Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(A) Fronts de spéculation et rôle du marché

Discussions et commentaires

Texte intégral

1Question de P. GEORGE à MM. NICOLAI et REMY

2La pression démographique provoque une première tendance migratoire. La stabilité du front pionnier dépend du taux d’accroissement naturel, qui lui-même dépend essentiellement de la mortalité infantile, laquelle joue le rôle de frein à la croissance. Si elle est réduite, l’accélération de la croissance provoque à la deuxième génération un nouveau besoin migratoire.

3Question de C. BATAILLON à G. REMY

4L’accroissement de l’espérance de vie des chefs d’exploitation du pays Mossi n’est-il pas un facteur important d’expulsion de colons ? J’y ajouterais une question générale sur le mouvement pionnier caféier : comment et pourquoi une technologie non destructrice se met-elle en place en Amérique centrale (pour le même marché mondial) parallèlement au système destructeur brésilien ?

5Réponse de G. REMY à C. BATAILLON

6La croissance de la population joue certainement un rôle parmi les facteurs qui rendent compte de l’émigration agricole. Cette croissance est cependant modérée, la mortalité demeurant élevée. Notamment, l’espérance de vie demeure modeste (de l’ordre de 40 ans). Une plus grande durée de vie des chefs d’exploitation ne peut être évoquée comme facteur d’expulsion des jeunes adultes.

7Commentaire de G. LASSERRE

8Il ne semble pas que les entreprises de mise en valeur de la forêt dense équatoriale africaine aient eu des conséquences très graves sur les équilibres des milieux guinéens. Au Gabon, pays presque vide d’hommes, mis à part la Woleu N’Tem cacaoyer, l’espace forestier est attaqué par les chantiers forestiers d’okoumé. Il n’y a que quelques okoumés à l’hectare, dans les meilleurs des cas. Lorsque la concession forestière est exploitée, la forêt reprend possession de l’espace. Elle se régénère en 75 à 80 ans.

9Dans le sud du Cameroun, dans la forêt cacaoyère et caféière du sud ivoirien, la forêt a été déboisée par des paysans africains qui sont devenus « petits planteurs ». Il ne semble pas que la création de ces petites plantations de café et de cacao aient gravement perturbé les équilibres écologiques. Un équilibre agro-forestier satisfaisant résulte de cette forme de mise en valeur. Cela tient sans doute au fait que les paysans africains sont très respectueux du milieu car leurs cultures pérennes arbustives exigent le maintien d’un milieu forestier.

10Commentaire de C. COLLIN DELAVAUD

11L’Afrique présente de véritables fronts pionniers : Ces Lobi qui se déplacent depuis de nombreuses décennies sur 300 km, ces Mossi qui avancent selon un front de pression démographique et qui abandonnent une région aux sols usés, ce sont des peuples qui progressent selon les fronts pionniers d’aspect traditionnel, spontané et continu. Mais les relations entre l’Homme et le Milieu changent. Le nouveau système Mossi fait intervenir un espace plus large, un écosystème différent (les terres lourdes des vallées réoccupées par les Mossi en Volta noire), des façons culturales moins élaborées mais aussi l’adoption de la charrette qui permet d’entrer dans l’économie de marché.

12Réponse de G. REMY à C. COLLIN DELAVAUD

13La migration des Mossi vers les terres neuves ne s’associe pas à une avancée technologique. Les migrants mettent en valeur les sols qu’ils peuvent et savent utiliser avec leurs techniques et outils traditionnels.

14Commentaire de R. PEBAYLE

15Je signale que Mr Bartolucci est l’auteur d’une étude sur l’évolution des fronts pionniers et de leur arrière-pays qui est tout à fait remarquable. Les critères sont économiques et démographiques et appuyés de bonnes cartes. Ils devraient donner lieu à une discussion approfondie ultérieurement.

16Commentaire de C. BATAILLON

17Chonchol a présenté un cadre fondamental pour la Table Ronde ; la conjoncture latino-américaine à partir des années 1930 et surtout 1950-60 est : sous-emploi et emploi saisonnier à la campagne, croissance massive du marché intérieur urbain. Ce nouveau cadre est celui d’un interventionnisme nouveau de l’Etat : « intégration nationale à base de terres neuves » selon Pebayle ? « nation comme puissance émergente et non comme peuple » selon Cardoso ? En tous cas le très faible interventionnisme de cet Etat brésilien dans les zones pionnières et en particulier en Amazonie est très bien souligné par Kleinpenning.

18Réponse de I. BARTOLUCCI à C. BATAILLON

19Je pense que, en général, l’agriculture du principal produit d’exportation d’un pays, parce qu’elle est expansive (autrement, elle risque d’entrer en récession, appelant à ce moment-là à une substitution tout aussi « condamnée » à l’expansion pour répondre aux besoins des pays qui, eux, se développent) et parce qu’elle est soumise à des « rapports inégaux » (rapports de force défavorables sur le marché, sauf cas de monopole - café du Brésil au début du siècle), - aura toujours tendance à transférer vers les facteurs de production les plus faibles les mauvaises conjonctures. Travailleurs et ressources naturelles en pâtissent. Mais il se peut que des exceptions – heureusement – se produisent : le café indonésien aux temps des Hollandais en est une.

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter