Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(C) Rôle respectif de l’Etat, des entreprises publiques et privées

Discussions et commentaires

Texte intégral

1Commentaire de G. LASSERRE

2La communication de M. Restrepo sur la colonisation des terres chaudes mexicaines nous montre que les autorités mexicaines sont parfaitement conscientes de la difficulté de coloniser cette « terre de bonne espérance » qu’est le tropique humide mexicain. On ne saurait rapprocher simplement les 10 millions d’hectares de terres à coloniser et les trois millions de campesinos sans terre. Une simple distribution égalitariste de terres ne règlerait rien. Comment aménager des terres pour qu’elles participent le mieux possible à la solution de trois grands problèmes mexicains : la carence de terres arables, l’insuffisance du marché de l’emploi, la crise des aliments de base. Eviter les chocs entre populations locales et immigrants ruraux, éviter la « ganaderisation » du Sud-Est, éviter l’emprise des multinationales, protéger les écosystèmes, devront diriger la politique lorsque l’Etat prendra la décision de mettre en valeur le Tropique humide mexicain.

3Question de P. GEORGE à M. RESTREPO

4Dans le SE mexicain, l’ouverture des chantiers pétroliers et des chantiers urbains associés a attiré des centaines de milliers de familles. Or les emplois sont temporaires. Qu’a-t-on prévu pour le recasement de cette main d’œuvre et de force de travail une fois les grands travaux achevés, compte tenu de la création d’un nouveau marché de consommation ?

5Commentaire de J. REVEL MOUROZ

6Dans la communication sur le Brésil on a dit qu’au Brésil il n’y avait pas de région. Je me demande si dans le cas du Sureste mexicain les mises en valeur non intégrées des ressources du pétrole et des terres colonisées empêchent le développement d’une région fondée sur des activités complémentaires.

7Il est important de voir la discordance entre politique de colonisation et politique extractive : L’exploitation pétrolière se surimpose aux zones de bonification (le gazoduc imprime sa marque dans le Plan Chontalpa) ; la sidérurgie et la ville de Lázaro Cárdenas occupent les terres d’un district irrigué à peine achevé ; le barrage de Tucurui (Brésil) noie 120 km de transamazonienne et une partie des zones colonisées depuis 1970.

8A cette concurrence pour l’espace s’ajoute les effets sur la main d’œuvre formée par les colons : le gonflement des villes au dynamisme démographique accéléré.

9Question de C. BATAILLON sur le commentaire de J. REVEL MOUROZ

10La politique de sécurité nationale joue un rôle général en Amérique du sud. Mais le degré d’autonomie des Etats du centre américain est beaucoup plus faible : le partenaire nord américain agit activement pour limiter et régler les conflits. Enfin le Mexique entre USA et Guatemala n’a aucune politique crédible de sécurité nationale.

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter