Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

Première partie. Situation des fronts pionniers dans le monde tropical

Les mouvements pionniers en Amérique Latine

Pierre Monbeig

Texte intégral

1La majorité des communications prévues concernent des pays des Amériques Latines tropicales. Il serait illogique de présenter, dès l’ouverture, une synthèse qui précéderait les analyses. Mon rôle se bornera donc à rappeler quelques-uns des traits les plus marquants des objectifs et des mécanismes des poussées pionnières latino-américaines, de souligner dans quelle mesure elles prolongent une tradition latino-américaine ou, au contraire, en quoi elles s’en distinguent.

2Constatons, d’abord, tout bonnement que les avancées du peuplement les plus vigoureuses attaquent beaucoup plus que par le passé les forêts sempervirentes : tierras calientes du Mexique, du Costa Rica, du Guatemala, de l’isthme de Darien panaméen, Choco colombien et, ce qui est plus connu, l’ensemble de la Selva amazonienne et ses confins. En Amérique Latine, la vague pionnière aura bientôt fini de liquider la forêt sub-tropicale à feuilles caduques ; celle des araucarias et les forêts à ilex paraguayensis.

3Toutefois, les grands espaces de la forêt dense, chaude et humide, ne sont pas seuls à attirer les défricheurs. Eleveurs et agriculteurs s’installent dans l’Oriente bolivien et dans le sud du Mato Grosso où voisinent paysages forestiers et paysages de campos. Enfin des tentatives de mise en culture du cerrado brésilien ouvrent de nouvelles perspectives.

  • 1 J. BRISSEAU-LOAIZA – Le problème de la mise en valeur du versant et du Piémont amazoniens au sud d (...)

4Un second changement, survenu dans les franges pionnières des Amériques Latines se place dans la composition ethnique de la population pionnière. L’arrivée massive des Européens est terminée. L’apport japonais est numériquement secondaire. La marche du peuplement est devenue le fait des amérindiens et des Latino-Américains. Les déplacements migratoires des populations indiennes des Andes ne sont pas nouveaux, ne faisant jadis qu’effleurer le Piémont et la Selva. La croissance démographique, le manque de terres cultivables, les facilités plus grandes de circulation et une plus large ouverture sur le monde ont poussé les paysans des Hauts Plateaux de la Cordillère à partir plus nombreux et à pénétrer dans le domaine du chaud et humide1. Des facteurs analogues exercent des effets comparables chez les Lacandons du Mexique et en Amérique Centrale, au Guatemala essentiellement.

5Les choses sont moins simples au Brésil. L’anéantissement des tribus indiennes de l’Amazonie se prolonge lentement mais sûrement devant l’arrivée des défricheurs et des colonisateurs. Parmi eux, les Nordestinos qui, depuis vingt à trente ans, ont réactivé leur émigration vers l’Amazonie. D’autres paysans abandonnent le sertâo et la région sucrière du littoral pour chercher des emplois ou une petite propriété ou métairie à São Paulo et au Paranâ. Après quelques années, beaucoup d’entre eux partent une nouvelle fois ; ils s’incorporent à un flux plus vigoureux réunissant quelques éléments paulistes à une majorité de descendants de colons allemands, italiens, polonais, ukrainiens qui s’étaient installés dans les trois états du sud. Viennent aussi d’autres Brésiliens des prairies déjà pampéennes limitrophes de l’Uruguay.

  • 2 R. PEBAYLE, J. KOEUCHLIN, Y. NAKAGAWARA et P.Y. DENIS, le bassin moyen du Paraná Brésilien : l’hom (...)

6Les directions de leurs migrations peuvent être ramenés à trois régions distinctes. Les plus proches du fleuve Paraná ont la solution facile d’aller s’installer au Paraguay. Migration pionnière internationale interprétée à l’occasion comme une manifestation de l’impérialisme brésilien. On devrait aussi parler d’un impérialisme japonais puisque, dans cette même région du Paraguay, plusieurs centres de colonisation japonais se portent fort bien. La seconde direction suivie par les émigrants du sud brésilien les conduit dans le sud de l’état du Mato Grosso. L’étude de Raymond Pébayle et de Jean Koechlin sur la grande région pionnière matogrossense rend inutile qu’on en parle ici en détail2. L’important est de rappeler que ces « Gauchos » ont rapporté avec eux de nouvelles techniques d’élevage et d’agriculture. Les Granjeiros se sont lancés dans la grande culture du soja et du blé, utilisant tout l’arsenal des gros engins et des fertilisants. Les crédits de la Banque du Brésil et l’encadrement par des coopératives (dirigées par des techniciens officiels) achèvent de donner à la région une modernité assez exceptionnelle dans les franges pionnières brésiliennes.

7Un troisième courant part, lui aussi, de São Paulo et des états du Sud. Apparu avec la construction des grands axes routiers, il pénètre dans les Terres Neuves de l’Amazonie. Les routes Brasilia-Belem, Cuiabá-Santarem et Cuiabá-Porte Velho, tracées sur les plateaux des chapadas, retrouvent la fonction qui fut celle des vallées affluentes de l’Amazone à l’époque coloniale et des expéditions des Bandeirantes. Des centres urbains naissent en bordure des routes comme jadis sur les rives des fleuves. Quelques-unes sont issues des campements des ouvriers constructeurs de la grande route. D’autres sont les points de départ de routes secondaires ou de simples pistes qui s’enfoncent dans la forêt pour atteindre des domaines d’élevage ou des noyaux de colonisation rurale. Les principaux axes de circulation font souvenir des chemins de fer de pénétration dans l’Afrique de la fin du xixè siècle. Comme eux, ils servent davantage d’artères de drainage des produits des Terres Neuves.

  • 3 Foyers industriels nouveaux en Amérique Latine, Afrique Noire et Asie. Travaux et Mémoires de l’I. (...)

8Aux franges de colonisation pastorale et agricole s’est ajouté un autre type de phénomène pionnier : celui des foyers industriels, enclaves ou pôles, qu’ils soient champs pétroliers, gisements miniers, complexes sidérurgiques, construction de barrages aux dimensions colossales ou centres touristiques. La décision de leur création relève des gouvernements qui interviennent directement ou donnent leur assentiment et leur soutien financier à des sociétés nationales, étrangères et multinationales3.

9Historiquement, l’exploitation des métaux précieux a été l’un des grands facteurs du peuplement en Amérique Latine. L’argent de Potosi ou du Mexique, l’or et les diamants du Minas Gérais sont à l’origine de noyaux urbains dont les besoins ont accéléré le peuplement et abouti à la formation de véritables régions. Les campements miniers ont animé des espaces qui dépassaient leurs environs immédiats et qui, à leur époque de prospérité, ont été des franges pionnières. Aujourd’hui, les camions et les avions apportent aux travailleurs des enclaves industrielles machines, outils, vêtements médicaments et nourriture. Il est moins besoin qu’autrefois de recourir au milieu environnant. Positifs pour les économies nationales, les « pôles » industriels parachutés dans des régions encore moins évoluées que le reste du pays, n’auraient-ils pas une action régionale négative ? Leur essor accélère l’exode rural, sans multiplier dans les nouveaux centres urbains les emplois à un degré satisfaisant.

10On parle trop peu des atteintes que les activités industrielles portent au milieu naturel encore intact.

11On s’irrite justement devant la photographie d’une forêt calcinée que remplacera un triste pâturage. Mais la sidérurgie a entrainé la destruction des forêts du rio Doce, au Brésil, et leur remplacement par de monotones boisements d’eucalyptus. Le besoin en est tel qu’ils sont maintenant plantés dans les pâturages de vieilles fazendas d’élevage que désertent maîtres et bouviers. Et les bâtisseurs des barrages et des centrales à Itaipu sur le Parana, à Itaqui sur le Tocantins ont-ils envisagé les effets écologiques des gigantesques plans d’eau ?

12L’apparition d’une enclave industrielle n’est pas, cependant, automatiquement nuisible au milieu et défavorable à tout essor régional. Ainsi, la croissance des activités industrielles sur le bas Orénoque, l’ampleur prise par la ville de Ciudad Guyana obligent les planificateurs à poser le problème de valorisation des terres du delta. Au nord de Santos, la construction d’une route touristique à fait perdre son exotisme à l’une des régions les plus belles mais aussi les plus pauvres du Brésil, quoique proche des métropoles carioca et pauliste. Mais en retour, le tourisme a revivifié de vieux ports endormis et donné des emplois à une population en détresse.

13La création des foyers industriels pionniers ne se fait pas, on vient de le dire, sans l’aveu et l’appui de l’Etat. Son intervention dans le peuplement et la mise en valeur des Terres Neuves en est devenu le facteur décisif. Une frange pionnière est une affaire d’état. Le passé en porte témoignage dès l’époque des gouvernements, de Madrid et de Lisbonne. Don Porfirio Diaz et ses científicos ont pratiqué l’aide publique aux grandes sociétés de colonisation financées et gérées par des étrangers. Au Brésil peu après l’Indépendance, l’Empereur a installé les premières colonies allemandes. Plus tard les fazendeiros du café, véritables détendeurs du pouvoir politique, lui faisaient adopter des politiques de colonisation variables selon la conjoncture des prix. Avec la seconde moitié du xxè siècle, autre transformation : les gouvernements prennent conscience de la valeur potentielle que représente l’immensité des territoires excentriques et vides d’hommes. L’espoir de nouvelles richesses l’emporte sur la peur des enfers verts. En même temps, la maîtrise des techniques rend tout possible. Très rapidement, l’intervention des états s’étend plus ou moins ouvertement à tous les problèmes des Terres Neuves et leur imprime leur marque.

14La prise du pouvoir par les militaires dans plusieurs pays peut expliquer ce renouveau. Les militaires, ayant le devoir d’assurer la sécurité des frontières, il n’est rien que de très normal de voir les gouvernements du Guatémala, de l’Equateur, du Pérou, de la Bolivie, du Paraguay et du vaste Brésil faire en sorte que les régions frontalières soient davantage peuplées, mieux mises en valeur et bien reliées aux centres vitaux du pays. Là où les civils sont restés en place, par exemple, au Mexique, au Vénézuéla, en Colombie, ils sont entrainés à agir de même. Le renforcement des peuplements frontaliers met en contact des groupes aux capacités et aux moyens inégaux. Les mieux équipés acquièrent prestige et influence auprès de voisins moins bien encadrés. Quelques irritations, voire des frictions, peuvent surgir localement. Plus significatives sont les tensions aux niveaux supérieurs. Ainsi, La Paz ne peut ignorer l’accroissement de la contrebande au bénéfice du Brésil ; non plus que la traversée quotidienne du Guaporé par les enfants boliviens qui vont apprendre à lire et écrire en portugais dans les écoles d’en face, créations de l’armée brésilienne.

15D’autres considérations que celles concernant les frontières ont poussé les pouvoirs à intervenir dans les Terres Neuves. On verra qu’elles s’enchaînent très logiquement, ce qui a facilité l’élaboration d’une théorie de la « Sécurité Nationale ». Celle-ci ne dépend pas seulement des relations avec l’extérieur mais aussi d’un meilleur équilibre entre les régions et également des relations sociales. La croissance démographique avive les problèmes agraires : ici, trop grande subdivision de la terre qui aboutit à des parcelles trop exiguës ; ailleurs, de trop grandes propriétés qui, passant à l’élevage ou se mécanisant abaissent le nombre des emplois. L’agitation populaire qui en découle peut devenir une menace pour la sécurité intérieure. Les gouvernements, autoritaires ou non, mais presque toujours appuyés par les maîtres de la terre, répugnent à la réalisation d’une Réforme Agraire. Les bons arguments leur manquent d’autant moins que, là où elle a été tentée, les résultats en sont discutables – à moins qu’on ait fait une discrète et habile marche arrière comme au Mexique.

16La conquête des Terres Neuves n’est-elle pas l’un des atouts de la sécurité nationale ? Par un mécanisme aussi logique que celui des vases communiquants, un grand élan donné aux poussées pionnières fera se vider les excédents de population sans terre vers les terres sans hommes. Les départs des migrants allégeront (on s’en persuade) les tensions sociales ; la sécurité nationale en sortira renforcée.

17Les détenteurs du pouvoir économique attendent plus encore du peuplement et de la mise en valeur des espaces vides. L’enflure des villes et la croissance économique posent des problèmes de ravitaillement pour les citadins et de recherche de matières premières pour les jeunes industries. Les possibilités minières et énergétiques, l’étendue des espaces utilisables dans les régions pionnières permettront, on le croit, de répondre à cette double nécessité. L’exploitation des Terres Neuves augmentera la capacité d’exportation de la Nation. C’est une exigence urgente pour continuer à équiper l’industrie, solliciter les investissements étrangers et assurer le service de la dette extérieure. Mettre les terres vierges au service de la croissance économique, les incorporer à l’économie de marché compte plus fortement que le destin des hommes concernés.

18L’une des premières formes de l’intégration à l’économie de marché apparait dans l’acquisition de vastes étendues de Terres Neuves aux fins de spéculation. Les spéculateurs les plus habiles achètent même avant que les décisions de l’état soient officiellement connues ! On se hâte de faire défricher une partie du latifundium pour manifester clairement l’occupation du sol et les droits de propriété. Le prix d’achat de la terre, les dépenses de main-d’œuvre pour les défrichements et la clôture des pâturages sont vite compensées par la production des premières années. Peu à peu les mailles du réseau routier se resserrent grâce aux services publics. Ouvrir une piste pour camion n’est du reste pas très coûteux à coups de bull-dozers. La valorisation des biens fonciers s’en suit automatiquement. Au moment où il juge propice, le grand propriétaire procède progressivement à la vente par lots, grands ou petits selon les opportunités et les ambitions.

19Replacé dans la tradition, et surtout au Brésil, le système n’a rien de nouveau. Le changement réside dans l’entrée en scène de sociétés anonymes et de capitaux urbains qui ne doivent rien à l’agriculture. L’opinion publique mondiale est informée aussi bien par les mass média que par des publications sérieuses des achats de milliers de kilomètres carrés en Amazonie brésilienne par des groupes industriels nationaux, étrangers et par les sociétés multinationales. Il suffit de rappeler ici que l’état brésilien a mis en place tout un système d’avantages fiscaux et de crédit pour mieux encourager les investissements massifs. La multiplication des organismes étatiques, qui a l’avantage de créer des emplois, sert en même temps à renforcer la présence du gouvernement central dans des régions où elle était jusqu’alors passablement fragile. L’intégration administrative est réussie !

20Je me suis référé au cas brésilien qui est le plus connu et le plus impressionnant par l’ampleur des projets de l’opération amazonienne. Les pays moins étendus, moins peuplés, moins industrialisés, ne peuvent faire du Brésil un modèle. Là, le processus est davantage spontané et moins pensé. Les militaires, les chefs de l’oligarchie foncière, les fonctionnaires bien placés ne suivent pas une tactique très différente de celle des multinationales au Brésil – elles existent aussi dans les petites républiques centre-américaines. Devenir maître d’un gros morceau de la zone pionnière n’exige que de participer au pouvoir ou jouir de son amitié.

  • 4 Jean REVEL-MOUROZ, Mexique, aménagement et colonisation du tropique humide. Travaux et Mémoires de (...)

21Les affaires mexicaines sont plus subtiles, ainsi que l’on s’en rend compte en lisant les publications de Jean Revel-Mouroz4. La Réforme Agraire est un souvenir des années héroïques, mais un souvenir dont il faut bien tenir compte. La colonisation des Terres Neuves, on en reparlera, y est affaire directe de l’Etat. Elle est aussi celle des ejidos qui y sont installés. Les détours de la législation laissent assez de champ aux hacendados pour que, eux aussi, apparaissent sur le théâtre des fronts pionniers afin de s’emparer des terres des petites gens.

  • 5 Alistair HENNESSY : The frontier in Latin American History, London, 1978, 202 p.

22Dans tous les pays latino-américains, une politique des Terres Neuves contraint les Etats à y intéresser les masses populaires. Aussi a-t-on mobilisé tous les instruments de propagande moderne. Ils devaient réveiller le rêve de l’El Dorado et installer dans les consciences nationales le mythe nord-américain de la « Frontier ». Les Hispano-Américains, comme l’a montré le Professeur Hennessy, n’ont jamais été très sensibles à cette notion5. Seuls les Brésiliens, qui ont gardé la mémoire des Bandeirantes, ont été de tous temps attirés par les immensités de leur pays. Les slogans officiels, Marcha para el Mar du Mexique, conquête de la Selva ou de l’Oriente dans les pays andins, n’ont pas ébranlé des foules innombrables. Dans l’Amazonie brésilienne, en dépit de la publicité qui a entouré la construction de la route Transamazonienne, le nombre des pionniers a été inférieur à ceux prévus par les projets. Ici et là, les retours sont fréquents : déceptions dues aux insuffisances de la colonisation et le plus souvent de la commercialisation des produits, difficultés d’acclimatement à un climat chaud et humide pour un Indien des Terres Froides mexicaines ou andines comme pour un fils d’Allemand du Santa Catariná.

23La publicité était surtout destinée à attirer des familles dans les centres de colonisation créés et gérés par l’état qui, devant la montée des périls, avait pris en main le peuplement des régions pionnières. Les services ministériels et des Instituts spécialisés élaborèrent des projets dont ils avaient à assurer la réalisation et le bon fonctionnement. La fondation par les autorités de centres de peuplement avait déjà été tentée au xixè siècle et au début du xxè. Ce n’avait guère été qu’une action discontinue et ponctuelle. On attendait, alors, des colons installés qu’ils soient des sortes d’avant-postes dans les régions frontalières ou dans des zones indiennes ; soit aussi qu’ils servent de réserve de main-d’œuvre pour les planteurs voisins. La colonisation officielle est actuellement plus ambitieuse parce qu’elle s’insère dans l’ensemble d’une politique pionnière. Les plans portent sur des espaces étendus pour lesquels on prévoit un solide encadrement. Au Mexique, des Commissions ont été chargées de l’aménagement et du peuplement des bassins des fleuves Papaloapan et Grijalva. Au Brésil la colonisation officielle a été confiée à l’Institut National de Colonisation et de Réforme Agraire dont le nom indique les intentions gouvernementales. La grande affaire de cet INCRA a été d’organiser la colonisation au long de la route Transamazonienne. Les plans élaborés étaient séduisants par leur logique et leur rigueur théorique, leur optimisme reflétait celui du gouvernement de Brasilia. Pendant ce colloque, d’autres communications dresseront sans doute le bilan d’opérations ainsi que celui, moins décevant, des projets de l’INCRA en Rondônia. Evoquons un dernier cas : celui de l’Oriente bolivien où la fondation de noyaux de colonisation a été prise en main par l’Armée ou confiée à des organismes internationaux ou, encore, à des groupes japonais.

24La colonisation officielle a été plus critiquée que vantée comme un exemple. Il n’est pourtant pas surprenant que l’écart soit grand, sinon considérable à l’occasion, entre les plans et les réalisations. On perd trop de vue que les techniciens qui ont reçu la mission de tout organiser et de faire vite, ne disposaient que de très peu d’informations sérieuses aussi bien sur les conditions naturelles que sur les qualités professionnelles des colons et leurs capacités d’adaptation. Un effort très précieux a été fait au Brésil pour soutenir la recherche scientifique et technique mais il est venu après que la colonisation ait commencé. L’une des critiques les plus fréquentes et à laquelle l’opinion publique est sensible, porte sur le coût élevé de l’action colonisatrice qui est jugée disproportionnée par rapport aux résultats. Mais la colonisation des Terres Neuves peut-elle être jugée exclusivement en termes de rentabilité et d’économie comptable ? N’a-t-elle pas une fonction politique et sociale impossible à chiffrer ? Parmi les causes d’échec deux reviennent le plus souvent. Le tracé des parcelles vendues ou attribuées aux colons est fait sans considérer ni la topographie, ni les différentes aptitudes des sols. Comme les colons pratiquent uniformément les mêmes cultures en n’importe quelle partie de leur lot, on devine leur déconvenues. Les conseils des agronomes sont mal compris et mal suivis ; les résultats sont inférieurs aux prévisions ; ils varient d’un lot à l’autre en sorte que les colons y trouvent motifs à jalousie. La cohésion que les administrateurs espéraient obtenir cède le pas à l’individualisme. La seconde critique la plus commune s’adresse à l’inoganisation de la commercialisation des produits récoltés. Les colons de l’état continuent d’être, eux aussi, à la merci du camionneur-commerçant exempt d’un contrôle sérieux. Dans ces conditions, le pionnier et sa femme (elle réussit à dire son mot...) regrettent la terre qu’ils ont quittée ; ils écoutent les on-dit qui vantent l’accueil, les salaires et les gains qu’on trouve dans une colonisation privée et c’est le départ...

  • 6 Hélène RIVIERE d’ARC, voir Amazonies Nouvelles etc. Voir aussi : l’encadrement des paysanneries da (...)

25La radio, la presse, la rumeur diffusent largement les critiques à rencontre de la colonisation officielle et dénoncent à plaisir ses échecs. On assiste à des campagnes de dénigrement systématique qui vont de pair avec la publicité en faveur de la colonisation dirigée par le secteur privé. Hélène Rivière d’Arc, en travaillant au Brésil, en a montré le mécanisme, ses résultats et ses inconvénients mais aussi son poids politique6. Les syndicats d’éleveurs des Goias et du Mato Grosso soutenus par des sociétés financées par des capitalistes de São Paulo ont obtenu en 1974 et 1976 que le gouvernement relâche à leur profit l’encouragement donné à l’INCRA.

26La colonisation privée, au Brésil et ailleurs, ne présente pas un modèle uniforme. Elle peut être faite à l’initiative d’une seule personne mais plus souvent d’un groupe de grands propriétaires voisins, parents et amis. Leur association vise à installer près de leurs domaines un peuplement de petits agriculteurs vivriers, utilisables pour les défrichements et la préparation des pâturages. Les entreprises les plus sérieuses en arrivent à exercer un contrôle serré tant sur les techniques agricoles que sur le choix des cultures, la fixation des prix de vente et l’écoulement de la production. Les prochaines années donneront l’occasion de voir si la technocratie de l’entreprise privée aboutit à une amélioration des gains et des niveaux de vie des colons. On peut entrevoir, dans le cas de telles entreprises, que l’occupation de l’espace organisée rationnellement approche de son terme et que l’époque pionnière sera alors dépassée.

27Entre les percées de tous premiers pionniers et l’esoufflement de la conquête des Terres Neuves, la frange pionnière est le lieu d’une succession de flux aux caractères propres. Chacun possède ses caractéristiques ; son arrivée marque une étape visible dans l’évolution du paysage, et dans celle de la société et de l’économie pionnières ; chacun est une source de conflits.

  • 7 Michel DEMYK, La colonisation dans le Nord Guatémaltèque. In : Encadrement des paysanneries, etc., (...)
  • 8 Anne COLLIN-DELAVAUD. Mise en valeur du rio Tigre : peuplement et système de culture. Geneviève DU (...)

28Les premiers arrivants, si tant est qu’il y ait des « premiers », sont de pauvres gens à la recherche d’un refuge contre leur misère. Au pied des Andes ce furent des Indiens bousculant d’autres Indiens. Dans le Peten ce sont aussi des Indiens et de rares ladinos7. Au Brésil, ce furent les Portugais remontant les fleuves, puis les Nordestins anxieux de trouver à l’Ouest, pour leur bétail, des campos moins calamiteux que le sertão et qui atteignirent la bordure de la Selva. Quelques-uns s’y fixèrent comme éleveurs ; la plupart y pénétrèrent et s’y dispersèrent. Les quelque cinq millions d’Amazoniens actuels sont les descendants de cette première génération de pionniers. La littérature scientifique comporte assez de titres concernant les modes de vie traditionnels dans la forêt équatoriale pour qu’il faille y revenir. Cependant, il faut, peut-être, rappeler que, en plus de ce leur fournissent leurs cultures sur brûlis, les habitants de la forêt gagnent des sommes modiques grâce à la vente des produits de la chasse, de la pêche ou de la cueillette. Seringueiros et castanheiros du Brésil, chicleros mexicains, yerbateros du Paraguay, bûcherons indiens du rio Tigre péruvien8, orpailleurs un peu partout ne sont pas à l’extérieur mais sur les franges des circuits économiques et monétaires. Une baisse des prix sur le marché mondial les contraint à réduire leurs achats de sel, de poudre, de vêtements et de compléments alimentaires. Après avoir défriché et cultivé un coin de forêt, ils changent de place, ne se posant aucun problème foncier.

29Arrive une seconde vague de pionniers pour qui, au contraire, la notion de propriété est primordiale. De fortunes inégales mais sachant lire et écrire, habitués aux affaires et aux relations avec les administrations, ils savent obtenir des titres de propriété en face desquels les droits de « possession » de leur devanciers ne font pas le poids. On entre alors dans la phase des conflits les plus aigus. Les uns, juridiques mais souvent scandaleux, beaucoup violents sinon sanglants. Les premiers défricheurs, pauvres, illettrés, sans appui politique, sont toujours les perdants. Ils se résignent à devenir les salariés du propriétaire ou bien ils fuient vers l’avant, là se répéteront sans tarder les mêmes conflits.

  • 9 Otavio GUILHERME VELHO, Frentes de expansão e estrutura agraria. Rio de Janeiro, Zahared., 1972, 1 (...)

30Le processus se reproduit dans des pays différents sous les mêmes formes à quelques nuances près. Au Maranhão, entre 1945 et 1950, les pionniers, venus du sertâo du Ceará et du Piaui, quittèrent leurs champs et leurs pâturages d’où ils étaient expulsés par leurs créanciers, éleveurs ou propriétaires de rizeries ? A Maraba, au Pará, les gens venus les premiers comme récolteurs de caoutchouc ou de noix du Brésil et exploitant un lopin de sol, furent contraints de partir ou de se mettre au service d’éleveurs arrivés du Nordeste et de la vallée du rio Doce9. Répétition du phénomène au Guatemala : Michel Demyk a décrit l’éviction de la colonisation spontanée, celle des Indiens des Sierras, par la colonisation officielle encadrée par l’armée. Dans l’ancienne zone du canal de Panama, les éleveurs encore ont fait vider les lieux à des familles de petits défricheurs.

  • 10 DEMYK, article cité.
  • 11 Christian GROS. Colonisation de la forêt et rôle de l’Etat ; quelques remarques sur le cas de l’Or (...)

31Au troisième stade, la grande propriété s’agrandit et passe à dominer l’économie régionale. Prenons encore l’exemple du Peten, où depuis 1970, des officiers de rang élevé, des fils de grands propriétaires de la côte sud, ainsi que des fonctionnaires bien en cours furent gratifiés des terres les plus fertiles et les mieux desservies10. Mêmes transformations en Colombie, dans la région forestière du bas Putumayo11. Le travail des pionniers entraine une valorisation de la terre qui, plus que d’enraciner le petit propriétaire, l’incite à déménager. En effet on lui propose de vendre à des prix qui lui rendront facile l’achat d’une superficie double dans les toutes nouvelles zones pionnières.

32Dans le nord de l’état du Paraná, où la recherche des Terres Neuves a vraisemblablement mis en mouvement plus d’hommes et de capitaux qu’ailleurs, la série des étapes pionnières s’écarte du schéma général. Pratiquement le phénomène pionnier éclata en quelques années par l’invasion des grands planteurs de café et, simultanément, la mise en place de sitiantes, petits et moyens propriétaires, par des sociétés de colonisation. Les conflits de terre ne manquèrent pas mais plus entre sociétés de colonisation qu’entre fazendeiros. L’onde pionnière se propagea rapidement, et dans ses secteurs les plus anciens, la grande propriété commença d’absorber les plus petits. En dépit des départs et de l’essoufflement de la marche pionnière, le Nord Paraná conserve une étonnante activité économique et des villes dans lesquelles les industries s’ajoutent aux services. Est-il encore possible de parler de « hollow frontier » comme le faisaient les premiers géographes qu’attirèrent les franges pionnières de São Paulo et du Paraná ?

33Présenter la marche pionnière comme une séquence harmonieuse de trois ondes distinctes, laissant derrière elles un espace appauvri et dépeuplé, est un schéma commode. On ne peut pourtant pas le suivre entièrement. Il suggère une mécanique bien réglée alors que la réalité du monde pionnier est faite d’à-coups, de turbulences et de violences. N’en a-t-il pas toujours été ainsi ?

34L’expansion du peuplement à l’époque coloniale a été imprégnée d’une idéologie où se confondaient l’appel évangélisateur et la passion de la gloire. Les démocraties latino-américaines conservèrent du passé l’appât des richesses à tirer des Terres Neuves. Invoquant volontiers une idéologie nouvelle, les interventions des états modernes n’expriment-elles pas une politique du P.I.B. plus qu’une volonté de peuplement des Terres Neuves ?

Notes

1 J. BRISSEAU-LOAIZA – Le problème de la mise en valeur du versant et du Piémont amazoniens au sud du Pérou. – Association française pour l’étude et la recherche dans les pays andins. 1978, Grenoble, pp. 93 – 129.
Geneviève DURAND. – L’évolution de l’agriculture du Huallaga Central : in Amazonies Nouvelles, 1977, Travaux et Mémoires de l’IHEAL (30) p. 11-29.

2 R. PEBAYLE, J. KOEUCHLIN, Y. NAKAGAWARA et P.Y. DENIS, le bassin moyen du Paraná Brésilien : l’homme et son milieu. Centre d’études de Géographie Tropicale, Bordeaux, Travaux et documents de géographie tropicale (35), 1978.

3 Foyers industriels nouveaux en Amérique Latine, Afrique Noire et Asie. Travaux et Mémoires de l’I.H.E.A.L., (31), Paris, 1978.

4 Jean REVEL-MOUROZ, Mexique, aménagement et colonisation du tropique humide. Travaux et Mémoires de l’I.H.R.A.L. (27), Paris 1971, 269 p.

5 Alistair HENNESSY : The frontier in Latin American History, London, 1978, 202 p.

6 Hélène RIVIERE d’ARC, voir Amazonies Nouvelles etc. Voir aussi : l’encadrement des paysanneries dans les zones de colonisation en Amérique Latine. Travaux et Mémoire de l’I.H.E.A.L. (32), Paris, 1978, p. 111-118.

7 Michel DEMYK, La colonisation dans le Nord Guatémaltèque. In : Encadrement des paysanneries, etc., p. 129-132.

8 Anne COLLIN-DELAVAUD. Mise en valeur du rio Tigre : peuplement et système de culture. Geneviève DURAND. Habitat et société sur les rives du rio Tigre. In : Amazonies Nouvelles op. cit. pp. 59-78 et pp. 79-90.

9 Otavio GUILHERME VELHO, Frentes de expansão e estrutura agraria. Rio de Janeiro, Zahared., 1972, 178 p.

10 DEMYK, article cité.

11 Christian GROS. Colonisation de la forêt et rôle de l’Etat ; quelques remarques sur le cas de l’Oriente Colombien. In : L’encadrement des paysanneries, etc. p. 133-139.

Auteur

IHEAL-CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter