Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(C) Rôle respectif de l’Etat, des entreprises publiques et privées

Dynamique pionnière et organisation de l’espace au Brésil

Raymond Pebayle

Texte intégral

1Brésil, pays d’espace ouvert, pays pionnier.

2Il y a dans l’organisation spatiale actuelle du Brésil une logique qui semble avoir été souvent occultée par des perceptions régionales erronées importées de nos pays d’espace fermé. Au Brésil, en effet, les hommes qui conquièrent l’espace, qui s’y adaptent ou qui le transforment ne font pas œuvre définitive et le savent. Il n’y a pas dans les rapports entre l’homme brésilien et son milieu, cette volonté d’achèvement et de maîtrise de l’espace qui, ailleurs, font les régions, les traditions et parfois aussi les sous-développements par sénilité.

3En fait, le Brésil est une création constante et risque de le demeurer, tant qu’il y sera invité par ces immenses glacis d’expansion que sont les terres neuves de l’Ouest et du Nord.

  • 1 MONBEIG Pierre, Pionniers et Planteurs de São Paulo, Paris, A. Colin, 1952, 376 pages.
    La régional (...)

4Sur ce thème de l’espace disponible, de la dynamique pionnière et de l’organisation spatiale, spontanée et dirigée, nous aimerions tenter quelques réflexions détachées des héritages classiques, parce que très proches de ces « sociétés en mouvement » chères à M. P. Monbeig1.

1. Les caractères de la dynamique pionnière

5La dimension historique ne peut être évitée, tant la dynamique pionnière apparait souvent dans le temps brésilien. Certes, on connaît les pulsions d’origines économiques (café), les brutaux coups d’arrêt imposés par les sols qui s’épuisent (Ouest du Paraná) ou par les gelées... Mais il y a toujours eu conquête de terres nouvelles au Brésil. Et cette Constance pionnière est le plus logique des corollaires du système brésilien d’exploitation du sol.

6On pourrait en effet parler d’une auto-colonisation de l’espace. A l’origine de ce comportement du Brésilien vis-à-vis de son milieu, il y a souvent une attitude de seigneur foncier : les planteurs de canne à sucre, par exemple, ont imposé la conquête de l’Ouest nordestin pour leurs besoins en animaux et en viande. Les grands éleveurs du Sud, au contraire, ont ajouté très consciemment un volet agricole à leur production exclusive de viande, et cela en des terres forestières qu’ils méprisaient. Dans les deux cas, les privilégiés de la fortune foncière ont occupé les sols considérés les meilleurs pour les agro-techniques contemporaines et ont installé des économies et des sociétés dépendantes en des milieux écologiques considérés comme répulsifs (le sertão, les forêts).

7Puis, le système évolue sous l’effet des trop-pleins qu’il faut bien déverser sur de nouveaux espaces disponibles. Il y a d’un côté les héritiers auxquels il faut des terres ; d’un autre côté, il y a la main-d’œuvre dépendante et prolifique qui ne trouve pas à s’employer dans l’espace conquis. On transporte alors, dans l’intérieur désert ou peu peuplé, des systèmes de production et de travail déjà traditionnels.

8Jusque là, donc, l’espace disponible garantit le maintien de genres de vie franchement coloniaux et parfaitement définis.

9La plantation de caféiers change les motivations économiques, altère la société brésilienne, mais s’appuie toujours sur la conquête pionnière. La terre neuve, comme M. Monbeig l’a abondamment prouvé, est le carburant de l’énorme machine pauliste. Celle-ci, tant qu’elle le peut, utilise sur place les moyens faciles et traditionnels de la conquête spatiale : le bon marché des terres et la main-d’œuvre esclave.

10C’est déjà l’époque actuelle qui s’annonce à la fin du siècle dernier : les travailleurs libres, les nouveaux systèmes de tenure, les sitiantes, les nouveaux fazendeiros... Mais, toujours, il y a la terre neuve. Le front pionnier est une légion étrangère ou l’on se fait ou refait un nom, une fortune. Pionnière également cette São Paulo qui qui exalte la réussite matérielle acquise dans l’Ouest ! Aux comportements de pionniers s’ajoute maintenant une civilisation de pionniers, avec les mêmes valeurs, les mêmes pulsions populistes et, déjà, les mêmes grandes familles que dans l’Amérique du Nord de Turner.

11Enfin, c’est l’époque contemporaine où l’espace est encore disponible et constitue un des éléments essentiels du système économique, et peut-être plus maintenant qu’auparavant. Car l’Etat Fédéral reconduit, institutionalise le rôle de l’espace neuf dans la nation brésilienne. Avant 1970, la colonisation de l’espace disponible fait partie du métabolisme national dans la mesure où les terres neuves constituent un des trois éléments de la mise en valeur du pays : ce sont des glacis d’expansion, alors que la main-d’œuvre disponible et bon marché vient du Nordeste et que le capital, donc la décision, viennent de São Paulo. Ce système fonctionne à merveille depuis plusieurs décennies, et s’entretient lui-même. Il n’est cependant pas fermé, puisque l’économie brésilienne reste très largement dépendante de l’extérieur. En attendant, il constitue peut-être le meilleur garant de la brasilianité puisqu’il ne saurait être question de soustraire un de ces trois éléments, géographiquement séparés, mais fonctionnellement unis, sans jeter à bas la structure même de la nation brésilienne.

12La période actuelle est la phase de l’intégration nationale et de l’affirmation économique. Dans cette double recherche nationaliste, l’espace neuf, une fois encore, porte bien des espoirs. C’est d’abord vers lui qu’on envisage de déverser le Nordeste famélique. C’est à lui qu’on demandera de plus en plus ces incroyables quantités de productions minières grâce auxquelles on veut maintenir le système économique libéral. Enfin, c’est toujours sur cet espace neuf que se dirigent les poussées pionnières aux vues spéculatives qu’on sait.

13Second caractère fondamental de la dynamique pionnière : le mouvement qu’elle engendre ne revêt pas l’allure d’une propagation spatiale uniforme. Parfaitement banale, cette observation se justifie néanmoins au Brésil par un certain nombre de comportements spécifiques des pionniers.

14D’abord, il serait erroné d’accorder aux défricheurs brésiliens une fougue déraisonnable. En fait, derrière les puissantes pulsions qui animent les communautés pionnières, il y a toujours des choix et aussi des précautions. Ainsi, on opte la plupart du temps pour un couvert végétal défini, pour une topographie familière, pour des conditions édaphiques connues. Ces choix se traduisent déjà, dans l’espace, par des progressions différentielles des fronts pionniers.

15A l’intérieur même des espaces géographiques qu’ils ont choisis, les pionniers exercent de nouveaux choix, plus fins, qui se traduisent souvent par des voies privilégiées de peuplement. Ces voies sont généralement des lignes de moindre coût ou de plus grand profit.

16Les lignes de moindre coût correspondent, par exemple, à ces vallées ou interfluves du plateau méridional du Brésil où le colon choisit de s’établir après avoir vendu sa terre épuisée de l’extrême Sud brésilien. Dans ces cas, l’attraction n’est pas seulement limitée à la terre neuve et bon marche. Il faut, en effet, que le lot où l’on s’installe soit bien desservi par les communications, traversé ou limité par un cours d’eau. Car on sait le coût de l’isolement et une des raisons du succès de la Companhia Melhoramentos Norte Paraná (C.M.N.P.) réside précisément dans le dessin de ses allotissements qui permettaient des accès directs à la route ou au chemin de fer, d’une part, et à l’eau, d’autre part. Lorsqu’ils peuvent choisir, les petits pionniers optent toujours pour les terres voisines des grands axes.

17Les lignes de plus grand profit sont évidemment plus caractéristiques des poussées pionnières de type pauliste. Dans ces cas, les choix se portent, certes, sur les terres neuves et bien desservies. Mais les vues de spéculation à court et moyen termes sont aussi essentielles qui expliquent certaines options pour des terres apparemment totalement isolées, mais dont on sait qu’elles seront bientôt désenclavées. Il convient d’insister sur le côté souvent spéculatif du front pionnier brésilien. Car la plus-value foncière fait partie de la marche pionnière. Elle en est même le moteur dans les cas des fronts pionniers de fazendeiros et des sitiantes. C’est, en effet, la terre qui finance la progression du front dans la mesure où la plus-value qu’elle acquiert en quelques années permet à ses propriétaires d’acheter, et éventuellement de mettre en valeur, une quantité plus grande de terre dans l’Ouest, c’est-à-dire sur le front pionnier qui progresse dans un espace géographique meilleur marché.

18Dans ces conditions, le mouvement pionnier se marque bien par des progressions inégales et de fortes pointes correspondant à ces lignes de plus grand profit.

19Toutefois, il est d’autres choix qui engendrent aussi les forts festonnements des fronts pionniers. Les lanières du plateau méridional, par exemple, ont attiré les fazendas de café par leurs sols de terra roxa ; aujourd’hui, elles attirent la mutation blé-soja par leur topographie qui facilite la mécanisation.

20Il est certains cas, enfin, où l’on s’éloigne un peu des axes de pénétration ou des secteurs particulièrement privilégiés au point de vue édaphique. Ainsi, la fazenda d’élevage sur colonião (Panicum maximum), qui exporte ses productions « sur pattes », peut se rendre relativement indépendante des voies de pénétration privilégiées que sont les routes transamazoniennes.

21Il demeure que la composante linéaire reste très forte dans le mouvement pionnier et qu’elle engendre de forts contrastes dans la mise en valeur de l’espace traversé par les fronts. Ces contrastes peuvent constituer des déséquilibres régionaux potentiels pour l’arrière-pays en gestation.

22Les villes pionnières confortent naturellement ces inégalités spatiales en s’installant en deux positions privilégiées. On les trouve, d’une part, à l’arrière du front pionnier, au contact des pays récemment conquis et des espaces relativement stabilisés : dans ce cas, la ville joue le rôle de bôca, c’est-à-dire de seuil, de relais. D’autre part, les agglomérations à fonctions tertiaires relativement importantes naissent dans l’espace neuf aux croisements des routes secondaires et des grands axes de pénétration initiaux (l’axe du café est typique, à cet égard). Ainsi, une hiérarchie urbaine horizontale et linéaire, qu’on a déjà notée dans certains espaces frontaliers, tend à s’établir. Elle marque la puissante dépendance de la frange pionnière vis-à-vis d’un arrière-pays décideur et relativement stable.

23Troisième caractéristique fondamentale de cette dynamique pionnière : elle crée des unités spatiales qui ne sont pas des régions. En effet, on pourrait assimiler les phases d’évolution des espaces traversés par les fronts pionniers aux divers stades, dits séraux, de développement d’un écosystème, qui, en l’occurence, n’atteindrait jamais son climax.

  • 2 PEBAYLE R., KOECHLIN J., NACAGAWARA Y., DENIS P.-Y., Le bassin moyen du Parana brésilien : l’homme (...)

24Nous avons déjà décrit ces phases temporo-spatiales, ces éco-systèmes humains au long d’une remarquable transect, aux limites méridionales du monde tropical brésilien, entre Londrina et la Serra de Bodoquena. Nous lui avons réservé le terme de catena pionnière2.

  • 3 ODUM Eugène, Ecologie, Paris, Doin Editeurs, édition hrv, 1976, 254 p.
  • 4 Secretaria do Planejamento do Estado do Paraná et Organisation des Etats américains (O.E.A.) : Est (...)

25Comme les autres écosystèmes terrestres, ceux qui sont engendrés par les pionniers connaissent en effet les séquences de changements liées à des successions « autogènes » et « allogènes ». Par succession autogène, on entend les changements engendrés à l’intérieur de l’écosystème par des modifications des rapports entre les individus de la communauté humaine et par des altérations plus ou moins profondes du substrat3. Ces changements sont directionnels et, par là, prévisibles tant qu’ils ne sont pas bloqués ou court-circuités par des phénomènes extérieurs. On a pu ainsi distinguer dans le cadre d’une catena quasi-parfaite, trois phases temporo-spatiales : celle, prédatrice et exportatrice, de la frange pionnière ; celle de l’adaptation où l’homme limite ses prédations en adaptant ses activités aux terroirs et aux conditions économiques et sociales environnantes ; celle, enfin, de l’emprise, où les hommes plus stables, ont engendré des spécialisations multiples (des niches écologiques, en quelque sorte), donc une première organisation plus ou moins centrée sur des villes qui sont aussi et surtout des relais de commandement4.

  • 5 Très net pour le Rio Grande do Sul depuis les années 1950.

26Si cette succession autogène était la seule à intervenir dans le déroulement des fronts pionniers, il serait aisé d’en prévoir les grandes directions, voire les impacts spatiaux à long terme. Malheureusement, il est un autre type de succession, allogène et aléatoire, qui consiste dans l’intervention de trois groupes de facteurs. Pour reprendre la comparaison écologique, il faudrait évoquer d’abord les compétitions inter-spécifiques, lorsqu’une communauté humaine extérieure envahit l’espace post-pionnier et le transforme profondément. De tels exemples sont courants depuis trois décennies dans le Sud du Brésil5 où la révolution blé-soja a d’abord été le fait d’éléments exogènes qui ont transforme totalement les écosystèmes hérités d’une phase pionnière récente, en expulsant partiellement les premiers habitants et en transformant les sols.

27Second type d’intervention allogène : les calamités agricoles viennent bouleverser le déroulement « normal » de la catena pionnière. On pense alors aux ondes de froid qui, dans le Nord Paraná, et le Sud du Mato Grosso, entraînent de brutales sélections parmi les pionniers et parfois même annulent une spécialisation agricole. Mais la société humaine est plus complexe qu’une communauté végétale et les faits économiques extérieurs y engendrent des crises qui peuvent être de véritables catastrophes dont on connait bien les effets, par exemple sur le marché du café (travaux de M. P. Monbeig).

28Enfin, ultime facteur allogène de changement : l’aménagement de l’espace par l’initiative officielle directe (conditions écologiques imposées) ou indirectes (octrois préférentiels de crédit).

29Mais, nous sommes déjà dans l’aménagement actuel. Concluons donc sur les manifestations spatiales et paysagères de la dynamique pionnière : inachèvement de l’organisation spatiale et, surtout, déséquilibres « régionaux » considérables.

30Or, ces comportements et leurs résultats, on les retrouve curieusement dans l’espace géographique brésilien qui a cessé depuis longtemps d’être pionnier.

2. Dynamique pionnière, organisation et aménagement de l’espace

31On hésite toujours à parler de régions au Brésil. La raison en est simple : l’homogénéité des paysages, bien que fréquemment réalisée sur de grands espaces, est parfois remise très brutalement en question par des mutations spectaculaires, en particulier à notre époque oú le réseau routier s’étoffe à une allure record. D’autre part, on a bien essayé d’appliquer systématiquement le schéma christallien et les modèles fonctionnels. La preuve semble faite aujourd’hui de l’inadaptation de tels modèles à un pays dont l’organisation spatiale apparaît inachevée si on la compare à celle des pays d’espace fermé.

A – Dynamique pionnière et organisation héritée

32Il y a néanmoins des unités spatiales au Brésil. C’est dans les comportements des hommes, dans leurs relations avec le milieu qu’il faut chercher les critères de ces divisions spatiales. Si l’on consent à utiliser ces critères de comportement, qui se situent à l’amont des paysages et des fonctions, on retrouve quelques-uns des maillons de cette catena pionnière idéale qu’on a cru découvrir dans le Sud.

33Au Brésil, la région ne serait-elle pas éthologique car très imprégnée encore de dynamisme pionnier ?

34Cinq systèmes de relations homme/milieu nous semblent devoir être individualisés :

35– La prédation est encore fort répandue, même en dehors des secteurs de conquête récente ou actuelle. Deux systèmes agricoles très communs au Brésil sont basés exclusivement sur des exports (output) de biomasse : la roça et l’élevage extensif. Léo Waibel a fort bien caractérisé le premier type en l’appelant système de rotation de terres. Quant à l’élevage extensif, c’est une cueillette par animal interposé. On notera avec intérêt que c’est dans le Sud et le Centre-Ouest du Brésil, espaces relativement neufs encore, que se rencontrent les plus beaux exemples de ces comportements.

36Ces espaces en sont donc restés à des sortes de stades pionniers stabilisés. Du point de vue fonctionnel, ils contiennent toujours une forme de distribution commerciale très élémentaire dont on serait tenté de faire un véritable indicateur, au moins lorsqu’il est unique : la bodega. On entend par là, dans tout le Brésil, le petit commerce polyvalent et intermédiaire entre le producteur rural et la maison de commerce ou le marché extérieur à la communauté. Naturellement, à ce stade, il y a fort peu de villes et une dispersion assez générale de l’habitat.

37 L’adaptation est une seconde attitude, très nette en général dans l’espace géographique post-pionnier. Elle semble fréquente encore dans des régions qui ont cessé depuis longtemps d’être pionnières. La preuve en est que le grand espace brésilien qui, actuellement, se rapproche le plus de cette situation est le... Nordeste semi-aride ! Un détail linguistique semble néanmoins indispensable pour bien définir ce que nous appelons l’adaptation dans le cadre brésilien. La langue brésilienne, en effet, n’a pas de mot pour traduire le « terroir » ; par contre, elle dispose d’une belle quantité de vocables pour individualiser des tailles d’exploitation (fazenda, estancia, fazendola, sítios, colônia, granja, chacara...). Cela est révélateur : l’adaptation sera certainement une recherche en vue d’adapter les activités agricoles aux divers biotopes (la distinction baixio/versants est à cet égard très claire dans le Nordeste), mais elle sera différente selon les tailles des exploitations et des propriétés. Il est certain qu’elle est plus généralisée dans les régions de petites exploitations que dans les espaces qui connaissent une maille foncière très lâche, sauf lorsque les contraintes du milieu physique sont telles qu’elles obligent à généraliser ce comportement vis-à-vis du milieu naturel (ce qui est le cas du sertão).

38Mais l’adaptation se fait aussi vis-à-vis des marchés souvent extérieurs à la région de production elle-même. Elle engendre, dans ce cas, la figure de l’intermédiaire commercial de second niveau, après la bodega : l’atravessador. Celui-ci, contrairement au bodegueiro qui continue de sévir, est souvent un gros exploitant qui assure les contacts commerciaux avec l’extérieur, en particulier pour le coton.

39A ce stade d’adaptation multiforme, certaines fonctions commerciales peuvent se préciser. En particulier, il est fréquent d’y relever le rôle essentiel des marchés périodiques, synchronisés ou non, qui sont très révélateurs d’une vie régionale réduite à sa plus simple expression. Elle consiste, en effet, en cellules juxtaposées où fonctionnent, quelques heures par semaine seulement, une élémentaire centralité en un point fixe qui est généralement la « préfecture », au sens administratif, et, en fait, un bourg, si l’on peut utiliser ce concept très européen.

40Un indicateur statistique de ce type d’organisation pourrait aussi être fourni par les migrations interrégionales qui restent considérables et alimentent soit quelques grandes villes, soit les fronts pionniers eux-mêmes.

41On reconnait là non seulement le grand espace sertanejo, mais aussi la plupart des zones de colonisation bloquées du Nord du Rio Grande do Sul, de l’Ouest de Santa Catarina et du Sud-Ouest du Paraná. Il peut paraître étrange de mettre sur le même plan des espaces géographiques aussi divers par leur histoire et leurs productions. Il n’en demeure pas moins qu’elles se rapprochent fondamentalement par leur faible maîtrise du milieu physique et des marchés. A ce stade, la calamité agricole (au sens éthymologique du terme : mauvaises récoltes) fait encore partie du système. Leur fréquence pourrait constituer un indicateur intéressant.

42 L’emprise est plus rare et engendre des sortes d’écotones entre les pays intérieurs inachevés – parce que neufs ou bloqués –, et les vieux pays côtiers. Elle caractérise des régions aussi diverses que les colonies méridionales les plus stables (Caxias do Sul et Blumeneau), des espaces intermédiaires comme celui de Londrina-Maringá et de l’Ouest Paulista, ou encore l’Agreste du Nordeste. Dans tous ces cas, il y a apaisement de la turbulence démographique et une certaine redistribution foncière spontanée. La surface agricole est nettement mieux dominée après une série de reconversions ou mutations exogènes qui font abandonner les vieilles habitudes de prédation et dépasser le stade de l’adaptation élémentaire à des biotopes non maitrisés. Les calamités agricoles, bien que possibles encore, sont moins fréquentes dans la mesure où les monocultures sont plus rares. Une partie de la S.A.U. est destinée à l’approvisionnement des villes dont les fonctions ne sont pas seulement tertiaires, car elles assurent la transformation d’une partie des productions rurales environnantes (Caxias-do-Sul pour le vin, Londrina pour le café, Belo Jardim, Pesqueira pour les légumes et les fruits, Campina Grande pour le coton), lorsqu’elles ne suscitent pas des installations totalement détachées du milieu (la petite métallurgie de Caxias do Sul, les textiles de Blumeneau, les nouvelles industries de Campina Grande et de Londrina).

43Ces comportements nouveaux, qui valent à ces régions d’être déjà présentes sur la carte de l’IBGE (régions fonctionnelles urbaines) expliquent que les migrations deviennent intra-régionales. Mais il serait exagéré de parler de véritable polarisation dans la mesure où la majorité des flux se dirigent encore vers une métropole extérieure (São Paulo, Rio de Janeiro, Pôrto Alegre, Salvador, Recife, peut-être Fortaleza) qui alimentent aussi la majorité des flux de distribution.

44A ce stade, la région fonctionnelle n’est donc pas réalisée.

45La maîtrise de l’espace l’engendre-t-elle ? Ce serait assez logique puisque ce qui caractérise ce comportement est l’implantation durable et l’élimination de la calamité agricole. On peut rattacher à ce stade d’évolution trois types d’espace : d’abord, la plupart des plantations côtières (canne à sucre et cacao du Nordeste en particulier) ; ensuite, les biotopes dominés par l’irrigation (rizières du Rio Grande do Sul, secteurs irrigues encore très ponctuels du Nordeste). Enfin, ce sont les espaces plus ou moins urbanisés autour des plus grandes villes. Il est remarquable que, dans la plupart de ces cas, l’espace « régi » par un centre urbain unique est rare, soit que les villes qu’on y note ne sont que des « bassins urbains » (9) non intégrés à la vie environnante (Nordeste), soit que les très grands centres étouffent toute vie régionale (le cas de São Paulo est évident à cet égard).

  • 6 LEFEVRE Henri, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974, 485 p.

46– Il y a enfin la production de l’espace6 : la ville. Or, cette production est restée elle-même très pionnière par ses paysages autant que par ses fonctions et ses rythmes de vie. La ville brésilienne est pionnière à trois points de vue au moins, qui deviennent franchement caricaturaux pour une grande agglomération récente comme Belo Horizonte. D’une part, il y a son expansion constante caractérisée précisément par de fortes composantes linéaires et motivée fondamentalement, comme pour un front pionnier, par la plus élémentaire des spéculations à laquelle peuvent avoir accès la plupart des habitants (rôles des compagnies immobilières qui allotissent des terrains éloignés). D’autre part, on note, à l’arrière du front de conquête urbain périphérique, des successions qui, pour être moins claires et moins fréquentes, n’en sont pas moins évidentes et révélatrices de véritables phases spatio-temporelles de mutation (les favelas s’indurent progressivement ou sont brutalement remplacées par le quartier aisé). Enfin, il y a ces reprises néo-pionnières des secteurs qu’on croyait définitifs. Comme dans la ville américaine, et à l’opposé de la ville européenne, on ne rénove pas les centres, mais on les détruit pour les reconstruire. Nous avons là un type de comportement tout à fait assimilable à la reconquête de l’espace caféier du Paraná par le soja.

47Dans ce cadre changeant, tout invite à la mobilité, géographique et sociale. On connaît bien la fluidité des emplois dans la ville du Brésil, leur multiplicité à l’échelle de l’individu. Il y a aussi cette recherche systématique de promotion par l’instruction scolaire ou le jeitinho. Bref, il y a toujours ce comportement de l’homme pionnier pour lequel mouvement est synonyme de promotion, de nouvelle chance, précisément parce qu’il y a de l’espace libre.

48Au Brésil, ce sont les pierres qui roulent qui amassent de la mousse...

B – Dynamique pionnière et aménagement de l’espace

49Les décideurs sont si convaincus et si imprégnés de ces comportements pionniers que, tout naturellement, ils les adoptent lorsqu’ils veulent organiser volontairement l’espace, soit en le conquérant lorsqu’il est neuf (près des deux-tiers de l’espace brésilien en 1970), soit en le reconquérant.

  • 7 Amazonies Nouvelles, Paris, 1977, Travaux et Mémoires de l’Institut des Heutes Etudes de l’Amériqu (...)

50– Il y a d’abord ces routes transamazoniennes qu’on nous a présentées comme le nouveau Brésil, alors qu’elles émanent de la pensée pionnière la plus traditionnelle qui soit, et qu’elles évoluent selon le modèle le plus parfaitement brésilien7. Deux phases pionnières sont déjà réalisées : celle d’une part, de la colonisation dirigée qui n’avait rien d’original autant par son imprévoyance que par sa finalité sociale initiale. On a parlé d’échec pour définir la situation actuelle, alors qu’il ne s’agit, encore une fois, que d’un simple blocage d’une catena pionnière commencée par un front pion-nier-refuge dont le principe était tout à fait conforme à la tradition : les hommes venaient du Nordeste, la décision du Sud et la terre était au Nord. D’autre part, l’évolution actuelle est des plus ordinaires : parallèlement au coup d’arrêt écologico-économique des petits colons, on voit surgir la figure, hyperclassique, du fazendeiro qui élève sur Panicum maximum (colonião). La seule nouveauté, les pôles de développement, n’en est pas une réellement, puisqu’elle est inspirée de vues fondamentalement prédatrices (bois) ou extractives (minerais).

51La troisième phase, on peut la prévoir aisément : ce sont les énormes déséquilibres régionaux et la calamine sociale (prolétarisation accentuée) du moteur pionnier, qui vont apparaître parallèlement à un comportement d’adaptation (peut-être de simple accommodation) avec un milieu mieux connu dans ses limitations. Une ou deux villes-bôcas (Imperatriz ? Marabá ? Pôrto dos Gaúchos ?) devraient croître de façon spectaculaire.

52– Second comportement, ou ensemble de comportements, actuels typiquement pionniers ou allant dans ce sens : la plupart des actions d’aménagement visent des biotopes définis ou des monoactivités agricoles, en s’appuyant sur un réseau d’animation dont l’implantation est rigoureusement conforme aux ébauches de hiérarchies urbaines existantes.

53En effet, l’aménagement au Brésil a longtemps ignoré la politique véritablement régionale. Peut-être lui a-t-il semblé aberrant de vouloir créer des régions dans une Fédération qui n’en a que faire ? Alors, les encouragements, les stimulations financières et techniques ont opéré des choix préliminaires qui étaient de type pionnier. On opte donc pour certains biotopes (les vallées du Nordeste, les plateaux de plus de 600 mètres dans le Sud Est, la terra roxa...) qu’on destine à une plante ou à un élevage définis. Cette politique a bien peu de chances d’engendrer des régions ; elle en a, par contre, beaucoup plus de créer de forts déséquilibres spatiaux en favorisant l’espace frangiforme, l’interfluve ou la vallée.

54D’autre part, pour aménager, il faut installer l’administration développante en des points définis de l’espace. Lorsqu’il s’agit d’une conquête spatiale, on note que ces points se situent sur les axes routiers de pénétration. Ils favorisent déjà le développement frangiforme. Lorsqu’il s’agit d’une reconversion dirigée, comme dans le Nordeste, l’administration créatrice ou stimulatrice a tendance à s’installer dans les principales villes de l’intérieur et à hiérarchiser ses bureaux en fonction de l’importance démographique des agglomérations urbaines. Mais, en procédant de cette manière, l’administration conforte les déséquilibres régionaux acquis au terme d’évolutions parfois longues. La vraie politique d’aménagement voudrait au contraire un maillage de l’espace qui aurait le double avantage de développer à la base et de couper de leurs racines les réseaux commerciaux primaires qui pompent les productions des campagnes au profit des villes extérieures.

55– Mais il y a la nouvelle politique des pôles de développement et de l’intégration spatiale de la fonction développante, dont le Polo-nordeste et le Projeto Sertanejo offrent de magnifiques exemples. Or, précisément, c’est encore le comportement pionnier qui risque de gêner de tels projets dont le but semble être, pour la première fois, une véritable régionalisation. Pour affirmer cela, nous nous basons sur deux faits : d’une part, la distribution spatiale actuelle des pôles est faite selon un réseau aux mailles beaucoup trop lâches pour pouvoir prétendre développer tout l’espace qu’il est censé desservir. Pour ce faire, il faudrait tenir compte des communautés existantes dont la répartition géographique, très fine, passe largement à travers le maillage qui demeure finalement marqué par une perception sommaire et un peu mégalomanique, donc typiquement pionnière, de l’espace géographique.

56Par contre, les formes de diffusion spontanées des innovations peuvent faire échouer ces administrations, fort bien intentionnées certes, mais dont les vues sont trop théoriques. Pour que le système de maillage proposé puisse fonctionner, il faudrait non seulement qu’il soit plus fin, mais aussi que les innovations se propagent régulièrement en auréoles autour des pôles. Ce sont là, malheureusement, des conceptions d’économistes qui ignorent que l’espace géographique est accidenté et habite par des communautés humaines. Celles-ci réagissent parfois de manières très différentes aux impulsions extérieures. On a d’ailleurs vu que la propagation des innovations n’est jamais auréolaire, mais toujours orientée dans quelques directions privilégiées.

  • 8 A Amazonia brasileira em foco, 1977-78, n° 12, publié par la Comissâo Nacional de defesa e pelo De (...)

57Il y a donc bien une perception et une dimension pionnières dans l’organisation et l’aménagement de l’espace brésilien. Dans ce modèle spatial, la région n’a guère sa place dans la mesure où le Brésil consolidé de l’Est continue de fournir hommes et capitaux à l’Ouest et au Nord de la Fédération. Il en résulte cette sorte d’inachèvement régional (9) qui semble bien être le corollaire d’une colonisation de l’espace brésilien par le Brésil lui-même. A la limite, on pourrait presque affirmer que la régionalisation des « vieux pays » serait antinomique des récentes conquêtes des terres amazoniennes, puisqu’elle immobiliserait des ressources et des énergies indispensables au Nord. On peut néanmoins se demander si de telles orientations sont viables à long terme quand on sait, d’une part, le caractère très prédateur de cette conquête dans un milieu équatorial qui semble très fragile8 et, d’autre part, les mutations qui sont actuellement en cours dans le Nordeste et dont il devrait résulter des changements fondamentaux dans les systèmes traditionnels d’occupation et d’utilisation du sol brésilien.

58Pour l’heure, on retiendra surtout que les critères banaux de différenciation régionale s’avèrent généralement inadaptés au cas brésilien. Une individualisation spatiale de divers types de comportements, étayée par des indicateurs à la fois géographiques et écologiques (rapports hommes/milieu, relations intra et intercommunautaires, propagations et migrations, répartitions géographiques des individus, successions autogènes et allogènes), donnerait une image géographique infiniment plus conforme à la dynamique de la population brésilienne.

Notes

1 MONBEIG Pierre, Pionniers et Planteurs de São Paulo, Paris, A. Colin, 1952, 376 pages.
La régionalisation de l’espace pauliste. Paris, 1971, In La régionalisation de l’espace au Brésil, Séminaire International du C.N.R.S., novembre 1968, pp 171-175.
Points de vue géographiques sur le sous-développement en Amérique Latine, Annales de Géographie, nov.-déc. 1967, pp. 704-13.

2 PEBAYLE R., KOECHLIN J., NACAGAWARA Y., DENIS P.-Y., Le bassin moyen du Parana brésilien : l’homme et son milieu, Bordeaux, Travaux et Documents du CEGET, n°35, 186 p.

3 ODUM Eugène, Ecologie, Paris, Doin Editeurs, édition hrv, 1976, 254 p.

4 Secretaria do Planejamento do Estado do Paraná et Organisation des Etats américains (O.E.A.) : Estudo para o desenvolvimento do Estodo do Paraná, Curitiba, 1973, 8 vol. Dans le chapitre 14, vol. 2, on trouvera une typologie économique des fronts et espaces pionniers dans le Nord-Ouest du Parana.

5 Très net pour le Rio Grande do Sul depuis les années 1950.

6 LEFEVRE Henri, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974, 485 p.

7 Amazonies Nouvelles, Paris, 1977, Travaux et Mémoires de l’Institut des Heutes Etudes de l’Amérique Latine, 181 p.

8 A Amazonia brasileira em foco, 1977-78, n° 12, publié par la Comissâo Nacional de defesa e pelo Desenvolvimento da Amazônia, Rio de Janeiro.

Auteur

Université de Bretagne Occidentale. Brest

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable