Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(Β) Frontières politiques et frontières de colonisation

Frontière politique et frontières de colonisation : les marges occidentales du bassin de Maracaïbo

Didier Ramousse

Texte intégral

1Les limites entre le Vénézuéla et la Colombie sont longtemps restées indécises, et certains secteurs font toujours l’objet de discussions dans le Golfe du Vénézuéla. A l’Ouest du Bassin de Maracaïbo, la Sierra de Perija marque sur près de 250 kilomètres la frontière entre les deux Républiques. Les crêtes de cette montagne humide et boisée, difficilement pénétrable, s’estompent vers le Nord, pour disparaître au niveau de la péninsule semi-désertique de la Guajira dont la plus grande partie est aujourd’hui rattachée à la Colombie. Au Sud, la frontière mord sur les terres marécageuses de la dépression du lac de Maracaïbo, qui constitue le débouché naturel du département Norte de Santander.

2La ville de Maracaïbo fut fondée dès 1574 à l’entrée du lac découvert par Don Alonso de Ojeda en 1499, mais la colonisation du bassin intérieur a été beaucoup plus tardive. Ces territoires étaient occupés par des indigènes Arawaks et Caraïbes, exposés aux incursions espagnoles dirigées contre eux depuis les villes du littoral ou des vallées andines. Des missions, des postes militaires avancés et des camps pétroliers furent les premières installations pionnières dans les zones basses situées aux confins du Vénézuéla et de la Colombie ; ensuite une diffusion du peuplement s’est opérée selon quelques axes privilégiés.

3Les phénomènes de contact nés de cette situation où frontière politique et frontières de colonisation se chevauchent ont une signification géo-politique, qui se révèle assez clairement à travers les tensions existant entre les deux Etats.

Une frontière disputée

4La frontière politique entre la Colombie et le Vénézuéla a subi de nombreuses rectifications depuis leur constitution en Républiques indépendantes, après la dissolution de la Grande Colombie en 1830. Un premier traité avait été signé en 1833 (Traité Pombo-Michelena). Ce document établissait le partage de la Guajira à partir du Cap de Chichivacoa, de telle sorte que la Colombie ne disposait d’aucun accès sur le Golfe du Vénézuéla. Cependant le traité ne fut pas ratifié par le Congrès Vénézuélien et, après l’échec de plusieurs tentatives de conciliation, le problème des limites entre les deux pays fut soumis à l’arbitrage international.

  • Arbitrage espagnol de 1891, complété par l’Acte de Castilletes (1900). Le point de départ de la frontière était fixé à Castilletes. Cette décision consacra la perte de Guajira par le Vénézuéla ; du même coup, la Colombie devenait riveraine du Golfe du Vénézuéla.
  • Arbitrage suisse de 1922, entériné par le Traité de 1941.
    Après que des commissions d’experts eurent procédé à la démarcation de plusieurs secteurs litigieux entre les fleuves Catatumbo et Zulia, des difficultés surgirent pour déterminer le cours limitrophe du Rio de Oro. Finalement, la frontière fut arrêtée sur le bras intermédiaire du fleuve ou Rio Duda, et non sur le bras Sud-Ouest plus long et plus puissant.

5En 1952, le Vénézuéla occupa militairement le petit archipel de Los Monjes dont le cas n’avait pas été évoqué lors des précédents traités. Quelques années plus tard se posa le problème de la délimitation des eaux territoriales et de la plateforme continentale dans le Golfe du Vénézuéla. Ayant adopté unilatéralement comme division la « ligne médiane », les autorités colombiennes avaient attribué des concessions à une Compagnie pétrolière nord-américaine pour l’exploration de la plateforme continentale. A la demande du gouvernement vénézuélien les concessions furent annulées et l’exploitation des ressources du Golfe différée jusqu’à ce qu’un accord global soit intervenu. Mais aucune solution définitive n’a pu être apportée au différend ; dans chaque pays, les ondes et la presse nationales ont répercuté et amplifié l’écho de tous les bruits d’armes ou de bottes qui résonnaient de l’autre côté de la frontière, rendant plus difficile la recherche d’un compromis. Rien n’a contribué à rapprocher les deux thèses en présence (Cf. croquis du Golfe du Vénézuéla).

  • Pour le Vénezuela, les eaux du Golfe forment une « mer intérieure » historiquement vénézuélienne. Il convient donc de prolonger la frontière terrestre au-delà de Castilletes, jusqu’à l’intersection avec la ligne de partage entre la côte colombienne et l’archipel de Los Monjes1.
  • Se référant à la Convention de Genève de 1958, la Colombie aspire à diviser proportionnellement la plateforme sous-marine suivant la « ligne médiane » ou ligne Boggs.

6Les écrivains G. Garcia Marquez et M. Otero Silva ont bien conclu un pacte, mais il n’engage que ses auteurs... L’unique clause les oblige, dans l’hypothèse peu vraisemblable ( ?) d’une guerre fratricide, à se lancer – le premier dans les rues de Bogota en criant « Vive le Vénézuéla », et le second dans celles de Caracas en criant « Vive la Colombie ». Cependant, cette affaire continue à alimenter les tensions entre les deux Républiques car l’enjeu est d’importance. La frontière colombo-vénézuélienne a toujours été disputée, même si les régions limitrophes sont longtemps restées à l’abandon et peu peuplées, en particulier au Vénézuéla.

Frontières de colonisation

7Certes, Maracaïbo était déjà au 19ème siècle une ville dotée d’une organisation commerciale puissante, remplissant les fonctions de port d’expédition du café et du cacao pour tout un hinterland s’étendant jusqu’aux Andes colombo-vénézué-liennes. Mais si l’on excepte l’essaimage de la population autour de Maracaïbo et l’ancrage de petites communautés sur les rives du lac, il fallut attendre le « boom pétrolier » de la première moitié du 20ème siècle pour voir les gens affluer de toutes parts. Ils se dirigèrent principalement vers les champs pétrolifères de Mene Grande et du district Bolivar, ainsi qu’à Maracaïbo. L’exploitation des gisements découverts aux abords de la ville par la Vénézuélan Oil Concessions (filiale de la Shell) et quelques autres compagnies moins importantes ne peut, à elle seule, expliquer la croissance de Maracaïbo :

  • 46.099 habitants en 1920
  • 235.750 habitants en 1950
  • 650.002 habitants en 1971

8Xème Recensement Général de la Population – 1971 (Etat du Zulia - résultats comparatifs).

9La capitale de Zulia a surtout profité indirectement de l’essor pétrolier, pour renforcer son rôle commercial et affirmer sa vocation de direction. En 1962, l’ouverture du pont sur le lac favorisa l’extension de son rayonnement sur la rive orientale. Après la nationalisation des hydrocarbures en 1975, toutes les nouvelles Compagnies y ont installé le siège de leur division, sauf Meneven. En revanche, son influence vers l’Ouest s’est toujours limitée aux confins arides de la Guajira et à la partie Nord du district Perija (Rosario, Machiques).

10L’agglomération de Maracaïbo regroupe environ la moitié de la population du bassin fluvio-lacustre, mais la plupart des territoires situés à sa périphérie occidentale sont pratiquement vides. Il y a moins de 10 hab/km2 dans les districts Paez, Perija et Colon. Du côté colombien, les densités rurales sont plus fortes qu’au Vénézuéla. Le peuplement de ces zones marginales fut rendu difficile par un milieu naturel plutôt hostile ; le pétrole y était moins abondant que sur la rive orientale et l’avance de la colonisation s’y heurtait à deux communautés indigènes irréductibles, les Guajiros et les Moulons. Au Vénézuéla, la confrontation entre la « civilisation du pétrole » et les sociétés amérindiennes fut particulièrement abrupte et dé-structurante pour ces dernières. La prise en charge des populations autochtones a souvent été abandonnée à l’Eglise qui fonda des missions, tandis que l’Armée implantait des postes militaires et des garnisons aux frontières. La grande vague parvint en Colombie avec du retard et fort atténuée. Le choc entre la civilisation moderne et les groupes indigènes s’en trouva affaibli, même s’il ne fut pas toujours pacifique.

1) En Guajira

11Jusqu’à nos jours les Guajiros sont parvenus à préserver à peu près l’intégrité de leur territoire, la libre circulation de part et d’autre de la frontière Colombo-vénézuélienne étant pour eux un droit acquis. Ils perpétuent un mode de vie traditionnel fondé sur l’élevage et l’artisanat, mais ils ont bien d’autres activités... Mus par le ressort de la solidarité de groupe, ils se sont opposés à toutes les tentatives de pénétration par la force. L’incorporation progressive de la péninsule à la Colombie s’est réalisée par le biais du métissage. Le Costeño du littoral caraïbe s’est uni à la femme indienne et ils se sont établis à la ville (Maicao, Riohacha), où le métis guajiro joue un rôle d’intermédiaire dans le commerce et divers trafics illégaux. En effet, la Guajira est un haut lieu de la contrebande internationale. Dès l’époque coloniale, les Français et les Anglais y avaient introduit des armes destinées à entretenir quelques foyers de rébellion en Nouvelle-Grenade, afin de déstabiliser l’Empire espagnol. Plus récemment, la puissante Mafia nord-américaine a mis le pied sur la péninsule pour organiser à partir de là un trafic de drogue (marijuana) aux multiples ramifications. Les indigènes semblent avoir trouvé dans la pratique de ces activités un moyen de consolider la cohésion de leur groupe social.

12Avant d’être élevée au statut de département colombien en 1964, la Guajira était une lointaine « Intendance » ignorée du pouvoir central ; aujourd’hui encore, elle échappe partiellement à son contrôle. Mis à part les perles et le sel de Manaure dont l’exploitation est déjà ancienne, la mise en valeur des ressources de cette région a réellement démarré lorsque la compagnie nationale Ecopetrol s’est associée à la Texas Petroleum Company pour réactiver une concession non productive. En 1977, d’importants gisements de gaz naturel (Chuchupa, Ballena et Riohacha) commencèrent à produire 2 millions de m3/jour. L’exploitation commerciale des mines de charbon de El Cerrejón est également envisagée dans un proche avenir.

13De l’autre côté, la militarisation du corridor frontalier et l’existence d’une mission à Guana ont longtemps été les seules manifestations d’une présence vénézuélienne. Malgré la construction d’une bonne route entre Maracaïbo et Maicao, la colonisation n’a guère débordé sur la péninsule au-delà des fleuves Guasare et Limón. Cependant les temps changent, et de grands projets concernant la Guajira sont actuellement à l’étude ou en cours de réalisation au Vénézuéla (irrigation, programme houillier et aménagement touristique du littoral).

2) Au sud-ouest du Bassin de Maracaïbo

14Les Motilons occupaient autrefois la plus grande partie des terres marécageuses situées au Sud-Ouest du lac de Maracaïbo. Au xxème siècle, ils ont été refoulés sur la frontière du Rio de Oro, non sans avoir opposé une vigoureuse résistance à la progression des Colombiens et des Vénézuéliens.

15Habitants de la forêt, les indiens motilons constituent une société autarcique dont l’économie primitive, fondée sur la chasse, la pêche, la cueillette et quelques cultures, vise à satisfaire des besoins élémentaires. L’irruption du « Blanc », le contact brutal et prolongé entre ces populations et les colons accapareurs de terres, ont débouché sur un rejet en bloc de la « civilisation » par les Motilons. Une situation de conflit latent, explosant parfois en crises sanglantes, a persisté jusqu’à la fin de la dernière décennie. Actuellement, ils ne représentent plus que deux à trois mille individus. Cinq cents, environ, ont été regroupés au Vénézuéla dans les missions de Rio de Oro, Campo Rosario et San Miguel de Sigmadoyi, à proximité de la frontière. La plupart ont trouvé refuge du côté colombien où la mise en œuvre d’un Plan de Développement de la Communauté Motilon-Bari commence à porter ses fruits, puisque l’on a constaté une reprise de la croissance démographique et le rachat de terres occupées par les colons sur la rive droite du Rio de Oro.

16Plusieurs vagues de colonisation ont affecté le Sud-Ouest du lac de Maracaïbo, et le peuplement de la zone frontalière s’est effectué à partir de la Colombie et du Vénézuéla en liaison avec :

  • l’exploitation pétrolière,
  • la construction de voies de communication,
  • l’assainissement de terres marécageuses.

1ère ETAPE

17Au xixème siècle, seuls les contreforts andins et quelques sites accessibles de la plaine fluvio-lacustre (Encontrados, San Carlos) avaient été durablement colonisés. Le chemin de fer du Tachira et celui de Cucuta, dont la jonction jusqu’au port de Encontrados avait été réalisée en 1927, favorisèrent le développement du commerce des régions andines en direction de Maracaïbo. Mais au début du xxème siècle, les territoires traversés étaient toujours presque vides.

2ème ETAPE

18A partir de 1910-1920, des compagnies étrangères commencèrent à s’intéresser aux champs pétrolifères localisés sur la frontière.

  • Principalement la Royal Dutch Shell et ses filiales au Vénézuéla. En 1916, le pétrole jaillit pour la première fois dans la concession acquise par la Colon Development Company au Sud-Ouest du lac. L’exploitation se développa assez rapidement entre les deux guerres mondiales, pour atteindre une production avoisinant 20.000 barils/jour.
  • Du côté colombien, les compagnies nord-américaines se taillèrent la part du lion dans le département Norte de Santander où l’on connaissait par des affleurements superficiels l’existence d’hydrocarbures. Cependant, la mise en valeur de ces ressources ne devint effective qu’au moment de la seconde guerre mondiale. En 1918, le gouvernement autorisa le transfert de la concession Barco (près de 200.000 ha entre les fleuves Zulia et Catatumbo) à la Colombian Petroleum Company. La concession passa entre les mains de plusieurs hommes d’affaires nord-américains sans qu’un baril de pétrole n’en sorte. Finalement, M. Mellon de la Gulf Oil vendit ses actions « Barco » à la Socony Petroleum Company et à la Texas Company, qui s’associèrent au sein de la COLPET pour entreprendre l’exploitation commerciale des gisements en 1939. Plus tard, la Chevron découvrit un autre champ pétrolifère dans la vallée du Zulia, où les activités de production débutèrent en septembre 1964.

19La découverte de l’Or Noir coïncide avec l’apparition des premiers établissements humains dans ces régions marginales. De véritables enclaves privées étrangères se sont constituées de part et d’autre de la frontière. Au Vénézuéla, le domaine de la Colon Development Company (Shell) s’étendait tout autour de Casigua ; tandis qu’en face, la COLPET exerçait sa souveraineté sur l’ensemble de la concession Barco. Des camps pétroliers ont surgi au milieu de la forêt (Rio de Oro, Casigua, Petrolea, Tibu, etc.), attirant à leurs portes un peuplement parasite de petits commerçants, d’aventuriers et très souvent de gens chassés par la misère... La fusion des deux éléments a pu donner naissance à des villes, comme Tibu qui se forma entre 1950 et 1960. Malgré l’interdiction initiale de la COLPET, le développement des activités pétrolières a suscité du côté colombien l’installation de paysans (colonos) qui ont entrepris de défricher des terres. Les foyers de peuplement nés sur la frontière colombo-vénézuélienne sont longtemps restés isolés. La piste, la voie aérienne ou la voie fluviale, complétées par des tronçons de voies ferrées, étaient les seuls moyens de communication avec les centres plus importants (Cucuta, Maracaïbo).

3ème ETAPE

20Avant que ne survienne le déclin de l’exploitation pétrolière, une nouvelle impulsion fut donnée à la colonisation grâce à la construction de routes.

21En Colombie, l’ancienne piste de Cucuta à Tibu fut peu à peu améliorée et prolongée en direction du Rio de Oro, à l’initiative de la COLPET. Il existait aussi un chemin partant de Convención, qui suivait l’oléoduc SAGOC jusqu’à Tibu. Même après la fermeture de nombreux puits et l’abandon du gisement du Rio de Oro vers 1965, ces axes de pénétration ont facilité l’afflux de colons depuis les vallées andines de la région de Cucuta et des municipes voisins. Déjà à cette époque, des habitants du département d’Antioquia étaient arrivés dans le bassin du Catatumbo pour se consacrer à l’exploitation forestière et au commerce. Actuellement, le front pionnier s’est stabilisé dans la vallée du Rio de Oro. Les deux principaux centres urbains des plaines du Norte de Santander sont Tibu (élevé au rang de municipe en décembre 1977), et Puerto Santander dont l’essor est hé au commerce et à l’exploitation pétrolière dans la vallée du Zulia.

22Au Vénézuéla, les profondes transformations qui ont affecté récemment les pays situés à l’Ouest et au Sud du lac de Maracaïbo ont pour origine l’ouverture de deux grands axes routiers :

  • la route Panaméricaine (El Vigia-La Fria-Cucuta), construite au pied des Andes et achevée en 1955 ;
  • la route de Machiques à Colon (1965-1969), qui longe la frontière avec la Colombie sur la rive occidentale du lac.

23On procédait en même temps à l’assainissement des zones basses, et un intense processus de colonisation se développa suivant ces directions privilégiées.

24Les terres du piémont andin furent envahies par des colons venus des montagnes environnantes et surtout de Colombie. Au début, cette colonisation était pratiquement inorganisée. Lors du percement de la route de Machiques à Colón, les pouvoirs publics ont essayé de canaliser le peuplement en programmant le lotissement des terrains attribués aux familles. Mais ils ne purent empêcher l’installation de quelques colons à proximité des parcelles régulièrement délimitées. Dans le secteur de Casigua, durement touché par la crise pétrolière des années soixante, l’ouverture de la route a provoqué le déferlement d’une nouvelle vague colonisatrice (Margariteños, Colombiens...) vouée aux activités agro-pastorales. Avec les aménagements hydrauliques entrepris par le Ministère des Travaux Publics pour assurer un meilleur drainage des terres marécageuses, une concentration de la propriété s’opère au profit des grands éleveurs. Les petits paysans, découragés par plusieurs échecs (aucune aide, aucune directive technique ne leur sont fournies par l’Etat), se trouvent acculés à la vente. Démunis, ils n’ont pas d’autre solution que partir ou chercher à s’employer dans une hacienda.

3) Les migrations colombiennes vers le Vénézuéla

25L’arrivée massive de Colombiens au Vénézuéla est un des aspects essentiels de la colonisation frontalière, à partir des années 1950. Leur irruption a été facilitée par l’extrême perméabilité de la frontière et par la construction de nouvelles routes. Ce mouvement reste pourtant un phénomène difficile à cerner, en raison de la nature des migrations. La plupart des Colombiens entrant au Vénézuéla sont des indocumentados en situation illégale. Sans passeport en règle, ils n’ont souvent que leur carte d’identité nationale ou une carte agricole délivrée par les autorités vénézuéliennes et leur permettant de travailler comme salariés ; certains n’ont aucun de ces papiers, en particulier parmi les jeunes. On ignore donc qui ils sont et combien ils sont. L’Etat n’a engagé aucune action en vue de régulariser leur situation et le drame des « indocumentados » ne cesse de s’aggraver. Non seulement ils sont exposés à toutes les tracasseries, mais ils subissent encore la pression de ceux qui les considèrent comme l’instrument de leur prospérité.

Source : Xe Recensement Général de Population - Vénézuéla 1971.

  • 2 Cf. El Universal, Caracas, le 19-8-79.
    « El drama de los indocumentados en Venezuela » (page 2-49).

26En 1971, plus de 50.000 Colombiens avaient été recensés dans le Zulia. Compte-tenu de l’amplification du mouvement et du grand nombre d’indocumentados échappant à tout contrôle, ils sont en réalité bien davantage. A l’époque, des statistiques révélaient que près de la moitié des Colombiens passés au Vénézuéla vivaient dans le Zulia, mais on parlait déjà de 574.000 indocumentados dans le pays en 1969...2.

Source : Diocèse de Cucuta - Bureau des Migrations

27Après avoir surtout concerné les populations frontalières des départements de Santander et Boyaca, l’émigration vers le Vénézuéla affecte la plupart des grandes régions de Colombie. L’augmentation de la pression démographique et du sous-emploi, sinsi que le pouvoir d’achat supérieur du « bolivar » ont poussé sur les routes des milliers de Colombiens.

28S’infiltrant au Vénézuéla, plusieurs migrants ont participé au mouvement de colonisation spontanée des marges occidentales du Bassin de Maracaïbo et défriché des parcelles pour les mettre en culture. L’Administration du Président Perez s’est efforcée de réduire ces occupations « sauvages », en interdisant à tout citoyen de nationalité colombienne la possibilité de s’approprier des terres à moins de 80 kilomètres de la frontière. L’application de cette décision pose quelques problèmes et a parfois donné lieu à des incidents graves.

  • Au Nord-Ouest, le bassin hydrographique des fleuves Guasare, Socuy et Cachiri a été transformé en « zone protégée » par décret présidentiel et son utilisation est soumise à une réglementation très stricte, afin de préserver l’équilibre écologique apparemment plus menacé ici qu’ailleurs. En fait, cette législation vise à déloger des familles colombiennes installées entre le Guasare et les Monts de Oca, où elles pratiquent une agriculture sur brûlis indiscriminatoire, déboisant les versants pour écouler ensuite la production vers leur pays d’origine. Comme ils sont fortement imprégnés par la propagande diffusée en Colombie, la majorité des individus interpellés dans ce secteur sont convaincus de leur bon droit puisqu’on leur a toujours répété que la frontière se trouvait plus loin... C’est pourquoi les Vénézuéliens ont éprouvé la nécessité de renforcer leur présence autour du noyau frontalier de San Rafael de Guasare, créé en 1973 (décret n° 1 444)3.
  • En d’autres circonstances les événements ont pris une tournure tragique. Plusieurs paysans colombiens auraient été massacrés en territoire vénézuélien à la fin de l’année 1978, tandis que des éleveurs du district Colón signalaient au même moment la disparition de péons employés par eux. La lumière est loin d’avoir été faite sur cette affaire qui provoqua une recrudescence de la tension frontalière4.

29De nombreux migrants ont trouvé du travail dans les haciendas des districts Colon et Perija, où ils suppléent fort avantageusement pour les grands propriétaires la main d’œuvre locale, déficitaire et beaucoup plus exigeante. Dans la vallée du Zulia, il existe des villages ou des hameaux dont 60 à 70 % de la population est de nationalité colombienne. Cette immigration massive finit par peser sur l’emploi dans la région et apparaît comme un facteur d’exode rural. Les ressortissants colombiens ne se cantonnent pas exclusivement aux abords de la frontière mais gagnent aussi les principaux centres urbains.

30L’objectif des autorités vénézuéliennes semble être de mieux contrôler ce mouvement de migration qui représente un apport de main d’œuvre indispensable pour l’économie des marges occidentales du Bassin de Maracaïbo. Cependant, la « colombianisation » des zones limitrophes constitue à terme une menace pour la souveraineté du Vénézuéla, dans la mesure où elle pourrait servir d’argument au pays voisin pour appuyer ses revendications territoriales actuelles et en formuler de nouvelles.

Frontière, pétrole et géopolitique

31Les tensions entre le Vénézuéla et la Colombie se manifestent avec éclat aux frontières et se cristallisent autour du problème de la délimitation des eaux territoriales et de la plateforme continentale dans le Golfe du Vénézuéla. On peut essayer de dégager les mécanismes de ce conflit frontalier, avant d’envisager ses répercussions éventuelles sur le peuplement et la mise en valeur des régions étudiées.

1) La « course à la mer »

  • 5 FRIEDE Juan : « Documentos inéditos para la historia de Colombia ». Bogota - 1960 (Tome V, Doc. 12 (...)

32Comme le pays fut inclus dans la juridiction de Santa Marta, des facteurs politiques interdirent très tôt à la Nouvelle Grenade la sortie la plus directe et la plus commode vers l’Océan Atlantique, celle qui débouchait dans la lagune de Maracaïbo. Les avantages de cette voie n’échappaient pas à tout le monde puisque, dès 1543, Juan Lopez, procureur de la ville de Tunja, entreprit des démarches pour qu’elle fût ouverte. Il échoua dans sa tentative, car elle nécessitait des investissements considérables et risquait de porter atteinte aux intérêts de Santa Marta et Cartagena. C’est donc la route du Magdalena qui devint la voie normalement empruntée pour parvenir au cœur du Nouveau Royaume5.

  • 6 Cf. – Exposición de la Cámara de Comercio de Maracaïbo (juin 1932)
    – Apuntes de la Cámara de Comerc (...)

33Cependant le problème rebondit lorsqu’il fallut assurer un débouché sur la mer aux départements de l’Oriente colombien. Les principaux traités de limites signés entre le Vénézuéla et la Colombie, au xixème et au xxème siècle, comportaient des clauses concernant le commerce et la navigation des fleuves. Dans cette perspective le Zulia et le lac de Maracaïbo apparaissaient d’une singulière importance pour l’économie du Norte de Santander. Certains milieux vénézuéliens auraient souhaité profiter de cette situation pour obtenir des compensations territoriales, mais la Chambre de Commerce de Maracaïbo se trouvait à la tête d’un autre groupe de pression dont les intérêts étaient plus ou moins liés à ceux de Cucuta. La prospérité des deux villes reposait en partie sur le commerce de transit des régions frontalières de Colombie, or la voie du Magdalena pouvait concurrencer celle de Maracaïbo si les droits perçus sur les marchandises étaient trop élevés. L’assouplissement des mesures tarifaires en vigueur au Vénézuéla et la libre navigation des fleuves communs aux deux pays, confirmés par le Traité de 1941, empêchèrent finalement un détournement du trafic6.

34Grâce à l’amélioration du réseau routier entre Cucuta et Maracaïbo, le département Norte de Santander a conservé jusqu’à nos jours cette sortie privilégiée sur la mer. Pourtant les chroniqueurs de Caracas prêtent à leurs voisins colombiens de sombres projets : pénétrer dans le Golfe du Vénézuéla pour y exercer leur souveraineté et se préparer à de nouvelles revendications territoriales en direction du Zulia... Mais le Vénézuéla veille sur son « patrimoine historique », surtout depuis que des gisements pétroliers ont été décelés sous la plateforme continentale.

2) La frontière et la stratégie des Compagnies pétrolières

35L’exploitation des hydrocarbures révèle l’existence d’un déséquilibre fondamental de part et d’autre de la frontière : en 1978, la quantité de pétrole extrait en une journée au Vénézuéla (2.300.000 barils/jour) était équivalente à la production de 17 jours en Colombie (135.000 barils/jour). De plus, si le Bassin de Maracaïbo fournit à lui seul 80 % du pétrole vénézuélien, on peut estimer que les gisements du Norte de Santander et de Guajira (gaz naturel) ne représentent que le l/5e de la production nationale. La plus grande partie des ressources est localisée sur la rive orientale et sous les eaux du lac de Maracaïbo.

36Jusqu’à une époque récente, l’exploitation pétrolière de cette vaste zone était dominée par quelques grandes compagnies étrangères. Les gisements vénézuéliens ont été les premiers exploités de façon intensive à partir de 1925-1930, tandis que les réserves colombiennes étaient « congelées ». Plusieurs facteurs expliquent les lenteurs du développement de l’industrie pétrolière en Colombie par rapport au pays voisin :

  • gisements dispersés et de taille réduite, moins intéressants que les énormes accumulations d’hydrocarbures du Vénézuéla ;
  • gisements d’accès difficile, relativement éloignés de la mer ; comme elles n’ont pas pu bénéficier d’une ouverture sur le lac de Maracaïbo, les Compagnies opérant en Colombie ont dû construire des oléoducs très coûteux à travers des terrains accidentés (Tibu-Coveñas ; Zulia-Santa Marta) ;
  • les prix du pétrole sur le marché intérieur sont longtemps demeurés inférieurs à ceux du marché international, ce qui n’encourageait pas la production.

37Malgré ces conditions défavorables, les sociétés du cartel pétrolier ont cherché à étendre leur emprise sur l’ensemble des concessions afin d’éliminer les petites Compagnies concurrentes. Même sans produire, elles pouvaient toujours obtenir des exemptions et avantages divers en vue d’une exploitation future. Espérant recueillir quelques miettes de la prospérité vénézuélienne, les dirigeants colombiens ont ouvert largement les portes du pays aux compagnies étrangères. Les dernières zones constituées en réserves nationales furent supprimées (décret 3419 du 14.11.50), ainsi que les limites de superficie fixées au cumul des concessions (décret 2 270 du 24.9.52) ; d’autres mesures prolongeaient les délais d’exploration... Bien qu’elle marque l’amorce d’une révision, la loi 10 de 1961 ne revenait pas sur le principe des décisions antérieures. Loin de stimuler les activités pétrolières, cette législation donna une base légale au statut de « pays réserve » dans lequel la Colombie était confinée par le cartel, alors que le Vénézuéla restait une des principales zones de production.

3) Les Compagnies s’effacent, les Etats se retrouvent face à face

38La mise en œuvre de politiques plus nationalistes a légèrement modifié ce panorama et déjoué certains calculs des grandes compagnies.

39Au Vénézuéla, la « Loi organique réservant à l’Etat l’industrie et le commerce des hydrocarbures » a été promulguée le 29 août 1975 au terme d’un long processus de récupération des richesses nationales. De nouvelles sociétés se sont substituées aux entreprises étrangères et opèrent actuellement dans le Bassin de Maracaïbo, où leur a été légué un héritage fabuleux même s’il est déjà bien entamé.

40En Colombie, l’échec de la politique des concessions était patent. Les activités d’exploration s’étaient ralenties pour atteindre leur niveau le plus bas en 1975 (11 puits forés dans tout le pays). Dès l’année 1970, les réserves prouvées s’étaient effondrées et la production avait commencé à diminuer. Dans la concession Barco le rythme d’extraction est descendu au-dessous de 10.000 barils/jour en 1975 ; la production de la Chevron est passée de 30.000 barils/jour avant 1970 à moins de 15.000 barils/jour en 1974... L’épuisement des gisements anciens, la « congélation » des réserves et, dans certains cas (COLPET), le démantèlement des installations à la veille de leur réversion à l’Etat sont à l’origine de cette chute spectaculaire. De pays exportateur la Colombie est devenue importateur de pétrole en 1975, alors que 25 % seulement des terrains susceptibles de renfermer des hydrocarbures ont été explorés.

Evolution récente des activités pétrolières en Colombie

Evolution récente des activités pétrolières en Colombie

Source : Empresa Colombiana de Petroleos - Revue « De Mares » :
– n° 94 Août - Septembre 1978 (pages 5 à 14)
– n° 97 Mars - Avril - Mai 1979 (page 33)

41Considérant la nécessité de relancer la production, le gouvernement colombien a inauguré une politique de « nationalisation progressive » :

  • plusieurs concessions ont été rachetées avant la date de leur réversion gratuite. Le 1er décembre 1975 la concession Barco est passée sous le contrôle de la société nationale ECOPETROL ;
  • un système de contrats d’association entre ECOPETROL et les compagnies privées a été instauré à partir de 1973.
    Le développement de la production de gaz naturel en Guajira est un des premiers succès de la politique d’association.

42Si l’Etat colombien s’est approprié une part croissante des ressources du pays en hydrocarbures, il doit continuer à faire face à un déficit grandissant de pétrole brut.

  • 7 Cf. HOLGUIN PELAEZ H. : op. cit. (pages 287 et suivantes).

43Le problème de la délimitation des eaux territoriales dans le Golfe du Vénézuéla doit être replacé dans ce contexte. La plateforme continentale excite les convoitises dans la mesure où elle recèle d’importantes quantités d’huile minérale et de gaz. Les prospections réalisées en 1952 par la Western Geophisical Corporation auraient établi l’existence de structures pétrolifères dans la partie occidentale du Golfe revendiquée par la Colombie. Des études plus précises ont sans doute été effectuées depuis cette date, mais leurs résultats n’ont pas été divulgués. La pénurie d’énergie qui frappe actuellement la Colombie menace les bases de son économie et peut achever d’y détruire un statu-quo social précaire, tandis que le Vénézuéla nage toujours dans l’abondance. L’évolution actuelle des prix du pétrole et le processus d’intégration douanière engagé au sein du Pacte Andin risquent d’aggraver le déséquilibre entre les deux pays. L’hypothèse d’un étranglement économique de la Colombie par le Vénézuéla a été avancée à plusieurs reprises7. Si cette interprétation était exacte, l’affrontement entre les « Républiques-sœurs » pourrait se cristalliser autour du Golfe du Vénézuéla.

44Jusqu’à présent les propositions faites pour désamorcer le conflit n’ont guère trouvé d’écho, ou bien elles ont contribué à envenimer le débat. Il semble que le Vénézuéla soit disposé à accorder des compensations économiques à la Colombie, en échange de la reconnaissance de sa souveraineté indivisible sur le Golfe du Vénézuéla et l’archipel de Los Monjes. En 1976, on avait évoqué la possibilité de créer une compagnie mixte, avec une participation colombienne égale à 49 % du capital, en vue d’exploiter le pétrole à l’intérieur du Golfe ; le Vénézuéla aurait participé dans des conditions identiques à l’exploitation de la zone colombienne extérieure au Golfe... Mais le pétrole y serait, paraît-il, peu abondant voire inexistant. Depuis quelques années on annonce régulièrement l’imminence d’un accord qui devient plus problématique à mesure que le temps passe. Les « Multinationales » continuent à se mouvoir dans l’ombre des puissances riveraines et convoitent aussi les richesses pétrolières de la plateforme sous-marine. Ce ne serait pas la première fois que l’impérialisme s’emploie à dresser l’un contre l’autre des Etats du Tiers-Monde pour atteindre ses objectifs.

  • 8 Cf. Entrevista con el Profesor Carlos GUERON in HERRERA E. : op. cit. (pages 135 à 140).

45D’après le Docteur C. Guéron, Directeur de l’Ecole des Etudes Internationales de l’Université Centrale du Vénézuéla, les Etats-Unis ont appuyé les revendications territoriales de la Colombie face au Vénézuéla quand il y avait du pétrole dans les zones en dispute8. Au moment de la démarcation des secteurs litigieux compris entre le Rio de Oro et le Zulia, entre 1922 et 1941, les intérêts des Etats-Unis se trouvaient déjà du côté colombien où des compagnies nord-américaines étaient installées depuis 1918, alors que la Shell anglo-hollandaise opérait de l’autre côté de la frontière. Plus tard, lorsque les dirigeants vénézuéliens refusèrent d’octroyer de nouvelles concessions (« No más concesiones »), il existait toujours en Colombie un régime favorable aux compagnies étrangères. Or, dans le différend au sujet du Golfe du Vénézuéla, les Etats-Unis doivent pencher raisonnablement en faveur du gouvernement ayant la politique la moins nationaliste.

Quel avenir pour les régions frontalières du Bassin de Maracaïbo : Conflit ou intégration ?

46Jusqu’au milieu du xxème siècle le Vénézuéla demeura un Etat désarticulé, caractérisé par une économie fragile et une grande instabilité politique. Le modèle spatial découlant de cette situation révèle une concentration excessive de la population et des activités. Les régions frontalières ont été délaissées par le pouvoir central et, dans certains cas, livrées aux initiatives étrangères. Elles ont donc été incorporées tardivement à l’économie nationale et apparaissent sur la carte comme des vides démographiques. Ces considérations peuvent être rapportées à l’échelle du Bassin de Maracaïbo dont les marges occidentales n’ont commencé à se remplir qu’avec l’essor de l’exploitation pétrolière ; puis la construction de routes a favorisé une diffusion du peuplement vers l’intérieur du pays, à partir de la Colombie. Un mouvement de marchandises et de personnages est canalisé par quelques connections frontalières :

  • Paraguaipoa - Maicao (Etat du Zulia),
  • Ureña - Cucuta (Etat du Tachira)
  • San Antonio - Cucuta (Etat du Tachira).

47Parallèlement, rien n’est fait pour endiguer la contrebande et l’entrée clandestine de milliers de Colombiens au Vénézuéla. Ici, ce ne sont pas les ressources ni les capitaux qui manquent pour mettre en valeur les zones marginales, mais la main-d’œuvre... Comme le pays voisin, moins développé et sous-alimenté, doit faire face à une pression démographique supérieure, ses ressortissants essayent de pénétrer dans l’économie où le niveau de vie est le plus élevé. Cette intégration non conventionnelle peut déboucher sur une situation explosive, dans la mesure où il subsiste un contentieux colombo-vénézuélien. Il est donc urgent de trouver une autre formule.

48En juin 1963, le Traité de Caracas avait entériné un nouveau statut de régime frontalier entre le Vénézuéla et la Colombie. Des dispositions devaient être prises pour rendre la frontière plus accessible et plus perméable, afin d’organiser les territoires situés de part et d’autre de cette limite artificielle en « régions naturelles », binationales et homogènes. Mais la recrudescence des tensions entre les deux Etats a entravé le déroulement du processus d’intégration.

49Des restrictions ont été apportées à la libre circulation dans certains secteurs. Le trafic entre Puerto Santander et Boca del Grita est plus étroitement contrôlé, tandis que le poste de Tres Bocas a été fermé après avoir connu un regain d’activité pendant les années soixante, grâce à l’essor des échanges entre les régions de Casigua et Tibu. Entre-temps la contrebande s’est institutionalisée, en particulier celle du bétail qui revêt une ampleur exceptionnelle. Des camions acheminent régulièrement vers le Vénézuéla plusieurs centaines de têtes de bovins en provenance de la Costa ou du Valle. Le mécanisme est simple et quasi légal : les contrebandiers transportent la marchandise avec des papiers en règle jusqu’à une ferme d’élevage localisée à proximité de la frontière, où un nouveau type d’haciendas, mi-colombiennes/mi-vénézuéliennes, a fleuri ces dernières années. Les propriétaires qui reçoivent le bétail de contrebande et sont chargés de le faire passer de l’autre côté touchent une commission variable suivant la qualité de leurs pâturages. Bien sûr, les grands éleveurs et négociants vénézuéliens trouvent leur compte dans ce trafic en achetant au meilleur prix des bêtes à engraisser.

50Dans le domaine assez restreint des réalisations communes, le projet agro-industriel AZURCA offre une illustration des résistances auxquelles se heurtent les tentatives officielles d’intégration. A l’étude depuis 1970, ce projet patronné par la Corporation Andina de Fomento (10 % du capital) vise à étendre la culture de la canne à sucre dans les vallées des fleuves Zulia et Pamplonita, au Norte de Santander, afin d’approvisionner la centrale sucrière d’Ureña où 30 % de la canne broyée provient déjà de Colombie. AZURCA représente la partie industrielle du programme, auquel participent l’Etat vénézuélien par l’intermédiaire de CENAZUCA (45 % du capital) et divers organismes colombiens, publics ou privés, regroupés au sein d’AGROZULIA (45 % du capital). On prévoit d’augmenter la capacité de production de l’usine d’Ureña et d’implanter au Nord de Cucuta une autre unité, dont la production de sucre noir serait écoulée au Vénézuéla pour y être raffinée. D’après une étude réalisée dans ce pays par la Commission de Planification des Ressources Hydrauliques (COPLA-NARH), l’irrigation d’environ 10.000 hectares supplémentaires dans la vallée du Zulia risque de perturber le régime des eaux superficielles. Les effets néfastes d’un tel aménagement sur l’équilibre écologique ont été invoqués pour retarder la mise en œuvre du projet, dont l’achèvement est étroitement subordonné à des facteurs politiques.

51Aujourd’hui, les gouvernements se préoccupent surtout du peuplement et de la mise en valeur de leurs territoires limitrophes dans un esprit de compétition. Si bien des incertitudes hypothèquent l’avenir des régions frontalières de Colombie, le Vénézuéla semble avoir jeté les bases d’un développement intégral des marges occidentales du Bassin de Maracaïbo en concentrant ses efforts sur les zones névralgiques de la Guajira et du district Colón.

52Dès 1972, CORPOZULIA (Corporation de Desarrollo de la Región Zuliana) avait souscrit un contrat avec une firme israélienne ayant une large expérience dans les pays arides, en vue de promouvoir un développement rapide de la Guajira. A cette époque la nécessité de renforcer la présence vénézuélienne autour du Golfe du Vénézuéla apparaissait clairement aux autorités. L’ouverture du pont sur le fleuve Limon en 1973 contribua à améliorer les communications entre la péninsule et le reste du territoire : programme d’irrigation, aménagement touristique du littoral... Le plus ambitieux concerne l’exploitation du bassin houiller de Guasare dont une partie de la production servira à l’approvisionnement du futur complexe sidérurgique du Zulia, au Sud de Maracaïbo. La création d’une nouvelle ville est prévue à proximité de la zone minière, ainsi que la construction d’une voie ferrée destinée à écouler le charbon. Cette région peu peuplée, pratiquement sans infrastructure, devrait voir se resserrer ses liens avec l’agglomération de Maracaïbo.

53Au Sud-Ouest du lac, la frontière du district Colón constitue la principale poche d’infiltration des Colombiens au Vénézuéla. Actuellement y coexistent encore une agriculture traditionnelle et un élevage extensif. Si l’apport de la main-d’œuvre colombienne est indispensable pour la mise en valeur des grandes haciendas qui monopolisent les meilleures terres, les autorités vénézuéliennes ont manifesté leur volonté de s’assurer la maîtrise du sol dans la bande frontalière en expropriant plusieurs « indocumentados » qui s’y étaient installés. Parallèlement le MOP (Ministerio de Obras Publicas) poursuit le drainage et l’assainissement des zones marécageuses situées entre les fleuves Santa Ana et Chama : les ouvrages hydrauliques projetés doivent permettre de récupérer 600.000 hectares, sans doute voués à un élevage plus intensif. Les sociétés du district Colón sont essentiellement rurales, mais de nouveaux pôles de développement sont apparus sur le piémont andin à l’intersection des principales routes ; El Vigia et La Fria sont en cours d’industrialisation et d’urbanisation.

54La stratégie de développement mise en œuvre dans le Bassin de Maracaïbo vise donc à faire participer les régions périphériques, peu touchées par le « boom pétrolier », au processus général de croissance, et à consolider la présence vénézuélienne dans les territoires limitrophes avec la Colombie. La persistance de tensions alimentées par une vieille rivalité entre les deux Etats n’a pas permis de mener à son terme l’intégration des régions frontalières.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BRUCE Olson, « Una raza bravia. Estudio socio-antropológico de los indios motilones ». INDEC, Instituto de Desarrollo de la Comunidad, Bogota, 1974.

CASTRO CAYCEDO German, « Colombia amarga ». Bogota, 1977.

CONZUPLAN (Consejo Zuliano de Planificación y Coordinación) :

– « Diagnóstico éconómico-social de la région zuliana ». Maracaïbo, 1975.

– « Nucleo fronterizo San Rafael de Guasare ». Informe general, Maracaïbo, 10/4/75.

FEBRER Françoise, « La stratégie pétrolière du Vénézuéla ». Problèmes d’Amérique Latine, n° 4 221-4 222, Octobre 1975.

GILHODES Pierre, « Le conflit entre la Colombie et le Vénézuéla : quelques arpents d’eau salée ». Revue Française de Science Politique, n° 6, Décembre 1974.

HERRERA Earle, « Porque se ha reducido el territorio venezolano ? ». Universidad Central de Vénézuéla, Caracas, 1978.

HOLGUIN PELAEZ, « Los Monjes, enjuiciamiento de una traición ». Bogota, 1975.

MARCHAND Bernard, « Vénézuéla. Travailleurs et villes du pétrole ». Université de Paris, Paris, 1971.

PADRON M.Α., « Perderemos tambien el Golfo de Venezuela ? ». Caracas, 1978.

PARRA LEON Miguel, « Enfoques colombo-venezolanos ». Caracas, 1971.

VENTURINI O., « Aspectos geográficos de la colonizatión del piedemonte noroccidental de los Andes venezolanos ». Rev. geogr. ULA, Tome 9, n° 2, Merida, 1968.

VERBURG J.A., « Estudio social y de administración rural de la zona Sur del Lago de Maracaïbo ». Maracaïbo, 1965.

Notes

1 En janvier 1976, le Conseil d’Etat colombien a refusé de se prononcer sur une demande introduite pour la non-reconnaissance de la souveraineté du Vénézuéla sur l’archipel de Los Monjes.

2 Cf. El Universal, Caracas, le 19-8-79.
« El drama de los indocumentados en Venezuela » (page 2-49).

3 Cf. Informe del director del núcleo fronterizo (23-12-75). Rapport sur la situation des citoyens colombiens dans le Guasare (in « Núcleo fronterizo San Rafael de Guasare » CONZUPLAN - 1975).

4 Cf. El Universal, Caracas, le 22-2-79.
« Investigación sobre matanza de campesinos en zona fronteriza » (page 2-28).

5 FRIEDE Juan : « Documentos inéditos para la historia de Colombia ». Bogota - 1960 (Tome V, Doc. 1283).

6 Cf. – Exposición de la Cámara de Comercio de Maracaïbo (juin 1932)
– Apuntes de la Cámara de Comercio de Cucuta... (juillet 1935).
(in PARRA LEON M. : « Enfoques colombo-venezolanos » – Caracas - 1971).

7 Cf. HOLGUIN PELAEZ H. : op. cit. (pages 287 et suivantes).

8 Cf. Entrevista con el Profesor Carlos GUERON in HERRERA E. : op. cit. (pages 135 à 140).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 681k
Légende Source : Xe Recensement Général de Population - Vénézuéla 1971.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1448/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Source : Diocèse de Cucuta - Bureau des Migrations
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1448/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Evolution récente des activités pétrolières en Colombie
Légende Source : Empresa Colombiana de Petroleos - Revue « De Mares » :– n° 94 Août - Septembre 1978 (pages 5 à 14)– n° 97 Mars - Avril - Mai 1979 (page 33)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1448/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter