Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

Première partie. Situation des fronts pionniers dans le monde tropical

Discussions et commentaires

Texte intégral

1Question de F.H. CARDOSO à A. HENNESSY

2Je pense qu’il ne faut pas isoler le phénomène de l’occupation des terres du système économique. Dans le cas de l’expansion capitaliste (que ce soit au xviiiè siècle dans le sud du Brésil, au xixè siècle dans le mouvement d’expansion à partir de Buenos Aires ou actuellement en Amazonie), il se produit des phénomènes simultanés de mobilité sociale, d’enrichissement et d’exploitation des plus pauvres.

3Réponse de A. HENNESSY à F.H. CARDOSO

4Il est vrai que certains cas offrent des exemples de mobilité sociale mais en comparaison avec les Etats-Unis, l’Australie et le Canada, etc. il me semble qu’au Brésil, l’accès à la propriété n’est pas aussi général : il n’existe pas de classe moyenne rurale ; au Paraná et dans le Rondônia, par exemple, (le Roraima, à cause de son isolement, connait une société plus démocratique) les petits propriétaires ont de grandes difficultés à obtenir des crédits, des engrais bon marché etc. par conséquent ce sont les grands propriétaires qui triomphent.

5Question de P.Y. DENIS à A. HENNESSY

6On peut s’interroger aujourd’hui sur le poids spécifique de l’espace indifférencié du territoire pour expliquer l’importance des frontières pionnières et des frontières nationales et de l’intérêt qu’il suscite afin d’assurer l’expansion de l’arrière-pays.

7Question de H. O’REILLY STERNBERG à A. HENNESSY

8A. HENNESSY a mis en évidence l’importance historique de la pratique du principe de l’uti possidetis comme facteur stimulant l’ouverture de terres neuves dans le but d’une appropriation effective et ce principe est toujours appliqué.

9Réponse de A. HENNESSY à H. O’REILLY STERNBERG

10Il est certain que l’Etat Portugais a joué un rôle très important dans le processus d’expansion du territoire brésilien au xviiiè siècle en étant conscient des principes de la géopolitique et c’est grâce aux bandeirantes (à ce sujet, il nous faut davantage de preuves) que la Couronne portugaise a pu établir son hégémonie en Amazonie à travers les traités de Madrid et San Idefonso. De fait, le Brésil indépendant repose sur le principe de l’uti possidetis. Mais si le principe de l’uti possidetis de jure était un leg de la période coloniale, il a été nécessaire de le transformer en une réalité de facto et c’est précisément ce qui est en train de se passer dans l’Amazonie d’aujourd’hui.

11Question de R. PEBAYLE à A. HENNESSY

12Un détail concernant les conclusions de M. Henessy sur les résultats sociaux de la frontière agricole : nier la mobilité sociale sur les fronts pionniers parait quelque peu exagéré, lorsqu’on pense, par exemple aux fronts pionniers du sud du Brésil (colon allemands, italiens, etc.) ou des sitiantes du NW Paraná. Tous les fronts pionniers brésiliens ne se réduisent pas seulement à une opposition entre posseiros et capangas ou grands propriétaires même si la conquête amazonienne actuelle semble le montrer.

13Question de J. REVEL MOUROZ à T. SAIGNES

14La frontière comme facteur de mobilité sociale existe peut-être dans certaines périodes (récentes) et pays (Mexique) : ainsi lorsque la colonisation (par migration ou défrichement de la forêt) devient une modalité de la Réforme agraire. Petits colons et ejidatarios accèdent réellement à la terre et à la production marchande.

15Réponse de T. SAIGNES à J. REVEL MOUROZ

16La mobilité sociale est très réduite à l’est des Andes puisque les colons venus des hauteurs sont intégrés dans les circuits économiques et sociaux des Andes.

17Question de Cl. COLLIN DELAVAUD à P. MONBEIG

18Le schéma des vagues successives 1) spontanée, 2) colonisatrice organisés, 3) grands domaines, 4) éviction, est suffisamment général pour qu’il souffre quelques exceptions, notamment celle du delta de l’Orénoque. Là bas, le schéma est devenu 1) grand domaine, 2) colonisation officielle de la CVG 3) parcellisation et gestion autonome de la petite exploitation 4) et pour finir, départ pour la ville.

19Question de Cl. COLLIN DELAVAUD à J. DELVERT

20Monsieur Delvert vient d’évoquer un des problèmes clef de la colonisation pionnière. Qui sont les pionniers en cette fin du 20è siècle ? et que vont-ils faire. Sans évoquer ici les grandes entreprises capitalistes ou publiques qui seront traitées demain, en s’en tenant aux pionniers de petite entreprise familiale on peut noter qu’ils sont livrés pratiquement à eux-mêmes et qu’ils occupent un vaste espace cultivé extensivement. Ils viennent d’autres régions où ils ne vivaient pas en autosubsistance, ils avaient des besoins autres qu’alimentaires, ils achetaient et ils vendaient en contrepartie. L’ère des pionniers livrés à eux-mêmes et qui, selon un front de poussée démographique vont chercher plus loin de quoi se nourrir, parait terminée. Et la formule intermédiaire qui consiste à ouvrir une route et donner un appui d’encadrement minimal parait insuffisante dans le cas des pionniers des routes amazoniennes. Isolés, affrontant le milieu amazonien, ils échouent à obtenir un revenu de leur défrichement et du brûlis qui dégage un surplus commercialisable au-delà de l’alimentation. Et on se demande si au contraire il ne faut pas donner avant tout au pionnier des régions surpeuplées un espace, cinq-dix ha, un système de production technifié, amendement, engrais, matériel approprié avec encadrement et commercialisation des produits. On peut alors espérer augmenter la densité de population, obtenir une production concurrentielle et des revenus raisonnables.

21Question de M. GORMSEN à Mrs HENNESSY, P. MONBEIG, DELVERT

22M. Delvert a parlé des succès divers qu’ont eu les différents groupes ethno-sociaux dans la colonisation de l’Asie du Sud-est. A la lumière de cela, je voudrais revenir sur les contributions de M. Hennessy et M. Monbeig, reprenant la question de différenciation sociale dans le mouvement pionnier en Amérique Latine. Je me réfère au rôle qu’ont joué certains groupes ethno-religieux, en particulier les Memnonites, dans le processus de cette colonisation, comme par exemple au Mexique, Paraguay et Belize. Il vaudrait certainement la peine de discuter cet aspect en relation avec l’expansion historique du défrichement ainsi qu’avec l’importance de ces groupes dans le développement socio-économique de leurs pays.

23Réponse de J. DELVERT

24En Asie du Sud-Est, il y a finalement deux types de colonisations pionnières : celles de Mindanao qui est finalement de type classique, gaspilleuse de terres et peut-être de moyens, instable, celle des Javanas à Sumatra qui est celle d’une paysannerie très structurée et techniquement remarquable et qui aboutit à reconstituer le paysage du pays d’origine avec une agriculture très intensive.

25Question de J. KLEINPENNING à J. DELVERT

26Il y a des géographes aux Pays-Bas qui pensent que les autorités indonésiennes doivent donner priorité à une politique de limitation des naissances au lieu de stimuler la transmigration qui a causé beaucoup d’effets négatifs et qui n’est pas une solution pour la pression démographique. Quelle est l’opinion de Mr. Delvert à ce sujet ?

27Réponse de J. DELVERT à J. KLEINPENNING

28Je pense que le problème de la limitation des naissances est très difficile : on ne sait pas pourquoi les javanais ont beaucoup d’enfants. Peut-être tout simplement parce qu’ils aiment les enfants et je ne vois pas de quel droit on le leur reprocherait. Dans ces conditions la transmigration semble être la seule solution même si certains dirigeants indonésiens pensaient plutôt à développer à Kalimantan et Sumatra une riziculture très extensive qui permettrait de nourrir les villes javanaises.

29Question de R. PEBAYLE à P. MONBEIG et G. SAUTTER

30Je confirme que le mythe de la frontière existe au Brésil même si l’on n’emploie pas le mot. Il est certain que le Brésil ne serait pas ce qu’il est sans cet immense glacis d’expansion qui représente près de 60 % de son territoire même s’il est très peu peuplé. L’espace disponible fait partie du système brésilien d’utilisation du sol.

31Comme le dit Mr Sautter, il semble bien qu’il y ait de grandes similitudes entre les divers fronts pionniers (sud-américains, africains, asiatiques). Nous sommes tentés de voir dans la conquête des Mouridi une véritable caricature du front pionnier sud-américain malgré les différences qui peuvent exister par ailleurs (rôle de la religion, organisations communautaires, etc.).

32Commentaire de P. MAURY

33(1) La spéculation est non seulement foncière mais également – surtout en Amazonie brésilienne actuellement – une prise de position dans la stratégie de redivision du travail pour les questions alimentaires et énergétiques. Ceci nous ramène à la question, « la terre, pour quoi faire ? »

34(2) L’achat des terres considérées comme vides d’hommes : c’est une image fausse, destinée à cacher l’autre possibilité de développement basée celle-là sur la population locale qui est presque toujours capable d’atteindre la meilleure combinaison des facteurs de production. L’intensification des systèmes paysans permet en Amazonie un peuplement progressif dans le cadre de relations interrégionales.

35Ce concept tend également à évacuer le problème des sociétés indigènes.

36Réponse de P. MONBEIG à P. MAURY

37Je suis entièrement d’accord avec P. Maury : les plans élaborés dans les dernières années ont complètement oublié les amazoniens.

38Question de P. FLYNN à P. MONBEIG

39Dans une Table Ronde comme celle-ci ne devrions-nous pas nous intéresser davantage à la dimension politique du phénomène de « la frontière » et des « pionniers » ?.

40Ces termes ont une connotation idéologique très forte car ils présentent parfois comme frontière les processus de « développement » et de « prise de possession » du pays, ce qui, à beaucoup d’égard, est très différent. Il faut, en particulier souligner les achats récents de vastes étendues de terre par les multinationales et par des Brésiliens, industriels et financiers de São Paulo que l’on peut difficilement qualifier de « pionniers » dans le sens précis du terme...

41Réponse de P. MONBEIG à P. FLYNN

42L’intervention des étrangers et la spéculation foncière sont des phénomènes anciens au Brésil. Mais il est évident que la conjoncture politique et économique a réactivé cette vieille habitude.

43Question de J. CHONCHOL à P. MONBEIG

44Ne faut-il pas poser le problème des fronts pionniers (nouveau système) que constituent les travailleurs ruraux qui traverse les frontières des pays voisins ? En Amérique du sud, rien qu’en 1975, ils ont été estimés à 5 millions.

45Commentaire de J.P. BERTHE après intervention de J. CHONCHOL

46Aux cas cités, il faut ajouter ceux du Salvador-Honduras, origine d’un conflit très sérieux, d’Haïti – République dominicaine. Il y a là un problème à mettre en évidence : celui des différences de pression démographique entre divers pays.

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable