Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(B) Mouvements pionniers et écologie

Discussions et commentaires

Texte intégral

1Question de P. MONBEIG à I. SACHS et H. O’REILLY STERNBERG

2Il ne faut pas oublier que dans d’autres régions du monde – tropical ou non - les écosystèmes ont été modifiés, bouleversés sans qu’il en résulte nécessairement des catastrophes climatiques. Il est nécessaire de mener une réflexion comparative et de confronter les problèmes du tropique latino-américain à ceux d’Afrique ou de l’Asie du Sud-Est.

3Réponse de I. SACHS à P. MONBEIG

41) L’écodéveloppement est une proposition de colonisation en harmonie avec le milieu, non d’arrêt de la colonisation.

52) L’expérience de l’Inde montre que le déboisement excessif provoque de graves changements de climat. Malaisie, Philippines, Indonésie, autant d’exemples de désastres. Par contre, la Chine pratique à tout point de vue l’écodéveloppement.

63) Le modèle brésilien d’agriculture et d’élevage est dangereux dans la mesure où il ne trouve pas de place pour les hommes, seulement pour les machines et les intrants industriels.

74) Enfin, le Brésil peut se permettre de choisir ses fronts pionniers. Il y a beaucoup à faire avant de commencer le peuplement massif de l’Amazonie.

8Réponse de J. DELVERT à P. MONBEIG

9Je suis un peu inquiet de l’accent mis sur l’écologie à propos des grandes forêts denses tropicales. Ce souci est un souci de pays riches et n’ayant pas à résoudre de graves problèmes démographiques. Les pays asiatiques, doivent coloniser ces milieux. Or il faut reconnaître qu’il n’est pas si facile de trouver des colons pour défricher la grande forêt parce que la forêt dense sempervirente fait peur ; les migrants iront plutôt vers les villes. Je crains que les soucis écologiques ne deviennent des prétextes pour ne pas tenter de mettre en valeur des terres qui, en Asie, doivent à tout prix, être colonisées.

10Question de P. MAURY à F. H. CARDOSO

11L’option entre ethanol et methanol comme forme d’alcool repose-t-elle seulement, au Brésil, sur la question technologique ? Je ne le crois pas. Dans les deux cas, il existe déjà des usines en fonctionnement sur une échelle industrielle. Avez-vous d’autres éléments ?

12Question de P. FLYNN à F.H. CARDOSO

13Pensez-vous que cette controverse sur le type d’exploitation dans le secteur agricole ait eu quelque influence sur le comportement de certains militaires ? Y a-t-il eu des changements significatifs ?

14Commentaire de J. REVEL MOUROZ

15A propos de la phrase de E. Cardoso « entre l’Etat et la masse il n’y a que l’entreprise » et de celle de R. Pebayle faisant remarquer qu’il n’y a pas aménagement lorsque l’aménageur est à la ville et que l’on ne peut rompre « avec un système commercial qui, lui, est aux portes des fermes » dans quelle mesure ceci est-il appréciable, généralisable à l’ensemble de l’Amérique Latine, ou spécifique au cas brésilien ? Je ne le pense pas, avec ce que nous montre le Mexique où l’autorité de l’Etat (entrepreneur et encadreur) est présente à l’intérieur des exploitations (l’ejido).

16Réponse de F.H. CARDOSO

17Je pense que même les militaires ont pris conscience des difficultés engendrées par l’actuel modèle de développement. Etant donné la distance entre l’Etat et la Nation et le fait que dans le Brésil d’aujourd’hui il n’existe entre ces deux pôles que l’Entreprise, il est nécessaire que tous ceux qui désirent construire une nation procède à une révision globale.

18Commentaire de F. SCAZZOCCHIO sur les Communications de H. STERNBERG et I. SACHS

19Les Communications d’Hilgard O’Reilly Sternberg et Ignacy Sachs sont pensées autour des notions de développement et d’environnement. Sachs propose un schème conceptuel général, tandis que Sternberg traite plus particulièrement des écosystèmes amazoniens. Tous les deux s’attachent à définir les bases d’un développement intégral et à long terme, un « écodéveloppement » qui ne soit pas sacrifié à une croissance économique non viable écologiquement.

20En ce qui concerne l’Amazonie, il semble nécessaire de rappeler que la création d’un front pionnier dont l’avance modifie le milieu forestier tropical par la déforestation est un phénomène récent. Après l’alternance de ressources et de non-ressources sur des fronts extractifs d’expansion limitée, l’exploitation de zones intra-fluviales sur des fronts agricoles/pastoraux constitue une nouvelle phase pour la colonisation. La pénétration initiale de missionnaires, soldats et commerçants le long des grandes artères fluviales, si elle a vidé l’Amazonie de ses occupants autochtones – soit directement par raids ou indirectement par des épidémies et par le refoulement des riverains vers des zones de basse productivité – n’a pas résulté en colonies de peuplement telles qu’elles ont été permises à la fin du xixème siècle par l’essor de la navigation à vapeur et dans les dernières décades par l’expansion du réseau routier.

21La relation à l’environnement sur cette dernière grande frontière a fait l’objet d’un débat qui s’est étendu des chercheurs au grand public, en Amérique Latine d’une part et en Europe et aux U.S.A. d’autre part. Les Communications de Sternberg et Sachs peuvent être situées dans la perspective de ce débat, qui est axé sur des conceptions différentes du « développement ».

22Les modèles de développement proposés pour l’Amazonie varient non seulement dans les sept pays ayant une région amazonienne mais aussi à l’intérieur de certains pays, notamment le Brésil. Ces modèles divers peuvent être rattachés à deux pôles conceptuels, le conservationisme et la croissance. Sur la base de recherches écologiques (INPA, Manaus) telles que celles auxquelles se réfère Sternberg, la priorité est donnée à une disturbance minimale de l’hylea. L’INPA limite à 2 % l’extension souhaitable de terres cultivées, contre un objectif officiel de 10 % en Amazonie Brésilienne. Les modèles de croissance, au contraire, visent à intégrer les régions amazoniennes aux économies nationales en assurant une production pour les marchés intérieurs et plus particulièrement extérieurs dans ces régions.

23Sternberg et Sachs s’accordent pour dénoncer les effets d’un « mal-développement » résultant d’un idéal de croissance à court terme qui, pour citer Sternberg, « fait vivre les hommes d’aujourd’hui pour faire mourir les hommes de demain ». Ils proposent des schèmes alternatifs d’un développement endogène et fondé sur des critères qualitatifs.

24Sternberg, géographe Brésilien, a défendu depuis longtemps avec audace la protection du milieu amazonien, décriant les effets d’une exploitation irréfléchie et la destruction de ressources encore mal connues. Il rejoint Goodland en suggérant qu’au moins au Brésil, d’autres régions restent ouvertes à une colonisation moins destructive. L’analyse de Sternberg ne débouche cependant pas sur la formulation d’un modèle de développement : après son plaidoyer éloquent en faveur de solutions imaginatives pour le futur, on est amené à réfléchir sur les conditions d’applicabilité immédiates d’une vision idéale à laquelle tout citoyen d’une nation déjà développée n’est que trop tenté de se rallier. La condition présente de 5 millions de posseiros ou occupants parcellaires en Amazonie brésilienne (Souza Martins), par exemple, pose des problèmes sociaux urgents qui ne peuvent être ignorés pour un développement futur.

25Sachs, en revanche, propose un modèle de développement pensé pour les fronts pionniers en général, en termes de microrégions articulées aux économies nationales. Son insistence sur la nécessité d’une protection institutionnelle des colons, d’une infrastructure assurant les débouchés des produits locaux sur les marches régionaux, nationaux et internationaux semble particulièrement validée pour l’Amazonie. Ce modèle est d’autant plus séduisant qu’il résout potentiellement certaines difficultés qui résultent du « mal-développement » et contribuent à le reproduire : conflits terriens, modalités de crédit et relations d’exploitation à tous les niveaux, des élites régionales aux immigrants sans capital.

26La diversification de la dynamique des fronts pionniers en Amazonie (soit traditionnelle, comme l’a analysée P. Monbeig, ou celle résultant de programmes d’état) présente une difficulté pour l’application – même en théorie – du modèle de Sachs, dans lequel les rapports entre centralisation et décentralisation ne sont pas perçus comme problématiques. Les contradictions latentes entre les buts avoués et les buts réels de la colonisation en Amazonie (Programme Medici), entre les programmes distincts qui se succèdent, entre les tâches officielles des institutions et leur rôle effectif dans les régions nous rappellent que ces rapports sont complexes. Un schème de développement idéal comme celui de Sachs est nécessaire dans la mesure où la formulation de programmes se rèfère à un cadre conceptuel (et aussi politique) déterminé. Au niveau de la planification régionale en Amazonie, cependant, on peut souhaiter que des études de cas locaux contribuent à révéler les conditions d’application de schèmes obéissant à des considérations fondamentales mais dont la validité empirique demeure limitée par des facteurs socio-économiques et politiques constituant des situations de fait.

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable