Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(A) Grands aménagements et modèles techniciens

Discussions et commentaires

Texte intégral

1COMMENTAIRE DE P. MONBEIG

2Il faut souligner cette importance du tourisme international. La croissance urbaine, celle des classes moyennes sont des facteurs essentiels du développement du tourisme international (par exemple au Brésil).

3QUESTION DE P. GEORGE à G. CAZES et E. GOMSEN

4Dans le cas de la Polynésie française – d’après la thèse de B. Grossat – le tourisme est envisagé comme économie de relais, par rapport au Centre d’expérimentation du Pacifique dont les fonctions, et par voie de conséquence la capacité d’emploi risquent de s’effacer dans le proche avenir. On peut évoquer le cas de concurrence entre tourisme et agriculture dans les pays arides et semi-arides quant à l’usage de l’eau dont l’hôtellerie touristique est très forte consommatrice.

5REPONSE DE G. CAZES

6Il ne suffit pas, suivant la désormais célèbre formule « small is beautiful », de préconiser des aménagements moins massifs, dispersés dans le milieu d’accueil mais il faut bien s’interroger sur leur origine et leurs promoteurs. Le pouvoir du système peut rester le même comme dans la Casamance sénégalaise où les équipements d’accueil dans les villages (une innovation intéressante) sont utilisés dans le cadre de circuits organisés par de puissants promoteurs de vacances étrangers.

7COMMENTAIRE DE C. COLLIN DELAVAUD

8Deux mots clefs ont été prononcés : concertation et secteurs pionniers privilégiés. Dans le premier cas, les rapports entre aménageurs et bénéficiaires s’ignorent tragiquement et dans le second cas, la création d’un secteur suffisant de très gros investissements suppose une agriculture productive et rentable qui introduit en pleine zone aride déshéritée mais parfois fort peuplée un périmètre d’irrigateurs à revenus correspondant à une économie de marché liée à une production intensive et spécialisée.

9COMMENTAIRE DE G. LASSERRE

10Mr COLLIN DELAVAUD nous a montré l’intérêt de la comparaison géographique entre les deux régions pétrolières de l’Oriente péruvien et équatorien. Au Pérou, il s’agit d’un isolat énergétique qui n’a eu aucun effet d’entrainement. Aucun secteur pionnier agricole, faute de route, n’a accompagné la découverte pétrolière. Au contraire, en Equateur, la présence de routes a permis la colonisation agricole. Malheureusement, cette colonisation n’a pas été un succès les 6 à 7.000 colons installés et le gouvernement se préoccupe de procéder à de nouvelles recherches permettant de définir un « modèle » d’utilisation des terres neuves.

11COMMENTAIRE DE C. COLLIN DELAVAUD

12On a vu avec l’Amazonie brésilienne que le choix entre une petite colonisation populaire lâchée le long des routes et laissée à elle-même d’une part et la grande entreprise géante agroindustrielle d’élevage était catastrophique. Or, c’est moins la route transamazonienne, en terre ferme, au delà de la ligne des rapides et chutes, sur les boucliers minéralisés, qui parait illogique que toute la politique pionnière basée sur l’extensivité : petite exploitation sur brûlis ou élevage sur savane. Est-ce que le moment n’est pas venu de penser à effectuer des colonisation de cultivateurs intensifs, denses, ce qui permet un encadrement serré à meilleur coût. Ou encore si l’on doit faire une agriculture intensive, le reste du Brésil, pour ne pas dire de toute l’Amérique Latine ne doit-il pas être l’objet d’une intensification des cultures là où se trouvent déjà les populations sans les jeter sur les routes et les établir à très grand coût sur des terres libres mais à potentiel naturel limité au départ.

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter