Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(A) Grands aménagements et modèles techniciens

Aménagements hydrauliques au Brésil : « Frontières » sans pionniers ?

Hervé Théry

Texte intégral

1Le Brésil est, on le sait, une terre de pionniers, mais il n’est pas précisément connu comme un « royaume hydraulique ». La pluviosité y est presque partout suffisante pour l’agriculture et la densité de la population n’a ni permis ni justifié de grands travaux dont l’idée même était fort étrangère aux civilisations qui s’y sont développées. Pourtant depuis quelques années les phénomènes pionniers y prennent quelquefois la forme de grands aménagements hydrauliques dans des zones reculées du pays : il semble que l’on reconnaisse maintenant que la terre et le feu ne soient pas les seuls éléments dont le pionnier puisse jouer, mais qu’il en existe un troisième l’eau, qui à la fois lui impose des contraintes et lui offre des possibilités.

2Les contraintes sont apparues les premières, et elles ont fait sentir que l’eau était une ressource de valeur, qui parfois pouvait faire défaut. L’existence dans le Nordeste intérieur du « polygône des sécheresses » où des millions de paysans sont périodiquement « flagelados » (« flagellés ») par l’irrégularité des pluies a requis depuis la fin de l’Empire l’attention des gouvernements et suscité de grands travaux hydrauliques, au succès longtemps fort limité. A leur suite, depuis une vingtaine d’années, a été développée une politique d’irrigation qui vise à la fois à fixer l’homme à la terre et à conquérir de nouvelles terres en tirant parti des ressources en eau qui existent par endroits et par moments dans ce milieu semi-aride : on voit donc l’eau, de limitation qu’elle était, devenir une ressource qui permet de repousser la frontière de l’occupation humaine.

3Par ailleurs elle était déjà apparue comme une ressource à utiliser dans un domaine qui devient de jour en jour plus « sensible », celui de l’énergie. Les hasards de l’hydrographie ont pourvu le Brésil d’un potentiel hydroélectrique qui compte parmi les plus importants au monde et sa mise en valeur est maintenant bien entamée, en particulier avec la construction de grands barrages sur les rios Paraná, São Francisco et Tocantins. Par leur taille, par l’exploit technique que représente la production d’électricité sur des fleuves aussi imposants et son acheminement jusqu’à des centres de consommation souvent fort lointains il s’agit là d’ouvrages remarquables.

4Cependant le côté le plus intéressant de ces aménagements pour qui s’intéresse aux phénomènes de « frontière » est ailleurs. Ces grands travaux, tous situés dans l’« intérieur » ont en commun à la fois d’incorporer de nouvelles portions d’espace dans l’économie nationale et de transformer en profondeur les régions affectées. On pourra se demander comment se fait le passage, et en particulier ce qu’il en est de l’utilisation des ressources locales ainsi « mises en valeur » : au profit de qui se fait-elle ? Il semble que la grande nouveauté de ces opérations techniques par rapport aux phénomènes pionniers plus classiques soit que désormais la technique permette en grande partie de se passer des hommes qui vivent dans ces régions, pour en extraire les richesses.

De la lutte contre la sécheresse à l’irrigation

5Les premiers aménagements hydrauliques brésiliens ont été faits sous la pression de la nécessité, et même de la catastrophe. Alors que, jusque-là, l’espace disponible avait permis une mise en valeur très extensive, de véritables tragédies dans la seule région sèche du pays amenèrent à entreprendre de grands travaux de sauvegarde, et ce n’est que bien plus tard qu’un véritable programme d’irrigation fut lancé. Il y a là une évolution intéressante où le technique et le politique s’entremêlent étroitement.

6Alors que le total annuel des précipitations au Brésil dépasse presque partout 1.250 mm, le Nordeste intérieur ressort sur toutes les cartes comme une zone semi-aride. Il est bien connu que ce n’est pas tant le total annuel des pluies — convenable en bien des points — que leur irrégularité qui est dans le sertão (la région sèche) cause de catastrophes. Connues depuis l’aube de la colonisation les « sêcas », les grandes sécheresses périodiques, avaient empêché le peuplement dense de l’intérieur, limité à la constitution de vastes domaines d’élevage extensif assez peu vulnérables. Toutefois avec la seconde moitié du xixe siècle la situation change complètement, grâce à la conjonction exceptionnelle de plusieurs facteurs : de 1845 à 1876 on ne nota aucune sécheresse importante, au moment précis où se répandait des espèces de coton arboré résistantes et où la demande mondiale s’accroissait, en particulier pendant la guerre de Sécession qui réduisit considérablement l’offre des Etats-Unis. Il s’en suivit un « boom » cotonnier qui amena dans le sertão une population nombreuse de petits agriculteurs et augmenta donc le nombre de personnes exposées à la sécheresse. La chute des prix après 1871 et la terrible sécheresse de 1877-1878 leur portèrent des coups terribles : un demi-million de morts, des centaines de milliers de paysans réfugiés dans les camps du littoral ou obligés d’aller tenter leur chance dans la forêt amazonienne ou les plantations de café du Sud.

  • 1 Un résumé de l’histoire de la lutte contre les sêcas et une bibliographie importante sur le sujet (...)

7Cette catastrophe sans précédent au Brésil, et celles qui suivirent en 1900 et 1915 suscitèrent les premières réactions gouvernementales1 et dès décembre 1877 une commission d’enquête conclut à la nécessité de construire, outre des routes pour acheminer les secours, des réservoirs (açudes) qui permettent de stocker l’eau au cours de la courte saison humide. Quelques réalisations spectaculaires virent le jour et la construction des réservoirs devint le principal, voire l’unique, moyen de lutte contre la sécheresse, confiée après 1906 à une agence spécialisée, la Superintendencia de Estudos e Obras contra os Efeitos da Sêca, connue à partir de 1818 comme l’IFOCS (Inspectoria Federal de Obras Contra a Sêca).

8L’histoire de l’IFOCS fut assez troublée par ses tribulations politiques, ses fonds augmentant brutalement avec le retour de nouvelles périodes sèches et l’influence des politiciens du Nordeste au niveau fédéral, retombant tout aussi brutalement entre temps. A la période « faste » de 1921-1922 sous Epitacio Pessoa succéda la contraction sous Artur Bernardes ; la sécheresse de 1930-1932 et la présence de José Américo de Almeida au ministère des Travaux Publics ramenèrent des crédits importants et aidèrent à faire inscrire dans la Constitution de 1934 une clause réservant 4 % des recettes fiscales à la lutte contre les sécheresses. Après celle de 1945 l’IFOCS devint le DNOCS (Departamento Nacional de Obras contra as Sêcas) et son siège fut transféré de Rio à Fortaleza, capitale du Ceará, l’Etat le plus affecté par les sécheresses — ce qui semble un strict minimum — sans que cela marque de grand changement dans son action. Or le moins qu’on puisse dire est que les résultats n’en avaient pas été très brillants, et cette estimation fut partagée par de plus en plus de gens au cours des années 50. Si la « politique hydraulique » avait été un succès du point de vue du stockage de l’eau puisqu’en 1965 le sertão disposait de 2,9 milliards de m3 en réserve (total qui serait porté à 11,4 en 1972), les buts sociaux quant à eux étaient fort loin d’être atteints : en 1951 il avait fallu secourir 60.000 flagelados et la sécheresse de 1958 atteignit encore durement la région. 536.000 personnes, 13 % de la population du Nordeste dut se tourner vers les « fronts de travail », sorte d’ateliers de charité employant les réfugiés à des travaux d’utilité publique, routes ou açudes, moyennant un salaire qui assure tout juste leur survie. Dans le Ceará, la production des principales cultures avait baissé de plus de 60 %, on vit revenir la famine, les maladies de carence et l’émigration des jeunes hommes, cette fois vers les chantiers de Brasilia. Cet échec manifeste amena à reconsidérer toute la politique menée dans le Nordeste.

  • 2 L’évolution de la politique pour le Nordeste est retracée par Stefan H. Robock : Brazil’s developi (...)

9Alors que jusque là la lutte contre la sécheresse avait été pratiquement la seule forme d’aide au développement de la région, on se rendit alors compte qu’il fallait envisager une action plus vaste et moins spécialisée, qui prenne en considération l’ensemble des problèmes et pas seulement ceux du sertâo (eux-mêmes réduits à ceux de l’eau, qui en dissimulaient bien d’autres). Le diagnostic de trois quarts de siècle d’action publique sans beaucoup de succès fut établi par le groupe dirigé par Celso Furtado, posant les bases de ce qui serait la Sudene, qu’il dirigerait2. L’aménagement hydraulique sous la forme du stockage de l’eau dans les açudes cessait donc de tenir lieu d’aménagement régional et dès lors ne constituait plus qu’une partie d’une politique plus vaste. Notre propos ici y étant limité, nous nous y tiendrons cependant.

10Comment en expliquer l’échec ? A l’intérieur même de la logique choisie, celle des réservoirs, des défauts nombreux étaient manifestes : la plupart des travaux étaient effectués non pas avant, mais pendant les sécheresses, par les fronts de travail, et abandonnés au retour des pluies ; la géométrie des retenues n’était sans doute pas la meilleure possible sous ce climat à forte évaporation, l’alluvionnement en comblait une partie. Par ailleurs le DNOCS fut accusé à diverses reprises d’avoir partie liée avec les industrias da sêca, des individus qui tiraient partie de la sécheresse en détournant à leur profit les fonds de secours ou en s’en servant pour valoriser leur propre domaine. De même on le savait proche des groupes politiques les plus influents, au point de parfois distribuer ses subsides en fonction des votes aux élections locales et régionales, en particulier pour celle des gouverneurs en 1958. Un indice de la corrélation qui existait entre les pressions politiques et l’action du DNOCS apparaît dans les extensions successives des limites officielles du « polygone des sécheresses ». Délimité pour la première fois en 1936 il comptait originellement 620.000 km2, sa limite Sud étant reportée de plus en plus loin, jusqu’au cœur du Minas Gerais, en des zones peu affectées en réalité par la sécheresse. Le tracé même des limites au Sud (cf. cartes 1 et 2) qui inclut tel municipe, exclut tel autre, montre assez que l’important est l’aide financière du DNOCS et non la mesure rigoureuse des précipitations. L’alliance avec les grands propriétaires, essentiellement des éleveurs, explique enfin le peu d’importance de l’irrigation malgré les millions de mètres cubes d’eau stockés : les réserves servaient surtout à abreuver leur bétail en cas de sécheresse et le DNOCS répugnait à exproprier les terres irrigables qui leur appartenaient, pour y installer des colons, comme la loi l’y autorisait. C’est pourquoi en 1958 moins de 6.000 ha étaient sous irrigation, dont 84 % étaient propriété privée (60 % appartenant à des propriétés supérieures à 40 ha).

  • 3 En dehors de ces deux agences le seul organisme fédéral qui au Brésil implante des périmètres irri (...)

11Avec la naissance de la Sudene les choses changèrent quelque peu. Celle-ci lança elle-même des projets d’irrigation dans les vallées du Jaguaribe et du São Francisco, héritière de la CVSF (112.000 ha)3. Ces périmètres sont pour la plupart regroupés dans des « aires prioritaires » (carte 2), en général des bassins fluviaux, les principaux étant ceux du Jaguaribe et du São Francisco, sans que cela exclue les périmètres plus isolés qui, en fait, étaient déjà en production ou en construction. Le programme fut encore amplifié en 1975 puisque les deux organismes portèrent leur objectifs à 150.000 et 292.000 ha pour la fin de la période du IIe PND (Plan National de Développement), chiffres qui d’ailleurs furent eux-mêmes révisés plusieurs fois. Le but de cet ambitieux programme était triple : l’emploi, les revenus, la production. 115.000 emplois directs devaient être créés (et 230.000 emplois indirects, ce qui au total touche un million de personnes), le revenu par tête des agriculteurs engagés dans l’irrigation devait passer de 100 à 300 $, la production des périmètres permettrait l’exportation de 12,6 millions de dollars de fruits et légumes. On fixerait ainsi une importante population dans le sertão, en lui donnant de surcroît une qualification, une capacité d’organisation et de coopération, en un mot, pour reprendre les termes du projet un « comportement économique rationnel », les projets techniques, tâche que le DNOCS et la Codevasf confièrent à des bureaux d’études étrangers (Tahal Consulting, Israel, SCET et BDPA, France, Development & Resources Corp., Etats Unis) ou brésiliens (Hidroservice, Tecnosolo) avec l’appui et le financement d’organismes internationaux ou nord-américains. Ces études en elles-mêmes représentent des marchés importants et disputés et surtout ils ouvrent la voie à des contrats encore plus considérables pour la construction des périmètres eux-mêmes. L’intérêt des bureaux d’études, celui des entreprises de construction (qui veulent justifier le coût de leur travail), celui de la Codevasf ou du DNOCS (qui veulent justifier leur stratégie fondée sur l’irrigation) se rejoignent donc pour les inciter à « prouver » l’intérêt économique et les excellentes perspectives financières des périmètres à créer. Ceux-ci sont donc construits à partir d’études techniques qui sont essentiellement des travaux d’agronomes, d’ingénieurs et d’économistes, en tout cas sans consultation des populations concernées. Ce sont en quelque sorte des paris : une production très lucrative couvrira largement les énormes frais initiaux et enrichira les colons, leur permettant d’engager la main d’œuvre nécessaire pour ces cultures délicates, et donc de fixer sur place une population importante.

  • 4 II° Plano Nacional de Desenvolvimento. Programa de irrigação do Nordeste semi-árido, 1976-1979. DN (...)

12Dans quelle mesure ce pari a été tenu ne pourra être réellement déterminé qu’en 1980, au terme prévu par le PPI. On peut toutefois en avoir une idée en examinant la situation en 1975 telle qu’elle apparait dans les programmes pour la période 1975- 1979 publiés par les deux organismes (cette situation est représentée par la carte n° 1) et à travers les études de terrain menées en 1976-19784.

13Au total on est bien loin du compte. Même si les travaux engagés sont menés à bien — ce dont les retards qu’ils ont connu permet de douter — on n’atteindra pas les objectifs visés : en 1975 un peu plus de 7.000 ha seulement étaient en production (sur 195.000 prévus pour 1980) et 900 familles de colons installées (sur 21.000). La faute n’en incombe d’ailleurs pas totalement aux agences brésiliennes, mais elles reconnaissent implicitement qu’elles avaient peut-être visé trop haut : dans sa brochure publiée en 1976 pour son 4e anniversaire la Codevasf titrait « en 1979 il y aura 50.300 hectares irrigués dans la vallée » alors que les diverses versions des objectifs pour 1979 s’échelonnaient entre 202.800 en 1975, 168.109 en 1976 et 175.318 dans cette même brochure.

14Si, suivant Anthony Hall, nous reprenons les principaux objectifs visés (emploi, revenus, production), nous pouvons établir une sorte de bilan à mi-course. La fixation d’une population dense dans le sertão était le but prioritaire dans les textes de lancement, il était en tout cas dans le droit fil des politiques précédentes : l’irrigation devait être une sorte de front pionnier, renforçant le peuplement de la zone semi-aride et surtout la stabilisant. Les grands périmètres irrigués qui se mettent en place actuellement contribuent assez peu à cet effort : si leurs plans se réalisaient le DNOCS et la Codevasf, en absorbant 22.000 et 10.000 familles auraient absorbé moins de 2 % de la population rurale « excédentaire » du Nordeste. Ce modeste succès est payé d’un prix formidable, on a calculé que dans les cas étudiés de près par A. Hall pour un colon installé en moyenne six personnes avaient été déplacées afin de lui faire place. Cet aspect embarrassant est généralement passé sous silence, mais il s’explique fort bien : les sites choisis pour implanter les périmètres sont ceux où l’on dispose à la fois de ressources en eau et de bons sols, c’est-à-dire le plus souvent de sols alluviaux. On a donc surtout choisi les sites de vallées, que ce soit celles de cours d’eau permanents ou périodiques. Or dans un sertão aux densités de peuplement assez faibles, les vallées sont précisément, avec les quelques hauteurs plus humides, les seuls points de concentration de la population paysanne qui avait elle aussi, et bien plus tôt, compris les avantages de ces micro-milieux. Il a donc fallu déplacer beaucoup de monde pour implanter l’irrigation, qui absorbe bien moins de main-d’œuvre permanente que la petite agriculture qu’elle remplace. Les modalités du déplacement n’ont en outre pas été des plus satisfaisantes, beaucoup des paysans expropriés n’avaient pas de titre de propriété en bonne et due forme et ont donc été indemnisés sur la base des quelques améliorations qu’ils avaient pu apporter à la terre, essentiellement leur maison et quelques plantations. Le paiement a dans plusieurs cas été fort tardif, avec des délais de deux à cinq ans pendant lesquels une bonne partie des fonds est dévorée par une inflation qui oscille entre 40 et 60 %. Les sommes perçues ne permettent pas de racheter sur place une exploitation équivalente puisque le périmètre absorbe une bonne part des terres les plus fertiles, et l’utilisation des terres sèches n’a de sens que dans un système qui les associe aux terres « mouillées », système que détruit l’implantation de l’irrigation moderne. De plus les paysans déplacés peuvent rarement, bien qu’ils soient en principe prioritaires, devenir colons sur leurs anciennes terres. Les critères de sélection retenus, entre autres ceux de l’âge (19-60 ans), de l’état de santé et du niveau d’instruction, écartent beaucoup d’entre eux et l’opposition aux « aménageurs » est souvent si forte que dans plusieurs cas les candidatures n’ont même pas été déposées : à Morada Nova 26 % seulement des candidats potentiels se sont présentés, au total 4 à 5 % seulement de la population a pu rester sur place. Bien loin donc d’absorber un grand nombre de flagelados victimes des sécheresses périodiques du sertão, les nouveaux périmètres irrigués expulsent précisément quelques-uns des rares privilégiés qui en étaient quelque peu protégés, sans que rien soit vraiment prévu pour leur permettre de rester. Beaucoup d’entre eux vont grossir les rangs de la population sans emploi fixe des petites villes voisines (São Desiderio a vu sa population passer de 10.000 à 14.000 habitants entre 1970 et 1974) en attendant sans doute d’aller gonfler encore les métropoles du littoral. Si les bonnes intentions annoncées ici et là ne sont pas suivies d’effet avant que ne soient réalisées les implantations actuellement en cours, on pourrait bien assister à des troubles graves.

15Si l’on s’en tient aux privilégiés qui ont été admis sur les lots de colonisation, leurs revenus sont-ils au moins ce qui avait été prévu ? Toutes les études du DNOCS et des bureaux d’études prévoyaient des revenus familiaux égaux à cinq ou six fois le salaire minimum régional, ce que les comptes financiers actuels ne confirment pas. Si une petite minorité (5 % environ) a effectivement atteint un bon niveau de prospérité près des deux tiers des colons se trouvaient en 1975 endettés envers le DNOCS ou la Codevasf, et parfois contraints à des expédients comme la vente directe, clandestine et illégale de leur production, à des prix inférieurs à ceux du marché, pour nourrir leur famille. D’énormes différences de niveau de vie et de revenu apparaissent entre les colons, sans que l’on puisse toujours définir exactement la cause du succès des uns et de l’échec des autres. Sans nul doute le capital que certains ont pu apporter joue dans un sens, la malchance dans l’autre : certains lots ont été rendus inutilisables en peu de temps par la salinisation des sols, fréquente dans la région si l’irrigation n’est pas assez soigneuse. Les sites des périmètres ont surtout été choisis en fonction des ressources en eau, non des sols, et les grandes variations horizontales et verticales de leur composition fait du choix du lot une loterie où le colon joue à l’aveuglette son avenir et celui de sa famille. Ensuite, même sur un lot convenable il devra ensuite se révéler un chef d’entreprise avisé pour venir à bout de délicats problèmes de gestion : quand employer, combien payer, où trouver la main-d’œuvre supplémentaire dont il aura besoin ? Quelles cultures pratiquer, quand planter, combien d’engrais et d’eau employer ? L’administration du périmètre est certes censée le conseiller et le guider, mais plusieurs expériences ont montré qu’on ne maitrisait pas encore très bien toutes les questions et que les capacités nécessaires n’étaient pas toujours présentes. Quand même les conseils sont judicieux les paysans ne supportent pas toujours bien un contrôle tatillon de tous leurs actes sur un lot dont ils sont en principe responsables et ont parfois l’impression, si tout est trop organisé — pour leur bien — d’être réduit à un rôle d’exécutants. Entre les écueils opposés d’un dirigisme strict et pas toujours bien inspiré et celui d’un laxisme qui laisse désorienté, la marge est faible et les colons se sentent souvent mal à l’aise dans un statut où ils ont beaucoup de contraintes, beaucoup de responsabilités, pas toujours les moyens de les assurer et auquel leur passé les a bien mal préparés. On conçoit que l’effort demandé au colon et à sa famille puisse parfois dépasser ses capacités : certains qui menaient fort bien leur exploitation quand ils étaient petits irrigateurs privés, avec une polyculture jouant sur les terres sèches et les terres « mouillées », l’autosubsistance et la commercialisation, perdent pied dans les complexités redoutables de la grande irrigation commerciale.

16Cependant, au-delà des capacités individuelles et du hasard des lots, le sort des colons dépend en fait de la réussite globale des périmètres irrigués. Le pari de leur lancement reposait sur la production de produits de haute valeur aux consommateurs urbains, nationaux et étrangers. Des prévisions avaient été faites pour 1976 et 1980 en tenant compte de la croissance présumée de la demande et de l’offre et elles annonçaient une marge confortable pour toute une série de produits. La production des périmètres irrigués pour 1980 devait donc être centrée sur les agrumes (603.000 t), les légumes (302.000 t), le coton (254.000 t), les pommes de terre (226.000 t), les fruits (102.000 t). Au total les produits de haute valeur devaient représenter 84 % des récoltes, et des exportations étaient envisagées vers les Etats-Unis et l’Europe grâce à l’atout que représente la possibilité de produire hors-saison pour ces marchés de l’hémisphère Nord. La commercialisation serait assurée, en évitant les intermédiaires et leurs prélèvements, par un système centré sur les marchés régionaux de centralisation, classification, stockage et transformation qui vendraient ensuite directement sur les marchés de consommation, le tout sous le contrôle d’un organisme régulateur.

17La réalité n’est pas à la hauteur de ces prévisions. Les cultures pratiquées ne sont pas celles qui étaient prévues : sur les périmètres du DNOCS le coton, le riz et les bananes représentent 70 % des surfaces cultivées et seul le cas de Sumé fait exception, avec son importante production de tomates destinées aux conserveries. De même dans la vallée du São Francisco certains périmètres, comme celui de São Desiderio étaient encore récemment obligés de se cantonner dans les productions traditionnelles, faute de marché accessible. Il apparaît en effet que la demande a été surestimée gravement pour certains produits, entre autres les bananes, les raisins et les melons. Des possibilités existent pourtant puisque, par exemple, le marché de Recife est ravitaillé en pommes de terre par l’Etat de São Paulo, à plus de 2.000 km par la route, alors que les périmètres irrigués pourraient en produire. Il semble bien, en fait, que l’on doive cet état de fait à une mauvaise organisation de la production et de la commercialisation, qui devrait être particulièrement soignée pour éviter gaspillage et à-coups. Une planification du calendrier agricole déficiente, la dépendance excessive d’un ou deux produits peuvent être catastrophiques, d’autant que le système de commercialisation prévu n’a pas été mis en place et que chaque périmètre doit par ses propres moyens et au coup par coup trouver ses propres débouchés dans le circuit commercial normal, ce à quoi malgré toute leur bonne volonté les techniciens des agences ne sont pas forcément aptes. Il est pourtant difficile de revenir en arrière : si les prévisions sur le marché des fruits et légumes se sont révélés hasardeuses (ou si la capacité du système de petite colonisation publique à les produire est insuffisante) des estimations récentes montrent qu’un bon marché potentiel existe également pour les produits alimentaires de base, ceux précisément que cultivent les colons et auxquels ils sont habitués. Mais ces cultures ne dégagent pas les mêmes marges de profit car le coût des aliments de base est surveillé de près par un régime qui est très soucieux de la compétitivité de l’industrie et donc de maintenir la hausse des salaires dans de strictes limites. Or les investissements réalisés doivent — ou devraient, en stricte économie de marché — être amortis, et ils ne sont pas négligeables. Le coût d’implantation initial, estimé à 1 450 $/ha est environ le triple de celui de projets comparables au Maroc ou en Australie, et divers retards l’ont encore accru (ainsi dans le périmètre de Bebedouro, dans la vallée du São Francisco, le coût à l’hectare est passé de 1 450-1 950 en 1965 à 2 400 en 1971, date à laquelle le coût de maintenance était de 2 millions de dollars par an alors qu’aucun colon n’avait encore été installé. De plus les coûts de gestion sont élevés : la dotation en personnel d’encadrement et de bureau semble assez excessive même si on peut considérer que par ce biais quelques emplois sont crées dans ce Nordeste qui en manque tant (à titre d’exemple on peut citer le cas de São Gonçalo où, au moment de l’enquête d’A. Hall on comptait 300 employés du DNOCS pour 123 colons ou celui de Morada Nova où le rapport était de 180 à 253 et devait, au stade définitif passer à 230/500). Enfin les colons auraient dû au bout de quelques années racheter leur terre et leur maison mais, constatant leur insolvabilité les organismes d’aménagement ont renoncé pour le moment à en exiger le paiement. La Codevasf a même franchi un pas de plus en transférant la propriété de l’ensemble des terres et des installations à la coopérative formée par les colons, qui peuvent ainsi obtenir plus facilement des crédits bancaires. Les dettes contractées par les colons constituent une charge d’autant plus lourde que dans le cas où ils abandonnent et quittent les périmètres on a jusqu’à présent renoncé au remboursement. En fait toutes ces charges sont supportées par les budgets généraux du DNOCS et de la Codevasf, et non par ceux des périmètres, à la fois parce qu’on considère — ce qui est légitime — qu’une aide doit être apportée à cette région déshéritée et en partie parce que ce mode de calcul permet de justifier la stratégie choisie. Pourtant le déficit chronique de la majorité des colons prouve que malgré ces coups de pouce l’équilibre financier est difficile à atteindre. Toutes les analyses coût-profit sont discutables en matière d’irrigation mais tout donne à penser que celles des périmètres du Nordeste ont été quelque peu forcées au départ ou peu réalistes pour ce type de colonisation et le repli actuel sur des cultures plus rustiques et moins profitables leur a donné le coup de grâce. Les marges bénéficiaires espérées auraient peut-être permis de couvrir les coûts d’opération, ce n’est pas le cas actuellement : dans ces conditions que peut-on espérer pour les années à venir ?

Une réorientation du programme d’irrigation ?

18Plusieurs voies peuvent être envisagées. La première consistera à mener à bien le programme originel ; si les périmètres en construction sont achevés et occupés par des colons la masse de production qui sera jetée sur le marché rendra nécessaire la mise sur pied d’un système de commercialisation sérieux, si du moins on veut éviter un gâchis aberrant dont certains ne manqueraient pas de tirer profit. Si les cultures prévues ne peuvent être pratiquées, pour des raisons techniques, économiques ou humaines, le bilan financier de l’opération sera sans doute négatif et il faudra envisager une forme de subvention permanente qui n’est pas impensable si elle bénéficie à la fois aux producteurs ruraux et aux consommateurs urbains. Sans que cette orientation soit tout à fait à écarter, l’évolution constatée à la Codevasf amène à penser que que l’on s’achemine vers une autre solution.

19Partant de l’échec patent des périmètres irrigués de colonisation, de l’importance des coûts à amortir, de la technicité de la production et de la commercialisation, la Codevasf a fait place dans ses périmètres à des entreprises commerciales de tailles diverses. Ce sont elles qui à terme se chargeront de toute la planification, de la production et de la commercialisation, la Codevasf se bornant à mettre à leur disposition, moyennant paiement, les lots aménagés et l’eau d’irrigation. Les périmètres en cours d’aménagement seront donc partagés entre les colons et les entreprises, dans des proportions variables selon les aires prioritaires.

20Il s’agit là d’un notable changement dans la perspective qui guide les grands aménagements hydrauliques de la zone semi-aride. Alors que pendant près d’un siècle ils ont été conçus comme une forme d’assistance à une région en détresse, ou du moins comme un moyen d’éviter des conflits trop graves dans une zone explosive, on prend maintenant conscience qu’ils peuvent être des investissements productifs. Déjà certains s’en étaient rendu compte, en particulier les grands éleveurs qui abreuvaient leur bétail grâce à l’eau des açudes, et le succès même de l’irrigation expérimentale publique a attiré l’attention sur elle : les stations de recherche ont prouvé que les rendements augmentaient de façon spectaculaire, que la maîtrise de l’eau sous ce climat aux températures presque constantes permettait d’obtenir plusieurs récoltes par an aux dates les plus favorables, alors que le changement des habitudes alimentaires dans les classes urbaines les plus favorisées et l’amélioration des transports routiers ouvraient de nouveaux marchés et donnaient les moyens de les atteindre. Tous ces facteurs, ceux précisément sur lesquels étaient fondés les espoirs des périmètres publics, entrent dans les calculs des entreprises agro-alimentaires, à ceci près qu’elles ne cherchent pas à fixer de population dans le sertão, mais au contraire, si possible à réduire les frais de main-d’œuvre. Dans ces nouvelles conditions le sertão n’apparait plus comme le « polygone des sécheresses » mais comme une nouvelle Californie, bien que son climat n’ait en rien changé, et ce qui était une terre répulsive où les seuls investissements envisageables étaient ceux, fort légers, de l’élevage extensif, devient une zone où avec d’assez gros frais on peut espérer de bons profits. La question principale devient donc celle de savoir qui supportera ces frais initiaux. Il arrive que ce soit l’entreprise privée elle-même, sous des formes diverses : cela peut aller du petit paysan actif qui cultive un lopin d’oignons près de Xique-Xique grâce à une pompe à moteur jusqu’à la grande exploitation viticole de la compagnie Cinzano, dans la vallée du São Francisco également. Pour le moment pourtant les périmètres publics restent les plus importants et la formule qui semblent se mettre en place dans la vallée du São Francisco, où sont situés quelques-uns des plus grands, est la suivante : l’organisme d’aménagement se charge de toutes les études préalables, de la construction des infrastructures et de la préparation des terres, puis procède à un appel d’offre auprès d’entreprises, selon les cas petites et moyennes ou très grandes. Une fois choisies les entreprises paient à la Codevasf une redevance calculée de façon à amortir les investissements réalisés et à couvrir le coût de fourniture de l’eau. C’est la hauteur de cette redevance qui permettra de dire si l’organisme public a eu un simple rôle d’initiative, puis rentre dans ses frais, a réalisé une opération lucrative ou subventionné libéralement des intérêts privés. Il faudra pour cela des recherches plus approfondies, pour le moment, nous en tenant au raisonnement géographique nous pouvons remarquer que la contrainte de l’eau a cessé de peser, grâce aux techniques modernes et au marché solvable qui en supporte les coûts, et qu’elle devient au contraire une ressource utilisable, un atout. Mais en même temps le contrôle que le littoral exerce sur l’intérieur se renforce encore : le choix des cultures et des calendriers agricoles est fait en fonction de ses besoins, les investissements en viennent, les gestionnaires également. On ne demande plus au sertão que son soleil, sa terre et son eau, et quelques-uns de ses habitants pour la cueillette en attendant, si cela se révèle plus intéressant, que des machines le fassent.

  • 5 Codevasf Ano IV, Codevasf, Brasilia 1979.

21Or cette nouvelle perspective pour l’irrigation dans le Nordeste est aussi celle qui se dégage quand on considère une toute autre catégorie d’aménagements hydrauliques, les grandes centrales hydroélectriques.5

Les grands équipements hydroélectriques et leurs effets

  • 6 Rogerio CERQUEIRA LEITE Energia, os caminhos para ο Brasil. Digesto Economico, n° 265, Fev. 1979, (...)
  • 7 Jean-Michel BEYNA Crise de l’énergie et développement régional au Brésil. Problèmes d’Amérique Lat (...)

22Le Brésil possède un des plus importants potentiels hydroélectriques au monde, bien que les estimations soient toujours sujettes à caution on peut retenir l’ordre de grandeur de 150.000 MW, dont un tiers dans le bassin de l’Amazone, un peu moins dans celui du Paraná, 10 % dans celui du São Francisco, le reste, environ un quart, sur les petits fleuves côtiers et pour une part minime sur les rios Paraguay et Uruguay. Ce potentiel est fort loin d’être utilisé en totalité, et l’hydroélectricité ne représente que 24 % du bilan énergétique brésilien contre 46 % au pétrole et 30 % aux autres sources (dont 27 % au bois)6. Or la montée des prix du pétrole (que le Brésil importe à plus de 90 %) amène à rechercher des sources d’énergie moins chères, renouvelables et qui ne dépendent pas de l’étranger. Deux voies s’ouvrent, celle de l’utilisation de la biomasse, en particulier l’alcool de canne à sucre qui pourrait se substituer à l’essence, et l’hydraulique qui devrait permettre de produire la totalité de l’électricité actuellement consommée (au lieu des 84,5 % qu’elle assurait en 1976) et même remplacer le fuel lourd dans beaucoup d’industries, à des prix très inférieurs (le tiers environ) à ceux de l’électricité d’origine nucléaire. De plus les estimations du potentiel hydroélectrique ont été faites sur la base de comparaisons de rentabilité avec le thermique à une époque où le pétrole valait 2 dollars par baril, ce qui imposait une limite de 450 $/Kw installé, qui pourrait aujourd’hui être portée à 2.000 $, ce qui ouvre de nouvelles perspectives. En comptant seulement sur un coût de 800 $ pour la génération et 800 $ pour la transmission on peut envisager d’augmenter la production de 10 % par an (4.000 MW) pour un investissement de 6 milliards de dollars par an. Ce serait là continuer et amplifier l’énorme effort consenti pendant la période du IIe PND, qui prévoyait la mise en chantier de centrales d’une capacité de 40.000 MW pour un investissement de 24,3 milliards de dollars, ce qui place le Brésil au deuxième rang mondial, après l’URSS, pour les programmes de construction de centrales hydroélectriques7. Un énorme travail d’aménagement est donc en cours, qui n’est pas sans conséquences notables dans les zones de frontière, à tous les sens du terme.

  • 8 D’après IBGE : Sinopse estatístico do Brasil, 1971. Cité par Henshall et Momsen : A Geography of B (...)

23Il faut tout d’abord noter que la répartition des aménagements réalisés ou en cours n’est pas celle du potentiel que nous citions. Si on examine la situation au début de cette décennie et les projets qui étaient alors prévus (tableau n° 1), on constate que le déséquilibre n’est pas près de se résorber8. En effet, à part l’apparition de nouvelles centrales en Amazonie et la baisse de la part relative des fleuves côtiers, la structure reste la même, marquée par de très grandes inégalités régionales. Pour l’expliquer il est nécessaire de revenir un peu en arrière.

  • 9 Pour une description du système brésilien de production et de commercialisation de l’énergie élect (...)

24Du point de vue juridique l’exploitation de l’hydroélectricité au Brésil est fondée sur le code des eaux de 1934 qui régissait l’attribution des concessions. En fait il a fallu attendre les années 60 et la création de l’entreprise d’Etat Eletrobras pour assister au développement réel de la capacité installée. Jusque-là les sociétés privées s’intéressaient surtout à la distribution dans les grandes villes d’une électricité le plus souvent d’origine thermique. Le holding Eletrobras avec ses 13 filiales, ses participants dans 23 compagnies électriques est le maître d’œuvre réel de l’équipement des fleuves brésiliens et contrôle de plus en plus la distribution, notamment depuis la nationalisation de la compagnie Light qui dominait les marchés de Rio et São Paulo9, ce qui remet partiellement en cause un système où les pouvoirs publics assumaient les investissements lourds et laissaient au secteur privé la partie plus rentable de la distribution. Cependant la croissance rapide de la production hydroélectrique n’a guère modifié une situation où la demande de la région Sudeste domine tout le reste. En 1972, elle représentait près de 80 % de la capacité hydraulique installée bien que sa population n’ait été que de 43 % du total brésilien, alors que le Nordeste avec 30 % de la population n’en avait que 9 % (pour le Nord, le Sud et le Centre-Ouest, les trois autres grandes régions, les chiffres correspondants étaient de 4 et 0 %, 18 et 7 %, 5 et 6 %). En termes de bassins hydrographiques le fait le plus remarquable dans cet aménagement inégal était sans doute l’absence de toute mise en valeur des fleuves amazoniens, le plus puissant ensemble fluvial du monde, alors que les petits fleuves côtiers représentaient dans le bilan d’ensemble une place disproportionné à leurs débits, même si on prend en compte le surplus de puissance que leur donnent les fortes pentes du rebord du plateau brésilien. En fait leur place tenait à leur proximité des principaux centres de consommation, le triangle Rio-São Paulo-Belo Horizonte, qui regroupe on le sait l’essentiel des activités industrielles du pays. C’est également aux besoins de cette région qu’il faut rattacher l’équipement du rio Paraná : son débit, sa pente et sa relative proximité en font la grande ressource du Sudeste et expliquent qu’à eux seuls ce fleuve et ses affluents produisent plus de la moitié de l’hydroélectricité brésilienne et soit l’objet de projets non moins grandioses. C’est là le cœur du système de production brésilien, un ensemble qui supporte la comparaison avec les plus importants du monde. En dehors de lui on ne trouve guère en fait de grands équipements que le complexe de Paulo Afonso, sur le rio São Francisco, dont la première tranche en 1954 doubla la capacité installée du Nordeste et permit de desservir en 1960 18 % de sa population. Porté par étapes de 200 MW à 1.524 MW la capacité de ce complexe lui permet, avec le petit appoint de Boa Esperança sur le Parnaiba, de desservir la plus grande partie des villes côtières du Nordeste, de São Luis do Maran-hão à Salvador.

Tableau n° 1. Equipement hydroélectrique et projets d’aménagements au début des années 70

Tableau n° 1. Equipement hydroélectrique et projets d’aménagements au début des années 70

1. en Megawatts
2. en pourcentage

  • 10 Voir la bibliographie commentée d’H. LE DOARÉ dans Cahiers des Amériques Latines. n° 18, pp. 221-2 (...)

25Les constructions en cours, nous le disions, n’altèrent qu’assez peu cet ensemble. La grande nouveauté est la mise en chantier du barrage de Tucuruí, sur le Tocantins, un projet de 2,5 milliards de dollars pour une production prévue de près de 4.000 MW. Sur le São Francisco, entre Sobradinho et Paulo Afonso s’installe progressivement une série de barrages et de centrales qui devrait en 1982 atteindre une puissance de 7.800 MW. Mais la prédominance de Sudeste se renforce encore avec la construction du barrage d’Itaipu, sur le Paraná, le plus puissant ensemble hydroélectrique au monde (plus de 12.000 MW), avec tous les problèmes que pose une localisation frontalière10. Programme gigantesque donc, où des ouvrages de plus en plus gros sont implantés dans des zones jusque là peu intégrées à l’économie nationale, véritables œuvres pionnières. Quelles sont les conséquences pour les régions concernées ?

  • 11 Données communiquées par G. DUQUÉ, qui a participé au programme de réinstallation de la population (...)

26On peut distinguer plusieurs types d’impacts, à diverses échelles. A l’échelle locale l’effet principal est celui des réservoirs démesurés, nécessaires à ces centrales géantes. Celui de Sobradinho s’étend sur plus de 4.000 km2, une surface comparable à celle du Lac Albert et qui n’est dépassée par aucun plan d’eau en Amérique Latine, si ce n’est le Lac Titicaca. Dans cette zone vivaient, sur les bonnes terres alluviales des rives ou dans quatre villes et une dizaine de villages, 12.480 familles, soit près de 66.000 personnes. 70 % d’entre elles ont été relogées au bord même du lac, le reste s’est dispersé ou a accepté d’aller en amont, où l’INCRA (Institut National de Colonisation et de Réforme Agraire) a installé un projet de colonisation11.

3. La centrale du Tucuruí et son lac de barrage
1. Route Transamazonienne (et déviation projetée)
2. Chemin de fer
3. Réservoir du barrage
4. Projet intégré de Colonisation (PIC) Marabá

  • 12 J. AUGEL Energieversorgung am Rio São Francisco, Geographishe Rundschau, (30), 1, 1978, pp. 28-32.

27La construction du barrage d’Itaparica, actuellement en cours, doit causer le départ de 14.000 personnes12, faisant disparaître en particulier la ville de Petrolândia, terminus du chemin de fer qui contourne les chutes de Paulo Afonso et siège d’un des plus anciens périmètres irrigués de la région, en son temps un aménagement pionnier. Il en va de même, avec le barrage de Tucuruí à ceci près que ce sont là des aménagements plus récents qui sont détruits : la retenue va noyer rien de moins qu’une partie de la Transamazonienne, ce symbole pionnier du début de notre décennie. Avec les 120 km de la route disparaîtront (carte 3) quatre villes, un chemin de fer (abandonné), treize placers diamantifères, 21,5 millions de m3 de bois, une partie de la réserve indienne des Parakanã, déjà coupée par la Transamazonienne, et une partie du Projet intégré de colonisation (PIC) de Marabá, un des fleurons de l’INCRA. Ici encore des déplacements de population seront nécessaires, avec les conflits et les traumatismes multiples que cela entraîne. Ces problèmes se retrouvent sur le chantier d’Itaipu, vers lequel affluent des milliers de sans-travail qui gonflent la ville de Foz do Iguaçu comme gonflent les villes proches des autres chantiers.

  • 13 A. et C. EUZÉBY Mondes en développement n° 21, 1976, pp. 191-220.

28Tous ces effets négatifs des grands barrages sont bien connus pour avoir déjà été observés ailleurs dans le monde tropical, où se multiplient aujourd’hui les grands lacs artificiels. Depuis le lac Nasser bien d’autres ont suivi, partout des effets indésirables ont affecté les populations locales et amené à poser la question qui donne son titre à un article récent : « Les lacs artificiels : obstacles au développement ? »13. On constate en tout cas que les problèmes sont le plus souvent sous-estimés dans les études préalables, que les transitions nécessaires sont rarement bien menées, comme si au fond l’impact local ne tenait qu’assez peu de place dans les préoccupations des aménageurs. Il semble que ce soit en effet le cas la plupart du temps ; au Brésil, en tout cas, il est certain que l’objectif majeur est la fourniture d’énergie aux industries et aux villes du littoral et que le bien-être des ruraux n’est que très secondaire. Il en résulte d’autres effets aux échelles régionales et nationales.

  • 14 P. DORIA. Agravação do desnivel regional do Brasil — Aproveitamentos hidelétricos. Vozes, 71 (3), (...)
  • 15 Voir notamment les travaux du LA 111. Amazonies Nouvelles. Travaux et Mémoires de l’IHEAL n° 30, 1 (...)

29On a vu que les grands marchés de consommation électrique étaient les agglomérations côtières, en particulier celles du Sudeste dont le développement industriel est en corrélation étroite avec les disponibilités en énergie électrique abondante et à bas prix14. Or les nouveaux barrages en sont fort éloignés, de plusieurs centaines, voire de plusieurs milliers de kilomètres. Sauf dans le cas de Tucuruí dont la production devrait servir en partie à l’électrolyse de l’alumine, on n’envisage guère de déplacer la consommation vers la production, mais plutôt l’inverse, au prix de longues lignes de transport : des lignes de 1.400 km existent déjà et on envisage 1.700 km et plus. Dans un proche avenir les réseaux pour le moment indépendants du Nord (Eletronorte), du Nordeste (CHESF), et du Sudeste (CEMIS, CESP, etc.) seront interconnectés, ce qui permettra encore davantage de transferts. Cela ne va pas sans causer quelque inquiétude dans les régions productrices, qui voient ainsi leur force vive profiter à d’autres. Ainsi P. Doria, étudiant le cas du Paraná15, constate-t-il que la politique énergétique actuelle loin de corriger les inégalités régionales les aggrave encore. L’aménagement des rios Parapanema, Paraná et Iguaçú, sur le territoire de l’Etat du Paraná, se fait à un rythme bien plus rapide que l’accroissement de la consommation dans l’Etat, au point que dans deux décennies on peut en prévoir l’achèvement. La production d’électricité profite surtout à l’Etat de São Paulo à des conditions telles que le Paraná n’en tire pas avantage et perd un de ses meilleurs atouts, la disponibilité d’énergie, sans aucune contrepartie. Pour corriger ces désavantages P. Doria suggère une tarification différentielle dans l’Etat et hors de ses frontières ou le prélèvement d’un pourcentage de la valeur de l’énergie produite au bénéfice du Paraná, ce qui favoriserait son industrialisation du reste prévue dans le IIe PND. Ce serait là étendre aux ressources hydrauliques des dispositions qui existent déjà pour le pétrole mais ces propositions n’ont que peu de chances d’être acceptées car dans la période actuelle la centralisation l’emporte très nettement au Brésil sur les revendications des Etats, en particulier en matière d’énergie et de contrôle des ressources naturelles. Les besoins de l’économie nationale dans son ensemble sont considérés comme prioritaires et on n’accorde que peu d’importance aux effets locaux et aux conséquences sur l’équilibre ou les déséquilibres régionaux.

30En définitive l’étude des deux grands volets des aménagements hydrauliques au Brésil, dont le point commun au départ est la maîtrise de l’eau, nous a amenés à constater des similitudes qui ne sont pas propres aux techniques de l’eau mais bien plutôt à la place que tient désormais l’« intérieur » dans le développement économique du pays. Ils ont en commun d’être de grands aménagements techniques, caractéristique qu’ils partagent avec d’autres politiques comme celle de construction de routes ou d’exploitation minière.

Grands aménagements techniques et phénomènes pionniers

  • 16 Salvo BRITO S Les réseaux d’alimentation en énergie électrique et le développement national, l’exp (...)

31Les progrès techniques des dernières décennies ont permis d’exploiter sur une échelle beaucoup plus importante des ressources jusque-là inutilisables ou inaccessibles, et de les acheminer jusqu’au littoral où elles seront utilisées ou exportées. Dans ces conditions la place de l’intérieur dans l’économie nationale et la forme des phénomènes pionniers se trouvent complètement remis en question, et en particulier le sort des populations concernées. En effet pendant fort longtemps la condition première de la mise en valeur de zones « vierges » au Brésil a été leur peuplement. La production de la canne à sucre dans le Nordeste, d’or et de diamants dans le Minas Gerais, de caoutchouc en Amazonie, de café dans le Sudeste a nécessité le transfert d’esclaves d’Afrique, le déplacement de Nordestins, et l’immigration d’Européens ou de Japonais. Le contrôle des richesses produites passait par l’acheminement, forcé ou volontaire, de masses d’hommes importantes et leur maintien sur place par l’esclavage ou l’endettement. Cette nécessité a longtemps donné aux phénomènes pionniers leur caractère de « front » de peuplement progressant dans des terres vides, la tonalité des rapports sociaux fondés sur des relations de domination paternaliste entre quelques individus entreprenants et une masse de dépendants qui, pourvu qu’ils leur donnent de quoi vivre et quelque protection, louaient aux premiers ce qui était à l’époque le moyen de production principal, leurs bras. Depuis le milieu de ce siècle environ, les choses ont beaucoup changé et avec elles les phénomènes pionniers, et, en se gardant de pousser trop loin le paradoxe, on peut constater une tendance qui fait que, de plus en plus, la mise en valeur pionnière se passe de pionniers tels qu’on les a connus dans le passé. Si dans diverses régions du monde la mise en valeur des régions neuves passe encore par le déplacement vers elles de grands contingents de population, on constate plus souvent que les hommes ne sont plus considérés comme nécessaires à la mise en valeur et au profit. L’exemple amazonien l’a montré où l’on a vu les grands projets de colonisation agricole faire place à une occupation beaucoup moins peuplante par de grandes fazendas d’élevage, des scieries et l’exploitation minière16. Bien loin d’avoir à amener des hommes sur place on semble maintenant considérer leur présence comme une gêne, on l’a vu dans le cas des périmètres irrigués et des barrages, c’est aussi vrai en Amazonie et dans d’autres régions du Brésil où les conflits avec les « posseiros », occupants sans titre légal, se multiplient et s’aggravent. Les nouveaux moyens techniques donnent à ce qui est resté une minorité de possédants et d’aménageurs la possibilité de se passer en grande partie de main-d’œuvre (pas tout à fait cependant, il est souvent bon d’avoir sur place une petite population soumise et peu exigeante pour les travaux ingrats et peu qualifiés comme le défrichement, la construction des barrages ou des périmètres irrigués, certaines opérations de récolte).

  • 17 Cela suppose d’aborder les phénomènes pionniers de façon différente à l’avenir. Moins que le mouve (...)

32Le problème qui se pose évidemment au niveau macroéconomique, s’il est sans importance au niveau microéconomique, est de savoir ce que devient cette main-d’œuvre « excédentaire » dont par ailleurs on supprime ou bouleverse les moyens de subsistance et le système de production qui lui avait permis de trouver un certain équilibre, même si c’était à un niveau fort modeste. En termes plus géographiques cela se traduit en fait par une accélération de l’exode rural et un gonflement encore accru des grandes villes littorales. Ce type nouveau de phénomène pionnier ne se traduit donc pas par un peuplement des zones intérieures, donc par une plus grande répartition de la population, mais au contraire par leur dépeuplement et par une plus grande concentration sur le littoral. Si l’en n’y prend garde, on pourrait bien assister, au lieu de la « marche vers l’Ouest » que préconisait Juscelino Kubitschek, à une marche vers l’Est et à un retour à la situation où les Brésiliens étaient « comme des crabes griffant le littoral », la différence étant que la « mise en valeur » des ressources de l’intérieur serait malgré tout assurée. Ce seraient alors — et ce sont déjà — les villes côtières qui contrôlent tout le processus, ou plus exactement des individus qui y sont installés et qui visent les marchés qu’elles constituent, ou les marchés extérieurs17.

33Face à cette évolution on ne peut pas ne pas penser à un parallèle avec la situation des pays colonisés par rapport aux pays colonisateurs. Après la phase des colonies de peuplement et celle des plantations est venue une époque où l’intérêt s’est déplacé vers le contrôle des matières premières et des sources d’énergie, ainsi que vers celui d’une main-d’œuvre immigrée très bon marché qui vit à la périphérie des centres industriels dans des conditions de vie peu enviables : on pourrait pousser le parallèle sur un certain nombre de plan, sinon sur tous. Il a déjà été dit que le Brésil, parfois comparé à une Suisse dans un Pakistan, était le seul pays au monde à posséder ses colonies à l’intérieur de ses frontières, l’évolution actuelle ne semble pas démentir cette boutade, si c’en est vraiment une.

Notes

1 Un résumé de l’histoire de la lutte contre les sêcas et une bibliographie importante sur le sujet sont donnés par A. Hall : Drought and irrigation in North-East Brazil, Cambridge University Press, 1978.

2 L’évolution de la politique pour le Nordeste est retracée par Stefan H. Robock : Brazil’s developing Norteast : a study of regional planning and foreign aid. The Brookings Institution, 1963 et Β. Bret : Le Nordeste du Brésil, croissance économique et problèmes d’aménagement. Problèmes d’Amérique Latine n° 38, 1975.

3 En dehors de ces deux agences le seul organisme fédéral qui au Brésil implante des périmètres irrigués est le DNOS (Département National des Travaux d’Assainissement) responsable de 172.000 ha en 8 périmètres, pour qui l’irrigation compte moins que le drainage et qui n’agit que dans la partie Sud du pays, hors de la zone semi-aride.

4 II° Plano Nacional de Desenvolvimento. Programa de irrigação do Nordeste semi-árido, 1976-1979. DNOCS, Fortaleza, 1976.
II° Plano Nacional de Desenvolvimento. Programa de ação do governo para ο Vale do São Francisco, 1976-1979. Codevasf, Brasilia, 1975.
Zone de la Codevasf H. Théry recherches de terrain 1977-1978
CEAS A La vallée du São Francisco, une région sous-développée et sa mise en valeur Annales de Géographie n° 483, Sept. 1978 situação criada pela implantação do projeto de irrigação de São Desiderio Cadernos CEAS n° 44, 1976, pp. 38-52.
Zone du DNOCS A. Hall op. cit.
CEAS Irrigação no Nordeste
Cadernos do CEAS n° 58, 1978, pp. 28-31.
Irrigaçâo e desenraizamento, a experiencia de Morada Nova
ibidem pp. 32-43.

5 Codevasf Ano IV, Codevasf, Brasilia 1979.

6 Rogerio CERQUEIRA LEITE Energia, os caminhos para ο Brasil. Digesto Economico, n° 265, Fev. 1979, pp. 261-297.

7 Jean-Michel BEYNA Crise de l’énergie et développement régional au Brésil. Problèmes d’Amérique Latine n° 48, 1978.

8 D’après IBGE : Sinopse estatístico do Brasil, 1971. Cité par Henshall et Momsen : A Geography of Brazilian development. Bell & sons, 1976.

9 Pour une description du système brésilien de production et de commercialisation de l’énergie électrique voir J.M. BEYNA op. cit.

10 Voir la bibliographie commentée d’H. LE DOARÉ dans Cahiers des Amériques Latines. n° 18, pp. 221-222.

11 Données communiquées par G. DUQUÉ, qui a participé au programme de réinstallation de la population menée par la CHESF (Compagnie Hydroélectrique du São Francisco).

12 J. AUGEL Energieversorgung am Rio São Francisco, Geographishe Rundschau, (30), 1, 1978, pp. 28-32.

13 A. et C. EUZÉBY Mondes en développement n° 21, 1976, pp. 191-220.

14 P. DORIA. Agravação do desnivel regional do Brasil — Aproveitamentos hidelétricos. Vozes, 71 (3), avril 1977, pp. 26-36.

15 Voir notamment les travaux du LA 111. Amazonies Nouvelles. Travaux et Mémoires de l’IHEAL n° 30, 1977 et Cahiers des Amériques Latines n° 30, 1977 et Cahiers des Amériques Latines, n° 18, 1978.

16 Salvo BRITO S Les réseaux d’alimentation en énergie électrique et le développement national, l’expérience du Brésil. Congrès CIGRE, Paris, 1978, n° 41-0, vol. 2

17 Cela suppose d’aborder les phénomènes pionniers de façon différente à l’avenir. Moins que le mouvement des hommes, on doit désormais étudier celui des capitaux, des marchés : c’est en fonction de leurs variations que des aménagements sont réalisés, et donc que l’intérieur est affecté. Cependant l’économie n’est pas tout, si elle est en amont l’explication nécessaire, en aval la transformation du peuplement qui est induit, celle des flux et de l’organisation de l’espace qui en résulte offre un vaste champ d’études où les géographes restent les mieux préparés.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Tableau n° 1. Equipement hydroélectrique et projets d’aménagements au début des années 70
Légende 1. en Megawatts2. en pourcentage
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1436/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Légende 3. La centrale du Tucuruí et son lac de barrage1. Route Transamazonienne (et déviation projetée)2. Chemin de fer3. Réservoir du barrage4. Projet intégré de Colonisation (PIC) Marabá
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1436/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 516k

Auteur

CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter