Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(A) Grands aménagements et modèles techniciens

Les gisements de pétrole du Piémont Andin : fronts pionniers ou enclaves ?

Les cas du Pérou et de l’Equateur

Claude Collin-Delavaud

Texte intégral

1Les structures préandines orientales se sont révélées depuis déjà plus d’un demi siècle susceptibles de recéler du pétrole. Et après la Bolivie et le Vénézuéla prospectés puis exploités dès avant la seconde guerre mondiale, le piémont amazonien qui fossilise des rides anticinales ou des dômes simples aptes à piéger des éléments pétrolifères fut exploré. D’abord ce fut à petit rythme tant que les gisements d’accès beaucoup plus aisé que ceux de l’Amazonie répondait à toutes les exigences du marché et à bas prix.

2Et ce fut naturellement la Colombie qui était de loin le plus défavorisé des pays andins pour son approvisionnement autonome malgré l’ancienneté du gisement du Bas Magdalena (1905) qui mit la première en exploration active puis en exploitation, des gisements du piémont amazonien.

3Ainsi, surgit, dès 1963, le champ pétrolifère du haut Putumayo et le deuxième oléoduc transandin après celui de l’Orient Bolivien. Cette région, bien que proche de la frontière équatorienne, est située dans un secteur internationalement non revendiqué par l’Equateur. Et quand, dans ce dernier pays, on découvre au milieu des années 60, du pétrole de l’autre côté de la frontière à Lago Agrio un accord est vite conclu pour utiliser l’oléoduc transandin colombien en attendant la percée en Equateur même.

4Au Pérou, bien que la présence du pétrole dans la zone subandine amazonienne soit attestée dès la deuxième guerre mondiale, la prospection généralisée ne commence guère qu’à la fin des années 60. C’est en 1970 que le gisement du rio Corrientes, un sous-affluent Nord du Marañon, déclenche une véritable ruée vers l’Amazonie où opèrent, du Nord au Sud, neuf sociétés étrangères et la compagnie nationale Pétro Peru. Et ceci malgré les rigueurs du code pétrolier promulgué par le gouvernement révolutionnaire militaire qui laisse les compagnies privées prospecter et exploiter par contrat mais n’autorise plus les concessions.

5En 1974, malgré la crise pétrolière née à l’automne précèdent, les trois quarts des compagnies étrangères ont résilié leur contrat après avoir foré des puits secs. Seules la Pétro Peru sur le Corrientes et l’Occidental Pétroleum (La « Oxi ») compagnie américano-colombienne, sur le Haut Tigre voisin, ont découvert du pétrole. En quantité limitée. 11 faudra attendre 1978 pour que les gisements produisent 85.000 barils par jour (4 millions de tonnes par an) et rentabilisent à moitié l’oléoduc transandin d’une capacité de 20.000 barils par jour construit entièrement à crédit pour un milliard de dollars.

1. Le gisement péruvien, double « frontière »

6Au Pérou, les explorations pétrolières amazoniennes ont été à l’origine de découvertes multiples, d’autant plus fortes que les espoirs étaient grands. Elles furent d’abord tardives par rapport à la crise mondiale et ensuite leur volume fut relativement faible tant par rapport à la consommation nationale que par rapport aux énormes investissements soit 2 milliards de dollars pour 4 à 5 millions de tonnes par an, dont heureusement, le Pérou ne supporta que les trois cinquièmes.

7Mais les deux plus graves difficultés entrainées par la découverte de l’huile proviennent de la zone même où a, enfin, jailli le pétrole, en pleine Selva baja, et à proximité de la frontière équatorienne. Le secteur que la Pétro Peru s’est, dès sa fondation, réservée et qu’elle a élargi en refusant de signer in extremis un contrat avec Elf Erap en 1972 est situé sur le bas et le moyen Corrientes, un affluent du rio Tigre, lui même affluent de gauche du Marañon, soit à 300 km à vol d’oiseau à l’Ouest d’Iquitos mais à 600 km par la voie fluviale. C’est, cependant, de la cordillère andine que la distance apparait plus importante ou du moins plus décisive pour faire de ce gisement un isolat en pleine forêt amazonienne. En effet, éloigné de quelques 300 km du point extrême prévu par la « route de pénétration » Olmos Marañon, c’est-à-dire au Pongo de Manseriche, jusqu’où le Marañon est navigable, le secteur du Corrientes n’est accessible que par bateau de 1.000 tonnes, et pas en toutes saisons, ou naturellement, par avion. C’est une région assez retirée d’abord parce qu’elle est, entre Iquitos et le Moyen Marañon, actuellement accessible par voie de terre, mais aussi parce qu’il ne peut être atteint par navigation qu’en venant de l’aval, c’est-à-dire de l’Amazone et du Marañon.

8Et ceci explique que ce secteur ait été peuplé beaucoup plus tardivement que les autres secteurs du Maynas, le Nord de l’Amazone et du Marañon ayant été progressivement reconnu puis évangélisé par les missions religieuses dès le 16e siècle et surtout par les jésuites aux xvii et xviiie siècles. Mais cette reconnaissance et cette progression qui se poursuivra jusqu’à notre siècle, notamment avec les dominicains, s’est faite à partir de la cordillère andine vers le piémont amazonien en empruntant les hauts cours du rio Putumayo, Napo et Pastaza. Ceux-ci sont navigables au moins par canots et radeaux jusqu’aux premiers contreforts des Andes équatoriennes. Ainsi furent fondées les missions mères d’Andoas sur le Pastaza et de Canelo sur le Napo. Et de là les missions égrenèrent des postes vers l’aval jusqu’à Iquitos sur l’Amazone. Mais le Rio Tigre et son affluent le Corrientes ne remontent pas jusqu’aux Andes et un no man’s land forestier dense a empêché leur liaison avec la Cordillère. Et c’est seulement à la période du caoutchouc que les Sanmartinenses et de rares autochtones furent établis sur les rives du Bas et Moyen Tigre.

9Et aux « fundos gomeros » succèdent après 1905 des hameaux de métis ribereun no man’s land forestier dense a empêché leur liaison avec la Cordillère. Et c’est Corrientes.

10Peu à peu, ces agriculteurs essaimèrent des hameaux vers les moyens Tigre et Corrientes, laissés pratiquement à eux-mêmes. En 1905-1910, les missions d’Andoas et de San Andres de Comaconis qui avaient depuis le xviie siècle évangelisé, sédentarisé et métissé des peuples indiens divers dont les Ashuals et Aguarunas (Jivaros) déplacent une partie d’entre eux sur l’amont du Rio Tigre et sur le Napo. Ceux du Tigre, d’abord établis en aval du Cunambo, c’est-à-dire là où se termine le fleuve navigable par bateaux à moteur, se déplacent, après 1925, vers l’aval jusqu’à la frontière entre l’Equateur et le Pérou (Manchari et San Jacinto juste à l’amont de Bartra, garnison péruvienne).

11Il s’agit d’une réaction contre les péruviens qui, dès l’époque du caoutchouc, ont pris l’habitude de remonter jusqu’à Cunambo, suivi après 1910, par les patrons du bûcheronnage. Contestée depuis 1829, la rive gauche de l’Amazone, le Maynas, qui dépendait au xviiie des missions de l’Audience de Quito est passée sous la direction de Lima (Département de Trujillo puis d’Amazonas, puis de Loreto). Depuis 1860, le traité de Masapingue, signé par R. Castilla mais non pas par les équatoriens, fixait la frontière à la première ligne des rapides et chutes pour toutes les rivières de la rive gauche.

12Entre cette date et 1941 les affrontements locaux n’empêchent pas les équatoriens de continuer à occuper le territoire situé en aval de la ligne des chutes, maintenant leur poste militaire de Gonzales Suarez face au poste péruvien de Bartra Diaz, à une bonne centaine de km en aval du confluent des deux tributaires du rio Tigre, les Pintoyacú et Cunambo, limite prévue par le protocole de 1860. Les missions dominicaines sont situées tout juste en amont de ce poste à Manchari.

13La situation est à peu près semblable sur tous les affluents de gauche et le conflit de juillet 1941 voit la flottille péruvienne qui profite de la navigabilité de l’aval remonter sur tous les affluents et le Tigre, entre autres, et repousse la frontière linéaire d’environ 60 km vers le Nord Ouest. Le Protocole de Rio de Janeiro en 1942 impose cette solution à l’Equateur qui le dénoncera plus tard et continue à revendiquer tous les empiettements depuis 1829. C’est-à-dire le Maynas, la région du Nord de l’Amazone et du Marañon.

14Les populations des missions seront considérées pendant sept ans comme « prisonnières de guerre » heureusement sans autre conséquence que d’être déportées par clans familiaux entiers à 150 km vers l’aval du rio Tigre avec fixation des villages et des cultures au Sud de cette ligne. Et interdiction de la franchir vers le Nord. Le Pérou réalise à son tour et à son profit l’opération de peuplement de son Amazonie et de sa région frontière. Les « équatoriens » capturés seront fixés au Pérou et encadrés d’abord par l’armée puis dans les années 58 dans le nouveau district civil d’Intuto sur le Tigre, et enfin repris en main à la fois par une mission augustine d’Iquitos donc péruvienne. Enfin dès la fin des années 60, le regroupement en hameau s’effectue tout autour des écoles, une dizaine sur le Tigre et quatre sur le Corrientes dans le sillage des « patrons » du bois.

15Le système commercial des regatones et des habilitadores est au point. Les marchands ambulants et les patrons du bois créent un circuit fermé où l’argent de la coupe du bois repart dans le circuit commercial des comptoirs d’Iquitos. Huit mille personnes sur le rio Tigre et moins de 3.000 sur le Corrientes vivent de l’agriculture sur brûlis et de la chasse ou la pêche, pour vivre en famille, mais les vêtements, la batterie de cuisine, l’épicerie, le pétrole lampant, les fusils et les cartouches sont achetés à crédit puis payés par le bûcheronnage.

16Le pétrole allait-il tout remettre en question ?

17Le pétrole jusqu’à cette date, n’a pratiquement pas affecté cette zone. Et pour toute une série de raisons convergentes.

  • D’abord il a été décelé puis exploité dans une région à la fois éloignée des Andes et d’Iquitos, sans aucune possibilité prévisible même à moyen terme de liaison routière. C’est-à-dire qu’il n’a pas entrainé une colonisation agricole d’appui à un foyer extractif. Ni pour constituer une réserve de main-d’œuvre, ni pour alimenter cette dernière. Faute d’infrastructure routière un front pionnier agricole n’était pas concevable ici, entre le Corrientes et le Tigre.
  • Mais le milieu naturel s’y prête fort mal. Ces deux rivières méandrent dans une auge étroite imprimée dans la grande terrasse plio-pleistocène. La vallée est un milieu amphibie tronçonné par le fleuve et ses boucles récoupées, mosaïque de lambeaux de terrasses non inondables, les restingas, de rios vifs et de lacs de méandres morts, de résurgences, et enfin de quebradas affluents issues du plateau interfluve. Et l’œkoumène devrait s’atomiser et rendre prohibitif les équipements publics et inopérant l’encadrement.
  • Par ailleurs le milieu local mais surtout la situation générale en selva baja excluent toute activité autre qu’extrative, donc de raffinage et, à fortiori, d’industrie pétrochimique.
  • Enfin la zone est très faiblement habitée, et avec des représentants d’une société de petits cultivateurs sur brûlis, cueilleurs et bûcherons, en équilibre très satisfaisant avec le milieu et déjà encadrés par le système mercantil des patrons du bois tropical.

18Le pétrole ne devrait donc ni susciter un secteur pionnier d’agriculture ni un foyer industriel. Le seul entretien des puits en production ne saurait justifier une agglomération même de petite taille. Ateliers d’entretien du matériel et bases d’hélicoptères n’ont entrainé que l’établissement de campements de techniciens hautement qualifiés. Et les rapports sont pratiquement nuls avec les populations locales, sauf pendant la période de prospection, forage et installation des conduites et oléoducs.

19Sur sept cents personnes employées d’une façon permanente pendant la phase de forage des années 70-76, seuls 7 provenaient des rives des rios Tigre et Corrientes. Lés emplois très qualifiés ne pouvaient concerner les ribereños et quant aux emplois de manœuvres, les contraintes d’horaire et de continuité du salariat rebutaient vite une population vivant de toute autre manière et à un tout autre rythme, avant tout, libre d’organiser son adaptation au milieu.

20Les métis de l’aval comme les communautés zápparos de l’amont furent utilisées pour la seule activité où leur aptitude était sans rivale, le bûcheronnage, lui même issu de l’agriculture occupés entre deux et trois mois par an en provenance de cette zone sur une population adulte mâle active d’environ trois mille personnes. En 1974, à peine une vingtaine d’entre eux avait été déracinées dans la partie amont. Moins d’une centaine à l’aval des deux rios.

21La notion d’enclave quasi absolue prendra tout son sens quand on aura opposé l’espace écorché par le pétrole et la faiblesse d’entrainement pour le milieu, les hommes et leurs activités.

22Tout d’abord, les champs pétrolifères se dispersent en ordre lâche sur près de 40.000 km2, avec deux concentrations très relatives dans le bas Corrientes, où Pétro-Peru exploite depuis le perforage de Trompetero en 1970 un gisement de 60.000 barils par jour et à l’amont du rio Tigre, où l’Occidental Petroleum produit 60.000 autres barils par jour. C’est-à-dire dans le secteur réoccupé en 1941, contesté par l’Equateur et vide d’hommes. Or, au fur et à mesure que l’on passe au stade de la prospection et du forage à celle de la maintenance, la main-d’œuvre non seulement domine les neuf dixièmes mais évolue considérablement. Le défrichement des plateformes, des aires d’atterrissage des hélicoptères et enfin des interminables trochas d’établissement du maillage des conduites de puits aux stations de stockage et naturellement des embranchements de l’oléoduc a nécessité l’intervention des bûcherons, de porteurs et poseurs de tubes, tous de recrutement régional voire local.

23Les employés de campements, les sondeurs et foreurs constituent une minorité d’ingénieurs, techniciens, ouvriers qualifiés et employés parfois originaires d’Iquitos et de San Martin, mais surtout de la côte péruvienne et notamment de Lima, ou de l’étranger pour une partie des cadres techniques supérieurs. Telle la mission soviétique de maintenance des hélicoptères lourds à Intuto. L’acheminement pendant l’étape du forage a créé des campements provisoires. Le matériel est acheminé par avion cargo, ou par bateau de mer à Iquitos. Puis il est transféré sur des péniches de 600 à 1.000 tonnes qui, au prix d’une navigation souvent acrobatique, remontent le Tigre jusqu’à Bartra à 65 km de la frontière équatorienne. Et de là une ronde d’hélicoptères transporte tuyaux, tracteurs éléments de plateforme et derricks jusqu’aux gisements à près de 100 km sur l’interfluve, inaccessible par eau ou par route.

24Le gisement mis en production, seuls restent les rares techniciens de la maintenance, soit 12 % des ingénieurs et techniciens. Quant aux bûcherons locaux ils rentrent chez eux... abattre les arbres du brûlis ou du patron du bois.

25Le pétrole est ensuite acheminé jusqu’au Pacifique. Pour cela, un oléoduc de 700 km franchit complètement, en étranger, l’Amazonie, les Andes et le piémont côtier. Seule la Selva Baja imposa des conditions sévères à l’établissement des conduites qui suivent la gouttière du Marañon, indifférente aux chapelets de maisons palafites qui jalonnent les hautes berges du fleuve. Et ce ne sont pas les stations de pompage qui animent et, encore moins, développent les hameaux ou villages visités par les canots hors bord ou les hélicoptères de la maintenance. D’autant plus que l’axe rectiligne de l’oléoduc ne fait que s’appuyer sur les extrémités septentrionales des méandres qui atteignirent la haute terrasse pliocène. A partir du piémont andin, le trajet emprunte le système de Huancabamba, et double la route de pénétration Olmos-Marañon, traversant en aveugle les colonisations de la Montaña de Jaen-Bagua. 11 franchit les Andes au col le plus bas de toutes les Andes centrales à l’Abra de Porcullo à 2.000 m et redescend sur le Sahel où même quand, enfin, le projet d’irrigation et de colonisation agricole d’Olmos verra le jour après vingt ans d’études et plus de soixante dix ans de prophéties, il a fort peu de chances de jouer un rôle. On compte plus sur le gaz naturel côtier qui brûle actuellement dans l’atmosphère, ou encore sur l’électricité hydraulique.

26De toutes façons, encore faudrait-il que le cru soit raffiné. Or le terminal pétrolier de Bayovar n’est qu’un point d’embarquement. Une baie profonde à l’abri de l’alizé de la brise marine diurne et de la houle du Sud Ouest, permet l’écoulement sans accostage ni jetée.

27Les installations se réduisent aux tanks de stockage et aux bouées de chargement. Bayovar sera peut-être un jour un grand complexe industriel basé sur l’exploitation des gisements de phosphates du Sechura, le raffinage du cru amazonien et l’utilisation pétrochimique de ce dernier comme du gaz d’Amotape ou de Talara. Mais, actuellement et pour de nombreuses années, c’est un campement certes confortable mais où une cinquantaine d’ingénieurs et de techniciens assurent le stockage et l’expédition lointaine de l’huile amazonienne. Des champs d’exploitation du Haut Tigre au terminal de Bayovar le système pétrolier brut constitue une antenne avancée du monde industriel national et international, aveugle, dans les déserts forestiers, montagnards et arides du Pérou septentrional.

2. Le pétrole équatorien et le front pionnier amazonien

28La situation du gisement de Lago Agrio est géographiquement différente. En effet les structures pétrolifères jouxtent la retombée orientale des Andes et, de ce fait, les champs d’exploitation sont situés, au contraire de ceux de l’Amazonie péruvienne, sur le piémont andin. C’est-à-dire sur un secteur certes forestier équatorial mais dont le matériel grossier et surtout la pente permettent un écoulement facile et donc un drainage général permanent. C’est le domaine de la Montaña propice à l’agriculture mais aussi à l’établissement de pistes carrossables. Les interfluves sont vastes et bien drainés et les rivières ont des auges étroites et bien imprimées, où les eaux s’écoulent selon les lits peu anastomosés et quasi rectilignes.

29Lago Agrio, le centre de la zone pétrolifère Nord est situé à moins de 70 km de la courbe de niveau de 1.000 m du grand versant andin, et Francisco de Orellana (Coca), le secteur Sud pratiquement de même à 55 km. Et tout le secteur pétrolier qui s’étend entre les rios San Miguel (frontière) et Napo est situé au-dessus de la courbe des 300 m.

30Historiquement, et ceci jusque vers 1968, la colonisation de la Montana avait progressé des Andes vers le piémont de Quito à Baeza selon une route qui longeait le rio Papallacta et suivait ensuite la dépression longitudinale Sud Ouest-Nord ouverte entre les cordillères orientales et de Sumaca. Elle atteignait vers la fin des années 60 le pied du volcan Reventador. Son ancienneté diminue du Sud au Nord, de même que la densité de la population qui passait de 40 à 5 habitants au km2 en quittant le vieux secteur de peuplement spontané de Baeza pour aller dans le secteur de colonisation du Reventador. Dans toute cette zone, l’élevage couvrait 85 % des superficies au Sud et encore 75 % au Nord où la moyenne des exploitations n’est plus que de 35 ha contre 85 ha dans la vieille Montaña au Sud.

31En 1967 la découverte du gisement de Lago Agrio sur le rio Aguarico à 15 km de la frontière colombienne entraine immédiatement la jonction de ce secteur avec celui du rio Quijos grâce à une piste carrossable qui prolonge celle qui relie la colonisation du Reventador à Quito via Baeza. Et cette route équipera et approvisionnera les chantiers et les campements de pétrole mais aussi permettra de développer un nouveau secteur de colonisation agricole en Amazonie.

32Une telle zone agricole équilibrera les activités minéralières en créant un volant de main-d’œuvre et un exutoire en cas de saturation des emplois après la grande ponction de la mise en exploitation. Elle fournira aussi une alimentation à meilleur compte et plus variée pour les chantiers et campements. Mais un tel secteur peuplé présentera aussi un intérêt politique à 15 km de la frontière.

33Mais un autre gisement pétrolifère s’étend juste au Nord du rio Napo. Or les rives de ce dernier sont occupées séculairement et surtout depuis la fin du boom du caoutchouc par des petits cultivateurs sur brûlis, depuis la vieille zone des missions coloniales jésuites de La Tena jusqu’à Coca et au-delà. Une route pratiquement Nord-Sud reliera les deux secteurs de Lago Agrio et de Coca jusqu’au fleuve Napo ; or, sur ce tronc principal se greffent toute une série de pistes secondaires. La première rejoint le rio frontière San Miguel. Puis au Sud, à mi-chemin du rio Napo, une piste part perpendiculairement à 30 km vers l’Est puis s’enfonce vers le Sud d’une vingtaine de km. Aux trois quarts méridionaux des 75 km du tronc principal part une branche de direction plus Ouest qui au bout de 20 km rejoint le rio Coca qu’elle longe dès lors vers l’aval jusqu’à Francisco de Orellana (Coca).

34Le pétrole aura fait surgir, en moins de huit ans, plus de deux cents km de voies de pénétration sur le piémont amazonien plus que doublées par des petites pistes de dessertes des puits de pétrole. Et déjà, en 1976, la route franchit le Napo sur un pont et progresse de 30 km vers le Sud jusqu’aux forages du rio Tiputín.

  • 1 Institut Equatorien de Réforme Agraire et de Colonisation

35Mais ici tout le secteur pétrolier exploité ou seulement prospecté est ouvert aux colonisations de l’IERAC1 et de part et d’autre des routes s’alignent des colonisations de petits paysans dont la disposition transversale à des routes ou pistes secondaires parallèles rappellent parfaitement le rang canadien. Une ou deux grandes plantations dont une de palmiers à huile modifie partiellement le schéma.

36Sur cet ensemble de routes pétrolières, se sont donc appuyés trois projets de colonisation agricole. Il s’agit avant tout de secteurs de peuplement de petits colons. Les indigènes shuar, shiris et cofanes ont été plus ou moins relégués dans des réserves, surtout les shuars du rio Blanco, petit affluent du Napo à l’écart des routes. Les grandes plantations sont prévues mais rares, telle Palmera de los Andes qui tente l’élaïs en Oriente alors qu’elle possède et exploite 4.000 ha plantés près de Quininde sur la Côte.

37Quand aux petits colons, ils sont soit encadrés au sein de colonisations organisées par l’IERAC, avec un minimum d’appui technique agronomique, médical et scolaire, soit pratiquement laissés à eux mêmes.

38Sur les quatre projets régionaux, le Proyecto San Pedro s’appuie sur la vieille zone de mise en valeur de la Tena et s’étend le long du rio Napo. Sans liaison directe avec le pétrole et donc sans route, il a toutefois profité de la manne pétrolière qui lui assure un bon deuxième départ. Les trois autres projets sont en revanche liés directement à l’infrastructure pétrolière. Le Proyecto San Miguel tout au Nord couvre le secteur de Lago Agrio et du rio Aguarico. Au centre le Proyecto Shushufindi s’articule sur la route méridienne et ses branches perpendiculaires. Enfin au Sud le Proyecto Payamino recouvre à proximité de Coca un vaste secteur de part et d’autre des rives du Payamino.

39Toute la zone pétrolière, anciens riverains métis, colons spontanés et colons organisés totalisaient 36.000 habitants en 1976 avec une densité de 11 à 15, double voire quadruple de celle des riverains du Napo. La colonisation était devenue une réalité et près du quart des superficies des exploitations était considéré comme en production. Cet ensemble de territoires n’abritaient en 1974 encore que 12.000 personnes et c’est donc quasiment à un taux de croissance de 200 % en deux ans qu’il faut chiffrer l’augmentation de population.

40Ce fut une véritable ruée à la fois organisée par la publicité faite par IERAC et par la distribution de terres mais aussi spontanée par un peuplement dispersé sur des terres très variées sans encadrement véritable au départ. Au rythme de 25 personnes, soit quatre colons pères de famille par jour, 24.000 émigrants se sont installés sur des parcelles attribuées par l’IERAC le long des routes pétrolières mais aussi, en profondeur, le long de trochas ou pistes à peine carrossable de pénétration ou même de simples layons parallèles.

41La brutalité du phénomène empêcha pratiquement l’encadrement agronomique et sociologique. On accorda à chaque colon une cinquantaine d’hectares, pour éviter à la fois le minifundisme et un trop grand privilège. Mais ces parcelles ne furent pas modulées en fonction de leur qualité morphologique et pédologique. La région comprise entre 600 et 300 m d’altitude se présente comme une mer de bosses convexes qui proviennent de la dissécation d’un piémont en collines. L’hétérogénéité des pentes et du matériel y est déjà considérable mais sillonnant et s’imprimant en auge dans le piémont ; il y a aussi les fleuves débouchant des derniers contreforts des Andes orientales et s’écoulant parallèles Nord/Ouest — Sud/Est vers la gouttière amazonienne. Là se trouvent les terrasses alluviales et les bourrelets de rive occupés partiellement par les premiers colons spontanés ou même les indiens selvatiques.

42On a évité avec assez de bonheur ces secteurs fluviaux déjà habités, notamment au Sud du rio San Miguel et sur les rives des rios Coca et Napo. Mais, dans l’ensemble, la répartition arithmétique des lots a été faite sur des écosystèmes très variés aux fonctions agronomiques très différentes. Les colons ont atterri au petit bonheur sur des sols profonds et favorables à des systèmes de culture permanents aussi bien que sur des sols lessivés et pratiquement inaptes à toute agriculture hors le brûlis à longue jachère. Et notamment peu réceptifs à l’élevage qui, considéré comme une réponse à la pauvreté des sols, a été source de faillites et d’abandons avec comme corollaire la savanisation de grandes surfaces et un appauvrissement général de la flore secondaire.

43L’élevage qui trouvait une relative justification dans les domaines de la montaña de Baeza et de la Tena, tant par l’équilibre des sols, bien égouttés et issus de formations volcaniques ou sédimentaires que par le marché quiténien proche est apparu comme la solution miracle au peuplement et à la commercialisation. Plus de 50 % des superficies mises en production ont été totalement défrichés, mis en herbages et pour le tiers d’entre eux abandonnés.

44En fait, l’absence de modulation des concessions de terre en fonction de l’écosystème aboutit à une inégalité fondamentale de la qualité pour avoir voulu éviter celle de la quantité. La stratégie générale parait celle d’un peuplement dense, peut-être frontalier, mais surtout destiné à éponger le trop plein des agriculteurs de certaines zones.

45La provenance des colons est significative :

4659 % Sierra dont un quart de Loja (Sud)

4720 % Côte

4816 % montaña de la province du Napo

493,7 % Indiens Yumbos locaux

500,6 % Colombiens sur le Putumayo

  • On a d’abord voulu profiter du réseau routier du pétrole qui n’épouse évidemment pas les nuances du milieu naturel ;
  • On a voulu éviter et le minifundio et le profesionalismo. D’où les 50 hectares. Ceux-ci sont un gaspillage sur les bonnes terres qu’une famille ne peut cultiver pour plus du cinquième en système de culture intensif. Mais, c’est trop peu déjà en système extensif sur brûlis ou en élevage surtout si les sols sont médiocres.

51On n’est pas sorti avant 1978 de la problématique des écosystèmes amazoniens face à l’agriculture de colonisation. Ou bien on n’a pas les moyens d’encadrer et de soutenir la petite paysannerie et l’on ne recherche pas des systèmes de cultures modernes appropriés aux bons sols qui ne manquent pas en montaña. Et, dans ce cas, on ne donne pas 50 ha mais 200, pour le brûlis et la jachère ou l’élevage extensif non destructeur. Ou bien on a les moyens d’encadrer et on module la distribution en fonction des aptitudes des sols et on recherche pour chaque écosystème le type d’agriculture le mieux adapté, et la dimension correspondant à ce système-là pour une famille bien encadrée. C’est ce qui sera commencé en 1978 avec la création de l’INCRAE, Instituto Nacional de Colonización de la Región Amazónica Ecuatoriana. Le principal objectif de cet office est de réaliser un diagnostic exhaustif des écosystèmes en vue d’un développement intégré.

52L’Orstom qui travaille au sein du Ministère de l’Agriculture y interviendra depuis 1976. Pour remédier aux erreurs initiales de la parcellisation géométrique égalitaire et de la colonisation spontanée, on attribuera à chaque écosystème un type d’exploitation correspondant à un système de culture adapté.

53On distingue :

  • les versants andins à forte pente à placer hors agriculture,
  • les territoires de réserve de cueillette, chasse et brûlis des indiens selvatiques,
  • les secteurs à forte potentialité à remettre à des colons encadrés étroitement, des coopératives et des sociétés agro-industriels étatiques ou privés.
  • les secteurs du piémont de collines ou de lambeaux de pénéplaine seront surtout voués à l’exploitation forestière,
  • quant aux marécages, ils sont placés en réserve en attendant que les moyens techniques et pionniers y permettent, après drainage, une agriculture intensive et spécialisée.

54On peut conclure que la colonisation agricole sur les gisements pétrolifères a eu l’aspect d’un boom, tant par la soudaineté que l’affluence. Il a correspondu à une stratégie générale, à un système routier étalé et à un réel besoin de terres de paysans de la Sierra et même de la Côte.

55Mais la colonisation spontanée a en partie échoué, faute d’encadrement et d’études préliminaires à la parcellisation. Réussie dans son premier objectif, attirer les paysans en Oriente la colonisation risque d’échouer si on n’applique pas très rapidement la nouvelle politique d’aménagement intégré après diagnostic systématique avant lotissement. Et pour maintenir sur place le peuplement dense acquis, il faudra reconvertir les colons voire les déplacer et les mieux lotir sous réserve d’un encadrement qualifié. Sinon à l’échec économique actuel succédera fatalement l’abandon de terres ruinées sans esprit de retour.

Notes

1 Institut Equatorien de Réforme Agraire et de Colonisation

Auteur

Université de Paris VIII-CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter