Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(A) Grands aménagements et modèles techniciens

Le tourisme international. Un nouveau « front pionnier » dans les pays tropicaux

Exemple des initiatives publiques et privées au Mexique

Erdmann Gormsen

Texte intégral

1Le front pionnier est en général défini par un bord limitrophe qui sépare une colonisation agraire d’une région non colonisée (forêt vierge, zone aride, zone polaire, haute montagne), bien qu’en réalité il n’y ait guère d’endroits totalement dépeuplés. On trouve plutôt presque partout, déjà, une population très peu nombreuse composée de cueilleurs, chasseurs, pâtres ou cultivateurs migrants. Dans ses recherches sur le Brésil du Sud, Waibel (1955,48) a parlé du « choc de deux sociétés et cultures différentes », phénomène que F.J. Turner avait déjà signalé en 1893. Celui-ci n’a pas seulement introduit la discussion scientifique sur la « frontier », il a aussi décrit la succession de différentes économies et les groupes sociaux (trappeurs, éleveurs de bestiaux, fermiers) qui alternent avec l’avance du front pionnier.

2En regardant sous ces aspects l’expansion spatiale du tourisme de masse, on voit que celui-ci préfère les espaces périphériques aux agglomérations urbaines. Cela saute aux yeux surtout au niveau des hauteurs alpines où le tourisme succède directement à l’économie d’estivage abandonnée, entraînant une forte densité de population.

3Des cas semblables, bien que dans des proportions moins importantes, nous sont offerts par les territoires de chasse et de pêche au nord du Canada et le tourisme dans les déserts et les oasis d’Afrique du Nord. Mais, cette expansion du tourisme est spécialement valable pour les côtes des latitudes tropicales.

4Dans son étude systématique du problème du front pionnier publiée en 1953 Czajka a déjà considéré les côtes comme des limites définitives à part les zones limitrophes mentionnées ci-dessus, bien qu’il soit vrai que certaines parties comprenant les ports et les régions industrielles comptent parmi les espaces les plus densément peuplés du monde. Tout de même, la plupart des côtes, particulièrement sous les tropiques, forment des régions occupées par une économie agraire ou de pêche modeste, de sorte que l’expansion accélérée des installations touristiques met très clairement en évidence toutes les manifestations et les problèmes du front pionnier, par exemple : l’exploitation potentielle des ressources naturelles, l’infrastructure, les liens avec le marché, les relations avec la population établie et les influences socioculturelles exercées sur elle (voir Nitz 1976, 16-21).

5Notre contribution essaie d’élucider ces problèmes complexes à travers l’exemple du Mexique, où les dimensions du boom touristique sont déjà données, par le nombre des étrangers entrés au pays (1960 : 800.000 ; 1978 : 3,7 millions) bien que le tourisme intérieur ait aussi augmenté d’une manière au moins aussi forte.

6Il y a des initiatives très différentes, publiques et privées sur les côtes. Comme exemple extrême des planifications de l’Etat on peut mentionner Cancun, où plus de 2.500 chambres d’hôtel ont été construites entre 1971 et 1978 accueillant 310.000 touristes déjà en 1978. A l’autre bout de l’échelle, on trouve des stations balnéaires modestes, nées spontanément dans des baies magnifiques comprenant quelques centaines de logements mais presque sans aucune infrastructure : par exemple à Puerto Angel ou à Zihuatenejo, où à côté des créations privées est né le grand centre de Ixtapa sur l’initiative de l’Etat.

7Sans doute, les autres zones touristiques importantes (comme Cozumel, Manzanillo — Puerto Vallarta, Baja California) n’auraient-ils pas pu s’élever sans l’aide de moyens publics considérables pour la construction de voies de communications et autres installations de l’infrastructure.

8Si l’on essaie de classer les différentes phases de développement du tourisme selon un schéma, on peut distinguer trois phases différentes qui ont eu une durée variable dans chaque endroit, et qui peuvent aussi par conséquent co-exister dans le temps et dans l’espace. On peut les caractériser en quelques mots de la façon suivante :

9A : une phase primitive avec des changements très modestes, mais qui permettent de reconnaître un « front pionnier » au sens premier du terme :

  • Cette phase s’appuie sur de petits ports déjà existants ou des villages de pêcheurs dans des baies abritées ;
  • Les « découvreurs » sont encore de véritables « pionniers », qui prennent des chemins difficiles et qui se contentent de modestes abris (certains d’entre eux voyagent soit avec leur propre voilier soit avec une caravane) ;
  • L’offre touristique se développe sur la base d’initiatives privées qui se contentent d’installer de petits lieux d’accueil et de simples restaurants sur les plages, qui servent aussi de lieu de loisirs pour la population des environs.

10Β : une première phase d’investissement, qui a commencé très tôt dans les centres touristiques les plus importants, mais qui a connu son développement principal dans les années 60 :

  • Les interactions entre une demande croissante, pour une grande part nationale, et les initiatives privées conduisent à des investissements de petite et moyenne importance provenant de particuliers, locaux ou étrangers (surtout mexicains) et entraînent la construction et l’agrandissement progressif d’hôtels de catégorie inférieure et moyenne, de même que de quelques résidences secondaires ;
  • Comme il n’existe aucun plan, l’infrastructure se trouve fortement sous-développée.

11C : une deuxième phase d’investissement surtout dans les dix dernières années :

  • Grands projets sur la base d’initiatives émanant de l’Etat et avec une participation essentielle de capitaux mexicains et étrangers ;
  • L’administration publique prend des mesures considérables concernant l’infrastructure (routes, aéroports, électrification, suppression des eaux résiduaires, etc.) ;

12La construction de grands hôtels et le lotissement des terrains pour des maisons de vacances (fraccionamiento) ouvre le marché du tourisme international de masse.

13On peut, à partir de la succession de ces différentes phases dans les différents lieux, formuler six types de développement du tourisme, qui sont rassemblés dans le schéma suivant (Tab. 1) :

Tab. 1 Typologie des stations balnéaires au Mexique
Nombre de phases se développant dans un endroit

Tab. 1 Typologie des stations balnéaires au MexiqueNombre de phases se développant dans un endroit

A : Phase primitive, sans investissements notables
Β : Investissements privés, sans planification générale
C : Investissements publics et privés considérables, planification intégrale

  • 1 Ceci s’explique probablement par les conditions climatiques car cette côte est relativement humide (...)

14On y observe clairement que toutes les tentatives du stade touristique « pionnier » n’ont pas connu un développement complet. Il existe au contraire un grand nombre de stations balnéaires, qui apparurent déjà dans les années 50 et qui n’ont pas, encore aujourd’hui, dépassé la phase primitive initiale. Quelques-uns de ces endroits servent uniquement à la population locale, comme Progreso ou surtout Sisal pour la population de Mérida/Yucatan. Mais, en général, cette situation est caractéristique de la côte du Golfe, où malgré des plages infinies de sable, pas un seul endroit n’a pu se hisser au rang de centre international de vacances ; même Veracruz avec Mocambo ne peut être classé que dans la catégorie (AB) alors que Tecolutla appartient encore au type (A)1.

15En ce qui concerne la classification chronologique des différentes phases, il faudra noter qu’il ne s’agit pas ici, en premier lieu, d’une division selon des périodes précises. Seule, la phase (C) avec ses investissements massifs de l’Etat a presque exclusivement commencé vers 1970 sous le gouvernement du président Echeverría avec la fondation de FONATUR (Fonds National du développement du tourisme). Du reste, une évolution « pionnière » typique consiste justement en ce que l’avance des frontières ou des enclaves se déroule parallèlement dans le temps avec l’extension des zones déjà ouvertes, dans le sens de la succession de Turner citée plus haut. Cela peut aussi conduire à la stagnation ou même à la régression, comme dans l’exemple de la côte du Golfe.

16Acapulco occupe dans tous les cas une place particulière, où la phase primitive (A) commence vers 1930 avec la construction de la route (pas encore asphaltée à l’époque). Ce développement est assuré en grande partie par des étrangers et des Mexicains d’origine européenne que l’on peut caractériser comme « pionniers » au sens premier du terme car ils ont pris des chemins difficiles pour arriver dans un endroit sans confort. La première phase d’investissement (B) due aux capitaux privés commence dans les années 30 et 40, tandis que les importantes initiatives de l’Etat sous la présidence de Miguel Aleman (1946-52) peuvent être considérées déjà comme faisant partie de la phase (C), qui, après une stagnation relative d’environ 10 ans, a subi une poussée massive depuis le milieu des années 60.

17A part cette exception, certains des grands centres touristiques commencèrent leur stade de « pionnier » (A) vers 1940 (Mazatlán Manzanillo). Cependant le front pionnier, aujourd’hui encore, est repoussé et de nouvelles stations balnéaires apparaissent spontanément. Mais, simultanément, des investissements publics et privés très importants correspondant à la phase (C) non seulement s’orientent vers des centres fonctionnant déjà mais servent aussi à l’installation de centres totalement nouveaux (Cancun).

18(La plupart des stations balnéaires avec leur typologie sont portées sur la carte (fig. 1) et un schéma des différentes phases chronologiques de leur développement respectif est reproduit dans le tableau suivant (Tab. 2).).

Tab. 2. Chronologie du développement de quelques stations balnéaires selon leurs phases d’investissement

Tab. 2. Chronologie du développement de quelques stations balnéaires selon leurs phases d’investissement

19Le fondement de cette évolution est bien évidemment l’initiative de l’Etat à travers la construction de l’infrastructure, c’est à dire la construction de routes et avant tout d’aéroports de rendement, car c’est seulement par ces moyens que de grands groupes de touristes du pays même ou de l’étranger peuvent être atteints par l’intermédiaire des agences de voyages grâce à des arrangements forfaitaires.

20La carte n° 1, fortement généralisée, montre (en lignes pointillées) les routes, qui furent construites après 1964, de même que les aéroports pour avions à réaction construits au cours des 15 dernières années. Il s’avère que les grands projets touristiques ne sont apparus qu’en connection avec de tels aéroports. Cela est valable aussi bien pour Cancun que pour Ixtapa-Zihuatanejo, Manzanillo, Puerto Vallarta et La Paz. A Mazatlán, la construction de l’aéroport n’est certainement pas exclusivement due à la présence du tourisme, mais aussi à sa position importante en tant que port et lieu central, alors que, inversement, le développement de Cozumel comme île touristique a pour origine l’existence d’une base aérienne datant de la deuxième guerre mondiale.

21Une grande partie des importantes constructions de routes récentes dans les régions périphériques du pays est à rapprocher directement de la « planification touristique » et doivent dans cette mesure être interprétées comme une avance du front pionnier (de façon comparable aux routes lors de la colonisation du Brésil ou d’autres pays de l’Amérique du Sud). Car les routes de la côte sud et sud ouest entre Puerto Angel et Puerto Vallarta de même que dans la péninsule de Yucatan servent aussi à la mise en valeur des ressources agricoles. Cependant la priorité donnée au tourisme est prouvée, par exemple, par la route qui vient d’être achevée entre Mexico-Toluca et Zihuatanejo.

22Cela est plus particulièrement évident avec la construction de la « Ruta Maya » qui relie tous les ensembles de mines importants du Yucatan avec la nouvelle station balnéaire de Cancun et qui offre des vacances combinées sous le slogan « Culture and Bikini ». Enfin le parcours de 1.700 km sur toute la longueur de la presqu’île de Baja California a exclusivement une fonction touristique. Même si l’on ne tient pas compte de ce cas extrême, on peut se demander si et dans quelle mesure la construction de routes contribue au développement agricole dans le sens d’une amélioration des structures régionales et représente des avantages pour les habitants des campagnes. Jusqu’ici, pratiquement aucune enquête valable n’a été faite à ce sujet.

23D’un autre côté, il apparaît selon plusieurs exemples que la seule construction de routes, même en relation avec les avantages d’un paysage attrayant, n’entraîne pas la formation de centres de tourisme importants. Puerto Escondido, lié à Acapulco par une route de 400 km depuis plus de dix années, se trouve toujours dans la première phase d’investissement (type (AB). Et un hôtel moderne de 100 chambres, ainsi qu’un lotissement construits sous la direction de FONATUR depuis 1975 à quelques km en dehors du vieux village n’y changent rien. Les 300 autres chambres se trouvent dans de petits hôtels ou des pensions privées, dont seulement quelques-uns appartiennent à la catégorie moyenne, alors que la plus grande partie reste vraiment modeste.

24Conformément à cela, on observe un manque total d’infrastructure. Il n’y a pas une seule rue goudronnée, pas de système correct d’évacuation des eaux usées : il y a une liaison téléphonique très déficiente, des problèmes considérables d’approvisionnement en eau etc. En échange on y trouve de petites baies magnifiques ainsi que des plages qui s’étendent sur des kilomètres et où les touristes se perdraient presque. En tout cas il existe une liaison aérienne journalière — en DC 3 — pour Oaxaca, où l’on doit tout de même changer d’avion si l’on veut aller à Mexico. Par contre, environ la moitié des 250 km de la magnifique route d’Oaxaca ne sont pas encore construits de telle sorte que Puerto Escondido (et Puerto Angel) entrent à peine en ligne de compte pour la population de cette région en ce qui concerne le trafic touristique.

25Bien sûr, dans de telles conditions, on ne peut absolument pas imaginer un tourisme international de grande importance. Et cependant, le nombre des visiteurs étrangers est relativement élevé (des statistiques valables ne sont même pas disponibles sur place). Ce sont presque exclusivement des touristes américains et européens qui ont peu d’argent, c’est-à-dire des jeunes qui ne participent pas à un programme de voyage organisé. Les autres visiteurs de Puerto Escondido font principalement partie de la classe moyenne mexicaine qui voyagent dans leur propre voiture avec toute la famille. Alors que les jeunes étrangers n’apportent que peu de devises dans le pays, les plus grosses dépenses par personne pour les repas, les souvenirs, etc. proviennent des Mexicains. Ces deux groupes de touristes dont les aspirations concernant le logement, la nourriture, la nature des plages et les distractions sont très différentes, se trouvent aussi dans les centres très développés tels que Acapulco ou Puerto Vallarta, mais où Os sont en minorité par rapport aux touristes des charters. On peut constater que les diverses offres des stations balnéaires se reflètent sur la structure sociale des visiteurs.

26Puerto Angel, qui fut relié à la route côtière il y a seulement quelques années, porte encore les marques nettes de la phase primitive (A) avec un nombre encore élevé de jeunes touristes étrangers. Puerto Angel constitue, encore pour le moment, le point terminal de la route goudronnée et donc le point de départ des « touristes pionniers » qui cherchent plus loin sur la côte des baies à l’écart où installer leur caravane ou leurs tentes et qui ainsi renoncent consciemment à un approvisionnement direct et aux facultés du confort.

27Sur la côte située à l’est de Puerto Escondido le front pionnier du tourisme avance avec la progression des routes à l’occasion de quoi l’initiative, les capitaux (modestes) et la main-d’œuvre proviennent du secteur privé, c’est-à-dire principalement de la région ou des villages eux-mêmes. Mais le développement atteint très vite de cette façon une limite qui réside aussi bien dans un manque de puissance financière que dans un manque de planification et une formation insuffisante de la population. A cela, s’ajoute le problème de l’approvisionnement. Cependant, l’agriculture de la région n’a, jusqu’ici, presque pas réagi à une demande de plus en plus forte de viande, de lait, de légumes et autres produits de l’agriculture spécialisée. Cette constatation est valable pour d’autres régions, pour Acapulco aussi. Même dans la région de Cancun, on ne remarqua aucune répercussion significative du tourisme sur les structures agraires.

28Caucun représente le cas extrême de la création d’une zone pionnière d’après une initiative de l’Etat, pour ce qui concerne la planification intégrée, l’engagement de capitaux et la construction de l’infrastructure (voir Gormsen 1979). Certains chiffres concernant l’élaboration de ce projet qui a commencé seulement en 1970 sont déjà impressionnants : de 1970 à 1977 on a construit 30 hôtels avec 2.500 chambres, dans lesquels 310.000 touristes ont séjourné en 1978. Simultanément, apparaissent dans cette zone, presque totalement dépeuplée, un aéroport international et une ville avec un centre commercial bien développé, dont on peut critiquer l’installation sur plusieurs points (voir Gormsen 1979, 303). En 1978, vivaient dans la ville de Cancun déjà près de 30.000 habitants dont environ la moitié se trouvait dans des bidonvilles (fig. 4 et 5).

29Le gouvernement en ce qui concerne les grands projets comme Cancun, poursuit essentiellement deux objectifs :

  1. gagner d’autres touristes étrangers et, par là même, percevoir une plus grande quantité de devises ;
  2. contribuer à la décentralisation des activités économiques et ainsi améliorer la structure régionale dans les espaces périphériques.

30Le deuxième objectif prend de l’importance du fait de la déviation des courants migratoires vers les nouveaux centres, même si, comme nous l’avons dit plus haut, des développements économiques, conséquence directe du tourisme, sont à peine décelables.

31Le premier objectif semble atteint d’après les statistiques concernant les touristes étrangers à Cancun ou Ixtapa-Zihuatanejo (Tab. 3) ; cependant une interprétation plus exacte de ces chiffres montre, si on les compare avec les chiffres globaux, que l’accroissement des dernières années dans ces deux endroits fut bien plus important que la moyenne nationale, ce qui signifie que l’on a compté dans les autres centres de tourisme une diminution du nombre des touristes non seulement en valeur relative mais aussi en valeur absolue. Cela ne doit pas signifier que tous ces centres doivent passer pour un développement économique négatif dans le cas où les touristes étrangers manquants ont été remplacés par des Mexicains. Même Acalpulco compte plus de 50 % de touristes nationaux. On peut l’observer bien qu’il n’y ait pas de données statistiques générales. Toujours est-il qu’une interprétation détaillée des chiffres concernant les touristes de Cancun selon les nationalités et les catégories d’hôtels qu’ils fréquentent permet d’arriver à certaines conclusions intéressantes (voir aussi Tab. 3 et 4).

32D’après la figure 4, les Mexicains sont nettement les plus nombreux dans les hôtels de catégorie inférieure, ce sont d’un côté les voyageurs de commerce et d’autre part les participants aux excursions en autobus sur la « Ruta Maya » auxquelles semblent participer principalement des Mexicains de la classe moyenne. Cette forme de tourisme culturel est apparu récemment au Mexique et dans toute l’Amérique Latine, sous l’influence de l’Europe et des Etats Unis.

33Cependant, même dans les hôtels très chers, la proportion de Mexicains est à prendre en considération, particulièrement pendant le semestre d’été, qui comprend la Semana Santa et les courtes vacances du mois de mai. Les voyages forfaitaires de trois à cinq jours à Cancun et dans les autres nouveaux centres, promus à grands renforts de publicité, profitent de plus en plus aux couches supérieures de la population. Il paraît, toutefois, qu’on ne fréquente chacune de ces stations balnéaires qu’une seule fois, lors des vacances courtes, pour satisfaire un certain besoin de prestige. Ensuite, on rejoint, en voiture, son habituel lieu de vacances : Acapulco.

Tab. 3. Provenance des touristes à Cancun, 1976 et 1977

Tab. 3. Provenance des touristes à Cancun, 1976 et 1977

Source : FONATUR

Tab. 4. Entrées des touristes étrangers au Mexique, à Cancun et à Zihuatanejo-Ixtapa et leurs changements entre 1975 et 1978

Tab. 4. Entrées des touristes étrangers au Mexique, à Cancun et à Zihuatanejo-Ixtapa et leurs changements entre 1975 et 1978

Source : FONATUR

34Le voisinage de tous les types possibles de stations balnéaires sur un espace relativement étroit entre Manzanillo et Puerto Vallarta dans le cadre d’une extension récente de la zone pionnière fait en ce moment l’objet d’une recherche de mon collaborateur B. Müller (voir fig. 2 et 3). Nous résumerons ici seulement quelques aspects de cette question : ainsi les causes de la naissance de la phase primitive sont déjà différentes dans les trois principaux lieux touristiques.

35Manzanillo était en effet devenu, depuis la construction de la route dans les années 30, le centre de loisir régional pour Guadalajara. C’était aussi le cas de Barra de Navidad depuis les années 50. Dans ces exemples, on ne pouvait parler, il y a quelques années, d’un tourisme international.

36Au contraire, à Puerto Vallarta, les pionniers du tourisme étaient des Américains qui, déjà dans les années 50, s’installent malgré un manque de routes dans les baies pittoresques auxquelles ils accédaient souvent dans leurs propres bateaux. Même la phase caractéristique du boom des années 60 fut déclenchée par les Américains qui y tournaient d’ailleurs, en 1964, le film : « La nuit de l’iguane ». La construction de la route eut seulement lieu après cette date, mais en 1970 déjà on y avait construit un aéroport international.

37Le développement de nombreuses stations balnéaires petites et moyennes entre ces deux principaux centres de tourisme eut lieu au cours des 10 dernières années parallèlement à la construction de la route. Dans certains de ces centres, une phase primitive (A) avait déjà en partie débuté. La grande majorité des investisseurs ne viennent pas de la région même mais de Guadalajara ou des autres métropoles du pays (exemple : les propriétaires de l’hôtel de style mauresque « La Hadas » viennent de Monterrey) ou de l’étranger. Ainsi la Costa de Careyes (avec hôtels, lotissement et Club Méditerranée) est aux mains d’une société franco-italienne alors que beaucoup d’ensembles de maisons de vacances se trouvent sous contrôle américain. Mais on observe aussi des participations massives de l’Etat mexicain par l’intermédiaire du FONATUR, par exemple à Nuevo Vallarta et Angeles Locos de Tenacatita. D’autre part, le FONATUR accorde aussi des crédits à des sociétés hôtelières privées. Les toutes dernières transformations de cette portion de côté sont considérables, bien que le succès de tous les projets ne soit pas encore évident.

38La phase pionnière (a) du tourisme sur la péninsule désertique de Baja California a été presque exclusivement achevée par les amateurs américains de pêche sportive. Mais, ici aussi, d’importants investissements ont eu lieu grâce à la participation de l’Etat en liaison avec la création de lignes de bac vers la Paz et Cabo San Lucas. Le projet public le plus récent (Loreto, sur la côte Est de la péninsule) est en ce moment en cours de construction.

39En conclusion, nous pouvons formuler les thèses suivantes :

  1. Dans quelques pays du Tiers Monde, le tourisme exerce, en ce qui concerne la diminution des disparités régionales, une fonction semblable à celle des activités économiques de l’agriculture ou de l’exploitation minière ;
  2. A l’opposé du front pionnier de la colonisation agraire qui s’étendait sur de grandes superficies, la zone pionnière du tourisme se limite à des aires côtières relativement étroites mais souvent très longues. On pourrait les ranger sous le terme de la « Peri-Oekumene » de Czajka (1953), concept dans lequel il comprend entre autre les enclaves des zones minières dans les régions polaires. Mais les mines font partie des ressources non renouvelables alors que le tourisme reste un potentiel naturel que l’on peut conserver longtemps s’il n’est pas détruit par les hommes eux-mêmes ;
  3. La nécessité de fournir aux touristes des produits alimentaires de haute qualité devrait entraîner des investissements de l’économie agraire dans les régions des centres de tourisme, ce qui malheureusement ne se produit que de façon hésitante ;
  4. D’autre part les routes d’accès aux zones touristiques périphériques permettent une colonisation agraire ou une amélioration des structures agraires dans les régions intermédiaires qui sont très souvent peu peuplées. Lors de la discussion sur le front pionnier il faudra se demander si les mesures régionales d’infrastructure doivent servir en premier lieu le développement agraire ou si elles constituent un effet secondaire parmi les autres objectifs de l’amélioration des structures.
  5. Les coûts considérables de la construction de l’infrastructure laissent déjà apparaître que les projets touristiques de grande envergure ne sont pas imaginables sans participation directe ou indirecte de l’Etat. Seuls, quelques lieux de vacances modestes peuvent naître entièrement sur la base d’initiatives privées. Les très grands centres demandent une planification intégrée qui ne peut être fournie que par des services publics. En outre de grandes sociétés privées (hôtels, etc.) travaillent grâce à des crédits publics (Tab. 5).
  6. Face à de tels coûts, on peut se demander de plein droit si les investissements de l’Etat dans le tourisme doivent avoir la priorité sur le développement de l’agriculture ou de l’industrie. Dans le cas de la présence d’un potentiel touristique, on devrait planifier un développement combiné du tourisme et de l’agriculture ou d’autres améliorations régionales.

Tab. 5. Investissements et crédits réalisés par FONATUR pour la construction d’hôtels, 1973 à 1978

Tab. 5. Investissements et crédits réalisés par FONATUR pour la construction d’hôtels, 1973 à 1978

+) millions de pesos mexicains ; source : FONATUR

40Nous devons ici, une fois encore, souligner que les réflexions sus-mentionnées ont été tirées de l’exemple du Mexique, grand pays qui possède un potentiel touristique multiple hors du commun et dont on a parlé ici seulement de façon indicative. Mais il est tout aussi important de remarquer qu’il s’agit, en outre, d’un pays que l’on peut classer d’après sa structure économique dans la catégorie supérieure des pays en voie de développement. Il est donc en situation d’exécuter les projets touristiques cités plus haut dans une large mesure selon sa propre initiative et réalisation.

41Cela rend relative une part considérable des critiques très largement répandues concernant l’industrie du tourisme. Mais cela signifie aussi qu’il ne s’agit pas ici de thèses dont on peut tirer des règles générales mais que seul l’un ou l’autre aspect peut être pris en considération pour d’autres pays en voie de développement et cela, selon leur ordre de grandeur, leurs différences régionales et en général leurs structures démographiques, économiques et politiques. En fin de compte, il ne pouvait s’agir, dans le cadre de cet exposé, de montrer la problématique d’ensemble du tourisme dans les pays en voie de développement y compris les aspects socio-culturels.

FIG. 3. DESARROLLO TURISTICO DE LA COSTA PACIFICA MEXICANA ENTRE PUERTO VALLARTA Y MANZANILLO, 1964-1978 TOURISTIC DEVELOPMENT OF THE PACIFIC COAST OF MEXICO BETWEEN PUERTO VALLARTA AND MANZANILLO, 1964-1978

FIG. 3. DESARROLLO TURISTICO DE LA COSTA PACIFICA MEXICANA ENTRE PUERTO VALLARTA Y MANZANILLO, 1964-1978 TOURISTIC DEVELOPMENT OF THE PACIFIC COAST OF MEXICO BETWEEN PUERTO VALLARTA AND MANZANILLO, 1964-1978

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

CZAJKA, W. (1953) : Lebensformen und Pionierarbeit an der Siedlungsgrenze. Hannover.

GORMSEN, E. et al. (1977) : El turismo como factor de desarrollo regional en México. Informe preliminar. Geographisches Institut, Universität, Mainz, Alemania.

GORMSEN, E. (1979) : Cancun - Entwicklung, Funktion and Probleme neuer Tourismus-Zentren in Mexico. Frankfurter Wirtschafts-und Sozialgeographische Schriften, 30, 299-324.

KRETH, R. (1979) : Probleme der Bevölkerungs-und Beschäftigtenstruktur in Acapulco als Folge des Tourismus. Frankfurter Wirtschafts-und Sozialgeographische Schriften, 30, 273-298.

MULLER, B., SUSEWIND, B. (1979) : Zur Entwicklung and räumlichen Differenzierung des Fremdenverkehrs in Mexico. Frankfurter Wirtschafts-und Sozialgeographische Schriften, 30, 251-272.

NITZ, H.J. (1976) : Landerschlieβund und Kulturlandschaftswandel an den Siedlungsgrenzen der Erde. Gôttingen Geographische Abhandlungen, 66.

SCHURMANN, H. (1979) : Auswirkungen des internationalen Fremdenverkehrs auf die Regio-nalentwicklung in Ländern der Dritten Welt. Frankfurter Wirtschafts- und Sozialgeographische Schriften, 30, 205-249.

WAIBEL, L. (1955) : Die europäische Kolonisation Südbrasiliens. Bearbeitet und mit einem Vor-wort versehen von Gottfried Pfeifer. Colloquium Geographicum 4, Bonn

Notes

1 Ceci s’explique probablement par les conditions climatiques car cette côte est relativement humide à cause de l’alizé (même pendant la période sèche) ; elle subit aussi occasionnellement, en hiver, les vagues d’air froid de la zone polaire de l’Amérique du Nord, qui peuvent en tant que « nortes » entraîner de fortes baisses de température et de fortes chutes de pluies.

Table des illustrations

Titre Tab. 1 Typologie des stations balnéaires au MexiqueNombre de phases se développant dans un endroit
Légende A : Phase primitive, sans investissements notablesΒ : Investissements privés, sans planification généraleC : Investissements publics et privés considérables, planification intégrale
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1439/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre FIG. 1
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1439/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Tab. 2. Chronologie du développement de quelques stations balnéaires selon leurs phases d’investissement
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1439/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Tab. 3. Provenance des touristes à Cancun, 1976 et 1977
Légende Source : FONATUR
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1439/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Tab. 4. Entrées des touristes étrangers au Mexique, à Cancun et à Zihuatanejo-Ixtapa et leurs changements entre 1975 et 1978
Légende Source : FONATUR
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1439/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Tab. 5. Investissements et crédits réalisés par FONATUR pour la construction d’hôtels, 1973 à 1978
Légende +) millions de pesos mexicains ; source : FONATUR
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1439/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre FIG. 2
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1439/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre FIG. 3. DESARROLLO TURISTICO DE LA COSTA PACIFICA MEXICANA ENTRE PUERTO VALLARTA Y MANZANILLO, 1964-1978 TOURISTIC DEVELOPMENT OF THE PACIFIC COAST OF MEXICO BETWEEN PUERTO VALLARTA AND MANZANILLO, 1964-1978
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1439/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 663k
Titre FIG. 4 CANCUN
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1439/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre FIG. 5
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1439/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 550k

Auteur

Université de Mainz

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter