Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(Β) Frontières politiques et frontières de colonisation

Création d’une frange pionnière sur les rives du canal de Panama

Le problème posé par l’élimination de la couverture végétale du bassin hydrographique de la voie interocéanique

Omar Jaen Suarez

Texte intégral

1. Introduction

1La récente mise en vigueur des Traités sur le Canal de Panama, le 1 er Octobre 1979, règle un grave désaccord international qui menaçait la sécurité du transport maritime et attire l’attention sur un problème qui peut mettre en péril le fonctionnement efficace de la voie interocéanique. Il s’agit du rapide développement de franges pionnières rurales et urbaines qui perturbent sérieusement les régimes hydrologiques du centre de l’isthme de Panama.

2Le Canal de Panama qui, du point de vue du droit international est le plus important détroit maritime du monde, se confond avec une voie fluviale, le fleuve Chagres, qui, à l’origine se jetait dans la mer des Caraïbes ; d’immenses travaux d’excavation et de construction de barrages et d’écluses entrepris entre 1880 et 1920 lui permettent de rejoindre également l’Océan Pacifique. Le fonctionnement des écluses qui élèvent les navires du niveau de la mer jusqu’aux 26 mètres d’altitude de la surface du lac Gatun, pour ensuite les descendre jusqu’à l’autre océan, se réalise uniquement avec l’eau du bassin hydrographique du Chagres qui doit fournir 52.000.000 de galons d’eau qui se déversent dans la mer au passage de chaque bateau. Le canal transporte ainsi près de 14.000 navires par an.

3La rapide croissance démographique de la région la plus active du pays, les excès du déboisement provoqués par l’ampleur des mouvements pionniers, de nouvelles exigences d’eau de la part de la population et des concentrations urbaines les plus importantes de la République, peuvent poser de graves problèmes d’approvisionnement en eau pour le canal. Ces difficultés ont été envisagées dans les nouveaux textes juridiques qui, jusqu’à la fin du xxè siècle vont règler les rapports entre Panama et les Etats-Unis au sujet du fonctionnement de la voie interocéanique.

2. Les mouvements pionniers à Panama

4La création de campagnes nouvelles à travers la dynamique des franges pionnières, n’est pas un phénomène récent à Panama. Ainsi, la plaine littorale près de la ville de Panama fut colonisée par des bourgeois de la capitale dès le début du xviè siècle.

5Aux xviè et xviiè siècles, les savanes centrales sont organisées par des colonisateurs et des pionniers, en une grande région d’élevage tropical extensif. A la fin du xviiiè siècle et au début du xixè siècle, les pionniers reculent jusqu’aux piémonts de la cordillère centrale qui regardent l’Océan Pacifique, les limites de la savane anthropique au détriment de la forêt de prémontagne.

6Pendant la seconde moitié du xixè siècle, les franges pionnières gagnent la vallée de Tonosi dans la péninsule d’Azuero et les hautes terres fertiles du volcan Baru (3.475 m) au Chiriqui près de la frontière du Costa Rica, et sont surtout destinées à la culture du café. Un front pionnier planifié et vigoureux s’établit dès 1889 dans l’énorme forêt tropophile de Bocas del Toro sur les Caraïbes ; il se consacre à la culture des grandes plantations bananières intégrées au système naissant de la Boston Fruit Co. et à son successeur la United Brands.

7Au début du xxè siècle, l’Ouest de la plaine littorale du Chiriqui, sur le Pacifique, couverte d’une forêt tropophile dense, sur de riches sols alluviaux, est rasée pour créer les immenses plantations de la United Fruit Co. près de Puerto Annuelles.

8Aujourd’hui, le phénomène des franges pionnières que l’on constate dans différents secteurs du pays comme le Darién, la côte atlantique de Bocas del Toro et de Coclé, les hautes terres d’Azuero, le bassin du Bayano, la région de Portobelo-Nombre de Dios et le bassin hydrographique du canal, témoigne de la vigueur d’une société en mouvement dans un pays où l’espace est encore abondant.

3. Le bassin du fleuve Chagres

9Long seulement de 193 kilomètres, le Chagres converti en Canal de Panama, draine un bassin de 3.262 km2 dont 10 % sont les lacs artificiels : Gatun le plus grand, crée en 1914, Alajuela, le lac réservoir plus élevé date de 1936.

10La région, localisée entre l’ancien volcan d’El Valle au Sud Ouest, d’une altitude maxima de 1.173 mètres et, à 100 kilomètres au Nord-Est les massifs de la Sierra Llorona et du Mamoni (932 m), présente une topographie très accidentée, avec des roches ignées et sédimentaires très altérées par la météorisation. Elle est relativement basse, à moins de 100 mètres au dessus du niveau de la mer, ce qui a permis le percement du canal. L’érosion différentielle fait affleurer quelques extrusions volcaniques, inselbergs et dykes qui dépassent rarement les 200 mètres d’altitude.

11Le climat est tropical humide, les températures sont élevées toute l’année et dépassent 26°C ; les précipitations sont comprises entre 2.000 et 3.000 mm par an avec une saison sèche assez marquée pendant trois mois, de Janvier à Avril.

12La végétation de climax était composée de forêts d’essences tropicales et subtropicales aux feuilles persistantes ; leur voûte, à 30 ou 35 mètres couvrait uniformément toute la région. Cette couverture végétale se développait sur des sols ferralitiques, des argiles rouges ou rouges-brun avec un petit horizon humifère qui disparaît facilement si l’on élimine la végétation.

4. Les défrichements du bassin du Chagres : 1527-1940

13Pendant l’époque coloniale, et surtout depuis la décade de 1540, le Chagres assure le transit de barques à fond plat, les « chatas » qui parcourent ainsi deux tiers des 80 kilomètres qui séparent les deux océans. Le fleuve devient alors la voie royale de l’or et de l’argent du Pérou. Une population réduite, de 1.500 âmes tout au plus, occupait ses rives dans les villages de Cruces (1527) ou de Gorgona (1667) et assurait le portage. De petits élevages sur d’énormes latifundia de plus de 10.000 hectares, plutôt symboliques d’ailleurs et recouverts en fait par la forêt primaire, complétaient l’occupation du sol d’une région peu perturbée par l’homme.

14Entre 1850 et 1855, le chemin de fer transisthmique donne une nouvelle impulsion à la région, mais sauf sur la voie étroite et dans quelques plantations de bananiers pour l’exportation par le port de Colon, l’énorme forêt ombrophile s’impose encore partout. La population augmente à peine : 2.000 habitants en 1851 et une densité de 0.6 habitants par km2.

15Le défrichement s’accentue avec les travaux du Canal de Panama, mais il reste localisé dans la proximité immédiate de la voie navigable et du futur grand lac artificiel de Gatun. La population se multiplie par dix et atteint en 1896 près de 20.000 habitants ; la plupart d’entre eux occupent les villages des travailleurs du canal. Près du futur canal, on coupe du bois pour la construction, mais les clairières sont rapidement couvertes par une végétation secondaire qui, au bout d’une trentaine d’années, est une véritable forêt humide. La plus grande partie du bassin hydrographique reste pratiquement intact.

16La création du lac Gatun entre 1910 et 1914, provoque le déplacement des rares habitants qui s’installent sur ses rives où ils cultivent des bananiers pour le marché de Colon. A partir de 1923, ce commerce attire des paysans des montagnes de Cloché à l’Ouest, qui descendent par les reliefs accidentés de l’ancien volcan d’El Valle et s’installent de préférence au Nord des districts de Capira, la Chorrera et Arraijan.

17La création de la Zone du Canal en 1903 met dans une situation délicate les habitants de la région surtout lorsqu’en 1912 on lance l’ordre général d’évacuation du territoire pour tous ceux qui ne travaillent pas pour le canal ; beaucoup de paysans restent cependant sur place. A partir de 1922, les autorités nord-américaines tolèrent l’activité agricole en concédant des permis d’usage du sol. La population concernée augmente de 203 personnes en 1922 à 4.597 en 1929. Elle baisse ensuite rapidement à 3.242 personnes en 1935 lorsque l’on décrète l’évacuation définitive pour éviter une recrudescence localisée de la malaria dans les bases militaires du secteur atlantique. Toutefois, la plupart de ces permis se distribuaient dans la basse vallée du Chagres, au-delà du déversoir du lac Gatun, si bien que le déboisement n’affectait guère l’alimentation en eau du canal.

18Malgré toute l’activité notée dans la région, il faudra attendre la Seconde Guerre Mondiale pour assister à la première grande vague migratoire et au début des défrichements systématiques du bassin du Canal de Panama.

5. L’émigration paysanne à partir de 1940

19A la chute du commerce de la banane, un peu avant la guerre, les paysans originaires de Coclé commencent à envahir la forêt vierge du secteur situé à l’Ouest du canal ; ils y introduisent aussi bien leur habitat dispersé que leurs systèmes et leurs techniques de culture. Ils plantent du riz, du maïs, des tubercules suivant la technique des champs itinérants et le système de la culture sur brûlis. Les parcelles, au bout d’un ou deux ans devenaient des petites fermes de caféiers et d’orangers comme celles que l’on voit dans la région d’origine des émigrants, la montagne de Codé.

20Mais dès les premières années de la décade de 1940, l’activité économique se ranime grâce à la présence d’importants contingents des armées nord-américaines cantonnées dans la Zone du Canal ou en stationnement avant de rejoindre les théâtres d’opération du Pacifique (50.000 à 90.000 hommes). Le phénomène moderne des migrations internes démarre alors, dirigé vers la région métropolitaine et surtout vers la ville de Panama dont les taux de croissance compris entre 5 et 6 % par an, représentent le double des taux nationaux.

21Une partie des nouvelles populations, en particulier les paysans originaires des campagnes traditionnelles situées à l’Ouest du pays, préfèrent les terres boisées du bassin du canal, les étroites vallées fluviales tapissées d’alluvions et de colluvions récentes qui drainent le lac Gatun au Nord de La Chorrera et d’Arraijan. Ces vallées avaient déjà un début de réseau de chemins ruraux qui rejoignaient la route transisthmique.

22En 1950, on recense 30.000 habitants dans le bassin hydrographique de la voie interocéanique ; en 1970, 65.000, 40 % d’entre eux sont des émigrants des provinces de l’Ouest du canal, accompagnés de leurs enfants nés déjà sur place. La moitié de ces familles tire sa subsistance d’activités agricoles.

23Aujourd’hui, on estime la population du bassin du canal à plus de 100.000 habitants. Plus de la moitié de ces personnes vit tout près de la route transisthmique dans des agglomérations suburbaines qui prolongent la ville de Panama.

24Malgré les caractéristiques très particulières de type colonial archaïque de l’administration américaine, les paysans envahissent aussi les terres de l’ancienne Zone du Canal, notamment la frange limitrophe où ils établissent leurs cultures ; peu d’entre eux (19 % seulement des 1.041 cultivateurs qui ont défriché la Zone en 1978) se risquent à vivre sur ce territoire. Car dans l’ancienne Zone du Canal la propriété du sol n’existait pas, pas plus que celle du logement ou des biens de production. Un régime policier très strict et tout spécialement un corps de police rurale armée, veillait sur les 1.432 km2 de territoire sous juridiction américaine jusqu’en 1979. Dans le reste du bassin hydrographique du canal dont les terres appartenaient à l’Etat panaméen, les autorités ont permis l’occupation et le déboisement sans discrimination ; on peut même dire qu’ils les ont indirectement favorisés en construisant un plus grand réseau de routes et en établissant depuis 1965 une assez ample infrastructure de services publics, des secteurs de l’éducation et de la santé surtout.

25Rapidement, dans tout le bassin s’établit un mécanisme classique et vigoureux de création de franges pionnières comme celles qu’on peut constater à partir de 1950 dans d’autres régions de Panama comme le Bayano, le Darien, Tonosi et Portobelo.

6. Les mécanismes de la frange pionnière

26Les paysans déboisent un secteur de la forêt, souvent primaire, dont les dimensions varient de 1 à 2 hectares. Après un brûlis pendant la saison sèche, ils sèment du maïs, du riz et obtiennent deux récoltes la première année, à raison de 120 à 140 journées de travail par homme. Parfois ils cultivent aussi de la canne à sucre et des tubercules comme le manioc et l’igname. Ils acquièrent ainsi sur la parcelle un droit d’usage (mais non de propriété) reconnu par la loi (lorsqu’ils s’inscrivent à la mairie du « municipio » correspondante) ou par la coutume. Au bout d’un an ou deux d’occupation de fait, ils revendent ces droits à des éleveurs grands ou moyens qui regroupent les parcelles pour former des propriétés de 10 à 35 hectares le plus souvent, avec des troupeaux de 12 à 40 bovins.

27La plupart de ces éleveurs viennent des savanes centrales où les précipitations varient entre 1.000 mm et 1.700 mm par an, avec une saison sèche très marquée de 4 à 5 mois ; ils plantent les herbages les mieux adaptés à ce climat, bien qu’ils soient peu nourrissants comme la faragua (Hyparrehenia rufa). Ils créent ainsi rapidement une savane anthropique.

28A la colonisation agraire s’ajoute la progression rapide du front urbain. En 1950, la région métropolitaine (les provinces de Panama et de Colon) comptait près de 350.000 habitants qui se multiplient jusqu’au million aujourd’hui, représentant la moitié de la population du pays. La croissance de la ville de Panama suit les axes des deux routes principales la « transisthmique » et la « panaméricaine », elle repousse avec vigueur la forêt vierge. Des petits villages agraires et suburbains ou encore plus récemment de tourisme lacustre, s’installent sur les rives des lacs artificiels de Gatun et Alajuela. Ils sont à l’origine de certains problèmes de contamination de l’eau.

29Le double phénomène de la progression désordonnée du front urbain et de la colonisation agraire spontanée représente une menace croissante pour un fonctionnement plus efficace de la voie interocéanique et pour la qualité de l’eau de la région métropolitaine.

7. Les menaces pour le Canal de Panama

30Le Canal de Panama est un système entièrement fluvial qui assure aujourd’hui le passage d’environ 14.000 navires par an ; la capacité maxima est de 18.000 navires par an pour l’actuelle disponibilité en eau.

31Malgré la saison sèche de trois mois, le lac Alajuela, l’unique réservoir, peut pallier l’insuffisance du lac Gatun dont le canal central assure la navigation de grands bateaux de jusqu’à 70.000 tonnes.

32Le déboisement et l’occupation humaine sans contrôle menacent la voie interocéanique de deux dangers : la sédimentation des lacs et du lit du canal, la contamination des eaux destinées à la consommation.

33La substitution de 870 km2 de forêts primaires et secondaires par de la faragua ou autres pâturages peu nourrissants, a augmenté de neuf fois la capacité d’érosion de cet espace, d’autant plus que la moitié des prairies récentes se trouvent sur des pentes de plus de 45 %. Au rythme actuel de création de pâturages, la couverture forestière disparaîtra avant l’année 2000.

34On a également constaté que la vitesse de sédimentation du lac Alajuela a augmenté de 200 % pendant les dernières années ; il a déjà perdu 5 % de sa capacité de réserve.

35Si le rythme actuel se maintient, de 9.000.000 de m3 de sédiments par an dont la moitié sont le résultat de l’élevage, on passera à 15.000.000 de m3 par an en l’année 2000 lorsque le lac réservoir aura perdu 40 % de ses capacités de réserve et bientôt 80 % en 2040.

36En outre, la sédimentation qui atteint directement le lac Gatun et en particulier le canal de navigation de 12.6 mètres de profondeur minima, rend chaque jour plus coûteux les travaux de dragage et compromet chaque fois plus sa capacité de production hydroélectrique.

37Par ailleurs, les 70.000.000 de galons d’eau de consommation quotidienne dans cette région qui comprend les villes de Panama et de Colon, proviennent des lacs du canal ; il en faudra 200.000.000 de galons par jour en l’année 2000 lorsque la population aura dépassé les 2.000.000 d’habitants.

38Le problème éveille l’intérêt du gouvernement panaméen depuis la signature des Traités sur le Canal de Panama, le 7 Septembre 1977 et sa récente mise en vigueur, car la nouvelle association avec les Etats-Unis pour l’administration et la défense de la voie interocéanique jusqu’à l’année 2000, le fait qu’elle doive en assurer le plein contrôle à partir de cette date, imposent à la République de Panama des responsabilités nouvelles et des possibilités accrues de protéger l’environnement national.

8. Les nouveaux traités avec les Etats-Unis

39Jusqu’à présent, une bonne partie du bassin hydrographique, le 1/4 environ, était incluse dans l’ancienne Zone du Canal sous juridiction nord-américaine.

40Avec la disparition de la Zone du Canal comme entité juridictionnelle, la République de Panama a octroyé aux Etats-Unis certains droits d’usage sur la voie d’eau elle-même et sur les terres voisines qui représentent seulement un tiers de l’ancienne Zone.

41Par ailleurs, les deux pays se sont engagés à se consulter et à collaborer « de la manière appropriée pour assurer l’attention nécessaire à la protection et à la préservation de l’environnement » de la République de Panama (Traité du Canal de Panama du 7 Septembre 1977, article VI). On a également créé la Commission Mixte sur l’Environnement, mécanisme binational et paritaire chargé de veiller à l’exécution des responsabilités de protection de l’environnement et en particulier de l’approvisionnement en eau du bassin hydrographique du canal.

42Après une reconnaissance de la situation actuelle, à travers des enquêtes et des études préliminaires, la Direction Générale des Ressources Naturelles Renouvelables (RENARE) du Ministère du Développement de l’Elevage et de l’Agriculture, du côté de la République de Panama, et la Commission du Canal de Panama qui assure le fonctionnement de la voie interocéanique, du côté des Etats Unis, coordonnent les actions qui visent à protéger les terres encore recouvertes de forêts, à reboiser les espaces qui en ont besoin et à développer un programme de préservation des sols et d’amélioration des pâturages.

43Aujourd’hui il reste seulement deux grands blocs de forêts tropophiles qui renferment une flore et une faune naturelles, riches et variées : le centre de l’ancienne Zone du Canal et la vallée haute du Chagres et de ses affluents.

44Trois espaces de réserves écologiques et de parcs nationaux sur les hauteurs de Campana, à la source du Chagres, et sur le Chemin de l’Oléoduc (dans l’ancienne Zone du Canal) vont couvrir un tiers du bassin hydrographique du canal. Là se trouve aussi l’île de Barro Colorado, dans le lac Gatun, réserve écologique depuis 1924, qui a été déclarée « Monument Naturel » d’après les termes de la « Convention pour la protection de la flore, de la faune et des beautés naturelles des pays d’Amérique » ; elle est administrée depuis 1946 par la « Smithsonian Institution » et son Laboratoire de Recherches Tropicales de Panama.

45Le reboisement se réalise au moyen de plantations commerciales, de la sylviculture agricole (système taunyua) et des forêts mixtes avec des cultures permanentes.

46Finalement, le programme de conservation des sols va se baser sur un meilleur contrôle aréolaire et verticale tandis que l’amélioration des pâturages implique la substitution de la faragua qui favorise l’érosion et la sédimentation conséquente, par des herbes comme Brachiaria decumbens ou Brachiaria radicans.

9. Conclusion

47Dans l’Isthme de Panama, nous observons, lié à un des principaux axes de communication du monde, un modèle petit mais intéressant de création et de développement accéléré de franges pionnières dans les tropiques humides.

48La disparition du paysage naturel dans l’isthme central de Panama est le résultat d’un phénomène relativement nouveau, la naissance et la formation de campagnes de type traditionnel, et l’ampliation d’espaces urbains et suburbains grâce à la vigueur nouvelle d’une société en croissance et en mouvement. Toutefois, les formes spontanées de l’organisation de l’espace peuvent être sensiblement modifiées par l’action volontaire de deux Etats qui ont décidé, à travers un instrument contractuel de grande signification politique en Amérique Latine, de participer très activement à la protection de l’environnement près du bassin hydrographique du canal et d’éviter ainsi une diminution de l’efficacité de la voie interocéanique.

49Le cas que nous avons présenté, offre un exemple d’une frontière artificielle, celle de la Zone du Canal où le désaccord persistant de deux pays a empêché le meilleur fonctionnement d’une région géographique complexe, très dépendante du régime hydrologique du bassin du Canal de Panama. Seul le temps pourra dire si la volonté politique de deux pouvoirs souverains unis par les nouveaux accords, vaincra les tendances naturelles de la croissance urbaine et de la colonisation agraire dans l’isthme central de Panama et assurera ainsi un développement plus équilibré d’une région essentielle pour le transport maritime international.

LA POPULATION DU BASSIN DU CHAGRES

LA POPULATION DU BASSIN DU CHAGRES

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1446/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1446/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre LA POPULATION DU BASSIN DU CHAGRES
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1446/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Auteur

Université de Panama

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter