Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(Β) Frontières politiques et frontières de colonisation

Conflits frontaliers en Amérique Centrale

Michel Demyk et Noëlle Demyk

Texte intégral

1Dans cette Amérique centrale morcelée qui est née de la Capitainerie Générale du Guatémala après l’Indépendance de 1821 et après les déchirements de la Fédération des « Provinces Unies de l’Amérique Centrale » (1823-1838), la question des frontières, omniprésente dans la diplomatie et les relations entre les « Républiques-sœurs » est à l’origine, au xixème et surtout au xxème siècle, d’une série de crises plus ou moins intenses qui affectent tous les Etats sans exception et résultent de la cristallisation des mêmes facteurs. L’absence d’une cartographie précise et indiscutée du tracé des frontières rend les régions frontalières plus sensibles aux pressions économiques et politiques exercées par les Etats voisins, au nom des intérêts locaux ou étrangers. Les litiges frontaliers constituent ainsi des points de fixation momentanés et révélateurs des tensions qui se développent au sein des états centraméricains. Ils s’inscrivent par ailleurs dans le contexte géopolitique de l’Isthme situé dans la sphère d’influence immédiate des Etats-Unis, élément majeur dans la cristallisation de ces conflits, notamment à partir de la fin du 19ème siècle.

2Le caractère vague du tracé des frontières s’explique en partie par les modalités politiques et institutionnelles de l’indépendance des états centraméricains issus directement des anciennes provinces coloniales dont les limites n’étaient pas fixées avec exactitude. Dans leurs constitutions initiales, les états prévoyaient la promulgation d’une « loi spéciale » pour la délimitation plus précise de ces frontières après examen des documents juridiques. Ceci n’impliquait pas une véritable urgence, étant donné la répartition de la population et des terres cultivées à cette époque.

3En effet, l’Isthme centraméricain se présentait d’une manière beaucoup plus marquée qu’actuellement comme une juxtaposition d’ilôts de hautes terres peu peuplées et partiellement mises en valeur, séparées par de vastes espaces de terres non appropriées et non occupées. Cet « archipel » dominait sur ses deux versants atlantique et pacifique des plaines basses, humides et chaudes, très peu exploitées. Seul, le Salvador faisait déjà exception par la configuration plus étroitement montagneuse de son territoire et par son peuplement plus intense.

4Dans les décennies qui suivent l’Indépendance, la démarcation des frontières sur le terrain est par ailleurs une question secondaire puisque l’enjeu le plus important concerne l’existence même des états, menacée par les conflits entre les oligarchies créoles provinciales, elles-mêmes divisées à l’intérieur de chaque province entre éléments conservateurs et libéraux. De janvier 1822 à juillet 1823, l’éphémère rattachement des états contraméricains à l’Empire mexicain d’Iturbide est ainsi d’un coût élevé pour les provinces centraméricaines : outre le drainage de l’argent de la région, la constellation politique issue du Royaume du Guatémala se trouve amputée du Chiapas et du Soconusco, rattachés définitivement au Mexique à la suite du retrait de l’Empire mexicain – retrait qui coïncide avec la fin de cet Empire. Une assemblée nationale constituante déclare l’indépendance absolue des cinq provinces de Costa-Rica, Guatémala, Honduras, Nicaragua et Salvador, confédérées en « Provinces Unies de l’Amérique Centrale ». A partir de 1826, des guerres incessantes opposent les états centraméricains entre eux. Ces luttes entre factions rivales suscitent en février 1838, la sécession de trois départements guatémaltèques (Quezaltenango, Totonicapan, Solola) qui déclarent former un sixième état, El Estado de Los Altos, reconnu par le Congrès Fédéral dominé par les libéraux (dont le chef est Francisco Morazan) hostiles au gouvernement guatémaltèque conservateur. Cette sécession dure jusqu’en janvier 1840. Mais dès 1838, le Pacte Fédéral se dissout, chaque province s’érigeant en République souveraine : les conflits armés n’en continuent pas moins jusque dans les années 1870-85 quand le général libéral Justo Rufino Barrios, Président du Guatémala, réitère sans succès les combats de Francisco Morazan pour imposer l’union centraméricaine par la force.

5Durant cette période, le processus de délimitation des frontières alimente cependant une abondante littérature juridique, remontant aux sources coloniales dans une argumentation sans cesse répétée et souvent dénuée de tout résultat concret. Deux types d’arguments s’opposent généralement : celui de l’uti possidetis se référant aux textes coloniaux et celui de facto qui se fonde sur la possession de fait à une époque plus récente. Non seulement les litiges frontaliers opposent bilatéralement tous les états centraméricains, mais ils constituent également un important motif d’intervention de la part des deux puissances impérialistes qui se disputent l’Amérique Centrale à cette époque : le Royaume Uni et les Etats-Unis. Les prétentions britanniques s’appuient sur des bases territoriales telles que le Honduras Britannique revendiqué par le Guatémala et la Mosquitia au Nord du Honduras et du Nicaragua tandis que les Etats-Unis orientent leur diplomatie vers le contrôle d’un canal interocéanique traversant le Nicaragua.

6Le début du 20ème siècle révèle la suprématie définitive des Etats-Unis sur le continent américain. En Amérique Centrale, c’est aussi, à l’exception du Costa Rica, l’installation durable de caudillos peu soucieux de mettre leur pouvoir en jeu dans des guerres nationalistes aux issues douteuses. Au demeurant, l’intérêt national n’existe guère à l’heure des premiers contrats passés avec les sociétés étrangères, pour le plus grand bénéfice de celles-ci. Pourtant, on assiste bientôt à la réactivation de litiges frontaliers « vieux de plus de cent ans » selon la formule des commentateurs locaux, le dernier exemple étant celui du conflit entre le Honduras et le Salvador en 1969. Ces différends, très comparables dans leurs péripéties juridiques et militaires, remplissent des fonctions diverses dont le dénominateur commun demeure l’impérialisme nord-américain. Dans cette région centraméricaine, celui-ci correspond à des intérêts et à des stratégies étonnament constants au-delà des avatars nationaux (collaboration, domination ou résistance). Ainsi une question aussi « nationale » que celle des frontières présente-t-elle - en même temps qu’une contrainte - un thème permanent de manipulation au service des Etats-Unis et des firmes nord-américaines. Pour les bourgeoisies conservatrices au pouvoir dans les états centraméricains, elle devient diversion sur la scène politique intérieure selon un schéma universellement connu.

1. Les projets de canal interocéanique et le litige frontalier entre le Nicaragua et le Costa Rica1

  • 1 Cf. Luis Fernando SIBAJA, Nuestro límite con Nicaragua - Estudio histórico. Comisión nacional de c (...)

7La délimitation des frontières entre le Nicaragua et le Costa-Rica au 19ème siècle pose deux problèmes distincts, chronologiquement et géographiquement. Au moment de l’Indépendance, l’incertitude majeure concerne l’ancien Partido colonial de Nicoya, appelé province de Guanacaste en 1842 et situé sur le versant pacifique. Cette province, dont une partie au moins possède des liens étroits et anciens avec le Costa Rica (Région de Nicoya) est intégrée au Nicaragua lors du rattachement au Mexique mais demande et obtient du Congrès Fédéral en 1824, le droit de rejoindre le Costa-Rica. Cette solution, partiellement suscitée par les luttes intestines qui divisent le Nicaragua est remise en cause par celui-ci en 1838, à la rupture de la Fédération. Jusqu’en 1846, les négociations entre les deux pays sont freinées par les guerres incessantes qui agitent les états centraméricains. Mais vers 1846 le différend frontalier change de lieu et de nature : il se fixe désormais en priorité sur le versant atlantique qui jusqu’à cette date n’avait pas fait l’objet de contestation entre les deux pays, le Nicaragua n’ayant élevé aucune protestation contre l’inscription dans la constitution costa-ricaine de 1844 d’une frontière atlantique définie par la rivière San Juan jusqu’à la mer. Alors que la province de Guanacaste sur le versant pacifique représente un territoire peuplé et mis en valeur, il s’agit là d’une région à peu près totalement vide comme il en existe beaucoup en Amérique Centrale. Pour la première fois se cristallise ici cette problématique spécifique qui nous les intérêts locaux et étrangers sur des territoires frontaliers offrant des perspectives de colonisation. Dans ce cas précis, elle naît de la volonté concurrente de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis de s’assurer la contrôle du tracé d’un éventuel canal interocéanique à travers l’Isthme centraméricain.

8Pour la réalisation de ce projet, le choix se porte sur la route nicaraguayenne, dans l’Isthme de Rivas, compte tenu de l’existence de voies naturelles (rivière San Juan - lac de Nicaragua), l’Isthme de Panama restant bien sûr une alternative. Les visées britanniques se concrétisent en 1845 par le durcissement de la politique d’annexion : le Belice, rebaptisé à cette époque Honduras Britannique exige comme frontière le rio Sarstoon tandis que l’Ile de Roatan prise au Honduras et la Mosquitia sont reconnues comme étant des possessions anglaises. Bientôt, la Grande Bretagne s’empare du port de San Juan del Norte qu’elle dénomme Greytown.

9Cependant, la découverte de l’or californien rend plus urgent pour les Etats-Unis l’établissement d’une route transisthmique déjà envisagée antérieurement et seule capable de relier efficacement les deux côtes des Etats-Unis du Chemin de Fer transcontinental. Dès 1849 une société nord-américaine dont le principal actionnaire est Cornélius Vanderbilt signe un contrat avec le Nicaragua pour la construction d’un canal. Dans l’immédiat, une filiale de cette société assure la liaison inter-océanique par bateaux à vapeur et diligences (Cia Accessoria de Tránsito) et réalise rapidement des gains substantiels.

10Désormais, l’interventionnisme des grandes puissances amplifie et exacerbe le litige frontalier qu’il a contribué à créer. Le Costa Rica, soucieux de s’assurer une route aisée vers l’Atlantique pour l’exportation de son café vers le Royaume Uni, souhaite la reconnaissance rapide de ses droits sur la rivière San Juan et l’usage du port de San Juan del Norte.

  • 2 L’intervention de W. WALKER commandant quelque deux cents hommes armés est sollicitée en 1855 par (...)

11Mais le Nicaragua hausse soudainement ses exigences sur le versant atlantique tout en maintenant sa revendication sur la province de Guanacaste malgré la volonté proclamée de celle-ci en 1847 de rester intégrée au Costa-Rica. Alors que les Etats-Unis soutiennent le Nicaragua jusque dans ses prétentions outrancières sur les deux rives du San Juan, le Costa Rica tente avec l’appui de la Grande-Bretagne de mettre en œuvre une autre route transisthmique depuis le lac de Nicaragua jusqu’au Golfe de Papagayo sur la côte pacifique. Cependant le problème de la souveraineté sur la route interocéanique, essentiel pour les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, conduit ceux-ci à accélérer la solution du litige frontalier tout en tolérant une situation politique et militaire explosive durant les années 1855-57. Si le traité Clayton-Bulwer conclu en 1850 entre les deux puissances garantit la neutralité de toute communication interocéanique à travers l’Isthme centraméricain, il ne résout pas les problèmes locaux compliqués par la menace intolérable que fait peser l’aventurier nord-américain William Walker sur le Nicaragua2. Lorsqu’en 1857, Walker s’enfuit du Nicaragua protégé par la marine nord-américaine, il doit son échec à l’intervention armée du Costa-Rica et des autres états centraméricains mais quelques mois plus tard, le Nicaragua libéré de l’intervention étrangère, déclare la guerre au Costa-Rica qui refuse les propositions de règlement du litige frontalier. Déclarations sans effet : devant la menace du retour de Walker et la pression des grandes puissances, la négociation est reprise et aboutit au Traité Carias-Jerez (avril 1858) qui entérine le renoncement du Nicaragua à l’ancien Partido de Nicoya, assure la souveraineté entière du Nicaragua sur le lac de Nicaragua et sur les eaux de la rivière San Juan, le Costa Rica conservant l’usage de cette voie fluviale à des fins commerciales. Sur le versant pacifique, la frontière n’est pas le Rio del Flor indiqué dans les textes anciens mais préserve l’accès du Nicaragua à la Baie des Salinas dont les qualités portuaires pourraient justifier d’y implanter le débouché du canal projeté. Or après la guerre contre les flibustiers et le règlement du problème de souveraineté, la route fluviale interocéanique perd son intérêt. Elle est très vite supplantée par le chemin de fer interocéanique construit au Panama à partir de 1850 par une société nord-américaine et reçoit le coup final en 1869 avec l’achèvement du premier chemin de fer transcontinental aux Etats-Unis. Mais la volonté des Etats-Unis de maintenir leur contrôle sur l’espace nicaraguayen contre toute tentative concurrente d’installer une route transisthmique les conduit à surveiller le règlement des points litigieux que contient le traité Cañas-Jerez en ce qui concerne la réalisation d’un éventuel canal (arbitrage du Président des Etats-Unis, Cleveland en mars 1888).

12Vers 1900, les méthodes de la politique américaine changent, les politiques du « big stick » de Th. Roosevelt et du « dollar » de Taft sont à l’origine d’un interventionnisme plus vigoureux défiant la souveraineté des Etats latino-américains. Le traité Hay-Paunafote (1901) entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis annule le traité Clayton-Bulwer et confère aux Etats-Unis le contrôle total du canal nicaraguayen. Lorsqu’en 1902, les Etats-Unis optent pour la solution panaméenne, la procédure utilisée est sans faille : le congrès colombien tardant à ratifier le traité permettant l’ouverture de l’Isthme, la République de Panama naît en novembre 1903 sur l’initiative des Etats-Unis et son gouvernement provisoire ratifie en décembre le traité qui concéde aux Etats-Unis la souveraineté sur la zone du canal. Devenu une pièce maîtresse du dispositif de surveillance de la zone du canal qui implique le contrôle de toute la zone caraïbe, le Nicaragua fait l’objet d’une intervention armée prolongée (1912-1933) précédant l’instauration de la dictature somoziste. En 1916, le traité Chamorro-Bryan signé par le Nicaragua octroie aux Etats-Unis une succession à perpétuité sur la région du canal interocéanique ainsi que le droit de construire une base navale dans le golfe de Fonséca au mépris des traités antérieurs et de la souveraineté des états voisins.

2. Les conséquences de l’expansion des plantations bananières nord-américaines dans les secteurs frontaliers d’Amérique Centrale

13La détermination politique et militaire des Etats-Unis ne se démentit pas durant les premières décennies du xxème siècle et favorise sans aucun doute les investissements privés nord-américains. Ceux-ci augmentent de 40 millions de dollars en 1912 à 225 millions en 1928 en Amérique Centrale et au Panama. Dans les Républiques Centraméricaines — à l’exception du Salvador — s’édifie l’empire de la United Fruit Company à travers une lutte acharnée contre ses concurrents. Fortes de leurs capitaux et de leur appartenance aux Etats-Unis, les sociétés bananières disposent de moyens de pression considérables vis-à-vis des gouvernements centraméricains incapables de financer eux-mêmes la réalisation des infrastructures nécessaires à leurs pays et généralement plus soucieux d’intérêts privés que d’intérêts nationaux.

14Les premiers contrats obtenus par les investisseurs nord-américains leur font le devoir de construire des voies ferrées en contrepartie de la cession d’immenses étendues de terres dont une partie seulement est plantée en bananiers, le reste constituant autant de réserves. Les conditions écologiques favorables sont celles des terres basses, chaudes et humides des régions côtières dont la mise en valeur et le peuplement sont ainsi amorcés. Vers 1930, l’empire de la United Fruit Company atteint son apogée, associant plus de trois millions d’acres de terres — dont 450 000 sont cultivés — au contrôle des moyens de transport (voies ferrées - flotte maritime) et de télécommunication et à un patrimoine immobilier important (maisons, magasins, écoles...).

15Lors de cette expansion territoriale, l’existence de frontières politiques implique des interlocuteurs différents pour la négociation des contrats et donne lieu à des conflits très comparables d’un endroit à l’autre, les luttes d’intérêt entre sociétés rivales se parant à cette occasion des couleurs nationalistes, pour le plus grand dommage des pays impliqués malgré eux dans ces litiges frontaliers ainsi réactivés.

1 - Les conflits frontaliers entre le Costa-Rica et la Colombie puis le Panama3

  • 3 Cf. Charles David KEPNER et Jay Henry SOOTHILL, The Banana Empire - A case study of economic imper (...)

16Le Costa-Rica offre le premier théâtre d’opérations pour le groupe Keith – constructeur des premiers chemins de fer et expérimentateur de la culture de la banane – dont la fusion avec la Boston Fruit Company, exportatrice de bananes aux Etats-Unis, est à l’origine en 1899 de la United Fruit Company. Les plantations sont d’abord situées sur la côte atlantique autour de Puerto Limón mais les progrès de la maladie de Panama entraînent plus tard la colonisation de la plaine pacifique. Dans les deux cas, il s’agit de secteurs limitrophes du Panama et les rivalités des compagnies bananières intensifient les litiges frontaliers développés depuis l’Indépendance.

  • 4 Ainsi Mc CONNELL commence sans autorisation les travaux d’un chemin de fer sur la rive nord de la (...)

17Sur la côte atlantique, l’enjeu porte sur une portion de territoire au nord de la rivière Sixaola, à peu près inhabitée mais très propice aux plantations de bananes et convoitée par deux compagnies bananières : la United Fruit au Costa-Rica et la société de Mc Connell initialement exportateur de bananes en Colombie et au Panama. Cette région où le Costa-Rica exerce une domination de fait aurait été attribuée à la Colombie en 1900 à la suite de l’arbitrage du Président Loubet non reconnu par le Costa-Rica. Les intrigues privées des deux compagnies prennent avantage des oppositions nationalistes, dénonçant très souvent les conventions passées entre les deux pays4. Lorsque Mc Connell fait pression sur l’Assemblée Nationale panaméenne pour une prise de possession du territoire octroyé par l’arbitrage Loubet, il est devancé par la United Fruit qui achète dans cette région 6 000 ha de terres au Costa-Rica en s’engageant à payer toute somme qui pourrait être réclamée au gouvernement Costa-Ricain en raison de l’appropriation abusive de ce territoire. Très significativement, le litige est déplacé en d’autres lieux : les deux sociétés entament un procès devant la justice nord-américaine, mais la Cour Suprême estime ne pas pouvoir statuer sur des faits impliquant des gouvernements étrangers. La United Fruit peut donc mener à bien son entreprise d’absorption de la Société Mc Connell (The American Banana Co) réalisée en 1907, ses ambitions monopolistiques ayant coïncidé momentanément avec les intérêts nationaux du Costa-Rica.

18Cependant le secrétaire d’Etat des Etats-Unis presse le Panama d’aboutir à un arbitrage définitif. Par le traité Anderson-Porras (mars 1910), le Costa-Rica et le Panama acceptent le traité d’arbitrage du Président Loubet en ce qui concerne le tracé pacifique de la frontière et requièrent l’arbitrage du Président de la Cour Suprême des Etats-Unis, White, pour le tracé atlantique. Ce dernier prononce son arbitrage en 1913-1914, en faveur du Costa-Rica, puisqu’il ramène la frontière à la rivière Sixaola mais soulève le mécontentement du Panama, celui-ci arguant du fait que le Président Loubet avait donné au Costa-Rica une compensation sur le versant Pacifique (la région de Coto) et qu’ainsi celui-ci était doublement avantagé. En février 1921, les Panaméens, amenés par des navires bananiers, pénètrent dans la vallée de Coto, tandis que le Costa-Rica riposte par l’envoi de soldats sur la rive gauche de la rivière Sixaola. Le secrétaire d’Etat nord-américain intime aux deux gouvernements d’accepter l’arbitrage White, et l’arrivée d’un navire de guerre américain oblige les Panaméens à quitter la région de Coto. Les relations diplomatiques entre les deux pays sont rompues jusqu’en 1928.

  • 5 L’avocat de MULLER au Panama — en même temps avocat à la United Fruit - était Harmodo ARIAS qui ap (...)

19Ces faits traduisent le souci des Etats-Unis de faire régner l’ordre dans cette région, proche du canal, où les intérêts de la United Fruit s’accommoderaient beaucoup mieux de la souveraineté panaméenne moins sourcilleuse quant aux termes des contrats. Par ailleurs, les voies d’exportation les plus aisées pour les bananes de ce secteur se trouvent au Panama dont la mise en valeur de la région côtière pacifique est plus précoce qu’au Costa Rica. Pour ces raisons, la United Fruit qui possède déjà une filiale « La Chiriqui Land Co » opérant au Panama et exportant par Puerto Armuelles achète en 1925, 17 000 acres de terres obtenus par C.W. Müller du gouvernement panaméen dans le zone de Coto en dépit des traités existants5. En 1928, l’avocat de Müller au Costa-Rica propose la cession au Panama de 50 000 ha de terres incluant les terres Millier. La pression de l’opinion publique costa-ricienne rend ce marché impossible tandis que se renouvellent les incidents frontaliers dans les années 1930.

2 - Le litige frontalier entre le Guatémala et le Honduras6

  • 6 KEPNER, SOOTHILL, op cité Virgilio RODRIGUEZ BETETA. No es guerra de hermanos sino de bananos. Edi (...)
  • 7 En 1914, la United Fruit cultivait 15 000 acres de terres au Honduras soit la moitié de ses planta (...)

20Durant la décennie 1920-30, les conflits entre le Panama et le Costa-Rica se reproduisent selon un modèle très comparable entre le Guatemala et le Honduras, et mettent en cause deux états souverains ainsi que deux compagnies bananières : la United Fruit Co et la Cuyamel Fruit Co. Alors que la United Fruit est à cette époque la seule compagnie bananière qui opère au Guatemala, – et ce, dans le département d’Izabal – la région côtière atlantique du Honduras est le lieu d’une concurrence active entre trois sociétés nord-américaines dont (vers 1913) les plantations se succèdent d’ouest en est. Depuis la frontière guatémaltèque jusqu’à Omoa et plus tard jusqu’à la rive gauche de la rivière Ulua, la Cuyamel installée dès les premières années du siècle a pour voisine la Tela Raibroad Co, filiale de la United Fruit qui s’étend jusqu’à trente milles à l’Est de la rivière Ulua. La région de Ceiba est contrôlée par les Vaccaro Brothers and Co tandis qu’à soixante milles à l’Est de Ceiba règne une autre filiale de la United Fruit, la Truxillo Railroad Co. Chaque compagnie occupe dans sa zone une situation de monopole vis-à-vis des planteurs locaux et de la main-d’œuvre mais au niveau national, Samuel Zemurray, fondateur de la Cuyamel, est sans conteste l’interlocuteur privilégié du gouvernement honduréen. Après avoir participé activement au coup d’état qui porte le Général Bonilla à la Présidence de la République, il devient le négociateur quasi officiel des emprunts et concessions pour le gouvernement honduréen dont l’essentiel des ressources provient alors de l’exportation des bananes. La Cuyamel a pour principale concurrente la United Fruit dont les grands fiefs sont alors le Costa-Rica et le Guatemala où elle contrôle également l’unique voie ferrée reliant les centres de production de café de la côte pacifique au port d’exportation de Puerto Barrios situé sur la côte atlantique (IRCA : International Railways of Central America)7.

21En 1911, la Cuyamel obtient du Honduras une nouvelle concession de 10 000 ha de terres nationales entre ses plantations initiales et la frontière guatémaltèque, à la suite de quoi les ingénieurs de la compagnie commencent à délimiter des lots de terre jusque sur les rives du rio Motagua. Or, le tracé de la frontière honduro-guatémaltèque n’est toujours pas fixé de manière définitive, la zone disputée s’étend entre le Motagua et la ligne de crête des Montagnes Merendon. La revendication honduréenne sur cette région relève de l’argumentation fondée sur l’uti possidetis en 1821 auquel s’oppose la domination de facto exercée par le Guatemala depuis l’Indépendance, le gouvernement de ce dernier pays ayant accordé déjà de nombreuses concessions sur cette portion de territoire, notamment à la United Fruit. De ce fait ont été construits, dans la zone contestée, cinquante kilomètres de voies ferrées appartenant à la United Fruit, raccordés à la ligne de l’IRCA située sur la rive droite du Motagua qu’elle traverse ensuite au pont El Rico, toujours dans cette zone en litige. A l’occasion de la signature d’un traité en 1914, les deux pays se mettent d’accord pour prendre en compte lors de négociations ultérieures sur le tracé de la frontière, l’extension des provinces en 1821 mais les discussions qui ont lieu en 1918-19 à Washington avec la médiation du Département d’Etat n’aboutissent pas.

22Les compagnies bananières déploient dans le même temps une intense activité auprès des deux gouvernements. Dès 1913, la Cuyamel essaie d’obtenir du Guatemala l’autorisation de construire trente-trois milles de voies ferrées sur sa nouvelle concession, cette demande étant refusée après deux ans de négociations par le gouvernement guatémaltèque qui lui permet toutefois de prolonger d’un mille la voie ferrée existante, jusqu’au village de Cuyamélito. La Cuyamel décide alors de passer outre et poursuit ses travaux au-delà de la limite autorisée, sous la protection armée du Honduras et sur des terres concédées antérieurement par le Guatemala à d’autres intérêts. Déjà la Cuyamel finançait en sous-main l’établissement de propriétés agricoles dans cette région.

  • 8 La United Fruit s’est officiellement déclarée neutre dans ce conflit.

23Après s’être opposé à la poursuite des travaux du chemin de fer, le gouvernement guatémaltèque concède à la United Fruit en 1924 (et pour vingt-cinq ans) les terres inoccupées sur les deux rives du Motagua depuis la mer jusqu’au pont El Rico, 64 milles en amont. Ce nouveau contrat suscite au Honduras une campagne nationaliste très vive, soutenue ouvertement par la Cuyamel8. Au Guatemala, l’accord n’est cependant pas unanime et le congrès ne ratifie le contrat qu’en 1927, date à laquelle l’armée honduréenne occupe le poste de Chachagualilla sur la rive droite du Motagua.

24La menace de conflit armé est d’autant plus préoccupante que la Cuyamel poursuit ses intrigues politiques au Honduras après le refus par le gouvernement honduréen d’une demande de concession en 1928, et reprend la construction de la voie ferrée vers le Motagua tandis que se développent au Guatemala des manifestations nationalistes dans lesquelles les objectifs de politique intérieure ne sont pas absents. C’est aussi l’époque où les Etats-Unis occupent militairement le Nicaragua, faisant peser une menace non négligeable sur les pays centraméricains. La conférence de Cuyamel réunie en 1928 avec la médiation de Roy Davis, ambassadeur des Etats-Unis au Costa Rica ne permet pas de trouver un règlement du conflit mais le traité de juillet 1930 négocié entre les deux pays met en place une cour spéciale d’arbitrage présidée par le Président de la Cour Suprême des Etats-Unis. Le jugement, rendu le 23 janvier 1933 et accepté ensuite par les deux pays, retient essentiellement le statu quo ; le Guatemala exerçant sa souveraineté sur la rive gauche du Motagua et pour ce qui concerne la rive droite, sur les terres contrôlées traditionnellement, les districts d’Omoa et de Cuyamel appartenant au Honduras.

25A cette issue pacifique, ne sont certainement pas étrangers l’achat de la Cuyamel par la United Fruit en décembre 1929, et la grave crise que connaît le Honduras en 1930-31 où l’agitation politico-militaire, se complique de mouvements sociaux provoqués par les licenciements massifs dans les bananeraies de la côte. Après vingt ans d’exploitation, les terres du district de Cuyamel sont épuisées et bientôt abandonnées ainsi que la voie ferrée les desservant.

26D’autres faits, en d’autres lieux, révéleraient de manière identique cette utilisation abusive des oppositions nationalistes par les investisseurs nord-américains servis par la complicité intéressée d’hommes ou de fractions des oligarchies centraméricaines, en l’absence de tout contrôle démocratique. A cet égard, les compromissions varient en intensité selon les pays en fonction de la composition du corps politique de chacun d’eux. Le cas du Honduras est peut-être, du point de vue traité ici, plus exemplaire dans la mesure où jusque vers 1950-60, il n’existe pas une véritable bourgeoisie nationale possédant une base économique autonome comparable à celle des planteurs de café du Costa Rica ou du Guatemala, susceptibles éventuellement de développer un sentiment nationaliste mieux ancré pour protéger leurs intérêt immédiats.

3. La guerre entre le Honduras et le Salvador9

  • 9 R. HERRERA CACERES El diferendo hondureño - Salvadoreño - Su evolución y pers-pectivas,
  • 10 Revue « Panorama » septembre 1979 - Guatémala.

27Le 14 juillet 1969, l’armée salvadorienne pénétrait en territoire hondurien pour une offensive de cinq jours arrêtée par un cessez-le-feu établi par l’OEA, lui-même suivi de dix années de négociations ponctuées par des incidents frontaliers épisodiques. A ce jour, aucun traité de paix n’a encore été signé entre les belligérants et le chancelier honduréen affirmait récemment que le principal obstacle à la conclusion de ce traité demeurait le conflit de souveraineté sur divers territoires frontaliers10.

28A l’évidence, la question frontalière entre le Honduras et le Salvador est à la fois cause et prétexte dans le faisceau des contradictions existant dans chacun des pays et entre eux. Le litige frontalier, traditionnel en Centramérique, recouvre ici des enjeux plus complexes entre deux pays aux potentiels démographiques et économiques très inégaux, aux prises avec des mouvements sociaux de plus en plus menaçants pour les oligarchies en place, dans un contexte américain et international très différent de celui du début du siècle caractérisé par le caudillisme et l’interventionnisme triomphant des Etats-Unis et de leurs ressortissants. Non seulement son étude n’épuise pas le contenu du conflit entre le Honduras et le Salvador, mais elle risquerait, appréhendée d’un point de vue trop littéral, de masquer une partie importante des affrontements.

1 - La question frontalière et la pression paysanne au Salvador

29Les litiges frontaliers du 19ème et du 20ème siècle ont des antécédents à l’époque coloniale où les deux provinces de San Salvador et Comayagua (Honduras) sont appelées à régler des conflits opposant des villages voisins qui se disputent des terres communautaires. Le xixème siècle est jalonné de conventions fixant les modalités d’une éventuelle délimitation des frontières... et qui restent inappliquées, comme par exemple la convention Bonilla-Velasco de 1895, signée pour dix ans, reconduite en 1906 sans autre résultat concret, ou encore les conversations renouées sur ce sujet en 1949. Par contre, le règlement de la question frontalière est beaucoup plus rapide entre le Guatémala et le Salvador puisque une commission mixte réunie en 1936 aboutit à la rédaction d’un traité des limites territoriales approuvé par les gouvernements et les Congrès des deux pays en avril 1938.

  • 11 Cette différence dans le traitement des deux problèmes frontaliers a peut-être d’autres origines q (...)
  • 12 En 1961, au Salvador, 91,4 % des exploitations regroupaient 21,9 % des superficies appropriées tan (...)

30Le piétinement des négociations entre le Honduras et le Salvador révèle a contrario, l’intérêt pour au moins l’un des partenaires de maintenir une certaine incertitude sur le tracé des frontières11. Il ne s’agit pas en effet ici d’une zone frontière vide d’hommes comme dans les cas évoqués précédemment, mais du côté salvadorien, d’une région peuplée, parmi les plus affectées du pays par l’érosion des sols, le minifundisme et l’agriculture de subsistance, les cultures destinées à l’exportation étant localisées dans la partie méridionale du pays. Cependant, il n’existe pas seulement un problème des régions frontalières. Le surpeuplement relatif touche le pays tout entier et doit autant aux fortes densités démographiques (97,6 h/km2 dans les zones rurales en moyenne), qu’à la répartition très fortement inégalitaire de la terre, à son loyer élevé, aux bas salaires et au sous-emploi généralisé12. L’émigration d’une partie sans cesse accrue de la main-d’œuvre salvadorienne constitue alors l’unique recours en l’absence de toute évolution structurelle capable de modifier la répartition des richesses nationakes.

2 - L’émigration vers le Honduras

31Ce recours s’est avéré depuis longtemps aisé face à un pays comme le Honduras très faiblement peuplé dont 88,6 % des terres étaient encore des terres nationales non appropriées en 1950. Dès les années 1930, un flux d’émigration important se développe vers le Honduras, alors qu’au Salvador la crise économique est suivie du soulèvement de 1932 et d’une répression très dure et que la prospérité bananière reprend sur la côte honduréenne avec l’extension des plantations irriguées. Cette émigration s’accroît dans les décennies suivantes privilégiant le Honduras mais touchant également les autres pays voisins, Guatémala et Nicaragua. En effet la relative prospérité économique créée au Salvador par la mise en place du Marché Commun Centraméricain dans les années 1960 favorise uniquement les secteurs industriel et commercial, sans ouvrir toutefois de perspectives d’emploi suffisantes pour répondre à la demande rurale mais aussi urbaine, le secteur agricole demeurant inchangé. Le gouvernement salvadorien a en outre échoué à faire inscrire dans les conventions du MCCA la libre circulation de la main-d’œuvre, ce qui lui aurait permis de légaliser et probablement d’intensifier le processus d’émigration.

  • 13 La population totale du Honduras en 1965 est d’environ 2 000 000 d’habitants.

32En 1965, les estimations font état de 100 000 à 300 000 Salvadoriens domiciliés au Honduras dont 40 % habitent les départements côtiers (Cortès, Atlantida et Yoro)13. Ils constituent aussi un tiers de la population salariée des régions bananières. Beaucoup d’entre eux ont été touchés par la diminution massive de main-d’œuvre dans les bananeraies lorsqu’à partir de 1950, la United Fruit réduit ses superficies cultivées. Une partie s’est installée sur les terres abandonnées, aux côtés de paysans honduréens en qualité d’occupants sans titres. En dehors de la région côtière, ce phénomène de colonisation spontanée, atomisée, affecte également les départements situés à l’Est du Honduras et naturellement les secteurs frontaliers, le plus souvent sur des terres nationales ou non exploitées par leurs propriétaires privés. Il reproduit généralement l’agriculture de subsistance propre au minifundio à l’exception de quelques exploitations capitalistes, cotonnières notamment. Enfin une fraction non négligeable des immigrants s’est fixée dans les villes où leur activité est particulièrement sensible dans les transports et le commerce.

3 - Les immigrants salvadoriens et la politique intérieure honduréenne

  • 14 Cf. Noëlle DEMYK, « L’intégration centraméricaine, problèmes et perspectives » in Problèmes d’Amér (...)
  • 15 Alistair WHITE - El Salvador (Londres, 1973).

33Bien que disposant de beaucoup d’espace relativement au nombre de ses habitants, le Honduras n’en présente pas moins des structures agraires très comparables dans leur inégalité à celles du Salvador. Or dans les années 1960, la question agraire commence à se poser en termes sensibles au Honduras. La main-d’œuvre employée dans les bananeraies de la United Fruit et de la Standard Fruit est passée de 35 000 salariés à 16 000 en 1959, libérant ainsi 19 000 ouvriers qui vont grossir la masse des occupants sans titre ou des chômeurs urbains. Simultanément, les grands propriétaires terriens désireux de développer des productions capitalistes accaparent le maximum de terres dans les régions les plus favorables, dont ils expulsent les petits paysans y compris ceux installés sur des terres nationales. La syndicalisation rapide des paysans n’est pas atténuée par la création d’un Institut National Agraire chargé d’exécuter la loi de Réforme agraire promulguée en 1962. Les immigrants salvadoriens ne possédant aucun titre sur la terre qu’ils occupent deviennent très vite la cible privilégiée des grands propriétaires terriens comme celle des fonctionnaires de l’ΙΝΑ chargés de récupérer les terres nationales occupées illégalement. Le conflit agraire qui oppose les grands propriétaires aux petits paysans dépossédés devient ainsi une question nationale. A côté des questions agraires, d’autres facteurs non moins importants fondent le différend entre les deux pays. Ils relèvent essentiellement de l’accroissement des inégalités économiques entre eux, au détriment du Honduras, ceci à la faveur du MCCA14. Enfin, l’éclatement de la crise en 1969 avec l’expulsion massive des salvadoriens résidant au Honduras entre certainement dans des considérations générales de politique intérieure, après la grève générale de septembre 1969, et la perspective des élections présidentielles prévues en 197015.

4 - L’expulsion des ressortissants salvadoriens par le Honduras et la fermeture des frontières

34Durant les années 1967-69, les incidents se multiplient : expulsion ou exactions contre des ressortissants des deux pays, mobilisation de soldats à la frontière, incursion en juillet 1968 de soldats salvadoriens jusqu’à la ville honduréenne de Nueva Ocotépéqué. Le Honduras commence à appliquer rigoureusement le dernier traité d’immigration conclu avec le Salvador en 1965, en expulsant les immigrants salvadoriens dont les papiers ne sont pas en règle. En janvier 1969, il refuse de renouveler ce traité, intensifie les expulsions tandis que le Salvador continue de s’armer et de renforcer ses postes frontaliers et développe une violente campagne anti-honduréenne.

35La guerre signifie la fermeture durable des frontières entre les deux pays. Durant les dix années de négociations diverses, le Salvador maintient une position intransigeante sur le problème frontalier, qui bloque les autres accords ; il rejette le droit honduréen fondé sur l’uti possidetis en 1821, soutenant comme argument celui de l’occupation de fait. La persistance des incidents frontaliers, notamment du 10 au 20 juillet 1976, amène les Ministres des Relations Extérieures des deux gouvernements à décider l’application du Plan souscrit à San José le 4 juillet 1970 pour l’établissement d’une zone de sécurité à la frontière, ce qui n’empêche pas le Salvador d’occuper militairement la zone de Dolorès.

36Momentanément, la guerre et l’agitation nationalistes ont pu mobiliser les Salvadoriens contre un ennemi commun et extérieur. Les Etats-Unis ont contribué à l’intensification de l’armement salvadorien et n’ont pas déployé une diplomatie très active pour empêcher la guerre ou accélérer le réglement de la paix. Dix ans après la soi-disant guerre du foot-ball, les tensions sociales au Salvador atteignent un paroxysme. Les chefs d’états du Guatémala, du Salvador et du Honduras se réunissent périodiquement. Mais il ne s’agit plus ici de différend frontalier, au moment où « l’équilibre » centraméricain établi avec le soutien actif des Etats-Unis est sérieusement menacé par le renversement de la dictature somoziste et l’établissement d’un régime démocratique au Nicaragua.

4. Colonisation et enjeux frontaliers dans le nord Guatémaltèque

37Les terres basses, tropicales et humides de la péninsule du Yucatan, entre le golfe du Mexique et la mer des Caraïbes, sont distribuées très inégalement entre le Mexique, le Guatémala où elles correspondent au Pétén et l’ancien Honduras Britannique, redevenu Belize en 1973, qui doté de l’autonomie interne au sein du Commonwealth lutte pour son indépendance malgré l’opposition du Guatémala. Au-delà des questions de souveraineté nationale cette région, encore très peu mise en valeur jusque vers 1960, suscite désormais l’intérêt suivi des gouvernements et des investisseurs privés de toute nationalité désireux d’en contrôler les terres ainsi que les richesses potentielles en pétrole, en gisements miniers divers. Cet intérêt demeure encore marginal pour l’Etat mexicain malgré la découverte de pétrole sur le plateau continental de ce secteur côtier et la pression mexicaine sur la frontière guatémaltèque du Petén représente moins une menace que l’affirmation de sa souveraineté par les défrichements pionniers à l’ouest de la rivière Usumacinta. L’enjeu est plus important à l’échelle guatémaltèque où la revendication séculaire du territoire bélicéen s’inscrit depuis 1960 dans le processus d’appropriation des richesses du Petén par les militaires gouvernant le pays et les compagnies étrangères bénéficiaires des concessions minières et pétrolières – de part et d’autre de la frontière avec le Belice –, ceci au détriment de la colonisation paysanne spontanée ou organisée à la faveur de la Loi de Transformation Agraire (1962).

38L’histoire du territoire bélicéen naît des luttes hégémoniques qui dès la seconde moitié du 16ème siècle opposent l’Espagne et la Grande-Bretagne dont les pirates contrôlent de fait les régions riveraines du Golfe du Honduras. Les traités de Versailles (1783) et de Londres (1786) concèdent à la Grande-Bretagne le droit à l’usufruit d’une zone de 6 000 km2 comprise entre les rios Hondo et Sibun. Après l’indépendance des Colonies espagnoles, la Grande-Bretagne affirme sa souveraineté sur des territoires plus vastes encore avec l’accord des Etats-Unis (traité Dallas - Clarendon signé en 1856 entre les deux puissances) et le Guatémala signe en 1859 la Convention frontalière fixant les frontières du Belice aux rios Hondo au Nord et Sarstun au Sud. La volonté affirmée du Guatémala de récupérer ce territoire se heurte actuellement à d’autres obstacles non moins forts. Ainsi le 8 décembre 1975, le Royaume-Uni a pu faire reconnaître le droit à l’Indépendance des Belicéens par 110 états contre 9, avec la mention de préservation de l’inviolabilité et de l’intégrité du territoire de Bélize. D’autre part, le Bélize a mis désormais en place un réseau de relations internationales par le biais notamment des prêts au développement et la bourgeoisie bélicéenne se montre réticente à toute cession au Guatémala d’une portion de territoire dont les perspectives de mise en valeur agricole s’avèrent très intéressantes. Remplaçant les cycles extensifs d’extraction du bois de campêche et du chicle, l’agriculture d’exportation se développe depuis 1950, surtout dans le sud, avec la culture de la canne à sucre et des agrumes ainsi que l’élevage bovin. Etant donné la faiblesse de la population nationale (150 000 Bélicéens), les propriétaires terriens utilisent la main-d’œuvre d’une partie des 30 000 à 40 000 Indiens Kekchis guatémaltèques, installés en territoire bélicéen ainsi qu’une main-d’œuvre saisonnière composée d’autres travailleurs guatémaltèques et salvadoriens que le sous-emploi chronique dans leurs pays d’origine contraint à ces migrations temporaires. Mais la migration des Indiens Kekchis est partie intégrante du processus de colonisation du Nord Guatémaltèque, le Petén et le Bélize constituant à bien des égards un ensemble homogène, du point de vue des phénomènes pionniers qui affectent cette région jusque là très isolée du reste de l’ensemble centraméricain, comme d’un point de vue stratégique.

  • 16 Voir pour l’essentiel :
    Michel DEMYK « La Colonisation dans le Nord guatémaltèque » in : L’encadrem (...)

39Le Nord Guatémaltèque inclue le piémont des massifs montagneux des Cuchu-matanes et de l’Alta Verapaz (soit la partie nord des départements du Huehuetenango, d’El Quiche, de l’Alta Verapraz et de l’Izabal) et le département du Petén (près de 37 000 km2 soit le tiers du territoire national). La colonisation de ce vaste espace, subordonnée à la construction de voies de communication, répond à plusieurs objectifs dans le contexte guatémaltèque : diminuer la pression sur la terre des paysans mini-fundistes et sans terres des Altos indigènes, accroître la production de denrées alimentaires, occuper des zones frontalières fort peu contrôlées16.

  • 17 Comme dans de nombreux pays latino-américains, on prétend résoudre la question agraire, non par un (...)

40Dans les années 1950 et 60 se développe un mouvement pionnier de petits exploitants, spontané ou organisé. Depuis les hautes terres des Verapaces et de l’Izabal, il existe un fort courant de migration pionnière – probablement plus ancien – de la main-d’œuvre, en majorité indienne, chassée des grandes propriétés, à mesure que la croissance démographique rend plus aléatoire l’octroi d’une parcelle de terre par des propriétaires qui pratiquent désormais et plus récemment une politique d’éviction systématique des anciens « colons » usufruitiers d’une parcelle de terre en échange de services en travail sur la plantation. Ce mouvement, difficile à chiffrer, atteint les terres basses du Petén dont la population passe entre 1950 et 1964 de 16 000 à 30 000 habitants. La colonisation organisée qui concerne des effectifs beaucoup plus faibles, résulte d’initiatives religieuses privées et de l’action de l’Institut National de Transformation Agraire chargé d’exécuter la Loi de Transformation Agraire promulguée en 196217. L’isolement, le manque de moyens techniques et financiers, les problèmes de la commercialisation des productions rendent très précaire et très dure l’existence de ces petits groupes, souvent hétérogènes ethniquement ou même nationalement, installés au pied des Cuchumatanes dans les zones Reina et Ixcan (Faja Transversal del Norte) ou près de la frontière mexicaine à l’est de l’Usumacinta. Ils demeurent en outre des occupants à titre précaire, les titres de propriété promis n’ayant pas été fournis par l’ΙΝΤΑ.

  • 18 Ce n’est là qu’une des manifestations de l’émergence d’une grande bourgeoisie militaire contrôlant (...)

41Mais la construction des deux grandes voies de pénétration de la région, l’une traversant le Petén jusqu’à Libertad (1969) et l’autre reliant le Nord du Huehuetenango (Nenton) au Nord de l’irabal (El Estor) par la Route Transversale du Nord terminée en 1979, introduit des acteurs nouveaux et modifie totalement les perspectives de colonisation du Nord Guatémaltèque. Il s’agit d’abord des militaires guatémaltèques qui contrôlent le FYDEP (Empresa de Fomento y Desarrollo Económico del Petén) créé en 1959 pour organiser ou superviser toutes les interventions « développementalistes » mises en œuvre dans le Petén à l’exception des concessions pétrolières accordées aux sociétés étrangères. L’armée réalise en outre les routes de pénétration mentionnées antérieurement et qui offrent avec les nombreux aérodromes militaires et privés une infrastructure suffisante pour la formation de grandes propriétés au bénéfice d’une nouvelle catégorie de possédants dominée par les militaires18. Les paysans installés dans ces zones depuis un temps plus ou moins long sont inexorablement chassés lorsqu’ils ne sont pas supprimés physiquement sous l’accusation d’activités subversives liées aux guerillas. Ainsi se trouve déclenchée une seconde vague de migrations pionnières en particulier jusqu’au Bélize où se recréent de petites exploitations de subsistance tout aussi précaires. Dans ces conditions, le défrichement des terres neuves du Petén ne peut offrir une solution aux problèmes agraire et alimentaire du pays. L’espace est progressivement approprié par des cultures tropicales ou l’élevage bovin, toutes productions destinées aux marchés extérieurs, selon un modèle très proche de la colonisation du versant et des basses terres de la côte pacifique par les cultures du café, de la canne à sucre et du coton.

  • 19 Cf. ¡ GUATEMALA ! (Guatemala news and information Bureau) Berkeley USA, Volume I, 1978.

42Enfin, à cette carte de la colonisation agricole se superpose une carte des intérêts pétroliers dans les concessions octroyées aux compagnies étrangères par le gouvernement guatémaltèque depuis la mise en exploitation en 1973-74 des puits de Rubel-santo à l’ouest de la Franja Transversal del Norte par la Shenandoah Oil Corporation (USA). Les contrats sont régis par la nouvelle Loi Pétrolière de 1975 permettant un contrôle accru du gouvernement sur la localisation et les rythmes de prospection et d’exploitation, l’Etat étant propriétaire du pétrole extrait dans une proportion de 55 à 75 % selon l’intensité de la production. Les aires de prospection s’étendent principalement à la limite entre le piémont des Cuchumatanes et le Petén mais aussi dans d’autres secteurs frontaliers avec le Mexique, ainsi qu’au Bélize et sur le plateau continental de la mer Caraïbe. Les sociétés concessionnaires sont nord-américaines (Getty oil, Texaco, Esso) mais aussi européennes (Hispánica de Petroleo, Elf Aquitaine) et mexicaine (Cia Panamericana de Petroleo y Gas installée au Bélize)19. Au Guatémala, deux de ces sociétés sont également intéressées à l’exploitation du nickel de la région d’Izabal et à la réalisation d’un oléoduc reliant Rubelsanto à la Côte Atlantique, selon une association du type « joint-venture » réunissant des capitaux nord-américains, canadiens et européens (Basic Resources International du Luxembourg, Centram-Zamora filiale de l’INCO et Shenandoah Oil Corporation). L’ensemble de ces projets revêt une importance économique nationale du fait des bénéfices attendus des exportations et de l’utilisation partielle du pétrole dans le pays même, mais il est faiblement créateur d’emplois et ne peut à court terme contribuer au développement régional. On peut même craindre qu’il ne renforce localement les conflits dont est victime la petite paysannerie dans toute cette zone alors que se renforcent simultanément les tensions sociales internes et que s’effondrent les possibilités d’exutoire de la frontière intérieure du Petén.

Conclusion

  • 20 Nous utilisons ici le terme « région » dans le sens d’un groupe de pays constituant un ensemble do (...)

43L’exposition chronologique des conflits frontaliers parmi les plus virulents en Amérique centrale depuis un siècle et demi, révèle assez clairement un certain nombre de changements – mais aussi de constantes – dans les rapports des états et des populations à leur territoire, changements auxquels contribuent ou s’adaptent avec une intensité variable les objectifs et les formes des stratégies impérialistes à l’œuvre aux différents niveaux régional, national et local20.

44Ce n’est certainement pas un hasard si les frontières politiques prennent assez tardivement et d’une manière croissante, une connotation de frontière pionnière. La répartition et la faiblesse du peuplement au moment de l’Indépendance ainsi que la faiblesse numérique des groupes oligarchiques aboutit à une structure simple en îlots dont la tendance expansionniste est alors très faible d’un point de vue spatial. L’introduction du café détermine une première vague pionnière sur les versants des hautes terres, front qui demeure encore très resserré par rapport aux limites territoriales des états puisque les terres basses tropicales ne sont guère entamées. Cependant les nécessités de cette agriculture d’exportation entraînent la recherche et l’aménagement des voies de transport et l’ouverture de ces débouchés pose dans certains cas des problèmes hégémoniques soit entre deux pays comme dans le cas costa-ricain et nicaraguayen exposé plus haut, soit entre deux fractions oligarchiques s’appuyant sur des territoires distincts comme au Guatémala plus tardivement. Dans les deux cas, interviennent concurremment des investisseurs étrangers.

45L’intervention des compagnies bananières accélère le mouvement pionnier en ouvrant les vastes territoires des terres côtières à la colonisation dont le peuplement est assuré par des migrants des hautes terres ou bien par une main-d’œuvre noire importée ou encore par la main-d’œuvre libérée après l’achèvement du canal de Panama. Outre les conflits frontaliers provoqués par cette expansion, l’existence de ces enclaves pose problème, du double point de vue sociologique et économique. Les ouvriers des plantations constituent un groupe clos non intégré au reste de la population et dont la survie dépend entièrement de la compagnie bananière. L’abandon progressif des terres épuisées ou contaminées par les maladies de la banane pour des terres neuves laisse des régions exsangues et une population déracinée, sans ressources qui, pour une partie, recolonise les terres ainsi libérées. Ces anciennes zones bananières sont à l’origine de graves difficultés pour les pays concernés : la région de Puerto-Limon reste encore la plus déshéritée du Costa-Rica, tandis que les premiers foyers de guerilla sont apparus dans l’Oriente guatémaltèque après les licenciements massifs des ouvriers des bananeraies. Il faut rappeler également l’importance de l’immigration salvadorienne dans les régions côtières du Honduras. Dans la mesure où elles avaient contribué à créer quasi ex nihilo des régions de peuplement, le retrait partie des compagnies bananières aggrave localement la question agraire dont l’ampleur ne cesse de s’accroître à l’échelle nationale à partir de 1950.

  • 21 Les intérêts nord-américains directs sont toujours très actuels au moment où on envisage les possi (...)
  • 22 La situation du Costa-Rica est un peu différente à cet égard mais les problèmes de sous-emploi et (...)

46La croissance démographique accélérée depuis cette date, l’inégalité de la répartition de la terre, la faiblesse des activités urbaines sont autant d’éléments de cette crise agraire qui menace la stabilité des régimes et relance l’interventionnisme nord-américain. Alors que dans les premières décennies du xxème siècle, l’annexion, l’intervention armée et la corruption des personnalités politiques centraméricaines ne rencontrent guère d’obstacles, on assiste à partir de 1960 à la mise en place d’institutions régulatrices plus adaptées à l’évolution de la conjoncture politique et économique internationale et à la différenciation progressive des sociétés centraméricaines. Dans cette sphère d’influence, l’Alliance pour le Progrès et l’Aide au Développement, l’intégration économique sont soutenues activement par les Etats-Unis en même temps que l’installation et le maintien de régimes forts et l’intégration militaire à des fins contre-insurrectionnelles21. Du point de vue spatial, le Marché Commun Centraméricain renforce les localisations centrales à l’avantage presque exclusif des capitales. Le libre-échange favorise surtout l’implantation de pseudo-industries de conditionnement de produits divers qui continuent d’être fabriqués ailleurs et on évoque à peine l’éventualité de réalisations communes aux cinq pays dont certaines justifieraient des implantations frontalières telles que la production d’énergie géothermique entre le Salvador et le Guatémala ou la construction d’une raffinerie commune entre le Guatémala et le Bélize. Au plan agricole, la promotion d’une agriculture technicisée et rentable, médiatisée par les structures sociales propres à l’Amérique Centrale, soutient un double mouvement pionnier de mise en valeur complète des terres appropriées depuis longtemps et de colonisation de terres neuves d’où est exclue la majeure partie de la petite paysannerie22. L’espace national devient progressivement un espace fini, ne laissant plus de place au mythe de la frontière intérieure et rendant peut-être plus inéluctable l’alternative répression-révolution sociale.

Notes

1 Cf. Luis Fernando SIBAJA, Nuestro límite con Nicaragua - Estudio histórico. Comisión nacional de comemoraciones históricas (Costa Rica, 1974). Francisco GAMBOA G. Costa Rica - De la flibuste au pentagone, Paris (Editions Sociales) 1973.

2 L’intervention de W. WALKER commandant quelque deux cents hommes armés est sollicitée en 1855 par les libéraux nicaraguayens dans leur lutte pour le pouvoir contre les conservateurs. Très vite WALKER s’installe en maître, rétablit l’esclavage, accueille des colons nord-américains, et s’assure le contrôle de la route fluviale et terrestre interocéanique. Nommé Président du Nicaragua, il est immédiatement reconnu par les Etats-Unis.

3 Cf. Charles David KEPNER et Jay Henry SOOTHILL, The Banana Empire - A case study of economic imperialism (New York, 1935). Cet ouvrage présente une analyse très documentée, utilisée largement dans cette partie. Francesco GAMBOA, op. cité.

4 Ainsi Mc CONNELL commence sans autorisation les travaux d’un chemin de fer sur la rive nord de la rivière Sixaola alors qu’en novembre 1903 le Panama indépendant maintient théoriquement sa souveraineté sur le territoire contesté tout en ne l’établissant pas dans les faits et en réservant le statu quo pour des négociations futures.

5 L’avocat de MULLER au Panama — en même temps avocat à la United Fruit - était Harmodo ARIAS qui après la révolution de 1931 devint Président du Panama.

6 KEPNER, SOOTHILL, op cité Virgilio RODRIGUEZ BETETA. No es guerra de hermanos sino de bananos. Editorial universitaria, Guatemala 1969 Miguel Angel ASTURIAS El papa verde.

7 En 1914, la United Fruit cultivait 15 000 acres de terres au Honduras soit la moitié de ses plantations au Guatemala et à Panama et un tiers de celles du Costa Rica. En 1924, elle y cultivait 87 808 acres soit une étendue triple des plantations de Colombie et du Guatemala et quintuple de celles du Panama et du Costa-Rica (Kepner Soothill, op cit.).

8 La United Fruit s’est officiellement déclarée neutre dans ce conflit.

9 R. HERRERA CACERES El diferendo hondureño - Salvadoreño - Su evolución y pers-pectivas,

Universidad Nacional Autonoma de Honduras (Tegucigalpa 1976)

Alfredo PARADA El proceso de la agresividad hondureña. Editorial Ahora (San Salvador, 1974)

Max VELASQUEZ DIAS Las cuestiones pendientes entre Honduras y Salvador (Tegucigalpa, 1976)

Marco Virgilio CARIA, Daniel SLUTZKY La guerra inutil. Analisis Socio-economico del conflicto entre Honduras y Salvador Eudca (Costa Rica, 1971)

Eddy E. JIMENEZ La guerra no fué de futbol (Casa de las Americas Cuba, 1974)

Raymond PRATS Le conflit Honduras - Salvador in : Problèmes d’Amérique Latine - Documentation Française - XXI - 1971.

10 Revue « Panorama » septembre 1979 - Guatémala.

11 Cette différence dans le traitement des deux problèmes frontaliers a peut-être d’autres origines qu’il resterait à trouver dans une étude plus approfondie des relations entre le Salvador et le Guatémala.

12 En 1961, au Salvador, 91,4 % des exploitations regroupaient 21,9 % des superficies appropriées tandis que 1 027 exploitations concentraient 38 % des superficies. Environ 170 000 familles étaient sans terres.

13 La population totale du Honduras en 1965 est d’environ 2 000 000 d’habitants.

14 Cf. Noëlle DEMYK, « L’intégration centraméricaine, problèmes et perspectives » in Problèmes d’Amérique Latine (Documentation Française, Paris, mars 1978).

15 Alistair WHITE - El Salvador (Londres, 1973).

16 Voir pour l’essentiel :
Michel DEMYK « La Colonisation dans le Nord guatémaltèque » in : L’encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation en Amérique Latine.
(Travaux et mémoires de l’IHEAL, Paris 1978)
Michel DEMYK « Bélize, enjeu territorial et enjeu pétrolier » in : Problèmes de frontières en Amérique Latine Cahiers des Amériques Latines n° 18, IHEAL (Paris 1978).

17 Comme dans de nombreux pays latino-américains, on prétend résoudre la question agraire, non par un partage et une redistribution des terres déjà appropriées mais par la colonisation des terres inoccupées.

18 Ce n’est là qu’une des manifestations de l’émergence d’une grande bourgeoisie militaire contrôlant tous les leviers politiques de l’Etat, non plus au service de l’oligarchie traditionnelle, mais éventuellement contre elle.

19 Cf. ¡ GUATEMALA ! (Guatemala news and information Bureau) Berkeley USA, Volume I, 1978.

Panorama, septembre 1979 - Guatemala.

20 Nous utilisons ici le terme « région » dans le sens d’un groupe de pays constituant un ensemble doté de certaines particularités selon la terminologie usitée dans l’isthme centra-méricain.

21 Les intérêts nord-américains directs sont toujours très actuels au moment où on envisage les possibilités d’alternative à l’acheminement du pétrole de l’Alaska par une autre voie que la Californie, parmi lesquelles un oléoduc traversant le territoire guatémaltèque du Pacifique à l’Atlantique (Cf. ¡ Guatemala ! op cit).

22 La situation du Costa-Rica est un peu différente à cet égard mais les problèmes de sous-emploi et de terre y sont également très vifs.

Auteurs

CREDAL

Université de Paris VII-CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter