Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(B) Mouvements pionniers et écologie

Frontières contemporaines en Amazonie brésilienne : quelques conséquences sur l’environnement*

Hilgard O’Reilly Sternberg

Texte intégral

  • * Cette communication est dérivée d’un programme de recherches sur les phénomènes de frontière et le (...)

1Les mouvements de colonisation n’apparaissent comme un front continu que de façon exceptionnelle et sur des étendues extrêmement réduites. Le président du comité d’organisation de cette table ronde, dans son ouvrage sur les fronts pionniers dans l’état de São Paulo, ouvrage qui a véritablement marqué la géographie agraire, a décrit « une marche frontière qui progresse irrégulièrement et dans des directions confuses » (Monbeig 1952). Dans le Bassin de l’Amazone, la progression a été sans doute encore plus saccadée, mais le tracé hydrographique a guidé l’expansion linéaire des Portugais et néo-Brésiliens, à mesure qu’ils se déployaient vers l’intérieur et apposaient de facto le sceau de leur souveraineté sur des millions de kilomètres carrés. L’immense Mar Doce s’offrait à la pénétration vers l’ouest, tandis que ses affluents s’articulaient à l’intérieur de forêts lointaines, « de véritables cluses végétales, étroits et sinueux défilés entre des murs d’arbres », dans le style si imagé de Pierre Deffontaines.

« L’homme a profité de ces rainures aquatiques pour se glisser à l’intérieur de la masse arborescente ; il n’existe d’autres routes que les rivières ; toute la pénétration humaine, toute la circulation s’effectue par bateau » (Deffontaines, 1939).

2L’avance par voie de terre du peuplement, a remarqué Monbeig dans la région où s’effectuait sa recherche, laissa « des pans de forêts (qui) subsistent parfois longtemps entourés de cultures ou de pâturages » (Monbeig, 1952). En Amazonie, les pionniers, l’attention fixée sur leur destination, effectuaient leur progression vers l’amont à travers les eaux qui ne gardaient pas trace de leur passage ; ils pouvaient ainsi laisser essentiellement intacte derrière eux l’immense étendue de forêt vierge qu’ils longeaient. Leurs établissements qui s’avéraient souvent aussi éphémères que les rêves qui les avaient séduits, étaient pour la plupart localisés de façon discontinue, voire même en pointillé, laissant largement la place aux nouvelles vagues de pionniers qui pouvaient s’installer de façon intercalaire le long des voies dendritiques de pénétration. Ces dernières étaient empruntées par des groupes d’intérêts divers : soldats, missionnaires, chasseurs d’esclaves, marchands d’épices, récolteurs de caoutchouc, mineurs, agriculteurs, éleveurs, pour n’en citer que quelques-uns. En fait, on pourrait même parler d’autant de frontières, chacune ayant sa propre étendue dans le temps, son propre rythme et dessinant son propre tracé le long du réseau fluvial. Ainsi, la frontière des prospecteurs s’étendit-elle sur plusieurs siècles, comprenant une série de « ruées » distinctes, déclenchées par les rencontres dans des régions où l’or et les pierres précieuses, érodées des parties minéralisées du socle Guyano-Brésilien, s’étaient concentrés en gisements alluviaux ou colluviaux, comme, par exemple : Guaporé, Amapá, Roraima. Le développement qui accompagna la quête de caoutchouc naturel fut de courte durée et, en dépit de la présence de l’Hevea un peu partout dans la plaine de l’Amazone, la production supérieure des altos rios attira la masse des récolteurs de caoutchouc vers l’ouest, les faisant même pénétrer sur ce qui était alors territoire bolivien.

3Du fait qu’il demeurait sur les rives du fleuve ou à proximité, le petit nombre de « civilizados » ne transforma pas de façon trop évidente le vaste paysage forestier amazonien, et ce, pendant des siècles. Ce qui ne veut pas dire, bien entendu, que leur invasion ait été sans conséquence. La plus tragique fut la violente diminution du nombre de la population indienne, provoquée directement par la mise en esclavage et l’extermination délibérée, indirectement, mais ce qui a eu peut-être des conséquences encore plus graves, par l’introduction de maladies et le bouleversement du genre de vie indigène. Bien qu’il soit vain d’essayer de donner des chiffres, les indiens, selon toute évidence, auraient été présents en Amazonie en nombre très important au moment de la conquête.

  • 1 Voir, par exemple, SMITH (1974, 1979) ; ALFINITO (1975, 1978) ; ALFINITO et al. (1976).

4De la même façon, quoique le royaume animal puisse apparaître intact, certaines espèces subirent en fait de véritables carnages, ceux-ci touchant surtout la faune aquatique, comme dans le cas de la tortue d’eau douce (Podocnemis expansa)1 et du lamantin (Trichechus inunguis). Voici sur ce dernier quelques brefs commentaires. La tuerie en masse du lamantin commença en Amazonie au dix-septième siècle (Vieira 1659 ; Heriarte 1662). Une partie des produits ainsi obtenus, la graisse notamment, était expédiée vers l’Europe. Il semble que la chair ait plutôt été chargée à bord de vaisseaux à destination d’autres parties du Nouveau Monde, notamment vers les Guyanes et les Antilles, où les négociants hollandais approvisionnaient les colonies anglaises et françaises. Lorsque Jean Barbot, agent général de la Compagnie Royale d’Afrique et des îles d’Amérique, entreprit son voyage à Cayenne et aux Antilles en 1678-1679, il enregistra comme « la Pesche du Lamentyn (...) fais subsister Cayanne une bonne partye du têms. » Dans son journal manuscrit, adressé à un « jeune Negoceant », il décrivit l’arrivée d’un vaisseau dans le bas Amazonas pour faire la traite :

« Les Indiens viennent abord, on leur délivre le sel qu’on a, puis ils remontent beaucoup au Dessus de l’endroit ou vous mouilléz, au Lieu ou se trouve Le plus de l’amentin. Quand ils le l’ont pris ils Le coupent par morceaux. Le salions Et vous l’apportre » (Barbot 1679).

5Dès 1786, Alexandre Rodrigues Ferreira, le naturaliste né à Bahia, qui, avec sa Viagem Philosophica, peut être considéré comme le précurseur des scientifiques qui ont exploré le Brésil au dix-neuvième siècle, faisait remarquer les lourdes pertes subies par la population sirenéenne, en conséquence de son exploitation continue et irréfléchie pour le commerce intérieur et extérieur (Ferreira 1790). Il obtint du fonctionnaire responsable du Pesqueiro Real des lacs à Vila Franca, près du Rio Tapajós, la déclaration selon laquelle, en l’espace de deux années, cette pêcherie royale à elle seule avait produit 57 tonnes de viande séchée et 8.686 barils d’huile (manteiga), le résultat de « la boucherie d’environ 8.500 lamantins » (Ferreira, 1786).

  • 2 Il faut cependant avouer qu’une toute récente étude sur l’exploitation commerciale du lamentin met (...)

6Après des siècles d’abattage qui avait surtout lieu à l’époque des basses eaux, le lamantin, vulnérable, se reproduisant lentement, est à présent classé parmi les espèces menacées de disparition. On a même suggéré que le point de non retour dans l’extinction de la population lamantine ait été atteint en 1963. Cette année, on enregistra des décrues record des eaux de l’Amazone (Sternberg, 1975), qui facilitèrent la tuerie et à la suite de quoi il fut rapporté que les lamantins avaient disparu de beaucoup de cours inférieurs des fleuves amazoniens2. Il est assez ironique qu’un timbre-poste du Brésil récemment mis en circulation, sur lequel on a voulu reproduire le lamantin amazonien, Trichechus inunguis, dont l’une des caractéristiques est d’être totalement dépourvu d’ongles, montre en fait que le représentant d’une autre espèce (T.manatus), dont l’extrémité des nageoires en est manifestement ornée.

7On constate depuis quelques dizaines d’années que certaines activités qui furent la raison d’être des fronts d’expansion dans le passé ont pris des dimensions nouvelles et inquiétantes. Tel est le cas, par exemple, de la nouvelle frontière de l’abattage à la scie, de la nouvelle frontière minière, de la nouvelle frontière de l’élevage ; sur toutes celles-ci, l’influence des transnationales se fait fortement sentir. Il faut également considérer le phénomène presque nouveau que représente l’émergence d’une frontière énergétique.

Perception et évaluation des ressources

8Des indices tels que le P.N.B., qui ont la prétention de mesurer la croissance économique, sont étroitement liés, dans les pays en voie de développement, aux revenus de l’exportation ou, en d’autres termes, à l’exploitation des « ressources naturelles ». La pauvreté est si souvent identifiée à une sous-utilisation de ces atouts que l’aiguillon d’une mise en valeur rapide des régions forestières l’emporte aisément sur toute préoccupation que l’on pourrait avoir quant à d’éventuelles conséquences nuisibles sur l’environnement.

9Une « ressource », cependant, n’est pas une entité existant en soi et par soi, mais davantage quelque chose de contingent, qui prend forme quand on lui attribue une certaine valeur, et qui cesse d’exister en tant que telle quand elle est réduite à l’état de non-ressource, lorsque cette valeur lui est retirée. Les évaluations de ce genre sont trop souvent effectuées en ne tenant compte que de la valeur marchande. Ce système de valeur peut s’avérer tout à fait transigeant quand le trade-off, ou troc, par nature inévitable, entraîne le renoncement à des biens intangibles. Mais les systèmes de valeur se modifient et il se produit parfois une volte-face. La réévaluation des buts effectuée actuellement par les pays développés devrait suggérer à ceux qui le sont à un moindre degré d’éviter de prendre des décisions qui rendent vaines une future remise en question des priorités.

La « vente » du développement

10En ce qui concerne la plaine amazonienne, à population parsemée, il est manifeste que les gouvernements s’estiment non seulement capables, mais tenus par devoir de procéder en toute hâte et coûte que coûte, à l’ouverture et à la mise en valeur des espaces « vides », dont l’apparente improductivité pourrait être interprétée comme la marque d’une fainéantise officielle. L’Amazonie est perçue comme un théâtre propice pour une croissance sans entraves. Et l’obsession de la croissance, l’obsession de développer pour développer, est au centre des préoccupations des autorités, ainsi que d’une bonne partie du peuple. Jusqu’au point où un raisonnement qui, vu avec un certain recul, apparaît des plus bizarres, jouit de la plus grande acceptation dans la société en question. Considérez, par exemple, la déclaration d’un ministre des finances, Delfim Netto, qui louait la société de consommation devant un auditoire de publicistes – ce qui, avouez-le, était assez approprié :

« Si nous prenons le risque d’échafauder une économie sur une bicyclette et que nous arrêtons de pédaler, nous allons tomber par terre. Il nous faut découvrir un mécanisme qui maintiendrait la consommation dans un état de stimulation permanente. Il nous faut découvrir un mécanisme qui élargirait la gamme des produits et des services utilisés par chaque homme, et ce, à chaque instant, et de manière violente. Il importe peu qu’une telle expansion engendre des problèmes sociaux. Les problèmes sociaux sont indispensables pour la réalisation du développement lui-même. Ce qui compte est que chacun soit amené à désirer plus, toujours plus, de plus en plus de choses » (Salles, 1972).

11Quant à la dégradation de l’environnement qui s’ensuivrait, l’attitude qui a été adoptée par les gouvernements et, du moins le craint-on, par une majorité de citoyens dans les pays en voie de développement fut exprimée par un participant à la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement, tenue à Stockholm en 1972 :

« Une fois que le développement sera achevé, une fois qu’on aura atteint un PIB de dizaines et de dizaines de milliards de dollars, et qu’on aura remédié aux pollutions de la pauvreté, on pourra en toute logique consacrer une fraction croissante de ce PIB à la tâche de nettoyer une partie de la pollution de l’abondance, qui malheureusement à l’heure actuelle est si loin de notre portée... ».

12Le même représentant disait également que la mise en valeur allait « exiger un bien plus grand nombre de forêts occupées et transformées en pâturages et en terres cultivées... en d’autres termes, une violence accrue contre la nature » (Almeida, 1971).

13Que de telles déclarations se soient avérées conformes aux normes de la communauté prouve l’efficacité d’une propagande qui s’infiltre partout. Des gouvernements de tendance politique différente, agissant sans nul doute conformément à ce qu’ils considèrent comme dans l’intérêt de leur pays, ont lâché la bride aux agents de la publicité et se sont lancés comme les transnationales dans la « vente » du développement. Puisque des spécialistes en matière de persuasion essayent d’établir le texte de leurs annonces conformément à la mentalité régnante, les résultats de leurs élucubrations peuvent être révélateurs en ce qui concerne le climat psychologique du développement considéré comme pratiquement synonyme de l’industrialisation.

Fig 1. Annonce cherchant à attirer les investissements dans le cadre du développement de l’Amazonie (SUDAM 1971)

14Voici un exemple de langage irréel dans le style de George Orwell, dont le but était d’encourager les placements dans le cadre du développement amazonien (fig- 1) :

« L’Amazonie que vous avez étudiée à l’école n’existe plus. Aujourd’hui, vous cherchez un village indien et vous trouvez une usine. Ou une fazenda moderne. Là où tout n’était que forêt il y a dix ans, vous pouvez maintenant vous faire renverser par une voiture » (SUDAM 1971).

  • 3 On a effleuré ailleurs le thème de l’intégration politico-économique de l’Amazone, avec ses effets (...)

15La publicité, pour reprendre les termes d’un de ses practiciens, « traite en grande partie de choses intangibles : symboles, émotions, voire même illusions. Les produits qu’elle lance ne sont pas uniquement des objets » (Wiseman, 1959) – ce sont, dans le cadre de notre sujet, des symboles de status dans la communauté mondiale, signe, en d’autres termes, de la maîtrise d’une technologie sophistiquée, de l’essor industriel, du pouvoir économique, de la souveraineté nationale. Ayant l’audace de se servir de l’inauguration de l’ère des accidents de la circulation pour susciter un sentiment de fierté vis-à-vis de l’ouverture et du développement de l’Amazonie, le texte précédent fournit ce qui est peut-être un exemple extrême d’aliénation en ce qui concerne la tentative de manipulation des valeurs et des attitudes au service de la croissance économique. Mais il y a des milliers de cas qui illustrent des efforts de développement axés sur les forêts et les eaux tropicales, efforts qui ont privé les populations régionales de leur intégrité culturelle, voire même physique et les ont laissées encore plus démunies qu’auparavant3. Et, encerclant la terre de la même façon, on retrouve une orchestration de symboles appropriés pour soutenir la croyance des gens en un âge d’or pour tous. La constante propagande pour un développement de type industriel reflète et renforce un Zeitgeist qui, sans se poser trop de questions sérieuses, accepte, par exemple, la destruction de l’environnement ou le mépris des droits aborigènes comme le prix de la croissance, prix peut-être douloureux mais, en tous cas, inévitable. La publicité, toujours sélective et fréquemment déformatrice, modifie de cette manière l’environnement perçu et influence les gens dans leur façon de le voir et de le ressentir.

16En conséquence de la décision, prise vers la fin des années 1950, de déplacer le centre de gravité politique vers l’intérieur, avec la construction d’une nouvelle capitale, des routes furent ouvertes, reliant Brasìlia à Belém, à l’extrême est de l’Amazonie brésilienne, et à Rio Branco, Acre, à l’extrême ouest de la région (fig. 2). Un réseau routier devait prendre le pas sur le tracé de la circulation fluviale. Cette révolution des moyens de transport vint à une époque marquée par l’insistance exacerbée sur le développement économique, auquel elle était bien entendu reliée.

17On a minimisé l’impact écologique que le nouveau réseau de routes pouvait avoir en faisant remarquer qu’en face de l’immensité de la forêt amazonienne les routes ne constituaient, en fin de compte, que des raies négligeables. En fait, si les routes permettent d’accéder aux vastes régions intérieures et par conséquent de les modifier, elles peuvent aussi être cause directe de modifications sur l’environnement. Prenez, par exemple, le cas du moineau (Passer domesticus) qui a été introduit en 1906 à Rio de Janeiro d’où il se répandit. En 1971 on a pu observer une colonie en plein essor à Marabá, et constater que les récoltes de fruits d’acajou avaient subi une baisse sensible, due au fait que les oiseaux mangeaient les fleurs de l’arbre (Smith 1973). La Transamazone ouvrit aux moineaux une voie terrestre de diffusion vers l’ouest, dans la plaine hyléenne. A côté de leur importance possible en tant que volatiles nuisibles pour les récoltes, s’ajoute un facteur épidémiologique, car il a été découvert que les moineaux transportaient sur leurs plumes les larves de l’insecte Triatoma sordida, porteur de la maladie de Chagas (Forattini et al., 1971).

Fig. 2 - Projet de réseau routier en Amazonie (INCRA s.d.).
Dix ans après l’ouverture symbolique à la circulation de la route Belém-Brasilia, la loi-décret n° 1.106/1970 établit un Programme d’Intégration Nationale, qui serait favorisé par la construction de la route Transama-zônica et de la Cuiabá-Santarém (BR-165). Afin de transférer des peuplades rurales, principalement originaires du nord-est, vers l’Amazonie, un décret de 1971 ouvrit la voie à l’expropriation d’une surface de quelques 65.000 km2 le long de la section Altamira-Itaituba de la Transamazone. Presque simultanément, le gouvernement fédéral dépouilla les états concernés du contrôle de toutes les terres publiques situées dans une bande de 100 km de part et d’autre des routes amazoniennes. On estime que ces mesures permirent d’ouvrir environ 2 1/4 millions de km2 de terres au développement.
AC : Acre ; AM : Amazonas ; AP : Amapá ; GO : Goiás ; MA : Maranhão ; MT : Mato Grosso ; RO : Rondônia ; RR : Roraima.

18Il semble pertinent d’envisager les conséquences écologiques que peuvent avoir les routes, non seulement comme voies de diffusion, mais aussi comme obstacles. Si l’on se représente le réseau programmé des routes amazoniennes ainsi que leurs bandes de développement respectives, ou en d’autres termes, de défrichement, on peut se demander jusqu’à quel point les fauchées ainsi dégagées n’auraient pas pour effet de fragmenter les réservoirs génétiques. Il faudrait étudier dans le milieu tropical les effets des routes sur les populations animales, comme l’ont fait Oxley, Fenton et Carmody (1974) au Canada pour les petits mammifères.

19La construction du réseau routier a déjà fortement endommagé la faune ichtyologique de quelques fleuves que les routes enjambent, et risque d’aggraver encore cette tendance. L’impact des routes peut se faire en simplifiant l’accès aux grands marchés urbains et, par conséquent, en stimulant la pêche excessive dans ces fleuves (Sternberg, 1975). Ou bien, plus indirectement, en ouvrant la voie à des activités qui, à leur tour, ont une influence pernicieuse sur la population de poissons, comme à Rondônia, par exemple, où des rivières dans le bassin du Madeira ont été polluées sur 200 km en aval de l’exploitation minière de cassitérite (Goulding, 1979).

La richesse humaine

20Les œillères que certains se mettent quand il s’agit des ressources matérielles se retrouvent dans les vues que l’on applique aux gens. Des expressions comme braços ou mão de obra font intervenir des considérations utilitaires convergeant vers certaines parties du corps, les bras, les mains, qui fonctionnent au service de l’économie, à l’exclusion de la personne entière. La chair et les os, les nerfs et les tendons sont placés sur le même plan que des outils inanimés et remplaçables. On fait peu de cas du cœur, de la tête, du ventre ou de l’âme, dans cette anatomie de l’exploitation. Les croyances, les attitudes et le savoir des peuples natifs des tropiques ne sont guère reconnus comme une richesse. Et, pourtant, les preuves se multiplient pour indiquer que les cosmologies développées par les habitants des régions tropicales sont souvent élaborées à partir d’une connaissance approfondie de l’environnement et font intervenir des comportements qui sont conservateurs au point de vue écologique. Dominant leurs activités quotidiennes, cette connaissance de la nature explique la plus grande stabilité inhérente des systèmes indigènes agroécologiques, au travail intensif, par opposition aux immenses agribusiness tropicaux. Notamment, le transfert inapproprié de « l’économie d’échelle » à l’agriculture (dans un climat où certaines denrées alimentaires non-traditionnelles, comme la technologie employée pour les produire, confèrent un certain status) a contribué au rejet du savoir-faire et des biens ethnologiques, comme les racines récoltées par les indigènes. Prenez le cas des polycultures mélangées. En se rapprochant plus ou moins nettement de la diversité des écosystèmes naturels, on aboutit souvent à un paysage de jardinets qui paraît anarchique, mais qui masque en fait un accord parfait avec les normes écologiques, accord qui conserve la fertilité du sol et fournit un système de défense efficace contre les fléaux. Ce dernier avantage n’a guère reçu l’attention particulière qu’il mérite parmi les ouvrages socio-culturels qui traitent d’horticulture traditionnelle sous les tropiques ; le rôle probable des insectes et des plantes nuisibles dans l’évolution de l’agriculture demeure un sujet de recherche relativement peu abordé (Glass et Thruston, 1978). Les spécialistes les plus avancés dans la lutte antiparasitaire ont abandonné l’utilisation massive des produits chimiques aux effets progressivement décroissants, après s’être rendu compte que les ravageurs attaqués resurgissaient et que de nouveaux faisaient leur apparition (Luck, van den Bosch et Garcia 1977 ; van den Bosh, 1978). Ils s’accordent pour conclure que la lutte intégrée devrait dépendre de principes écologiques, de la complexité biologique de chaque type de déprédateur, ainsi que des facteurs naturels ayant tendance à régler leur abondance, conditions qui sont précisément les bases mêmes sur lesquelles les pratiques indigènes d’horticulture sont établies. En d’autres termes, « le contrôle biologique n’est pas nouveau, mais ce n’est que récemment qu’il est reconnu » (van den Bosch, 1976). Et grâce à cette connaissance nouvelle, le savoir biologique indigène pourrait faire le lien entre passé et présent d’une part, présent et futur d’autre part.

  • 4 Le sujet a été discuté dans d’autres contextes régionaux, par INNIS (1961, 1972, 1976, 1980) notam (...)

21Même dans les limites étroites de la rentabilité, les techniques agricoles traditionnelles, telles que les cultures mélangées, méritent d’être examinées de plus près4. Plusieurs plantes qui font aujourd’hui l’objet d’expérimentation par les organisations agronomiques consacrées au développement des terres basses tropicales étaient originellement cultivées dans les systèmes de polyculture indigènes. Néanmoins, on fait peu d’efforts pour reproduire les conditions régnantes dans les champs des agriculteurs natifs. Ainsi, le Centre International d’Agriculture Tropicale (CIAT), à Cali en Colombie, renommé pour ses recherches sur le manioc ou cassave, conduisit tous ses travaux sur cette denrée alimentaire si importante en la faisant pousser en monoculture, malgré le fait que la plupart du manioc du monde soit cultivé en polyculture. En conséquence de la décision qui fut prise d’évaluer le potentiel qui découlerait d’une association entre manioc et légumineux, on fit des expériences avec le manioc pendant la saison de 1976-1977, non pas mélangé à un grand nombre d’autres cultures, comme l’auraient fait les indiens, mais du moins associé au haricot. Les résultats furent extrêmement encourageants. Le rendement des deux récoltes fut élevé et les experts découvrirent qu’en monoculture, pour produire manioc et haricots en quantités identiques il aurait fallu 1.7 fois plus de terres (CIAT 1978a). Ils redécouvrirent également les avantages de produire le manioc en culture mélangée, comme mesure phytosanitaire. En fait, les populations d’insectes ainsi maîtrisées, Erinyis ello, Vetiga manihoti, Aleuro-trachelus sp. et Silba pendula, qui attaquent le manioc, subirent une diminution importante lorsque le manioc était produit en culture intercalaire plutôt qu’en monoculture (CIAT 1978b).

La frontière pastorale contemporaine

22Le facteur le plus important dans la dynamique du défrichement contemporain en Amazonie, tout comme en Amérique latine en général, est l’avance de la frontière de l’élevage. Ce front contemporain en voie d’expansion a peu de points communs avec la frontière du bétail traditionnelle en Amazonie, vieille de plusieurs siècles et relativement stationnaire. La localisation de cette dernière, déterminée en grande partie par la présence de vastes prairies naturelles et par le transport fluvial, resta longtemps limitée au campos situés plus ou moins à la périphérie de l’Hylaea, notamment les prés de l’île de Marajo et les savanes du Alto Rio Branco. L’impact écologique sur les pacages natifs se restreignit au piétinement et au broutement des bœufs, ainsi qu’à l’incendie annuel, allumé dans le but de substituer à l’herbage devenu ligneux des pousses plus appétissantes. A l’effet direct que l’utilisation prolongée du feu aurait pu avoir sur la composition botanique de la région s’ajoutait la perte des éléments nutritifs du sol. Dans l’île de Marajó, par exemple, on décrit des tourbillons qui soulèvent la cendre amoncelée en couches de dix à vingt centimètres d’épaisseur, l’entraînant à une hauteur de deux à trois cents mètres dans les airs avant de la disperser en tournoyant jusqu’à perte de vue (Miranda 1908).

23Un nombre limité de terres boisées dans la plaine d’inondation fut converti en pâturages, comme pour l’île du Careiro qui se trouve à la confluence du Solimões (Amazone) et du Negro et qui, colonisée par les Nordestinos depuis le dix-neuvième siècle, est devenue le bassin laitier de Manaus (Sternberg, 1956, 1966, 1975) ; malgré tout, ce défrichement demeure assez exceptionnel et les intérêts des pionniers de l’élevage restaient orientés vers la découverte de campos naturels dont certains étaient même issus tout droit de leur imagination (Velho, 1972).

24Dans les années 1950, une nouvelle frontière d’éleveurs s’avança en Amazonie ; elle était animée d’un dynamisme neuf qui ne dépendait plus simplement des pâturages naturels. Cette approche comprenait la création de prés par défrichement sur la terra firme, l’implantation de graminées exotiques, l’emploi de fil de fer barbelé (Velho 1972). Ce processus, fortement stimulé par les encouragements fiscaux administrés par l’organisme directeur du développement de l’Amazonie (Superintendência do Desenvolvimento da Amazônia, par abrev. SUDAM), devait être davantage favorisé par la politique de construction routière du gouvernement, qui commença avec la Belém-Brasília. En 1971, on proclama indispensable pour la défense nationale et le développement toutes les terres appartenant à l’Etat et situées dans une bande de cent kilomètres de part et d’autre des routes du réseau routier amazonien, d’environ 18.000 km (fig. 2). L’étendue ainsi délimitée était évaluée à 2 1/4 millions de km2 (Stephanes 1972), ce qui voulait dire que dans le monde entier, il n’y avait que dix pays qui aient une superficie plus importante.

25La mise en herbe permet à la souveraineté de la Nation de se manifester dans les régions éloignées et à population éparse ; elle permet également d’éviter la haute technologie et peut être entreprise à relativement peu de frais et sans mobiliser une main-d’œuvre excessive. La facilité avec laquelle le big business, localisé principalement à Sâo Paulo, touche les fonds publics pour établir des fazendas d’élevage bovin tend à éliminer une phase intermédiaire au cours de laquelle la terre défrichée était cultivée pendant quelques années par de petits agriculteurs. Aujourd’hui, des centaines de milliers d’hectares de forêts sont convertis directement en pâturages. Dans cette activité s’engagent aussi un certain nombre de corporations transnationales. Quelques-unes, telles que le King Ranch et le consortium Swift and Co. sont depuis longtemps dans l’industrie du bétail et/ou celle de la conserve de viande ; d’autres ont acquis leur renommée dans certaines branches de l’industrie d’un type bien différent, tel que Volkswagen A. G., Nixdorf Computer A.G. (Allemagne de l’ouest) ou Liquigas Italiana S.P.A. (Italie). Il est donc tant soit peu paradoxal que parmi les raisons qui poussent les gouvernements des pays qui se partagent le bassin de l’Amazone à encourager la colonisation, entrent en jeu des considérations géopolitiques de sécurité nationale.

26Les conséquences nocives de l’expansion de la frontière du bétail sont de nature variée. L’effet le plus évident et immédiat de la mise en herbe est bien entendu, l’élimination totale d’écosystèmes complexes. A la suppression des niches où vivent la faune forestière s’ajoute le fait que cette faune elle-même, comme celle qui peuple les eaux douces, apparaît directement menacée.

  • 5 Pour une mise au point des propriétés et de l’aménagement des sols amazoniens, voir COCHRANE et SA (...)

27Le sol de la forêt a lui aussi subi de profonds changements. Les résultats préliminaires des recherches détaillées effectuées par Hecht (en cours) témoignent des effets nocifs du défrichement et de la mise en herbe des oxisols de la terra firme5. On peut noter, parmi les exemples de telles lésions subies par les sols, qu’à la suite d’un accroissement initial du phosphore lors de la mise à feu de la forêt, cet élément, qui est peut-être le facteur limite le plus critique, est l’objet d’une retombée et qu’en moins de cinq ans, les taux sont généralement inférieurs à ceux des sols de la forêt vierge. L’azote se volatilise et on estime la perte du contenu en azote lors de l’incendie initial à plus de 20 pour cent ; le reste va en diminuant après que la terre a été mise en herbe. Les oligo-éléments sont facilement lessivés dans les sols acides quand ils ne se trouvent plus incorporés à la biomasse. Le contenu en carbone s’abaisse à la suite du défrichement et l’appauvrissement des réserves humiques se manifeste de manière négative dans les propriétés physiques, chimiques et biologiques du sol.

28Tous ces bouleversements sont doublement ironiques. En premier lieu, si l’on accepte l’hypothèse extrêmement contestable que la meilleure façon de subvenir aux besoins de l’homme en protéines est d’accroître la production de viande de bœuf, on pourrait envisager d’atteindre cet objectif en utilisant les pâturages existants de façon un peu plus rationnelle et intensive (CIAT 1969 ; Sternberg 1977). Deuxième ironie : les avantages obtenus au prix de la destruction irrémédiable d’écosystèmes millénaires sont de courte durée ; il se produit une baisse extrêmement rapide dans la productivité de la plupart des herbages obtenus à partir des forêts de la terra firme. Aux conditions édaphiques, telles que celles mentionnées précédemment, s’ajoutent d’autres facteurs, liés, cette fois-ci, aux herbes utilisées. Ainsi le colonião (Panicum maximum), de loin le plus important, est assez exigeant en ce qui concerne le phosphore et l’azote dont la teneur, déjà limitée dans les sols amazoniens, diminue de façon extrêmement rapide après quelques années de mise en herbe. Les facteurs régionaux semblent abaisser encore plus la faible viabilité des semences de cette herbe et, vu que les plantes deviennent senescentes en l’espace de cinq ans, la productivité subit une baisse sérieuse. La largeur de l’intervalle entre les plantes a comme résultat la dégradation accélérée du sol, laissant le champ libre à l’invasion des mauvaises herbes vivaces, tandis que la température élevée et la dureté du sol sont autant d’obstacles à l’implantation des jeunes pousses de graminées. Le fait qu’en Amazonie, les racines de ces herbes ne s’enfoncent pas profondément accroît leur vulnérabilité pendant la période de sécheresse, lorsque l’apport d’eau est insuffisant, et rend inaccessibles les éléments nutritifs qui sont lessivés au dessous du niveau des racines (Hecht, en cours).

29Une grande partie des graminées qui remplacent les forêts et les terres cultivées ayant été importée d’Afrique, on peut parler d’une « africanisation » (Parsons 1970) de l’Amazonie. On ne s’est pas soucié de toute la série de problèmes écologiques que l’introduction de graminées exotiques faisait naître, comme par exemple, l’éventualité d’un effet inhibiteur sur les légumineux de la région, causé par des substances phytotoxiques secrétées par les herbes africaines (Baker 1978).

  • 6 La relation entre défrichement et taux de dioxide de carbone atmosphérique est une question de gra (...)
  • 7 Voir, par exemple, SAGAN, TOON et POLLACK (1979).
  • 8 Voir, par exemple, MOLION (1975) ; LETTAU, LETTAU et MOLION (1979) ; SALATI et al. (1979).

30Il ne fait pratiquement aucun doute que la conversion en prairie a des effets à longue échéance sur les climats régionaux et mondiaux. Ces effets sont dûs, entre autres, aux modifications qui interviennent dans l’emmagasinage du carbone sous forme de biomasse6, dans l’albédo terrestre7 et dans le recyclage de l’eau par l’évapo-transpiration8.

31En conséquence de la mise en herbe extensive de l’Amazonie, un certain nombre de problèmes surgissent se rapportant à l’écologie humaine. Ainsi par exemple, quelques-unes des corporations envisagent d’écouler leurs produits vers les marchés extérieurs, tandis que les gouvernements sont obsédés par le gain de devises pour leur développement urbano-industriel. Il y a donc la possibilité d’une « fuite de protéines » semblable à celle qui eut lieu dans plusieurs pays hispano-américains (Alderman 1973 ; Parsons 1976 ; West 1977).

La frontière énergétique

  • 9 La quantité de pétrole importé par le Brésil entre janvier et octobre 1979 montre un accroissement (...)

32Bien que l’approvisionnement mondial en combustibles fossiles de haute qualité subisse de manière générale une diminution et devienne de plus en plus onéreux et incertain, ceux qui prennent les décisions n’ont pas encore appris à éviter les schémas qui mènent à une haute consommation d’énergie9. En conséquence, on s’efforce d’extraire le dernier kilowatt de sources conventionnelles, tout en s’en procurant de non-conventionnelles à un rythme effréné. Dans ce contexte, la dernière vision en date de l’Eldorado, responsable de l’ouverture d’une nouvelle frontière, traduit la perception de l’Amazonie comme une corne d’abondance énergétique.

33La houille blanche. Parmi les moyens envisagés pour mettre une telle énergie en valeur, la primauté revient à la construction d’usines hydroélectriques. Bien que ces dernières ne soient généralement pas considérées comme dangereuses d’un point de vue environnemental, l’expérience a montré que la création de grandes masses d’eau stagnantes au sein d’un milieu tropical pouvait déclencher une série d’effets pernicieux. On peut se faire une idée de la nature de ces effets d’après quelques-uns des « boomerangs écologiques » consécutifs à la construction de large réservoirs en Afrique (Farvar et Milton 1972). En mettant un terme aux inondations, les barrages sur l’Amazone pourraient, de surcroît, gravement porter atteinte à la faune ichtyologique, dont l’évolution apparaît fort différente de celle des poissons qui peuplent les eaux douces africaines. En effet, peu d’espèces typiquement lacustres se sont créées en Amazonie (Marlier 1967). Par indifférence ou, peut-être, par ignorance de tels dangers, les instigateurs du développement considèrent le potentiel hydroélectrique de l’Amazonie comme une ressource à exploiter jusqu’à ce qu’il soit totalement réalisé.

34On prévoie d’utiliser une partie de l’énergie électrique produite en Amazonie pour la transformation de matières premières, dans le cadre de la région, comme le minerai d’aluminium par exemple. Une autre partie, sous la forme d’une exploitation endocolonialiste, serait exportée vers les régions industrielles (Leite 1973 ; BASA 1974), dont les besoins en énergie sont intarissables. Il est clair que la construction de centrales hydrauliques, loin d’apporter une solution définitive au problème de la demande de la société urbano-industrielle, ne fait que le remettre à plus tard. Le jour où un barrage sera construit en Amazonie sur le dernier emplacement approprié pour une usine majeure est peut-être plus proche que l’on ne réalise généralement. La construction de centrales hydrauliques au Brésil a triplé le rendement du pays en électricité entre 1967 et 1976, tandis que la consommation d’énergie hydraulique montait au taux annuel de 13,5 pour cent pendant la deuxième partie de cette période (Brasil 1977). Il faut avouer que les inventaires hydrauliques sont en partie fondés sur des conjectures et que trop de variantes entrent en jeu pour permettre des prévisions précises. Ceci dit, certaines projections indiquent que dans le cas où les tendances actuelles se poursuiveraient – ce qui bien entendu n’arrivera peut-être pas, et ce, pour des motifs d’ordre économique – tous les emplacements susceptibles d’accueillir des usines hydrauliques majeures au Brésil seraient développés vers la fin des années 1980, sauf en Amazonie ; ces derniers le devenant à leur tour, vers la fin du siècle.

35Dans les années 1960, le Hudson Institute de New York, avec le futurologue Herman Kahn à la tête, proposa de construire un gigantesque barrage en terre sur l’Amazone près d’Obidos, dans la partie la plus étroite du fleuve (Panero 1967, 1969). Il suffit de comparer la section transversale de l’Amazone avec celle du Mississippi pour se rendre compte de l’immensité de la tâche (Sternberg 1975). Ce projet insensé semble heureusement avoir été abandonné. A l’opposé, le programme d’aménagement des rivières qui se jettent dans le fleuve principal ou dans le Rio Para se poursuit activement. Centrais Elétricas do Norte do Brasil S.A., par abrev. Eletronorte, l’organisme chargé de développer les sources d’énergie dans le nord du Brésil, s’occupe en toute priorité du Bassin Tocantins-Araguaia, et la construction de l’une des centrales d’énergie hydroélectrique les plus grandes du monde (capacité finale : 6,700 MW) a commencé à Tucuruí, sur le Tocantins (fig. 3). Un barrage de 7.5 km de long et de la hauteur d’un immeuble de trente étages viendra refouler les eaux de la rivière (au débit estimé à plus de 9,000 m3/s) sur une distance de 200 km (Eletronorte 1977). Tucuruí, financé en partie par des capitaux japonais et ceux d’autres groupes internationaux aux intérêts liés à l’aluminium (Eletronorte 1976), n’est que le premier d’une série de grands barrages destinés à transformer le Tocantins sur la plupart de ses 2.500 km en une succession ininterrompue d’immenses lacs artificiels. Eletronorte doit encore publier une étude sur l’impact de Tucuruí sur l’environnement, étude qui a été effectuée par Roberto Goodland et annoncée par son auteur. Il est significatif de noter, cependant, que parmi les poissons du Tocantins-Araguaia, comme dans le propre réseau de l’Amazone, plusieurs espèces sont incapables de survivre dans des conditions d’espaces restreint. Il est fort probable que le développement de l’hydroélectricité sur le Tocantins ainsi que sur d’autres fleuves amazoniens sera la cause de l’anéantissement d’une source de protéines particulièrement vitale pour les populations rurales sous-privilégiées.

  • 10 Voir, par exemple, Goldemberg (1978) ; MICCOLIS (1978) ; SILVA et al. (1978) ; Leitão et Santos (1 (...)

36En même temps que s’élaborent des projets concernant de gigantesques usines hydroélectriques, on continue à recherches des sources énergétiques alternatives10. Certaines n’ont jamais ou peu été utilisées ; d’autres, bien que dérivées de sources traditionnelles, peuvent sembler nouvelles quant au type de technologie à utiliser ou quant à l’amplitude selon laquelle leur accroissement devrait être effectué. En ce qui concerne le premier groupe, on peut noter l’idée d’une usine d’énergie qui aurait pour objectif de mettre en valeur le gradient thermique qui se produit entre les eaux « noires » et « blanches » à la confluence du Negro et du Solimões (Sternberg 1975 ; BASA 1975).

37Le deuxième groupe comprend des sources qui ont déjà été représentées dans l’inventaire des produits du Brésil et qui doivent être développées à grande échelle. La plus importante est celle des biocombustibles ; ce terme englobe des éléments tels que le bois de feu et le charbon de bois, qu’ils soient obtenus à partir de forêts naturelles ou par la sylviculture. Il sert également à caractériser les produits agricoles dans le cadre de la production énergétique, notamment les denrées alimentaires. En fait, malgré cette insistance sur l’énergie, les combustibles ne représentent, en cette fin du vingtième siècle, qu’une partie de ce qu’on cherche à obtenir de la forêt amazonienne et des établissements agricoles qui la remplacent.

38La houille verte. Au cours de ces dernières années, l’idée de remplacer les combustibles dérivés des restes organiques, qui remontent à une ancienne activité photosynthétique et dont les gisements s’épuisent, a suscité un intérêt notable. Ces combustibles seraient substitués par du tissu végétal que l’on peut faire pousser de façon renouvelable. Dans ce cas, un rendement soutenu est possible, à condition de pouvoir équilibrer le taux de récolte de la phytomasse et celui de son renouvellement. Dans les pays en voie de développement, le bois et le charbon de bois jouent encore un rôle important pour l’usage domestique, et, dans certains cas, pour l’usage industriel.

39Bien entendu, la dépendance de la société moderne vis-à-vis des composés de fossiles de carbone ne se réduit pas à l’obtention d’énergie, mais se manifeste également en ce qui concerne les matières premières de l’industrie pétrochimique. Les produits de cette industrie sont tellement répandus dans la vie de tous les jours que l’homme du commun a de la peine à imaginer un monde où n’existeraient pas les colorants synthétiques, les fibres synthétiques, les engrais synthétiques, les pesticides synthétiques et, bien sûr, le plastique. A vrai dire, il est maintenant à la portée de la technologie chimique de produire, à partir de la biomasse, non seulement des combustibles, mais également de tels produits actuellement dérivés d’hydrocarbones fossiles. L’Amazonie est considérée comme une source d’énorme importance pour l’obtention des matières premières qui permettront de mettre cette technologie à exécution.

Fig. 3 - Aménagements hydroélectriques dans le bassin Araguaia-Tocantins.
La construction de la centrale de Tucuruí sur le bas Tocantins représente la première phase du développement énergétique du bassin. Il est estimé que le débit de la rivière une fois réglé par des barrages en amont, Tucuruí, à elle seule, aura une capacité de quelques 6.700.000 kW. L’énergie produite sera absorbée en premier lieu par l’usine d’aluminium de l’Albrâs ; par les Centrales Electriques du Para, qui servent surtout Belém à 300 km au nord ; et par la future interconnexsion avec le réseau de la Compagnie Hydroélectrique de São Francisco, qui approvisionne le Nordeste. Des plans supplémentaires envisagent de transformer le Tocantins sur la plupart de ses 2.500 km en un chapelet de lacs de barrages (Eletronorte 1976). Ceux-ci submergeront un certain nombre de rapides qui rendent la navigation difficile, voire impossible. On remarque que l’emplacement d’écluses sur les barrages envisagés permettrait de relier le Goiás et le Mato Grosso à l’Atlantique. En revanche, il est fort probable que les aménagements prévus auront pour conséquence d’éliminer du fleuve beaucoup d’espèces de poissons, incapables de survivre dans les eaux refoulées éliminant par de fait même une source de protéines vitale pour les populations rurales.

40Il est certain qu’une série de problèmes découlera de la création à grande échelle en Amazonie de plantations homogènes d’arbres pour la production de biomasse – qu’elle soit utilisée comme bois de feu et charbon de bois, ou destinée à approvisionner une industrie silvichimique sophistiquée. Parmi les questions à considérer en priorité, vient celle de savoir quel sera l’effet d’une telle organisation de l’espace sur la survie de la faune sylvicole. L’un des ornithologues du Brésil les plus éminents est d’avis que dans ce pays, pour ce qui concerne l’avifaune, la plantation de Pinus équivaut virtuellement à un désert, à l’opposé de ce qui se passe dans l’hémisphère nord, où de tels conifères se trouvent dans leur habitat naturel. Il a observé que ces plantations d’arbres ne commençaient à attirer la faune locale que lorsqu’elles devenaient « sales », c’est-à-dire envahies par les plantes indigènes, procédé normalement empêché par l’entrepreneur, de façon à ce que la croissance des pins puisse se faire sans entraves et que les incendies ne puissent se progager (Sick 1969).

  • 11 Un rapport récent mentionne d’autres problèmes qui peuvent gêner la sylviculture à Jari (Fearnside (...)

41La simplification de l’écosystème étant synonyme d’une plus grande vulnérabilité, on a de bonnes raisons de s’inquiéter de l’état phytosanitaire des plantations homogènes elles-mêmes. Après tout, on trouve en Amazonie même une leçon objective. En effet, l’un des échecs les plus spectaculaires de la tentative de monoculture dans les tropiques a été celui des plantations de caoutchouc Ford sur le Fleuve Tapajós. Une vaste somme d’efforts mis en œuvre dans cette entreprise fut réduite à néant dû en grande partie à un agent pathogène sud-américain, le Micro-cyclus ullei, qui dévasta les plantations d’hévéa en attaquant les feuilles. Les parcs d’eucalyptus et de pins plantés au Brésil ont semblé jusqu’à une date récente, ne pas souffrir de problèmes d’épidémies majeures. Voici cependant un exemple qui vient ébranler cette assurance : on a récemment signalé, dans trois localités séparées (l’une à Monte Dourado, Para, où se trouve l’empire « Jari » de Daniel K. Ludwig, rmlliardaire résidant à New York) un parasite identifié comme le Cylindrocladium pteridis, qui attaque l’espèce de pin la plus répandue dans le Brésil tropical, le Pinus caribaea, var. hondurensis11.

  • 12 La concurrence entre la production de nourriture et celle des combustibles dans l’utilisation des (...)

42Ce ne sont pas uniquement les forêts, naturelles ou artificielles, qui attirent vers l’Amazonie ceux qui proposent d’utiliser la biomasse comme source d’énergie et de matières premières chimiques. On considère également les cultures agricoles comme un remplacement vert éventuel, voire même, pour certains, préférable au carbone fossile. La perspective de dériver les denrées alimentaires ou les plantes fourragères de leur rôle habituel et de s’en servir à grande échelle comme combustibles et matières premières industrielles ne peut qu’engendrer des craintes quant à la création ou l’aggravation éventuelle d’une pénurie alimentaire12.

43Au Brésil, deux types de récoltes traditionnelles sont considérées en tête de liste pour une telle dérivation. Ce sont la canne à sucre (Saccharum officinarum) et le manioc ou cassave (Manihot esculenta). Le programme national pour l’alcool (Proálcool), lancé en 1975, a stimulé financièrement la manufacture d’alcool, tout d’abord comme combustible automobile, puis en tant que matière première pour l’industrie.

  • 13 En dépit de cet accroissement, on a sérieusement mis en doute la possibilité d’atteindre le but fi (...)

44La production de canne à sucre a été jusqu’ici le pivot de cette opération qui quintupla la production d’éthanol/anhydre de 0,22 milliard de litres en 1975 à 1,10 milliard en 197713. En raison des encouragements accordés par Proálcool, qui s’ajoutent aux subventions octroyées par SUDAM, la production de sucre et d’alcool est en train d’être incorporée aux activités qui visent à développer l’Hylaea amazonienne. Cependant, l’ouverture de vastes plantations de canne à sucre et la construction de distilleries en Amazonie n’a pas suscité chez les entrepreneurs un intérêt comparable à celui qui, s’attachant à l’élevage et stimulé financièrement par la SUDAM, déclencha la ruée vers l’herbe. Les tentatives effectuées pour développer les prés de façon extensive eurent pour résultat de faire davantage connaître la vulnérabilité des sols de la terra firme et la vitesse à laquelle ils s’épuisent. Il serait naïf, malgré tout, en essayant de comprendre ce manège des stimulants fiscaux, de supposer que toutes les décisions ont comme objectif la rentabilité à long terme des entreprises recevant des faveurs du gouvernement ; les faveurs elles-mêmes valent souvent la peine d’être récoltées, sans se préoccuper de soutenir un bon rendement et en faisant fi des conséquences sur l’environnement. Le fait est que la culture continue de la canne à sucre sur les terras firmes de l’Amazonie implique une haute consommation d’énergie sous forme d’engrais, de pesticides et de combustibles pour la mécanisation par exemple. Non seulement ces apports posent-ils le problème du bilan énergétique du processus, mais il est moins que certain qu’ils puissent être encore disponibles à l’avenir.

45Le manioc est une culture beaucoup moins exigeante. Il résiste à la sécheresse, mais peut également être cultivé dans des régions aux précipitations élevées, comme l’Amazonie ; il tolère des sols ayant un pH entre 5 et 9 alors qu’un optimum paraît se trouver entre 6 et 6.5 (Albuquerque 1969 ; Rosenthal 1976). En dépit de tels avantages agronomiques et du fait que la racine, riche en amidon, représente une bonne source d’alcool, il est significatif de constater que sur les 180 distilleries environ que jusqu’à la mi-1978 Proálcool a accepté de subventionner, il n’y en avait que onze qui prévoient d’utiliser le manioc comme matière première (IAA 1978).

46La proportion selon laquelle la canne à sucre et le manioc sont considérés comme source d’alcool pourrait être inversée, dans le cas, et au moment où l’on arriverait à créer un procédé industriel dans lequel le manioc serait compétitif d’un point de vue économique. Diverses organisations, au Brésil et à l’étranger se consacrent à la recherche de telles opérations. Ainsi, la Corporation Cetus, une firme dont le siège se trouve à Berkeley, en Californie, et qui cherche avant tout à appliquer la biologie moléculaire aux opérations industrielles, essaye en ce moment de créer un nouvel organisme et de mettre au point tout l’équipement nécessaire pour transformer efficacement le manioc en alcool. Le groupe Cetus, un des pionniers de la genetic engineering, travaille en collaboration avec la National Distillers and Chemical Corporation, en Virginie, dont les produits couvrent une gamme étendue, allant du whisky aux matières chimiques industrielles. Elle possède trois compagnies associées avec le siège à São Paulo, deux d’entre elles s’occupant de la fabrication de plastique. Si le procédé réussissait, l’éthanol produit à partir du manioc pourrait être, soit détourné vers le marché de combustibles pour l’industrie automobile, soit utilisé par les firmes dans leurs usines (Farley 1978).

47En admettant que le manioc devienne une matière première agrochimique, et, qu’en l’absence de garanties appropriées, les communautés rurales économiquement défavorisées soient obligées de disputer une partie importante de leur alimentation à une industrie avantagée par toutes sortes de subventions, il ne serait pas difficile d’en prévoir les conséquences. Supposez, néanmoins, que du manioc soit planté dans des régions entièrement nouvelles dans le seul but d’approvisionner l’industrie de l’alcool, ce qui éviterait une bousculade au sujet de la production alimentaire locale. Le besoin impérieux d’augmenter la production en denrées comestibles resterait malgré tout innassouvi si les facteurs de production, essentiels et limités, étaient détournés et réquisitionnés par des entreprises urbano-industrielles.

  • 14 FEARNSIDE et RANKIN (1980) signalent que les rapports sur la superficie de Jari varient considérab (...)

48Si l’on considère les effets que les plantations de biomasse pourront avoir sur l’écologie en apportant une nouvelle impulsion officielle pour l’ouverture de la forêt amazonienne, on est frappé par la taille véritablement gigantesque des étendues que l’on prévoit de défricher. Prenez ainsi le plan que Ludwig aurait soumis au président de la République ; d’après le journal des Chambres de Commerce Américaines au Brésil, le magnat du transport maritime aurait proposé de consacrer 400.000 ha de son immense propriété de Jari (à peu près 1.200.000 ha, selon un employé de la firme, Briscoe, 1979)14 à la culture de la canne à sucre et du manioc pour la production d’alcool-combustible (National Association of American Chambers of Commerce in Brazil 1976).

49Si tout le monde ne peut pas disposer d’une telle abondance de terres, il est certain que l’ambition et les visions de grandeur ne manquent pas : « l’Amazonie possède tout ce qu’il faut pour devenir la plantation de combustibles la plus large du monde », telle est l’évaluation d’un « entrepreneur et agronome » associé à un projet, déjà approuvé, de créer une plantation de canne à sucre et une distillerie sur 8.000 ha à Itacoatiara, dans l’Etat de l’Amazonas. De telles appréciations grandiloquentes sont trop souvent portées sans se rendre compte, et certainement sans se soucier des dures réalités de l’environnement. Voici le même agro-industriel faisant allusion au programme du distillage de l’alcool : « Le seul moyen d’éviter de nouveaux retards est de prendre des raccourcis (queimar etapas, ce qui veut dire littéralement : « brûler les étapes »). Et l’Amazonie semble, pour cela, un endroit tout à fait approprié » (Associaçao dos Empresários da Amazônia 1977).

50« Brûler les étapes » – et, cela va sans dire, la forêt – sans avoir au préalable mesuré toutes les conséquences, revient à jouer à la roulette écologique. Quels sont les effets biologiques en de différents milieux tropicaux de la coupe rase de la forêt ? de la pulvérisation avec l’agent orange et autres biocides ? du passage du bulldozer sur la couche fragile superficielle des terres ? de la modification du pH des sols ? de la monoculture ?

Le défi d’une nouvelle frontière

51Le mot « frontière », qui désigne le centre d’intérêt de cette table ronde, est dérivé du latin frons, frontis, qui signifie : front, partie du visage. Henry David Thoreau, écrivain, poète, et philosophe américain, qui a fait de la nature son champ de contemplation et d’inspiration, se montrait fidèle aux origines étymologiques du mot « frontière » lorsqu’il écrivait en 1849 : « Les frontières ne sont ni à l’est ni à l’ouest, au nord ou au sud, mais partout où l’homme fait front à un fait » (Thoreau 1849). De ce point de vue, une nouvelle frontière lance désormais un défi non seulement aux pionniers de l’Amazonie, mais à l’humanité toute entière. Bien qu’il ne faille pas en exclure la technologie, cette frontière, contrairement à ce que beaucoup croient, n’est pas une frontière technologique. Les humanistes, tels que ceux rencontrés ici, ont plusieurs façons de se conduire en pionniers de la nouvelle frontière, dont l’Amazonie est une partie. Prenez, par exemple, le rôle qu’ils pourraient jouer en analysant les problèmes du développement économique et les transformations du monde contemporain, de façon à éclairer la toile de fond devant laquelle les questions écologiques de la région devraient être formulées.

52Ce rôle semble reposer au moins sur deux niveaux d’actions. Le premier implique que l’on identifie les dysfonctionnements socio-économiques qui se manifestent dans le domaine tropical lui-même, comme ceux qui dérivent du transfert de modèles de développement fragiles et coûteux. Dans son analyse des liens internationaux de tels modèles, liens qui si souvent se révèlent nuisibles aux régions en voie de développement, le chercheur pourra mettre en lumière des acteurs plurinationaux et considérer la façon dont les ressources de la région sont canalisées vers des entonnoirs d’écoulement extérieurs. Bien que cette approche puisse dévoiler la nature épiphénoménale d’un certain nombre de désordres régionaux, l’enquête se concentrera essentiellement sur le domaine amazonien lui-même.

53Tel n’est pas le cas du second niveau d’action : l’observateur prend maintenant du recul vis-à-vis de l’Amazonie, acquérant ainsi une perspective qui lui permet de voir la région comme une partie de la mappa mundi. Alors, il devient clair que les changements dramatiques en cours n’affecteront pas uniquement l’Hylaea. En fait, ces changements menacent même de déformer, sinon de démanteler le système global qui sert de repère dans l’évaluation des résultats obtenus par la région. Alors, il devient clair que le modèle courant de développement, qu’il soit transplanté ou non, a des effets dévastateurs. Du fait de son inobservance des lois écologiques et morales, il est par essence irréalisable à la longue, où que ce soit.

54C’est faire une erreur de jugement que de parler de la désintégration de la forêt pluviale, et de supposer en même temps que dans la zone tempérée, on jouira du « business as usual ». Une telle attitude dénote un manque de sensibilité vis-à-vis de l’interdépendance de toutes les parties du monde, dans lequel, pour reprendre l’expression de Ian Barbour (1970), nous sommes destinés « à respirer ou suffoquer, réussir ou périr tous ensemble ». Elle semble également conduire à oublier que l’espèce humaine est arrivée à un tournant de la plus haute importance. Regardez, par exemple le déclin de l’ère où les matières premières fossiles pour l’industrie pétrochimique, ainsi que d’autres ressources importantes qui aujourd’hui se font rares, étaient obtenues à peu de frais, et étaient exploitées sans souci de l’épuisement des stocks ou des conséquences sur l’environnement.

55Les événements d’actualité, axés sur l’OPEP, l’Iran, Three Mile Island, suggèrent qu’une grande partie de l’humanité fait front, dans le meilleur des cas, à une période prolongée, qui couvrira une ou deux générations, sinon plus, pendant laquelle l’énergie sera fort rare et fort coûteuse. Corollaire : la confusion générale, l’inévitable volte-face imposée au genre humain pris au dépourvu. Les conséquences seront exacerbées par des confrontations de plus en plus nombreuses entre deux groupes, ceux qui « ont la galette » et dont la vulnérabilité est mise à jour et ceux qui la convoitent en s’exaspérant de leur appauvrissement économique et culturel.

56Reconnaître que de tels faits doivent aboutir à une vision totalement différente du monde revient à prendre conscience de la nouvelle importance de toute une série de questions qui se présentent à la recherche, et qui doivent être posées dans toutes les disciplines qui traitent de la terre et de ses habitants. Voici donc le grand défi, la nouvelle frontière : parvenir à canaliser les frustrations au service d’un nouvel ordre mondial qui soit moins gaspilleur d’énergie, davantage en harmonie avec la fragilité et la finitude de l’environnement et qui se préoccupe visceralement du thème socio-économique (et, bien sûr, éthique) de l’équité. Au cours de cette recherche, il est essentiel de découvrir ou de redécouvrir, non pas un seul, mais de multiples modèles, chacun adapté à son environnement et incorporant le savoir traditionnel de la région. Les chercheurs qui travaillent en Amazonie peuvent fortement contribuer à l’identification et à l’analyse de systèmes en accord avec le milieu tropical ; ceux-là ont été négligés dans le lexique usuel des colporteurs du développement.

57Bien que ce soit improbable, on ne doit pas exclure la possibilité que l’humanité, avec une prise de conscience, un bon sens et un esprit d’entreprise tous sans précédent, puisse détourner le cours des choses suffisamment à temps pour éviter la catastrophe. Le passage inévitable à une ère nouvelle pourrait ainsi se produire relativement sans trop de dégâts et les prédictions effarantes mais justifiables, ayant contribué, par l’appréhension qu’elles suscitent, à faire dévier les événements, s’annuleraient d’elles-mêmes. Une telle attitude exige une approche totalement nouvelle, car bon nombre de choses qui, dans un climat de technolâtrie, sont présentées comme innovatrices, apparaissent avec un peu de recul, comme extrêmement conservatrices. La recherche acharnée de nouvelles sources de combustibles et de matières premières chimiques en est un exemple. Cette façon de saisir et éventuellement d’anéantir, une ressource, puis la suivante, au cours de cette recherche, caractérise l’attitude obstinée de ceux qui persistent à s’engager dans une voie de développement qui, en réalité, n’est pas une voie. C’est un cul de sac.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALBUQUERQUE, M. 1969. A mandioca na Amazônia. SUDAM. Belém.

ALDERMAN, R.H. 1973. A geographic analysis of the beef cattle industry of Honduras. Thèse de doctorat. Michigan State University. East Lansing.

ALFINITO, J. 1975. A preservação da tartaruga amazônica. Brasil Florestal 6 (21) : 20-23. 1978. Identificação dos principáis tabuleiros de tartarugas no rio Amazonas e seus afluentes. Bol. Tec. 5. Inst. bras, desenv. florestal. Brasília.

ALFINITO, J. ; VIANNA, CM. ; SILVA, M.M.F. da ; et RODRIGUES, H. 1976. Transferencia de tartarugas do rio Trombetas para o rio Tapajós. Brasil Florestal 7 (26) : 49-53.

ALMEIDA, M.O. 1971. Conferencia pronunciada no Plenário da Câmara dos deputados. Brasília.

Associação dos Empresários da Amazônia. 1977. Do solo da Amazônia à energia do verde. Amazônia 3 (27) : 28-35.

BAKER, H.G. 1978. Invasion and replacement in Californian and Neotropical grasslands. In Plant Relations in Pastures, sous la direction de J.R. WILSON, pp. 368-384. CSIRO. East Melbourne, Australie.

BARBOUR, I.G. 1970. Science and secularity : the ethics of technology. HARPER & ROW. New-York.

BASA-Banco da Amazônia S.A. 1974. The light of the Tocantins river. Carta da Amazônia ; Int. Ed. 4.

1975. New sources of energy from rivers. Amazon Newsl. 15.

BARBOT, J. 1679. Journal d’un voyage de Gvinée. British Museum. Dept. Manuscripts. Cat. Add. 27.788. London.

Brasil, Câmara dos Deputados. 1970. Comissâo Parlamentar de Inquérito destinada a examinar os objetivos dos planos do Hudson Institute para construir o « Grande Lago Amazónico ; « Relatório dos trabalhos realizados. Diário do Congresso Nacional’. Seçao I, 11/11/1970. 25(151) : 5422-5493.

Brasil, Ministério das Minas e Energia. 1977. Balanço Energético Nacional. Brasília

BRISCOE, C. 1979. Agroforesteria en Jari Florestal e Agropecuaria, Brasil. Actas Taller Sistemas Agro-forestales en América Latina, Turrialba, Costa Rica, marzo 1979. Centro Agron. Trop. Invest. Ensen. - CATIE, Turrialba.

BROWN, L. R. 1980. Food or fuel : new competition for the world cropland. Worldwatch Inst. Washington, D.C.

CIAT-Centro Internacional de Agricultura Tropical. 1969. Annual Report. Cali. Colombie.

1978a. Res. Highlights 1977. Cali, Colombie.

1978b. Cassava Program ; 1977 Report Cali, Colombie.

COCHRANE, T.T. et SANCHEZ, P.A. 1980. Land resources, soil properties and their management in the Amazon region : a state of knowledge report. Rapport présenté á l’International Conference on Amazon Land Use and Agriculture Research, Cali, Colombie, avril 1980 (Sous presse).

DEFFONTAINES, P. 1939. Au Brésil ; la forêt au service de l’homme. Bull. Soc. Géogr. Lille. 2 : 53-64.

DOMNING, D.P. 1980. Commercial exploitation of manatees « (Trichechus) » in Brazil, 1785-1973. Washington, D.C. (Polycopié).

Eletronorte-Centrais Elétricas do Norte do Brasil S.A. 1976. Usina hidrelétrica de Tucuruì ; Projeto Básico ; Relatório Condensado. Brasília.

FARLEY, P. 1978. Communication personnels. Dec. 4, 1978.

FARVAR, M.T. ct MILTON, J.F. edit. 1972. The careless technology ; ecology and interna-tional development. Conf. Ecol. Aspects Int. Development 1968. Doubleday & Co. Garden City, N.Y.

FEARNSIDE, P.M. et RANKIN, J.M. 1980 : Jari and development in the Brazilian Amazon. Interciencia 5 (3) : 146-156.

FERREIRA, A.R. (1790) 1934. Observações Gerais e particulares sôbre a classe dos mammaes observados nos territórios dos tres rios, das Amazonas, Negro e da Madeira... Rev. Inst. Hist. Geogr. Bahia 60.5-217.

(1786) 1972. Memória sôbre o peixe-boi e do uso que lhe dao no estado do Grao-Pará. In Viagem Filosófica pelas capitanias do Grão Pará, Rio Negro, Mato Grosso e Cuiabá. Memórias : Zoologia, Botânica. Conselho Federal de Cultura. Rio de Janeiro.

FIBGE-Fundação Instituto Brasileiro de Geografia e Estatistica. 1978. Anuário Estatístico do Brasil. 1977. Rio de Janeiro.

FORATTINI, O.P. ; ROCHA E SILVA, E.O. ; FERREIRA, O.A. ; RABELLO, E.X. ; et PATTOLI, D.G.B. 1971. Aspectos ecológicos da tripanossomose americana. Rev. Saúde Públ. S. Paulo 5 : 193-205.

GLASS, E.H. et THURSTON, H.D. 1978. Traditional and modern crop protection in perspective. Bioscience 28 (2) : 109-115.

GOLDEMBERG, J. 1978. Brazil : energy options and current outlook. Sci. 200 : 158-164.

GOULDING, M. 1979. Ecologia da pesca do rio Madeira INPA - Inst. Nac. de Pesq. da Amazônia. Manaus.

HECHT, S. CATTLE ranching in the Amazon : evaluation of a development strategy. Thèse de doctorat en cours.

HERIARTE, M. de. 1964. Descriçam do Estado do Maranham, Para, Corupa, Rio das Amazonas... 1ère édition Vienna 1874. Graz, Autriche.

HODGES, C.S. ; REIS, M.S. ; et FERREIRA, F.A. 1975. Uma nova enfermidade de Acículas de Pinus sp. no Brasil, causada por Cylindrocladium pteridis. Brasil Florestal 6 (21) : 8-11.

IAA-Instituto do Açucar do Alcool. 1978. O programa nacional do álcool ; balanços e perspectivas. Brasil Acucareiro 92 (4) : 17-24.

IBRE-Instituto Brasilerio de Economia, Fundaçao Getulio Vargas. 1980. Atividades em perspectiva ; energia. Conjuntura 34 (1) : 88-91.

INNIS, D.Q. 1961. The efficiency of Jamaican peasant land use. Can. Geogr. 5 (2) : 19-24.

1972. The efficiency of tropical small farm agricultural practices. Int. Geogr. (Congrès International de Géographie à Montréal, 1972). Pp. 729-731.

1976. Traditional versus modem methods of increasing tropical food production (in India and Jamaica). Comptes rendus 23ème Congrès Int. de Geogr. à Moscou. General Econ. Geogr. 6. Pp. 203-208.

1980. The future of traditional agriculture. Focus 30 (3) : 1-8.

LEITE, A.D. 1973. Perspectivas da energia no Brasil. Rev. Bras. Energia Elétrica 26.46-49.

LEITAO, DM et SANTOS, M.L. 1979. O papel da pesquisa tecnológoca no desenvolvimento de fontes de energia complementares ao petróleo. Bol. técn. Petrobrás (Rio de Janeiro) 22(4) : 301-308.

LETTAU, H. ; LETTAU, K. ; et MOLION, L.C.B. 1979. Amazonia’s hydrologic cycle and the role of atmospheric recycling in assessing deforestation effects. Monthly Weather Rev. 107 (3) : 227-238.

LUCK, R.F. ; van den BOSCH, R. ; et GARCIA, R. 1977. Chemical insect control ; a troubled pest amangement strategy. Bioscience 27 (9) : 605-611.

MARLIER, G. 1967. Hydrobiology in the Amazon region. In Atas Simp. Biota Amazônica, sous la direction de H. LENT. LIMNOLOGIE. 3 : 1-7. Conselho Nacional de Pesquisas. Rio de Janeiro.

MICCOLIS, J.M.F., 1978. Alternative energy technologies in Brazil. Interciencia 3 (5) : 301-309.

MIRANDA, V.C. de 1908. Os campos de Marajó e a sua flora considerados sob o ponto de vista pastoril. Bol. mus. par. E. Goeldi 5 (1) : 96-151.

MOLION, L.C.B., 1975. A climatonomic study of the energy and moisture fluxes of the Amazonas basin with considerations of deforestation effects. Inst. Nac. de Pesq. Espaciais. Sao José dos Campos, S.P.

MONBEIG, P. 1952. Pionniers et planteurs de São Paulo. A. Colin. Paris.

National Association of American Chambers of Commerce in Brazil. 1976. Daniel Ludwig’s offer. Brazilian Business 56 (8) : 3-4.

OXLEY, D.J. ; FENTON, M.B. ; et CARMODY, G.R. 1974. The effects of roads on populations of small mammals. J. Appl. Ecol. 11 (2) : 51-59.

PANERO, R.B. 1967. On the use of low dams as a possible stimulant to South American development. Hudson Institute. Croton-on-Hudson, N.Y.

1969. A dam across the Amazon. Sci. J. (London) sept. : 56-60.

PARSONS, J.J. 1970. The « Africanization » of the New World tropical grasslands. In Beiträge zur Geographie der Tropen und Subtropen. Festschrift für Herbert WILHELMY, Tübinger Geogr. Stud. Heft 34. Tübingen.

1976. Forest to pasture : development or destruction ? Rev. Biol. Trop. 24 (Suppl. 1) : 121-138.

ROSENTHAL, F.R.T. 1976. A cultura da mandioca. Informativo do INT. (Instituto National de Tecnologia.) 9 (10) : 27-36.

SAGAN, C. ; TOON, O.B. ; et POLLACK, J.B. 1979. Anthropogenic albedo changes and the earth’s climate. Sci. 206 : 1363-1372.

SALATI, E. ; DALL’OLIO, A. ; MATSUI, E. ; et GAT, J.R. 1979. Recycling of water in the Amazon basin : an isotopic study. Water Resource Research 15 (5) : 1250-1258.

SALLES, M. 1972. O Brasil na era do consumismo. Anuário Brasileiro de Propaganda 71 ! 72. Publinform, Ed. Tecn. de Manuais de Propaganda Ltda. S. Paulo.

SICK, H. 1969. Aves brasileiras ameaçadas de extinção e noções gerais de conservação de aves no Brasil. In Sympósio sôbre Conservação do ambiente natural do homem. An. Acad. Bras. Cienc. (Supl.) 41 : 205-229.

SILVA, J.G. ; SERRA, G.E. ; MOREIRA, J.R. ; GONCALVES, J.C. ; GOLDEMBERG, J.

1978. Energy balance for ethyl alcohol production from crops. Sci. 201 : 903-906.

SMITH, N.J.H. 1973. House sparrows Passer domesticus in the Amazon. Condor 75 (2) : 242-243.

1974. Destructive exploitation of the South American river turtle. Yearb. Assoc. Paci-fic Coast Geogr. 36 : 85-102.

1979. Quelônios aquáticos da Amazônia : um recurso ameaçado. Acta Amazonica 9 (1) : 87-97.

STEPHANES. R. 1972. O programa de integração nacional e a colonização da Amazônia. (2ème ed.) INCRA. Brasilia.

STERNBERG, H. O’R. 1956. A água e o homem na várzea do Careiro. Rio de Janeiro.

1966. Die Viehzucht im Careiro-Cambixegebiet ; ein Beitrag zur Kulturgeographie der Amazonasniederung. Heidelberger Studien zur Kulturgeographie, Festgabe für Gottfried Pfeifer. Heidelberger geographische Arbeiten, Heft 15. pp. 171-197.

1975. The Amazon River of Brazil, Geogr. Z. Beihefte 40. Franz Steiner Verlag GmbH. Wiesbaden.

1977. Development and conservation. Rapport présenté à la douzième réunion technique de la IUCN, Banff Canada, septembre 1972, sous le titre « The need for new concepts in land evaluation. » Reproduit en Eco-social systems and eco-politics ; a reader on human and social implications of environmental management in developing countries, sous la direction de K. W. DEUTSCH, pp. 337-358. UNESCO, Paris. En traduction espagnole : Desarrollo y Conservación. Bol. de la Soc. Venez. Cienc. Natur. 22 (132/133) : 427-459.

Amazonien : Integration und Integrität. Rapport présenté au colloque international « Integration en Amérique Latine » organisé par l’Arbeitsgemeinschaft Deutsche Latein-amerika-Forschung - ADLAF, Bonn, novembre 1979. (Sous presse).

SUDAM-Superintendência do Desenvolvimento da Amazônia. 1971. Annonce publiée par exemple dans le supplément économique du quotidien O Globo (Rio de Janeiro) mars 12-19 1971.

THOREAU, H.D. 1849. A week in the Concord and Merrimack rivers. James Munroe and Company. Boston and Cambridge.

VAN DEN BOSCH, R. 1976. Publication health advantages of biological insect controls. Environ. Health Perspect. 14 : 161-163.

1978. The pesticide conspiracy ; an alarming look at pest control and the people who keep us « hooked » on deadly chemicals. Doubleday et Co. Garden City, N.Y.

VELHO, O.G. 1972. Frentes de expansão e estrutura agrária ; estudo do processo de penetração numa área da Transamazônica. Zahar Editôra. Rio de Janeiro.

VIEIRA, A. 1659. Carta ao Rei Alonso VI, Maranhão, 28 novembre 1659. In Cartas do Padre Antonio Vieira, éditées par J.L. d’Azevedo. Vd. 1 : 549-571. Imprensa da Universidade Coimbra.

WEST, R.C. 1977 (1978) Recent developments in cattle raising and the beef export trade in the Middle American region. Actes XLIIe. Congrès Int. des Americanistes, Paris, Septembre 1976. 1 : 391-402.

WISEMAN, M. 1959. The new anatomy of advertising. Harper et Brothers. New York.

WOODWELL, G.M. ; WHITTAKER, R.H. ; REINERS, W.A ; LINKENS, G.E. DELWICHE, C. C. ; and BOTKIN, D.B. 1978. The biota and the world carbon budget. Sci. 199 : 141-146.

Notes

1 Voir, par exemple, SMITH (1974, 1979) ; ALFINITO (1975, 1978) ; ALFINITO et al. (1976).

2 Il faut cependant avouer qu’une toute récente étude sur l’exploitation commerciale du lamentin met en doute le fait que le T’ inunguis coure un « danger quelconque d’extinction biologique » (Domning, 1980).

3 On a effleuré ailleurs le thème de l’intégration politico-économique de l’Amazone, avec ses effets sur l’intégrité écologique et sociale des sous-systèmes impliqués dans ce processus (Sternberg, sous presse).

4 Le sujet a été discuté dans d’autres contextes régionaux, par INNIS (1961, 1972, 1976, 1980) notamment.

5 Pour une mise au point des propriétés et de l’aménagement des sols amazoniens, voir COCHRANE et SANCHEZ (1980).

6 La relation entre défrichement et taux de dioxide de carbone atmosphérique est une question de grande actualité. Voir, par exemple, G.M. WOODWELL et al. (1978) ; KERR (1980). En ce qui concerne l’Amazonie, la distorsion des observations faites par Harald SIOLI en 1971 à propos de la mise en liberté du carbone retenu dans la forêt, au moment de la destruction de celle-ci, a mené a une discussion stérile sur la région en tant que productrice d’oxygène, ou « poumon du monde » (Sternberg sous presse).

7 Voir, par exemple, SAGAN, TOON et POLLACK (1979).

8 Voir, par exemple, MOLION (1975) ; LETTAU, LETTAU et MOLION (1979) ; SALATI et al. (1979).

9 La quantité de pétrole importé par le Brésil entre janvier et octobre 1979 montre un accroissement de 13,6 pour cent par rapport à la même période de l’année précédente. Les paiements nets, cependant, subirent une augmentation de 47,5 pour cent, s’élevant à 4,8 milliards de dollars U.S. pendant les dix premiers mois de 1979 (IBRE, 1980).

10 Voir, par exemple, Goldemberg (1978) ; MICCOLIS (1978) ; SILVA et al. (1978) ; Leitão et Santos (1979).

11 Un rapport récent mentionne d’autres problèmes qui peuvent gêner la sylviculture à Jari (Fearnside et Rankin 1980).

12 La concurrence entre la production de nourriture et celle des combustibles dans l’utilisation des terres agricoles du monde a été récemment étudiée par BROWN (1980).

13 En dépit de cet accroissement, on a sérieusement mis en doute la possibilité d’atteindre le but fixé par Proálcool d’une production de 10,8 milliards de litres d’alcool par an en 1975 (IBRE 1980).

14 FEARNSIDE et RANKIN (1980) signalent que les rapports sur la superficie de Jari varient considérablement et que, lors d’une demande de subvention faite en 1975 auprès de la SUDAM, la firme indiqua une extension de 3.654.491 hectares.

Notes de fin

* Cette communication est dérivée d’un programme de recherches sur les phénomènes de frontière et leurs conséquences environnementales, dans une partie de la zone chaude et humide du Brésil. Au cours de ce projet à long terme, un soutien financier, pour différents aspects du travail, a été reçu de la National Science Foundation (Grant No. SOC 73-05695) ; du comité conjoint pour les études de l’Amérique latine du Social Science Research Council et du American Council of Learned Societies ; de la John Simon Guggenheim Foundation ; et du Centre d’études d’Amérique latine de l’Université de Californie à Berkeley. C’est avec le plus grand plaisir que je fais part de ma gratitude à ces divers organismes, ainsi qu’à ma femme, Carolina da Silveira Lobo Sternberg, pour sa collaboration inestimable, dans toutes les phases de l’entreprise. Je remercie également Marie-Christine Pauwels, pour son aide précieuse dans la préparation de ce texte, et Adrienne Morgan, pour la confection des cartes.

Table des illustrations

Légende Fig 1. Annonce cherchant à attirer les investissements dans le cadre du développement de l’Amazonie (SUDAM 1971)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1416/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 2 - Projet de réseau routier en Amazonie (INCRA s.d.).Dix ans après l’ouverture symbolique à la circulation de la route Belém-Brasilia, la loi-décret n° 1.106/1970 établit un Programme d’Intégration Nationale, qui serait favorisé par la construction de la route Transama-zônica et de la Cuiabá-Santarém (BR-165). Afin de transférer des peuplades rurales, principalement originaires du nord-est, vers l’Amazonie, un décret de 1971 ouvrit la voie à l’expropriation d’une surface de quelques 65.000 km2 le long de la section Altamira-Itaituba de la Transamazone. Presque simultanément, le gouvernement fédéral dépouilla les états concernés du contrôle de toutes les terres publiques situées dans une bande de 100 km de part et d’autre des routes amazoniennes. On estime que ces mesures permirent d’ouvrir environ 2 1/4 millions de km2 de terres au développement.AC : Acre ; AM : Amazonas ; AP : Amapá ; GO : Goiás ; MA : Maranhão ; MT : Mato Grosso ; RO : Rondônia ; RR : Roraima.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1416/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende Fig. 3 - Aménagements hydroélectriques dans le bassin Araguaia-Tocantins.La construction de la centrale de Tucuruí sur le bas Tocantins représente la première phase du développement énergétique du bassin. Il est estimé que le débit de la rivière une fois réglé par des barrages en amont, Tucuruí, à elle seule, aura une capacité de quelques 6.700.000 kW. L’énergie produite sera absorbée en premier lieu par l’usine d’aluminium de l’Albrâs ; par les Centrales Electriques du Para, qui servent surtout Belém à 300 km au nord ; et par la future interconnexsion avec le réseau de la Compagnie Hydroélectrique de São Francisco, qui approvisionne le Nordeste. Des plans supplémentaires envisagent de transformer le Tocantins sur la plupart de ses 2.500 km en un chapelet de lacs de barrages (Eletronorte 1976). Ceux-ci submergeront un certain nombre de rapides qui rendent la navigation difficile, voire impossible. On remarque que l’emplacement d’écluses sur les barrages envisagés permettrait de relier le Goiás et le Mato Grosso à l’Atlantique. En revanche, il est fort probable que les aménagements prévus auront pour conséquence d’éliminer du fleuve beaucoup d’espèces de poissons, incapables de survivre dans les eaux refoulées éliminant par de fait même une source de protéines vitale pour les populations rurales.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1416/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 744k

Auteur

Université de Berkeley

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter