Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(A) Grands aménagements et modèles techniciens

Une nouvelle colonisation industrielle : impact des grands aménagements, travaux et industries en milieu rural*

Jean Revel-Mouroz

Texte intégral

  • * Ce texte est une version modifiée d’un rapport préparé dans le cadre de l’Action Thématique Progra (...)

1Depuis deux décennies, foyers extractifs, industriels et grands équipements énergétiques se mettent en place dans les zones périphériques des pays du Tiers Monde.

2Décidés en fonction d’objectifs relevant avant tout du processus d’intégration économique nationale et de la demande internationale en matières premières minérales et en énergétiques, ces nouveaux complexes et aménagements instaurent de nouvelles logiques d’organisation économique, sociale, spatiale : celles de la grande entreprise publique ou transnationale.

3Cette colonisation industrielle, qu’elle ouvre réellement de nouveaux espaces par une avancée pionnière des barrages, des mines ou des villes champignons du pétrole et de la sidérurgie, ou qu’elle s’opère dans un milieu rural traditionnel, s’appuie sur un système d’enclaves réorganisant l’espace, réorientant les flux de population, introduisant de nouvelles bases économiques et de nouvelles mentalités.

4Qu’il soit « archaïque » ou traditionnel, le milieu rural subit ces impacts, doit s’adapter à un changement des finalités sociales imposé à l’occasion du changement technique, et participe rarement à l’élaboration d’aménagements conçus par les décideurs de l’échelon national.

5Dans ce processus de changement brutal, on ne retiendra ici que trois points directement liés aux phénomènes de « frontière » :

  • certains grands aménagements concurrencent les agriculteurs existants ou potentiels pour l’usage de la terre, et provoquent des mouvements de colonisation compensatoire ;
  • créateurs de villes nouvelles et d’un nouveau marché urbain, les nouveaux foyers favorisent-ils une expansion agricole régionale, voire une agriculture pionnière ?
  • les flux migratoires liés à la construction des équipements et des villes nouvelles se caractérisent par une grande variabilité dans le temps, elle même associée au boom puis à la stabilisation de l’activité.

I. L’INTRUSION DES GRANDS AMENAGEMENTS

6L’irruption des grands équipements et foyers industriels, dans une première phase, ampute, prive le milieu rural existant ou potentiel d’un certain nombre de ses moyens de production ; dans la phase ultérieure de fonctionnement, la priorité donnée à la production industrielle ou énergétique introduit des contraintes dans l’utilisation par l’agriculture des ressources en terre et en eau théoriquement disponibles pour une expansion agricole.

La concurrence pour l’usage de la terre

7Les nouveaux foyers industriels-urbains sont consommateurs d’espace rural, mais ces empiètements demeurent de l’ordre du millier ou de quelques milliers d’hectares (le maximum semble atteint avec les 17.000 has de Ciudad Guayana), ce qui est très inférieur aux occupations de terres par les activités extractives dispersées (cas du pétrole) et surtout à celles dues aux ennoiements par les lacs de barrage : ainsi le barrage de Guri, sur le Rio Caroni, au Vénézuéla, doit entraîner l’inondation de 330.000 hectares.

Le cas des zones industrielles et des villes nouvelles

8La situation est très différente selon la densité du peuplement et de l’activité agricole existant avant la création du foyer nouveau. Dans le Tamilnad indien, les 4.500 has du complexe du lignite de Neyveli ont supprimé 11 finages villageois et expulsé 6.100 familles, alors que la sidérurgie de las Truchas, au Mexique, n’affecte que 1.700 has et 150 ejidatarios, soit quinze fois moins de familles par hectare exproprié ; il est vrai que les densités de population de ces régions d’accueil étaient respectivement de 150 et 22 habitants/km2 quand l’industrie y fit irruption.

9On doit donc distinguer entre les complexes extractifs-industriels localisés sur les matières premières, surgissant au gré des découvertes, et de plus en plus dans des zones périphériques, sous-peuplées (du type Cd.Guayana au Vénézuéla, ou Moanda au Gabon), et les complexes établis à proximité de villes-capitales traditionnelles, au milieu de régions agricoles dont la mise en valeur est ancienne et le peuplement dense (comme les pôles industriels de Salvador, s’étendant sur les terres agricoles du Recôncavo de Bahia, au Brésil, ou comme la raffinerie d’Arzew, occupant les vignobles du plateau de Mahgoun, en Algérie).

  • 1 René PIÉTRI. Los Hombres y el Espacio. dans : Francisco Zapata Editeur. Las Truchas : Acero y Soci (...)

10C’est en effet une tendance générale : zone industrielle, urbanisation spontanée et – ce qui est plus grave – urbanisation planifiée, occupent de préférence les zones planes, déjà défrichées, déjà desservies par des axes de communication, c’est-à-dire précisément les zones agricoles. Si la raffinerie de pétrole de Cadereyta, dans le nordest du Mexique, n’a guère supprimé que des terres d’élevage, les lotissements pour travailleurs pétroliers s’y sont construits sur des terres irriguées, en dehors du périmètre urbain légal. Le manque de prévision concertée et d’entente entre aménageurs de districts irrigués) conduit au gaspillage du potentiel agricole, stérilisé par nageurs de districts irrigués) conduit au gaspillage du potentiel agricole, stérilisé par les logements précaires des nouveaux immigrés urbains et par les lotissements planifiés conçus dans des bureaux lointains. Ainsi à Las Truchas, « les expropriations prévues pour l’agrandissement de la zone urbaine pourraient affecter dans le futur plus de 2.000 hectares de terres agricoles déjà équipées de canaux d’irrigation » (R. Pietri, 1978)1 amputant ainsi un district irrigué venant tout juste d’être mis en service.

  • 2 Cf. Jacqueline BEAUJEU-GARNIER. Efectos de la implantación de la actividad moderna en el seno de u (...)

11Si certaines localisations sont rendues inévitables, comme celles des unités d’extraction du pétrole ou du gaz naturel, par les caractéristiques des gisements, et sacrifient des milliers d’hectares de cultures au nom d’une fatalité technique, ce que l’on a pu constater dans le Recôncavo de Bahia2, en revanche trop souvent les nouvelles zones industrielles-urbaines ont été établies sans donner une priorité aux sites impropres à l’agriculture.

Le cas des grands barrages hydroélectriques

12L’ennoiement des fonds de vallée par les lacs de barrages entraînent des expropriations massives de terres agricoles, et pose le problème du recasement des populations déplacées. Là encore la question est de savoir comment sont fixées les priorités : pousser au maximum l’équipement hydroélectrique devant approvisionner industries et villes, sans considération des changements brutaux imposés aux populations rurales, ou bien limitation volontaire des équipements pour sauvegarder les intérêts des populations qu’ils affectent.

13Si les projets officiels n’ignorent pas systématiquement cette question de la prise en compte de la contrainte sociale comme élément non négligeable du choix technique, ils l’envisagent – s’ils le font – sous l’angle des coûts financiers.

  • 3 Note de Christian TAILLARD sur le rapport présenté pour l’Α.Τ.Ρ.

14Dans le cas de l’équipement du Mékong, la prise en considération des « coûts sociaux dans la recherche du financement international des projets... a eu pour effet... de revoir les hypothèses retenues pour le premier barrage prévu sur le cours principal : Pa Nong » (C. Taillard, 1979)3. Le dilemne des aménageurs était que :

  • 4 Pa MONG, Key to the development of the Lower Mekong. Data Sumary. 1973. p. 16.

15« tout barrage construit suffisamment haut pour inonder ces régions (bassin de Loai en Thaïlande et bassin de Van Vieng au Laos) créera la nécessité d’un recasement pour un grand nombre de personnes, ou de la réalisation d’aménagements coûteux pour les protéger de l’ennoiement. D’un autre côté, plus le barrage sera bas, moins il produira d’électricité, première base économique de tout projet hydraulique. Tel est le problème crucial »4.

  • 5 Véronique LASAILLY. Une opération de développement intégré en Côte d’Ivoire Centrale : l’opération (...)

16Les événements de 1975 ont dans ce cas rejeté ce choix difficile dans un futur indéterminé. Mais ailleurs la solution adoptée est simple : la population rurale est déplacée. La construction du barrage de Sobradinho (Brésil) a ennoyé plus de 4.000 km2, dont les terres les plus fertiles de la région, et déplacé 80.000 personnes (cf. note 10) ; avec actuellement quelque 1.000 km2, le lac du barrage de Kossou (Côte d’Ivoire) entraîne le transfert de 150 villages et 75.000 personnes, mais « Kossou devrait fournir régulièrement 530 millions de Kwh par an, couvrant ainsi en grande partie les besoins énergétiques du pays ». (V. Lassailly, 1978)5.

Le recasement des villageois déplacés

17Cette opération est l’occasion pour les organismes publics d’introduire des transformations dans les systèmes de production paysans, de les intégrer à l’économie marchande, de mettre en place des systèmes d’encadrement contrôlés par l’Etat. Toutefois des manifestations de résistance, de fuite devant les changements qui leur sont imposés, sont enregistrées chez les agriculteurs traditionnels, qui vont parfois jusqu’à une reconversion inattendue, mais spontanée, de leur activité principale, pour éviter l’exode hors de leur pays natal.

18Au Mexique, grand pays d’aménagement hydraulique et de déménagement de communautés rurales, on note clairement cette évolution de la politique de recasement (ou reacomodo), qui dans les années 50 visait simplement à faciliter un déplacement nécessaire, et qui aujourd’hui cherche à utiliser le recasement pour promouvoir la colonisation planifiée de terres vierges et un certain type de collectivisation de la production agricole.

  • 6 Cf. David Mc MAHON. Antropología de una presa. Los mazatecos y el proyecto del Papaloapan. Institu (...)

19Dans les années 1956-57, à la suite de la construction du barrage Miguel Aleman, sur le Rio Tonto, la Commission Exécutive du Bassin du Papaloapan, dépendance du Ministère des Ressources Hydrauliques, tente d’organiser en accord avec l’Institut National Indigéniste le déplacement de 20.000 indigènes Mazatèques. Pour ceux qui furent envoyés coloniser des forêts de l’Etat de Oaxaca, l’encadrement fut temporaire ; faute d’appui financier durable l’agriculture moderne fut abandonnée pour le système traditionnel du brûlis, dont les cycles provoquèrent à leur tour une émigration pour la recherche de nouvelles terres. Finalement les mazatèques qui refusèrent de partir s’établirent au voisinage du lac, achetèrent les terres de grands propriétaires ladinos (métis), développèrent des plantations de café et purent profiter des nouveaux services médico-sociaux de la petite ville d’Ixcatlan. La vie locale et communautaire a pu survivre en s’adaptant alors que les communautés déplacées au loin régressaient6.

20Dix ans plus tard, l’équipement hydroélectrique du Haut-Grijalva (Etat de Chiapas) était à la source de tensions et de conflits en chaîne. Les ejidatarios (allocataires de la Réforme Agraire) expropriés par le barrage de la Angostura refusaient d’être recasés dans une zone de colonisation de la selva ; demeurant dans la vallée, ils déplacèrent leurs hameaux vers le haut des versants, occupant de grandes exploitations d’élevage privées. Les heurts se multipliant, l’armée dût intervenir dans la zone de Venustiano Carranza ; le gouvernement mexicain cherchait alors une solution en rachetant des terres aux éleveurs pour les attribuer aux éjidatarios. La construction du barrage avait servi de révélateur et de catalyseur de tensions agraires communes à l’ensemble du monde rural mexicain.

  • 7 Cf. Elizabeth ALLEN. Uxpanapa : tropical resettlement in progress. Texte pour le Geographical Maga (...)

21Enfin la construction du barrage Cerro de Oro (sur le Rio Sto Domingo, Etat de Veracruz) a affecté en 1973 51 ejidos ; 20 seulement acceptaient de s’intégrer à un projet officiel de recasement-colonisation intégrale à Uxpanapa (Isthme de Tehuantepec), les autres cherchant des solutions autonomes dans la région même. Pourtant ce projet offrait 45.000 has agricoles, 13 villages équipés, une assistance technique. Mais précisément, pour les 4.500 familles déplacées, ce passage d’une agriculture manuelle, individuelle, à une grande agriculture commerciale, mécanisée, collective, implique également l’encadrement par des autorités techniques-gestionnaires (Commission du Papaloapan) et financières (BANRURAL) qui transforme un ejidatario indigène en salarié des organismes d’Etat7.

  • 8 Cf. Zouheir FARAH. L’expérience syrienne d’aménagement de la vallée de l’Euphrate. Communication a (...)
  • 9 Commentaire de Françoise METRAL au pré-rapport présenté pour l’Α.Τ.Ρ. 1979.

22On retrouve cette situation d’un Etat dont le dirigisme ne va pas jusqu’à une contrainte absolue, et qui doit composer avec un monde rural résistant au modèle de changement proposé, dans le cas de la Syrie et des aménagements de l’Euphrate. Le barrage de Tabqa supprimant 43 villages, touchant 60.000 personnes, un projet pilote était créé à proximité, sur 18.000 has ; 15 villages nouveaux étaient construits et dotés de tous les services urbains ; la réinstallation devait là encore s’accompagner d’une opération de Réforme Agraire et de modernisation agricole8. Mais les populations « ont préféré rester sur place et vivre de l’élevage et cultures sèches, en attendant que l’irrigation viennent jusqu’à elles, plutôt que d’être immédiatement recasées, après déplacement, dans les villages et les structures prévues pour elles ». (B. Metral, 1979,9).

23Partout, l’enracinement des populations paysannes villageoises s’oppose à la « formule totalitaire » des aménagements prétendant substituer un « cultivateur-type » et un espace rural géométrique aux mosaïques, « aux collections de cas particuliers » ; face à ce modèle où :

  • 10 Gilles SAUTTER. Dirigisme opérationnel et stratégie paysanne, ou l’aménageur aménagé. L’espace Géo (...)

24« Manifestement, ce n’est pas du terrain qu’on est parti, des besoins locaux, des spécificités, des attentes, des aptitudes disponibles... La communication s’est faite par le haut, c’est-à-dire les Ecoles, les revues spécialisées, les rencontres au niveau des capitales, les cénacles internationaux. Experts de tous les pays, unissez-vous ! » (G. Sautter, 1978)10.

  • 11 Cf. note (5) p. 360.

25Le monde rural esquisse des solutions qui lui sont propres, en utilisant la force des liens ethniques, des structures familiales et lignagères. Ainsi les populations baoulé expulsées par le lac de Kossou refusent de partir pour une forêt lointaine où une « Autorité pour l’Aménagement du Sud-Ouest » les prendrait en charge, mais veulent « être réinstallées à la périphérie du lac, au sein de leur propre sous-groupe ethnique » (V. Lassailly, 1978)11, quitte à rentrer dans une autre zone d’aménagement public.

  • 12 Cf. note (3) p. 359.

26En Thaïlande, les polyculteurs vivriers évincés par la retenue de la Nam Pong en 1965, ont préféré se transformer en pêcheurs pour la vente, plutôt que de chercher à se recaser dans des périmètres en aval du barrage, « où se posent des problèmes fonciers et donc politiques avec les populations en place » (C. Taillard, 1972)12.

  • 13 Cf. note (3) p. 359.

27L’évaluation de ces opérations d’aménagement hydroélectriques ne peut se limiter à la question du recasement. Il faut faire intervenir, du point de vue des aménageurs, l’importance accrue donnée aux investissements « sociaux ». Les autorités mexicaines n’investissaient que 2,6 millions de dollars dans la zone de reacomodo du barrage Aleman, mais prévoient aujourd’hui 80 millions pour le projet Uxpanapa (colonisation, infrastructures). Dans le cas de l’aménagement du Mékong le Comité International estimait à 1,6-1,1 % du financement global le coût « social » (recasement, santé, main d’œuvre...), ce « qui dépassait la capacité de financement des pays riverains » (C. Taillard, 1979)13 et posait le problème de la révision des plans initiaux de financement international.

28De même il faut apprécier les changements dans l’ensemble de l’espace aménagé, en amont et en aval de l’équipement :

  • 14 Mohamed NACIRI. Commentaire au pré-rapport présenté pour l’Α.Τ.Ρ. 1979.

29« Si les disparités de revenus s’accroissent entre habitants du bassin versant, soumis au phénomène du cantonnement ou à l’éviction de leur milieu, et les bénéficiaires de l’eau et de la terre irriguée, c’est que l’aménagement n’a pas atteint ses objectifs. Mais si par l’intermédiaire de récupération de la plus value, de systèmes de redistribution du revenu, la population d’amont et d’aval bénéficie des produits de la croissance, les objectifs de l’aménagement peuvent être considérés comme atteints » (M. Naciri, 1979)14.

Un impact indirect : aménagement « écologique » et déprise agricole

30Le plus souvent, à l’échelle locale, aménagements, barrages, complexes industriels apparaissent comme destructeurs du milieu d’accueil que ce soit directement (ennoiement des vallées) ou indirectement (à Neyveli-Inde — les villageois évincés par le complexe du lignite ont été réinstallés dans une réserve forestière ; de même à Kossou-Côte d’Ivoire —, 30.000 hectares de forêts classées ont été déclassées par le Ministère de l’Agriculture pour accueillir les populations déplacées par le barrage). Mais ce qui compte avant tout, c’est que le foyer industriel ou énergétique produise, et si l’intérêt de la production exige une protection du milieu naturel, l’aménageur se fera écologiste.

31Dans cette logique, on relève, depuis le début des années 70, des exemples où la préservation du potentiel hydroélectrique d’un bassin a entraîné une réglementation stricte des activités agricoles et forestières : dans le bassin de l’Orénoque-Caroni, au Vénézuéla, le fonctionnement des équipements hydroélectriques programmés apparaissant comme menacé à terme par une érosion comblant rapidement les lacs réservoirs, le gouvernement vénézuélien et la Corporation vénézuélienne de Guyane ont « neutralisé » une grande extension de la Gran Sabana : dans le cadre du Parc national de Canaima, le brûlis indigène, rendu responsable de la savanisation et de l’érosion, a été interdit, de même que l’introduction de troupeaux.

32On observe le même enchaînement d’actions au Mexique, dans le bassin du Grijalva-Usumacinta. La colonisation indigène spontanée en Lacandonie, destructrice de la forêt, a été reprise en mains par les autorités de la Réforme Agraire ; les colons indigènes dispersés en hameaux sont reconcentrés dans quelques villages où l’on prétend les convertir à une horticulture intensive, voire au tourisme ou à l’artisanat. Là aussi des milliers de km2 ont été soustraits théoriquement à l’agriculture nomade, avec la création d’un parc national et d’une réserve fédérale (liée au programme Man and Biosphere de l’UNESCO).

  • 15 Cf. note (3).

33Protection de la forêt et protection du potentiel hydroélectrique se retrouvent ici pour stériliser l’espace rural potentiel des populations autochtones, dont le mode d’existence est remis en cause ; il est vrai que dans ces cas mexicain et vénézuélien un troisième facteur joue : une situation frontalière impliquant un contrôle accru des populations indigènes par l’Etat. C’est exactement cette figure que l’on retrouve en Thaïlande : les autorités ont interdit les brûlis pour lutter contre la déforestation et l’alluvionnement en amont des barrages, mais ces mesures visaient également à contrôler politiquement des minorités dans des zones frontière15.

II. LA CROISSANCE DES NOUVEAUX FOYERS INDUSTRIELS-URBAINS : UNE INCITATION AU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ?

34La création d’un foyer industriel-urbain semble a-priori être un élément favorable au développement agricole local ou régional, par les infrastructures et services polyvalents accompagnant usines et villes nouvelles, et par l’apparition d’un marché de consommation – les nouveaux urbains – pour les produits agricoles.

1. Le désenclavement

35L’existence d’un réseau de transport détermine directement l’aire d’influence des villes sur le milieu rural et le degré de pénétration des productions marchandes.

  • 16 Hervé THERY. Note sur le rapport présenté à l’Α.Τ.Ρ. 1979.

36Certains foyers industriels nouveaux, créés au voisinage de centres urbains, dans des régions déjà équipées, ne modifient guère l’infrastructure de communications, sinon à l’échelle locale. Au Brésil : « Les nouveaux foyers sont presque tous côtiers et ne nécessitent pas de voies d’accès nouvelles, si ce n’est parfois pour leur amener les matières premières de l’intérieur (chemin de fer Carajas-Itaqui) ou l’énergie (ligne à haute tension Paulo Afonso-Salvador) » (H. Théry, 1979)16.

37La construction d’axes spécialisés (oléoducs, gazoducs, ferroducs, téléphériques, lignes à haute tension...) perturbe d’ailleurs le milieu rural traversé, sans contrepartie directe : dans la Chontalpa, au Mexique, le gazoduc a tranché à vif dans une zone agricole récemment réaménagée à grand frais par des organismes publics.

38Les infrastructures polyvalentes, comme la route ou le chemin de fer, désenclavent l’économie agricole des zones où elles passent ; de nouvelles productions marchandes peuvent être envisagées et de nouveaux circuits commerciaux s’établir.

  • 17 Cf. Claude COLLIN DELAVAUD. Chimbote ou la croissance industrielle mal contrôlée. dans : L.A.111. (...)

39Mais dans l’ensemble des régions périphériques, seuls les investissements dans le pétrole, l’électricité, la mine, qui exigent l’ouverture de routes de pénétration (pour les travaux) et de voies ferrées d’évacuation, permettent le désenclavement rural. La Sierra d’Ancash (Pérou) trouve une sortie pour ses produits agricoles lorsque le chemin de fer est rentabilisé par la création du pôle industriel de Chimbote17. Au Mexique, la route construite à l’occasion des travaux du barrage hydroélectrique « El Infiernillo », permet la colonisation de la côte pacifique du Michoacan par des plantations. Le chemin de fer transgabonais, lié à l’exploitation du manganèse, et dont les travaux sont en cours, devrait relancer l’exploitation forestière et donner un exutoire aux produits agricoles encore peu commercialisés.

  • 18 Pierre VENNETIER. Les villes d’Afrique Tropicale Masson. Coll. Géographie. 1976. pp. 177-178.

40« Le marché urbain ouvre de telles perspectives de commercialisation... que si la route ne vient pas juqu’aux villages, ce sont les villages qui vont à la route... Au Congo, la route ouverte à travers la forêt dense et inhabitée pour joindre Pointe-Noire au site du barrage sur le Kouilou, a vu en peu d’années se former tout un liseré de villages dont les habitants ont abandonné des sites isolés pour profiter de l’aubaine. De larges pans de forêt ont été abattus et remplacés par de grandes parcelles de manioc destinées à l’approvisionnement du marché urbain » (P. Vennetier, 1976)18.

  • 19 Jean-François TROIN. Note pour le pré-rapport présenté à l’Α.Τ.Ρ. 1979.

41Les routes nouvelles desservant la sidérurgie de Las Truchas (Mexique) ont donné aux producteurs agricoles la possibilité d’entrer en contact direct avec les marchés extérieurs, de rompre le monopole de quelques intermédiaires locaux. Mais : « le désenclavement est une arme à double tranchant : il peut faciliter la diffusion de productions agricoles, mais aussi la main-mise par le négoce urbain sur la commercialisation rurale » (J.F. Troin, 1979)19.

42De toute façon, le désenclavement n’est un impact spécifique des implantations énergétiques et industrielles que dans les zones où les contraintes du milieu naturel et les distances grèvent les réalisations routières ou ferroviaires de coûts que les « décideurs » jugeraient exhorbitants pour le développement du seul potentiel agricole.

2. Une agriculture nouvelle orientée vers le marché local ?

43L’implantation des foyers industriels, par la création de villes ou quartiers nouveaux, et par la distribution de hauts salaires, crée une demande alimentaire urbaine ; comment l’agriculture locale ou régionale répond-elle à cette demande, comment change-t-elle sous l’influence du nouveau champ de forces exercé par le pôle industriel-urbain ?

44L’articulation entre l’agriculture et la ville existe : en, Inde (Neyveli), au Gabon (Moanda), des villages traditionnels accueillent paysans, mais aussi salariés des entreprises industrielles et employés des services ; là se pratique une agriculture de case couvrant les besoins des nouveaux villageois et vendant les surplus à la ville proprement dite. L’agriculture pénètre même la ville :

  • 20 Guy LASSERRE. La Compagnie Minière de l’Ogooué (COMILOG), son influence locale, régionale, et nati (...)

45« Les quartiers périphériques de l’agglomération (Moanda) ont conservé leur aspect rural, et les villages sont entourés de manioc, de maïs, de taro, de bananiers, de palmiers et d’arbres fruitiers variés... une station avicole (vend sa) production à la ville » (G. Lasserre, 1978)20.

46Au Brésil, le grand chantier de construction de Brasilia, sa création ex-nihilo, a été suivi de la constitution d’une ceinture agricole occupée par une population allogène.

  • 21 Cf. note (19) p. 364.

47Mais ces deux formes d’articulations, l’une reproduisant l’autosubsistance, l’autre où : « il y aurait... réelle diffusion d’une agriculture marchande autour de ces pôles industriels », comme avec ces exploitations des lointaines banlieues d’Annaba, livrant aux marchés de gros, aux coopératives de production21, restèrent très marginales, du moins dans le domaine latino-américain. Ici l’approvisionnement urbain demeure dépendant d’importations de zones agricoles extérieures à la région, voire de l’étranger (cas de Cd. Guayana, au Vénézuéla, où l’on importait de la viande d’Amérique Centrale).

48Dans le territoire brésilien d’Amapa, le boom urbain provoqué à Macapa par l’exploitation du manganèse n’a pas entraîné l’agriculture. En 1965, ce territoire :

  • 22 Pierre GOUROU. Leçons de Géographie Tropicale. Mouton. 1971. pp. 226-227.

49« à peine peuplé, et sous un climat permettant des récoltes en toute saison, ne parvient pas à s’alimenter sur place. Il faut importer farinha (manioc), riz, haricots... sucre... bétail... poisson » ... la superficie récoltée effectivement chaque année est de 6.131 hectares (pour 80.000 habitants) (P. Gourou, 1971)22.

50Le manque d’intégration des projets industriels et agricoles, dès leur conception, conduit à ce que les spéculations agricoles ou pastorales amorcées au voisinage des nouveaux foyers soient plutôt orientées vers le marché national ou international. Le foyer permet le désenclavement, une agriculture plus commerciale, mais ne constitue pas le marché principal, ni le centre directeur du réseau commercial ; toute une série d’exemples mexicains le démontre :

  • les ranchs de la Huastèque pétrolière approvisionnent d’abord Mexico ;
  • c’est de la canne à sucre ou des fourrages que l’on plante dans le district d’aménagement de la Chontalpa, et non les productions vivrières, que pourraient absorber les villes du pétrole voisines (Minatitlan, Villahermosa...) ;
  • le programme de la Commission du Balsas avait prévu de cultiver du riz, dans le district de Las Truchas, avec un marché local et régional, mais le développement agricole réel concerne les fruits, exportés aux Etats-Unis, et l’élevage23.

51Au niveau des spéculations, espace agricole et espace des foyers demeurent déconnectés.

  • 24 Cf. Jean REVEL-MOUROZ. Le Haut-Delta de l’Orénoque : un grenier pour Ciudad Guayana ? Bull. Assoc. (...)

52Pourtant l’idée d’intégration n’est pas étrangère aux aménageurs et la Corporation Vénézuélienne de Guyana (C.V.G.), responsable du foyer de Ciudad Guayana, a tenté de transformer le haut-delta de l’Orénoque en « grenier de cette ville » ; elle s’est lancée dans un grand aménagement hydraulique et agricole présenté comme complémentaire des aménagements industriels-urbains. Après douze années d’investissements (1966-1978), l’aménagement agricole piétinait, erreurs techniques et pauvreté des ressources humaines locales l’empêchant de suivre le rythme de la croissance urbaine et industrielle24.

53Les rares exemples de réussite dans l’intégration du foyer industriel-minier et de l’économie rurale (mais au prix de quels coûts sociaux) doivent être cherchés dans le passé :

54« La Compagnie Minière Cerro de Pasco, au Pérou, avait enrichi son enclave minéro-métallurgique d’une enclave agro-pastorale, par achat d’haciendas, expropriation et spoliation de communautés indigènes ; l’enclave d’élevage atteignait 247.000 has quand elle fut expropriée à son tour, par la Réforme Agraire, en 1969 ».

55Ce système de double enclave était fréquent, au début du siècle, dans les exploitations minières mexicaines. Ainsi « l’empire » de la famille Greene, dans le Sonora, réunissait mines, voies ferrées, exploitation forestière et grand élevage ; grande société minière et latifundio se confondaient dans une même unité économique. C’était finalement un système proche de l’époque coloniale, où les mines royales et leurs villes étaient approvisionnées en aliments et animaux par des zones agro-pastorales satellites.

  • 25 Roberto SANTANA. Remarque sur le pré-rapport. 1979.

56Aujourd’hui le foyer industriel-urbain semble créateur, non pas tant d’une agriculture dont il polariserait la production, que d’une impulsion à la modernisation, et d’un nouveau groupe de propriétaires fonciers et exploitants comptant des étrangers à la zone rurale d’accueil. Le foyer, plutôt qu’assurer la simple reproduction de liens ville-campagne où les notables traditionnels joueraient le rôle principal, accélère « l’installation d’un autre pouvoir rural aux caractères plus modernes » (R. Santana, 1979)25, celui des aménageurs, des techniciens, des bureaucrates, et des sociétés contrôlant les marchés extérieurs des nouvelles spéculations agricoles.

III. CREATION D’EMPLOIS ET MOUVEMENTS MIGRATOIRES

57Les effets locaux et régionaux les plus évidents des nouveaux foyers industriels et des grands travaux sont, outre le phénomène de ville nouvelle, la multiplication des emplois (directs et indirects) et le déclenchement des migrations du travail. Dans quelle mesure les ruraux participent-ils à ces migrations et bénéficient-ils des nouveaux emplois ?

1. L’insertion des ruraux dans les emplois secondaires et tertiaires

58Les nouveaux « pôles » sont souvent présentés comme la base d’un développement régional, le sous-emploi chronique des campagnes devant être absorbé, après migration, par les emplois industriels et les emplois induits. Le Plan National de Développement urbain mexicain (1978) celui du Développement Industriel (1979) définissent des zones prioritaires pour l’investissement public, en fonction de deux critères jugés essentiels : leur capacité à absorber de la population et leur localisation par rapport aux ressources naturelles ; cela a conduit à placer les foyers sidérurgiques et pétrochimiques côtiers en tête des zones prioritaires.

59Certes les créations d’emplois par les complexes industriels, miniers sont importants : 2.000 emplois directs pour la mine et le transport du manganèse (foyer de la COMILOG, au Gabon), 4.100 prévus dans le complexe charbonnier du Zulia (Vénézuéla), 21.000 dans le complexe indien du lignite (Neyveli), 20.000 ouvriers et employés dans l’usine sidérurgique d’Ariamehr (Iran), 4.500 pour la première phase de la sidérurgie de Las Truchas (Mexique).

60Mais qui profite de ces emplois ? Les autochtones, et parmi eux des ruraux ? Quelles sont également les conséquences des cycles d’embauche massive et de renvoi des travailleurs liés aux périodes de construction des complexes ?

La phase de construction

61Dans une première phase, travaux publics, création d’infrastructures, de bâtiments industriels, de villes nouvelles, puis montage des équipements proprement dits, créent un puissant appel de main-d’œuvre. Ce type de grands chantiers et ses problèmes sont bien connus dans un pays comme la France, avec les opérations de Fos, de Dunkerque, et des centrales nucléaires.

62Le transfert de ce type de grand chantier dans les pays du Tiers Monde, pour l’installation d’unités industrielles finalement standarts à l’échelle internationale, se fait dans un milieu humain tout à fait différent, et avec un potentiel de main-d’œuvre autochtone sans qualification, surabondant (alors qu’en France la main-d’œuvre des chantiers est composée pour une large part d’immigrants étrangers).

63Au Mexique, dans le chantier de las Truchas, il y avait 16.000 personnes employées, soit trois fois plus que dans la phase de fonctionnement de la sidérurgie. Le montage proprement dit demande des ouvriers très qualifiés (comme les soudeurs, dans secteur pétrolier) qui migrent d’un chantier à l’autre, en fonction des contrats obtenus par les sociétés qui les emploient. Il ne s’agit là d’une main-d’œuvre recrutée ni localement, ni dans les campagnes mais ayant acquis sa qualification dans des migrations urbaines antérieures.

  • 26 Cf. Jean REVEL-MOUROZ. Pétrole et changement géographique : le cas de la nouvelle raffinerie de Ca (...)

64Sur les 10.000 travailleurs du chantier de la raffinerie de Cadereyta (Mexique), en 1977, seuls 12-15 % avaient été recrutés dans la zone26. Et lorsque la main-d’œuvre est réellement recrutée dans le milieu rural local ou régional, on la retrouve plutôt dans le gros œuvre, les travaux de voierie, d’urbanisation.

65L’activité dans les chantiers s’accommode parfois d’un maintien du travail dans l’agriculture. En Guyane vénézuélienne, nous avons noté le départ saisonnier des jeunes des exploitations agricoles traditionnelles, vers une occupation dans la construction à Cd. Guayana. Et c’est également cet ouvrier-paysan que l’on trouvait à Ariamehr, où :

  • 27 Charles GOLDBLUM. Note pour le pré-rapport, 1979, faisant référence à :

66« les habitants des villages proches quittent le travail (construction) pendant l’été pour l’agriculture, afin de pouvoir nourrir leur famille, et ces paysans-ouvriers reprennent le travail en automne » (Ch. Goldblum, 1979)27.

67Il s’agit là d’une variante des migrations temporaires des campagnes vers d’autres campagnes (récolte des plantations par ex.) ou vers les villes (petit emploi dans le bricolage tertiaire, emplois féminins de domestiques).

  • 28 Romain GAIGNARD. Discussion de la Table-Ronde « L’impact national, régional, local des grands foye (...)

68Cette phase de construction est la grande responsable de la création d’une « image d’emploi » (Gaignard, 1977)28 polarisant les ruraux. Dans la formation de cette image, l’écart entre salaire « urbain » et salaire ou revenu agricole monétaire est fondamental. Si peon mexicain de la construction, à Las Truchas, ne gagne que 20.000 pesos par an (1976) soit à peu près le revenu de l’ejidatario voisin, l’écart entre le salaire de ce manœuvre et celui du journalier agricole est grand (150 et 80 pesos respectivement, soit 60 et 32 Francs à l’époque). L’image d’un emploi abondant et rémunérateur mobilise donc de grandes masses de population. A la frontière Brésil-Paraguay, la construction du barrage d’Itaipu avait attiré 70.000 personnes (1976), en particulier des ruraux venus du Parana, où la mécanisation des cultures de soja et de blé (se substituant au café) libérait une main-d’œuvre agricole non qualifiée.

La phase de fonctionnement des foyers

69A la fin de la phase de construction, si les travailleurs qualifiés migrent automatiquement vers d’autres chantiers, en revanche demeure le problème de l’intégration des travailleurs non qualifiés, c’est-à-dire de ruraux déracinés totalement ou partiellement (ouvriers-paysans). Faute de reconversion dans l’industrie on assiste, soit au glissement vers le secteur « informel » à la périphérie des villes nouvelles, stockant les migrants leurrés par l’image d’emploi, soit à une émigration vers les centres urbains qui polarisaient jusque là l’espace national.

2. Grands courants migratoires et milieu rural

  • 29 Cf. note (17) p. 363.

70Les nouveaux foyers, qu’ils soient créés dans des régions vides ou dans des régions déjà urbanisées, détournent à leur profit les courants migratoires alimentant les métropoles. Il y a alors, au moins partiellement, fixation de la population au niveau régional. Les industries du pétrole de l’Isthme mexicain filtrent les migrants ruraux qui partaient traditionnellement vers Mexico, et ce rôle de membrane urbaine régulatrice des migrations leur est explicitement fixé dans les plans nationaux urbains et industriels. Au Pérou, Chimbote a pu fixer 21.000 « serranais » de l’Ancash (mais 100.000 gagnaient encore Lima, et 44.000 les oasis de la côte). (Cl. Collin Delavaud, 1978)29. Las Truchas (Mexique) recentre les migrations régionales des ruraux au bénéfice de la côte pacifique, et offre une alternative à la migration vers les métropoles régionales (Guadalajara) ou nationale (Mexico).

71La création des grands foyers industriels-extractifs apparaît comme l’instrument d’une politique d’aménagement du territoire, cantonnant les masses rurales migrantes en dehors de la zone d’attraction des métropoles, dont on dénonce la macro-céphalie. Et en même temps elle contribue à étendre le système urbain national dans des régions traditionnelles ou des zones de « frontière » où la seule croissance de l’agriculture ne peut soutenir le développement de grandes villes.

Conclusion

721. Les nouvelles implantations industrielles ont pour résultat une colonisation industrielle, qui déplace tous les enjeux d’un niveau local à un niveau national (ou même international, comme dans le cas des aménagements du Mékong, signalés par Taillard) et qui relègue les impacts sur le milieu rural parmi les préoccupations secondaires.

73C’est là l’un des traits marquants de cette industrialisation : la mise en tutelle de la population autochtone par les grandes entreprises et organismes d’Etat. Les grands projets sont l’occasion d’une prise de contrôle des pouvoirs locaux par une classe issue de la classe politique nationale et par une classe plus sectorielle (les sidérurgistes, les pétroliers). Très concrêtement cela se traduit par une substitution du personnel politique local, ainsi les municipalités mexicaines d’implantation de SICARTSA (Sidérurgie) ou de PEMEX (pétrole) passent du secteur paysan du Parti Révolutionnaire Institutionnel, au secteur ouvrier de ce même P.R.I.

742. Dans les zones périphériques de « frontière », les nouveaux foyers industriels-urbains conduisent à une restructuration d’ensemble du monde rural, à sa totale intégration dans un système marchand, à la concentration d’une part significative de la population régionale dans le « pôle » urbain ;

753. Dans les zones de vieux peuplement, dont l’Inde apparaît comme l’un des meilleurs exemples, le nouveau pôle apparaît, malgré tous les liens tissés localement avec la trame villageoise, comme l’enclave d’une société minoritaire, au milieu d’un espace rural dont la densité démographique amortit tous les impacts allogènes.

Notes

1 René PIÉTRI. Los Hombres y el Espacio. dans : Francisco Zapata Editeur. Las Truchas : Acero y Sociedad en México. El Colegio de México. 1978. p. 169.

2 Cf. Jacqueline BEAUJEU-GARNIER. Efectos de la implantación de la actividad moderna en el seno de una estructura tradicional en paises en via de desarrollo : el ejemplo del pe-troleo en Bahia, Brasil. U.G.I. Conferencia Regional Latinoamericana. México 1965. Sociedad Mexicana de Geografia y Estadistica. México 1966. tome II pp. 734-745.

3 Note de Christian TAILLARD sur le rapport présenté pour l’Α.Τ.Ρ.

4 Pa MONG, Key to the development of the Lower Mekong. Data Sumary. 1973. p. 16.

5 Véronique LASAILLY. Une opération de développement intégré en Côte d’Ivoire Centrale : l’opération Kossou. E.H.E.S.S. Centre d’Etudes Africaines. ronéo. oct. 78. p. 2.

6 Cf. David Mc MAHON. Antropología de una presa. Los mazatecos y el proyecto del Papaloapan. Instituto Nacional Indigenista. México. 1973. 174 p.

7 Cf. Elizabeth ALLEN. Uxpanapa : tropical resettlement in progress. Texte pour le Geographical Magazine. 1977. 8 p.

8 Cf. Zouheir FARAH. L’expérience syrienne d’aménagement de la vallée de l’Euphrate. Communication au colloque « Organismes de développement et Espace ». RETIMO. Toulouse. Déc. 1977.

9 Commentaire de Françoise METRAL au pré-rapport présenté pour l’Α.Τ.Ρ. 1979.

10 Gilles SAUTTER. Dirigisme opérationnel et stratégie paysanne, ou l’aménageur aménagé. L’espace Géographique. n° 4, 1978, p. 239.

11 Cf. note (5) p. 360.

12 Cf. note (3) p. 359.

13 Cf. note (3) p. 359.

14 Mohamed NACIRI. Commentaire au pré-rapport présenté pour l’Α.Τ.Ρ. 1979.

15 Cf. note (3).

16 Hervé THERY. Note sur le rapport présenté à l’Α.Τ.Ρ. 1979.

17 Cf. Claude COLLIN DELAVAUD. Chimbote ou la croissance industrielle mal contrôlée. dans : L.A.111. Foyers Industriels Nouveaux. Τ & M de l’IHEAL n° 31 1978.

18 Pierre VENNETIER. Les villes d’Afrique Tropicale Masson. Coll. Géographie. 1976. pp. 177-178.

19 Jean-François TROIN. Note pour le pré-rapport présenté à l’Α.Τ.Ρ. 1979.

20 Guy LASSERRE. La Compagnie Minière de l’Ogooué (COMILOG), son influence locale, régionale, et nationale, pp. 67-77 dans : L.A.111. Foyers Industriels Nouveaux. p. 70.

21 Cf. note (19) p. 364.

22 Pierre GOUROU. Leçons de Géographie Tropicale. Mouton. 1971. pp. 226-227.

23 Cf. remarque de René PIÉTRI. Discussion du Seminario « El Impacto del sistema urbano en el campo en el Tercer Mundo ». México 19/23 juin 1978. Contact. ATP CNRS.

24 Cf. Jean REVEL-MOUROZ. Le Haut-Delta de l’Orénoque : un grenier pour Ciudad Guayana ? Bull. Assoc. Géogr. Franc n° 447 1977. pp. 307-317.

25 Roberto SANTANA. Remarque sur le pré-rapport. 1979.

26 Cf. Jean REVEL-MOUROZ. Pétrole et changement géographique : le cas de la nouvelle raffinerie de Cadereyta (Mexique). L.A. 111. ronéoté. 1979. 10 p.

27 Charles GOLDBLUM. Note pour le pré-rapport, 1979, faisant référence à :

  • Payante Mutahid. Iran. 1977.
  • Art et Architecture. Iran. 1973.
  • Mahmoud AMIRAMMADI. L’industrie en Iran. 1975.

28 Romain GAIGNARD. Discussion de la Table-Ronde « L’impact national, régional, local des grands foyers énergético-miniers et industriels nouveaux ». L.A.111-IHEAL Paris 2/3 juin 1977.

29 Cf. note (17) p. 363.

Notes de fin

* Ce texte est une version modifiée d’un rapport préparé dans le cadre de l’Action Thématique Programmée du C.N.R.S. sur la « Croissance Urbaine » et du projet coordonné par Claude Bataillon sur le thème « Interventions urbaines et encadrement étatique : mutations des campagnes du Tiers-Monde ». Les zones considérées ici ne sont donc ni toujours « tropicales » ni seulement de « terres vierges ». Cependant l’analyse comparative permet de mieux évaluer le poids de cette « colonisation industrielle » selon qu’elle affecte des territoires de peuplement ancien ou des espaces ouverts.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter