et sont alimentés par la spéculation sur les terrains, par l’inflation des salaires et par la nécessité d’importer tous les produits de consommation. Et en aucun cas, les zones de colonisation agricole n’apparaissent aujourd’hui comme des supports de ces complexes.

Notes

1 cf. Thierry SAIGNES, L’Indien, le Portugais et le Jésuite : alliances et rivalités aux confins du Chaco au xviiie siècle. Cahiers des Ameriques latines, n° 9-10, 1974, pp. 213-245.
Et, Uacury RIBEIRO de ASSIS BASTOS, Os Jesuitas e seus successores (Moxos e Chiquitos, 1767-1830), LI Coleçâo da Revista de Historia, S. Paulo, 1974.
Du même auteur, A terra Mbaiâica, S. Paulo 1973, étude dactylographiée.

2 Raymond PRATS, Le concept de frontière institutionnelle d’intégration, Cahiers des Amériques latines, n° 18, pp. 107-127.

3 cf. Hélène RIVIERE D’ARC, Les foyers plurinationaux, quelques remarques sur le Mutum (Bolivie) et Itaipu (Brésil-Paraguay), in Les Foyers industriels nouveaux en Amérique latine, Afrique noire et Asie, Travaux et Mémoire de l’IHEAL, n° 31, pp. 121-125.

4 José Enrique GREÑO VELASCO, La integración de fronteras y el concepto de fron-tera institucional. Revista de Politica Internacional, n° 158, juillet-août 1978, pp. 55-83.
Voir aussi, Hélène LE DOARE, Documents analysés sur les problèmes frontaliers en Amérique latine, bulletin de janvier-octobre 1979, Document ronéoté.

5 General GOLBERY do COUTO e SILVA, Geopolítica do Brasil, Rio de Janeiro, Livraria José Olympo, 1957, nouvelle édition 1967 ; General MEIRA MATTOS, Brasil, geopolítica e destino, Biblioteca do exiército, Rio de Janeiro, 1975.

6 cf. Maria Elena MEDINA, Treaty for Amazonian cooperation, Conference on the development of Amazonia, Cambridge 26-29 sept. 1979.

7 José Enrique GREÑO VELASCO, Pacto Amazónico y Tratado de la Cuenca del Plata, analogias y diferencias. Revista de Politica internacional, n° (165) sept.-oct. 1979, Madrid pp. 75-92.

8 Hélène LE DOARE, Le Brésil et le cône sud, les conflits frontaliers. Introduction à une bibliographie commentée. Cahiers des Amériques latines n° 18, 1978, p. 215.

9 Hélène RIVIERE d’ARC, La formation du lieu Amazonie, Cahiers des Amériques latines, n° (18), 1978, pp. 181-213.

10 Raul SANT1BANEZ, Contrôle de l’espace et contrôle social dans l’Etat militaire chilien, Hérodote, 1er trimestre 1977, n° 5, pp. 82-107.

11 Hélène RIVIERE d’ARC, L’armée aménageur et entrepreneur en Bolivie, le cas du département de Santa Cruz, L’Espace Géographique, avril-juin 1979, tome VIII, n° (2) pp. 92-103.

12 La Bolivie n’est plus gouvernée par les militaires* mais les Forces armées conservent dans ce pays un vaste champ d’activités de pointe, agricoles et industrielles, cf. Jean-Pierre Lavaud et Hélène Rivière d’Arc, Les Forces armées en Bolivie. Cahiers des Amériques Latines (20), 2e sem. 1980, pp. 159-180.
* Cet article a été rédigé avant le coup d’état de juillet 1980.

13 Il est bien évident que l’utilisation massive de l’avion change complètement la notion traditionnelle de front pionnier, conçu comme un processus continu.

14 Certains concessionnaires de terre boliviens qui n’ont pas les capitaux suffisants pour investir seuls, regrettent d’ailleurs les réticences des brésiliens à s’associer avec eux pour exploiter ces terres.

15 Diagnóstico social del Norte de Bolivia, CIDOB, tome II, La Paz, 1977.

16 SELSER, Gregorio, « Las fronteras vivas » del Brasil inquietan a Uruguay y Argentina. El Dia, 12 juin 1979.

17 La création du Pacte Amazonien a été fort habilement menée par le Brésil pour mettre un terme à toutes les attaques sous-jacentes jusqu’à présent. Le Pacte insiste sur l’indépendance nationale de chaque pays, sur leur spécificité et sur l’importance égale donnée à la voix de chacun pour chaque prise de décision.

18 Ce qui explique l’abondance de la littérature argentine sur les problèmes de ces régions entre 1970 et 1977 et ses prises de position souvent furieuses contre l’impérialisme brésilien.

19 R. Andrew NICKSON, Brazilian colonization of the eastern border region of Paraguay. Paper presented at the Conference on the Development of Amazonia in seven countries, Centre of Latin-american studies, University of Cambridge, 23-26 sept. 1979.
Et Domingo LAINO, Paraguay : fronteras y penetración brasileña’ Asuncion, Ed. Cerro Cora, 1978.

20 Cf. Jean REVEL-MOUROZ, Coopération et conflits dans les zones frontalières en Amérique latine, à paraître dans PAL, déc. 1979.

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter