Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

Première partie. Situation des fronts pionniers dans le monde tropical

Quelques remarques à propos des déplacements de population en Asie du Sud-Est continentale

Christian Taillard

Texte intégral

1En Asie du Sud-Est continentale, on doit souligner la faible importance des phénomènes pionniers, au sens de conquête de terres neuves pour la production de cultures commerciales dans le cadre d’une économie marchande, dans l’explication des importants mouvements de population qui ont marqué toute la péninsule, bien que certains faits pionniers aient pu être décrits dans la province de Battambang au Cambodge par R. Blanadet et dans le nord de la plaine centrale en Thaïlande par M. Bruneau. Les principales causes de déplacements massifs de la population sont les déportations à la suite des nombreuses guerres qui ont marqué l’histoire de la région jusqu’à nos jours, et le contrôle depuis la période coloniale des zones frontalières où dominent les minorités ethniques.

2Depuis toujours, en effet, les conflits entre royaumes ou principautés se sont terminés par la déportation de la population vaincue sur le territoire du vainqueur qui pouvait ainsi repeupler des régions dévastées par de précédents conflits. Il s’agissait donc de reconquérir des terres autrefois cultivées, en réimplantant une nouvelle population mais sans modifier pour autant son organisation sociale, ni son système de production vivrière. M. Bruneau dans sa thèse d’Etat analyse l’exemple de la recolonisation du bassin de Muang Fang, dont la capitale fut détruite et désertée vers 1750, puis recolonisée à l’initiative du roi de Chieng Mai plus d’un siècle plus tard en 1880. Pour se faire, il encouragea les descendants des anciens habitants à regagner leur terre d’origine, et d’autre part fit appel à la colonisation forcée en installant de nouvelles populations captives. On peut aussi rappeler qu’au siècle dernier, la population de la rive laotienne du Mékong a été déportée en Tahilande deux fois en moins de 100 ans, et que l’on trouve encore aujourd’hui des communautés villageoises laotiennes jusqu’au sud de la plaine centrale !

3Les derniers conflits survenus dans la péninsule indochinoise, ne font pas, de ce point de vue, exception, puisqu’ils ont donné lieu aussi à d’importants déplacements de population : entre 300 à 500.000 personnes au Laos soit 10 à 17 % de la population totale, plus de 10 millions soit 25 % de la population au Vietnam au titre de la politique de « dispersion » au Nord ou à celui des « hameaux stratégiques » et de « l’urbanisation forcée » au Sud, la quasi-totalité de la population cambodgienne enfin sous le régime des khmers rouges soit plus de 6 millions de personnes. Ces déplacements, à l’exception de la politique de « dispersion » et à la différence des anciennes déportations, ont engagé une désintégration profonde de la société tant sur le plan politique qu’économique. Ces déplacements à l’intérieur de chacun des espaces nationaux ont donné lieu à des mouvements de retour à la fin des hostilités, soit spontanés vers leur lieux d’origine malgré les difficultés de désamorçage des mines et bombes non-explosées, soit encadrés vers les nouvelles zones économiques au succès variable selon leur implantation. Il faut encore ajouter tous ceux qui ont été contraints à l’exil, sommés de choisir entre l’intégration dans la nouvelle société mise en place par les régimes communistes des trois pays Indochinois ou l’exclusion. Un grand nombre a dû s’expatrier et gonfler le flot des réfugiés qui, depuis 1975, ne s’est pas tari et qui continue de converger vers les pays de premier accueil. Ceux-ci hébergeaient selon le Haut Commissariat aux Réfugiés en juin 1979 710.000 personnes, sans compter bien sûr tous ceux qui étaient déjà partis vers un pays de second accueil.

4La seconde cause de déplacements de population dans la péninsule indochinoise, certes moins massifs mais tout aussi importants pour l’avenir, concerne le contrôle des zones frontalières qui sont aussi les zones des minorités ethniques. Il faut rappeler d’abord que l’Asie du Sud-Est constitue la région du monde où la diversité ethnique est la plus grande ; et ensuite que, si les frontières politiques issues de la période coloniale concernent directement les ethnies dominantes, elles n’ont guère de signification pour les minorités qui se trouvent artificiellement découpées entre plusieurs espaces nationaux, ce qui rend leur contrôle d’autant plus difficile. Dans ce contexte deux types de politiques opposées mais ayant pour point commun le déplacement d’une partie de la population sont possibles : celle de la Thailande qui tend à fixer en plaine les minorités montagnardes et celle du Vietnam qui au contraire installe de nouvelles zones économiques dans les régions minoritaires.

5M. Bruneau, dans un article récent de l’Espace Géographique, a bien analysé l’évolution en deux temps de la politique thailandaise en la matière. D’abord a été mise en place la police des frontières utilisée comme palliatif institutionnel pour encadrer les minorités montagnardes en s’installant dans leurs villages, ce qui permettrait leur contrôle politique et stratégique mais n’engageait pas une transformation sociale. Ensuite le transfert autoritaire en plaine et à proximité des routes, des minorités est décidé, l’opération étant présentée comme une mesure de sauvegarde du territoire national menacé par les ray : cultures sur brûlis. En réalité la raison est moins écologique que politique car ces déplacements ne signifie pas seulement l’abandon de milieux écologiques déterminants pour le régime des eaux des bassins hydrographiques dont dépend en aval la riziculture inondée ou irriguée, ils engagent une transformation profonde des rapports sociaux par acculturation tant au niveau des techniques de production que des structures sociales. Ils conduisent aussi à l’intégration des minorités dans la réalité nationale thaïlandaise, ou plutôt à leur dissolution comme c’est aujourd’hui le cas pour la majorité des karen par exemple.

6Au Vietnam la politique concernant les minorités a aussi subi de profondes modifications. Alors que jusqu’au début des années 70, le contrôle sur les régions minoritaires ne s’exerçait qu’indirectement par un encadrement des zones autonomes qui assuraient aux minorités l’espace d’autonomie nécessaire à leur reproduction sociale, depuis la fin de la guerre américaine, ces zones autonomes ont été supprimées et le gouvernement a décidé de reprendre le contrôle direct en y installant de nouvelles zones économiques permettant une colonisation par des vietnamiens de la Moyenne et de la Haute Région. Cette nouvelle politique est d’abord présentée comme une nécessité stratégique de reprise en main des frontières nationales dans le cadre du conflit sino-vietnamien, et ensuite comme une nécessité économique pour désengorger les plaines littorales surpeuplées et engager la grande agriculture socialiste dans de nouveaux secteurs : ceux des cultures commerciales en terres sèches et des cultures de plantation. Quelles qu’en soient les justifications, cette politique, bien trop récente pour qu’on en juge les effets, marque une défiance croissante à l’égard des minorités accusées de favoriser l’expansionnisme chinois, et comporte un risque d’accaparement des meilleures terres pour cette révolution agricole au détriment des minorité qui voient menacées à la fois leur base politique et leur base matérielle. Ainsi au Vietnam comme en Thailande, malgré l’inversion du sens des déplacements et des personnes déplacées, ces transferts de population concernant les zones frontalières constituent une tentative autoritaire de solution de la question des minorités nationales par l’imposition d’une intégration forcée.

7Ces quelques observations concernant les déplacements de population, qu’il s’agisse de phénomènes de déportation dans le cadre de conflits ou de transfert pour s’assurer du contrôle des zones et des populations frontalières, permettent d’affirmer que les raisons politiques, au sens des relations entre Etats comme des relations interethniques, l’emportent toujours en Asie du Sud-Est continentale sur les considérations économiques, à la différence de l’Amérique Latine où le rapport semble le plus souvent inversé. Cette différence s’explique en partie par l’inexistence dans la péninsule indochinoise de grands espaces vides à coloniser parce qu’à la diversification s’ajoute une stratification ethnique qui a permis d’occuper tous les étages écologiques, même si certains connaissent des densités bien faibles. Une autre constatation cette fois de portée plus générale s’impose : si les zones pionnières et frontalières en milieu rural constituent de plus en plus les espaces privilégiés où les Etats peuvent donner libre cours à leur fonction de « grand aménageur », ce n’est pas seulement dû à leur volonté de couvrir la totalité de l’espace et d’encadrer la totalité de la population nationale. N’est-ce pas aussi en raison de la faiblesse des pouvoirs locaux et de l’absence de contraintes imposées par les structures traditionnelles qui caractérisent ces populations déplacées et par suite désarticulées ? Les déplacements de population constituent une arme dont les aménageurs savent, sans aucun doute possible tirer profit (nous avons développé ce thème dans l’article de synthèse signé avec Ch. Coldblum et L. Malls-French intitulé : « L’Etat aménageur : idéologies de l’encadrement rural dans le Tiers Monde », ASEMI : Idéologies de l’encadrement rural en Asie du Sud-Est et dans le Tiers Monde, 1979-1).

Auteur

CEDRASEMI

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter