Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

(A) Fronts de spéculation et rôle du marché

Les systèmes de cultures traditionnels et les phénomènes pionniers en Afrique tropicale*

Henri Nicolai et Guy Lasserre

Texte intégral

  • * Aucune référence ne sera faite, dans cette communication, aux mouvements mossi, M. Gérard REMY dev (...)
  • 1 RAISON J.P. La colonisation des terres neuves intertropicales. Etudes rurales, 1968, no 31, pp. 5- (...)
  • 2 PELISSIER P. – Les paysans du Sénégal. Les civilisations agraires du Cayor à la Casa-mance. Thèse, (...)
  • 3 DUBOURG J. – La vie des paysans mossi : le village de Tahalla. Bordeaux, Les Cahiers d’Outre-Mer, (...)

1Dans son importante et précieuse synthèse sur « la colonisation des terres neuves intertropicales », Jean-Pierre Raison a bien montré que chaque continent tropical a des caractères spécifiques dans le domaine des mouvements pionniers1. La carte des densités de l’Afrique tropicale offre l’aspect d’une mosaïque, les zones densément peuplées étant séparées par des régions peu peuplées, la distribution des ethnies étant, habituellement, responsable de cette marquetterie. Des zones-tampons, parfois presque désertes, séparent les îlots à forte densité. Il en résulte que l’occupation de ces espaces vides prend un caractère moins linéaire et moins général que les phénomènes de « frontière » de type américain. La colonisation des terres neuves en Afrique est commandée par les gradients de densité, les aires de départ étant généralement situées dans les régions soumises à une forte pression démographique, tandis que les aires d’installation des pionniers correspondent aux régions à faible densité. La colonisation des terres neuves du Ferlo occidental et du Sénégal oriental, étudiée par Paul Pelissier dans sa thèse, a, de ce point de vue, valeur d’exemple : la zone de colonisation rurale correspondant aux régions presque vides qui ceinturent, à l’Est, les vieux pays Wolof et Serer fortement peuplés2. Autre trait caractéristique de l’Afrique noire : la notion de « terre vacante et sans maître » ne relève pas du droit foncier des sociétés rurales traditionnelles. Même fort peu peuplée, une zone est toujours appropriée : propriété éminente d’anciens occupants, espaces de cueillette, zones de chasse ou de parcours pastoral sur lesquels certaines communautés rurales ont des droits. C’est dans le domaine des religions agraires, des rites qui accompagnent l’autorisation de cultiver, donnée par les chefs de terre, qu’apparaissent avec le plus de clarté la survie et la force de ces droits fonciers reconnus par la tradition à tel groupe humain. A Tahalla, en pays mossi (au Sud de Kaya), Jacques Dubourg a noté que le chef de terre, ou tengsoba, est un Ninissi, ethnie des premiers occupants du pays, vaincus et refoulés dans les montagnes voisines par les Mossi qui ont conquis le pays, il y a plus de 250 ans. Le maître de la terre a surtout un rôle religieux. Il sait parler aux génies du sol et il est assimilé à un sorcier. Des anciens droits fonciers des Ninissi, il a gardé aussi la propriété des nérés et des karités dont les fruits lui reviennent3. Lors de la colonisation de ce pays, les Mossi ont donc respecté les droits de propriété éminente de ces premiers occupants.

  • 4 SAVONNET G. – La colonisation du pays Koulango (Haute Côte d’Ivoire) par les Lobi. Bordeaux, Les C (...)

2Georges Savonnet a montré que les Lobi qui colonisent la frange Nord du pays Koulango, au Sud de Bouna, dans le Nord-Est de la Côte d’Ivoire, reçoivent l’autorisation de s’installer du « maître de la terre » koulango, et lui offrent les cadeaux et les redevances d’usage4. Les exemples pourraient être multipliés. Par contre, les marabouts mourides colonisant les terres neuves arachidières du Ferlo occidental sur lesquelles les chefs Peul estiment avoir des droits fonciers, se préoccupent fort peu de ces premiers occupants. Il en est de même, a fortiori, des expériences de colonisation rurale, planifiée par les Pouvoirs publics et ayant recours à des techniques modernes. La notion de « terres neuves », de « terres vierges », est alors utilisée, même si le droit coutumier en conteste la valeur juridique.

I. Les phénomènes pionniers spontanés

  • 5 BALANDIER G. – Sociologie actuelle de l’Afrique noire. Dynamique des changements sociaux en Afriqu (...)
  • 6 SAUTTER G. – De l’Atlantique au fleuve Congo, une géographie du sous-peuplement. République du Con (...)
  • 7 BRAZZA P. Savorgnan de – Voyages dans l’Ouest africain. Paris, le Tour du Monde, 1888, LVI, 2ème s (...)

3Jusqu’à une époque récente, la carte du peuplement de l’Afrique noire était une carte en mouvement. Cette tendance des divers groupes ethniques à aller de l’avant, à refouler les plus anciens occupants pour prendre leur place, est l’un des phénomènes les plus certains et les plus obscurs de l’histoire du peuplement de l’Afrique tropicale. Bien des facteurs, variables selon les régions, ont joué pour expliquer ces mouvements migratoires : caractères particuliers de l’agriculture itinérante sur brûlis, épuisement des sols, éclatement des familles étendues, pression démographique, guerre entre tribus, descente des fleuves et rivières, attrait des centres commerciaux par où se faisait la traite européenne, etc. La marche vers le Sud des Fang, étudiée par Georges Balandier5 et par Gilles Sautter6 peut être retenue comme exemple. Partis du Nord du Gabon (Woleu-N’Tem), les Fang atteignirent la région de l’Estuaire entre 1880 et 1900. Le déplacement des Fang avait les caractères d’une immigration lente, plutôt que ceux d’une invasion brutale de territoire7. La colonisation stabilisa la localisation spatiale des divers groupes ethniques.

  • 8 WEBER J. – Structures agraires et évolution des milieux ruraux : le cas de la région ca-caoyère du (...)

4Dans le Centre-Sud du Cameroun, J. Weber a montré que les populations étaient encore en migration vers la mer au début du xxème siècle. L’implantation des villages Beti et Bulu – des Pahouins – ne remonte que rarement à plus de deux générations8.

5Ces migrations traditionnelles peuvent-elles être assimilées à des marches pionnières ? Des déplacements de populations entières s’observèrent encore dans certaines régions d’Afrique noire peu touchées par les migrations vers les villes ou vers les régions de plantations, industrielles ou paysannes.

1. La notion de front pionnier dans les sociétés traditionnelles d’Afrique équatoriale et subéquatoriale

6On peut légitimement se demander si la notion de front pionnier, conçue en tant que colonisation volontaire et consciente d’un territoire nouveau, est perçue en Afrique équatoriale et subéquatoriale dans le cadre des sociétés traditionnelles. S’il s’agit de sociétés indifférentes aux préoccupations de marché et qui réagissent en fonction d’un autre système de valeurs, le concept ne peut évidemment se retrouver ni sous sa forme mercantile, ni sous son aspect de « marche » frontalière de type Nord-américain.

7En fait, pour ces sociétés traditionnelles, on peut distinguer deux situations, selon que le groupe est stabilisé depuis longtemps sur son territoire ou qu’il est encore pris dans un mouvement de migration.

8Dans la première situation, le défrichement, chaque année, d’un nouveau pan de forêt, n’est pas conçu comme une conquête agricole mais comme un simple glissement de champ dans le domaine foncier du groupe, même si, avec l’accroissement de la population, la superficie exploitée s’étend progressivement. L’élargissement de l’auréole des cultures dans certains pays de savanes ou le « mitage » d’un territoire forestier par une mosaïque de champs ne peuvent être considérés comme un front pionnier, pas plus que l’éclatement du village initial en plusieurs villages indépendants, multipliant les lieux habités et exploités.

9Les choses sont un peu différentes dans le cas où le groupe accomplit un mouvement de migration et s’installe dans un nouveau domaine. Ces migrations, de type archaïque, aboutissaient à la prise de possession d’un territoire agricole, avec tout le processus qu’elle impliquait : estimation des potentialités du nouveau terroir, accomplissement des rites magiques requis, conflits ou négociations avec les occupants antérieurs. La période coloniale a bloqué la plupart de ces mouvements ou réduit leur ampleur, certains groupes pourtant ont gardé une certaine mobilité (indépendamment du cas des groupes maintenus, par leur volonté ou par une volonté extérieure, dans des situations de refuge et qui, aujourd’hui, débordent leur position obsidionale comme les Kabré, les Bamiléké, les Mandara, etc.). Les Tshok du Kwango (Sud-Ouest du Zaïre) par exemple, venus du Sud (Angola actuel) au cours des deux derniers siècles, ont poursuivi encore pendant quelque temps leur marche vers le Nord, formant un chapelet, aux grains très espacés, de petits villages qui s’efforcent de remplir aussi quelques fonctions commerciales. Mais il ne s’agit plus dans ce cas de la conquête d’un territoire continu. Tout au plus, les avant-postes d’une migration aujourd’hui pratiquement arrêtée.

  • 9 NICOLAI H. – Le Kwilu. Thèse, 1963, 403 p. Voir pp. 134 et suivantes.
  • 10 SAUTTER G. – De l’Atlantique au fleuve Congo... op. cit... Voir p. 477.

10Dans de nombreuses régions d’Afrique subéquatoriale, l’imbrication de plusieurs groupes traduit souvent l’arrivée de vagues successives. Au Kwilu (Sud-Ouest du Zaïre), l’analyse des domaines fonciers révèle des situations complexes. Un groupe est généralement reconnu comme le premier arrivant. Il est installé d’ailleurs fréquemment sur les terres considérées comme les meilleures (terres boisées des vallées). Le groupe d’arrivée plus récente a dû se contenter des terres sableuses des plateaux, soit parce que ces terres n’avaient pas été incorporées dans le domaine foncier du premier groupe, soit parce que, le plus souvent, celui-ci ne les exploitant pas, lui en avait cédé l’usufruit, se réservant certains droits, particulièrement pour la chasse9. Le second groupe, ici, ne fait pas manifestement figure de conquérant. Mais il est des infiltrations qui, peu à peu, altèrent le groupe antérieur et peuvent aller jusqu’à l’absorber (ou même l’éliminer). Les Kongo grignotent le territoire des Téké grâce à leur politique de mariage. Leur habileté commerciale leur permet d’obtenir aisément les filles Téké auprès des pères endettés10.

  • 11 WEIS G. – Le pays d’Uvira. Ac. Roy. des Sc. colon., 1959, 308 p. Voir p. 149 et suivantes.

11Une autre infiltration caractéristique est celle des groupes de pasteurs Tutsi sur les hauteurs de l’Est du Zaïre. Au-dessus d’Uriva, au Nord-Ouest du lac Tanganika, ils ont colonisé les surfaces supérieures à 2.000 m. Les premières familles sont venues du Rwanda, peut-être pour fuir l’occupant allemand, peu avant le début de ce siècle. La deuxième génération a pénétré dans la chefferie des Vira sans rencontrer d’opposition et s’est installée au-dessus des terres agricoles et généralement près du haut plateau pâturable11. Très vite, ces Rwanda ont mis en marche le mécanisme qui, au Rwanda et au Burundi, leur avait permis d’étendre leur autorité politique sur les agriculteurs Hutu. Les Vira jouent ici le rôle des Hutu, en tant que fournisseurs de produits agricoles. Les Rwanda sont parvenus à faire accepter à une partie d’entre eux leur système d’organisation de l’espace politique et social. Ils auraient sans doute, avec le temps, organisé la chefferie Vira sur le modèle rwandais, si l’autorité coloniale belge, inquiète de leur pouvoir montant, n’avait décidé de contrôler strictement leur implantation. En 1954 cependant, elle avait dû songer à reconnaître des Rwanda comme chefs de groupements à majorité Vira. Cette colonisation pastorale des hautes terres a entraîné, en un temps relativement bref, une modification sensible du manteau végétal. Les pasteurs détruisent efficacement la forêt. Ils défrichent sommairement et brûlent des superficies généralement plus grandes que les agriculteurs, car ils veulent étendre rapidement les pâturages. Il y a là un processus qui présente quelque analogie avec ce qui se passe fréquemment sur des fronts pionniers.

  • 12 GOUROU P. – La répartition de la population rurale au Congo belge. Acad. Roy. des Sc. colon, 1955 (...)

12Dans la situation traditionnelle, il n’est pas absurde d’assimiler, au moins partiellement, à des fronts de colonisation certaines formes de mise en valeur et d’occupation du territoire que l’on observe en bordure de la forêt équatoriale. Dans le Nord-Ouest du Zaïre, dans les pays de Gemena, les Ngbaka, grands défricheurs aux techniques insistantes (ils cultivent la parcelle défrichée de façon répétée jusqu’à son épuisement, hâtant ainsi la savanisation) semblent avoir poussé vers le Sud un véritable front de colonisation, faisant reculer la lisière de la forêt et laissant derrière eux des territoires conquis par la savane12. Dans une économie de subsistance, la culture du maïs a abouti ainsi, en ce qui concerne la dégradation des conditions écologiques, à une situation comparable, toutes proportions gardées, à celle qu’a entraînée la progression des cultures commerciales de caféiers dans l’Etat de Saõ Paulo et le Paraná.

13Il semble par contre que l’analogie ne puisse être acceptée pour l’accumulation de population que l’on observe plus à l’Est, dans la région d’Isiro et de Wamba (Haut-Zaïre ; districts des Uele). Il semble plutôt que des groupes d’origines différentes – des groupes de langue bantou et des groupes de langues soudanaises se côtoient ou se mêlent – se soient accumulés ici après avoir été refoulés ou après avoir pris la fuite devant la poussée d’envahisseurs Zandé venus du Nord.

2. La frange pionnière lobi en pays Koulango (Haute Côte d’Ivoire)

  • 13 SAVONNET G. – La colonisation du pays Koulango..., op. cit., p. 26.

14Le pays Koulango est peu peuplé13. Il apparaît, sur la carte de distribution de la population, comme un espace déprimé entre les densités plus fortes du pays lobi et birifor, au Nord-Est, et du pays Abron, au Sud. L’espace Koulango a vu son territoire réduit, à partir du xviiiè siècle, par l’arrivée des Lobi et Birifor de Haute-Volta. Il s’agit de migrations de familles entières quittant définitivement leur région d’origine et s’installant en pays « étranger », dans une région faiblement occupée par les Koulango, premiers occupants du sol. Cette installation se fait à un rythme lent mais continu, les familles lobi s’installant en habitat très dispersé et défrichant la brousse dès que les chefs de famille ont obtenu l’accord du chef de terre Koulango que les divinités agraires ont été honorées par les sacrifices rituels et que le chef Koulango a reçu les cadeaux d’usage. Il s’agit donc d’une « infiltration pacifique » qui intéresse chaque année quelques milliers d’individus. Des huttes très élémentaires (wa) sont d’abord construites, tandis que des greniers de construction plus soignée permettent d’accueillir les réserves qui sont transférées du village de départ. Après les premières récoltes, on construit l’habitat définitif, le tuoré lobi. Parmi les causes de départ, Georges Savonnet retient l’épuisement rapide des sols par des techniques agricoles archaïques, le caractère individualiste et frondeur des Lobi, qui les pousse à s’éloigner des communautés rurales où les frictions sont nombreuses entre familles et, enfin, le caractère très peu contraignant du culte des ancêtres et des liens religieux avec la terre. L’installation sur les terres neuves du pays Koulango donne l’assurance que les greniers seront pleins, que le troupeau bovin augmentera chaque année et que l’on pourra commercialiser beaucoup d’ignames. Et Georges Savonnet de conclure :

15« Ainsi, ce mouvement migratoire des Lobi vers les terres neuves du Sud, se présente-t-il sous un aspect quelque peu anachronique. Il apparaît comme un dernier témoin de ces migrations traditionnelles qui sévirent en Afrique, au cours de nombreux siècles, et qui étaient motivées, en partie, par la recherche continue de nouvelles terres après épuisement ».

16Notons même que, dans ce type de migration de masse très traditionnel, l’attrait des revenus monétaires n’est pas étranger puisque la culture de l’igname sur butte, qui vient en tête dans le cycle des cultures, est considérée non comme une culture vivrière (maïs, gros et petit mil, haricots, arachide), mais comme une culture de rapport, sans que l’on puisse pour autant parler d’un front de spéculation. Cette migration des Lobi s’inscrit dans le prolongement du grand mouvement migratoire de ce peuple. Il intéresse ici toute la population lobi au Sud de Gaoua, soit 50 à 60.000 individus « sollicités par ce mouvement lent et continu qui les pousse vers les fronts pionniers méridionaux » (p. 45). En un siècle, chaque famille lobi s’est déplacée, en moyenne, d’une centaine de kilomètres.

3. Les phénomènes pionniers spontanés vers le Sahel

  • 14 GALLAIS J. – Essai sur la situation actuelle des relations entre pasteurs et paysans dans le Sahel (...)

17Peut-on parler de frange pionnière à propos de cette lente avancée des agriculteurs sédentaires dans le Sud du Sahel, avancée qui refoule l’élevage dans les zones peu hospitalières ? Cette situation a été analysée par Jean Gallais et son équipe de chercheurs en Afrique occidentale14. Il a bien montré que l’équilibre actuel entre pasteurs et paysans est de nature essentiellement historique et politique. Les paysans avaient plus de bovins à l’époque des grandes hégémonies soudaniennes du Moyen-Age. Le déclin de ces Etats soudaniens donna aux pasteurs le quasi-monopole de l’élevage et l’on assista à leur descente vers la zone sahélo-soudanienne. Aujourd’hui, le balancier remonte vers le Nord, au profit des agriculteurs.

  • 15 SIDIKOU (Arouna Hamidou) – Sédentarité et mobilité entre Niger et Zgaret. Etudes nigériennes, n° 3 (...)

18C’est une dure compétition pour la terre qui caractérise cette zone de contact, entre le 13è et le 17è degré de latitude Nord. Afin d’éviter la remontée des cultures vers le Nord, on sait que les Pouvoirs publics, au Niger, ont fixé la limite au-delà de laquelle règne sans partage l’élevage, par une loi du 21 mai 1961. Arouna Hamidou Sidikou a analysé la situation conflictuelle qui se développe entre le Niger et le Zgaret, dans une région laissée en dehors du champ d’application de la loi de 196115.

19La poussée paysanne s’exerce sous deux formes : poussée pionnière et spontanée liée à l’accroissement de la pression démographique et à l’attrait exercé par les cultures commerciales (arachide dans le Ferlo Sud et Central, dans le Niger Central ; coton dans le Diamaré, au Nord Cameroun) ; mais aussi entreprises dirigées de colonisation rurale aménageant les grandes vallées et privant les pasteurs de bourgouttières, de lieux d’abreuvement en saison sèche. Les effets fâcheux de cette dilatation des surfaces cultivées sont plus néfastes pour le pasteur en saison sèche qu’en saison des pluies, la présence de cultures (mil de décrue, cultures irriguées occupant le sol en saison sèche) éloignant les animaux de ces lieux habituels au rassemblement des pasteurs et des bêtes.

20Dans la zone Sud sahélienne, où s’exerce la pression paysanne, on assiste à une sédentarisation croissante des nomades mais, inversement, à une mobilité plus grande des paysans. Ils quittent en effet les gros villages sahéliens et s’installent dans des hameaux où ils peuvent disposer de vastes espaces pour leurs cultures commerciales.

  • 16 GALLAIS J. – Essai sur la situation actuelle..., op. cit., pp. 309-310.

21La réduction de l’espace pastoral dans la zone Sud sahélienne entraîne, chez les pasteurs, un double mouvement : d’une part, un mouvement de « sahélisation » qui conduit les éleveurs à remonter de plus en plus haut vers le Nord, chassés par le front pionnier des cultures ; d’autre part, un mouvement de « soudanisation » qui conduit les éleveurs vers le Sud. Telles sont les migrations pastorales qui ont conduit les Peul du Fouta-Djalon vers la Sierra Leone, ou encore, les éleveurs de l’Adamaoua jusque dans le pays bamenda, au Cameroun (6° lat. Nord), et les Bororo du Nord-Cameroun jusqu’à Bambari, par 5° Nord16.

22Les années de sécheresse qui ont récemment frappé le Sahel ont montré combien étaient vulnérables les pasteurs qui s’étaient trop aventurés vers le Nord, et les agriculteurs pionniers du Sahel.

4. La conquête pionnière des terres neuves arachidières du Ferlo occidental

  • 17 PELISSIER P. – Les paysans du Sénégal..., op. cit., pp. 301-362.
    Le mouridisme est la confrérie mus (...)

23Le phénomène pionnier parti du pays Wolof et ayant abouti à la colonisation agricole des terres neuves du Ferlo occidental, est d’un tout autre style. Paul Pelissier en a admirablement décrit les mécanismes et les effets17. Cette conquête pionnière est le résultat de l’action convergente de trois facteurs :

24« L’implantation du mouridisme sur les marges du domaine des paysanneries traditionnelles et son orientation vers la colonisation agricole, le succès de la culture de l’arachide au Sénégal et les efforts de l’administration et du grand commerce, en vue d’en favoriser l’expansion, la pénétration des voies de communication en direction de l’Est, et notamment la construction du chemin de fer joignant Dakar au Niger » (p. 302).

25Il s’agit d’une colonisation pionnière spontanée, mais encadrée par les marabouts wolof et mourides, et tournée vers la spéculation arachidière. En un demi-siècle (depuis les années 1910), la conquête des terres neuves du Ferlo occidental a doublé la surface du bassin arachidier du Sénégal. La mobilité des Wolof, leur « remarquable aptitude à la conquête de l’espace », jointe à l’extraordinaire efficacité de l’organisation du mouridisme, ont entretenu le phénomène pionnier. Aujourd’hui, ces terres neuves atteignent le Saloum et se développent dans le Sénégal oriental, jusqu’aux abords de Tambacounda. Le caractère spéculatif des techniques de production a été bien souligné par Paul Pelissier : Produire les plus forts tonnages d’arachide possibles était le but de ces colons qui avaient à leur disposition des surfaces à cultiver beaucoup plus vastes que dans les vieux pays d’origine. Les techniques extensives se révélèrent plus payantes que les cultures intensives ; et dès qu’une accumulation de capital permit de s’équiper en charrue et semoir attelés, les possibilités de production arachidière furent multipliées. Alors que le Ferlo occidental ne comptait avant la colonisation agricole qu’une ou deux dizaines de milliers de pasteurs peul, il est aujourd’hui peuplé par près de 320.000 personnes, en majorité wolof, mais également Maliens, Serer, Toucouleurs, etc. Nous verrons ultérieurement que cette colonisation pionnière spontanée est relayée, depuis 1972, par une migration dirigée et organisée par les Pouvoirs publics au profit des Serer.

5. La colonisation des plaines par les montagnards

26De nombreux massifs montagneux d’Afrique ont joué le rôle de refuge et sont en situation de surpeuplement : pays Dogon, massif Kabré du Togo, pays Somba du Bénin, Kirdi des monts Mandara au Cameroun, pays bamiléké du Sud-Ouest camerounais, pour ne citer que les plus connus. Refoulés des plaines voisines par des hégémonies conquérantes, ces montagnards apparaissent comme des peuples comprimés sur des reliefs exigus, et qui ont dû élaborer des techniques agricoles intensives pour survivre. La sécurité retrouvée à l’époque coloniale et depuis les indépendances, ces montagnards sont descendus dans les plaines voisines qu’ils ont colonisées.

  • 18 BOUTRAIS J. – La colonisation des plaines par les montagnards au Nord du Cameroun (Monts Mandara). (...)

27Tel est, du moins, le schéma habituellement présenté. J. Boutrais, étudiant les montagnards des monts Mandara, dans le Nord-Cameroun, a été conduit à nuancer cette thèse18. D’abord parce que l’agriculture montagnarde doit être intensive, et que les seuils caractéristiques du surpeuplement doivent être reconsidérés ; ensuite parce qu’il n’est pas certain que tous les montagnards soient des réfugiés ; un vieux fonds de paysannerie doit être distingué des populations réfugiées, lesquelles sont seules susceptibles de descendre en plaine. La descente en plaine est loin d’être spontanée. La plupart du temps, l’administration, coloniale d’abord, puis des pays indépendants, a contraint les montagnards à la migration vers la plaine, à la fois pour une meilleure répartition régionale des densités, pour mieux contrôler les « païens », mais aussi pour développer en plaine la production de traite, arachide et surtout coton.

  • 19 LUCIEN-BRUN B. – Réflexions sur un cas typique de colonisation des terres neuves : celle des Kabré (...)
  • 20 MERCIER P. – Tradition, changement, histoire ; les Somba du Dahomey septentrional. Anthropos, Pari (...)

28Le caractère contraint de la descente des montagnards contribue à rendre compte des modalités particulières de la colonisation agricole des plaines. Il s’agit habituellement d’un simple glissement de population autour de chaque massif, et il est exceptionnel que l’installation se fasse à plus de 20 km de la montagne. Cette descente a l’allure d’une infiltration parmi les populations en place, d’un grignotage des lambeaux forestiers qui subsistent entre les villages des habitants « autochtones » de la plaine. En ce qui concerne les monts Mandara, ce sont des musulmans qui ont la propriété éminente des terres de la plaine, et les Kirdi doivent leur louer les terres à des taux souvent très élevés. Il ne s’agit pas d’un front pionnier de colonisation de terres vides. Les faibles distances, le caractère récent de l’émigration, expliquent que les liens restent très étroits entre les massifs d’origine et les villages d’accueil. Ce fait est mentionné à la fois par J. Boutrais pour les Kirdi des Mandara, et par Lucien Brun pour les Kabré du Togo19 bien que ces montagnards soient installés plus loin de leur massif que ne le sont les Kirdi du Nord-Cameroun. Par contre, les Fali, montagnards plus méridionaux que ceux des monts Mandara, ont pratiquement abandonné leur montagne parce qu’ils n’étaient pas de vrais montagnards. Refoulés par les Foulbé vers le massif montagneux au début du xixè siècle, ils ont retrouvé leur habitat de plaine et imitent le comportement extérieur des Foulbé. Les Somba de l’Atakora, au Nord du Dahomey, sont aussi des réfugiés et ne sont pas de vrais montagnards20. Depuis la fin de la menace des Bariba de la plaine, ils s’installent sur les terres vacantes du plateau cristallin qui est en contrebas des quartzites de l’Atakora.

  • 21 LUCIEN-BRUN B. – Réflexions sur un cas typique..., op. cit.

29Près de la moitié des Kabré et Losso ont aujourd’hui quitté le massif montagneux d’origine. A la zone de glissement proche de la montagne (25 km environ), s’ajoute une région plus lointaine de colonisation de terres neuves, à 100 km de leur point de départ, et parfois même jusqu’à 250 km21.

  • 22 BARBIER J.-C. – Colonisation agricole et référence au milieu urbain. Exemple des vil-lages pionnie (...)

30Par suite de la diversité des ethnies, des systèmes de culture, du degré d’aménagement différent des terroirs d’origine, des conditions variées offertes par les piémonts et les plaines voisines, à la fois dans le domaine physique et dans celui des droits fonciers, des densités, on conçoit que les formes de colonisation des terres basses soient très diverses. Aux formes à peu près spontanées d’installation se juxtaposent des formes de colonisation orientée, voire organisée. Nous en présenterons ultérieurement une, celle des villages pionniers de l’opération Yabassi-Bafang, destinée à accueillir des montagnards Bamiléké22.

31Installés en plaine, les anciens montagnards essaient d’améliorer leur mode de vie et leur condition. Beaucoup abandonnent les techniques traditionnelles très contraignantes d’agriculture intensive et adoptent des systèmes de culture plus extensifs. Ils augmentent leurs revenus monétaires en juxtaposant au secteur des cultures vivrières des cultures commerciales : coton dans les plaines du Nord-Cameroun, banane et ananas dans les plaines périphériques du massif bamiléké.

6. Mise en valeur de terres nouvelles sous la pression démographique : L’exemple du Rwanda et du Burundi

32Ici aussi est-il légitime de parler de front pionnier ? Les cas sont très divers. Pour la majorité des villages de l’Afrique équatoriale et subéquatoriale, une croissance démographique rapide (après 1935 surtout), mais dans des territoires à très faible charge de population, a étendu simplement chaque année la superficie cultivée sans qu’on puisse parler d’une mise en valeur de surfaces auparavant inutilisées. Dans les régions à forte charge démographique par contre, des surfaces qu’on laissait auparavant en dehors de l’espace cultivé ont dû être conquises.

33Au Rwanda, on a mis en valeur les fonds plats et marécageux des vallées qui étaient négligés jusqu’alors, ou qui étaient destinés à d’autres usages (pâturage de saison sèche pour les troupeaux des chefs Tutsi). L’administration belge avait poussé d’ailleurs depuis longtemps à leur mise en culture pour des champs de saison sèche et particulièrement des champs de haricots. Tout cela se faisait dans le système de la « colline », c’est-à-dire à l’intérieur du cadre territorial traditionnel.

  • 23 Chiffres fournis par P. SIRVEN.
  • 24 PREFOL B. et DELEPIERRE G. – Disponibilités et utilisation des terres au Rwanda. Situation actuell (...)

34Au Rwanda, l’occupation des zones d’altitude au-dessus de la zone des champs aboutit au grignotage des rares forêts subsistantes. La forêt de la crête Congo-Nil, que l’on s’était efforcé de protéger depuis 1933, est largement entamée. De 1958 à 1974, la forêt de Nyungwe (partie méridionale de la forêt de crête) a reculé de 300 m par an23, les défrichements, après deux ou trois ans de culture, devenant des pâturages à bovins. La superficie boisée du Rwanda, qui était estimée à 137.000 ha en 1973, diminuerait de 1.000 ha chaque année24.

  • 25 Exemples fournis par P. SIRVEN.
  • 26 PREFOL B. et DELEPIERRE G. – ouvrage cité, p. 19.

35Fronts d’altitude aussi au Burundi avec, dans la province de Ngozi surtout (la plus peuplée du pays), installation de jeunes émigrants qui, pendant les deux premières années, vendent le bois de chauffage et le charbon de bois provenant du défrichement et font ensuite du maïs, de la pomme de terre et du manioc25. On redoute aujourd’hui au Rwanda comme au Burundi les conséquences écologiques du recul de la forêt (disparition d’un régulateur hydrologique et accroissement de l’érosion sur les sols déboisés). Le Parc National des Volcans est lui-même menacé. Sa superficie a été réduite d’un tiers en quelques années. La zone des cultures vient buter contre la limite du Parc et la fait reculer. On a pu parler d’un véritable « braconnage » des terres. La superficie légale du Parc était de 18.000 ha. En 1971, elle ne faisait plus que 12.000 ha. Aujourd’hui, elle ne dépasserait plus 8.000 ha. Ici aussi l’érosion est aggravée par les défrichements. Les gorilles de montagne ont été refoulés au-delà de la frontière. L’attrait touristique du Parc serait très affaibli26.

36Mais la poussée démographique dans un pays où la taille des exploitations est en moyenne aujourd’hui de l’ordre de 1 ha (pas plus de 2 ha d’ailleurs dans les zones de colonisation dirigée dont nous parlerons plus loin) se fait aussi en direction des terres basses de la partie orientale du pays.

  • 27 Exemples fournis par F. BART.
  • 28 PREFOL B. et DELEPIERRE G. – ouvrage cité, p. 18.

37Ces régions (en-dessous de 1.500 m) contrastent par leur faible peuplement avec les hautes terres surchargées d’hommes. Un climat plus sec (800 à 900 mm seulement), des surfaces amphibies couvertes de papyrus dans le fond des vallées, la menace de la maladie du sommeil, en avaient écarté les pasteurs Tutsi qui n’y avaient que des pâturages d’appoint ou des domaines de chasse. Un parc naturel avait été délimité à l’époque de la tutelle (P. N. de la Kagera), ainsi qu’une grande réserve de chasse. Aujourd’hui, la population afflue des hautes terres. Le plateau du Bugesera, en contrebas immédiat, entre l’Akanyaru et la Nyabarongo, au sud de Kigali, avec ses savanes arborées et ses grandes surfaces de latérite, n’avait pas plus de 10 habitants au km2, voici dix ans, et sa partie orientale était parcourue par des troupeaux d’éléphants. Aujourd’hui, la commune la moins peuplée (Gashora) a plus de 50 habitants au km2. Les éléphants ont disparu. Depuis l’asphaltage de la route de Kigali à la frontière tanzanienne, les « rugo » se multiplient dans l’extrême Sud-Est du pays (commune de Rusumo). La savane boisée se dégrade à la suite des ravages que font la récolte du bois de chauffage et la production de chauffage et la production de charbon de bois27. Devant ces poussées, le Parc National de la Kagera (270.000 ha) est menacé. Pour répondre aux pressions de ceux qui affirment que le maintien de vastes surfaces inexploitées est injustifiable dans un pays aussi peuplé, on prévoit d’y permettre la culture « sous réserve » sur près de 18.000 ha, mais éparpillés en petits îlots. Concession dérisoire d’ailleurs, puisqu’elle ne peut couvrir les besoins du croît démographique d’une année qui est estimé à 30.000 familles, mais qui compromettra la conservation du Parc28. Le domaine de chasse de Mutara (64.000 ha), malgré sa faible pluviosité et ses sols acides, semble condamné à terme et sera certainement envahi par l’élevage de ranching (qui s’y développe déjà) si le problème des points d’eau et celui de l’élimination des Tsé-Tsé sont résolus. Une bonne part de cette colonisation des terres basses se fait de façon spontanée, mais l’Etat s’efforce de la canaliser de même qu’il organise directement des opérations dirigées (les paysannats). Nous reparlerons plus loin de ce type d’intervention.

7. Glissements de population et voies de communication nouvelles

  • 29 SAUTTER G. – De l’Atlantique au fleuve Congo..., op. cit., chap. IX.
  • 30 VENNETIER P. – Pointe-Noire et la façade maritime du Congo-Brazzaville, O.R.S.T.O.M., 1968,488 p. (...)

38L’ouverture de la vie villageoise à une économie de marché et la création d’un réseau de voies de communication ont amené un certain nombre d’agriculteurs à changer de terroir. Parfois il s’agit de simples glissements dans le domaine foncier traditionnel pour se rapprocher de la route tracée par l’administration ou par une grande société. Glissement parfois imposés par les autorités, mais le plus souvent spontanés. G. Sautter en donne un très bel exemple au Woleu N. Tem. Le rassemblement à proximité d’une route de hameaux dispersés naguère dans la forêt a permis d’amorcer la production de cacao et de l’évacuer vers les ports du Cameroun, ce qui n’aurait pas été possible auparavant, étant donné la très faible densité de population29. Bel exemple aussi que ces villages qui s’installèrent spontanément sur la route ouverte en direction des gorges de Sounda, en prévision de la construction d’un barrage sur le Kouilou (Congo-Brazzaville) entre 1959 et 196130.

  • 31 NICOLAI H. et JACQUES J. – La transformation des paysages congolais par le chemin de fer. L’exempl (...)
  • 32 VENNETIER P. – Pointe-Noire et la façade maritime..., op. cit., p. 112.

39Le Mayumbe congolais (dans l’actuel Bas-Zaïre), pays de fortes densités de population (plus de 80 ou même de 100 habitants dans certains groupements) a non seulement nourri une forte émigration vers les ports de Boma et de Matadi et vers Kinshasa, mais il a peuplé aussi une chaîne de petits villages et de petits postes le long des routes qui mènent aux deux ports zaïrois. Même processus au Kasai, avec l’installation de Luba le long de la voie ferrée. Ici, un chapelet de villages le long de la route qui suit le rail (plutôt d’ailleurs qu’en bordure du rail proprement dit), a été constitué au départ par des ouvriers qui avaient travaillé à la construction du chemin de fer, entre 1923 et 1928, et qui choisirent de rester sur place pour produire du maïs et du manioc. Cette production vivrière pouvait être facilement écoulée vers les centres miniers du Katanga (Shaba)31. De même lorsque les chantiers forestiers qui avaient été ouverts le long du rail dans le Mayombe (Congo-Brazzaville) ont été abandonnés après épuisement des coupes, les ouvriers ne sont pas rentrés dans leurs villages mais se sont rapprochés des gares (c’est-à-dire dans ce cas, dans les localités à tout le moins semi-urbaines)32.

40Madame Villien-Rossi, étudiant la Compagnie minière de l’Ogooué (COMILOG) et son influence géographique au Gabon et au Congo, a étudié avec beaucoup de minutie l’influence de la route et de la voie ferrée COMILOG au Gabon. Comme dans les cas précédents, on observe que ces voies de communication ont eu une grande influence sur le monde rural. La migration de la plupart des villages vers l’axe de circulation COMILOG a donné au peuplement une distribution linéaire, avec, comme points forts, les gares et les centres urbains. Le déplacement des champs a accompagné celui des villages. On observe une commercialisation plus poussée (manioc, vin de palme, huile de palme) et l’apparition de quelques cultures maraîchères.

  • 33 VILLIEN-ROSSI (Marie-Louise) – La compagnie minière de l’Ogooué. Son influence géographique au Gab (...)

41Mouvement pionnier aussi, lié à l’axe routier et ferroviaire COMILOG, que l’ouverture de chantiers forestiers nouveaux dans le massif du Chaillu et sur les plateaux qui l’entourent. Les entrepreneurs congolais ont obtenu des concessions forestières proches du rail, tandis que de puissantes sociétés étrangères obtenaient de vastes concessions dans les zones plus éloignées. Cette activité forestière a entraîné l’ouverture de routes pour desservir les chantiers et a attiré des travailleurs et leurs familles dans cette région naguère à peu près vide33.

  • 34 WILMET J. – La répartition de la population dans la dépression des rivières Mufuvya et Lufira. Aca (...)

42Des installations nouvelles mais à caractère ponctuel ont été la conséquence de certains aménagements. Ainsi, la création d’un lac de retenue sur la Lufira dans l’actuel Shaba a attiré, à partir de 1955, des paysans (ou même des citadins) alléchés par les perspectives de la pêche (le poisson pouvait être vendu dans les centres miniers), un certain nombre de chômeurs refoulés de la ville et aussi des villages entiers descendus des plateaux du Sud. Donc, un mouvement de colonisation très localisé, et d’avenir d’ailleurs incertain34 .

  • 35 VAN WETTERE-VERHASSELT Y. – Observations de géographie humaine dans une ré-gion frontière du Bas-C (...)

43Autres implantations ponctuelles et précaires mais qui peuvent être de grande ampleur : l’installation de réfugiés dans les zones frontalières. Les Angolais faisaient en 1966, 78 % de la population du groupement Bemba le long de la frontière du Bas-Zaïre. Ils avaient créé de nouveaux villages (la population de la région tripla entre 1959 et 1966) et développé les cultures destinées au ravitaillement de Kinshasa qui n’est qu’à 250 km35. On pourrait trouver des situations analogues pour les réfugiés Tutsi dans l’est du Zaïre ou même au Burundi.

II. Les fronts de colonisation suscitée, orientée, dirigée

  • 36 VENNETIER P. – Ouvrage cité, pp. 110-111.
  • 37 NICOLAI H. – Ouvrage cité, pp. 338-344.

44Nous rangeons sous ce titre des opérations de colonisation planifiée (avec installation de colons sur de nouveaux sites) dont l’initiative et la mise en œuvre sont extérieures au milieu villageois traditionnel. La plupart sont d’initiative publique. Certaines peuvent avoir au départ des initiateurs privés mais ceux-ci appartenaient au milieu colonial européen. Des sociétés ayant besoin de main-d’œuvre ou désirant se procurer des produits de cueillette ont cherché à attirer des hommes sur les territoires où elles exerçaient leur activité. Des sociétés huilières essayèrent de faire venir des villages Loumba pour exploiter les palmeraies naturelles du Kouilou dans le Congo-Brazzaville. Elles obtinrent même de l’administration coloniale qu’elle établit un plan de transfert. Mais l’opération n’eut aucun succès36. L’installation de coupeurs de fruits venant de villages pende éloignés de plus de 200 km et chargés d’exploiter les palmeraies naturelles de la partie méridionale de l’actuelle Zone de Bulungu (ancien territoire de Kikwit) pour les Huileries du Congo belge (groupe Unilever) ne dépassa pas le stade des camps destinés à des séjours temporaires37.

1. Les paysannats de l’ancien Congo belge

  • 38 Pour la « théorie » des paysannats, on consultera JURION F. et HENRY J. – De l’agriculture itinéra (...)

45Les opérations de grande envergure furent organisées d’abord par le pouvoir colonial. Mais représentaient-elles vraiment le caractère d’une conquête de terres nouvelles ? Au Congo belge, la formule des paysannats mise au point peu avant la dernière guerre (le premier « paysannat » date de 1936) était avant tout un essai de rationalisation des systèmes traditionnels. Elle cherchait à stabiliser l’exploitation pour permettre une intensification progressive des techniques, le racourcissement des jachères et même éventuellement leur suppression (ou tout au moins leur remplacement par une jachère pâturée), l’usage de matériel commun, enfin la mécanisation de certaines opérations agricoles. Cette dernière exigeait que tous les lots (du moins pour les paysannats à base de coton) fussent découpés dans un grand bloc d’un seul tenant et que les parcelles portant la même culture fussent placées les uns à côté des autres dans le même alignement pour former de longues soles. Car le paysannat était une communauté d’agriculteurs travaillant des lots individuels. Seuls certains matériels étaient propriété collective de même que les équipements sociaux38. En principe, pour s’assurer les meilleures chances de réussite, étant donné que le paysannat devait produire une denrée commerciale (de préférence destinée à l’exportation comme le coton, le café ou le latex) à côté de denrées vivrières d’auto-consommation, le bloc de paysannat devait être délimité dans un ensemble de terres inutilisées depuis longtemps donc pratiquement « neuves ». C’est en ce sens que les paysannats pourraient être considérés comme une forme de colonisation de terres nouvelles. Mais il s’agissait de terres appartenant au domaine foncier du groupe et qui se trouvaient donc destinées à être mises (ou remises) en culture à une échéance plus ou moins proche. Il ne s’agissait pas de terres sans occupants ni de terres négligées parce que leur mise en valeur n’aurait pas été possible avec les techniques traditionnelles (ce qui aurait été le cas par exemple de certaines terres marécageuses).

46La difficulté, lorsqu’on créait un paysannat, fut précisément de trouver, sur les terres du groupe, des « blocs » assez grands pour permettre la mécanisation et d’autre part assez homogènes pour que tous les lots aient à peu près la même valeur. Des terres proches, convenables et suffisamment étendues, existaient parfois mais en dehors du domaine foncier du groupe. Il fallait négocier au moins l’abandon de l’usufruit auprès du groupe propriétaire. Comme ces négociations étaient menées par l’administration coloniale, elles aboutirent souvent à des contrats qui ne respectèrent pas avec assez de prudence les formes traditionnelles et qui ne s’accompagnèrent pas suffisamment des rites (sacrifices d’animaux, échanges de cadeaux symboliques, etc.) à fonction magico-religieuse, indispensables si l’on voulait se concilier les ancêtres, gardiens de la terre et de sa fécondité. D’où souvent le sentiment d’insécurité des paysans qui y furent installés. Il suffisait de quelque mauvais résultat ou de quelque accident pour les persuader qu’ils n’avaient pas le droit de travailler ces terres et que les puissances occultes du sol leur étaient défavorables.

47Le mouvement des « paysannats » malgré l’ampleur qui avait été prévue (installation dans le cadre du plan décennal 1950-1960 de 500.000 familles sur une surface de 3 millions d’hectares, soit une superficie totale équivalente à celle de la Belgique) ne se fit guère avec la participation enthousiaste des paysans. Les avantages du système ne leur paraissaient pas l’emporter de prime abord sur ses inconvénients et particulièrement sur les différentes formes de contrainte qu’il impliquait (discicipline collective de culture, fixation définitive sur le même lot). Certes, à ce point de vue les paysannats ne sont pas un cas original. Des réalisations de la même époque, faites ailleurs et, comme eux, expression d’un paternalisme colonial finissant rencontrèrent les mêmes difficultés et aboutirent à des situations semblables.

  • 39 NICOLAI H. – Luozi. Ac. Roy. Sc. Outre-Mer, 1961, 95 p. ;voir pp. 68-77.

48La majorité des paysannats de l’ancien Congo belge n’étaient donc pas au premier chef des opérations de conquête agricole ni des opérations de peuplement de terres nouvelles. Quelques-uns faisaient exception. Ainsi, les paysannats de la Luala (actuelle Zone de Luozi) avaient pour objectif de mettre en valeur des surfaces calcaires peu peuplées en contrebas d’un plateau gréseux bien habité (dans le prolongement d’une région qui, au-delà de la frontière, au Congo-Brazzaville, a été le lieu d’une tentative de colonisation européenne agricole, le lieu d’implantation de quelques grandes sociétés de plantation ou d’élevage et, par la suite, le lieu d’une colonisation africaine spontanée). On voulait ici surtout exploiter par la production de fibres d’Urena et de riz, des surfaces jusqu’alors délaissées (peut-être d’ailleurs d’abandon assez récent) sur lesquelles il serait aisé de pratiquer une culture semi-mécanisée, et non pas tellement délester les plateaux voisins de leur charge démographique39. Par contre, cette préoccupation fut fréquente pour les paysannats aménagés dans l’Est du Congo (Kivu montagneux) et dans les Territoires du Rwanda et du Burundi. Nous y reviendrons plus loin.

49Les paysannats de l’ancien Congo belge eurent des destinées très contrariées. Beaucoup n’ont pas résisté à la bourrasque de l’indépendance. La discipline devait beaucoup au contrôle permanent et à l’autorité de l’administration coloniale. La nouvelle administration ne put poursuivre ce contrôle. L’effondrement fut rapide quand les beaux résultats, qui avaient été obtenus auparavant, étaient dûs à des conditions en grande partie anormales (encadrement massif par des techniciens européens d’une grande station agronomique proche avec utilisation d’un matériel mécanique important comme dans les paysannats cotonniers du Kasai). Ces conditions disparurent après 1960 (départ des techniciens, usure précoce et non-renouvellement du matériel). Des événements politiques accélérèrent le déclin comme l’envahissement des paysannats par des populations réfugiées ou expulsées (les Luba dans les paysannats du Kasai en 1960 ; la population de certaines circonscriptions tripla en deux ou trois ans). Ou bien ce furent des événements dramatiques comme les rébellions du Nord-Est, avec parfois massacre de tous ceux qui occupaient un poste d’encadrement et cela dans des paysannats qui pourtant avaient été véritablement pris en main par leurs participants et qui n’avaient donc plus le caractère d’un système imposé par l’autorité coloniale. La dégradation des voies de communication et le départ des commerçants gênèrent les paysannats à base de caféier ou d’hévéa. Le blocage des prix du coton et les difficultés d’exportation accélérèrent aussi entre 1960 et 1964 le déclin d’une culture que les paysans supportaient d’ailleurs fort mal.

50Certes tous les paysannats n’ont pas disparu. Se maintiennent notamment ceux qui, restés à l’écart de ces bourrasques, avaient une structure moins rigide que celle qui vient d’être décrite et qui concernaient des productions mieux acceptées que le coton. Parfois aussi, les structures s’étaient assouplies, ou bien un encadrement européen avait pu être conservé ou rétabli grâce à l’intervention d’organismes internationaux d’aide aux masses rurales africaines, organismes alimentés par des fonds officiels européens ou par le produit de collectes en Europe ou en Amérique. Un missionnaire catholique par exemple pouvait être l’animateur d’opérations de ce type. Il est donc resté, dans ces cas, quelque chose de la structure des paysannats : une relative stabilité de l’exploitation, des alignements respectés, quelques bovins associés au système de culture et, partiellement au moins, une gestion collective pour certains achats ou pour certains équipements.

2. Un programme poursuivi de paysannats : le Rwanda et le Burundi

51La réalisation de paysannats s’est prolongée jusqu’à l’heure actuelle au Rwanda et au Burundi. Elle y commença, après le Congo belge, à partir de 1952 (projet pilote de Muhero) en rencontrant d’ailleurs à ce moment quelque opposition de la part des éleveurs Tutsi soucieux de défendre les parcours de leurs troupeaux. Le schéma est une adaptation du paysannat congolais aux conditions particulières de ces territoires : paysannats à flanc de versant, lots (de 2 ha le plus souvent) perpendiculaires aux courbes de niveau et à la route qui les traverse et en bordure de laquelle se trouvent l’habitation et les bananeraies, parcelles de culture allongées parallèlement aux courbes pour former de longues soles de 12 ha environ. Les soles sont séparées les unes des autres par des haies antiérosives qui souvent se transformeront en rideaux. Les pâturages sont sur la partie supérieure des collines, parfois communs mais le plus souvent divisés eux-mêmes par des haies.

  • 40 Nombreux renseignements sur les paysannats du Rwanda dans SILVESTRE V, Masaka au Rwanda, Contribut (...)

52Comme au Congo, les paysannats furent simplement la restructuration sur place d’un système traditionnel. Ce dernier comportait d’ailleurs déjà la localisation de la maison (l’enclos ou rugo) sur l’exploitation, contrairement à ce qui existait généralement là où furent établis la plupart des paysannats du Congo (d’où l’échec, dans ce pays, de l’unique tentative d’installation des maisons d’habitation sur les lots d’un paysannat cotonnier). Inversement, la tentative de grouper les paysans en villages a été mal acceptée à Rusumo, dans le sud-est du Rwanda sauf dans des paysannats aux lots disposés en éventail où les maisons sont chacune sur leur lot mais assez proches les unes des autres comme dans certains mochavim israéliens40.

53L’objectif initial des paysannats rwandais était semblable à celui des paysannats congolais : intensifier les cultures et assurer des revenus monétaires grâce à une culture commerciale imposée. Ce fut, pour près de 80 % des cas, le café, plus rarement le pyrèthre (au pied des volcans, 15 % des cas), plus rarement encore les arachides ou le coton. Au Burundi, les paysannats de la Rusizi, dans l’Imbo, ont été consacrés au coton et au riz. Il n’y a pas lieu de ranger parmi les paysannats, contrairement à ce que fait la statistique officielle, les plantations de thé car il n’y a pas eu de réorganisation du terroir car ce sont simples aménagements de blocs de 50 à 100 ha délimités sur une colline ou dans d’anciens fonds marécageux et divisés en petites parcelles individuelles.

  • 41 CAZENAVE-PIARROT A. – Les paysannats de la plaine de la Rusizi, au Burundi. Les Cahiers d’Outre-Me (...)

54La plupart des paysannats rwandais cependant ont été conçus comme des entreprises destinées à organiser ou à encadrer la colonisation spontanée des basses terres de la partie orientale du pays. On a imaginé d’aménager aussi sur ce modèle des surfaces que la colonisation spontanée était techniquement incapable de conquérir. Il y eut un projet de « poldérisation » des vastes régions marécageuses du Bugesera méridional mais il ne fut pas réalisé. La colonisation se fit en fin de compte sur les pentes et aboutit à l’aménagement de nouvelles « collines ». Au Burundi cependant les paysannats de la Rusizi comportent depuis 1968 un périmètre irrigué de 5.000 ha (projet dit Imbo) utilisant les eaux d’affluents de la rivière, à leur sortie de la montagne41.

  • 42 CAZENAVE-PIARROT A. – Article cité, p. 292.

55Les paysannats, surtout pendant la période coloniale, furent d’abord conçus selon un projet rigoureux et avec l’exigence d’une discipline stricte. Ils n’ont généralement pas respecté fidèlement le projet initial. Ils se sont rapprochés très vite des systèmes traditionnels. Dans les paysannats de la Rusizi, l’abandon de certaines parcelles, l’introduction de l’élevage des bovins sur des surfaces où il n’avait pas été prévu et l’empiètement des cultures de bananiers « marquent une réadaptation de la formule « paysannat » à la mentalité des paysans »42.

  • 43 SILVESTRE V. – Ouvrage cité, pp. 462-467.

56En fait les paysannats ne sont pas perçus de la même façon par les différentes parties en cause. Une enquête menée dans le paysannat de Masaka (dans l’Icyana, au Sud-Est de Kigali) montre que les paysans définissent le paysannat davantage par ses aspects contraignants que par sa finalité d’intensification de l’agriculture ou le présentent comme « une façon d’habiter » plutôt que comme « une façon de cultiver »43. Les promoteurs belges et les organismes qui financent certains projets y voient avant tout une cellule de production intensive poursuivant un objectif agronomique précis. Les autorités rwandaises le conçoivent soit comme une distribution de terres (des fonctionnaires, des militaires, des policiers se font attribuer un ou plusieurs lots qu’ils font cultiver à leur profit par quelqu’un d’autre) soit comme un exutoire à la pression démographique mais beaucoup moins comme une tentative d’amélioration de l’agriculture africaine.

57Un problème grave se pose dans l’avenir immédiat : celui des terres pour les enfants des paysans. Les lots sont en théorie de 3 ha mais en pratique de 2 ha étant donné les surfaces inutilisables, ce qui fait malgré tout des agriculteurs privilégiés puisque leur superficie d’exploitation est double des exploitations traditionnelles. Ces lots ne peuvent être divisés même entre les enfants. Si ce principe n’est pas respecté, étant donné la forte croissance démographique, les paysannats s’émietteront vite en lots minuscules. S’il l’est, la majorité des familles de la deuxième génération devra chercher ailleurs de nouvelles terres.

  • 44 PREFOL B. et DELEPIERRE G. – Ouvrage cité, pp. 43-44.

58En 20 ans, 38.000 familles ont été installées sur des paysannats. En 1972, elles faisaient 5,4 % de la population agricole de tout le Rwanda. Pour 1976, le Deuxième Plan prévoyait l’installation de 29.000 familles supplémentaires essentiellement dans le Mutara (préfecture de Byumba) et dans l’Est du Bugesera (préfecture de Kigali-Sud). Mais, la colonisation spontanée ayant devancé souvent la colonisation planifié, la réalisation des lotissements a été perturbée44. Le rythme de création des paysannats se ralentit. Il pourra difficilement faire face aux besoins d’un pays qui s’accroît chaque année de 30.000 familles supplémentaires.

  • 45 CARAEL et autres – Le Kivu montagneux-Surpopulation-Nutrition... CEMUBAC, 1978.

59Vers 1970, les autorités rwandaises estimaient que la création des paysannats serait pour les dix années à venir une solution suffisante à l’accroissement démographique. Mais qu’en sera-t-il par la suite d’autant plus que les possibilités d’émigration temporaire vers les pays limitrophes ont été fortement réduites. Une simulation mathématique a montré que si le Rwanda atteint 7 millions d’habitants en 1995 (pour 4,8 millions en 1978), le pays ne pourra en nourrir que 1,5 million pour lesquels il faudra importer des vivres45. La seule solution dans un pays où le développement des villes est lent sera-t-elle nécessairement l’émigration ? Faut-il reprendre des projets anciens comme ceux qui figuraient au programme d’une Mission d’Emigration des Banya-Ruanda à l’époque coloniale ? Les mêmes problèmes se posent dans les régions voisines du Kivu montagneux. Dans ce dernier cas, les déplacements pourraient se faire, dans le cadre national, à distance assez courte, sur le long versant boisé, à l’Ouest de la ligne de faîte. Pour le Rwanda, l’émigration devrait être plus lointaine. On doute des possibilités d’installation dans la Tanzanie proche bien que le gouvernement de ce dernier pays ait proposé d’accueillir un million de Twandais en 6 ans. On songe aux régions vides de la cuvette équatoriale zaïroise. De même que l’Amazonie a pu être considérée comme « des terres sans hommes pour des hommes sans terres » et donc comme un exutoire pour le Nord-Est brésilien, la cuvette congolaise pourrait être envisagée comme une zone d’accueil pour le trop-plein démographique des Hautes Terres. Mais ces suggestions proviennent d’observateurs extérieurs et non des autorités locales. Aucun projet officiel n’a été esquissé. La nécessité du caractère international de telles opérations ajoutera encore à leurs difficultés.

3. Quelques exemples de mise en valeur organisée de terres neuves

60Quelques types d’opérations de peuplement et de mise en valeur de terres pionnières vont compléter les enseignements fournis par l’expérience des paysannats.

  • 46 DUBOIS J.P. – Les Serer et la question des Terres Neuves au Sénégal. Cahiers ORSTOM ser. Sc. Hum.,(...)

61L’exemple de la colonisation dirigée des Terres Neuves du Sénégal oriental par des paysans Serer va nous permettre de prendre clairement conscience des différences entre cette colonisation et celle qui fut patronnée par les marabouts mourides. La colonisation par les Serer a été voulue et organisée par l’Etat, dans le cadre de la politique générale d’aménagement du territoire46 J.P. Dubois, qui l’a étudiée, rappelle que les deux objectifs poursuivis, inscrits dans le troisième plan de développement économique et social sénégalais (1969-73) étaient les suivants :

  1. « Réaliser dans les terres neuves des structures d’exploitation adéquates permettant d’assurer une bonne rentabilité des cultures et une diversification de la production agricole » ;
  2. « Passer d’une agriculture extensive à une agriculture intensive ».

62La société des Terres Neuves (STN), Etablissement public sénégalais, fut créée par une loi du 30 novembre 1971, eut le monopole des entreprises de colonisation. Le projet pilote, qui s’exécuta en trois ans, de 1972 à 1974, concerna 300 familles Serer qui furent installées en 6 villages de 50 familles chacun. Chaque famille reçut 10 hectares de terres à cultiver progressivement, 2 ha ayant été défrichés à la machine. Ce lot familial de 10 ha était divisé en 4 soles de 2 ha, soumises à la rotation coton-céréales-arachides-jachère, 1 sole de 2 ha restant en réserve. Une indemnité de 40.000 Francs CFA fut mise à la disposition des familles, en attendant la première récolte. Les paysans devaient régénérer la fertilité du sol par des engrais chimiques et utiliser la traction bovine. L’agriculture devait être intensive. Chaque famille Serer installée dans les Terres Neuves coûta 1,5 million francs CFA à la collectivité. Les résultats économiques de l’expérience furent satisfaisants pour les colons ; par contre, on observa que l’arachide prit rapidement le pas sur les céréales nourricières, que les colons lésinaient sur l’achat d’engrais et ne se préoccupaient pas suffisamment de maintenir la fertilité du sol, qu’ils glissaient vers une agriculture extensive, et enfin qu’ils prenaient la mentalité d’assistés. D’ailleurs cette forme de colonisation dirigée n’avait pas suscité d’engouement dans le vieux pays Serer et devait en demeurer au stade d’expérience pilote.

  • 47 BARBIER J.C. – Colonisation agricole et référence en milieu urbain. Exemple des villages pionniers (...)
  • 48 Colonisation de la rive gauche du Noun (1932), puis du Nkogam (arrondissement de Foumbot (1937) ; (...)

63Dans un tout autre milieu, J.C. Barbier, Sociologue de l’ORSTOM, nous a présenté une expérience de colonisation agricole dans les Terres nouvelles du Cameroun forestier, au Nord-Est de Douala47. Il s’agit de l’opération Yabassi-Bafang, dans le département du Nkam, menée par un organisme d’Etat, la Société de développement du Nkam (SODENKAM). Cette opération, commencée en 1966 s’inscrit à la suite de toutes celles qui ont eu pour but de décongestionner le pays Bamiléké et d’accueillir les migrants ruraux dans des structures de colonisation agricole organisées48. Il s’agissait ici de valoriser un nouvel axe routier, Yabassi-Bafang, qui avait été ouvert pour lutter contre les maquis upécistes, en installant des villages pionniers dans une région forestière vide. Les trois premiers villages furent installés en 1966. Les lots attribués à chaque colon avaient entre 6 et 8 ha. Le colon en devenait propriétaire au bout de 5 ans après mise en valeur de la concession et construction de la case. En juin 1972, 14 villages étaient installés, rassemblant 1.180 exploitants agricoles et 3.340 personnes. L’opération, bien encadrée (un moniteur agricole par village), visait à augmenter la production de cultures commerciales, café robusta et cacao. En 1977, onze ans après son lancement, l’opération Yabassi-Bafang continue et J.C. Barbier considère qu’elle est une réussite. Cela tient au fait que les migrants avaient acquis une mentalité semi-urbaine lors des étapes antérieures de leur migration, qu’ils ont su se spécialiser très vite dans les cultures d’exportation, tout en ajoutant d’autres sources de revenus à leur activité de « planteurs » : artisanat, commerce, transport.

  • 49 Club du Sahel et Comité Permanent inter-états de lutte contre la sècheresse au Sahel (CILSS). La m (...)
  • 50 RAISON J.P. – La colonisation des terres neuves intertropicales... op. cit., pp. 51-69.

64Il est impossible, tant sont nombreuses les opérations de mise en valeur de « Terres Neuves », de les énumérer. Dans la plupart des cas, il s’agit de colonisations agricoles planifiées, les colons étant soumis aux règlements élaborés par la Société d’Etat chargée de diriger l’opération. On trouvera une bonne analyse d’un grand nombre d’opérations de ce type dans la publication des actes du Séminaire de Ouagadougou (10-13 octobre 1978), ouvrage mis au point par « le Club du Sahel » sous le titre : « La mise en valeur des « terres neuves » au Sahel »49. Le contenu de l’ouvrage déborde hors du Sahel puisqu’il présente des opérations de colonisation de terres neuves en Côte d’Ivoire (Autorité pour l’Aménagement de la vallée du Bandama ; Autorité pour l’Aménagement de la région du Sud-Ouest) ou au Kénya (la recolonisation agricole et les opérations d’aménagement au Kenya). Retenons de la lecture de cette riche étude quelques idées fondamentales : les objectifs font que les opérations « Terres pionnières » ou « Terres nouvelles » – expressions jugées préférables à celle de « Terres neuves » – doivent être des actions de développement régional intégré. Certaines de ces opérations exigent un transfert de population vers les zones pionnières (Autorité pour l’aménagement des vallées des Volta, par exemple), d’autres sont essentiellement des entreprises de mise en culture de terres nouvelles avec l’appui des populations autochtones (opération Mali Sud). Il est certain que, dans ces cas de colonisation agricole planifiée, la mise en valeur « s’accompagne d’une révolution dans le mode d’utilisation du sol et d’une altération profonde de l’organisation sociale traditionnelle », critères dans lesquels J.P. Raison reconnait d’authentiques formes de colonisation pionnière50.

Notes

1 RAISON J.P. La colonisation des terres neuves intertropicales. Etudes rurales, 1968, no 31, pp. 5-112.

2 PELISSIER P. – Les paysans du Sénégal. Les civilisations agraires du Cayor à la Casa-mance. Thèse, imp. Fabrègue, St-Yrieix-La-Perche, 1966, 940 p.

3 DUBOURG J. – La vie des paysans mossi : le village de Tahalla. Bordeaux, Les Cahiers d’Outre-Mer, 1957, T. X, n° 40, pp. 285-324.

4 SAVONNET G. – La colonisation du pays Koulango (Haute Côte d’Ivoire) par les Lobi. Bordeaux, Les Cahiers d’Outre-Mer, 1962, T. XV, no 57, pp. 25-46.

5 BALANDIER G. – Sociologie actuelle de l’Afrique noire. Dynamique des changements sociaux en Afrique centrale. Paris, 1955, 410 p.

6 SAUTTER G. – De l’Atlantique au fleuve Congo, une géographie du sous-peuplement. République du Congo. République gabonaise. Paris, La Haye, Mouton, 1966, 2 Vol., 1.102 p.

7 BRAZZA P. Savorgnan de – Voyages dans l’Ouest africain. Paris, le Tour du Monde, 1888, LVI, 2ème semestre, p. 4.

8 WEBER J. – Structures agraires et évolution des milieux ruraux : le cas de la région ca-caoyère du Centre-Sud Cameroun. Cahiers O.R.S.T.O.M., Série Sciences Humaines, 1977, XIV (2), pp. 113-140.

9 NICOLAI H. – Le Kwilu. Thèse, 1963, 403 p. Voir pp. 134 et suivantes.

10 SAUTTER G. – De l’Atlantique au fleuve Congo... op. cit... Voir p. 477.

11 WEIS G. – Le pays d’Uvira. Ac. Roy. des Sc. colon., 1959, 308 p. Voir p. 149 et suivantes.

12 GOUROU P. – La répartition de la population rurale au Congo belge. Acad. Roy. des Sc. colon, 1955 ; voir aussi du même auteur : l’Afrique, Hachette, 1970, pp. 287 et 288.

13 SAVONNET G. – La colonisation du pays Koulango..., op. cit., p. 26.

14 GALLAIS J. – Essai sur la situation actuelle des relations entre pasteurs et paysans dans le Sahel Ouest Africain. Etudes de Géographie Tropicale offertes à Pierre GOUROU, Mouton, Paris La Haye, 1972, pp. 301-313. Voir, du même auteur : Pasteurs et paysans du Gourma. La condition sahélienne. C.N.R.S., Mémoires du Centre d’Etudes de Géogra-phie Tropicale, 1975, 240 p. , bibl. – Stratégies pastorales et agricoles des Sahéliens durant la sécheresse 1969-1974. Elevage et contact entre pasteurs et agriculteurs. Travaux et Documents de Géographie Tropicale, n° 30, 1977, 281 p.

15 SIDIKOU (Arouna Hamidou) – Sédentarité et mobilité entre Niger et Zgaret. Etudes nigériennes, n° 34, 1974, 250 + XXV pages.

16 GALLAIS J. – Essai sur la situation actuelle..., op. cit., pp. 309-310.

17 PELISSIER P. – Les paysans du Sénégal..., op. cit., pp. 301-362.
Le mouridisme est la confrérie musulmane créée par Amadou Bamba. C’est ce marabout qui se fixa avec ses disciples à Touba, en pleine forêt, puis à Diourbel (après un exil au Gabon et en Mauritanie), qui orienta ses adeptes vers la colonisation agricole des terres neuves et la spéculation arachidière.

18 BOUTRAIS J. – La colonisation des plaines par les montagnards au Nord du Cameroun (Monts Mandara). Paris, O.R.S.T.O.M., 1973, Travaux et Documents de l’O.R.S.T.O.M., n° 42, 279 p.

19 LUCIEN-BRUN B. – Réflexions sur un cas typique de colonisation des terres neuves : celle des Kabré et des Losso au Togo. Paris, Bull, de Liaison Sc. Hum. O.R.S.T.O.M., avril 1967, n° 8, pp. 7-20.

20 MERCIER P. – Tradition, changement, histoire ; les Somba du Dahomey septentrional. Anthropos, Paris, 538 p.

21 LUCIEN-BRUN B. – Réflexions sur un cas typique..., op. cit.

22 BARBIER J.-C. – Colonisation agricole et référence au milieu urbain. Exemple des vil-lages pionniers de l’opération Yabassi-Bafang, au N.E. de Douala (Cameroun). Cahiers O.R.S.T.O.M. Ser. Sc. Hum., 1973, vol. X, 2-3, pp. 203-216.

23 Chiffres fournis par P. SIRVEN.

24 PREFOL B. et DELEPIERRE G. – Disponibilités et utilisation des terres au Rwanda. Situation actuelle et perspectives. Mn. du Plan. Institut des Sc. Agron. du Rwanda, stencilé, 123 p. , voir p. 14.

25 Exemples fournis par P. SIRVEN.

26 PREFOL B. et DELEPIERRE G. – ouvrage cité, p. 19.

27 Exemples fournis par F. BART.

28 PREFOL B. et DELEPIERRE G. – ouvrage cité, p. 18.

29 SAUTTER G. – De l’Atlantique au fleuve Congo..., op. cit., chap. IX.

30 VENNETIER P. – Pointe-Noire et la façade maritime du Congo-Brazzaville, O.R.S.T.O.M., 1968,488 p. , voir p. 113.

31 NICOLAI H. et JACQUES J. – La transformation des paysages congolais par le chemin de fer. L’exemple du B.C.K., I.R.C.B., 1954, 208 p. , Voir particulièrement les chapitres III et IV.

32 VENNETIER P. – Pointe-Noire et la façade maritime..., op. cit., p. 112.

33 VILLIEN-ROSSI (Marie-Louise) – La compagnie minière de l’Ogooué. Son influence géographique au Gabon et au Congo. Thèse, Univ. Bordeaux III, 1976, 3 vol. ronéo, 675 p.

34 WILMET J. – La répartition de la population dans la dépression des rivières Mufuvya et Lufira. Acad. Roy. des Sc. d’Outre-Mer, 1963, 248 p. Voir p. 91.

35 VAN WETTERE-VERHASSELT Y. – Observations de géographie humaine dans une ré-gion frontière du Bas-Congo. Bull. Acad. Roy. Sc. Outre-Mer, 1969, p. 344-364.

36 VENNETIER P. – Ouvrage cité, pp. 110-111.

37 NICOLAI H. – Ouvrage cité, pp. 338-344.

38 Pour la « théorie » des paysannats, on consultera JURION F. et HENRY J. – De l’agriculture itinérante à l’agriculture intensifiée, Publ. INF.AC, 1967, 498 p. Voir notamment les pp. 70 à 101.

39 NICOLAI H. – Luozi. Ac. Roy. Sc. Outre-Mer, 1961, 95 p. ;voir pp. 68-77.

40 Nombreux renseignements sur les paysannats du Rwanda dans SILVESTRE V, Masaka au Rwanda, Contribution à l’étude de la colonisation planifiée des terres neuves en Afrique, Thèse de Doctorat de 3e cycle, Ecole Pratique des Hautes Etudes (VIe Section), 1974, 604 p. , stencilé.

41 CAZENAVE-PIARROT A. – Les paysannats de la plaine de la Rusizi, au Burundi. Les Cahiers d’Outre-Mer, n° 111, 1975, pp. 275-292.

42 CAZENAVE-PIARROT A. – Article cité, p. 292.

43 SILVESTRE V. – Ouvrage cité, pp. 462-467.

44 PREFOL B. et DELEPIERRE G. – Ouvrage cité, pp. 43-44.

45 CARAEL et autres – Le Kivu montagneux-Surpopulation-Nutrition... CEMUBAC, 1978.

46 DUBOIS J.P. – Les Serer et la question des Terres Neuves au Sénégal. Cahiers ORSTOM ser. Sc. Hum., 1975, XII (1), pp. 81-120.

47 BARBIER J.C. – Colonisation agricole et référence en milieu urbain. Exemple des villages pionniers de l’opération Yabassi-Bafang, au Nord-Est de Douala (Cameroun). Cahiers ORSTOM, Sér. Sc. Hum., 1973, vol. X, n° 2-3, pp. 203-216 – Idem, a propos de l’opération Yabassi-Bafang (Cameroun). Yaoundé, ONAREST, 1977, 121 p. ronéot.

48 Colonisation de la rive gauche du Noun (1932), puis du Nkogam (arrondissement de Foumbot (1937) ; lotissement de Galim (1969) ; aménagement de la plaine de Ndop ; projet de Wum, etc.

49 Club du Sahel et Comité Permanent inter-états de lutte contre la sècheresse au Sahel (CILSS). La mise en valeur des « Terres neuves » au Sahel. Synthèse du Séminaire de Ouagadougou (10-13 octobre 1978). Paris, 150 p. 7 cartes in-texte, 1 carte hors-texte, photos.

50 RAISON J.P. – La colonisation des terres neuves intertropicales... op. cit., pp. 51-69.

Notes de fin

* Aucune référence ne sera faite, dans cette communication, aux mouvements mossi, M. Gérard REMY devant intervenir sur ce thème.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 978k

Auteurs

Université Libre de Bruxelles

CEGET

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter