Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(A) Fronts de spéculation et rôle du marché

Population, développement agricole et occupation de l’espace rural en Amérique Latine

Jacques Chonchol

Texte intégral

1Dans l’occupation de l’espace rural, nous pouvons en gros distinguer, depuis trois siècles, deux grandes périodes : une première période caractérisée par l’expansion généralisée de la production agricole pour l’exportation, qui va du début du 18ème au début du 20ème siècle, et une deuxième période, que l’on pourrait appeler contemporaine allant de 1930 à nos jours.

2Pendant la période initiale, l’Amérique Latine s’intègre de plus en plus au marché mondial, qui n’est autre que celui des pays occidentaux dominant alors l’économie internationale, et cette intégration fut le facteur dynamique, par excellence, de la croissance de l’économie latino-américaine.

  • 1 A la veille de la deuxième guerre mondiale (moyenne des années 1934-38), l’Amérique Latine représe (...)

3Dans la phase actuelle, même si l’Amérique Latine continue à essayer d’intégrer sa production agricole au marché mondial, elle perd de l’importance relative à l’intérieur de celui-ci1. D’autre part, le marché intérieur pour les produits agricoles augmente son importance à cause de l’expansion rapide de la population, de son urbanisation et de l’accroissement du revenu, particulièrement celui des couches moyennes et supérieures de la population urbaine.

  • 2 A un taux moyen annuel de 0,8 % entre 1750 et 1800, de 0,9 %, entre 1800 et 1850 et de 1,3 % entre (...)
  • 3 « Población y Fuerza de Trabajo en América Latina : algunos ejercicios de simulación », Charles Ro (...)

4Il faut ajouter à ce qui vient d’être dit, qu’entre ces deux périodes il y a un changement démographique fondamental pour la population latino-américaine. Dans la première période, elle augmente régulièrement mais de façon progressive et à des taux qu’aujourd’hui nous considérerions comme très modérés2 tandis qu’à partir de 1930, l’expansion de la population s’accélère brutalement, en passant d’un taux moyen annuel de 1,9 % en 1930-1940, à 2,4 % en 1940-1950 et de 2,8 % à 1950-703.

1. La période d’expansion de l’agriculture d’exportation

5Dans la première période, celle d’expansion généralisée de l’agriculture exportatrice, étant donné l’insuffisance de main-d’œuvre pour la croissance de la production, les migrations extra-continentales vers l’Amérique Latine (surtout d’origine africaine et européenne) jouent un rôle très grand dans l’augmentation de la population tandis que dans la période contemporaine l’accroissement rapide de la population est fondamentalement un problème interne.

  • 4 Queiros MATTOSO, Katia M. de, « Etre esclave au Brésil xvi-xixème siècle », Paris, Hachette, 1979.
  • 5 Philip Curtin « The Atlantic Slave Trade Census » University of Wisconsin, Madison, USA (1969)

6Pendant l’époque coloniale et jusqu’au milieu du 19ème siècle, la traite d’esclaves, devenue l’un des éléments essentiels du développement de l’économie de plantation, influença considérablement la croissance de la population, particulièrement de la population rurale dans les pays tropicaux. Jusqu’en 1860, selon certaines sources, 9,5 millions d’africains furent transportés vers les Amériques4. Selon d’autres sources, ce chiffre atteint 11 millions d’esclaves5. Le gros de ces esclaves arrivèrent au 18ème siècle, 6 millions 200 mille. Le Brésil, seul, recevra pendant toute la période de la traite entre 3,5 et 3,8 millions, c’est-à-dire 38 % du total des esclaves amenés d’Afrique vers le Nouveau-Monde (si nous retenons la première estimation).

  • 6 M. DE QUEIROS MATTOSO, op cit.

7C’est la canne à sucre des régions de Pernambouc, Bahia et Rio de Janeiro qui rendra nécessaire la traite d’esclaves au Brésil au 16ème et 17ème siècle. Ce fut la découverte de l’exploitation de l’or dans les terres intérieures, et particulièrement dans le Minas Gerais qui crée une demande accrue d’esclaves au 18ème siècle. Cependant même au moment où l’exploitation de l’or est à son maximum, 40 % des esclaves importés sont encore destinés à l’agriculture. En plus de la culture de la canne, d’autres esclaves sont achetés pour la culture du coton et du riz et pour la cueillette d’épices. Au 19ème siècle le café aidera à faire de la traite, devenue illicite après 1830, une activité économique fructueuse jusqu’à bien après les années cinquante. En 1823, sur une population brésilienne totale de près de 4 millions de personnes, plus du quart étaient des esclaves, et à l’importation directe d’Afrique s’ajoutait une traite intérieure qui déplaçait les esclaves entre les régions selon les variations de la demande pour les différents travaux6.

8La fin de l’esclavage implique le besoin d’attirer, d’Europe ou d’ailleurs (l’Asie), une importante main-d’œuvre pour l’économie de plantation. Ceci fut l’origine, par exemple, d’une forte immigration de colons italiens dans la seconde moitié du 19ème siècle, pour l’expansion des plantations de café à São Paulo, et aussi l’immigration de près d’un million d’asiatiques, importés par différents pays du Pacifique (Pérou) et des Caraïbes, pour les plantations sucrières. Cela explique aussi en partie la forte immigration européenne en Argentine liée à l’expansion de l’élevage et de l’agriculture céréalière dans la région de la Pampa.

  • 7 Nicolas Sanchez ABORROZ, op. cit.

9Entre la fin du 19ème et le début du 20ème siècle, l’immigration d’origine européenne fut très importante pour l’Amérique Latine, particulièrement pour les pays de la côte Atlantique. De 1880 à 1935, l’Argentine attira 3,4 millions d’immigrants européens et l’Uruguay plus de 600 mille. Entre 1872 et 1940, le Brésil attira 3,3 millions de ces immigrants. Deux autres pays latino-américains attirèrent au 19ème siècle un nombre important de colons européens, quoique de moindre envergure que les précédents. Ce fut le Chili et Cuba7.

10La grande majorité de ces immigrants venaient pour la colonisation des nouvelles terres et l’expansion de la production agricole destinée à l’exportation.

  • 8 Richard M. MORSE « El desarrollo de los sistemas urbanos en las Americas durante el siglo xix » in (...)
  • 9 M. Moreno FRAGINALS « Aportes Culturales y Desculturación » dans l’ouvrage dirigé par l’auteur « A (...)

11Pendant toute la période, même si dans la croissance de l’agriculture et dans l’organisation des échanges commerciaux, les villes jouèrent un rôle fondamental, la population de celles-ci n’augmenta pas d’une façon significative. Les informations disponibles sur les villes de l’Argentine, du Brésil, de l’Uruguay et du Mexique, pays dans lesquels l’expansion de l’agriculture exportatrice fut considérable, montrent que la proportion de la population vivant dans les villes principales diminue à partir de la moitié du 18ème siècle et seulement commença à augmenter à partir des premières décennies du 20ème siècle. La même chose arriva au Chili où se produisirent d’importantes modifications des structures agraires liées à l’accroissement de l’exportation minière. Au 19ème siècle, l’ensemble des principales villes de ces pays ne dépassait pas 20 % de la population totale8. Dans les îles des Caraïbes où la croissance agro-exportatrice eut lieu à partir du début du 18ème siècle, les villes jouèrent un rôle subsidiaire de l’économie de plantation. Dans ces régions, la concentration de la population en grandes villes ne dépasse pas celle de l’Argentine, de l’Uruguay ou du Chili9. De la même façon, en Amérique Centrale, l’expansion urbaine était très réduite.

12L’augmentation de la population soit d’origine interne soit provenant des migrations, se concentrait donc dans les régions rurales où se développait l’économie agro-exportatrice. Vers ces régions, aussi, devaient se déplacer d’une façon permanente ou saisonnière les populations indigènes que l’on obligeait à sortir de leur économie de substance.

  • 10 « Las Transformaciones Rurales en America Latina : Desarrollo Social o Marginación » ? Cuadernos d (...)

13Tout ceci s’obtenait par divers moyens parmi lesquels la violence joue un rôle très important car souvent il n’était pas facile ni agréable de vivre dans ces nouvelles régions (conditions climatiques et maladies des zones de tropique humide par exemple). Parmi ces mesures de violence, l’esclavage, les migrations internationales avec des contrats de longue durée et de forte dépendance, l’attachement au travail par l’endettement, jouèrent tour à tour, un rôle très important. L’expansion des régions rurales agro-exportatrices fut donc obtenu en grande partie par la domination et l’exploitation des travailleurs ruraux qu’on fixait dans ces régions en leur laissant de très faibles possibilités de mobilité géographique10.

  • 11 Les coûts de transport maritime diminuèrent pendant le 19ème siècle dans des proportions dépassant (...)

14Des exemples multiples du développement des espaces ruraux agro-exportateurs pourraient être cités, qui furent particulièrement importants, dans la deuxième moitié du 19ème siècle. Ils étaient la conséquence de l’action de divers facteurs complémentaires. D’une part, l’augmentation de la demande européenne pour les matières premières agricoles et les produits alimentaires qu’on pouvait obtenir dans de bonnes conditions en Amérique Latine ; d’autre part, la baisse des coûts de transport maritime et terrestre qui rendait leur importation par l’Europe plus rentable11 ; ensuite la plus grande disponibilité de capital pour les investissements extérieurs là où l’on voyait des bonnes possibilités de profit.

15Tout ceci favorisa l’expansion de la production marchande et des régions destinées à la production ce qui augmenta le besoin de terres et de travailleurs. Différents moyens furent utilisés pour obtenir ces derniers. Quelquefois, dans des régions rurales traditionnelles avec une forte densité de population et où prédominaient les cultures de subsistance, on imposa le changement de l’utilisation des terres et des travailleurs pour une agriculture commerciale.

  • 12 Jorge BALAN, « Estructura Agraria, desarrollo capitalista y mercados de trabajo en América Latina  (...)

16Dans d’autres cas, là où il y avait des terres de frontière appropriées pour les nouvelles cultures commerciales et une faible densité de population, on attira celle-ci d’autres régions où la densité démographique était plus importante. Là où enfin on ne trouvait pas de travailleurs nationaux à déplacer, on recourut à l’immigration12.

  • 13 17 % pour l’Argentine, 6 % pour le Brésil, 15 % pour Cuba, 3 % pour la Colombie, 14 % pour le Chil (...)

17Entre 1850 et 1900, la population d’Amérique Latine doubla en passant de 30 à 61 millions d’habitants, la majorité de cette population étant rurale. Vers 1900, il n’y avait pas plus de 13 villes de plus de 100 mille habitants chacune, englobant partout, sauf à Montevideo, une très faible proportion de la population totale des pays13. Une partie considérable de cette population urbaine des grandes villes était d’origine étrangère et d’immigration récente, comme ce fut le cas pour l’Argentine, l’Uruguay, le Brésil et Cuba.

18Quant à la population rurale, elle augmentait, surtout au 19ème siècle, dans les régions d’agriculture commerciale et dans les nouvelles zones incorporées à ce nouveau système. Le besoin de disposer d’un nombre accru de travailleurs amena l’utilisation de différentes procédures pour les obtenir, allant depuis l’établissement de formes indirectes d’exploitation sur la terre monopolisée par un petit nombre de grands propriétaires jusqu’au développement de formes salariales de rémunération et la migration transitoire, volontaire ou forcée, des paysans de l’agriculture de subsistance, vers les régions d’agriculture commerciale.

19Dans les régions plus traditionnelles et qui ne s’incorporaient pas à l’expansion des exportations, l’augmentation de la population était plus faible, et quelquefois même cette population diminuait.

2. La période contemporaine (de 1930 à nos jours)

20Les principaux changements dans les rapports entre la population, le développement agricole et l’occupation de l’espace rural en Amérique Latine, après 1930, sont, d’abord, l’accroissement quasi-explosif de la population et de la force de travail. Ceci a été dû à la baisse très rapide du taux de mortalité général non accompagné par une baisse équivalente du taux de natalité.

21D’autre part, par l’industrialisation et le développement des services, les villes commencèrent à jouer un rôle beaucoup plus important qu’auparavant du point de vue de la création d’opportunités d’emploi et surtout d’attraction des populations rurales. Ceci est renforcé par les écarts croissants entre les opportunités économiques et sociales des grandes villes et celles des régions rurales.

22De plus, l’action d’un ensemble de facteurs économiques et politiques qui se développent pendant cette période, favorise la prolétarisation ou la semi-prolétarisation de beaucoup de paysans.

23Parmi ces facteurs, il faut compter la concurrence urbaine sur un marché national de travail beaucoup plus intégré, dépassant pour certains pays latino-américains leurs frontières nationales ; l’amélioration des moyens de communication entre les campagnes et les villes, la pénétration des produits manufacturés dans la consommation courante du monde rural, l’extension de la législation du travail vers les activités agricoles et la modernisation d’un nombre croissant d’exploitation. Cette modernisation implique la mécanisation et la diminution des travailleurs permanents vivant à l’intérieur des domaines. Ceci fait baisser le coût du travail car les permanents sont plus chers, le machinisme agricole étant souvent subventionné par l’Etat. D’autre part, le fait de travailler surtout avec des saisonniers vivant à l’extérieur, donne l’impression aux entrepreneurs de courir moins de risques d’être atteints par une éventuelle action de réforme agraire qui commence à se poser comme une politique possible.

24Cette prolétarisation ou semi-prolétarisation, implique de plus en plus dans les régions de modernisation capitaliste plus avancée, la prédominance de travailleurs à temps partiel, vivant dans des bourgades ou de petites villes semi-urbaines, ou se déplaçant vers ces régions aux moments de pointe, à partir des zones de minifundio ou de petite propriété où ils habitent dans la période morte de l’année.

25La population globale de l’Amérique Latine qui était de 104 millions en 1930 avait déjà doublé en 1960, atteignant 209 millions, et aura de nouveau presque doublé entre cette année et 1980 où elle devait atteindre les 370 millions.

26Simultanément, l’urbanisation de cette population s’est accélérée brutalement pour les raisons que nous venons d’indiquer. Tandis qu’au 18ème au 19ème et au début du 20ème siècle, cette population était fondamentalement rurale, aujourd’hui elle devient de plus en plus urbaine.

  • 14 « Las Transformaciones Rurales en America Latina... » op cit. Cepal, tableau 4.

27En 1920, 22 % seulement de la population latino-américaine était urbaine. En 1930, les urbains étaient près de 30 %, et en 1960, les populations rurales et urbaines étaient presque équivalentes. Pour 1980, on calcule que 63 % de cette population sera urbaine14. L’Amérique Latine est donc déjà la plus urbanisée des régions du Tiers-Monde, avec un taux d’urbanisation similaire à celui des pays socialistes d’Europe.

  • 15 La population rurale de 1920 a été obtenu en appliquant aux chiffres de population totale donnés a (...)

28Mais malgré cela, la population rurale continue d’augmenter en termes absolus. En 1920, elle était de 70 millions, en 1960 de 111 millions et en 1980, elle sera de 145 millions15.

  • 16 Ce qui est assez exact, car, quand on compare le pourcentage de population rurale à celui de la po (...)

29Comment se distribue- t- elle dans l’espace rural de la région et en fonction de quels développements ? si nous supposons que dans son immense majorité elle travaille dans l’agriculture16.

  • 17 Dans ce total pour le Mexique et la Colombie nous considérons les chiffres de population agricole, (...)

30Si nous prenons les 142 millions d’habitants ruraux de l’Amérique Latine en 1975, ils se distribuent géographiquement ainsi sur l’ensemble latino-américain17 :

31Quatre de ces pays qui avaient en 1975 plus de 40 % de leur population totale qui était rurale, englobaient les deux tiers de la population rurale de l’Amérique Latine. Ils sont par ordre d’importance : le Brésil (54 millions), le Mexique (26 millions) la Colombie (11 millions), le Pérou (7 millions).

  • 18 Voir à ce sujet F. BRETON « Les conditions du travail et de vie des travailleurs migrants d’Amériq (...)

32Il n’est pas facile par manque d’études spécifiques, sur ce sujet, de connaître d’une façon précise l’évolution de la distribution de la population rurale à l’intérieur de ces pays. On dispose, bien sûr, de quelques données générales. En plus de sa très rapide urbanisation, on sait que le volume des migrations rurales a augmenté considérablement, que celles-ci ne se produisent pas seulement à l’intérieur du territoire national, mais que les migrations, entre pays limitrophes, de paysans cherchant du travail ont augmenté en intensité, ces migrations étant saisonnières, à moyen ou à long terme et même quelquefois permanentes18.

  • 19 Voir Bernard ROUX « Expansion du Capitalisme : l’Amérique Centrale et le Marché Mondial de la Vian (...)

33Nous savons aussi que dans les décades des années 1930 et 1940 en Argentine et plus récemment au Brésil et au Mexique, le développement de l’élevage latifundiaire extensif pour le marché de la viande de bœuf aux U.S.A. a fait baisser l’emploi dans des zones qui auparavant étaient destinées à l’agriculture19.

  • 20 Jorge Balan, op. cit. Note (12).

34Au Mexique, également, la crise dans certaines régions de cultures industrielles comme la canne à sucre et le coton, a conduit à leur substitution par des cultures moins intensives dans l’utilisation de main d’œuvre. Par contre, là où la réforme agraire a été menée d’une façon significative, ce fait a impliqué une augmentation de la densité démographique qui existait auparavant20.

  • 21 Voir notre article « L’agriculture et le Problème de l’Emploi en Amérique Latine ». Problèmes de l (...)

35Mais, à part ces données générales, il n’y a pas, à notre connaissance, d’études concrètes permettant de mesurer les effets du type de développement agricole sur les opportunités d’emploi et sur les variations des densités démographiques des différentes régions rurales. Nous pouvons cependant affirmer que l’augmentation de la population et la permanence de structures de concentration foncière ainsi que la modernisation agricole actuellement appliquée, conduisent à l’accroissement des migrations rurales, à l’urbanisation accélérée et à l’aggravation du sous-emploi rural et urbain21.

36Ce que nous allons essayer de faire ici, pour les deux pays ayant la plus importante population rurale d’Amérique Latine, le Brésil et le Mexique, c’est de donner quelques indications sur ce qui est en train de se passer dans les rapports entre la population, le développement agricole et l’occupation de l’espace rural. Ces indications sont aussi, en grande partie, valable pour la plupart des autres pays.

Le Brésil

  • 22 « Economie and Social Progress in Latin-America » Washington, Banque Inter-américaine de Développe (...)

37Ce pays se caractérise depuis les années 1950 par une expansion très rapide de ses surfaces cultivées et de sa production agro-pastorale qui font de lui aujourd’hui le principal producteur agricole latino-américain. En 1975, en effet, il produit plus d’un tiers de la production agricole globale dans la région (36 %), tandis que les deux autres pays qui le suivaient en importance, le Mexique et l’Argentine ne produisaient que 14 % environ chacun22.

  • 23 « 25 años en la Agricultura de America Latina : Rasgos principales 1950-75 » CEPAL, Santiago du Ch (...)

38En 1950-55, la surface moyenne annuelle récoltée n’était au Brésil que de 1,8 million d’hectares. En 1970-74, elle avait doublé et était de 36 millions et en 1975, elle atteignait 40 millions d’hectares. De même, la surface destinée aux pâturages et aux prairies passait de 70 millions d’hectares en 1950-55 à 160 millions d’hectares en 1970-197423.

39En même temps que se produisait cette forte expansion productive de l’activité agricole, quelles en étaient les conséquences sociales sur la population occupée dans le secteur ? Fondamentalement quatre :

  • concentration croissante de la propriété de la terre ;
  • diminution du nombre des petits propriétaires, des métayers et des fermiers ;
  • diminution des ouvriers agricoles permanents ;
  • augmentation significative des ouvriers temporaires24.

40Entre 1970 et 1975, tandis que les exploitations de moins de 10 hectares augmentaient leur nombre et leur proportion par rapport au nombre total des exploitations, elles voyaient diminuer leur superficie moyenne et la proportion de l’aire totale qu’elles occupaient. A l’ encontre de cette tendance, les exploitations de plus de 500 hectares augmentaient la surface dont elles disposaient auparavant.

41Les petits propriétaires, les minifundistes, les métayers et les fermiers qui étaient 5,5 millions en 1967 (la moitié d’une force de travail qui était d’un total de 11 millions), diminuaient en 1972 à 3,4 millions (29 % d’une force de travail qui était maintenant de 11,4 millions).

  • 25 Brésil-Information n° 40, octobre 1977, Paris.

42A leur tour, les ouvriers agricoles permanents voyaient baisser leur nombre de 1,4 à 1,2 million et les temporaires passaient de 3,9 à 6,8 millions. En 1972 donc, les travailleurs temporaires représentent 60 % du total de la force de travail agricole du Brésil, leur nombre ayant connu une constante augmentation depuis 1940. Cette an-née-là, en effet, avec un total de 1,2 million, ils représentaient la moitié du nombre des salariés permanents, tandis qu’en 1972, ils étaient presque 6 fois plus nombreux25.

43Il y a eu, donc, pendant toutes ces années, du fait de la concentration de la terre et de la modernisation capitaliste, la prolétarisation d’un grand nombre de petits propriétaires, de minifundistes, de métayers et de fermiers, ainsi que la transformation des ouvriers permanents en ouvriers temporaires. La plupart de ces ouvriers agricoles ne peuvent plus habiter dans les domaines d’où ils ont été congédiés ou expulsés. Ils ont donc dû émigrer et vivent dans des bidonvilles de la périphérie des villes d’où ils partent, quand ils y ont un travail, dans les domaines de la région ou de régions plus éloignés. Ce sont les fameuses bóia-frias (bouffe-froide) engagés par des camionneurs qui agissent comme intermédiaires dans ce marché de travail. Ceci est, sans doute, le changement fondamental qui s’est produit dans la structure sociale du monde rural brésilien pendant la période plus récente.

  • 26 Extrait de « Sinopse Préliminaire do Censo Agropecuario » 1975, IBGE, in « Paraná rural » Curitiba (...)

44A ceci il faudrait ajouter l’augmentation considérable du nombre de mineurs qui travaillent à la campagne, prenant la place des adultes, à un coût inférieur pour les entrepreneurs. Ils sont estimés, aujourd’hui, à quelque 5 millions de moins de 14 ans, leur nombre ayant augmenté de plus de 50 % entre 1970 et 1975. La plus grande augmentation de l’utilisation de cette main-d’œuvre infantile s’est produite dans les régions d’expansion des frontières agricoles : 87 % dans le Nord, 83 % dans le Centre-Ouest, 67 % dans le Sud et 49 % dans le Nord-Est26.

45On peut, donc, affirmer que l’augmentation de la concentration foncière lié à la modernisation capitaliste, continue à maintenir la tendance traditionnelle de l’agriculture brésilienne, de croître horizontalement, sans augmenter la productivité de la terre, mais aggravant maintenant le problème du chômage et du sous-emploi rural, et diminuant les rémunérations de la force de travail.

  • 27 Voir Rapport cité en note (24).

46Selon les études de l’INCRA, en 1972, les latifundios qui disposaient du 72 % de la superficie exploitée employaient 1 personne par 60 hectares, tandis que les minifundios employaient 1 personne par 7,6 hectares. Le rendement par hectare en cruzeiros était de 72 cruzeiros pour le latifundio et 240 cruzeiros pour le minifundio. Comme ces latifundios ont encore un quart de leur surface totale constituée par des terres utilisables mais non exploitées, ce qui fait quelque 70 millions d’hectares, sans compter les terres publiques, ceci montre que le modèle peut continuer encore à se développer pendant un certain temps de la même façon au détriment des paysans, s’il n’y a pas de changements dans la politique agricole de l’Etat27.

  • 28 Enquête menée par l’Institut Brésilien de Géographie et de Statistique (IBGE) - Journal de Brasili (...)
  • 29 Journées Nationales du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement, Paris 24-25 nove (...)

47Quant aux salaires, on estime que 18 millions de travailleurs brésiliens au total reçoivent un salaire ne dépassant pas la valeur du salaire minimum (1.106 cruzeiros au début 1978)28. Selon les affirmations de certains dirigeants syndicaux brésiliens, 50 % des travailleurs à la campagne gagnent moins de la moitié du salaire minimum et 76 % gagnent des sommes inférieures à ce salaire29.

  • 30 « Las transformaciones Rurales en America Latina... » op cit. note 10.
  • 31 « La Estampida Hacia las Ciudades en latino-America » Frederick C. TURNER, Interciencia Caracas Vo (...)

48Tout ceci explique la poussée grandissante vers les zones urbanisées dans l’espoir d’y trouver un travail plus stable et d’augmenter le niveau du revenu. Même si l’urbanisation de la population rurale ne se fait pas directement vers les grandes villes, les paysans allant d’abord vers de petites localités dont les habitants émigrent vers les villes intermédiaires et enfin vers les grandes villes30, en définitive, la population des grandes villes augmente d’une façon explosive avec une très forte proportion d’immigrants récents. En 1970, dans les grandes villes du Brésil entre un quart et la moitié de la population totale avait moins d’un an de résidence dans la ville. Pour São Paulo, ce pourcentage était de 53 %, pour Recife de 34 %, pour Belo Horizonte et Porto Alegre de 50 %, pour Curitiba de 41 %, pour Fontaleza de 32 %31.

  • 32 L’évolution de la Structure Sociale dans l’Agriculture Brésilienne, M.I. PEREIRA de QUEIROZ - Soci (...)

49Comme nous l’avons signalé, le développement traditionnel de l’agriculture au Brésil s’est fait par l’incorporation permanente de nouvelles terres dans ce qu’on a appelé les régions de frontière, celles-ci se déplaçant constamment, d’abord du nord au sud et ensuite vers l’intérieur. Cette forme de croissance laissait subsister pendant les régressions du cycle exportateur, des régions décadentes à côté de zones de subsistance très renfermées sur elles-mêmes. Au 19ème siècle, le café incorpore le Brésil au marché mondial. A la fin de ce siècle, l’extension du café dans la région de São Paulo fut le facteur dynamique de la croissance agricole du Brésil. C’est là que l’immigration italienne introduisit un nouvel élément social dans les campagnes, en même temps, dans les vieilles régions caféières de Rio et de Minas, ainsi que dans le Nord-Est, l’esclave était substitué par un type de travailleur semi-servile lié à la terre. Les modifications des conditions de l’élevage dans les pampas de l’extrême sud du pays, transformant les estancias traditionnelles en estancias commerciales, outre l’immigration de colons allemands et italiens, avaient créé aussi au 19ème siècle, les conditions pour le développement, en cette région, d’une agriculture vivrière commerciale pour le marché intérieur32.

  • 33 Pierre MONBEIG « Pionniers et Planteurs de São Paulo ». Paris, Armand COLLIN, 1952.

50A partir de 1930, l’agriculture pauliste subit des transformations considérables. Elle continue la marche vers l’Ouest associant la culture du café à celle du coton et à l’élevage. A côté des fazendas se développe une couche de petits propriétaires et d’exploitants autonomes intégrés à l’économie de marché, grâce au développement urbain et industriel de la région33. En partie, ceci était le résultat de la concurrence urbano-rurale et de l’intégration du marché de travail. L’expansion agricole associant fazenda et petit propriétaire occupe tout le territoire de l’Etat et continue sa pénétration au Nord du Paraná et au Sud du Mato Grosso, de Goiás et du Triangulo Mineiro. Dans les années 50, derrière le café, s’établissent des haciendas et de petits entrepreneurs orientés vers les besoins de la région de São Paulo.

51En même temps que l’économie rurale pauliste évoluait vers le marché urbain interne, dans le Nord-Est diminuait l’importance des produits d’exportation traditionnels de la région (le sucre et le coton) qui subissaient la concurrence due au développement de ces productions dans le centre-sud. Ceci retarda la formation d’un prolétariat rural et favorisa le maintien de formes de travail pré-capitalistes.

52D’autre part, dans une grande partie du sertão, la pénétration des produits manufacturés dans les petites villes et même dans les régions rurales, détruisit l’artisanat traditionnel et augmenta la dépendance agraire de l’économie du sertão, ce qui l’obligea à intensifier sa vente sur le marché des produits agricoles de subsistance. Ces excédents fournissent aujourd’hui une proportion importante de la consommation alimentaire urbaine de la région. Il y a eu, donc, ici une expansion de l’économie paysanne de subsistance liée à un latifundisme décadent qui loue ses terres aux paysans et contrôle le commerce de ravitaillement des villes.

  • 34 « Do Latifundio à Empresa » : Unidade e diversidade do Capitalismo no Campo » Juanez R. BRANDAO LO (...)

53Dans les années plus récentes, la décade de 1960, les paysans déplacés ont pénétré vers l’Ouest, occupant l’ouest du Maranhão, le nord de Goiás et Pará. Cela a été facilité par l’ouverture de nouvelles routes, mais ces régions ont été à peine plus intégrées aux marchés par l’amélioration des moyens de transport ; la formation de nouveaux latifundios capitalistes pour l’élevage et l’exploitation forestière favorisés par la politique de l’Etat (avantages fiscaux) tendent à chasser ces pionniers paysans vers d’autres régions non encore incorporés34.

54Aujourd’hui, les conflits de terre dans les Etats de Goiás et de Pará sont constants, les paysans occupant ces terres de frontière à plusieurs titres : celui de posseiros ou occupants sans titre, travaillant la terre pour leur compte et la faisant fructifier après s’être installés dans une zone non attribuée par l’INCRA (Institut National de Colonisation et Réforme Agraire) ; celui de parceiros ou métayers travaillant la terre d’un propriétaire et partageant la récolte à moitié ou à un pourcentage de 40 à 20 %, selon ce que le propriétaire apporte. Celui d’agregados qui sont de simples salariés.

55Les conflits actuels opposent surtout les posseiros aux grandes sociétés modernes d’investissement agro-pastoral qui cherchent à établir des grands domaines d’un seul tenant, ou aux grands propriétaires locaux.

  • 35 Voir DIAL (481), 26 octobre 1978 « Brésil : Pièce supplémentaire au Dossier paysan » et DIAL (576) (...)

56Quoique, théoriquement, ces posseiros aient une certaine protection légale, car la loi sur la propriété de la terre non attribuée (modifiée en Août 77), leur donne le droit de devenir propriétaires de la terre qu’ils travaillent si celle-ci n’a pas été attribuée depuis 10 ans, ou en tout cas un droit d’indemnisation en cas d’expropriation, dans la pratique, ils sont chassés par les grands propriétaires par des moyens légaux ou violents. Dans cette entreprise, le personnage central est le grileiro, qui est littéralement un courtier véreux, fabriquant de fausses écritures pour s’emparer des terres ou soudoyant l’administration locale du cadastre. Quand ces moyens ne sont pas suffisants, les méthodes sont la violence et même l’assassinat des paysans35. De multiples exemples sont connus à ce sujet.

57En bref, le Brésil nous montre un cas de forte croissance agricole pendant la période contemporaine particulièrement importante à partir des années 1950. Pararallèlement, il n’a pas modifié sa forme traditionnelle de croissance en extension en incorporant toujours de nouvelles terres à la culture, surtout dans les nouvelles régions de frontière. Mais l’augmentation de la population rurale et la modernisation capitaliste de beaucoup de grands domaines marginalisent de plus en plus cette population de ses attaches traditionnelles avec la terre, la prolétarisant, surtout à temps partiel et la chassant des domaines pour la concentrer dans des habitats urbains.

58Ceci a lieu surtout dans les régions les plus développées. Dans les régions de colonisation plus récente, les populations paysannes maintiennent encore la possibilité d’un travail indépendant, mais au fur et à mesure que ces régions s’incorporent plus étroitement au marché, les paysans sont de nouveau forcés à devenir prolétaires ou à émigrer vers des fronts pionniers plus éloignés.

59Ce n’est que dans quelques régions plus anciennes (Nord-Est) que, malgré la crise des productions traditionnelles d’exportation et grâce au fait que de nouveaux produits ne les ont pas remplacés, subsiste une économie paysanne pour l’approvisionnement alimentaire des régions urbaines, mais dans une situation de forte infériorité économique à cause des conditions de commercialisation. Ici l’auto-exploitation du travail familial et la sous-consommation permettent la survie des paysans comme producteurs indépendants.

Le Mexique

60Le Mexique, deuxième pays d’Amérique Latine pour sa population agricole (près de 26 millions de personnes en 1975 dépendent directement de cette activité) est aussi un cas intéressant de croissance rapide de la production au moins jusqu’à la moitié des années 60, et de marginalisation des paysans.

61Le Mexique, à la différence du Brésil, réalisa pendant la période que nous analysons l’une des plus importantes réformes agraires de l’Amérique Latine, mais l’accroissement de la population et le changement des politiques agraires vis-à-vis des paysans après Cardenas, font qu’aujourd’hui il y a plus de paysans marginalisés du système agricole que les quelque 3 millions qui ont reçu des terres à partir de 1917. Et même un grand nombre parmi ces derniers vivent dans des conditions très difficiles.

  • 36 « Neo latifundismo y Explotación » por Rodolfo STAVENHAGEN, Fernando PAZ SAN-CHEZ, Cuauhtémoc CARD (...)
  • 37 Jean Revel-MOUROZ « Au Mexique : développement agricole et crise agraire au terme de la présidence (...)
  • 38 « Neolatifundismo y Explotación », op. cit. note 36.
  • 39 Voir Ruben MUJICA VELEZ « Las Zones de Riego : acumulaciones y Marginalidad », Revista Comercio Ex (...)

62En 1910, dernière année de la dictature de Porfirio Diaz, 1 % de la population possédait 97 % des terres agricoles du pays. 96 % de cette population ne contrôlaient que 2 % de cette terre36. Entre 1917 et la fin du gouvernement du Président Eche-verria en 1976, 88 millions d’hectares furent attribués à 2,8 millions d’éjidatarios37. Mais la réforme agraire mexicaine favorisa en plus de l’ejido la petite propriété capitaliste qui déplaça le vieux latifundio de l’époque porfiriste ; et si la politique agraire a associé la distribution des terres pour l’ejido au maintien de la paix sociale dans les campagnes, elle a donné beaucoup plus d’importance, après la présidence de Cárdenas (1934-1940), à la propriété capitaliste du point de vue du développement de l’agriculture. Cette entreprise capitaliste, quoique ayant des limites légales de surface qu’elle ne peut dépasser, s’est arrangée par des voies indirectes pour déjouer les lois, en divisant les domaines entre différents propriétaires d’une même famille ou en mettant une partie de leur terre au nom d’hommes-lige des nouveaux latifundiaires. Par exemple, dans la vallée du Yaqui à Sonora, l’une des plus riches régions agricoles du Mexique, 85 propriétaires contrôlent 116.800 hectares de la meilleure terre d’irrigation qui est enregistrée au nom de 1.191 personnes. C’est-à-dire chaque propriétaire effectif possède en moyenne 1.400 hectares irrigués38. Cette concentration après la réforme agraire qu’on appelle au Mexique le « néo-latifundisme » n’est pas un phénomène isolé, mais assez généralisé sur les bonnes terres irriguées et se trouve à la base de nombreux conflits sociaux entre les paysans sans terre et les propriétaires capitalistes, conflits qui se manifestèrent d’une façon assez aiguë à la fin de la présidence Echeverria. Un autre exemple de cette concentration, c’est que dans l’ensemble des districts d’irrigation, qui sont les terres de plus grande valeur du pays, en 1976, 6.260 propriétaires privés, avec plus de 50 hectares chacun, contrôlaient plus de terre que 197 mille éjidatarios avec moins de 5 hectares chacun39.

  • 40 Voir « Evolution Technologique de l’Agriculture et Emploi dans les Pays en voie de développement » (...)
  • 41 Luis GOMEZ OLIVER « Crisis Agricola, crisis de los campesinos » Revista Comercio Exterior, Mexico, (...)

63Entre 1910 et 1968, le produit agricole mexicain fut multiplié par 5 en valeur constante, en même temps que la main-d’œuvre agricole passait de 3,6 à 5,3 millions. Jusqu’aux années 1950, le produit agricole augmentait surtout à la suite d’une très notable progression de la quantité de main-d’œuvre utilisée et de la terre cultivée. Mais, à partir des années 1950, des changements technologiques importants, valorisant la terre et augmentant les rendements, prennent de l’importance40. La croissance de la productivité agricole à partir de ces années fut en grande partie le résultat de l’accroissement et de l’amélioration de l’irrigation et des innovations technologiques (semences améliorées, engrais chimiques, pesticides) dans les exploitations commerciales orientées vers le marché, aussi bien d’exportation qu’interne (blé, coton, cultures industrielles, produits horticoles). Mais à partir de 1966 et jusqu’à 1975, la surface récoltée diminue, l’augmentation des rendements unitaires se fait plus lente et l’accroissement de la valeur de la production est due surtout aux changements dans l’utilisation de la terre en faveur de produits commerciaux plus chers pour l’exportation ou pour la consommation des classes moyennes urbaines et au détriment des produits alimentaires de base41.

  • 42 Voir Tercer Informe Presidencial présenté le 1er septembre 1979 au Congrès de l’Union Mexicaine.

64Ceci semble montrer que le Mexique est moins bien placé que le Brésil pour continuer à augmenter sa production dans les années à venir par l’extension des surfaces cultivées. Il devra de plus en plus intensifier sa production par unité de surface cultivée, comme il a commencé à le faire depuis les années 1950, mais il faudra qu’il augmente aussi la productivité de ses cultures essentielles de subsistance (maïs, blé et haricots), s’il ne veut pas dépendre trop des importations. Cela ne semble pas être la politique suivie par l’actuelle administration du Président Lopez Portillo qui se base surtout sur l’accroissement des exportations de pétrole et de produits agricoles (coton, café, fraises, viande, produits horticoles) pour résoudre le problème du déficit alimentaire mexicain42.

  • 43 Arturo WARRAN « Desarrollo Capitalista Capesinno en el Campo Mexicano », Revista Comercio Exterior (...)

65C’est vrai qu’augmenter la productivité de la petite agriculture paysanne est une tâche plus ardue que centrer l’effort sur les entreprises capitalistes. Mais c’est le seul moyen de ne pas augmenter les clivages à l’intérieur de l’agriculture entre la minorité d’entrepreneurs modernes et la masse paysanne de plus en plus marginalisée. Des calculs très conservateurs montrent, par exemple, qu’aujourd’hui au moins 40 % de la production mexicaine de maïs proviennent de terres de « temporal » aux moins de petits agriculteurs qui n’ont pas les conditions de financer les améliorations technologiques et obtiennent des rendements de 30 à 40 % inférieurs à la moyenne nationale43. Même les technologies de la dénommée révolution verte ont été dirigées beaucoup plus vers l’augmentation de la productivité des grands domaines avec de l’irrigation et beaucoup de capital que vers celle des paysans vivant sur les terres de temporal.

  • 44 Voir « Sharp Drop Seen in Mexican Birth Rate » by Robert Reinhold. International Herald Tribune, N (...)
  • 45 Voir J. CHONCHOL, l’Agriculture et le Problème de l’Emploi en Amérique Latine... op cit. note 21.
  • 46 Erasto DIAZ « Notas sobre el significado y el alcance de la Economia campesina en Mexico » - Revis (...)

66La population continue à augmenter à un rythme très fort, 3,6 % annuel, quoique quelques démographes estiment qu’il est en train de diminuer rapidement. Même ainsi, elle aura augmenté de plus de 12,5 millions entre 1975 et 1979 arrivant aujourd’hui à 66 millions de mexicains44. La population active dans l’agriculture était de 7 millions en 1976. Les possibilités d’émigrer aux U.S.A. ou d’être absorbés par le système industriel mexicain diminuent par rapport aux possibilités d’il y a quelques années. En 1976, 800 mille mexicains furent refoulés et l’administration Carter prend des mesures en 1977 pour arrêter l’émigration clandestine45. Le rythme d’accroissement de l’emploi dans les activités industrielles diminue aussi. On calcule qu’entre 1970 et 1980 avec un accroissement de la force de travail de l’ordre de 7 millions de travailleurs, le système industriel mexicain ne sera pas capable d’absorber plus du cinquième (1,4 million de nouveaux travailleurs)46.

67En 1970, des 608 mille domaines privés de moins de 5 hectares, 95 % étaient constitués par des unités de subsistance et sur les 2,2 millions de parcelas ejidales, 77 % correspondaient à ces niveaux de production c’est-à-dire, elles ne capitalisent pas, vendent une faible proportion de leur production et cultivent surtout le maïs avec de très bas rendement. Sur un total général de 3,2 millions de domaines en 1970 pour toutes les exploitations agricoles du Mexique, plus de 61 % correspondaient à cette catégorie apportant 15 % de la production agricole totale.

68A cette situation, il faut ajouter les paysans sans aucune terre dont le nombre augmente d’année en année d’une façon considérable, et qui vivent dans une situation de grave sous-emploi. En 1960, plus des deux tiers des éjidatarios avaient besoin pour subsister de travailler comme journaliers, commerçants ou artisans. En 1970, seulement 30 % de la population active agricole avaient un emploi régulier ; 60 % travaillaient de 1 à 5 mois par an et 10 % étaient au chômage.

  • 47 Beatniz Canabal CRISTIANI « La Paysannerie et la Politique Agraire de l’Etat » Thèse de Doctorat p (...)

69En cette même année, les paysans sans aucune terre arrivaient à 3,1 millions. On estime qu’en 1980, les journaliers s’élèveront à 5 ou 6 millions47. Jusqu’à maintenant, ils n’ont pu gagner leur vie, qu’émigrant périodiquement vers les U.S.A., vers les grandes villes comme Mexico ou vers les régions agricoles du Nord au moment des récoltes. Le reste de l’année, quand ils n’émigrent pas définitivement, ils se replient sur les régions d’agriculture paysanne qui sont particulièrement les états de San Luis Potosi, Quérétaro, Hidalgo, Centre Sud de Mexico, Tlaxcala, Puebla et Oaxaca.

  • 48 Erasto DIAZ, op cit. note (46).

70Cette région concentre le gros de l’agriculture paysanne du Mexique. Elle est le pôle essentiel de l’agriculture de temporal, arriérée avec la plus forte densité démographique, expulsatrice de main-d’œuvre, où l’on trouve le taux le plus élevé de sous-emploi et où le revenu par personne est un des plus bas. La plus grande part de la force de travail est employée dans les activités primaires. C’est dans cette zone qui représente 13 % de la surface totale du pays, 19 % des terres de labeur et 43 % des exploitations agricoles, que l’agriculture puise le complément de main-d’œuvre qui lui permet d’obtenir un taux élevé de profit48.

71Dans un contexte historique différent de celui du Brésil, le cas mexicain nous montre, donc, une deuxième situation également importante pour l’Amérique Latine, où l’on voit la crise du modèle de développement de l’agriculture capitaliste incapable d’élever le niveau de vie de la population paysanne.

72Au fur et à mesure que la « modernisation » pénètre dans les campagnes, un nombre chaque fois plus grand de paysans deviennent des hommes, sans terre, sous-employés, trouvant aujourd’hui plus difficilement qu’hier des possibilités de résoudre leurs problèmes vitaux par l’émigration vers les villes ou vers d’autres régions rurales.

Conclusions

73Depuis trois siècles en Amérique Latine, le développement agricole s’est fait donc en fonction du dynamisme du marché exportateur et aujourd’hui de celui-ci, ainsi que de la croissance du marché intérieur urbain et de ses couches sociales les plus riches. L’occupation de l’espace rural a été aussi déterminée en grande partie par les demandes du système capitaliste mondial et par ses variations.

74A l’intérieur de ce modèle de développement, les paysans ont été asservis sous différentes formes : esclavage, servage quand ils étaient insuffisant et qu’il fallait les fixer au sol qu’on voulait cultiver ; prolétarisation, émigration, quand ils sont devenus trop nombreux pour la logique et les besoins du modèle de croissance. Mais dans les années à venir, ils vont devenir encore plus nombreux car d’ici 20 ans, les 320 millions de latino-américains de 1975 seront 625 millions dans la plus conservatrice des hypothèses de croissance démographique. Même si l’urbanisation explosive actuelle continue, le nombre de paysans va beaucoup augmenter. Que va-t-on faire d’eux pour qu’ils puissent survivre ? Continuer à développer un mode de croissance qui les marginalise de plus en plus ou trouver un autre mode de développement capable de les intégrer de façon qu’ils puissent satisfaire leurs besoins essentiels et leur dignité d’hommes ? Voilà à notre avis la grande question des années à venir.

Notes

1 A la veille de la deuxième guerre mondiale (moyenne des années 1934-38), l’Amérique Latine représente 24 % des exportations agricoles mondiales. En 1971-74, elle ne représente que 13 %. Voir « Situación y Evolución de la Agricultura y Alimentación en América Latina, División Agrícola Conjunta CEPAL-FAO, document présenté à la Conférence de Lima, avril 1976.
L’Argentine, l’un des grands exportateurs agricoles latino-américains qui représentait en 1925-29 21 % des exportations mondiales de blé, 68 % de celles de maïs et 65 % de celles de viande ne représentait en 1968-72 pour ces mêmes produits que 3 %, 11 % et 15 % du commerce mondial. Voir Ricardo Sidicaro « Les grands Propriétaires et les problèmes Agraires en Argentine (1973-78) ». Notes et Etudes Documentaires de la Documentation Française, Problèmes d’Amérique Latine, n° 50, 29 Décembre 1978.

2 A un taux moyen annuel de 0,8 % entre 1750 et 1800, de 0,9 %, entre 1800 et 1850 et de 1,3 % entre 1850 et 1900. Voir Nicolas Sanchez Albornoz « La Población de América desde los Tiempos Precolombinos al Año » Alianza Universidad, Madrid, 1973.

3 « Población y Fuerza de Trabajo en América Latina : algunos ejercicios de simulación », Charles Rollins - Revista de la Cepal, premier semestre 1977.

4 Queiros MATTOSO, Katia M. de, « Etre esclave au Brésil xvi-xixème siècle », Paris, Hachette, 1979.

5 Philip Curtin « The Atlantic Slave Trade Census » University of Wisconsin, Madison, USA (1969)

6 M. DE QUEIROS MATTOSO, op cit.

7 Nicolas Sanchez ABORROZ, op. cit.

8 Richard M. MORSE « El desarrollo de los sistemas urbanos en las Americas durante el siglo xix » in « Las Cuidades de America Latina y sus areas de influencia a través de la historia » compilateurs Jorge E. HARDOY et Richard P. SCHAEDEL, Buenos Aires, SIAP, 1975.

9 M. Moreno FRAGINALS « Aportes Culturales y Desculturación » dans l’ouvrage dirigé par l’auteur « Africa en América Latina », siglo xxi Mexico, 1977.

10 « Las Transformaciones Rurales en America Latina : Desarrollo Social o Marginación » ? Cuadernos de la CEPAL, 1979, Santiago, Chili.

11 Les coûts de transport maritime diminuèrent pendant le 19ème siècle dans des proportions dépassant très probablement le rapport de 10 à 1. Avec le développement des chemins de fer, le prix du transport du blé tomba dans la proportion de 6 à 1. Les années 1860-1880 marquèrent la rupture la plus forte dans les conditions de transport. « Révolution Industrielle et Sous-Développement », Paul Bairoch, Paris-La Haye, Mouton, 1978.

12 Jorge BALAN, « Estructura Agraria, desarrollo capitalista y mercados de trabajo en América Latina : la migración rural-urbana en una perspectiva histórica ». Buenos Aires, CEDES, 1978.

13 17 % pour l’Argentine, 6 % pour le Brésil, 15 % pour Cuba, 3 % pour la Colombie, 14 % pour le Chili, 3 % pour le Mexique et 4 % pour le Pérou. Voir Nicolas Sánchez ALBORROZ, op. cit.

14 « Las Transformaciones Rurales en America Latina... » op cit. Cepal, tableau 4.

15 La population rurale de 1920 a été obtenu en appliquant aux chiffres de population totale donnés au tableau 5 de l’ouvrage cité dans la note précédente, le pourcentage de population urbaine du tableau 4.
Les populations rurales de 1960 et 1980 proviennent du document « Notas sobre Población », División Agrícola. Conjunto CEPAL-FAO, document de travail, Octobre 1974.

16 Ce qui est assez exact, car, quand on compare le pourcentage de population rurale à celui de la population agricole dans presque tous les pays latino-américains, cette dernière tourne autour de 90 % de la population rurale. Il y a même des pays comme le Mexique et la Colombie dans lesquels, selon les données des recensements, la population agricole dépasse le chiffre de la population rurale. Pour le Mexique en 1975, la différence est considérable : la population rurale était estimée à 20,2 millions et la population agricole à 25,5 millions. Pour la Colombie, la même année, la population rurale était estimée à 9,7 millions et la population agricole à 11 millions (Voir « Notas sobre Población », op. cit. note 15). La raison probable de cette différence est qu’une partie de la population agricole mexicaine et colombienne habite dans des agglomérations qui, par leur dimension, sont cataloguées comme urbaines dans les recensements de population.

17 Dans ce total pour le Mexique et la Colombie nous considérons les chiffres de population agricole, au lieu de ceux de la population rurale.
L’Amérique Centrale comprend les populations rurales du Nicaragua, Costa Rica, el Panama, du Guatemala et du Salvador.
Les Caraïbes comprenant les populations rurales de Cuba, la République Dominicaine, Haïti, la Jamaïque, le Trinidad-Tobago et les Barbades.
Pour les pays andins sont incluses celles du Venezuela, de la Colombie, de l’Equateur, du Pérou, de la Bolivie, du Chili.

18 Voir à ce sujet F. BRETON « Les conditions du travail et de vie des travailleurs migrants d’Amérique du Sud », dans la Revue Internationale du Travail, vol. 114, N° 3, novembre-décembre 1976.
De nombreuses études ont été aussi faites sur les caractéristiques de l’émigration des braceros mexicains aux U.S.A.

19 Voir Bernard ROUX « Expansion du Capitalisme : l’Amérique Centrale et le Marché Mondial de la Viande Bovine », Revue Tiers Monde, n° 63, Avril-Juin 1975.

20 Jorge Balan, op. cit. Note (12).

21 Voir notre article « L’agriculture et le Problème de l’Emploi en Amérique Latine ». Problèmes de l’Amérique Latine n° 51, Juin 1979, Notes et Etudes Documentaires de la Documentation Française.

22 « Economie and Social Progress in Latin-America » Washington, Banque Inter-américaine de Développement, 1976.

23 « 25 años en la Agricultura de America Latina : Rasgos principales 1950-75 » CEPAL, Santiago du Chili, 1978.

24 Une bonne information sur ces changements se trouve dans le rapport pour la Conférence de Puebla, publié par la Commission Pastorale de la terre, organisme officiel de l’épiscopat brésilien. Voir DIAL N° 464, Paris, 20 juillet 1978.

25 Brésil-Information n° 40, octobre 1977, Paris.

26 Extrait de « Sinopse Préliminaire do Censo Agropecuario » 1975, IBGE, in « Paraná rural » Curitiba, janvier 1978.

27 Voir Rapport cité en note (24).

28 Enquête menée par l’Institut Brésilien de Géographie et de Statistique (IBGE) - Journal de Brasilia, du 12 mars 1978.

29 Journées Nationales du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement, Paris 24-25 novembre 1979.

30 « Las transformaciones Rurales en America Latina... » op cit. note 10.

31 « La Estampida Hacia las Ciudades en latino-America » Frederick C. TURNER, Interciencia Caracas Vol 2 (N° 1) Enerco. Feb 1977.

32 L’évolution de la Structure Sociale dans l’Agriculture Brésilienne, M.I. PEREIRA de QUEIROZ - Sociologia Ruralis, Vol. XI, n° 3.

33 Pierre MONBEIG « Pionniers et Planteurs de São Paulo ». Paris, Armand COLLIN, 1952.

34 « Do Latifundio à Empresa » : Unidade e diversidade do Capitalismo no Campo » Juanez R. BRANDAO LOPES, Caderno CEBRAP 26, Sao Paulo, 1976.

35 Voir DIAL (481), 26 octobre 1978 « Brésil : Pièce supplémentaire au Dossier paysan » et DIAL (576), 22 novembre 1979 « Brésil : Situation Paysanne Explosive dans l’Etat du Para ».

36 « Neo latifundismo y Explotación » por Rodolfo STAVENHAGEN, Fernando PAZ SAN-CHEZ, Cuauhtémoc CARDENAS y Arturo BONILL. Mexico, Editorial Nuestro Tiempo, 1971.

37 Jean Revel-MOUROZ « Au Mexique : développement agricole et crise agraire au terme de la présidence Echeverria » - Caravelle, 28, 1977.

38 « Neolatifundismo y Explotación », op. cit. note 36.

39 Voir Ruben MUJICA VELEZ « Las Zones de Riego : acumulaciones y Marginalidad », Revista Comercio Exterior. Mexico. Avril. 1979.

40 Voir « Evolution Technologique de l’Agriculture et Emploi dans les Pays en voie de développement » put Montague YUDELMAN, Gaavan BUTLER, Ranadeu BANERYI, Centre de développement de l’OCDE Paris 1971. Voir aussi Cynthia HEWITT de ALCANTARRA « Modernizing Mexican Agriculture » unrisd-Genève 1976.

41 Luis GOMEZ OLIVER « Crisis Agricola, crisis de los campesinos » Revista Comercio Exterior, Mexico, Junio 1978.

42 Voir Tercer Informe Presidencial présenté le 1er septembre 1979 au Congrès de l’Union Mexicaine.

43 Arturo WARRAN « Desarrollo Capitalista Capesinno en el Campo Mexicano », Revista Comercio Exterior, Mexico, 1977.

44 Voir « Sharp Drop Seen in Mexican Birth Rate » by Robert Reinhold. International Herald Tribune, November 6 1979.

45 Voir J. CHONCHOL, l’Agriculture et le Problème de l’Emploi en Amérique Latine... op cit. note 21.

46 Erasto DIAZ « Notas sobre el significado y el alcance de la Economia campesina en Mexico » - Revista Comercio Exterior, Mexico, décembre 1977.
De ces 7 millions, de 1971 à 1975, l’industrie elle-même absorba 132 mille, le commerce 250 mille et les services 191 mille, faisant un total de 573 mille, c’est-à-dire un quart des 2,5 millions d’augmentation de la force de travail entre 1971-75. Pour sa part, l’activité industrielle absorba de 1961 à 1965 235 mille personnes, de 1966 à 1970 171 mille personnes, de 1966 à 1970 171 mille personnes et de 1971 à 1975 les 132 mille indiqués, ce qui montre son taux décroissant d’absorption de travailleurs.

47 Beatniz Canabal CRISTIANI « La Paysannerie et la Politique Agraire de l’Etat » Thèse de Doctorat présenté en Mai 1977 à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris.

48 Erasto DIAZ, op cit. note (46).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1411/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

Auteur

IHEAL-CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter