Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(A) Grands aménagements et modèles techniciens

Technologie, développement et fronts pionniers en Amérique latine. Deux exemples*

Paul-Yves Denis

Texte intégral

  • * Version abrégée de la communication de l'auteur.

1L’aménagement régional impliquant des espaces marginaux indifférenciés à l’échelle nationale et des technologies nouvelles est un des processus les plus intéressants mis en place ces dernières années en Amérique Latine.

2Quant aux caractères morphobio-climatiques des milieux naturels propres aux différentes aires frontalières ou pionnières concernées ainsi que leurs ressources et leur potentiel, il y aurait lieu d’établir deux catégories de fronts pionniers en fonction des activités et des types d’exploitation :

  1. Agriculture, élevage, activités agro-pastorales ; grandes propriétés foncières, minifundio, coopératives, etc.
  2. Ressources forestières, minières, pétrolières de gaz naturel ou hydrauliques et une troisième catégorie dite mixte impliquant une production s’incorporant aux deux premières tout en tenant compte des facteurs de précipitations élevées ou normales du réseau hydraulique, de l’accessibilité des espaces semi-arides ou arides et des disponibilités d’irrigation par le biais des cours d’eau allogènes encaissés ou des nappes phréatiques.

3Traditionnellement les fronts pionniers correspondirent à cinq types de colonisation, soit une colonisation dite agricole, spontanée, organisée, de peuplement et de production.

4Aujourd’hui, les menaces pour l’homme et son milieu dans certaines aires pionnières exceptionnellement vulnérables proviennent de quatre sources essentielles : une utilisation irrationnelle des ressources naturelles, renouvelables ou non, une organisation de noyaux urbains mal adaptée à des conditions locales de vie, une installation souvent incontrôlable de groupes de colons choisis ou de « précaristes » et surtout une technologie effrénée qui, trop souvent, n’a pas tenu compte de ses répercussions sur l’environnement.

5En principe, la technologie nous apparaît comme étant un matériel génétique qui porte en lui le code de la société qui l’a conçu et qui tente de reproduire la dite société dans un milieu prétendument favorable. Pour des raisons techniques et économiques, l’implantation de nouvelles techniques doit être un processus graduel. Dans tous les domaines, pour avoir du succès, les nouvelles technologies doivent d’abord coexister avec celles qui sont déjà en place et en même temps les remplacer graduellement. Par ailleurs, on admet volontiers que la diffusion n’a pas conduit au développement des économies les plus arriérées. Le problème ne tient pas à l’insuffisance quantitative des techniques diffusées, car cette diffusion a été un trait constant de l’expansion occidentale depuis ses débuts ; il ne repose pas davantage sur la résistance culturelle à l’acceptation et à l’utilisation de la technologie dans les aires technologiquement arriérées ; il semblerait au contraire que le problème de la technologie et de la diffusion vienne de son association même avec le système capitaliste internationale qui impose des critères de rentabilité.

A – Un exemple costaricain

6Dans le cas du Costa Rica, quelques débordements de population se sont amorcés à partir de 1890. Antérieurement, hors de la Vallée Centrale, seuls quelques points habités autour de Limon-Matina du côté atlantique, de Pantarinas et de Nicoya-Libéria du côté Pacifique, ont été occupés par les colonisateurs. Ils répondaient dans une certaine mesure à une pression démographique ou parallèlement à une structure socio-agraire comme le signalait Sandner en 1964. Toutefois, l’on doit reconnaître que les terres vierges alors disponibles à cette époque s’avéraient relativement rares à l’intérieur de la Vallée Centrale.

7Conséquence immédiate de la construction du chemin de fer reliant San José à Limon, ce débordement favorisait unilatéralement l’exportation de café et par conséquent celle de la banane suite à l’implantation des premières plantations dans les plaines très humides des fleuves Sixaola, Estrella et Tortuguero de la United Fruit Co., aujourd’hui appelée United Brands Co. La très forte demande en main-d’œuvre locale non spécialisée entraîna des déplacements de population vers la côte atlantique. Par la suite, la dégradation des sols et le mal de Panama incitèrent le déménagement des plantations en direction des plaines littorales humides du côté du Pacifique dans les régions du sud-ouest du Costa Rica, connues sous le nom de Golfito, Palmar et Quepos-Parrita. Une nouvelle zone vierge et difficilement accessible fut mise en valeur et devint un nouveau foyer d’attraction au profit des masses rurales prolétarisées de la Vallée Centrale. Il s’agissait donc d’un second front majeur de colonisation qui s’ouvrait.

8De 1950 à 1970, une nouvelle phase caractérisée par l’ouverture de la périphérie nationale aux colons et aux fronts pionniers par la construction de la route panaméricaine amorça une relance vigoureuse de colonisation par le biais de tentatives d’organisation. Ce nouvel axe permettait l’accessibilité à de nombreuses zones jusqu’alors marginalisées ; or cet état de fait ne correspondait pas tellement à des carences bio-physiques, mais bien à une situation d’inaccessibilité physique.

9A cette époque, la population se trouvait concentrée dans la Vallée Centrale dans une proportion de l’ordre de 56 %. De plus, de nombreux paysans s’y trouvaient systématiquement acculés à des sols à la fois restreints, érodés, marginaux ou en pleine phase de spéculation foncière. La mise en valeur de terres vierges sur les fronts pionniers déterminait une amorce de sécurisation à titre de solution. En 1952, une colonie italienne s’établissait en pleine forêt vierge et fondait le village de San Vito de Java à proximité de la frontière panaméenne.

Dessin : Isabelle Diaz, Laboratoire de Cartographie, département de Géographie, Université Laval.

10D’une façon générale, la colonisation dans l’aire costaricaine résultait essentiellement d’une action de groupes de colons nationaux plus ou moins structurés et de familles de colons ou d’individus qui persistent aujourd’hui à ouvrir de larges espaces de forêts vierges à l’exploitation forestière, à la culture, à l’élevage et malheureusement à des facteurs d’érosion latents de même qu’à une spéculation monopolisatrice au détriment de petits noyaux d’une population amérindienne envahie de façon implacable. C’est donc dire que, de 1960 à 1970 environ, la colonisation développait une nouvelle formule d’orientation grâce au renforcement de l’intervention étatique par le biais de l’Institut des Terres et de la Colonisation dans le cadre de son programme de colonies agricoles à l’échelle du territoire national.

11Au cours de la période actuelle, qui débute au cours des années « 70 », l’évolution d’une certaine originalité de la colonisation nationale s’appuyait sur l’accélération des processus d’urbanisation et de métropolisation d’une part et, d’autre part, sur l’épuisement irréversible des fronts pionniers traditionnels. Durant cette dernière phase, les fronts pionniers costaricains vinrent buter sur les frontières nationales de l’ouest et de l’est. En même temps, on recherchait une extension du territoire agricole afin d’entrer dans une ère d’intensification. De plus, une tendance actuelle au profit de la concentration de la propriété foncière en vue d’une diversification des activités agro-pastorales et de la rentabilité accrue de la production nationale continue de s’intensifier. Enfin l’Etat costaricain demeure un bienfaiteur paternaliste en même temps qu’un agent promoteur et un entrepreneur visant à assurer le développement et l’impact d’une diffusion technologique. Dans ce contexte, il conserve son statut de grand commercialisateur au profit des petits et moyens producteurs.

12Quoiqu’il en soit aujourd’hui, quelques plans viennent d’être révisés afin d’implanter ce qui semble constituer l’une des dernières colonies agricoles du Costa Rica, soit la colonie Wilson, sise à proximité du fleuve Tempisque dans la province de Cuanacaste. Le projet fait suite à l’achat de 30.000 hectares de terre d’une immense hacienda, dite ferme Wilson d’une superficie de quelques 60.000 hectares, à des fins de redistribution et de réaffectation. Or, de ces 30.000 hectares, 23.000 ont été réservés au projet d’irrigation du Programme d’urgence pour le Pacifique Nord de l’Office de Planification, 2.000 ha. furent conservés pour la constitution du parc national de Palo Verde et 5.000 ha. pour la nouvelle colonie à implanter. Certes, l’on peut s’interroger sur la survie des paysans sur le sol affecté par une saison sèche prolongée durant près de sept mois et entaillé de profondes crevasses. L’on constate donc que le Gouvernement a tendance à distribuer des terres cultivables marginales qui risquent d’entraîner de sérieuses difficultés sur le plan écologique tout en maintenant leur décision qui persiste à vouloir utiliser un apport technologique poussé tout en assurant, dès le départ, des investissements financiers et éducationnels.

13Au cours des dernières années, on a également tenté de substituer à la colonisation une entreprise agricole communautaire non planifiée qui a été fort mal accueillie par des paysans traditionnellement très individualistes à cause de l’absence de diffusion d’informations pertinentes. C’est pourquoi l’Institut des Terres de la Colonisation s’oriente depuis 1976 vers un système de pôles de développement s’appliquant au précarisme rural en instaurant un programme à ce groupe socio-économiquement défavorisé et marginalisé géographiquement et écologiquement que sont les petits paysans.

14En somme, les colonies n’ont pas donné les résultats escomptés auprès des paysans directement impliqués. Leur individualisme et leurs craintes de l’interventionnisme légalisateur gouvernemental n’auraient guère favorisé leur intégration voire même leur participation à ce programme. Dans quelle mesure les institutions gouvernementales du Costa Rica pourraient-elles assurer, en dernière instance, une mise en exploitation fonctionnelle des dernières forêts vierges nationales, économiquement et écologiquement intégrées, sans que les individus aient été préalablement formés avant d’être contrôlés ? Une telle problématique demeure essentiellement vitale afin d’assurer la poursuite d’un objectif national d’utilisation optimale des ressources naturelles du pays parallèlement à une authentique consolidation des colonies agropastorales déjà en place.

15Enfin, les forêts qui occupaient 50 % de l’espace en 1971 n’en occupent plus que 40 % en 1978 suite à un rythme de colonisation spontané et incontrôlé qui affecte annuellement environ 50.000 hectares. Depuis 1960 le reboisement annuel se limite à 600 hectares seulement.

16Dans ces conditions on retrouve 4 conséquences qui affectent principalement les écharpes pionnières piémontaises :

  1. Une érosion systématique des meilleurs sols agro-pastoraux et forestiers impliquant une réduction du potentiel et de la productivité ;
  2. Une modification du système hydrique qu’associent une augmentation de sédimentation, une contamination progressive des eaux et une baisse de la nappe phréatique ;
  3. L’élimination progressive des meilleures catégories forestières nationales ;
  4. La disparition spontanée d’excellents sites touristiques nationaux par le biais de la destruction des conditions écologiques qui soulignaient la limpidité d’eaux poissonneuses et une végétation très sélective.

Β — Un projet de complexe agro-alimentaire intégré dans l’« aire pionnière intercalaire » de l’Anzoategui

L’environnement naturel et le milieu socio-économique

17Sise au cœur de l’aire nordestine orientale vénézuélienne de l’Etat Anzoategui qui s’étale du nord au sud entre la mer des Caraïbes et l’Orénoque, la région pétrolière et d’élevage très extensif de El Tigre se situe à mi-chemin entre le District Fédéral de Caracas et l’énorme expansion deltaïque du fleuve tropical d’une part, et d’autre part entre le port maritime de Puerto La Cruz en bordure de la façade nord de l’Etat et le port fluvial de Puerto Ordaz au point de jonction de l’affluent de la rivière Caroni avec l’Orénoque.

18Occupant en superficie 43.300 km2, correspondant à 4,2 % du territoire national, l’Etat Anzoategui se trouve enclavé entre les Etats Guarico à l’ouest, Sucre et Managas à l’est, ainsi que Bolivar au sud. La division administrative interne se limite à quatorze districts et quarante-huit municipalités. Enfin la population de l’Etat était de l’ordre de 580.000 habitants en 1976.

19Pour bien tenir compte des forces naturelles qui ont modelé ce paysage et qui continuent d’y exercer leur influence, il faut considérer l’interaction climat — sol -végétation qui détermine l’accessibilité des ressources et leur renouvabilité, et il faut aussi constater quelles ont été les occupations successives des terres. En effet, l’exploitation passée et actuelle a singulièrement modifié le potentiel des sols.

20Sur les marges piémontaises du versant sud, d’importants glacis alluviaux d’accumulation sont uniformisés sur de vastes surfaces des formations géologiques tertiaires antérieures. L’ondulation naturelle de l’expansion spatiale « Anzoatéguine » a favorisé les exploitations pétrolières étalées autour des petits noyaux urbains d’Anaco, Cantaura et El Tigre.

21Dans ce secteur, un vaste plateau relativement bas, de l’ordre de 250 mètres, s’étend à moyen terme entre l’Unare et l’Orénoque, rongé vers le sud par l’érosion régressive des affluents de ce dernier. En dépit de la tendance observée au sujet d’un régime local de moussons dans le delta de l’Orénoque, les alizés introduisent, en direction de l’intérieur, la persistance de précipitations plus faibles et d’importantes saisons sèches. En fait, la température moyenne oscille de 27° à 27.5° degrés centigrade, alors que la température maximale atteint 36° et la température minimale s’abaisse jusqu’à 16.5°. Dans la région de El Tigre, les précipitations annuelles s’établissent à 1,200 mm. Toutefois, le pourcentage d’évapotranspiration demeure supérieur à la moyenne des précipitations. El Tigre se présente donc comme une région assez sèche, couverte d’une savane buissonneuse avec des arbres rabougris lui conférant un aspect de parc. La Mesa Guanipa portait deux gros bourgs fondés au xviiè siècle : Pariaguan et Cantaura autour desquels gravitaient des fermes d’élevage extensif (hatos).

22Avant l’essor pétrolier, la Mesa de Guanipa était habitée par des tribus indigènes peu nombreuses et relativement mobiles. Semi-nomades, elles cultivaient et chassaient utilisant probablement le feu.

23Plus tard, l’économie « moderne » s’y trouvait représentée par de très grandes fermes d’élevage extensif de bovins largement plus importants que le bétail porcin, atteignant 98.693 tètes en 1971, et par des cultures maraîchères de maïs, d’arachides et de canne à sucre, parfois concentrées dans les lits majeurs des cours d’eau. L’élevage extensif correspondait aux interfluves de la savane arbustive et se localisait en fonction des coupures d’érosion agressive en dépit de l’infiltration importante des eaux de pluie sur la surface des Mesas.

24Le développement plus récent de la production pétrolière a bouleversé en général la vie rurale. Les travailleurs agricoles se sont orientés en direction des offres d’emploi proposées par les sociétés de construction et les industries concentrées dans quelques noyaux urbains du Front Pionnier de Guayana. Les environs d’El Tigre ne produisent que très peu pour l’agglomération économique, exception faite de la viande de bœuf, encore fournie par une cinquantaine de hatos des alentours. Le reste des produits alimentaires est ramené à grands frais de très loin, principalement de sucre (légumes) ou de Maracay et Valencia. Les ressources locales paraissent cependant suffisantes. Les alluvions du rio Tigre pourraient de nouveau porter les cultures maraîchères alors que les llanos de la Meseta demeurent disponibles à l’élevage bovin ou porcin. Les parties les plus sablonneuses se sont avérées les meilleures terres à arachides au Vénézuéla. Les essais réalisés par la municipalité demeurent convaincants.

25Il est donc évident que le régime d’occupation des terres est en plein changement et que l’utilisation des ressources du milieu (chaleur, eau, capacité de production primaire (végétale) et secondaire (animale) appelle de nouveaux aménagements dont le succès dépend de l’harmonie à réaliser entre le milieu naturel et les occupations agricoles, industrielles et urbaines. Les communications et le transport sont au premier plan.

26La production des puits autour d’El Tigre diminue. Depuis 1958, quelques dizaines de milliers de personnes ayant vainement cherché du travail sur place sont reparties en direction des principaux centres régionaux de Ciudad Bolivar et Ciudad Guayana en bordure du front pionnier de l’Etat Bolivar. Menacé dans son existence, El Tigre s’est découvert la fonction de carrefour routier. Pour joindre les lieux de production autour de la ville, au port d’embarquement de Puerto la Cruz, les compagnies avaient dû construire une route goudronnée rejoignant la route côtière Caracas à Cumana et un système d’oléoduc. L’installation d’usines sidérurgiques en Guyane fit le reste. Cependant, c’est la région d’El Tigre qui produit le plus de pétrole dans la partie nord-est du pays.

27Le développement des trois centres urbains d’El Tigre — El Tigritto — San Tome est relativement récent. En 1950, la population d’El Tigre ne comptait que 19,863 habitants et les deux autres villes n’étaient pas encore fondées. Avec l’exploration et l’exploitation des réserves pétrolières dans les années 50, la population d’El Tigre a atteint 41,961 habitants, et les nouveaux centres d’El Tigritto et San Tomé comptaient respectivement 20,946 et 5,625 habitants.

28Après 1965 l’importance de cette industrie dans la région d’El Tigre a diminué. Ce ralentissement n’a cependant pas eu de conséquences adverses pour l’économie urbaine. Au contraire, les trois villes continuaient d’expérimenter une croissance, quoique plus stable, grâce à la diversification de leur base économique. En 1971, la population d’El Tigre a atteint 51,384 et celle d’El Tigritto 22,724. Actuellement, la population urbaine est estimée à environ 90,000 habitants.

29L’extraction du pétrole contribue de façon substantielle à l’économie de la région. En 1974, les revenus de la raffinerie de pétrole située à El Tigre ont été de l’ordre de 35,3 millions de bolivares, soit l’équivalent de 67.7 % de la valeur des biens manufacturés dans la région. Cependant, seulement 119 emplois sont imputables au secteur pétrolier qui ne représente que 13,9 % des emplois du secteur manufacturier. En 1974, la ville d’El Tigre comptait 55 établissements manufacturiers incluant 16 usines d’alimentation et 11 entreprises spécialisées dans la fabrication du meuble. Ces établissements employaient 733 personnes en 1974.

AIRE PIONNIĒRE INTERCALAIRE DE L’ANZOUATEGUI AU CŒUR D’UNE AIRE D’HYDROCARBURES EN EXPLOITATION

AIRE PIONNIĒRE INTERCALAIRE DE L’ANZOUATEGUI AU CŒUR D’UNE AIRE D’HYDROCARBURES EN EXPLOITATION

Dessin : Isabelle Diaz, Laboratoire de Cartographie, département de Géographie, Université Laval.

Le projet : intégration, impact et technologie

30Ce projet a pour objectif la production de 400.000 porcs par an en utilisant les ressources agricoles de la zone, la mise en place rapide d’environ 400 exploitations familiales d’élevage de porcs, le conditionnement et la transformation des viandes produites.

31Le projet nécessite entre autre la construction et l’équipement des bâtiments requis pour les exploitations familiales, la construction et l’équipement des installations industrielles requises pour l’alimentation et l’abattage des porcs et la transformation des viandes en fonction de la demande, la mise en place des infrastructures, tel le bitumage d’une route d’environ 35 km, l’adduction d’eau, l’électrification et les égoûts.

32Le projet nécessite en outre la fourniture des services et biens nécessaires à sa réalisation, y compris la fourniture de reproducteurs.

33Le projet s’inscrit dans la politique d’autosuffisance du Gouvernement du Vénezuela vis-à-vis des importations étrangères. Il permet de promouvoir le développement d’un secteur de son agriculture et contribue à l’aménagement régional d’une manière systématique et rentable de la région de « El Tigre ».

34Le projet comporte toutes les opérations reliées à l’industrie porcine soit la production de nourriture pour le bétail, la production des porcelets, l’engraissage des porcs, la transformation primaire et secondaire de la viande.

35En somme, il s’agit d’un complexe agro-alimentaire intégré où toutes les opérations sont interdépendantes les unes aux autres, les produits et sous-produits d’une opération étant utilisés par les autres.

36Il est à prévoir que le projet aura un impact considérable, tant sur les plans national que régional. Formulé de façon rationnelle et réalisé d’une manière systématique, le projet aura des effets socio-économiques d’une importance aussi grande que durable.

37Issu directement de la décision du Gouvernement d’encourager le développement de l’industrie porcine à la campagne, le projet permet avec le temps de rendre à des fonctions urbaines une partie du territoire de la capitale nationale.

38Réalisé dans le cadre de politiques gouvernementales de mise en valeur des ressources du Venezuela, de développement régional et d’auto-suffisance en matière agricole, le projet permet l’utilisation de quelques 10.000 hectares de terrain, l’implantation d’une industrie régionale nouvelle et un approvisionnement important en viande de porc.

Notes de fin

* Version abrégée de la communication de l'auteur.

Table des illustrations

Légende Dessin : Isabelle Diaz, Laboratoire de Cartographie, département de Géographie, Université Laval.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1434/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Titre AIRE PIONNIĒRE INTERCALAIRE DE L’ANZOUATEGUI AU CŒUR D’UNE AIRE D’HYDROCARBURES EN EXPLOITATION
Légende Dessin : Isabelle Diaz, Laboratoire de Cartographie, département de Géographie, Université Laval.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1434/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 399k

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter