Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(A) Fronts de spéculation et rôle du marché

Note à propos des fronts d’expansion de l’agriculture. Le cas du Brésil (café)

Ivan Jorge Bartolucci

Texte intégral

  • * Ce texte, présentée à la Table Ronde, est le résumé d’une recherche réalisée par Ivan BARTOLUCCI p (...)

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Les « appareils d’offre » d’un produit d’exportation sont des structures de production, de circula (...)

2Autour du thème des frontières agricoles, une littérature nourrie a contribué à vulgariser un certain nombre d’idées. Celle que nous retenons dans notre étude concerne la création d’un espace économique, par l’extension du domaine d’une nouvelle forme de mise en valeur agricole. Il ne s’agit pas de la constatation d’un simple déplacement des cultures ; elle ne reste pas figée non plus sans l’observation de l’avancement d’une frontière de peuplement sur un territoire que subit le paysage agricole. Notre point de mire est d’un intérêt autant économique que géographique, et a trait à la capacité des agricultures d’exportation à structurer un espace et une économie. Ainsi, le terme « front d’expansion », qui a servi – notamment au Brésil – pour désigner un ensemble plétorique de significations différentes, reçoit dans notre recherche une définition précise, à connotation économique spatiale. Un front d’expansion est, pour nous, un processus de structuration d’un appareil d’offre de quelques produits d’exportation (qu’elle soit extérieure ou intérieure)1. Il crée un nouvel espace, même là où pré-existait un aménagement, en l’insérant dans un marché dynamique extérieur - à la région -. Cet espace économique, fort du nouveau dynamisme dérivé de l’influence d’un facteur exogène – la demande du produit d’exportation –, va connaître un processus d’accumulation et diversification économique qui, au départ, est lié à l’activité d’exportation. Cela déclenche des processus cumulatifs de concentration-croissance-diversification, dont va bénéficier le réseau urbain qui dessert le trafic d’exportation. Ces réseaux deviennent ainsi, sous certaines conditions, un système urbano-industriel. Le processus de concentration évoqué ci-dessus est une résultante de la structure faussée que le marché du produit acquiert, par le jeu des différentiels de « puissance » ou pouvoir de négociation des partenaires mis en relation à l’intérieur de la filière du produit d’exportation. En raison de l’importance explicative des structures du marché, le dynamisme d’un front d’expansion agricole ne peut être parfaitement saisi que si on examine le processus de formation du marché en question ; et cela, en termes de rapports de forces et rapports de pouvoir, le long de la filière.

3Cette approche nous mène à aborder la question du front d’expansion, dans le cadre de l’expansion de l’économie capitaliste ; et plus précisément dans celui du marché international concerné par le produit d’exportation dominant les systèmes de production agricole du front d’expansion.

4Or, situer la problématique des fronts d’expansion dans le cadre plus général de l’expansion de la demande potentielle solvable des économies industrialisées implique l’introduction de critères permettant de faire la distinction entre les diverses sources d’impulsion qui animent les phénomènes dénommés « fronts ».

5En réalité, les fronts d’expansion de l’agriculture d’exportation ne sont qu’un cas spécifique du genre « front », dont nous avons essayé de définir la structure taxinomique. Les fronts d’expansion se caractérisent, sauf dans des rares exceptions, par le drainage vers le réseau urbain d’exportation d’un flux de biens physiques, qui est transmis aux économies importatrices pour en revenir transformé en contre flux de valeurs. Or, la répartition de cette valeur le long de la filière dépend des successifs jeux de marché qui unissent leurs maillons. La sanction du rapport de pouvoir qui y prévaut – dont une partie est le prix –, établit finalement la structure de marché dominante. C’est en fonction de cette structure que le dynamisme des économies industrialisées importatrices est répercuté sur celles des pays producteurs. Au sein de ces dernières, les étapes successives qui constituent l’appareil d’offre reçoivent une partie des recettes d’exportation, qui remunère leur respectif pouvoir de négociation sur le marché intérieur. Dans le cas le plus fréquent, les facteurs de production moins bien armés (la force de travail et, surtout, les ressources naturelles) ne reçoivent qu’une partie minime – salaires moyens, dépenses d’entretien de la fertilité et de l’équilibre de l’écosystème agricole).

Notes

1 Les « appareils d’offre » d’un produit d’exportation sont des structures de production, de circulation et des premières transformations que ce produit subit sur le territoire du pays producteur. Ici il est important de faire la distinction entre produits agricoles et produits de cueillette. Les premiers ont une certaine capacité à impulser un processus d’accumulation des capitaux, le long des réseaux urbano-industriels que l’extension des aires de cultures engendrent. Par contre, les produits de cueillette n’ont pas montré un dynamisme économique pareil. Cela est facilement expliqué, par la structure des coûts de production respectifs (plus intensif en capital, dans les produits agricoles, ce qui entraine une activité plus ou moins intense en amont de la production ; ce qui n’est pas le cas des produits de cueillette), par le niveau de productivité de la main-d’œuvre (plus haut, dans l’agriculture) par la masse des revenus que ces activités engendrent - très basse rémunération de la force de travail, dans l’économie de cueillette). Il ne reste pas moins, que celle-ci procède déjà suivant des critères d’économie de marché (échanges monétaires, coûts d’opportunité, etc.), au contraire de ce qui se passe dans l’économie de subsistance.

Notes de fin

* Ce texte, présentée à la Table Ronde, est le résumé d’une recherche réalisée par Ivan BARTOLUCCI pour le CORDES - Centre et périphérie en agriculture : les cas brésilien et argentin.

Auteur

IRFED, Paris

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter