Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(A) Fronts de spéculation et rôle du marché

Colonisation de l’Amazonie Maranhense

Martine Droulers et Patrick Maury

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pierre MONBEIG, Pionniers et planteurs de São Paulo, Paris : Armand-Colin, 1952, 376 p.
  • 2 Pierre MONBEIG, id., p. 147.
  • 3 Otavio GUILHERME VELHO, Frentes de Expansão e Estrutura Agrária, Rio de Janeiro : Rio de Janeiro : (...)

1Les études sur la colonisation et les zones pionnières au Brésil sont nombreuses. Dans ces textes sont utilisées tour à tour les expressions de frontière agricole, front de colonisation, frange pionnière ou encore front d’expansion. Pierre Monbeig1 préfère employer « frange pionnière », « le vague du terme convient à cette région instable et incertaine » où des groupes d hommes progressent de façon irrégulière2. Otavio Guilherme Velho3 propose, lui, pour les territoires amazoniens, l’expression de « front d’expansion », qui est constitué par les segments extrêmes de la société brésilienne qui s’installent dans des régions jusque là vides d’hommes ou n’abritant que des tribus indigènes. Ces régions ne sont pas forcément les zones limites de progression des migrants, mais peuvent être également des régions épargnées, que les hommes contournaient, enclaves dues à des conditions plus difficiles d’accès ou moins favorables à l’agriculture et en passe d’être absorbées par la frontière agricole. Elles existent tant au Nord que dans les régions plus développées du sud du Brésil et se présentent souvent comme le dernier refuge des indiens. Au Nord-Ouest du Maranhâo s’est formé ce type d’enclave, actuellement en voie de rapide intégration.

2Dans les conditions présentes d’expansion de la frontière agricole, ces fronts de colonisation sont des zones de tension sociale.

  • 4 Ceux qui s’approprient la terre avec de faux documents ou par la force, expulsant les premiers occ (...)
  • 5 Forme de crédit, le plus souvent en nature fourni par un commerçant à un petit agriculteur qui s’e (...)
  • 6 Leader politique qui utilise les biens fonciers comme moyen d’établir des liens de dépendance - vo (...)

3Avec l’épuisement des terres et sous la pression des grileiros4 après 2 à 3 ans de culture sans fertilisation du sol, les premiers défricheurs sont obligés de laisser la place à des propriétaires moyens ou grands qui pratiquent généralement l’élevage extensif. Le petit paysan qui se maintient est le plus souvent dépendant de ses puissants voisins : pour les outils de travail, les avances financières ou en nature et les possibles compléments de revenus par un travail salarié. Ainsi, se reproduit un système de domination-exploitation du petit producteur agricole, désigné suivant les régions par les termes aviamento, barracão5, pour les relations économiques et coronelismo6 pour les relations politiques.

4L’installation des banques d’Etat dans les centres ruraux a permis une évolution des relations de dépendance sans constituer une libération de l’agriculteur qui pratiquement ne peut avoir accès au crédit qu’avec l’aval d’un commerçant.

5Le présent travail constitue une approche pour répondre à la question du rôle et du maintien de la petite agriculture sur un front de colonisation en train de se stabiliser.

  • 7 L’intérêt de la zone étudiée s’exprime par les agents qui y sont engagés :
    COLONE - Companhia de Co (...)

6Après avoir présenté les différentes phases de peuplement de l’espace maranhense, nous étudierons les décisions socio-politiques prises depuis le début de la colonisation afin d’observer dans quelle mesure elles ont contribué à la mise en place de structures agraires qui continuent à jouer un rôle dans la phase actuelle d’occupation. Cette dernière débute sur l’initiative de la SUDENE en 1962 dans la région de l’Alto Turi7 elle s’adresse en principe aux petits paysans du Nordeste et fera l’objet de notre 3ème partie.

7C’est à travers ce type d’expérience que l’on peut discerner les alternatives qui intéressent les organisations internationales, telles que la Banque Mondiale, pour résoudre les problèmes agraires dans les zones pionnières d’Amérique Latine.

1. Les mouvements de peuplement

8Dans les premiers temps de la colonisation (fondation de São Luís par les Français en 1612, et conquête par les armées luso-espagnoles en 1615) la colonisation effective de ces terres du Nord Brésil était limitée à une étroite bande littorale autour des centres suivants : Alcantara 1648, Aldeia de Maracú (Viana) 1655, Rosário 1716, Guimarês 1755, Itapecurú 1768.

9Les colons se trouvaient très isolés, car avec la découverte des mines d’or du Minas Gerais, le Portugal s’intéressait davantage aux ressources minières qu’aux ressources agricoles de ses colonies. Les fazendeiros, pionniers du Maranhâo, qui étaient le plus souvent des militaires et des administrateurs, entreprirent la chasse à l’indien car ils avaient besoin d’une main-d’œuvre nombreuse, en effet, étant donné la précarité des relations avec Lisbonne, chaque famille était obligée de produire tout ce dont elle avait besoin.

  • 8 Voir « L’histoire de la Mission des pères Capucins, en l’île de Maragnan et terres circonvoisines  (...)

10Les indiens du littoral (Tupinambás) étaient assez nombreux8. Pour ne pas être réduits en esclavage ils ont fui dans l’intérieur où les Jésuites les regroupèrent en Villages indigènes dans l’organisation desquels le padre Antonio Viera joua un rôle important entre 1650 et 1660).

  • 9 Vallée de l’Itapecurú : 20 sesmarias, vallée du Mearim : 30, Baixada, 25., et le reste dans l’Alto (...)

11La pénétration s’est faite peu à peu vers le Sud le long des fleuves Itapecurú, Mearim, Grajaú, Pindaré. Des colons portugais y obtenaient de vastes concessions de terres ou sesmarias (18 km/6) principalement à l’époque de Dom José 1er (1750-1777) durant laquelle 95 sesmarias9 furent octroyées soit environ 1 million d’hectares. Jusqu’à l’abolition du régime de sesmarias (1822) – les superficies ainsi distribuées atteignirent environ 3,5 millions d’hectares.

12Les problèmes de mise en valeur des vallées sont ceux du défrichement forestier qui nécessite une main d’œuvre nombreuse ; c’est à partir du milieu du 18ème siècle que les esclaves africains furent amenés en grand nombre : 1000 par an entre 1770 et 1804.

13A la fin du 18ème siècle la capitainerie du Maranhão comptait 80.000 hab. dont 46 % d’esclaves et en 1822, 150.000 hab. dont 51 % d’esclaves.

  • 10 Velho, Ibid. p. 25.

14Parallèlement à cette mise en valeur agricole des grandes vallées maranhenses en vue des productions de riz, coton et canne à sucre, d’autres pionniers arrivaient par le sud constituant un front pastoral, sous l’instigation d’éleveurs baianais du fleuve São Francisco. Ils atteignaient la vallée du Parnaiba vers 1750, et, de là, poursuivaient leur progression dans le haut sertão maranhense, parvenant au fleuve Tocantins au début du 19ème siècle10.

15Ce front pionnier des éleveurs se traduit par une faible occupation de l’espace dans le cadre de grandes fazendas qui pratiquent l’élevage extensif traditionnel sur prairies naturelles, c’est un front de bandeirantes plus que de colons, sa progression est arrêtée par la forêt amazonienne.

  • 11 Manuel CORREIDA de ANDRADE, Paisagens e Problemas do Brasil. Récife : UFPE, 1970.

16A ces deux mouvements de pénétration qui, se rejoignant, s’inflèchissent vers l’ouest, vient s’ajouter un troisième mouvement celui des nordestins, fuyant les sécheresses et recherchant des terres libres à défricher. En effet, les régions semi-arides du Sertão furent, à partir du 19ème siècle, des zones d’expulsion de population, mais ce fut surtout avec la décadence de l’exploitation du caoutchouc amazonien (vers 1920) que les migrants nordestins en route vers l’ouest se fixèrent dans la frange amazonienne maranhense. La progression fut rapide11 ; 1940 Pedreiras, 1950 Bacabal, 1960 Alto Turi (voir carte n°1).

  • 12 Population du Maranhão :
    1920 - 875.000 hab.
    1940 - 1.235.000 hab.
    1950 - 1.583.000 hab.
    1960 - 2.440. (...)

17La masse des pionniers12 s’oriente vers le Nord-Ouest, prenant le chemin de Belém tandis qu’un nombre plus réduit de migrants suit la voie ouverte, vers le sud-ouest par le front pastoral.

18Dans les années 60, apparaît encore sur les cartes du Maranhão au Nord Ouest un triangle vide d’hommes. Les limites en sont le fleuve Gurupi à l’ouest, la Baixada à l’est et les hauteurs du haut Sertão au sud. Ce triangle correspond à la région écologique appelée Pré-Amazonie Maranhense (10 millions d’hectares) dont les terres sont en grande partie sous le régime de terres publiques (devolutas).

19C’est, d’ailleurs, dans ces régions des vallées moyennes et supérieures du Pindaré et du Gurupi, où la forêt est la plus dense que des tribus Tupi avaient installé leur ultime refuge. Parmi elles, se détachaient les Urubus, groupe venu du Para et qui s’établit de l’autre côté du fleuve Gurupi durant la deuxième moitié du 19ème siècle. Ils cultivaient le manioc et le maïs et utilisaient le coton pour leurs hamacs. Cependant, ils gênaient la pénétration des « civilisés ». La guerre de pacification (1929-30) fut sanglante.

20Les survivants ont été rassemblés en un poste sur le fleuve Gurupi : Canidé Açu. Ils sont actuellement encadrés par la FUNAI qui s’efforce de maintenir la superficie de la Réserve face aux invasions des caboclos (Voir carte n° 2).

21Toujours dans ce même triangle du Nord-Ouest du Maranhão, la pression démographique ne cesse de s’amplifier ; en effet, à la suite de l’avancée des nordestins, s’est déclenchée la migration des maranhenses eux-mêmes. La terre est devenue un bien rare, dans les vallées centrales du Maranhão, et de plus en plus convoité par les entrepreneurs qui, grâce à la nouvelle politique agricole, peuvent obtenir des exemptions fiscales et d’intéressants prêts bancaires.

  • 13 Cadernos do CEAS, Avril Juin 1975, Salvador (Ba).

22C’est ainsi qu’à partir de 1965, les paysans sans terre du Maranhão, campesinato retirante selon l’expression du Manoel Mato,13 entreprennent « leur marche vers l’ouest ». Ils dépassent les limites de l’Etat attirés par les distributions de lots de terre dans l’Etat de Para (ce qui ne se faisait pas encore au Maranhão). Selon les enquêtes de O.G. Velho, dans les villages des vallées de l’Araguaia et du Tocantins en 1969, 80 % des chefs de famille sont maranhenses.

23Ils sont aussi attirés par les chantiers de travail le long de la Transamazonienne, puis par le projet Jari. Ce qui démontre le double caractère de cette migration dans les terres vierges de l’Amazonie :

  • des familles au complet à la recherche d’un morceau de terre pour s’établir et cultiver. Dans ce cas l’occupation se fait par de petits villages, appelés CENTROS14 créés le long des routes ou au bord d’un cours d’eau. Des familles souvent originaires d’un même municipe, s’y regroupent. Ils plantent du riz et du manioc, commencent un élevage de porcs et de poules. Les premiers arrivés ou fondateurs deviennent rapidement les leaders, organisant l’ouverture de nouvelles roças, les demandes de titularisation des terres, les contacts avec les commerçants et les hommes politiques locaux.15 Lorsque l’aire d’influence du village grandit ou que les terres sont convoitées par un grileiro, des conflits de terre surgissent16.
  • des hommes à la recherche d’un travail (70 % de la population du Maranhão est rurale) continuent à arriver dans les zones neuves et sont recrutés à la journée pour effectuer les travaux de défrichement et de clôture. Dans ce cas le propriétaire sous-traite avec des contremaîtres – recruteurs empreiteiros : 600 cruzeiros l’ha défriché (les travailleurs reçoivent 30 Crs par jour) – (Prix fin 1978).

24Ce premier et difficile travail de défrichement terminé, le pâturage est planté ainsi que parfois de petites superficies en bananes et en café. Le journalier doit alors chercher un autre chantier. Les « caboclos » se transforment peu à peu en ouvriers migrants et l’Amazonie perd son couvert forestier.

25Pour quantifier ces mouvements de migrations, nous disposons des fichiers de la COLONE. Sur un échantillon de 400 fiches nous avons relevé les données suivantes :

Origine et étapes des migrations

Origine et étapes des migrations

Source : Colone-fichier des colons – 1978

26Les migrants procèdent par étapes et même dans une zone où on a tenté de stabiliser les paysans sur des lots, la mobilité se poursuit ; par exemple, sur les 400 lots distribués, il y a 15 ans, à peine la moitié sont restés entre les mains du même exploitant, plus du tiers en sont à leur 2ème exploitant et 13 % à leur troisième.

27Ainsi, en moins d’une vingtaine d’années, la Pré-Amazonie est presque intégralement occupée mais avec une population peu stable et d’innombrables problèmes de litiges entre propriétaires.

28Officiellement depuis 1972, l’aménagement foncier est contrôlé de la manière suivante :

  • Terres de Sécurité Nationale (16) 4.100.000 ha
  • COLONE 939.000 ha
  • COMARCO 2.100.000 ha
  • PIC BARRO DO CORDA 340.000 ha
  • RESERVE INDIGENE 726.000 ha
  • IBDF (réserve forestière) 1.674.000 ha
  • 17 Diagnóstico para o Piano do Governo - Setor Primário - 1979.
  • 18 Créée en 1972, mais vidée de sa substance à la suite des avatars de la politique agraire maranhens (...)
  • 19 Voir à ce propos la carte n°2 dressée par le CFR/MA de l’INCRA où différentes fazendas se superpos (...)

29Le gouvernement du Maranhão17 tente d’accélérer la titularisation des terres : 5.360 titres de propriété ont été octroyés entre 1970 et 1978, dont 1080 pour la pré-Amazonie couvrant 182.600 ha. D’autre part, les compagnies de colonisation s’efforcent de stabiliser les colons, à Barra do Corda : 2.600 lots sont titulaires sur les 6.000 occupés dans la zone, tandis que la COMARCO – Compagnie Maranhense de Colonisation18 n’encadre plus actuellement que 650 familles ; le projet vient d’être défini pour accueillir 3.100 familles sur 215.000 ha (au lieu des 10.000 familles prévues sur 300.000 ha). Autour de cette zone, 450.000 ha ont été cédés à 25 grandes entreprises agricoles qui font de l’exploitation forestière et de l’élevage. Le reste des terres attribuées à la COMARCO, c’est-à-dire 1.400.000 ha, est encore en litige et engendre de graves conflits, particulièrement dans les municipes de Santa Luzia et Turiaçu19.

30Parmi tous les projets, seul celui de l’Alto Turi a fait l’objet d’études approfondies, essentiellement, micro et macroéconomiques, nous les analyserons dans la troisième partie.

31Les terres disponibles pour les paysans expulsés sont de plus en plus rares ; en fait, la question se pose davantage en termes de garanties légales et de conditions techniques capables de permettre la fixation des migrants Nordestins et Amazoniens.

  • 20 Voir l’article de Joseph COLLINS et Frances MOORE LAPPE, Monde Diplomatique, Juin 1979, « LA BANQU (...)

32De nombreux projets, qui ont comme objectif ce type de solutions, reçoivent l’appui d’organisations internationales ; Divers observateurs montrent que cette aide est plutôt destinée à la formation d’une classe moyenne qu’à la solution des problèmes des petits producteurs et des paysans sans terre20.

33Pour percevoir l’ensemble des mécanismes de formation du front de colonisation, il apparait nécessaire d’analyser les mesures prises, depuis l’époque coloniale à propos, de la Pré-Amazonie Maranhense, maintenant entrée dans sa phase finale d’occupation.

2. Les facteurs socio-politiques de structuration de l’espace maranhense

34- Les entreprises rurales mercantiles et l’esclavage

  • 21 Bahia fut capitale du Brésil de 1548 à 1765.

35Durant tout le début de l’époque coloniale, le Portugal avait deux colonies en Amérique du sud : le Brésil et le Maranhão – Gra Para. Les deux capitales, Bahia de Sao Salvador21 et Sâo Luis do Maranhão, étaient soumises directement à Lisbonne et pratiquement sans relation entre elles.

  • 22 Pombal : José de CARVALHO E MELO (1699-1782), Comte de Oeiras, Marquis de Pombal, ministre de la g (...)

36Ce ne fut qu’à partir de la deuxième moitié du 18ème siècle, sous l’effet de la politique d’intégration menée par Pombal22, qu’allait se réaliser l’union des deux territoires dont les frontières avec les pays hispanophones furent délimitées par le traité de Madrid (1750).

37Pombal tenta au maximum d’émanciper le Portugal de la domination économique exercée par les Anglais et chercha, pour ce faire, à fortifier les possessions d’Outre-Mer par des programmes de peuplement, des réformes politiques et sociales et la mise en place de compagnies de commerce.

38Cette politique vigoureuse, renforcée par la nomination de son frère comme gouverneur de l’Etat du Grão Pará-Maranhão, représenta un tournant dans l’occupation de la région par la mise en place des mesures suivantes :

  • l’introduction de deux nouvelles cultures, le riz blanc Caroline, à la place du riz rouge natif peu productif, et le coton herbacé ;
  • la création de la Compagnie Générale du Grâo Parâ-Maranhão23 pour structurer les échanges commerciaux ;
  • la consolidation de la société blanche par l’organisation d’un nouveau flux d’immigrants portugais ;
  • l’expulsion des jésuites en 1760 ; ces grands découvreurs de l’intérieur du Maranhão, furent accusés de maintenir les indiens en esclavage. La Couronne détruisait ainsi leur suprématie dans la région et s’appropriait leurs richesses24.

39La politique de Pombal porta ses fruits, les échanges commerciaux se multiplièrent et des fortunes locales se formèrent. Durant les années 1770-1805, les exportations du Maranhão furent 4 à 5 fois supérieures aux importations. Cependant les Anglais, qui n’avaient jamais cessé de dominer les secteurs vitaux de l’économie portugaise (transports maritimes et équipement militaire), obtinrent pour les colonies l’accès direct aux ports du Brésil (1808) ainsi qu’un Traité de commerce à leur grand avantage (1810).

  • 25 Les fibres du coton cultivé au Maranhão avaient les mêmes caractéristiques que celles du sud des E (...)

40Les Anglais régnaient alors sur le marché du coton25 et inondaient le Maranhão de produits de luxe et de machines. C’est de cette époque que datent les grands ouvrages d’urbanisme de São Luis et ses fameux immeubles commerciaux recouverts d’azulejos (faïences). Cependant la prospérité des fazendas de coton fut de courte durée (1815-1820), les troubles qui accompagnèrent l’accès du Brésil à l’indépendance (1822) et ultérieurement le rattachement du Maranhão au Brésil (1823), désorganisèrent la production dans les vallées centrales et orientales du Maranhão. Le point culminant fut atteint avec la Balaiada (1838-40). Les arrivées continuelles de vaqueiros (vachers) cearenses et baianais venus imposer le rattachement (et amorcer ainsi le processus de « nordestinisation » de la population du Maranhão ont entretenu un climat d’agitation, c’est alors que les maranhenses révoltés s’allièrent aux quilombos (villages fortifiés d’esclaves fugitifs) pour proclamer la sécession de la vallée de l’Itapecurú. Le gouvernement dut dépêcher d’importantes troupes pour mater la révolte.

  • 26 Voir Alberto Passos GUIMARAES. Quatro séculos de latifundio, Rio de Janeiro : Paz e Terra, 3ème Ed (...)

41Cet épisode peut être considéré comme l’une des premières expression de la lutte des classes entre les paysans sans terre et les latifundistes26 Avec l’abolition du régime de sesmaria (1822) et la loi des terres (1850) l’achat de celles-ci est devenu possible, mais, néanmoins, est resté inaccessible pour les petits paysans

L’aristocratie terrienne et le vertige industriel

  • 27 Durant les troubles des années 1820 à 1840, le Mahanhão importait son sucre du Pernambouc.
  • 28 Routes, machines à vapeur, manufacture.

42Les grands propriétaires fonciers esclavagistes des régions littorales appuyaient pleinement les directives économiques de l’empereur Dom Pedro II ; ils bénéficièrent en particulier de conditions favorables pour le développement de la culture de la canne à sucre27. En 1860, le Maranhão comptait 41 engenhos (moulins à sucre). Le prix du sucre et la main d’œuvre esclave ont permis aux seigneurs des moulins à sucre de devenir la nouvelle classe dominante, ils cherchaient à améliorer les moyens de production28 et envoyaient leurs fils étudier en Europe. Le Maranhão connaissait alors une période de prospérité et São Luis était la 5è ville du Brésil.

43Ce fut dans ces conditions que s’amorça la phase d’industrialisation, les sucreries étaient équipées de machines à vapeur anglaises et des filatures de coton furent installées à Sào Luis (La première employant 120 ouvriers est inaugurée en 1890). En 1895 le Maranhão possédait le second parc industriel du Brésil avec 16 usines, immédiatement après le Minas Gérais.

44Mais cette euphorie fut de courte durée, le grand aménagement de cette époque la voie ferrée São Luís-Teresina, commencé en 1895 ne sera achevé qu’en 1927 et la « Tocantina » liaison Est-Ouest qui devait intégrer les espaces amazoniens, sera l’objet d’importants débats, sans jamais être entreprise.

  • 29 Voir Fernando Henrique CARDOSO : Capitalismo e escravidâo no Brasil Meridional, Rio de Janeiro : P (...)

45La São Luís-Teresina fut construite par trançons sur les interfluves afin d’acheminer la production vers les grands fleuves sur lesquels se développait la navigation à vapeur. Les conditions pour un rapide développement de la région semblaient être en place, mais resteront pratiquement sans effet, en grande partie, parce que le système économique régional ne pouvait résoudre le problème de la substitution de la main-d’œuvre esclave (abolition de l’esclavage : 1888) soit en attirant des émigrants, comme ce fut le cas dans le sud du Brésil,29 soit en créant un nouveau mode de production susceptible de maintenir les grands champs de coton, comme ce fut le cas du métayage dans le Nordeste semi-aride.

46Le capital anglais se retirait alors de la région cherchant à se renconcentrer et à organiser ses forces face au capital américain dont les trusts tendaient à le supplanter au niveau international et particulièrement en Amérique du sud.

47Le manque de capital dont souffraient les filatures les empêchèrent de se moderniser et de rester compétitives, du point de vue du prix et de la qualité, par rapport aux trusts.

48Les usines locales ne produisaient plus que des tissus grossiers pour le marché régional constitué par la population à bas revenu. Les marges bénéficiaires étaient réduites et les usines ne pouvaient acheter que les cotons de mauvaise qualité. Les conditions étaient alors réunies pour l’installation d’entreprises qui achetaient le coton brut afin de l’exporter. Une firme franco-belge la Cotonnière absorba la plus grande partie de la production de la vallée du Mearim ; les magasins qu’elle a construit dans toute la région évoquent jusqu’à maintenant la prospérité de cette entreprise présente au Maranhão de 1925 à 1943.

  • 30 Voir à ce sujet Francisco de OLIVEIRA -. Elegia para uma Re(li)gião Rio de Janeiro : Paz e Terra, (...)
  • 31 Voir définition du terme : note (3) page 2 supra.

49Ainsi, au niveau du Maranhão comme dans l’ensemble du Nordeste30, une transformation structurelle aboutit à la stagnation des industries textiles et sucrières et à la formation d’une région exportatrice de matières premières. Le capital international s’approprie la circulation et la commercialisation des marchandises, sans toutefois pénétrer les circuits de production laissés aux coronéis31 qui constituent la nouvelle bourgeoisie locale.

50D’autre part, les fils de l’aristocratie terrienne, formés en Europe, sont de plus en plus attirés par les carrières offertes par la croissance économique du Sud.

51C’est également à cette époque que le commerce local de détail est accaparé par les Syrio-Libanais qui sont les agents de la pénétration dans le Nordeste des produits manufacturés du Sud.

52La récession industrielle s’accompagne donc d’une fuite de l’élite intellectuelle et d’une attraction du capital local vers le sud, où s’offrent de meilleures opportunités d’investissement, et vers lequel part la plus-value réalisée sur la commercialisation des produits manufacturés.

Usineiros et technocrates

53Durant cette époque de stagnation, le Maranhão devient un important exportateur de produits de cueillette, principalement le babaçu (orbygnia speciosa) secondairement le jaborandi, le tucum et le carnauba.

  • 32 De l’huile brute produite au Maranhão, 15 % reste dans la région pour entrer dans la fabrication d (...)

54Ce fut, quelques années avant la première guerre mondiale, que les allemands s’intéressèrent au babaçu. L’exportation de cet oléagineux, prit une grande ampleur entre les deux guerres et continue à être une importante source de revenu pour l’Etat du Maranhão, tout en étant un complément de ressources pour les familles de paysans qui cassent les noix et rassemblent les amandes, ainsi qu’une possibilité de profit pour les commerçants-industriels d’huile végétale32.

55Puis, durant l’époque Vargas (1930-54), caractérisée par l’appui du gouvernement fédéral aux groupes locaux favorables à la centralisation du pouvoir, le gouvernement du Maranhão commence à prendre des mesures d’encadrement à la production, par exemple le plan SETA (Santé, Education, Transport, Agriculture : 1949-51) élaboré par la récupération économique des vallées orientales du Maranhão, avec comme objectif la fixation de l’homme à la terre ; et, dans le même ordre d’idée, avec la participation de l’Association Commerciale, un vaste projet appelé « Campagne de la production » (1948-58) visant à améliorer la qualité de la production agricole par des distributions de semences sélectionnées, une assistance médicale et technique aux travailleurs, l’ouverture des routes pour l’écoulement des marchandises, l’aménagement des villages par des travaux collectifs.

  • 33 Voir Nonato Sergio MALUF : Expansâo do Capitalismo no campo : O arroz no Maranhão ; Campinas, UNIC (...)

56D’autre part, sur le plan national, dans la phase de croissance du capitalisme brésilien et selon la division régionale du travail, le Maranhão avec ses vastes régions vierges, peut devenir le fournisseur d’aliments à bas prix pour le marché intérieur principalement pour les villes du Nordeste en pleine croissance. C’est ainsi que les vallées centrales du Maranhão (région des cocais : Bacaba) se spécialisent dans la culture du riz33 selon la technologie rudimentaire de la culture sur brûlis, progressant vers l’ouest suivant le mouvement d’expansion de la frontière agricole.

57Il s’agit d’un riz de qualité inférieure produit au sein des petites unités familiales et le plus souvent vendu sur pied (venda na folha) aux intermédiaires. Il est d’ailleurs intéressant de noter que dans ces régions de mise en valeur récente, ce n’est pas, comme dans le Nordeste oriental, le grand propriétaire qui domine le processus de commercialisation des produits agricoles, mais c’est le commerçant qui rassemble la production des petits agriculteurs non propriétaires. Ce commerçant est le plus souvent également l’usineiro (industriel), il possède les machines à décortiquer le riz. C’est le personnage clef de ce système de production.

  • 34 Ce sont les représentants politiques des industries du centre sud et une minorite de nordestins qu (...)

58Les années 60 sont marquées par la recherche d’une politique régionale capable de désamorcer l’organisation des mouvements populaires issus du croissant mécontentement des travailleurs ruraux et de la volonté des industriels du Sud d’intégrer économiquement le Nordeste34.

59La création de la SUDENE (Superintendance pour le développement du Nordeste) en décembre 1959 devait répondre à cette expectative. Son action va caractériser la première décade de l’intervention publique dans la Pré-Amazonie Maranhense.

60Le projet de Peuplement du Maranhão (PPM) dont l’organe exécutif est le Groupe Interdépartemental de Peuplement du Maranhão (GIPM) de la SUDENE a des objectifs grandioses : fixer 40.000 familles en 5 ans sur 3 millions d’hectares que le gouvernement du Maranhão cède au projet afin de transformer l’Amazonie Maranhense en grenier à riz pour le Nordeste.

61Cependant, la SUDENE souffre de l’absence d’une infrastructure de base capable d’exécuter les projets administrés directement depuis Recife, et dans sa tentative pour stabiliser le flux des migrants nordestins, elle ne réussit pas à répondre aux aspirations des organisations paysannes contre lesquelles seront finalement appliquées des mesures de répression directe comme l’arrestation et la condamnation, en 1968, de Manuel da Conceição leader du Syndicat des travailleurs ruraux de Pindaré Mirim.

62Le Projet Pilote de Colonisation de l’Alto Turi - PCAT - nouvelle appellation du GIPM après 1965, ne peut faire face à l’invasion croissante des terres par des migrants spontanés.

63Dès 1968, des contacts sont maintenus entre la SUDENE, la FAO, l’USAID et la BIRD pour tenter de redéfinir le modèle de colonisation ; L’exécution du Modèle économique, défini sous l’égide de la FAO, est confiée à une nouvelle société, la Compagnie de Colonisation du Nordeste, qui reçoit alors la région du PCAT réduite à 939.000 ha., et la Banque Mondiale – BIRD accorde au gouvernement brésilien un prêt de 6,7 millions de dollars pour en financer les infrastructures.

3. Encadrement de la colonisation et transformation du paysage agricole

L’enclave du Alto Turi

64Après la reformulation du PCAT (1971) apparaissent deux problèmes fondamentaux dans le fonctionnement du projet.

  • 35 COLONE, Contribuição ao debate sobre a regularização fundiára no Alto Turi, Sâo Luis, Julho de 197 (...)

65En 1974, le premier recensement analytique35 réalisé par la COLONE, montre que l’installation des 5.200 familles sur des lots de 50 hectares n’est possible qu’à la condition d’expulser des posseiros minifundistes ou de désoccuper une partie des latifundios qui avaient commencé à surgir avant même que ne soit créée la COLONE, donc dès le début du projet apparaît le problème foncier.

  • 36 VALDECY DE URQUIZA E SILVA, destinação fundiaria, procedimendimentos e objetivos, palestra da UFB, (...)

66D’autre part, la mobilité des colons reste générale sur l’ensemble de la zone du PCAT36 ; elle s’aggrave avec le programme de construction des routes d’accès (77 % du prêt de la BIRD lui est destiné) qui a pour effet l’accélération de l’invasion des terres par des colons spontanés (environ 20.000 familles). Malgré cela le projet de colonisation reste inchangé.

  • 37 C’est en réalité un plan d’occupation des lots par production. Chaque lot de 50 hectares, doit êtr (...)

67Une certaine stabilisation se dessine à partir de 1977, quand commence à être mis en place le « Modèle économique »37 avec les 500 premières familles.

68La population qui bénéficie directement du projet devient alors, à l’intérieur de la zone considérée, une minorité soumise à un modèle inaccessible aux autres occupants.

69En dehors de l’impossibilité objective d’étendre le « Modèle économique » à l’ensemble des occupants, pour des raisons que nous analyserons ultérieurement, la propre structure de celui-ci et la manière dont il est exécuté sont à l’origine de difficultés supplémentaires dans le processus de colonisation. Nous pouvons les résumer comme suit :

  1. – La principale composante, en terme d’utilisation de l’espace, l’élevage d’embouche (68 %) est celle qui offre la plus basse rémunération de la journée de travail38 et exige un déboisement accéléré des lots ;
  2. – La culture qui a le meilleur rendement économique théorique, la fruticulture est inadéquate en l’absence d’une politique d’adaptation de la production au marché ;
  3. – L’introduction des cultures, à haute valeur ajoutée, destinées principalement au marché international exige, en plus d’un haut niveau d’assistance technique, l’appui d’un service commercial spécialisé et un contrôle centralisé de la production ;
  4. – Les difficultés pour intensifier rapidement l’utilisation du crédit et de l’assistance technique rendent extrêmement lente l’implantation de ce type de modèle.
  • 39 De l’ordre de 15 francs par journée de travail.

70Par contre, le riz, objectif immédiat du Modèle, représente la meilleure alternative pour l’intensification de la production, car il offre dans les conditions actuelles un niveau de rémunération du travail satisfaisant39.

  • 40 Sur les 939.000 ha administrés par la COLONE, faisant abstraction de la zone 3 (zone d’expansion, (...)
  • 41 Les 500 familles qui devront être intégrées au Modèle économique d’ici à la fin de 1979 représente (...)

71Cette rapide évaluation montre que la phase de colonisation dirigée, n’a permis ni le contrôle effectif de l’occupation des terres40 ni même l’intégration d’une fraction importante des paysans au processus de développement économique et social41 et qu’enfin, malgré les réserves forestières prévues par le projet, la dévastation de la forêt est pratiquement totale dans la première zone occupée (245.000 ha) et largement entamée dans la seconde.

  • 42 Risques phytosanitaires importants, grandes fluctuations de marché...

72Il convient, à ce niveau de l’analyse du projet de colonisation, de s’interroger sur l’origine de ces problèmes ou plus exactement sur les impératifs qui prévalent lors de l’élaboration du « modèle économique », car en fait le plus souvent les effets recherchés dans les projets à caractère social n’atteignent qu’une population limitée, la « population cible ». C’est pour celle-ci que la COLONE entreprend actuellement de définir un « modèle alternatif » destiné aux colons encore non inclus dans le modèle économique qui est, de par ses caractéristiques42, d’application limitée.

73La COLONE, à travers son équipe d’experts, est en train d’étudier des solutions alternatives, plus flexibles et évolutives, qui devront permettre de sélectionner des cultures de rente capables de remplacer le poivre dans le processus de capitalisation des colons.

74Avant même de connaître la totalité du Modèle Alternatif, il est possible de prévoir que, tout comme pour le Modèle Economique, les orientations et prévisions se limiteront à un plan d’occupation par lot, substituant simplement les composantes du modèle original sans modifier la nature des rapports de production. Le travail fait dans cette perspective ne permettra sans doute pas à la Compagnie de fournir les éléments d’une véritable alternative, capable d’atteindre l’ensemble de la population de la zone du projet de colonisation. En effet, le choix de la politique foncière lui échappe ; de plus les exigences en crédit sur la base des investissements nécessaires pour la seule implantation du Modèle Economique (205.000 CRS par lot) seraient, pour 20 à 25.000 familles, de l’ordre des investissements effectués au niveau national par exemple 5 milliards de cruzeiros pour le programme d’appui à l’élevage 1979.

75Nous allons envisager, par l’analyse des facteurs : Terre, Capital, et Travail, jusqu’à quel point peuvent se concevoir d’autres rapports de production ainsi que les effets de ceux-ci sur le milieu.

Valorisation de la terre et expulsion des défricheurs

  • 43 (COLONE), O Projeto de colonização do Alto Turi - PCAT : uma tentativa de DRI, 1er seminário regio (...)

76Les auteurs de la communication sur « le développement intégré dans la région de l’Alto Turi »43 observent qu’au Brésil, plus la part du capital augmente dans la production agricole, plus la terre prend de la valeur et nous pourrions ajouter : plus la propriété se concentre.

77Si nous considérons les investissements réalisés durant l’administration du PCAT par la SUDENE et les programmes de la COLONE nous observons, sur cette question de la terre, que les investissements sont répartis de telle manière qu’ils provoquent :

  • La valorisation commerciale de la terre par la création d’infrastructures, telles que les routes de pénétration directement reliées à la route fédérale goudronnée (BR-316) ;
  • – La perte de la valeur agricole de la terre par l’absence de pratiques de conservation de la fertilité, ce qui contribue au maintien de systèmes de production extensive.

78Quant aux terres occupées selon le programme de colonisation dirigée, la COLONE a réussi, jusqu’à présent, à éviter le fractionnement des lots au prix de la destruction des réserves forestières, tandis que dans les zones envahies, le processus traditionnel de division des minifundios et d’extension des latifundios se poursuit sans contrôle.

79D’autre part, il ne faut pas oublier, que même suivant l’hypothèse optimiste de l’accession des 5.200 familles au rang de petit entrepreneur rural (l’objectif du projet), l’actuel Modèle Economique risque de provoquer à moyen terme des problèmes insolubles de dégradation des sols.

80Tous ces facteurs concourent à l’expulsion du petit agriculteur qui est tenté par l’argent que représente le morceau de forêt qu’il a déboisé, ou est expulsé par les grileiros. Et même s’il reste sur son lopin de terre, il n’a pas reçu la formation nécessaire pour en maintenir la fertilité dans un régime d’exploitation intensive.

  • 44 Voir analyse des données du recensement de 1974.
  • 45 Haies permanentes de fruitiers ou légumineuses, leucena par exemple, et cultures de fixation de co (...)

81En admettant que la COLONE cherche à garantir la permanence de la petite agriculture familiale dans la partie de ses terres occupée par des minifundistes44 elle devra en priorité élaborer un programme de recherches agronomiques visant à définir des systèmes de production à partir de cultures traditionnelles et de plantes régionales capables de contribuer à la lutte contre l’érosion45 et aboutissant à la formation d’un paysage de type bocage. Ces cultures seront d’autre part étudiées dans leur rapport entre elles, comme moyen de valoriser la main d’œuvre de chaque famille en fonction de la taille de l’exploitation.

82Parallèlement à la recherche de ces réponses agronomiques, nous entrevoyons une solution à travers l’organisation sociale des occupants spontanés des terres sous la forme de groupes coopératifs afin que puisse être garantie la jouissance des terres occupées, par un document officiel (carta de anuencia) où le propriétaire (COLONE) reconnaitrait le droit d’utilisation de la terre.

83Cette réponse aux problèmes fonciers est évidemment partielle et n’offre aucune garantie réelle à l’agriculteur mais lui fournit cependant les conditions minimum de passage de l’agriculture sur brûlis à une agriculture sédentaire.

  • 46 1957-1962 Structuration du mouvement coopératif au Brésil à l’initiative du gouvernement et à part (...)
  • 47 Créant des structures d’accueil dans les nouvelles zones de colonisation pour faciliter le départ (...)

84L’organisation de collectivités agricoles sous la forme de groupes coopératifs ou suivant d’autres modèles, s’est montrée dans l’histoire agraire du Brésil surtout à partir des années 1957-6246 un puissant facteur d’organisation de la production et de restructuration foncière47.

Coopérative et contrôle du capital

85La Coopérative Agricole Mixte Alto Turi – COMALTA – se présente comme un moyen de mieux valoriser la production des colons notamment en ne commercialisant le riz, principal produit, que plusieurs mois après la récolte quand le prix tend à monter.

86Pour réaliser cette opération, la coopérative a recours au capital bancaire d’Etat et plus spécialement à la Banque du Nordeste du Brésil dans le cas du Alto Turi ; cette banque du Ministère de l’Intérieur, permet à la coopérative d’obtenir le capital nécessaire pour payer à ses associés le prix offert par les commerçants locaux.

  • 48 Evolution de la production de riz commercialisée par la COMALTA (rapport annuel) 1974-75 :15.918 s (...)
  • 49 1977 :7,25 %.

87Pour disposer d’importantes quantités de riz, la coopérative cherche dans un premier temps à croître de manière horizontale, c’est-à-dire en augmentant le nombre de ses membres48. Le riz étant commercialisé non décortiqué, la plus-value contrôlée demeure relativement réduite de l’ordre de 10 %49 sur la commercialisation, ce qui ne permet qu’une lente augmentation de capital.

88Pour pouvoir augmenter le volume commercialisé, la coopérative doit se doter de moyens de stockage et de transport. Elle cherche également à donner plus de valeur à son produit en installant séchoir et décortiqueuse.

  • 50 Banque du Nordeste du Brésil, Banque du Brésil, Banque Nationale de Crédit Coopératif.

89Cette phase de la croissance de la coopérative peut être considérée comme le début de la croissance verticale, car la fraction du capital qui assure la croissance est chaque fois plus concentrée dans la propre coopérative. Le capital financier mis à la disposition de la coopérative par les banques d’Etat50 sous forme de prêts oblige celle-ci à se capitaliser à un rythme accéléré en motivant les associés à abandonner une fraction accrue de la ristourne pour augmenter le capital.

90Dans la phase actuelle, les ressources de la coopérative étant encore insuffisantes, les investissements en infrastructure (Ex : séchoirs à poivre) sont pris en charge par la COLONE qui devra ensuite les transférer à la coopérative, la COLONE permet ainsi de réduire les engagements bancaires et d’accélérer la diversification des activités de la coopérative.

91Parallèlement aux crédits d’investissement et d’équipement, les banques offrent à la coopérative un système de crédit annuel à la production destiné aux associés ; la coopérative assume ainsi la responsabilité du crédit mis à la disposition des agriculteurs et leur facilite l’accès en faisant jouer d’autres formes de garantie que celles des bien meubles et immeubles habituellement exigées par les banques. La création de ce service à l’intérieur de la coopérative permet de motiver un plus grand nombre d’agriculteurs à s’associer, ainsi se poursuit la croissance horizontale. Mais cette activité signifie également que les agriculteurs assument collectivement, à travers la coopérative, le risque des prêts non remboursés. Une des solutions pour réduire ce risque existe déjà dans certains villages de colonisation, où la coopérative délègue ses tâches de contrôle à un comité de 5 membres pour 50 familles. Celui-ci est chargé principalement de vérifier les opérations de pesage lors de la livraison de la récolte et surtout d’assurer le remboursement du crédit ; les relations de voisinage permettent à ses membres d’être mieux informés que n’importe quel contrôleur sur l’utilisation du crédit à d’autres fins et d’éviter que la production destinée au remboursement ne soit vendue aux commerçants.

  • 51 Le capital ainsi investi représente 17 % de l’ensemble des investissements réalisés dans la périod (...)
  • 52 La réorganisation de la coopérative actuellement en cours par des techniciens de la COLONE et de l (...)

92Dans le cas spécifique de la COLONE, la coopérative prend également en charge la repasse du crédit destiné à l’implantation du Modèle Economique, ce qui représente un volume d’opérations de type bancaire très important51, déterminant l’organisation de la coopérative52 et soulignant le caractère stratégique de celle-ci dans le projet de colonisation dirigée.

93La concentration du capital sous forme de biens industriels, permettant une transformation plus élaborée des matières, devient la principale caractéristique de la croissance de la coopérative. Elle se traduit par une diminution sensible du rapport entre la valeur du produit fourni par les agriculteurs et les besoins en capital de la coopérative. Il y a donc une perte réelle de l’importance économique de l’agriculteur dans le mécanisme de croissance de la coopérative qui se rapproche ainsi chaque fois plus de la logique de l’entreprise.

94La coopérative, comme agent d’application du capital d’Etat dans le secteur de la petite agriculture familiale, a pour fonction d’apporter sur le marché une fraction accrue des produits alimentaires de base (riz, haricots, manioc.) traditionnellement autoconsommés et de faciliter l’apparition d’une classe moyenne capable de produire des biens d’exportation (viande, poivre, cacao...).

  • 53 Voir notamment dans cette perspective l’article de Aluizio Maranhão sur la politique du ministre d (...)

95Le capital investi par le gouvernement dans des projets de développement intégré comme celui du Alto Turi parait, en grande partie, destiné à faciliter l’émergence d’une classe moyenne dont le comportement habituel est le soutien au pouvoir en place53.

  • 54 Voir note supra page 20.

96Le gouvernement semble donc vouloir reproduire dans les régions de colonisation récente l’expérience des coopératives du sud qui, dirigées par la classe moyenne54, contribuent également à la solution des problèmes de manque de capital dans la petite agriculture familiale.

97Dans cette perspective la fixation des 5.200 familles dans le Alto Turi apparait comme une tentative de créer une classe moyenne capable de jouer un rôle semblable à celui des « grangeiros ».

98Si l’on considère par ailleurs que c’est cette classe privilégiée qui devra logiquement assumer la direction de la coopérative, la situation de minifundistes restera identique.

99En effet, ils continueront à jouer le rôle de fournisseurs de cultures vivrières telles que le riz sans pouvoir avoir accès à des systèmes de production mieux adaptés et capables de valoriser le potentiel productif de la famille en fonction de la dimension de la parcelle de terre occupée.

  • 55 Voir sur ces aspects la thèse de Luis Aragon - Migrações e retenção migratória na Ama-zonia - Belé (...)

100Le développement économique de la région ainsi que la mécanisation des cultures provoquera logiquement à moyen terme leur départ vers les villes ou vers de nouveaux fronts de colonisation ou leur intégration comme travailleur salarié des grands domaines. Le capital financier investi par l’Etat sur les fronts de colonisation lui permet d’y orienter le choix des productions et d’y déterminer les conditions de fixation d’une partie des migrants. Il est donc très intéressant d’analyser les migrations, qui offrent les contingents de main d’ œuvre, non seulement du point de vue de leur déplacement mais surtout par rapport aux conditions objectives d’assistance qui amènent à la fixation d’une certaine partie de ce contingent55.

Encadrement et systèmes de cultures

101L’encadrement technique pour l’implantation du Modèle Economique exige actuellement dans l’Alto Turi, plus d’un technicien agricole pour orienter 50 familles. Il est probable que ce niveau d’assistance, contrairement aux prévisions de la Direction de la COLONE, devra être maintenu pour assurer notamment la protection phytosanitaire des cultures et améliorer le rendement des animaux. Les dépenses en assistance technique représentent actuellement approximativement 50 % de la valeur du crédit appliqué annuellement.

102Le rôle des techniciens tend à évoluer, lorsque les agriculteurs se sont adaptés aux nouvelles techniques de production, leur présence devient nécessaire au niveau de la collecte, de la conservation et de la transformation de la production ; Certains d’entre eux utilisent leur expérience pour créer leur propre exploitation, intégrant ainsi la classe moyenne rurale que l’Etat cherche à renforcer.

103Ce mode de production, où prédomine le crédit, provoque la concentration de l’activité agricole dans les productions commerciales et, par là même, conduit à la disparition des cultures autoconsommées.

104Dans les conditions actuelles de crise économique, la nécessité de produire de plus en plus d’aliments, au coût le plus bas possible, amène les détenteurs du pouvoir politique à tenter d’accroitre l’intégration au marché des petits paysans, qui sont actuellement responsables de la production des 2/3 des haricots, du manioc et du maïs ainsi que de la moitié du riz produit au Brésil, et ceci, principalement à travers des coopératives comme nous l’avons vu ci-dessus.

  • 56 Entreprise Maranhense de Recherche Agronomique.
  • 57 Voir SEGUY et BOUZINAC, chercheurs de la mission française au Brésil, spécialistes en riz, Rapport (...)
  • 58 Utilisation d’herbicides, de variétés améliorées à partir de compétition avec des variétés locales (...)

105Le crédit reste le principal moyen utilisé pour promouvoir cette politique ; il est renforcé par l’appui financier à des programmes de recherches, comme celui entrepris par l’ EMAPA56 sur la petite agriculture familiale. Les premiers résultats de ces recherches57 montrent que la combinaison des facteurs de production, par les agriculteurs est le plus souvent proche de l’optimum et qu’il est donc possible d’augmenter leur revenu et leur capacité productive à partir de quelques pratiques culturales58. Celles-ci permettent à l’agriculteur de rester sur la même parcelle, de réduire ses temps de travaux et d’éviter les goulots d’étranglement.

106Ces études ont également servi à démystifier l’intérêt de la modernisation accélérée par la mécanisation de la petite agriculture familiale car elle ne permet que dans certains cas d’augmenter le revenu réel net de la famille et présente des risques de dégradation accélérée des sols quand elle n’est pas accompagnée de certaines pratiques culturales.

  • 59 Rotation des cultures sur la même parcelle et répartition de celles-ci au cours de l’année agricol (...)

107La notion de « système de culture »59 est, dans cette approche de la réalité locale, un concept indispensable pour la définition d’un modèle alternatif qui utilise le système paysan comme point de départ parce que celui-ci est riche de pratiques adaptées aux conditions spécifiques du milieu.

  • 60 COLONE - APCC. Etudes préliminaires pour un Modèle Agro-économique alternatif. Sao Luíz, Janv. 197 (...)

108Pour améliorer le revenu des agriculteurs installés par la COLONE, il a été possible de montrer60 que les moyens les plus immédiats sont la récupération des vergers, la commercialisation et la transformation des cultures traditionnelles plutôt que l’introduction de cultures nouvelles.

109Les exigences conjoncturelles de la politique agricole nationale et le projet de consolidation du processus d’occupation dans l’Alto Turi, à partir d’une agriculture familiale, devront donc conduire la COLONE à rechercher l’amélioration des systèmes traditionnels, parallèlement au renforcement de la classe moyenne qui suivra le Modèle Economique ou son alternative. Pour ce faire, il est nécessaire que soit trouvé, un système d’assistance technique, complémentaire de l’actuel, qui pourrait faire appel à des jeunes d’un niveau scolaire moindre mais qui auraient une connaissance approfondie du milieu et se prépareraient aux professions d’artisan, d’agent de coopérative ou d’agriculteur.

110En l’absence d’un tel programme de formation, il est facile de prévoir, l’histoire nous le montre, que les aides exceptionnelles accordées aux petits paysans resteront sans effet structurel et que la prochaine phase de croissance économique acculera ses derniers à émigrer de nouveau et à intégrer le processus de prolétarisation agricole ou industrielle, et que la coopérative souffrira une phase de récession car elle sera incapable de prendre à sa charge les services actuellement financés par des aides gouvernementales si elle n’a pas su diversifier ses activités et créer un capital circulant proportionnel à ses investissements en infrastructure.

Perspectives pour la Pré-Amazonie Maranhense

111La classe moyenne en cours de formation dans le Alto Turi devra cependant permettre aux structures locales, principalement à la coopérative, d’acquérir une certaine autonomie. Le départ progressif de la COLONE, qui sera substituée dans ses principales fonctions par des organismes gouvernementaux montrera que la colonisation dirigée a, en fait, reproduit les structures agraires nationales sans provoquer aucune modification dans le système de production des grands éleveurs ni dans celui des petits paysans producteurs de riz. D’autre part, la progression du babaçu sur les terres défrichées contribuera à homogénéiser le paysan et à intégrer la situation économique du Alto Turi dans l’ensemble formé par la Pré-Amazonie Maranhense.

  • 61 Le babaçu représente 62 % des exportations de l’Etat du Maranhao et le riz environ 30 %.

112Pour développer cette région, l’état du Maranhão dispose essentiellement de deux sources de revenus ; l’une, fédérale, est en grande partie réexportée vers les régions développées du Brésil à travers les entreprises (Ex. : Mendes Júnior) qui réalisent les infrastructures, l’autre, locale, repose actuellement sur le riz et le babaçu61. C’est à partir de cette dernière que le gouvernement peut structurer une action économique pour fixer localement une fraction accrue de la plus-value extraite des activités liées au secteur agricole. Ceci en renforçant par exemple les circuits de production du riz et en favorisant une transformation plus élaborée du babaçu.

113Ce faisant, il disposerait à la fois de l’appui politique des petits producteurs, auxquels il devra fournir une assistance significative pour améliorer les conditions de production, et de celui des principaux groupes économiques, liés à l’industrialisation du babaçu, dont la « modernisation » impliquera la concentration des moyens de transformation et de commercialisation.

114Ces deux productions font, par ailleurs, partie des questions clefs de la restructuration économique de l’agriculture, tant au niveau de l’Etat que fédéral, car la production de riz dans de meilleures conditions s’accompagnera d’une augmentation d’autres productions alimentaires, telles que les haricots, le maïs et le manioc ; et les grands domaines, où le babaçu s’étend naturellement, s’intégreront à la politique nationale de production de sources renouvelables d’énergie (huiles et charbons végétaux). D’autre part le babaçu est parfaitement compatible avec l’intensification de l’élevage d’embouche, autre objectif du gouvernement fédéral.

115Il semble donc que le Maranhão s’oriente, dans la phase actuelle de structuration de son espace, vers un système économique où domineront les complexes agro-industriels huile et viande, avec un secteur de petits producteurs encadrés par des coopératives contrôlées par le système bancaire et dirigées par une classe moyenne favorable à l’utilisation d’entrants industriels, rentables dans les exploitations de taille moyenne.

116Les solutions agro-économiques, auxquelles nous faisons référence dans ce texte, pour réaliser une occupation qui préserve les ressources naturelles et permette la permanence de petits exploitants sur des lots très inférieurs à 50 hectares, peuvent à peine contribuer à la survie de ces petites exploitations. Seule l’organisation professionnelle dans une dialectique de lutte de classe, y compris à l’intérieur des coopératives, pourra assurer l’acquis des petits paysans.

Conclusions

117Les zones pionnières se transforment par le passage de vagues successives de migrants ; une faible proportion d’entr’eux se fixent. La progression que l’on observe habituellement entre le défrichement, l’expulsion des posseiros, la constitution des grands domaines et la formation d’une classe moyenne urbaine et rurale correspond en fait aux différentes étapes de la pénétration du mode de production capitaliste dans l’agriculture. La législation foncière et les aides économiques gouvernementales en sont les principaux instruments.

118Les distinctions faites par les chercheurs qui ont étudié les zones pionnières au Brésil sont le plus souvent conjoncturelles. Les concepts alors utilisés comme, la dichotomie, entre zones anciennes et fronts pionniers ou entre moderne et archaïque, ne permettent pas de traduire la réalité des mécanismes de colonisation.

119L’occupation des dernières terres libres du Maranhão, qui a lieu actuellement, correspond à l’intégration définitive de cet état aux mécanismes de circulation internationale des marchandises où il a tenu à différentes époques une place significative bien que marginale.

Notes

1 Pierre MONBEIG, Pionniers et planteurs de São Paulo, Paris : Armand-Colin, 1952, 376 p.

2 Pierre MONBEIG, id., p. 147.

3 Otavio GUILHERME VELHO, Frentes de Expansão e Estrutura Agrária, Rio de Janeiro : Rio de Janeiro : Zahar, 1972, 176 p.

4 Ceux qui s’approprient la terre avec de faux documents ou par la force, expulsant les premiers occupants.

5 Forme de crédit, le plus souvent en nature fourni par un commerçant à un petit agriculteur qui s’engage à lui vendre sa récolte.

6 Leader politique qui utilise les biens fonciers comme moyen d’établir des liens de dépendance - voir Victor NUNES LEAL, Coronellsmo, enxada e voto, 1949, réédition, S5o Paulo, Alfa Omega., 1975.

7 L’intérêt de la zone étudiée s’exprime par les agents qui y sont engagés :
COLONE - Companhia de Colonizaçao do Nordeste -, société d’économie mixte dont les orientations dépendent de la
SUDENE - Superintendence pour le développement du Nordeste - son principal actionnaire.
Banque du Nordeste du Brésil-BNB et Banque centrale qui contrôlent le crédit
Etat du Maranhão (2ème actionnaire).
FUNAI - Fondation Nationale de l’Indien - qui y possède une réserve indigène.
Banque Mondiale qui finance 6,7 millions de US$.

8 Voir « L’histoire de la Mission des pères Capucins, en l’île de Maragnan et terres circonvoisines » par Claude d’Abbeville, 1614, Réédition Akademischebank Verlag Sanstalt, Vienne, 1963.

9 Vallée de l’Itapecurú : 20 sesmarias, vallée du Mearim : 30, Baixada, 25., et le reste dans l’Alto Sertão Maranhense.
Arquivos Torre do Tombo, Lisbonne.

10 Velho, Ibid. p. 25.

11 Manuel CORREIDA de ANDRADE, Paisagens e Problemas do Brasil. Récife : UFPE, 1970.

12 Population du Maranhão :
1920 - 875.000 hab.
1940 - 1.235.000 hab.
1950 - 1.583.000 hab.
1960 - 2.440.000 hab.

13 Cadernos do CEAS, Avril Juin 1975, Salvador (Ba).

14 Dont l’étude entraine, à la suite de celle de O.G. VELHO, de nombreuses recherches anthropologiques dont : « O Homen da frente de Expansão » Fr. I. VEIRA KELLER Rev. de História Abril-Junho - 1975 p. 665 à 707.
« Povoados do Trecho Norte de Belém-Brasília - Maria de Lourdes Rodrigues - Mestrado Rio de Janeiro - 1978.

15 Voir O. IANNI : A luta pela terra, Rio de Janeiro : Voies, 1978.

16 100 km le long des routes fédérales amazoniennes sont du domaine de l’Union et confiés à l’administration de l’INCRA.

17 Diagnóstico para o Piano do Governo - Setor Primário - 1979.

18 Créée en 1972, mais vidée de sa substance à la suite des avatars de la politique agraire maranhense - Voir le projet dans Amazonies Nouvelles - IHEAL-CNRS-1977, p. 119.

19 Voir à ce propos la carte n°2 dressée par le CFR/MA de l’INCRA où différentes fazendas se superposent aux réserves et projets officiels.

20 Voir l’article de Joseph COLLINS et Frances MOORE LAPPE, Monde Diplomatique, Juin 1979, « LA BANQUE MONDIALE ET LE DEVELOPPEMENT AGRICOLE DU TIERS MONDE, Mythe de l’aide aux plus pauvres et piège de l’endettement ».

21 Bahia fut capitale du Brésil de 1548 à 1765.

22 Pombal : José de CARVALHO E MELO (1699-1782), Comte de Oeiras, Marquis de Pombal, ministre de la guerre et de l’extérieur durant tout le règne de D. JOSE 1er (1750-1777).

23 Voir la thèse de Manuel Nunes DIAS :A Companhia Gérai do Grâo Pará e Maranhão (1755-1778), Sao Paulo :EDUSP - 1971,614 p.

24 Dans l’inventaire des biens confisqués aux jésuites dans l’Etat du Grão Pará-Maranhão, on constate qu’ils possédaient 25 fazendas, 3 moulins à sucre et 135.000 têtes de bétail, (M. N. DIAS, Ibid). Ils avaient également organisé, dans la région, 105 villages indigènes.

25 Les fibres du coton cultivé au Maranhão avaient les mêmes caractéristiques que celles du sud des Etats-Unis, ainsi, chaque fois que les Anglais avaient des difficultés pour s’approvisionner aux Etats-Unis (Guerre d’Indépendance, blocus napoléonien, guerre de sécession), le coton maranhense était recherché. Ces périodes de forte demande de coton du Maranhão n’ont cependant, que peu contribué à la création d’une infrastructure d’appui pour le développement de l’agriculture. Voir notamment à ce propos Raimundo GAIOSO : Compendio histórico-político dos princípios da lavoura no Maranhão, Paris, Rougeron, 1818 ; réédition Rio de Janeiro : Livros do Mundo inteiro, 1970 : qui constitue une des premières prises de conscience de la dépendance économique des colonies.

26 Voir Alberto Passos GUIMARAES. Quatro séculos de latifundio, Rio de Janeiro : Paz e Terra, 3ème Ediçaõ, 1973. Spécialement, p. 151.1.

27 Durant les troubles des années 1820 à 1840, le Mahanhão importait son sucre du Pernambouc.

28 Routes, machines à vapeur, manufacture.

29 Voir Fernando Henrique CARDOSO : Capitalismo e escravidâo no Brasil Meridional, Rio de Janeiro : Paz e Terra, 1977.

30 Voir à ce sujet Francisco de OLIVEIRA -. Elegia para uma Re(li)gião Rio de Janeiro : Paz e Terra, 1977 : Principalement les pages 39 à 44 et 54 à 59 ; où il propose une explication des phénomènes régionaux à partir de l’analyse de la structuration de circulation des marchandises au niveau international.

31 Voir définition du terme : note (3) page 2 supra.

32 De l’huile brute produite au Maranhão, 15 % reste dans la région pour entrer dans la fabrication de savons, bougies, etc., tandis que 85 % va dans 4 grandes entreprises à Rio et Sao Paulo in : Babaçu-SUDAM - Estudos setorias e levantamento de dados da Amazonia, SP, 1972 - SERETE-DSR-Vol III, Tomo 1.

33 Voir Nonato Sergio MALUF : Expansâo do Capitalismo no campo : O arroz no Maranhão ; Campinas, UNICAMP, mestrado mimeo.

34 Ce sont les représentants politiques des industries du centre sud et une minorite de nordestins qui ont permis l’approbation du projet de loi créant la SUDENE, voir à ce propos. Amélia COHEN, Crise Régionale et planejamento. São Paulo : Perspectiva, 1976, p. 134 et suivantes.

35 COLONE, Contribuição ao debate sobre a regularização fundiára no Alto Turi, Sâo Luis, Julho de 1977 (voir annexe n° 1).

36 VALDECY DE URQUIZA E SILVA, destinação fundiaria, procedimendimentos e objetivos, palestra da UFB, 19/04/78, 28 p. voir également supra p. 7 tableau n° 1.

37 C’est en réalité un plan d’occupation des lots par production. Chaque lot de 50 hectares, doit être divisé comme suit : 3 ha de cultures de subsistance, 2,5 ha de verger et construction 34 ha de pâturage, 0,5 de poivre, et 10 ha de réserve forestière.

38 De l’ordre de 2 francs par journée de travail.

39 De l’ordre de 15 francs par journée de travail.

40 Sur les 939.000 ha administrés par la COLONE, faisant abstraction de la zone 3 (zone d’expansion, en fait déjà envahie) nous avons pour la zone 1 et 2 un taux d’occupation contrôlée de 26, 35 %.

41 Les 500 familles qui devront être intégrées au Modèle économique d’ici à la fin de 1979 représentent moins de 10 % de l’objectif du projet (5.200 familles) et environ 2 à 3 % des occupants de la zone.

42 Risques phytosanitaires importants, grandes fluctuations de marché...

43 (COLONE), O Projeto de colonização do Alto Turi - PCAT : uma tentativa de DRI, 1er seminário regional de desenvolvimento rural integrado, Manaus (AM) Janeiro de 1977 pp. 103-116.

44 Voir analyse des données du recensement de 1974.

45 Haies permanentes de fruitiers ou légumineuses, leucena par exemple, et cultures de fixation de courbes de rétention des eaux de ruissellement. Ex. vetiver (plante à parfum), canne à sucre, bananier.

46 1957-1962 Structuration du mouvement coopératif au Brésil à l’initiative du gouvernement et à partir de la classe moyenne des grangeiros.

47 Créant des structures d’accueil dans les nouvelles zones de colonisation pour faciliter le départ des minifundistes et créant des emplois au niveau de la transformation des produits agricoles et de l’organisation des services destinés à intensifier la production (commercialisation d’entrants, assistance technique).

48 Evolution de la production de riz commercialisée par la COMALTA (rapport annuel) 1974-75 :15.918 sacs (60 kg), 1975-76 :42.534 sacs. 1976-77 : 60.521 sacs, 1977-78 : 106.572 sacs.

49 1977 :7,25 %.

50 Banque du Nordeste du Brésil, Banque du Brésil, Banque Nationale de Crédit Coopératif.

51 Le capital ainsi investi représente 17 % de l’ensemble des investissements réalisés dans la période 1972-77 pour l’implantation du PCAT et atteindre 42 % à la fin de 1979. Crédit de consommation et Crédit d’investissement fournis par la COMALTA.

52 La réorganisation de la coopérative actuellement en cours par des techniciens de la COLONE et de la Banque du Nordeste du Brésil a pour critères de base des normes bancaires, comptables, et administratives.

53 Voir notamment dans cette perspective l’article de Aluizio Maranhão sur la politique du ministre de l’agriculture, Delfim Netto : « Um partido no campo, arroz, feijão e voto », in ISTO É, 27/06/79, pp. 90-94.

54 Voir note supra page 20.

55 Voir sur ces aspects la thèse de Luis Aragon - Migrações e retenção migratória na Ama-zonia - Belém : NAEA-UFPA.

56 Entreprise Maranhense de Recherche Agronomique.

57 Voir SEGUY et BOUZINAC, chercheurs de la mission française au Brésil, spécialistes en riz, Rapport annuel d’activité. Paris, GERDAT-IRAT, 1979.

58 Utilisation d’herbicides, de variétés améliorées à partir de compétition avec des variétés locales, lutte contre l’érosion, rotation de cultures...

59 Rotation des cultures sur la même parcelle et répartition de celles-ci au cours de l’année agricole.

60 COLONE - APCC. Etudes préliminaires pour un Modèle Agro-économique alternatif. Sao Luíz, Janv. 1979.

61 Le babaçu représente 62 % des exportations de l’Etat du Maranhao et le riz environ 30 %.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1409/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Origine et étapes des migrations
Légende Source : Colone-fichier des colons – 1978
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1409/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

Auteurs

Université de Joâo Pessoa-CREDAL

CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable