Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

Première partie. Situation des fronts pionniers dans le monde tropical

Note sur les zones pionnières en Asie du Sud-Est

Jean Delvert

Texte intégral

  • 1 B.H. FARMER. – Pioneer peasant colonisation in Ceylan : a study in Asian agrarian problem. – Londo (...)

1Dans l’Asie Méridionale – monde indien et Asie du Sud Est – le monde indien fait figure de monde « plein » au sens où les historiens emploient cette expression. Aucune conquête de terres neuves n’est plus possible dans la République indienne depuis qu’a été peuplé l’Assam (1859-1920), sauf peut-être, par irrigation, au Rajasthan. L’irrigation permet encore des progrès au Pakistan mais le Bangla Desh n’est pas seulement « plein », il est surpeuplé. La zone « sèche » du Nord-Est de cette île où la colonisation « organisée » étudiée jadis par B.H. Farmer marque quelque peu le pas en dépit de réalisations techniquement remarquables mais coûteuses (« Gal Oya Project »1.

  • 2 Michel BRUNEAU. – Recherches sur l’organisation de l’espace dans le Nord de la Thailande. Thèse d’ (...)
  • 3 Muriel CHARRAS. – De la forêt maléfique à l’herbe divine. Les migrants à Sulawesi. Thèse de 3ème c (...)
  • 4 Raymond BLANADET. – Les fronts pionniers en Asie du Sud-Est. Thèse d’Etat, (inédite). Paris IV. 19 (...)

2Au contraire, l’Asie du Sud-Est dont le caractère géographique dominant est l’extrême irrégularité de son peuplement présente une très riche gamme de zones pionnières. Certaines sont aujourd’hui d’anciennes zones pionnières » conquises de 1870 à 1940 ; tel est le cas notamment des trois grands deltas, delta de l’Irrawaddy, delta de la Chaopraya, delta du Mékong, qui furent par cette conquête les greniers à riz du monde, qui sont, encore aujourd’hui, relativement peu peuplés, et où se pratique sur de grandes parcelles, une riziculture commercialisée assez extensive. D’autres zones furent plus tardivement objet de conquête et le sont restées ; le début de leur mise en valeur avait été étudié dans le célèbre « Pioneer Settlement in the Asiatic Tropics » de Karl Pelzer (In : American Geographical Society. Special Publication 29. – New York, 1945) : ainsi le sud de Sumatra. Des études récentes françaises, articles divers, thèse de M. Bruneau2, thèse de 3ème cycle de Muriel Charras3 et singulièrement, thèse de R. Blanadet4 permettent de distinguer des types différents de zones pionnières et aboutir à quelques conclusions dont certaines pourront surprendre. La comparaison de ces zones pionnières est d’autant plus significative que les milieux naturels objets de conquête, sont très semblables : essentiellement la forêt dense sous climat très humide.

I. Zones pionnières de « lisière »

  • 5 Jean DELVERT. – Rapport de mission au CEGET, inédit, octobre 1970. A été également étudié par R. B (...)
  • 6 On se reportera à l’article de R. BLANADET « Types de cultures commerciales dans la province de Ba (...)

3Un premier type, semble-t-il, peut être décrit « en lisière » de zones plus anciennement colonisées, sur des superficies finalement assez restreintes. Dans la plus grande portion de la province de Battambang (Cambodge) celle des plaines rizicoles à l’ouest de la route de Moung-Battambang-Sisophon la mise en valeur a été réalisée entre 1920 et 1940 ; par contre, la rizière s’est étendue considérablement à l’est de cette route, de 1960 à 1970 sur des savanes d’« herbe à éléphant » (Veal Skear) inondées jusque tard dans l’année, en bordure des lacs : 20.000 hectares, au moins, ont été conquis grâce à l’emploi de tracteurs qui permettent des labours précoces et rapides : en même temps s’est constituée une classe de propriétaires fonciers exploitants directs mais aussi « spéculateurs » qui était absolument inconnue au Cambodge5. Autre type de culture pionnière sur laquelle se penche R. Blanadet, mais toute différente : la culture en extension considérable de vergers d’agrumes, rambutans etc. sur les bourrelets de berge du stung (rivière) Sangker : culture spéculative, ici encore entre les mains de riches commerçants chinois mais cette fois intensive et coûteuse avec pratique notamment d’irrigation par aspersion ; une typologie est d’ailleurs possible où R. Blanadet6 distingue le jardin-verger, le verger « engagé » (le paysan après avoir planté les arbres ne dispose plus des moyens financiers suffisants pour acheter des engrais et arroser et cède pour 5 à 10 ans son verger à des commerçants spécialisés) et la « plantation paysanne indépendante ».

  • 7 R. BLANADET. – Andoek-Hep ou le destin d’un front pionnier au Cambodge. In : Cahiers d’Outre-Mer 2 (...)

4Enfin, troisième type d’entreprise pionnière, la culture du coton aux dépens de la grande forêt dense hygrophile, sur terres noires (vertisols à montmorilbonite) à partir de 1964 : les colons sont venus de l’est du Cambodge (Takéo) ; ils ont été encadrés par l’« Office Royal de Coopération » (Orod) et ont bénéficié de l’aide de la CFDT (Compagnie Française pour le Développement des Fibres Textiles) : ici le résultat a été décevant7.

  • 8 J. DELVERT. – Note sur la « Plaine de Bangkok » et la zone pionnière de Kanchanaburi, Thailande. I (...)
  • 9 F. DERVAUX. – Une culture commerciale en Thailande, le coton dans la province de Loei. In : Types (...)
  • 10 M. BRUNEAU. – Thèse citée.

5Des zones pionnières actuelles ont pu être étudiées en Thaïlande, de part et d’autre de l’ancienne zone pionnière du delta de la Chaopraya (conquis par la riziculture de 1910 à 1940) et surtout entre le delta et les vallées de très ancien peuplement de la Thaïlande du Nord. Nous avions décrit la colonisation des terres « hautes » d’alluvions anciennes du triangle Kanchanaburi-Uthong-Nakorn-Pathon par des Chinois avec la culture de la canne à sucre, de légumes et d’arbres fruitiers : culture soignée avec dessouchage après brûlis, travail à la houe puis au tracteur8. Si la zone de « terres rouges » (sols ferrallitiques bien structurés) portant maïs et vergers de Pakchong, entre Bangkok et Korat Nakorn Ratjasima a été négligée, par contre, F. Dervaux9 a étudié dans la province de Loei un type de culture de coton très semblable à celui des terres noires de Nattambang, mélange très curieux de techniques savantes apportées ici encore par la CFDT (semences sélectionnées Reba B50, insecticides) et du brûlis le plus élémentaire pratiqué sans dessouchage. M. Bruneau10, enfin, a décrit la mise en valeur de la zone située au nord du delta de la Chaopraya, entre Potsanulok et Uttaradit, ici aux dépens d’une forêt dense sèche : culture du maïs et du coton associé au soja ; la partie méridionale est en voie de défrichement, souches et termitières sont encore en place ; plus anciennement attaquée, la partie septentrionale offre des paysages de champs labourés au tracteur et un parcellaire bien dessiné.

6Dans les différents exemples ainsi présentés qui sont de colonisation essentiellement spontanée, on observe parfaitement le passage du brûlis au champ, le dessouchage étant l’opération décisive. On note l’échec du coton comme plante pionnière en forêt sempervirente en dépit d’un fort encadrement fourni aux pionniers : le cotonnier exige une lutte antiparasitaire trop coûteuse et surtout trop méticuleuse. Par contre, la culture extensive spéculative mécanisée du maïs sur les champs d’Uttaradit, ou du riz sur les Veal Skear de Battambamg est une réussite, peut-être provisoire, dévoreuse d’espace, très classique finalement. Plus originales et plus prometteuses aussi, sont les cultures soignées des berges du Sangker ou des terres hautes de Kanchanaburi, bien qu’ici aucun effort d’encadrement n’ait été fait.

II. Mindanao

7L’échelle change avec les grandes terres pionnières de l’Asie du Sud-Est : Mindanao (Philippines), Sumatra, Kalimantan et Sulawesi (Indonésie) ou le Centre de la Péninsule Malaise (Malaysia Occidentale).

8La colonisation de Mindanao constitue une des pièces maitresses de la thèse de R. Blanadet. Nous ne pouvons ici déflorer cette thèse récemment soutenue et encore inédite. Résumons simplement quelques-unes des principales idées qui se dégagent. La colonisation de Mindanao surtout par des Cebrianos et Boholanos (Visayas) à partir de 1905, est une des plus importantes conquêtes pionnières dans le monde tropical : la population est passée de 580 000 habitants en 1905 à 7 537 000 en 1970, la phase majeure intervenant entre 1946 et 1960, grâce à l’éradication du paludisme. Mais la guerre « religieuse » qui oppose les Moros au gouvernement philippin est en grande partie la conséquence de cette conquête.

9La colonisation est, pour partie, officielle, ayant débuté vers 1913-1917 et étant menée aujourd’hui par le DAR (Département of Agrarian Reform) qui administre 40 centres (schemes). La colonisation spontanée est, au moins, dix fois plus importante. Le fait n’a d’ailleurs qu’une importance réduite, car la « catégorie des colons directement recrutés et pleinement assistés est devenue très minoritaire » et, dans ces conditions, les problèmes sont pour tous les colons, à peu près les mêmes. La population autochtone étant constituée de populations païennes dans les régions montagneuses au Sud et à l’est de l’île et de populations islamisées. Quand il n’y avait pas de terres réellement vacantes, les terres ont été acquises auprès des populations païennes essentiellement. Il s’agissait de terres hautes, surtout, non cultivables en rizières (sauf exceptions qui sont une réussite) mais de grande valeur agronomique (sols ferrallitiques riches en bases et bien structurés). La plante pionnière a été le maïs dont Cebrianos et Boholanos sont traditionnellement cultivateurs et consommateurs. La technique a été la monoculture du maïs avec deux récoltes annuelles, rendues possibles par un climat à pluies abondantes et presque continues toute l’année. La mise en place des colons a été favorisée par la réalisation d’un grand programme de routes (1935-1941) et, depuis 1945, par l’action des exploitants forestiers dont le rôle a été déterminant (pistes forestières). L’agriculture pratiquée est moderne : variétés sélectionnées ou améliorées, mécanisation des principales opérations culturales par tracteurs appartenant à des commerçants entrepreneurs, emploi d’engrais chimiques (100 kg/ha). Mais elle est coûteuse en terres. Les sols s’épuisent et les rendements baissent. Elle aboutit à de grosses inégalités sociales : masse paysanne endettée vis à vis des commerçants entrepreneurs qui sont généralement des colons plus anciens. Finalement, il s’agit d’une conquête brutale, aboutissant à une société inégale et instable, par une agriculture extensive en dépit des apparences et dont le prototype le plus achevé est le développement de l’élevage du gros bétail par ranching, particulièrement surprenant en Asie. On évoque « Pionniers et planteurs de São Paulo ».

III. Sumatra – Kalimantan – Sulawesi

10Les faits sont très différents en Indonésie où les conquêtes pionnières sont, aujourd’hui, pour la plupart, organisées : il y a une « Transmigration » spontanée mais l’œuvre essentielle depuis l’Indépendance (17 Août 1945) est une « Transmigration » officielle, dirigée par le Ministère de la Transmigration et de la main d’œuvre. La Direction Générale de la Transmigration recrute les colons dans Java Central, Jogjakarta, Java Est et Bali, sur des listes de volontaires, leur paye le transfert, leur attribue des lots (2 hectares en terres irrigables) les installe dans des villages où chaque famille reçoit une maison, leur fournit les semences et couvre leurs besoins en riz pendant 1 an. Les colons restent pendant 5 ans sous la tutelle de la Transmigration, puis passent sous l’autorité de l’administration régionale. Cette Transmigration connaît actuellement une particulière vigueur. R. Blanadet a étudié un certain nombre de réalisation dans Sumatra (provinces de Bengkulu, Sumatera, Selatan, Lampung : nous nous servirons ici, toutefois, de renseignements recueillis personnellement. Comme chacun sait, cette Transmigration cherche à décongestionner les régions les plus surpeuplées de Java et de Bali (« Critical areas »).

11En pays Lampung, la colonisation officielle est déjà ancienne puisque les premières tentatives remontent à 1905 (Cf. K. Pelzer). Dans cette partie méridionale de Sumatra, les zones de plaine peuvent être divisées grossièrement en trois catégories : les terres basses irrigables, les terres hautes basaltiques, les terres hautes d’alluvions anciennes. Les terres hautes basaltiques, possession des marga (lignages) Lampungs sont cultivées par les dits Lampungs, de plus en plus en cultures commerciales et ne sont donc pas disponibles (hévéas) ; les terres basses d’alluvions récentes ont été assez facilement cédées par les marga Lampungs qui ne les utilisaient pas aux autorités (néerlandaises puis indonésiennes) ; après maintes tentatives infructueuses, elles ont finalement été admirablement mise en valeur par une riziculture intensive irriguée ; les environs de Metro-Sukadana présentent le même paysage de rizières irriguées portant 2 (ou 3) récoltes annuelles que les plaines orientales de Java ; le peuplement, il faut le remarquer, a été, en partie spontané ; beaucoup de colons, à partir de 1931, sont venus, appelés par des colons plus anciennement installés, mais du même desa (commune) et ont bénéficié ainsi de l’entr’aide traditionnelle obligatoire du Gotong Rojong (Cf. K. Pelzer) ; toutes les terres disponibles n’avaient donc pas été distribuées aux premiers colons et il restait un volant. Mais il n’y a plus aujourd’hui de terres basses vacantes en pays Lampung. La Transmigration actuelle a donc lieu sur terres hautes d’alluvions anciennes. Way Abung, à 3 heures de voiture du port et centre commercial de Teluk Betung, a vu s’installer, sur de telles terres, entre 1964 et 1976, une population javanaise qui, en 1977, s’élève à 60.000 personnes environ. Les sols sont sableux, gris sombre, vraiment pauvres ; à 1 mètre de profondeur se trouve une latérite de bas de pente, tendre mais susceptible de s’indurer. Les terres étant censées être irrigables, chaque famille a reçu 2 hectares ; non seulement elles ne sont pas irriguées, mais elles souffrent de la sécheresse, la nappe phréatique descendant à – 10 mètres pendant les trois mois « subsecs » (juin-juillet-août) alors que les pluies atteignent 2.400 mm annuels. La forêt sempervirente a fait place dans des conditions non encore élucidées à une savane d’Imperata (« alang-alang »). La culture dominante est celle du manioc (avec également du riz « sec » ou paddy gogo et du maïs) mais le manioc, peu apprécié comme aliment, est difficile à vendre à cause des frais de transport. Trois cents familles seulement sur 12.000 ont une bête de somme et le travail doit se faire à la houe. Une plantation d’hévéas réalisée par le PNP (organisation d’Etat qui dirige les plantations) sera partagée entre les familles à raison d’1/2 hectare pour chacune dès que les arbres auront 3 ans (ils ont en septembre 1977, 9 mois). La situation est très difficile en dépit d’un très fort encadrement des colons et les autorités ont demandé à la Banque Mondiale (BIRD) de financer un programme de « réhabilitation ».

  • 11 P. PASCAL. – Un exemple d’utilisation de canaux au sud du Vietnam. Mémoire de maitrise, (inédit). (...)

12Des problèmes semblables se posent à Kalimantan-Selatan (Kalimantan Sud). Ici, la Transmigration a mis en place des colons sur deux types de terrain : des terres élevées et des terres inondées d’arrière-mangrove. Les terres élevées sont, en particulier, l’extrêmité Sud des Monts Meratu (vers Pelihari) : la forêt hygrophile (à Xeroxylon) a entièrement disparu au profit d’une savane à Imperata, à la suite d’une exploitation totale et d’une extrême brutalité de la forêt par les concessionnaires forestiers (depuis 1953) et du passage régulier des feux ; les sols rouges ferrallitiques, sont chimiquement épuisés mais ont gardé leur bonne structure. Les colons semblent apprécier la disparition de la forêt. Mais ici, encore, à Tajau Pecah, par exemple, (4.700 familles sur 10.000 hectares depuis 1976), la situation n’est pas satisfaisante ; culture répétée du paddy gogo, du maïs, du manioc procurant des ressources insuffisantes, manque d’attelage, etc. Barambai est, au contraire, en tidal area en arrière-mangrove où la marée se fait sentir (1 m 30 – 1 m 80) : culture extensive du riz malgré le creusement d’un canal qui permet la circulation et, par le jeu de la marée, facilite irrigation et drainage élémentaire : 8.000 familles, 20.000 personnes (depuis 1969) ; riz tardif évoluant en 10 mois ; pas de labour mais 3 repiquages. Les sols sont alunés et l’acide sulfurique entraine des pH parfois inférieur à 3 ; dans ces conditions il faudrait un aménagement hydraulique considérable pour laver les sols (ces problèmes avaient été résolus de 1890 à 1939 dans le delta du Mékong11. Appel a été fait pour « Réhabilitation » à l’Aide Technique Française.

  • 12 M. CHARRAS. – Thèse de 3ème cycle citée. A étudié deux zones d’implantation de Balinais à Sulawesi (...)

13Le gros défaut de tous les centres actuels de Transmigration est que les colons ont été amenés avant toute étude scientifique poussée (en utilisant de sommaires travaux d’approche faits, en particulier, par des Universités). On peut donc espérer beaucoup du travail de Géographie et Pédologie exploratoires entrepris par l’ORSTOM en collaboration avec la Transmigration dans l’Ouest de la province de Kalimantan Central (Kalimantan Tenggah) ; les colons viendront après12.

  • 13 A. BERQUE. – Les grandes terres de Hokkaido. – Thèse d’Etat (inédite) Paris IV, 1977.

14Mais il est à noter que les seules réussites incontestables sont liées à la mise en place d’une agriculture intensive, économe des terres et faisant appel aux techniques traditionnelles. On pourra rapprocher cette constation des conclusions semblables tirées par A. Berque de la colonisation japonaise à Hokkaido13.

IV. Malaysia Occidentale

15Colonisation officielle, très fortement organisée en Malaysia Occidentale (Péninsule Malaise). Mais colonisation menée très scientifiquement avec les moyens considérables d’un pays riche et aboutissant à des résultats étonnants au moins sur le plan économique.

16R. Blanadet a également étudié cette colonisation dirigée notamment dans le Jengla Triangle au cœur de la Péninsule Malaise (Etat de Pahang) et ici encore, nous ne voudrions pas déflorer son travail.

17Ce cœur de la Péninsule est, assez inexplicablement, non peuplé, mais les sols y sont plus riches que ceux de la zone occidentale. La colonisation est l’œuvre d’un organisme d’état, le FELDA, créé en 1956 et qui gère 210 « entreprises » de 1.600 à 2.000 hectares soit 360.000 hectares. Le choix de plantes a porté délibérément sur deux plantes commerciales, bien connues en Malaysia : l’hévéa et l’éloeis. La technique a été celle de la plantation, au sens strict, c’est-à-dire du grand domaine développé selon les procédés les plus scientifiques : choix de clones sélectionnés pollinisation artificielle directe pour l’éloeis, épandage d’engrais par avion, mise en place de plantes de couverture entre les arbres (Centrosema) etc. Les terres sont donc complètement aménagées dans chaque entreprise (scheme) autour d’un village central de 400 familles. Elles sont ensuite alloties entre les colons sélectionnés (mais il y avait, en 1976, 27.000 candidats colons en instance pour 40.000 déjà installés) à raison de lots de 4 ha 80 en hévéas et de 5 ha 6 en éloeis. Les colons ont ensuite à rembourser en 15 ans les frais d’emménagement de leurs terres et de construction de leurs maisons. Le FELDA possède les usines (17 huileries) et une filiale assure la commercialisation des produits. L’encadrement technique est extrêmement serré.

18En grande partie grâce à ces réalisations pionnières, la Malaysia est devenue, de très loin, le plus grand producteur mondial d’huile de palme.

19On voit ainsi, actifs, de nombreux types de fronts pionniers qu’on peut regrouper en trois grandes catégories :

  1. un type « classique » où les colons dans le cadre d’une colonisation extensive et spéculative, grande consommatrice de terres, parfois destructrice des sols, favorable à la formation d’une classe riche de spéculative, grande consommatrice de terres, parfois destructrice des sols, favorable à la formation d’une classe riche de spéculateurs-exploitants (Battambang) ou de spéculateurs-commerçants (Mindanao) ;
  2. un type de colonisation paysanne organisée visant à la conquête de terres forestières auxquelles ces paysans ne sont pas habitués, sur lesquelles ils viennent avec appréhension sinon répulsion, chassés des zones de départ par le surpeuplement : les résultats sont médiocres voire nuls, en tous cas décevants, ainsi pour les cultures du coton à Andoek Hep (Cambodge) ou Loei (Tailande) ou pour les cultures de manioc, paddygogo et maïs de Way Abung ou Tajau Pecah ;
  3. un type de colonisation aboutissant à des formes d’agriculture intensive : culture de la canne à Kanchanaburi (Thailande), riziculture irriguée à Metro-Sukadana (Sumatra) ; « plantation » d’éloeis et d’hévéas (Malaysia). Il nous semble que, dans cette partie du monde tropical, ce type de colonisation est celui qui réussit le mieux, reproduisant d’ailleurs les archétypes du pays de départ (cultures commerciales des colons de Malaysia et riziculture irriguée des Javanais).

Notes

1 B.H. FARMER. – Pioneer peasant colonisation in Ceylan : a study in Asian agrarian problem. – London, 1957.

2 Michel BRUNEAU. – Recherches sur l’organisation de l’espace dans le Nord de la Thailande. Thèse d’Etat (inédite). Paris IV, 1977.

3 Muriel CHARRAS. – De la forêt maléfique à l’herbe divine. Les migrants à Sulawesi. Thèse de 3ème cycle (inédite). Paris VII, 1979.

4 Raymond BLANADET. – Les fronts pionniers en Asie du Sud-Est. Thèse d’Etat, (inédite). Paris IV. 1979.

5 Jean DELVERT. – Rapport de mission au CEGET, inédit, octobre 1970. A été également étudié par R. Blanadet : la culture pionnière du kénaf et du jute en zone inondée, généralement associée à la culture du riz « flottant ».

6 On se reportera à l’article de R. BLANADET « Types de cultures commerciales dans la province de Battambang (Cambodge) in : Types de cultures commerciales paysannes en Asie du Sud-Est et dans le monde Insulindien. – Travaux et Documents de Géographie Tropicale, n° 20. Bordeaux, 1973.

7 R. BLANADET. – Andoek-Hep ou le destin d’un front pionnier au Cambodge. In : Cahiers d’Outre-Mer 24 (94) 1970. Sur l’Office Royal de Coopération, cf. Jean Delvert, Tiers Monde, 1962.

8 J. DELVERT. – Note sur la « Plaine de Bangkok » et la zone pionnière de Kanchanaburi, Thailande. In : BAGT, janvier-février 1968.

9 F. DERVAUX. – Une culture commerciale en Thailande, le coton dans la province de Loei. In : Types de cultures paysannes en Asie du Sud-Est et dans le monde Insulindien.

10 M. BRUNEAU. – Thèse citée.

11 P. PASCAL. – Un exemple d’utilisation de canaux au sud du Vietnam. Mémoire de maitrise, (inédit). Paris IV, 1977.

12 M. CHARRAS. – Thèse de 3ème cycle citée. A étudié deux zones d’implantation de Balinais à Sulawesi, l’une réussie (Tomé près de Parigi), l’autre en difficulté (Sukamaju près de Boné-Boné).

13 A. BERQUE. – Les grandes terres de Hokkaido. – Thèse d’Etat (inédite) Paris IV, 1977.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter