Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(B) Mouvements pionniers et écologie

Colonisation et écodéveloppement

Igancy Sachs

Texte intégral

Pourquoi écodéveloppement ?

1Le préfixe éco (écologiquement viable) insiste sur le besoin de rechercher des stratégies du développement conformes à la solidarité diachronique avec les générations futures, c’est-à-dire capables d’assurer une production soutenue tout en sauvegardant et même améliorant leur support écologique. L’éthique du développement inclut le principe de prudence écologique, la solidarité diachronique avec les générations futures, qui ne saurait cependant être dissociée du principe de l’équité sociale – la solidarité synchronique avec les générations présentes. En faisant écho à Lucien Febvre, René Dubos a parlé de la symbiose entre l’homme et la terre. Le défi est de transformer les écosystèmes naturels de façon à servir les desseins de l’homme dans le respect des grands équilibres écologiques. L’écodéveloppement se veut équidistant de la recherche outrancière de la conservation de la nature et de l’économisme trouvant le profit immédiat dans l’appropriation prédatrice des ressources naturelles. Objectif encore plus ambitieux, nous devons apprendre à concevoir les systèmes de production comme de vrais systèmes et, en quelque sorte, faire un usage paradigmatique de l’écosystème comme modèle pour nos créations humaines. La recherche des complémentarités entre industries et activités humaines. La recherche des complémentarités entre industries et activités humaines diverses se substitue à la spécialisation fragmentée, la polyculture associée à l’élevage, à la pisciculture et à la sylviculture revient à l’honneur au détriment de la monoculture apparemment plus productive. A la limite, l’écodéveloppement ne connait pas de déchets, car il les transforme tous en ressources.

2Le concept d’écodéveloppement a fait son apparition dans la foulée de la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement, réunie à Stockholm en juin 1972. Sa carrière a été rapide. En France, au Canada, en Suède, aux Pays-Bas, mais aussi au Mexique, Brésil, Vénézuéla, Colombie, en plusieurs pays africains, en Inde et tout dernièrement, en URSS, des équipes de chercheurs travaillent dans cette optique qui a déjà inspiré quelques réalisations sur le terrain.

  • 1 L’autonomie de décision et l’autoconfiance sont les deux facettes de ce que les anglo-saxons appel (...)

3A quoi attribuer ce succès ? Le concept d’écodéveloppement paraît offrir un point de départ convenable, une base heuristique pour la recherche concrète d’un développement. C’est que nous savons aujourd’hui que la croissance, la modernisation et l’industrialisation débouchent tantôt sur le développement tantôt sur le maldéveloppement. Les taux de croissance et les statistiques de richesse et de revenu rapportées au citoyen moyen imaginaire ne nous éclairent guère sur les aspects qualitatifs essentiels du processus de développement/maldéveloppement, sur ses coûts sociaux, psychiques et écologiques ni sur les ravages causés par la transposition pure et simple de modèles exogènes – la croissance mimétique dans l’inégalité et par l’inégalité sociale, en guerre de conquête contre la Nature. Les expériences vécues du maldéveloppement permettent de définir a contrario les normes générales du développement : il doit être endogène, donc participatif, autonome et autoconfiant1, axé sur la logique des besoins (et non sur celle de la production qua production), ouvert aux changements institutionnels et recherchant l’harmonie avec la Nature.

  • 2 Le mot anglais « resourcefulness » rend bien cette démarche : il s’agit bien de transformer en res (...)

4L’épistémologue pédant dira sans doute que l’écodéveloppement est un pléonasme dans la mesure ou la prudence écologique est subsumée dans la définition même du développement telle que nous venons de l’esquisser. Mais notre but n’est pas d’alimenter des discussions épistémologiques. Nous poursuivons des fins très pratiques. Et l’écodéveloppant indique d’emblée au praticien du développement sa tâche : la recherche de solutions susceptibles d’harmoniser les objectifs sociaux, économiques et écologiques moyennant une mise en valeur ingénieuse des ressources spécifiques à chaque écosystème2 en vue de la satisfaction des besoins concrets et socialement légitimés de la population. L’environnement apparait ainsi comme un potentiel de ressources susceptibles d’être mises au service de l’homme à condition de trouver des formes écologiquement viables de leur exploitation. Nous sommes loin de l’opposition sommaire entre l’environnement et le développement qu’essaie de faire accréditer une certaine littérature écologiste.

Eléments pour une stratégie de colonisation

5Comment les considérations sur l’écodéveloppement s’appliquent-elles au thème de cette table ronde : la colonisation ?

6Nous dirons tout d’abord qu’elles imposent une extrême prudence dans la formulation de préceptes généraux au-delà de celui de la recherche de solutions spécifiques, propres à chaque écosystème, culture et contexte institutionnel. Si le planificateur doit s’ouvrir à la double dimension de l’écologie et de l’anthropologie culturelle, il lui faut abandonner l’apriorisme à la fois séducteur et volontariste qui a souvent caractérisé sa démarche et provoqué les échecs de politiques de colonisation. Au lieu de partir des techniques existantes et s’acharner par la suite à transformer à grands frais le milieu pour le rendre apte à recevoir ces techniques exotiques, il faut au contraire analyser les potentialités de chaque écosystème, en commençant par des études d’éthnobotanique, ethnozoologie et, plus généralement, de l’éthno-écologie. Le savoir populaire et l’anthropologie du quotidien des populations indigènes et locales constituent une source d’information et de pistes de recherche dont on ne saurait surestimer l’importance, à condition de ne pas les encenser mais de les passer au crible de la connaissance scientifique, ce qui est très différent de l’imposition de techniques exogènes.

7Un dilemme se pose ici. La colonisation implique presque par définition l’afflux d’immigrants venant d’autres écosystèmes et d’autres aires culturelles. Le contact avec le nouveau milieu risque d’être un choc, voire une catastrophe. C’est mesurer l’importance d’un dispositif de recherches et de formation préalable et continue dans la mise en place et la conduite de programmes de colonisation. Les recherches doivent d’une part aider à concevoir des méthodes de gestion intégrée des ressources et d’autre part, suggérer comment utiliser celles-ci pour assurer, en première priorité, un niveau raisonnable de bien-être aux colons en les aidant à pourvoir à leurs besoins en matière d’habitat, alimentation, protection de santé, éducation et culture.

8En d’autres termes, il faut bien préciser les enjeux de la colonisation.

9En aucun cas, contrairement à une pratique courante, elle ne saurait être conçue exclusivement en termes d’incorporation de nouvelles ressources à l’économie nationale au profit de grandes entreprises privées ou publiques, nationales ou étrangères sans égard pour les coûts sociaux et écologiques d’un tel programme.

10De même la colonisation dans le tropique ne peut constituer un moyen pour se débarrasser du trop-plein démographique de certaines régions, ne serait-ce parce que les méthodes écologiquement viables de la mise en valeur des ressources renouvelables du tropique ne permettent pas, au niveau de nos connaissances actuelles, une densification rapide des populations. A ce propos, nous remarquerons que trop souvent la colonisation a été pensée comme une alternative politiquement facile à la restructuration des rapports fonciers dans les zones densément peuplées. En théorie, la migration offrirait une solution à la maldistribution spatiale de la population mondiale à condition de se diriger vers les pays à démographie décroissante, menacés par le vieillissement et même la disparition à terme de leurs populations. Inutile de dire que dans les conditions politiques actuelles cette solution n’est pas viable.

11Nous sommes ainsi amenés à insister, une fois de plus, sur le bien-être des colons comme objectif central de la colonisation, complété par une expérimentation en vraie grandeur de nouvelles formes de mise en valeur des ressources dans l’optique de l’écodéveloppement.

12Le bien-être des colons s’établissant sur les fronts pionniers d’habitude éloignés des grands centres industriels et mal desservis en transport, dépendra de trois conditions liées entre elles :

  1. La capacité de créer une économie micro-régionale articulée, capable de s’auto-approvisionner en biens de consommation alimentaires de base, de pourvoir aux besoins énergétiques locaux et de fournir les matériaux de construction, s’affranchissant ainsi d’une dépendance coûteuse par rapport aux centres directeurs de l’économie nationale ;
  2. Une occupation sélective de l’espace compatible avec la gestion écologique des ressources renouvelables et les seuils de concentration de la population nécessaires à la création d’une infrastructure même sommaire de services sociaux et culturels et au fonctionnement de l’économie micro-régionale, en d’autres termes, subordination des fronts pionniers à un schéma d’aménagement du territoire établissant des « réserves du développement » si possible interconnectées par des voies de transport naturelles, ce qui pourrait donner lieu à l’articulation sélective des économies micro-régionales en économie régionale tout en apportant une solution de rechange au problème de protection des populations indigènes habituellement refoulées dans des « réserves d’indigènes ».
  3. L’établissement de rapports sélectifs et équitables entre les fronts pionniers, les économies micro-régionales et l’économie nationale et internationale ; délaissés au jeu libre des mécanismes du marché, ces rapports se caractérisent par une asymétrie d’autant plus grande que les fronts pionniers sont éloignés et faibles par rapport aux forces économiques ; quelle que soit l’ampleur de l’effort d’investissement initial consenti par l’Etat, il y a de fortes chances que les noyaux de colonisation soient progressivement vidés de leur substance économique par le biais de rapports commerciaux et financiers exploitatifs, à moins de leur offrir une protection institutionnelle permanente et efficace, sous forme de débouchés garantis et rentables pour certains produits et d’accès à des conditions équitables aux ressources matérielles, techniques et financières faisant défaut localement et cependant indispensables à l’écodéveloppement des fronts pionniers.

Principes, grandes considérations et règles de base pour un processus d’écodéveloppement permanent

Principes, grandes considérations et règles de base pour un processus d’écodéveloppement permanent

ANNEXE :
Sources : Ecodéveloppement et Régions Urbaines du Tiers Monde : Etude prospective d’une politique de coopération au développement international
Projet conjoint sur l’environnement & le développement 5 – ACDI – HULL 1979

En guise de conclusion

13L’écodéveloppement nous paraît offrir un cadre conceptuel convenable pour examiner les perspectives d’ouverture de nouvelles frontières économiques et d’en mesurer en même temps les enjeux. La mise en valeur des ressources renouvelables du tropique pourrait poser les fondements d’une nouvelle civilisation industrielle, plus stable et plus bénigne que celle construite sur le charbon, puis le pétrole. Mais, en revanche, nous risquons de précipiter une catastrophe écologique à travers le pillage sans discrimination des forêts, des eaux et des sols tropicaux. Les ressources dites renouvelables ne le sont que dans la mesure où leurs conditions de renouvelabilité sont respectées. Nos connaissances scientifiques et techniques le permettraient. Notre vision étroite de l’intérêt économique et l’appât du gain immédiat nous en empêchent.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

DUBOS, R., Symbiosis between the Earth and Humankind, Science, vol. 193, n° 4252, 6 août 1976.

GLAESER, B. et VYASULU, V. « The Obsolescence of ecodevelopment ? », Human Futures Autumn, 1979.

HATZEL, N. « A sustainable development strategy », IFDA Dossier 9, July 1979.

Que Faire ? Rapport Dag Hammarskjöld préparé à l’occasion de la septième session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies, septembre 1975, Uppsala, 1975.

SACHS, I., Culture, Ecology and Development : redefining planning approaches, Human Behavior and Environment, vol. 4 : Environment and culture, Plenum, N. York (publication en cours)

SACHS, I., Development, Maldevelopment and Industrialization of Third World Countries, Development and Change, (Sage, London & Beverly Hills), Vol. 10, 1979, pp. 635-646

SACHS, I., Stratégies de l’écodéveloppement, Editions Economie et Humanisme, Les Editions Ouvrières, Paris, 1980.

THERT, D., Héritage et Créativité du savoir écologique populaire comme facteurs de développement sous-utilisés, Nouvelles de l’Ecodéveloppement, n° 10, CIRED/MSH, Paris, septembre 1979.

Notes

1 L’autonomie de décision et l’autoconfiance sont les deux facettes de ce que les anglo-saxons appellent self-reliance et qu’il ne faut pas confondre avec l’autarcie

2 Le mot anglais « resourcefulness » rend bien cette démarche : il s’agit bien de transformer en ressources les éléments du milieu.

Table des illustrations

Titre Principes, grandes considérations et règles de base pour un processus d’écodéveloppement permanent
Légende ANNEXE :Sources : Ecodéveloppement et Régions Urbaines du Tiers Monde : Etude prospective d’une politique de coopération au développement international Projet conjoint sur l’environnement & le développement 5 – ACDI – HULL 1979
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

Auteur

EHESS, CIRED

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter