Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(C) Rôle respectif de l’Etat, des entreprises publiques et privées

La colonisation récente de l’Amazonie brésilienne : Le rôle de l’Etat et des entreprises publiques et privées

J.M.G. Kleinpenning

Texte intégral

I. Introduction

1En 1970, le « Nord » est toujours avec 3.650.000 habitants la partie la moins peuplée du Brésil. Pas moins de 45 % de la population était alors domiciliée dans les villes qui jouaient principalement le rôle de centres commerciaux et administratifs. Une grande partie de la population rurale est concentrée dans la zone de Belèm-Bragança, seule région dans laquelle le gouvernement avait tenté, après 1875, de stimuler considérablement la colonisation. Le reste de la population rurale se trouvait surtout le long des rivières. Il n’y avait pratiquement pas de routes si bien que de vastes régions étaient totalement inhabitées.

2En 1970, une ère entièrement nouvelle semble s’ouvrir pour la région de l’Amazone. Le Nord-Est a de nouveau été frappé au printemps par une sécheresse exceptionnelle qui, non seulement a attiré l’attention sur l’ensemble des problèmes climatologiques de la région, mais aussi sur les nombreux problèmes graves d’ordre social et économique auxquels le Nord-Est s’est trouvé exposé. Malgré les tentatives d’industrialisation et les autres mesures prises par l’organisme de développement régional SUDENE (Superintendência do Desenvolvimento do Nordeste), créé en 1959, ces problèmes avaient à peine diminué.

3Pour le gouvernement Médici, cette situation fut l’occasion de proclamer en juin 1970 le Programa de Integração Nacional (P.I.N.) : grâce à des routes, le Nord inhabité devait être rendu accessible et des programmes de colonisation agricole conduits par le gouvernement sur de petites exploitations devraient apporter de nouveaux et meilleurs moyens d’existence à un grand nombre de Nordestinos. On a projeté que dans une période de 5 ans pas moins de 100.000 familles (ou même plus) et en 10 ans un million même partiraient pour la région de l’Amazone. Une activité de colonisation de grande envergure, moyen le plus économique pour créer en peu de temps un grand nombre d’emplois devrait transformer le Nord à peine peuplé, en une région du Brésil à densité de plus en plus élevée.

4La colonisation agricole à l’échelle familiale issue de ce programme d’intégration constitue le sujet de la première partie de cet article. Notre attention se porte surtout sur le rôle qu’a tenu le gouvernement.

  • 1 Pour d’autres aspects de la politique récente d’intégration (tels que construction des routes, ind (...)

5Dans la deuxième partie, nous insistons sur le rôle du gouvernement et des entreprises dans le développement de l’agriculture et de l’élevage de type capitaliste1. L’objet des deux parties de notre analyse sera de répondre à la question de savoir si le gouvernement brésilien a réussi jusqu’ici à mettre en place un processus de développement qui a apporté, (ou apportera) à la population brésilienne pauvre, une prospérité plus grande. Notre conclusion sera que ce n’est pas du tout le cas dans l’immédiat et que ce ne sera probablement pas le cas non plus dans un avenir proche. Les activités du gouvernement et celles des entreprises publiques et privées conduisaient jusqu’ici plutôt à une plus grande extension des structures et à des processus qui sont caractéristiques des parties du Brésil déjà plus peuplées mais toujours sous-développées. Aussi les fronts de colonisation sont-ils, en fait, des « fronts de sous-développement ».

II. Le programme de colonisation agricole à l’échelle familiale

6Le plan de réalisation des grands projets de colonisation lancé en 1970 a suscité, non seulement l’approbation, mais aussi tout de suite de nombreuses critiques. En plus des objectifs beaucoup trop ambitieux, on a souligné le fait que la plupart des Nordestinos ont peu d’instruction et que différentes autres qualités leur font défaut, qualités qui sont nécessaires au développement fructueux de la colonisation. En outre on a insisté sur le fait que les sols déjà pauvres de nature de l’Amazonie, s’épuisent très vite dès qu’ils sont défrichés et que le climat tropical humide constitue un environnement peu attirant. Il menace les habitants d’un grand nombre de maladies. Le manque de marchés à proximité a été signalé comme un handicap sérieux. De plus, on a avancé qu’ailleurs il y avait des terres en abondance (entre autres près de la route Belém-Brasilia et dans l’Etat de Maranhão). Une critique, et certainement pas la moindre, était exprimée dans la constatation que l’appui gouvernemental aux colons jusqu’en 1970 avait toujours été très modeste et qu’en fait le gouvernement n’avait encore jamais réussi à mener de vastes projets de colonisation.

7Le gouvernement, qui ne disposait pas encore de projets concrets élaborés, ne se laissa pas arrêter par toutes ces réactions négatives mais fit valoir que l’intégration dans l’économie brésilienne et dans la collectivité de l’Amazonie par la construction de routes et la colonisation, était un devoir national, faisant ainsi très nettement appel aux sentiments de fierté nationale. Cette attitude fut soutenue par une campagne publicitaire. Pour neutraliser une partie des critiques, le gouvernement allégua l’existence de zones étendues aux sols fertiles (terra roxa).

8Un appui intensif fut promis afin que le processus d’occupation put se dérouler de manière bien organisée et avec entière satisfaction. A cet effet et à la suite d’une réorganisation on créa l’Instituto Nacional de Colonizaçâo e Reforma Agraria (INCRA).

9Une des premières mesures pour la préparation du processus de colonisation fut la réservation de bandes de terres, d’une largeur de 100 km, de chaque côté des routes fédérales déjà construites ou dont la construction était prévue. Des projets très vastes furent élaborés pour la zone de Marabà Altamira-Itaituba, située le long de la Transamazônica, la grande voie de communication Est-Ouest dont la première partie (Estreito-Itaituba) fut terminée en septembre 1972.

La colonisation le long de la Transamazônica, en particulier près d’Altamira

10Cette région du trajet fut bientôt la plus importante zone de colonisation dirigée dans l’Etat de Pará et même de toute l’Amazonie. A l’intérieur de cette zone, la plus grande attention a été portée sur la région située entre 20 et 120 km à l’ouest d’Altamira où les sols, pour une part importante, se composent de terra roxa. D’après les projets établis en 1971, pas moins de 66 petits villages agricoles (agrovilas) et 3 centres plus grands d’approvisionnement (agrópolis), devaient être créés près de cette ville. Par contre, le long de l’autre partie de la Transamazônica, entre Marabá et Itaituba, on a visé presque uniquement l’établissement dispersé de colons.

11Une étude plus étendue du processus de colonisation près d’Altamira donne, non seulement une idée de la manière dont on y a concrétisé le programme, mais nous confronte encore avec des problèmes qui se sont présentés là, aussi bien que dans la région de Marabá et d’Itaituba.

12A l’ouest d’Altamira, le pays qui s’étend de chaque côté de la Transamazônica, a été rendu accessible par des routes transversales qui ont été percées tous les 5 km. Les langues de terre situées entre les routes transversales, (glebas), ont été loties suivant la planification, sur une profondeur de 10 km pour des exploitations (familiales) de 100 ha., dont une moitié pouvait être défrichée, l’autre moitié devant rester reserva florestal.

13Sur chaque gleba, on projeta d’établir une agroville qui, d’après les premiers projets, devait offrir un logement à 48 à 64 familles de colons. Des maisons standard en bois devaient être construites pour ces familles. Les agrovilles devaient être pourvues de différents équipements de base tels qu’une école primaire, une petite pharmacie, un café et un magasin qui seraient approvisionnés par le gouvernement. Des équipements supplémentaires seraient concentrés dans les agropoles avec une population de 1.500 à 3.000 personnes, ainsi que dans la ville déjà existante d’Altamira. Des centres plus importants (rurópolis) furent aussi projetés.

14Les 100 ha boisés attribués à des conditions de paiement échelonnés, devaient être entièrement défrichés avec des moyens simples, par les colons eux-mêmes, contrairement aux projets initiaux. Tous les colons sans exception se sont mis à déboiser une partie, selon des méthodes qui sont caractéristiques des cultures ladang. Certains (surtout ceux qui étaient arrivés plus tard), n’avaient pas mis plus de quelques hectares en culture, au milieu de l’année 1976 ; d’autres avaient déjà progressé davantage. Dans l’ensemble, le processus de colonisation se déroula lentement parce que de nombreux colons n’avaient pas d’argent pour louer des ouvriers agricoles et qu’ils ne voulaient pas non plus s’engager dans des crédits importants pour les travaux de défrichage. En fait, ils en étaient réduits surtout à la main-d’œuvre familiale qui pourtant, pour une grande partie, était déjà absorbée par l’exploitation de quelques hectares de terre. Aussi, au milieu de 1976, la plupart des colons n’avaient-ils défriché que moins de 10 ha. La superficie totale cultivée de la zone d’Altamira était alors estimée à 22.000 à 25.000 ha au maximum. La fumure des sols n’était pas pratiquée. Le sol était essentiellement utilisé pour la culture du riz, des haricots, du manioc, du mais, plantes destinées donc à l’approvisionnement en nourriture au niveau familial ou regional et que la plupart des colons connaissaient plus ou moins bien. L’objectif de l’INCRA était que l’exploitation agricole se développât aussi dans le domaine commercial et le gouvernement essaya de stimuler ce développement en donnant des conseils sur les cultures et en augmentant les semences et les plants. Cependant, seule, la production de la canne à sucre avait quelque importance (elle était transformée en sucre et en alcool dans une usine à 92 km à l’ouest d’Altamira), ainsi que celle de cacao et de poivre. Il s’agissait de modestes plantations faites par une partie des colons. Au milieu de 1976, on estimait que certainement 70 à 75 % des terres cultivées étaient toujours occupées par le riz (18.630 ha), environ 10 % par le mais et les haricots et environ 10 % par des cultures plus commerciales.

15Non seulement l’absence de débouchés à proximité mais aussi d’autres facteurs ont freiné l’extension des cultures commerciales, comme par exemple le fait que les plantations d’arbres et d’arbustes ne permettent une récolte qu’au bout de quelques années, le manque de grandes quantités de semences et de plants jusque vers 1974, l’hésitation du Banco do Brasil à accorder des crédits à long terme, l’expérience limitée de nombreux colons dans les conditions climatiques de l’Amazonie et une information tardive et insuffisante des experts qui devaient acquérir d’abord eux-mêmes les connaissances sur les conditions de la production locale.

16Les coopératives s’étaient à peine développées en 1976. Il est vrai, des informations agricoles étaient données par l’Associação de crédito e assistência rural do estado do Pará (ACAR-PA). La Companhia Brasileira de Armazenamento (CIBRAZEM) était chargée de la construction d’entrepôts. En dehors des marchands particuliers, il était aussi possible de vendre les excédents éventuels de riz à la CIBRAZEM. Le Banco do Brasil fut désigné pour accorder le crédit. A des conditions qui, pour les idées brésiliennes, n’étaient pas mauvaises, les colons pouvaient en principe y souscrire un emprunt à long terme aussi bien qu’à court terme.

17Si l’on ajoute à tout ceci que le gouvernement a été actif aussi entre autres en prenant différentes mesures dans le domaine médical, on peut constater qu’il a essayé de soutenir le processus d’occupation. Cette conclusion ne signifie cependant nullement que le programme de colonisation se serait déroulé sans problèmes ni qu’on pourrait parler d’une implantation réussie. C’est plutôt le contraire qui est vrai. Un planning hâtif et inadéquat, des investissements limités de la part du gouvernement une affectation insuffisante de la main-d’œuvre, une expérience limitée de nombreux fonctionnaires (due aussi à un renouvellement rapide), une organisation inefficace, une coordination insuffisante dans le fonctionnement des différents organismes gouvernementaux ainsi que différentes difficultés imprévues en sont dans une large mesure responsables.

18Résumons point par point les principaux problèmes auxquels se sont heurtés les colons jusqu’au milieu de 1976.

191. A l’origine, l’INCRA souhaitait placer la plupart des colons dans des agrovilles. Cela signifiait que beaucoup de paysans en venaient à habiter de 3 à 10 km de leurs champs alors qu’ils devaient y être souvent durant certaines périodes de l’année, qu’ils ne disposaient pas de moyen de transport et que les routes transversales étaient en très mauvais état. Aussi beaucoup de colons se sont-ils résolus à aller vivre de façon provisoire ou permanente dans des cabanes construites avec des matériaux de fortune. Ainsi, dans les agrovilles, beaucoup d’habitations restèrent inoccupées durant des périodes plus ou moins longues. Cette réaction non prévue des colons a incité l’INCRA, en 1973, à ne plus construire de nouvelles agrovilles et à permettre aux paysans d’habiter sur leurs terres. Dans les hameaux ne vivent plus actuellement que les colons qui le désirent et une partie des habitations est louée à des ouvriers.

  • 2 On s’est écarté aussi de l’attitude initiale qui voulait que les réserves de toutes les parcelles (...)

202. Des problèmes ont surgi aussi parce que dans le lotissement on a visé une régularité rigoureuse sans tenir compte de la nature du sol ni de la configuration du terrain. Ainsi la qualité des parcelles était assez inégale ce qui provoqua un certain mécontentement et cela d’autant plus que les prix étaient partout les mêmes. L’INCRA a essayé de résoudre les problèmes ainsi créés en accordant entre autres, en cas de besoin, de nouveaux lotissements, ce qui, quelquefois, impliquait que les colons étaient encore plus éloignés de leurs terres2.

213. La construction projetée de maisons fut loin d’être réalisée dans un délai tel que les colons pussent tout de suite être logés. Cette situation était due non seulement à des problèmes techniques et administratifs sur place mais aussi au fait que, dans la phase initiale, les bureaux régionaux de l’INCRA ont procédé à une sélection et à l’envoi de colons d’une manière trop hâtive, puis à l’impossibilité pour de nombreux colons de retarder leur départ après que diverses décisions eurent été prises et enfin une des raisons et pas la moindre est que, très rapidement, des intéressés sont arrivés sans passer par les instances régionales de l’INCRA. La conséquence fut qu’une partie des colons était contrainte d’habiter hors des agrovilles, dans des abris construits par les colons eux-mêmes ou bien ceux-ci allèrent eux-même construire une maison dans les agrovilles.

22Ce dernier cas devint bientôt la règle. Ce n’est que pendant les deux premières années que l’INCRA a construit des maisons. La plupart des colons trouva assez vite que les modestes maisons en bois de l’INCRA étaient trop chères.

234. Dans la plupart des agrovilles, les maisons n’étaient pas pourvues de W.C. bien que ceci ait été promis. L’eau courante ne fut installée que dans les maisons de quelques agrovilles, le long de la Transamazônica. L’électricité n’avait été installée que dans l’agropole de Brasil Nôvo (à 46 km au nord d’Altamira). Les écoles non plus ne furent pas prêtes à temps ni équipées en matériel scolaire et en mobilier. Elles avaient été réalisées très simplement en 1976 et leur emplacement était loin d’avoir été partout bien choisi. Les équipements médicaux (bien qu’insuffisants) n’avaient été réalisés que dans les centres les plus importants et pas dans les villages. En 1976, il n’existait plus de projets pour accroître les structures d’équipement extrêmement limitées dans les agrovilles parce que bien des colons préféraient habiter sur leurs terres.

245. Beaucoup de routes transversales étaient de mauvaise qualité. Aussi étaient-elles peu praticables surtout durant la saison des pluies. A la suite de cela, de nombreux lotissements étaient d’accès difficile, des problèmes surgirent pour la rentrée et le transport des récoltes et nombreux étaient les colons qui se trouvaient isoles. Cet isolement, surtout durant la saison des pluies, posa le problème de l’approvisionnement en denrées alimentaires. Aussi beaucoup de colons préfèrèrent-ils avoir des terres près de la Transamazônica.

256. On manquait de médecins et de personnel médical. Les colons (souvent difficiles à atteindre) n’avaient par suite jamais la visite d’un médecin. Ceux qui désiraient recevoir des soins médicaux devaient se rendre à un centre plus important, souvent très éloigné, et encore ce n’était pas toujours possible toute l’année et un secours rapide et suffisant n’était pas toujours possible non plus.

267. C’était d’autant plus grave que beaucoup de colons étaient atteints de maladies. La malaria était largement répandue et la population avait grandement à souffrir d’une sorte de moustique (pium) qui pullule durant la saison des pluies et provoquait de nombreux saignements par ses piqûres.

278. L’information agricole était incontestablement insuffisante, surtout si l’on tient compte du fait que le niveau d’instruction des paysans est généralement bas. En dehors du nombre insuffisant d’experts jouissant d’une large expérience et du budget limité, l’information agricole intensive fut entravée par l’isolement de nombreux paysans puisqu’ils ne tardèrent pas à s’établir en grand nombre, dispersés le long de la Transamazônica, solitaires sur leurs terres.

289. Les prêts se limitèrent surtout aux crédits à court terme. Les paysans furent d’ailleurs loin de profiter toujours au maximum des facilités à cause de la lenteur administrative dans l’attribution d’actes de propriété (par l’INCRA) et dans la procédure des avis (par l’ACAR-PA).

2910. Les entrepôts pour le riz étaient insuffisants les années où la récolte avait été bonne ; cette situation était aussi une conséquence de l’accroissement continu des terres cultivées. Ainsi une partie de la récolte était entreposée de façon primitive, ce qui amenait des pertes, ou bien elle était vendue à des marchands privés pour un prix peu avantageux. Les routes transversales en mauvais état retardaient l’expédition, et l’augmentation du prix de l’essence avait fait monter les frais du transport (effectué par des entrepreneurs privés).

3011. Ces problèmes ne se présentaient que les années de bonnes récoltes, mais malheureusement ceci n’était pas toujours le cas. En 1972/73 la récolte de riz de la plupart des colons fut très mauvaise parce qu’on avait distribué une semence impropre. La récolte de haricots, elle aussi, fut mauvaise. Bien des paysans s’enfoncèrent alors davantage dans les dettes et leurs moyens n’étaient pas suffisants pour leur permettre de réussir la récolte de l’année suivante. Dans les années moins mauvaises, la récolte reste, malgré tout, souvent dans son rapport inférieure aux pronostics initiaux.

3112. Le manque de débouchés locaux et d’industries de transformation (avec la raffinerie de sucre comme seule exception) était et reste toujours un problème sérieux. Aussi l’agriculture devait-elle s’orienter fortement vers les cultures destinées à l’alimentation courante et en partie à la consommation familiale. Le riz et les haricots étaient de loin les plus importants. La culture du manioc (plus résistant et plus facile à conserver) était peu encouragée.

3213. A la suite de cette orientation commerciale encore réduite, le schéma d’assolement prévu ne fut guère appliqué dans la plupart des exploitations. Comment, d’autre part remédier le mieux à l’épuisement des sols, n’était pas clair non plus. Le risque pour les colons de devoir en définitive défricher sans cesse de nouveaux terrains afin de laisser reposer les sols épuisés était réellement présent.

33Une petite partie seulement des colons avait réussi vers le milieu de 1976 à atteindre une certaine aisance. Pour la très large majorité les revenus de l’exploitation agricole avaient été très modestes, conséquence directe d’une superficie encore restreinte de terres cultivées, d’une gestion défectueuse, de débouchés limités et de quelques mauvaises récoltes. S’ils avaient un meilleur sort que dans leur région d’origine, ils ne gagnaient cependant guère plus que le minimum vital officiel. Pour la plupart des familles, ce n’est qu’un salaire de misère. Observer les termes des paiements échelonnés n’était pas chose facile. Beaucoup de colons étaient aigris ou déçus. Des départs assez importants, surtout depuis 1973, en furent la conséquence mais ils furent peut-être accentués par une sélection peu sévère. A la fin de 1975 il y avait au total 4.125 colons placés depuis le début dans le projet Altamira. Pas moins de 1.125 d’entre eux, soit 27 %, étaient cependant repartis au bout de quelque temps. Dans les régions de Marabá et d’Itaituba on constatait aussi un important déplacement de population.

34Le résumé ci-dessus des résultats obtenus se limite uniquement aux aspects qualitatifs du processus de la colonisation. Si l’on considère cependant le nombre de colons établis, on constate que, malgré tous les efforts des instances gouvernementales, tous les projets de 1970 destinés à envoyer 100.000 familles dans le Nord se soldent par un échec complet. A la fin de 1975, il n’y avait au total pas plus d’environ 6.000 à 6.500 familles établies le long de la Transamazônica dont 3.000 environ dans la région d’Altamira. Au total, seulement 29 agrovilles furent terminées. Une d’entr’elles était située près de Marabá, les autres se trouvaient à une distance maximum de 120 km de la ville d’Altamira. Dans les régions de Marabá et d’Itaituba, tous les colons avaient été installés tout de suite sur leurs terres (qui s’étendent depuis la Transamazônica), tandis que dans la région d’Altamira beaucoup étaient allés s’établir, de leur propre initiative, sur leurs lopins. Ce qui revenait à dire que la forme dominante d’implantation était l’habitation dispersée. Dans les agrovilles ne se trouvaient en moyenne, pas plus de 1.500 maisons (et souvent même, pas habitées en permanence). Le nombre d’agropoles se limita à deux : Brasil Nôvo (à 46 km à l’ouest d’Altamira) et Miritituba (près d’Itaituba). Ce dernier centre cependant ne comportait guère plus que les baraques des fonctionnaires de l’administration publique. Il n’y a qu’à Brasil Nôvo qu’une partie importante des équipements initialement prévus avait été réalisée. En ce qui concerne la première phase, c’était aussi le cas pour la ruropole Présidente Medici, située prés du croisement de la Transamazônica avec la route Cuiabà-Santarèm. Là vivaient quelque 2.000 personnes.

35D’après le nombre de colons mentionnés ci-dessus, il apparaît qu’aucun des plans ayant pour but de contribuer rapidement et notablement à la diminution des problèmes socio-économiques du Nord-Est par la colonisation n’a été réalisé.

36Cette conclusion devient encore plus évidente si nous mentionnons aussi que, finalement, un pourcentage assez faible seulement du nombre déjà modeste de colons d’autres régions. Dans une phase ultérieure l’INCRA a cependant placé beaucoup de non-Nordestinos le long de la Transamazônica, tout simplement parce que beaucoup d’aspirants colons de toutes les régions du pays se présentaient et que l’INCRA s’attendait peut-être à de meilleurs résultats grâce à eux. L’INCRA a rendu plausible cet écart par rapport aux plans initiaux en indiquant, entre autres, que de cette façon, divers problèmes sociaux du Centre-Sud (comme le minifundisme) étaient réduits. En 1976, moins de 1/3 du nombre des colons le long de la Transamazônica était originaire du Nord-Est et environ 30 % de Pará. Ceux qui surent le mieux subsister comme cultivateurs en économie fermée étaient les « caboclos » qui étaient le mieux au courant des possibilités et des limites de l’environnement de l’Amazone. Les paysans du Sud-Est avaient fait le plus de progrès dans le domaine de l’agriculture commerciale.

La colonisation en Rondônia

37L’INCRA n’a pas limité ses activités uniquement à la région de la Transamazônica. Depuis 1970, il a été actif aussi en Rondônia. Pour avoir une idée du rôle joué par le gouvernement dans l’occupation du Brésil du Nord, il convient de prêter attention au programme que l’INCRA y a réalisé.

38Lorsqu’en 1965, la route pour Porto Velho fut terminée, un important mouvement de migration spontanée se produisit vers la Rondônia, provenant surtout des régions du « Centro-Sul » avec beaucoup de minifundisme et d’élevage extensif. Cette migration fut encore accentuée lorsqu’on s’aperçut qu’à différents endroits se trouvaient des sols fertiles de terra roxa et que de plus le gouvernement suggéra que la Rondônia pouvait devenir une importante région à coloniser pour de vastes groupes de la population. Durant la période 1965-1974, la population de la Rondônia est passée de 97.000 à 143.000 habitants, surtout à la suite des migrations. La conséquence de ce mouvement de population fut que beaucoup de terres furent occupées spontanément, ce qui amena des conflits sur la délimitation des possessions et des propriétés. Pour limiter cette occupation anarchique et pour donner un caractère plus régulier au processus de colonisation, l’INCRA procéda, à partir de 1970, à l’établissement d’un programme de colonisation dirigée (à côté de projets qui avaient été amorcés déjà à un stade antérieur). En 1976 il y avait 5 projets récents situés le long des deux routes principales traversant la Rondônia. Au milieu de 1976, le nombre des colons installés là, s’élevait à 8.935. Cela indiquait que les projets de l’INCRA en Rondônia n’avaient rien à envier à ceux réalisés le long de la Transmazônica, ce qui était encore le cas en 1974. Plus des 3/4 des colons étaient originaires du Centre-Sud, une très petite minorité venait du Nord-Est et du Nord. Une partie des colons était déjà établie comme posseiros en Rondônia. L’installation s’est faite sur les lopins de terre et non dans les agrovilles.

39Comme dans les projets le long de la Transamazônica, les colons reçurent 100 ha de terrain qu’ils devaient défricher eux-même et dont 50 ha devaient rester en réserve. Un nombre limite d’exploitations plus importantes était destiné à l’élevage. En Rondônia aussi, la plupart des colons se sont appliqués, sur une superficie limitée, à la culture de produits de consommation (comme du riz, du mais, des haricots) en partie pour leurs propres besoins et en partie pour le marche. Ils n’y pratiquent pas la fumure. Au point de vue de la superficie ensemencée, le riz était la plus importante. La plupart des paysans essayèrent cependant aussi de s’orienter vers des cultures plus commerciales. La culture du cacao surtout était en progression : le gouvernement brésilien s’était donné pour but de stimuler celle-ci au point de faire du Rondônia la deuxième région productrice de cacao du Brésil après le Sud-Bahia. Dans ce but, l’INCRA stimula aussi un projet particulier (Burareiro) visant l’installation de petits planteurs de cacaoyers du Sud-Bahia, à côté de colons d’autres régions. Au milieu de 1976, l’INCRA avait déjà placé 332 familles à Burareiro, sur des exploitations de 100 à 1.000 ha.

40Les problèmes qui surgirent dans le Rondônia étaient en 1976 dans leur majorité de même nature que ceux le long de la Transamazônica. Ici encore, il était question d’un lotissement pas toujours approprié, les Communications faisaient défaut, les facilités de crédit et l’information agricole laissaient à désirer, les débouchés locaux manquaient, de bonnes méthodes d’assolement n’étaient pas appliquées, les revenus des exploitations étaient modestes et des problèmes apparurent dans le domaine des soins médicaux. Dans le Rondônia aussi, on assistait à des départs parmi les colons.

« Posseiros » et « grileiros »

41A la différence de la colonisation le long de la Transamazônica, il y avait en Rondônia beaucoup de conflits dans le domaine des droits terriens. Ils proviennent surtout du manque de programmes de colonisation étendus et d’un contrôle approprié des autorités après la construction de la route Cuiabá-Porto Velho. De leur propre initiative, beaucoup de migrants se sont mis alors à défricher des champs (posseiros). Des particuliers et des compagnies ont essayé aussi de s’approprier de grandes superficies de terrain en utilisant de faux papiers de propriété ou d’autres méthodes (grilagem), en général dans le but de revendre le terrain à des gens qui voulaient commencer une petite exploitation agricole mais qui attendaient vainement une action des autorités. Les posseiros furent ainsi souvent chassés. La tâche de l’INCRA était de réprimer le plus rapidement possible l’action des grileiros et de permettre qu’à brève échéance les paysans, en plus grand nombre possible, pussent entrer légalement en possession de leur exploitation, soit en les intégrant dans un projet, soit en légalisant, pour autant que c’était possible, les possessions des posseiros. En réalité, les deux se produisirent d’une manière incontestablement insuffisante. Le travail de l’INCRA était lent et inefficace et il apparut que plusieurs fonctionnaires avaient soutenu des agissements malhonnêtes. Une partie du pouvoir judiciaire, la police et le gouvernement agissaient de même. La conséquence fut que des milliers de migrants menaient une vie marginale sur des terres d’où, tout ou tard sans doute, ils finiraient par être chassés. Les évêques brésiliens ont énergiquement stigmatisé cette situation en 1976 dans leur publication « Pastoral da Terra ».

42Cette occupation sauvage, souvent accompagnée de violences, par les posseiros et les grileiros, s’est produite aussi ailleurs dans la région de l’Amazone. On en connaît des exemples de la route Brasilia-Manaus, dans la région d’Acre, de certains tronçons le long de la Transamazônica et de la route Cuiabà-Santarèm. Ainsi plus d’une fois, l’existence des peuplades indiennes et quelquefois même celle des colons officiels est menacée. Les colons, les posseiros et les Indiens sont à peu près partout les plus faibles en cas de conflits.

Causes du mince succès de la colonisation à l’échelle familiale

43La détresse dans le Nord-Est et les espérances suscitées en juin 1970 par le lancement du P.I.N. exigeaient une action rapide de la part du gouvernement fédéral. Les problèmes pour la réalisation d’un programme ambitieux d’implantation le long de la Transamazônica étaient cependant particulièrement grands puisque la colonisation devait se faire dans une région inconnue, loin des agglomérations et avec des colons généralement peu instruits et pauvres. Même lorsque la colonisation se déroule dans des régions limitrophes de la partie déjà plus peuplée d’un pays, l’existence de la population des colons est souvent extrêmement pénible. Pourtant, leur situation sera bien pire si leur implantation doit s’effectuer dans des enclaves de colonisation, au milieu d’une région à peu près inhabitée, loin des marchés et de tout équipement. Ce dernier cas s’est produit sans aucun doute dans la zone de Marabá-Altamira-Itaituba et dans une moindre mesure en Rondônia. De plus, l’INCRA avait peu d’expérience, en tous cas, une expérience nettement insuffisante pour mener à bien un programme plus ambitieux que tous les précédents. Ainsi, dans la préparation et la réalisation, beaucoup de fautes ont-elles été commises. Les colons, peu nombreux, qui ont pu gagner leur vie le long de la Transamazônica se voient ainsi confrontés à des difficultés de toutes sortes. D’ailleurs, en Rondônia, ce manque d’expérience et d’encadrement se retrouvait aussi, ce qui amena le gouvernement à agir trop tard dans cette région. Là aussi, on a placé en proportion peu de colons et là encore des problèmes et des tensions de toutes sortes se manifestent. La raison principale du mince succès est sans doute que les besoins du Nord-Est étaient le mobile pour lancer un programme ambitieux de développement de la région de l’Amazone mais que les objectifs sociaux (c’est-à-dire la création de nouvelles et bonnes conditions d’existence pour un grand nombre de Brésiliens paupérisés), n’étaient certainement pas les seuls mobiles. D’après nous, le gouvernement recherchait surtout d’autres buts dans sa présentation du P.I.N.

44Cette affirmation exige une application supplémentaire. En 1970, on était certain que la région de l’Amazonie renfermait des richesses minérales considérables, que les forêts pourraient être exploitées bien plus intensivement, que les cultures tropicales pourraient être notablement étendues (aussi bien pour l’exportation que pour l’approvisionnement des marchés intérieurs) et que, dans le Sud surtout, des millions d’hectares de prairies pourraient être aménagés. Le gouvernement brésilien par conséquent était convaincu que l’exploitation poursuivie de l’Amazonie pourrait apporter une importante contribution à l’augmentation du produit national brut, augmentation que l’on cherche à atteindre systématiquement depuis 1964, comme chacun le sait. Des motifs économiques pour la mise en valeur de la région de l’Amazone ne manquaient donc nullement. Il en était de même pour les motifs d’ordre stratégique. L’implantation continue en Amazonie, menant à un peuplement plus dense, impliquerait que les frontières nationales seraient mieux protégées, ce qui rendrait entre autres plus difficiles les infiltrations des pays limitrophes dans lesquels se produisent des mouvements de colonisation. En fait, cette occupation continue offrirait même plus qu’une protection puisqu’elle permettrait au Brésil d’exercer un plus grand contrôle sur les pays avoisinants ou sur certaines parties de ceux-ci. Autrement dit : l’intégration continue de la région de l’Amazonie, importante au point de vue géopolitique, permettrait au Brésil de mieux s’affirmer sur le continent latino-américain comme puissance dominante. L’idée qu’il était nécessaire de renforcer la sécurité du Brésil était présente après 1960 en particulier dans les milieux militaires. Aussi y trouvait-on de fervents adeptes, comme le général Golbery do Couto e Silva, d’une politique d’intégration (entre autres par la construction de routes). Par ailleurs, l’enthousiasme avec lequel l’occupation était défendue par certains militaires de haut rang ne signifiait pas que l’armée n’avait en vue que les aspects géopolitiques. Un autre aspect très important aussi, était qu’alors les militaires disposeraient de plus larges possibilités pour assurer leur position, entre autres en participant à la construction des routes. Des questions de prestige jouaient donc aussi un rôle.

45D’autres motifs et pas des moindres étaient ceux de politique nationale. Le régime se rendait compte que des actions spectaculaires et intéressantes du gouvernement (comme le développement rapide de la région de l’Amazone) et l’accueil enthousiaste de celles-ci par de larges couches de la population, pourraient temporairement atténuer le sentiment des oppositions politiques et détourner l’attention de faits comme le manque de liberté politique. Une ferme politique régionale d’intégration devait convaincre d’autre part la population que le progrès du pays était sérieusement pris en main. Tout ceci conduirait à une popularité et à un prestige accrus du régime et des présidents qui le représentaient, ce qui bien sûr, favoriserait la stabilité politique. Au début des années soixante-dix, le régime avait un besoin urgent de raffermir sa popularité.

46Tous ces motifs étaient, d’après nous, plus importants que les objectifs sociaux à savoir offrir de nouvelles possibilités d’existence à la population pauvre du Nord-Est surtout, par la construction de routes et la colonisation. Nous fondons cette interprétation sur les considérations suivantes :

  • Si le gouvernement brésilien avait eu vraiment l’intention de prendre effectivement en main les problèmes du Nord-Est par des programmes de colonisation officiellement dirigés, les implantations sur les terres encore disponibles du Nord-Est et en Maranhão (la région intermédiaire entre le Nord et le Nord-Est) auraient été bien plus évidentes et auraient offert bien plus de chances de réussite. Dans les deux cas, la colonisation aurait eu lieu dans des contrées qui se différenciaient moins de l’environnement naturel du Nord-Est et qui, de plus, ont une situation bien plus favorable quant aux débouchés vers les régions industrielles. On aurait eu alors des fronts contigus de colonisation au lieu d’enclaves. Ce n’est que plus tard qu’une occupation continue de la région de l’Amazone aurait dû suivre. Bien que le gouvernement sût que les débouchés étaient extrêmement éloignés et qu’il ne pût répondre à la question de savoir comment les paysans y surmonteraient les difficultés durant le stade de culture ladang, il opta cependant immédiatement pour l’établissement au cœur de l’Amazonie. Le désir d’actions spectaculaires frappant l’imagination doit avoir eu aussi son influence sur cette décision.
  • Par la suite cependant, le gouvernement s’est insuffisamment efforcé d’atténuer par un appui officiel effectif et approprié, les problèmes de subsistance des colons qui y étaient installés.
  • Si la diminution de la problématique dans le Nord-Est avait été le motif dominant, le gouvernement aurait, en outre, largement donné sa préférence aux colons originaires de cette partie du Brésil et il aurait aussi, au besoin, facilité leur départ. Alors il n’aurait pas accepté, presque dès le début, un grand nombre de paysans d’autres régions du pays.
  • 4. Le gouvernement se serait aussi davantage efforcé d’atteindre les chiffres projetés en 1970. Bien qu’une infime partie seulement du programme fût réalisée, le gouvernement décida, dès 1975, de donner à nouveau la priorité à l’agriculture, à l’élevage, à l’exploitation forestière et minière pratiquée par de moyennes et grandes entreprises de type capitaliste. Les programmes d’installation de petits paysans sur des exploitations (familiales) de 100 ha, furent entièrement rejetés au second plan dans la période 1975-1979.

47Le gouvernement justifia cette attitude en avançant que les projets dirigés de colonisation pour les petits paysans avaient eu peu d’importance, malgré tous les efforts pour l’augmentation du produit national brut, pour l’occupation de l’Amazonie, pour l’augmentation de l’emploi et pour la diminution de l’inégalité régionale. On avança aussi que la vie des colons implantés jusqu’ici, était à plusieurs points de vue précaire. On constata même que les programmes de colonisation conduisaient à une migration spontanée et que les petits exploitants, par leurs méthodes agricoles traditionnelles, constituaient une menace pour l’équilibre écologique. Aussi, l’INCRA, depuis 1974, n’a-t-il plus entrepris de nouveaux programmes de colonisation intégrés. Le gouvernement devait se limiter à placer des colons dans les projets en cours, sans pour cela entreprendre une action quelconque qui stimulerait fortement la venue d’intéressés. L’INCRA devait viser, en dehors d’un accroissement plus étalé du nombre des colons, l’amélioration des conditions de vie des paysans déjà établis. Les moyens financiers réservés, dans le deuxième plan de développement, à la colonisation agricole sont cependant insignifiants (1,8 % du total).

48Un autre changement notable fut que le gouvernement laisserait davantage à l’initiative privée la réalisation de nouveaux projets de colonisation éventuels. Les compagnies privées pourraient acquérir 500.000 ha de terrain au maximum, pourvu qu’elles présentent un plan élaboré montrant que le terrain, après lotissement, serait distribué en lots de 100 à 500 ha et que, de plus, les colons recevraient l’aide nécessaire. De grandes coopératives du Centre-Sud comptant parmi leurs membres de nombreux propriétaires minifundio pourraient contribuer de la même manière à la colonisation de l’Amazonie. A la fin de 1976, ces nouvelles possibilités n’avaient cependant pas encore mené à une activité réelle de colonisation. Tout ceci signifiait que le programme social de colonisation était à peu près au point mort. La responsabilité en incombait pour une large part au secteur privé qui, cependant, pas plus que le gouvernement, n’avait de solutions pour les nombreux problèmes auxquels on pouvait s’attendre tels que les possibilités limitées de choix de cultures commerciales et l’épuisement rapide du sol.

49Les événements successifs après 1970 semblent indiquer de plus en plus clairement que le programme d’intégration lancé en 1970 était uniquement destiné :

  • à réduire temporairement les tensions sociales qui s’étaient considérablement accrues dans le Nord-Est à la suite de la sécheresse et
  • à faire démarrer l’exploitation de la région de l’Amazone (souhaitable pour des considérations d’ordre économique, géopolitique, de politique nationale et de prestige).

50Les problèmes sociaux semblent avoir été plutôt un alibi qu’un motif réel et dominant. La nécessité de la construction de routes afin de rendre accessible le nord du Brésil avait déjà été signalée en 1969, entre autres par E. Resende, directeur du Departamento Nacional de Estradas de Rodagem (DNER). Les problèmes de sécheresse dans le Nord-Est offrirent en 1970 l’occasion inattendue de passer des projets aux actes.

51Après avoir présenté d’abord la politique d’intégration comme nécessaire pour diminuer les problèmes du Nord-Est, le gouvernement a rejeté expressément à l’arrière-plan la colonisation à l’échelle familiale prévue à cet effet, en allégant qu’une telle stratégie de développement n’était tout de même pas la plus appropriée. Le gouvernement reconnaissait ainsi que l’INCRA avait échoué mais en même temps employait l’absence de succès importants comme argumentation pour un changement fondamental et officiel de cap. Les problèmes du Nord-Est n’étaient alors nullement résolus même si les plaies étaient quelque peu cicatrisées et que de nouvelles catastrophes ne se soient pas produites. On pouvait par conséquent revenir sans trop de risques politiques à la stratégie de développement centrée sur l’économie qui avait caractérisé également la gestion gouvernementale avant 1970. L’encouragement des activités primaires exercées par les moyennes et grandes exploitations de type capitaliste était le trait le plus caractéristique de cette stratégie. C’est ainsi que nous arrivons à la deuxième partie de cet article.

III. Le programme de développement de l’agriculture et de l’élevage à grande échelle

Encouragement de l’élevage depuis 1966

52Durant les années soixante, la mesure gouvernementale la plus importante pour la création de nouveaux fronts de colonisation fut la décision d’appliquer à l’Amazonie Légale, avec des adaptations diverses, un train de mesures fiscales (incentivos fiscais) qui avait été créé auparavant pour le Nord-Est. Cela s’est passé en 1966. La mesure d’encouragement de loin la plus importante était qu’une entreprise enregistrée au Brésil et les personnes naturelles peuvent déposer la moitié de leur impôt dû au Banco da Amazônia. Cet argent peut ensuite être affecté au financement de projets dans le domaine de l’agriculture, de l’élevage, de l’industrie, de l’infrastructure, de la santé, de l’enseignement ou du tourisme, pourvu que ces projets soient approuvés par la Superintendência do Desenvolvimento da Amazônia (SUDAM), organisme gouvernemental créé en 1966 pour favoriser le développement de l’Amazonie Légale.

53Jusqu’en décembre 1977, la SUDAM avait accepté au total 549 projets pour l’établissement et la modernisation d’entreprises dont 335 étaient relatifs au secteur agricole, les autres, surtout au secteur industriel. Un investissement total de 7,2 milliards de cruzeiros, dont 5,5 milliards de cruzeiros constituaient de l’argent « fiscal », était engagé dans les projets agricoles. Dans la plupart des projets, l’agriculture joue un rôle subordonné ou même il n’en est pas question. La très large majorité était destinée à l’expansion de l’élevage pour la viande de boucherie.

54La plupart des projets ont été, ou sont réalisés sur des terrains défrichés récemment, dans la partie septentrionale des Etats du Mato Grosso et du Goiás et dans le sud de l’Etat du Pará, dans la périphérie donc de l’Amazonie Légale, plus proche des débouchés du Sud-Est et qui a une végétation forestière moins dense que dans les régions plus au Nord. Dans tous les cas, il s’agit d’entreprises grandes ou très grandes. La superficie totale des 335 projets ne couvrait pas moins de 7.887.169 hectares, soit une moyenne de 23.544 ha. La superficie minimum retenue ces dernières années est de 15.000 ha, la superficie maximum est de 60.000 ha. Cependant, parmi les anciens projets il y en a aussi qui comprennent quelques centaines de milliers d’ha. Ainsi le groupe Ometto de São Paulo ne possède pas moins de 670.000 ha.

55En dehors du désir de profiter le plus possible des économies d’échelle, cette importance considérable des exploitations est aussi la conséquence du fait que les prix des terrains en Amazonie sont bas et que les facilités fiscales encouragent notamment les entreprises exigeant un important investissement de capitaux.

56La réalisation des 335 projets signifie des possibilités pour un cheptel bovin de 6.193.000 de têtes. Cette expansion permettra au Brésil de mieux satisfaire la demande intérieure de viande et de se développer davantage dans l’exportation.

57Cette exportation sera naturellement liée à une plus grande dépendance vis-à-vis des marchés extérieurs. Nous estimons cependant un inconvénient bien plus important le fait que dans tous ces projets il s’agisse d’exploitations d’élevage extensif. Ceci implique d’une part, que de grandes superficies de terre sont nécessaires, tandis que d’autre part la main-d’œuvre, après la phase de défrichage sera très réduite. On a calculé que les 335 projets acceptés jusqu’en décembre 1977 ne donneront un emploi après réalisation complète qu’à 17.119 personnes. Cela revient à une moyenne de 51,1 emplois par projet et à 2,2 emplois par 1.000 ha. Même en tenant compte des emplois créés indirectement il sera en un mot évident que de tels projets ne répondent, en aucune façon, à la nécessité d’étendre rapidement le nombre d’emplois pour la population en pleine croissance du Brésil, toujours sous-développé. Au moins aussi négatif est le fait que ces projets favorisent en outre l’expansion et la consolidation continues de la grande propriété. Les avantages de ces exploitations d’élevage sur une grande échelle profitent jusqu’ici surtout aux détenteurs de capitaux et aux entreprises du Centre Sud. Ces dernières surtout, grâce aux facilités fiscales du gouvernement brésilien, ont trouvé dans le secteur de l’élevage un terrain de placement intéressant et des possibilités de diversification d’investissements. Et même un grand nombre d’entreprises du bâtiment, d’industries, de banques qui, à l’origine étaient en dehors de l’élevage, se sont mises à investir ces dernières années dans les entreprises d’élevage (entre autres Camargo Côrrea, Liquigas, Nestlé, Goodyear, Electro-bras et Volkswagen do Brasil). Parmi les investisseurs se trouvent aussi de grandes entreprises dans lesquelles beaucoup de capitaux étrangers sont placés. Ceci implique qu’une partie des bénéfices de ces projets s’écoulera à l’étranger.

58Un autre aspect moins favorable se situe dans le domaine social. Les travaux de défrichement exigent une main-d’œuvre importante et temporaire et c’est un problème qui, souvent, est résolu en recrutant des ouvriers par des pratiques inadmissibles de racolage. Les contrats et les conditions de travail s’avèrent souvent particulièrement mauvaises. D’autre part la population rurale ressent aussi les inconvénients de l’extension de la grande propriété privée. Le terrain est souvent acheté à bas prix par des courtiers aux agissements agressifs qui revendent de grandes superficies aux investisseurs intéressés. Les posseiros, qui, dans de nombreux endroits, se fixent sur des terres non défrichées pour subvenir par des cultures à leurs propres besoins, sont ressentis souvent comme des occupants gênants. Aussi, tôt ou tard, doivent-ils abandonner le terrain, soit de leur propre gré, soit malgré eux et souvent sans aucun dédommagement. Un climat d’agressivité, de violence et d’exaction règne dans de nombreux endroits à l’égard des petits paysans et des ouvriers. Souvent, aussi, les Indiens constituent un groupe menacé. Du côté gouvernemental, les mesures pour contre-carrer la conduite des grands propriétaires terriens, des spéculateurs fonciers et des sous-traitants (empreiteros) pour les travaux de défrichage sont insuffisantes. Aussi, à plusieurs reprises, les évêques se sont-ils sentis obligés de protester contre ces abus (entre autres par leur publication « Pastoral da Terra »).

Nouvelles impulsions pour l’élevage et l’agriculture à grande échelle après 1974 : les résultats espérés

59Les incentivos fiscais de 1966 sont restés en vigueur même après le lancement du P.I.N., mais des mesures qui donneraient au développement des activités agraires à grande échelle un nouvel élan immédiat et important n’ont pas été prises au début des années soixante-dix. En 1970-1973 le gouvernement concentrait une large part de son énergie et de son attention au programme de la construction de routes et de la colonisation agricole dirigée pour les petits paysans. En 1973, mais de manière bien plus frappante en 1974-75, cette stratégie a été abandonnée. L’extension des activités à grande échelle retient alors toute l’attention.

60En 1973, l’INCRA commença à vendre 2 millions d’hectares le long de la Transamazônica et en Rondônia avec l’intention de favoriser les exploitations moyennes. Il s’agissait là de lotissements de 3.000 ha au maximum qui pouvaient être obtenus par inscription, pourvu que celle-ci soit accompagnée d’un plan détaillé qui devait montrer la gestion technique et le projet de culture. L’exploitation, elle-même, devait être commencée dans les 5 ans. La moitié du terrain devait rester en réserve forestière.

61Au milieu de 1976, pratiquement tout le terrain avait été vendu, surtout aux intéressés du Centre-Sud. On avait cependant réservé à nouveau d’autres superficies ce qui montrait que le gouvernement souhaitait poursuivre sa politique.

62Si l’attribution de tels lotissements profitait à l’orientation commerciale de l’agriculture et à une occupation plus rapide de la région de l’Amazone, les inconvénients sont évidents aussi. De grandes superficies de terrain tombent, par cette politique d’intégration, entre les mains d’un nombre relativement petit de personnes. Et encore nous n’envisageons même pas l’éventualité qu’après quelque temps, par voie illégale, des lotissements séparés soient regroupés en unités plus grandes.

63Un changement d’orientation bien plus profond se produit avec la présentation du deuxième plan de développement pour la période 1975-1979. Dans celui-ci, on stipule expressément que l’équipement en infrastructure mis sur pied durant les années précédentes et les résultats de la recherche déjà effectuée sur les possibilités d’utilisation doivent être employés pour arriver le plus tôt possible à une exploitation plus intensive de la région de l’Amazone, cela en vue de l’objectif fondamental du plan de développement qui vise une croissance rapide du produit national brut. Cette croissance par le programme de colonisation sociale était insuffisante. La croissance du produit national brut devait donc être surtout réalisée par l’expansion rapide et à grande échelle du secteur primaire avec une orientation aussi bien vers le marché intérieur que l’exportation.

64Par une extension notable de la superficie des herbages dans la partie méridionale de l’Amazonie Légale et par une importante amélioration qualitative du cheptel, la région devait s’être développée à la fin des années soixante-dix en une des plus grandes régions productrices de viande, capable de couvrir les besoins croissants d’une population en augmentation rapide. La réalisation des projets d’élevage déjà en cours devait pour cela être accélérée et de nouvelles devaient être entreprises. Aussi 74 % des investissements agricoles du plan étaient-ils destinés à l’élevage. Les plans pour l’expansion de cultures d’arbres et d’arbustes tropicaux étaient ambitieux aussi, en particulier ceux du caoutchouc (pour l’approvisionnement du marché intérieur) et du cacao (pour l’exportation). Pour élargir surtout l’exportation, on devait viser un agrandissement notable de l’exploitation forestière menée de manière rationnelle et fondée sur la sauvegarde de la selve (y compris l’utilisation des roseaux de papyrus et des bambous pour la fabrication du papier). D’autres programmes bien plus importants devaient être réalisés dans le secteur minier que nous n’aborderons pas toute fois ici, leur étude déborde le cadre de cet article.

65Dans le plan de développement en question, on a insisté sur le fait que la modernisation et l’expansion de l’élevage, de l’agriculture, de l’exploitation forestière et minière ne pouvaient avoir lieu sur une grande échelle que si l’entreprise privée pouvait y jouer un rôle important et que les entreprises (surtout du Centre-Sud) disposant de grands capitaux puissent en profiter. En outre, on pouvait, au besoin, faire appel aussi à l’économie étrangère. C’est ainsi que, depuis 1975, le gouvernement brésilien s’est efforcé de rechercher des entreprises à grands capitaux qui soient disposées et capables d’exploiter les richesses de l’Amazonie dans le cadre de « joint ventures ». Jusqu’à la fin de 1976, le choix s’était surtout porté sur des entreprises américaines et japonaises.

66Pour donner plus de chances aux initiatives de l’économie privée (brésilienne) dans la colonisation sur une grande échelle, le gouvernement décida non seulement de poursuivre la vente de lotissements jusqu’à 3.000 ha au maximum, mais de créer aussi la possibilité d’acheter des superficies sensiblement plus grandes, provenant des domaines nationaux. Pour cela, il convient de s’inscrire en joignant un plan d’exploitation concret. Pour l’agriculture ou l’élevage on peut acquérir au maximum 66.000 ha. En Roraima, en Amapá et en Amazonas, le gouvernement avait déjà réserve de 5 millions et demi à 6 millions d’ha pour cet usage.

67En outre, on estima qu’il était du devoir de l’Etat de créer un climat tel qu’il soit intéressant pour les entreprises privées de procéder à des investissements. Dans le cadre du deuxième plan de développement, le gouvernement envisagea en effet de s’y consacrer dans un nombre limité de régions. A l’intérieur de l’Amazonie Légale il a, dans ce but, délimité au total 15 régions (polos). Il s’agit, ici, de régions qui offrent les conditions les plus favorables à une expansion rapide du secteur primaire moderne, surtout parce qu’elles possèdent des sols assez fertiles, de riches réserves de bois ou de grands gisements minéraux, qu’elles ont une situation favorable par rapport aux voies de communication déjà existantes ou qu’elles offrent des possibilités de production d’énergie. Le programme de développement pour ces régions sélectionnées – désignées par le « Programa de Polos Agropecuários e Agrominerais da Amazônia (POLAMAZONIA) – a pour objet notamment d’améliorer les structures des équipements, au sens le plus large du terme. Aussi les investissements publiés de la période 1975-1979 devaient être orientés surtout vers la construction (suivie) de routes (secondaires), l’élargissement de la production d’énergie, l’amélioration des canalisations d’eau et d’égoúts dans les centres urbains déjà existants, le développement de nouveaux centres urbains, l’élargissement des services éducatifs et médicaux, la formation de main-d’œuvre et la construction d’entrepôts et d’abattoirs. En outre, le programme comprenait entre autres, des mesures permettant l’occupation ordonnée des terres. Plusieurs autres mesures se rattachaient au POLAMAZONIA, comme par exemple un programme étendu de crédit du Banco do Brasil (entre autres pour les projets d’élevage) et un plan de recherche approfondie des possibilités d’utilisation de l’Amazonie.

68Selon le deuxième plan de développement, des investissements de l’ordre, tout compris, d’environ 49 milliards de cruzeiros étaient engagés pour la poursuite de l’intégration de la région de l’Amazone. Cette somme devait être fournie aussi bien par le gouvernement que par l’économie privée.

69En dehors du désir d’accroître le plus rapidement possible le produit national brut, ce changement par rapport à la politique du début des années soixante-dix est dû sans aucun doute, à la pression exercée par les entreprises privées. Depuis le début des années soixante-dix, celles-ci ont toujours entretenu des sentiments réservés à l’égard des plans de colonisation sociale du gouvernement brésilien. Dans ce cadre, on peut penser parmi d’autres à l’« Associação de Empresas Agropecuárias da Amazônia » dont le siège est à São Paulo et qui comprend quelque 130 grandes exploitations d’élevage. Depuis quelque temps déjà, elle estime que l’ouest et le nord du Brésil offrent des possibilités valables pour une expansion de grande envergure de l’élevage et qu’il est raisonnable de concentrer là-dessus surtout la stratégie d’expansion.

70Les conséquences du deuxième plan de développement n’ont pas encore été le sujet d’une évaluation étendue. En partant des objectifs, on peut cependant déduire quelques corollaires possibles. Le fait qu’une aussi grande importance soit attribuée au développement sur une grande échelle du secteur primaire par les moyennes et grandes entreprises de type capitaliste, rend probable que dans un avenir proche aussi l’emploi sera insuffisamment développé et que des tensions entre les posseiros les petits colons et les Indiens d’une part et les grands propriétaires terriens d’autre part continueront à se faire ressentir et même que ces tensions se manifesteront peut-être de manière de plus en plus intense. Le passé dans ce domaine fournit peu de raisons d’être optimiste. On peut craindre qu’à l’avenir aussi, les groupements économiquement faibles auront de nouveau le dessous et donc que leurs possibilités d’existence seront encore plus limitées. Ce sera d’autant plus le cas si la Fundação Nacional dos índios (FUNAI) ne réussit pas à mieux protéger les Indiens à l’intérieur et hors de leurs réserves et si l’INCRA n’est pas en mesure de réduire radicalement les activités des grileiros. En dehors de la menace croissante pour les petits agriculteurs, il faut montrer l’expansion prévisible des pratiques néfastes des racoleurs d’ouvriers (gatos) qui, par toutes sortes de moyens douteux, essayent de pourvoir en main-d’œuvre nécessaire les grandes exploitations.

  • 3 Les petits colons et les posseiros constituent d’ailleurs aussi une menace pour la région de l’Ama (...)

71De plus, on peut craindre un grave déséquilibre écologique. L’augmentation souhaitée de la production agricole ne sera sans doute pas réalisée d’abord en intensifiant la production sur les superficies déjà cultivées mais essentiellement en défrichant d’autres terrains. Le gouvernement veut, il est vrai, destiner des superficies importantes à une « réserve écologique » et il oblige les exploitations à laisser la moitié de leur terrain à l’état de forêt, mais il est permis de douter s’il sera à même d’exercer un contrôle suffisant pour éviter que les terres ne soient défrichées au-delà de ce qui est raisonnable. Le gouvernement brésilien est toujours trop optimiste en ce qui concerne les possibilités d’exploitation de l’Amazonie et il sous-estime le fait que la région est constituée de sols pauvres qui, après défrichage, s’épuisent rapidement et sur lesquels ensuite la forêt repoussera difficilement. Les grands projets d’élevage ont déjà amené, durant les dix dernières années, la destruction certainement de 100.000 km2 de forêts3.

72Un danger et non des moindres à signaler est l’emprise des capitaux étrangers et la dépendance à leur égard. Dans de nombreux grands projets d’ailleurs on a fait ou on fait appel aussi aux capitaux et au know how étrangers. Cela est valable non seulement dans les projets d’exploitation minière (au sujet desquels il faut souligner la participation de U.S. Steel dans l’extraction du minerai de fer et de plusieurs multinationales dans celle de la bauxite), mais aussi dans les projets d’élevage, d’exploitation forestière et de cultures commerciales.

73Malgré des clauses limitatives, bien du terrain déjà est entre les mains d’étrangers. En 1968, déjà, on constatait que la moitié de la région de l’Amazone était cernée par nombre de possessions étrangères, d’une superficie totale de 20 millions d’ha. Selon les estimations il y avait déjà 11 millions d’ha entre les mains d’étrangers en Roraima, en Pará et en Amazonas. Un exemple important dans ce domaine est celui de l’exploitation de D.K. Ludwig, qui couvre un million et demi d’ha le long du Rio Jari et du Rio Paru, qui s’occupe par des méthodes modernes et à une grande échelle de la culture du riz, de la production de bois et de pulpe, de l’élevage et de l’exploitation minière (bauxite et kaolin). La nouvelle politique gouvernementale risque de conduire à d’autres empires comparables.

IV. Le bilan de la politique de développement : développement du sous-développement

74Depuis 1966, on fait de sérieux efforts pour ouvrir de plus en plus le Nord, pour le coloniser et aussi pour le développer davantage par d’autres moyens, dans le but de mieux l’intégrer dans l’économie et la vie sociale nationales.

  • 4 Ces deux objectifs peuvent être facilement réunis. Dans ce domaine il suffit de penser aux grands (...)

75Non seulement dans les mesures de développement agricole suscitées, mais aussi dans d’autres programmes (tels que la construction de routes, l’essor donné à l’industrialisation et à l’exploitation minière, la création d’une zone franche autour de Manaus), l’impulsion donnée à la croissance économique a toujours été un objectif très important. Le développement de la sécurité nationale est un autre mobile mais à notre avis d’ordre secondaire et utilisé en partie pour rendre plus acceptables les mesures destinées à la croissance économique4. Le renforcement de la popularité et du prestige du régime et de l’élite militaire est un motif qui pendant toute la période de 1966 à aujourd’hui a joué également un certain rôle, notamment au début des années soixante-dix. A ce moment-là les considérations sub-impérialistes semblent avoir une incidence plus importante, vu le programme étendu de constructions de routes et les raccordements projetés avec le réseau routier des pays voisins. Durant cette même période, on insiste sur la nécessité sociale de la politique d’intégration ce qui, les années précédentes, avait été évoqué beaucoup moins ou même pas du tout.

76Depuis 1974, les motifs d’ordre social sont de nouveau repoussés à l’arrière-plan. Aussi sommes-nous porté à conclure que depuis 1966 dans la politique poursuivie en vue de l’intégration de la région de l’Amazone, il s’agit en premier lieu d’atteindre la croissance économique et la stabilité politique.

77Les considérations sociales n’ont joué un rôle un peu plus important que durant quelques années. Nous mettons en doute cependant qu’elles soient nées de la conviction du gouvernement brésilien qu’une politique énergique de développement était nécessaire. Il convient mieux, probablement, de penser à une stratégie politique. L’extrême sécheresse dans le Nord-Est et l’attention nationale et internationale qui s’est portée sur des groupes de population pauvre, ont rendu nécessaire l’annonce d’une politique davantage orientée vers le domaine social si l’on voulait éviter que le prestige du régime ne tombât à un point dangereusement bas. En plaçant au centre de cette politique l’ouverture de la région de l’Amazone, on obtenait en même temps une argumentation acceptable pour les coûteuses mesures d’infrastructure au profit de la croissance économique. Un autre effet du P.I.N. serait d’attirer une main-d’œuvre bon marché vers la région de l’Amazone.

78Vu l’attention constante et depuis peu, même accrue, pour l’augmentation du produit national brut, on peut mettre en doute si un développement qui donnera une plus grande prospérité à de larges couches de la population sera jamais mis en route. Jusqu’à maintenant, les mesures gouvernementales ont surtout rapporté des avantages aux individus et aux entreprises du Centre-Sud et de l’étranger possédant des capitaux, souvent même aux dépens des moyens d’existence des posseiros, des petits colons et des Indiens.

79Ce qui s’est passé jusqu’ici en Amazonie peut être comparé aux évolutions qui se sont produites ailleurs au Brésil à une époque plus éloignée et qui sont responsables des grandes inégalités qui existent de nos jours dans les domaines économique et social.

80Concrètement, cela signifie qu’en Amazonie aussi il est question d’une lutte pour l’exploitation du facteur de production si important, le sol, que les éléments faibles de la population ont souvent le dessous, que les moyennes et les grandes propriétés s’étendent de plus en plus, que la création d’emplois ruraux est insuffisante, que le nombre de personnes réduites à la condition d’ouvrier s’accroit plutôt que de diminuer, que la main-d’œuvre bon marché est attirée en Amazonie pour y être exploitée, que les petits colons ont une aide gouvernementale insuffisante et qu’ils mènent une vie dominée par les problèmes, que l’on assiste à une destruction des richesses naturelles, que les riches y deviennent plus riches, que l’inégalité régionale augmente et enfin, qu’ici aussi, on assiste à l’apparition d’une dépendance « externe » grandissante à l’égard du Sud-Est dominant et de l’étranger. L’histoire se répète. La politique d’intégration semble réussir mais surtout dans la mesure où elle concerne la formation d’une nouvelle périphérie sous-développée. Le rôle que le gouvernement a joué dans tout cela est clair. Par son attention pour une croissance économique rapide et les mesures d’encouragement dirigées à cet effet (y compris la réalisation par le gouvernement des équipements d’infrastructure) et par son incapacité (ou même sa mauvaise volonté ?) à combattre énergiquement toutes sortes d’effets secondaires négatifs (comme le grilagem et la détérioration de l’environnement), il risque de devenir le moteur d’un processus que l’on peut caractériser comme le développement spatial du sous-développement. Les fronts de colonisation constituent par conséquent plutôt des « fronts de sous-développement ». Ils créent de nouveaux problèmes au lieu de résoudre les problèmes déjà existants. Au point de vue politique, l’amplification de ce sous-développement avec toutes les tensions qui lui sont inhérentes peut impliquer la nécessité permanente d’un Etat « fort » qui doit garantir la sécurité nationale, le calme et l’ordre.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Cet article constitue en grande partie une synthèse des publications suivantes :

J.M.G. KLEINPENNING. The Integration and Colonisation of the Brazilian Portion of the Amazon Basin. Nimègue 1975. 177 pp. Nijmeegse Geografische Cahiers n° 4.

J.M.G. KLEINPENNING. An Evaluation of the Brazilian Policy for the Integration of the Amazon Basin. (1964-1974). Tijdschrift voor Economische en Sociale Geografie, 1977, (5) pp. 297-311.

J.M.G. KLEINPENNING. A further Evaluation of the Policy for the Integration of the Amazon Basin (174-1976). Tijdschrift voor Economische en Sociale Geografie, 1978 (1/2), pp. 78-86.

Celles-ci contiennent une bibliographie étendue à laquelle nous renvoyons pour plus de commodité.

De plus nous signalons quelques publications très récentes consultées également pour la rédaction de cet article :

ALMEIDA, H. de. O Desenvolvimento da Amazônia e a política de incentivos fiscais. Belém. 1978. Ministerio do Interior. Superintendência do Desenvolvimento da Amazônia. 33 pp.

Equipe de Recherches Amazoniennes. Amazonies Nouvelles. Organisation de l’espace rural. Paris 1977. Travaux et Mémoires de l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine. N° 30. 181 pp.

FOUCHER, M. La Sudam et l’Etat brésilien, organisateurs de l’Amazonie : les fonctions idéologiques, administratives et économiques de l’Etat fédéral. Dans : Cl. Bataillon. Etat, pouvoir et espace dans le Tiers Monde, Paris 1977, pp. 247-265

FOUCHER, M. et H. RIVIERE D’ARC. Et l’Amazonie ? Quelques remarques sur la géographie la recherche et le pouvoir. Dans : Cl. Bataillon. Région et régionalisation en Amérique Latine, Paris, 1976, pp. 519-527.

KIRBY, J. Agricultural Land-Use and the Settlement of Amazônia. Pacific View-point, 1976 (2) pp. 105-133.

KOHLHEPP, G. Erschliessung und wirtschaftliche Inwertsetzung Amazoniens. Geographische Rundschau, 1978, 1, pp. 2-13.

KOHLHEPP, G. Stand und Problematik der brasilianischen Entwicklungsplanung in Amazonien. Amazoniana, VI, 1976, 1, pp. 87-104

MORAN, E.F. Estratégias de sobrevivência : o uso de recursos ao longo da rodovia Transamazônica. Acta Amazônica, 7 (3), 1977, pp. 363-379

THERY, H. Les conquêtes de l’Amazonie : 4 siècles de luttes pour le contrôle d’un espace. Cahiers des Amériques Latines, 1978, 18, pp. 129-147

Notes

1 Pour d’autres aspects de la politique récente d’intégration (tels que construction des routes, industrialisation, exploitation minière et la création d’une zone franche), nous renvoyons à notre publication de 1975 et à celles de 1977/78.
Les données utilisées dans cet article ont été réunies au cours de recherches en 1973 et en 1976 pour lesquelles la Fondation Néerlandaise pour le Développement de la Recherche Tropicale (WOTRO) a accordé un appui financier.

2 On s’est écarté aussi de l’attitude initiale qui voulait que les réserves de toutes les parcelles soient groupées afin que dans chaque « glèbe » un ensemble boisé d’un seul tenant soit constituée aussi là où la configuration du terrain rendait le défrichement peu souhaitable ou impossible. L’INCRA a aussi réuni en exploitations de 200 à 300 ha destinées à l’élevage les lotissements qui se prêtent peu à la culture.

3 Les petits colons et les posseiros constituent d’ailleurs aussi une menace pour la région de l’Amazone. Pour des raisons diverses ils n’ont pas été capables jusqu’ici de développer une gestion d’exploitation qui garantisse le maintien de la fertilité. Il est aussi à craindre que la « reserva florestal » ne soit tôt ou tard entamée dans les exploitations de 100 ha.

4 Ces deux objectifs peuvent être facilement réunis. Dans ce domaine il suffit de penser aux grands projets d’élevage pour la réalisation desquels d’immenses superficies ont été occupées. Sous l’angle de la stratégie de la sécurité nationale, ces projets ne sont nullement négligeables. De ce point de vue il convient de penser aussi à la colonisation dans la région frontalière du Rondônia.

Auteur

Université de Nijmegen

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter