Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

Première partie. Situation des fronts pionniers dans le monde tropical

Continuités et discontinuités dans la colonisation du Piémont amazonien des Andes

Thierry Saignes

Texte intégral

1« Le rôle stratégique des terres neuves » dans la maîtrise des économies et des espaces tropicaux conduit à s’interroger sur celui qu’elles ont joué aux différents moments de leur passé. Reconnaître la profondeur temporelle des phénomènes pionniers permet en effet d’en mesurer la vitalité ou la fragilité actuelles. La nature et les fonctions des « frontières historiques » doivent être réexaminées dans une double perspective. Au nom de quels enjeux et par quels mécanismes furent occupés et peuplés les territoires frontaliers ? Leur colonisation récente obéit-elle aux mêmes sollicitations ou engage-t-elle des objectifs et des moyens radicalement neufs, voire contradictoires vis-à-vis des processus antérieurs ?

2Dans le monde intertropical apparaît une région particulièrement apte à répondre à ces interrogations historiques : le versant oriental des Andes Centrales (Pérou et Bolivie). Tant sous l’aspect physique qu’humain, cette bordure manifeste une triple originalité qui a été maintes fois soulignée dans les études andines.

3L’ampleur du volume montagneux, la vigueur de la dénivellation topographique (plusieurs milliers de mètres) et la diversité des milieux naturels accentuent les contrastes brutaux qui affectent les pentes depuis les déserts d’altitude de la Cordillière jusqu’aux collines forestières et aux savanes inondables des affluents supérieurs de l’Amazone.

4Les contrastes écologiques se prolongent dans ceux du peuplement : aux fortes densités des terroirs montagnards au dessus de 3 000 mètres (plusieurs dizaines d’habitants au Km2) succède le quasi vide humain du piémont humide (densité entre 0,1 et 2 habitants au Km2).

5Quant à l’organisation culturelle, sociale et politique des sociétés du versant, elle oppose en tous points les paysanneries des hautes terres aux agriculteurs-collecteurs du piémont. Les premières, fortement encadrées dans des structures hiérarchisées et centralisées, doivent fournir un important excédent de travail au profit des insistances supérieures, médiatrices des rapports entre les humains et avec le cosmos. Les secondes dispersées en multiples groupes locaux ignorent la division sociale (chefferie sans pouvoir) et fondent leurs rapports sur l’alliance et la guerre. Ces différences opposent, on le voit, des sociétés étatiques à celles, appelées aussi acéphales ou segmentaires qui refusent le pouvoir séparé.

6L’histoire de la frontière orientale des Andes renforce les discontinuités inscrites dans l’espace et reprises par le peuplement. En effet, ni les grands empires andins (Tiahuanaco, Inca) ni la colonisation ibérique ultérieure, en dépit des multiples tentatives et à l’exception du bref épisode missionnaire du xviiième siècle, n’ont réussi à étendre leur domination sur le piémont amazonien. Il faut attendre le xxème siècle pour qu’un front pionnier parvienne réellement à mettre en valeur les zones basses (en dessous de 2 000 mètres).

7Cette ouverture récente des Orientes péruvien et bolivien, nouveaux Eldorados des programmes de développement peut apparaître comme la dernière étape, réussie, d’une très ancienne pression des populations montagnardes sur les terres basses, intactes ou délaissées. L’obstination historique de la poussée d’amont en aval aurait eu raison de la barrière physique et culturelle que représente le versant oriental.

8Cet exposé veut montrer les insuffisances de cette perspective, communément acceptée, qui pose la continuité temporelle et spatiale, le sens unidirectionnel et l’homogénéité du front pionnier tout en admettant implicitement l’infériorité culturelle des populations des basses terres.

9Dans ce but, il faut caractériser les modalités d’occupation spatiale en raison des différents enjeux. Je distinguerai trois types de stratégies frontalières élaborées au cours de cette histoire pluri-séculaire : celle des agriculteurs des hautes et des basses terres qui s’efforcent de maintenir un accès direct et périodique à des ressources complémentaires, celle des Empires à des fins de contrôle et de défense territoriales et celle des mouvements pionniers récents aux finalités d’ordre économique (pallier le manque de terre dont souffre la paysannerie parcellaire d’altitude, recruter une main-d’œuvre pour la grande exploitation agroindustrielle) et géopolitique (meilleure répartition du peuplement, présence aux frontières).

10L’insuffisance des connaissances archéologiques et historiques du versant oriental comme celle des instruments d’analyse fournis par l’anthropologie économique et politique accentuent le caractère fragmentaire et hypothétique de ce schéma d’ensemble. Je n’en crois pas moins utile de proposer cette périodisation et cette classification des mouvements de colonisation à l’est des Andes que des travaux ultérieurs pourront préciser, infirmer ou rectifier.

11Le matériel documentaire concerne le versant situé entre les secteurs de Cuzco et de Santa Cruz de la Sierra. Il correspond aux bassins des fleuves Madre de Dios, Beni, Mamore et Guapore qui confluent tous pour former le fleuve Madeira. Des exemples prolongeront cette zone, vers le Nord dans la montaña du Pérou central (Gran Pajonal) et vers le Sud, dans les derniers chaînons en bordure du Chaco (Cordillère Chiriguano).

12Cet ensemble présente un certain nombre de contraintes matérielles qui conditionnent directement l’accès aux ressources. Ces contraintes tiennent d’abord aux milieux naturels.

I. L’organisation écologique et les stratégies d’accès dans le cadre des chefferies

A – Le dispositif écologique

13L’étagement des milieux naturels dépend de la température qui diminue sensiblement avec l’altitude et de l’humidité qui décroît légèrement avec la latitude. Mais les degrés d’exposition et des pentes, le morcellement du relief et le ruissellement modifient fortement cette superposition (certains étages intermédiaires peuvent jusqu’à disparaître) et multiplient les facettes écologiques.

14L’objectif des groupes installés au long du versant consiste à avoir accès à la gamme la plus étendue possible des produits fournis par chaque étage : laine et viande séchée des camélidés dans les punas, tubercules et graminées des hautes pentes (4 200-3 500 mètres), céréales (maïs) des vallées tempérées (3 500-2 000 mètres), coca des Yungas chaudes (entre 2 500 et 1 500 mètres), bois, écorces, et essences rares, plantes médicinales, miel, gibier des collines boisées. (Ceja de montaña, entre 1 500 et 500 mètres) et enfin coton, manioc et les noix des plaines (Ilanos).

15Des facteurs d’ordre biologique ou physiologique peuvent limiter cet accès. Tout d’abord les modifications de la pression atmosphérique qui, au dessous de 3 500 mètres, constitue un seuil d’adaptation une descente rapide vers les terres basses peut provoquer chez les sujets adaptés à l’altitude des accidents pulmonaires. Dans les milieux chauds et humides endémiques (fièvres, malarias, parasitoses, leishmaniose), certains virus inoffensifs en altitude sont réactivés (tuberculose). De plus, les denrées ne peuvent se conserver que grâce à la salaison mais les dépôts de sel sont strictement localisés. Enfin les camélidés, seuls animaux de bât dans l’Amérique préhistorique ne peuvent y effectuer de longs séjours. Toutes ces données expliquent que le séjour des montagnards dans les basses terres était généralement de durée limitée et s’effectuait dans le cadre de voyages périodiques. Quelles sont les modalités de leur installation ?

B – Les inconnues du peuplement

16Quand les premiers Espagnols effectuent la descente du versant oriental par le Madre de Dios et remontent par l’est du lac Titicaca, ils traversent des villages de langue quechua, puquina et aymara dans les hauteurs, des hameaux d’Indiens Yunga et des garnisons multiethniques sur le piémont, des bourgades d’indiens amazoniens le long des voies d’eau et dans les savanes. Tous ces groupes accédent donc d’une manière ou une autre au versant qui paraît être le point de convergence de deux grands courants de peuplement venus l’un des punas, l’autre des plaines. L’étude archéologique de ce secteur devrait révéler une des clés de l’occupation du continent sud-américain.

17Le premier de ces courants, originaire de l’Amazonie Centrale, remonte le cours supérieur des fleuves et se disperse le long d’un grand arc sud andin. Ces groupes de langue arawak, à la suite d’une forte expansion démographique, auraient colonisé les savanes en pratiquant une agriculture de drainage fort complexe adaptée aux inondations saisonnières (flooded savanas). Tout un réseau de billons longs et étroits (ridge-fields) et de terres-pleins (raised platforms) entourés de fossés de drainage (drainage ditches) et associés à des chaussées de liaison (causeways) et à un habitat sur buttes (mounds ou lomas) manifeste une intense mise en valeur agricole. Il faut supposer une organisation stratifiée de ces agriculteurs mais on ne sait si elle modifie les rapports de pouvoir. Les Ilanos de Moxo (180.000 km2) auraient supporté au xvième siècle une population estimée entre 350.000 et 500.000 habitants, ce qui donne une densité moyenne de 2 habitants au Km2.

18On ne sait ce qui provoque les groupes amazoniens à remonter les vallées andines (changements climatiques, pressions migratoires de l’aval, raids de pillage pour se procurer des outils en métal ?). Certaines vagues auraient même réussi à franchir les cols et à s’installer dans les hautes terres comme le suggère la parenté linguistique et hémotypologique entre les indiens uru-chipaya, de parler puquina, des hautes zones lacustres et les Indiens arawak du piémont. L’énigmatique culture de Tiahuanaco née sur les rives du lac Titicaca et développée au premier millénaire de notre ère manifeste des motifs amazoniens dans son art et aurait parlé puquina.

19Plus tard, venant par les cordillères, des migrants ayamarophones occupent les Andes centrales. Fractionnés en multiples chefferies et royaumes régionaux (horizon intermédiaire tardif), ils s’efforcent de déborder les crêtes et de dominer les vallées orientales. Ce processus d’expansion par le haut fut-il engagé dès Tiahuanaco ? Dans tous les cas, il aboutit à la formation d’un premier modèle spatial.

C – Le contrôle de l’espace à l’époque préinca

20Malgré le double filtre des sources inca et ibériques, tentons de saisir les stratégies d’accès aux ressources complémentaires mises en œuvre par les occupants du versant.

1 – La poussée de l’amont vers l’aval

21Les groupes ethniques andins dont les habitats permanents où siègent les autorités se situent au-dessus de 3 500 mètres envoient des familles de « colons » (mitmaq) dans les différents étages écologiques pour y cultiver ou collecter les produits spécifiques. Les « colons », subordonnées aux autorités, conservent leurs droits et leurs devoirs dans les foyers d’origine. Si de nombreuses inconnues subsistent quant aux relations entre les centres et les « colonies » (niveaux de recrutement et de remplacement des mitmaq, circuits d’écoulement des productions), l’« idéal » est bien de maintenir un accès direct et simultané à l’ensemble des ressources. Les établissements périphériques dispersés au long du versant doivent cohabiter avec d’autres groupes ethniques autochtones ou mitmaq, de telle sorte que des territoires « étrangers » les séparent de leurs centres. L’accès n’est acquis et conservé qu’au moyen d’ententes ou de guerres avec les différents groupes voisins. Si les foyers d’origine relâchent leur pression (diminution ou départs des « colons »), ils peuvent se voir expulsés de leurs parcelles lointaines par des compétiteurs plus entreprenants. En outre, le transport des produits comportait les mêmes risques de capture ou de pertes. C’est donc une occupation précaire qui dépend toujours du rapport de force momentané.

ETAGES ECOLOGIQUES ET PEUPLEMENT PREHISPANIQUE DES ANDES ORIENTALES (d’après troll, Bonn 1968 ; in Annales Esc 5-6, 1978 p. 905)

ETAGES ECOLOGIQUES ET PEUPLEMENT PREHISPANIQUE DES ANDES ORIENTALES (d’après troll, Bonn 1968 ; in Annales Esc 5-6, 1978 p. 905)

2 – Les tentatives de remontée d’aval en amont

22Les ethnies d’altitude se disputent entre elles l’accès au versant tout en se heurtant aux groupes du piémont.

23Dans les fonds des vallées, elles trouvent des indiens appelés Yungas dits « naturels », peu nombreux et répartis en petits clans. L’origine de ces « autochtones » fait problème : descendent-ils d’une ancienne vague de peuplement venus des Andes ou de l’Amazonie qui occupait le versant et fut peu à peu repoussée dans les gorges encaissées. Ont-ils des rapports avec les Yungas de la côte Pacifique ? S’ils sont porteurs de la culture appelée Mollo qui précéda dans les vallées l’arrivée des Incas et caractérisée notamment par d’importantes forteresses tournées vers l’Est, il faut admettre l’existence d’unités politiques locales, dont le degré d’organisation nous échappe et qui interfèrent avec la colonisation venue des hauteurs.

24En contrebas, dans les collines boisées de la montaña, vivent les indiens chunchos, terme andin synonyme de « sauvage ». Bien qu’au départ le nom ne désignait que certains habitants du piémont (ceux du haut Béni), il a été par la suite appliqué indistinctement à tous les groupes de la montaña depuis Quito jusqu’au Tucuman. Les descriptions du xvie siècle les montrent divisés en multiples groupes locaux, pratiquant une horticulture sur brûlis itinérante et la cueillette, le cannibalisme et une guerre quasi-permanente. Elles recueillent ainsi le souvenir encore frais des combats acharnés qu’ils menèrent contre les ethnies du Titicaca.

25Par l’hostilité du milieu (encaissement du relief, excès d’humidité, densité de la végétation), le montaña semble constituer une barrière naturelle qui aurait fait écran entre les populations andines et celles d’Amazonie. Mais dans les temps préhistoriques, cette barrière a été périodiquement franchie dans les deux sens. Plus espace de parcours (par les crêtes ou par les voies d’eau) que de forte occupation, la montaña n’a jamais empêché ni les échanges ni les influences réciproques de s’exercer (céramique, outillage, vêtements, langues, mythes).

26Voici donc ce qu’on peut reconstituer d’un type de stratégie frontalière élaborée dans le cadre des « chefferies ». Mais, entendons-nous ici sur le terme de « chefferie » employé ici faute de mieux et dont l’ambiguité n’est plus à démontrer. Il recouvre, en effet, deux sociétés bien distinctes du versant : en haut, celles à pouvoir séparé où le « seigneur ethnique » (curaca, mallku) a la main mise sur les « colons et reçoit les produits de leur activité qu’il redistribue partiellement ; en bas, celles où le chef n’est qu’un représentant plus ou moins prestigieux mais sans pouvoir de coercition.

27Si les rapports sociaux diffèrent radicalement (centralisation et endogamie d’une part, indépendance et exogamie de l’autre), les formes d’occupation de l’espace peuvent paraître similaires. Tout aléa climatique (sécheresse, gelée, épuisement du sol) et toute perturbation dans le rapport de force (changements d’alliance, arrivée de nouveaux candidats, scissions) modifie les conditions d’accès aux terres orientales et remet en jeu leur possession.

28Sous l’effet de cette double pression, d’amont et d’aval, le versant semble en état d’effervescence permanente. La moindre intromission d’éléments extérieurs, la moindre rupture entraînent des réactions en chaîne et les « colonies » disparaissent pour se réformer plus loin. En outre, les procédés de culture fondés sur les cycles de rotation ajoutent à cette mobilité de l’occupation humaine.

29Discontinuité, périodicité et instabilité caractérisent donc l’appropriation du versant qui est, avant tout, un espace de rencontre, d’échanges, un espace disputé. La conquête inca au xve siècle transforme profondément ces modalités : si la première est conservée – avec des fonctions différentes –, la seconde et la troisième sont pratiquement abolies.

II. Les expansions impériales

30Le piétinement des Incas et de leurs successeurs hispaniques aux marches orientales a renforcé l’impression d’avoir affaire ici à un clivage insurmontable entre la « Haute » et la « Basse » Amérique. Obstacle d’autant plus irritant que ces marches jouent un grand rôle dans l’imaginaire andin. Etendues à l’infini, cascade de collines qui se perdent dans les nuages, elles sont d’abord – par opposition au versant occidental qui donne dans l’océan limité par excellence – frontières ouvertes sur un inconnu des plus ambivalents. Cet inconnu, d’une inquiétante sauvagerie, est pour les Indiens source de menaces et pour les Espagnols promesse de richesses illimitées. Dans tous les cas, le versant oriental est projection d’un futur possible.

31C’est lui que désignait à l’origine le mot « Andes » – venant du quechua Anti pour désigner les territoires et les populations de l’Est – et l’extension progressive du nom à l’ensemble de la chaîne, dont le repérage sémantique mérite une étude, renvoie à son importance stratégique.

32Incas d’abord puis missionnaires européens tentent, d’en forcer l’accès et de s’implanter dans les basses terres. Fait remarquable, leurs chroniqueurs leur attribuent la même intention civilisatrice : il fallait extirper la barbarie des populations de l’Est pour les « faire hommes ». Cette « noble » entreprise recouvre en fait la volonté d’annexer aux Andes Incas puis hispaniques des territoires nouveaux et des populations jusque là indépendantes. La frontière prend alors un nouveau sens.

A – Les Incas

33Les Andes orientales ont constitué sans aucun doute l’horizon historique et fantasmatique qui n’a cessé de hanter les Incas. Elles leur auraient donné naissance comme elles leur ont servi de tombeau.

34Plusieurs chroniques attribuent aux Incas une origine amazonienne que ce soit dans les Yungas proches de Paucartambo (ils parleraient la langue des Indiens Tampu du Haut Urumbamba) ou dans les étendues fabuleuses du Paytiti entre le Madre de Dios et le Béni. D’autre part la tradition orale, encore vivace chez les Arawak de l’Ucayali (Matsiguengua, Canihuaya) rappelle que l’Inca était l’un des leurs et qu’il n’a jamais pu les soumettre par la suite. Enfin l’organisation dualiste de la cité du Cuzco, étendue à une partie de l’Empire, renvoie directement à celle qui régit des sociétés amazoniennes.

35La sollicitude de l’Inca envers la forêt est ensuite celle d’un conquérant. Comme tous les empires despotiques, le Tawantinsuyu prétend intégrer et ordonner tout l’univers connu. Son nom « Empire des quatre Quartiers » indique cette exigence de totalité (au moins comme espace conçu). Monarque universel, l’Inca ne peut laisser hors de sa juridiction les peuples de l’Orient (Antisuyu).

36Après plusieurs tentatives, dans le dernier tiers du xvème siècle, une formidable armée fut envoyée en direction du Madré de Dios à l’est. Des témoignages locaux font état de la recherche des routes plus méridionales à l’Est du Titicaca. Après de durs combats contre les chunchos, l’expédition, passant par les crêtes et non par les fleuves, aurait atteint le Beni où à la suite d’un accord passé avec les populations locales, elle aurait laissé une garnison de mitmaq. Une série de forteresses sont réoccupées ou édifiées à mi-pente, à la limite des yungas et de la montaàa (entre 2 000 et 1 000 mètres) depuis Vilcabamba au Nord jusqu’au Pilcomayo au Sud. Elles étaient précédées d’avant-postes situées assez bas en aval au contact des Ilanos, à la fois bornes de l’Empire et tours de guet. Aujourd’hui la découverte de ces vestiges, parfois associés à des voies pavées (caminos del Inca) prouve une pénétration plus lointaine qu’on ne le pensait. Il est difficile de préciser le degré effectif du contrôle inca sur les groupes de la montaña intermédiaires. Formellement quatre provinces d’Antis sur le Haut Madre de Dios étaient englobées dans l’Empire ; des Indiens « chunchos mineros » exploitaient l’or des mines et des alluvions dans les collines subandines (Carabaya, Larecaja) ; l’envoi de tributs (perroquets, singes, plumes, miel, cire) reçus cérémonieusement au Cuzco rappelait la suzeraineté de l’Inca sur les populations Antis.

37L’occupation des forteresses en amont serait un indice de la fragilité de cette domination sur le piémont mais elle répond à plusieurs objectifs. Les Incas y installent des familles prises dans une ethnie lointaine autant pour bloquer les remontées d’Indiens de forêt que pour, en-deçà du limes, surveiller les populations locales de fidélité incertaine.

38Interposées entre deux fronts hostiles, les garnisons doivent assurer leur subsistance. Par des travaux hydrauliques et de terrassement, elles contribuaient à l’extension des surfaces cultivées. Pour les produits extérieurs à la zone, elles se pourvoyaient grâce aux greniers impériaux mais aussi dans certains cas, par l’association avec des colonies de même origine ethnique placées dans les hauteurs proches (2 à 5 jours de marche). Ainsi sont reconstituées, à l’échelle locale, les mécanismes de la complémentarité verticale qui permettent d’atteindre l’autosubsistance.

39Cette organisation verticale, reprise dans une structure impériale est radicalement altérée par rapport au modèle antérieur. En assignant à chaque groupe des limites et des circuits de déplacements intangibles, l’Inca dénature le fonctionnement d’une institution jusque là ouverte et fluide, donc instable. Toute alliance, toute compétition est désormais interdite si bien que les groupes se referment sur eux-mêmes et leurs rapports se figent.

40La discontinuité n’est plus source de contacts, d’échanges. Ici elle est fermeture, fixité.

B – La frontière-refuge

41A la chute du Tawantinsuyu, les Andes orientales sont le théâtre d’événements mal connus et difficiles d’interprétation. L’évolution postérieure à la conquête ibérique montre une divergence croissante entre les occupants de chaque étage écologique.

42Dans les vallées et aux frontières, certaines colonies ont dû retourner dans leurs foyers d’origine mais d’autres, séparées depuis trop longtemps, ont pu rester sur place. Le contrôle du piémont par les montagnards semble reculer bien en-deçà des forteresses, ainsi que l’attestent les témoignages d’abandon des cultures dans les fonds de vallée qui deviennent très insalubres. En 1575, la faiblesse numérique de la population locale (Indiens Yunga et anciennes colonies étatiques) indiquerait un déclin de cette zone.

43Mais en amont, les replats à maïs des têtes de vallée ainsi que les terrasses à coca les mieux exposées prennent un intérêt nouveau en raison de la forte demande alimentaire des marchés miniers et urbains dans les hautes terres. Cela explique que l’hacienda espagnole s’installe très tôt sur ce piémont supérieur. La réorganisation des tributs et des corvées minières (mita de Potosi) dans le cadre des réductions pousse les Indiens à venir chercher refuge dans les vallées (exemptées des corvées minières) et à s’installer dans les pueblos comme « forains » (forasteros) ou dans les haciendas comme « serfs » (yanaconas). C’est ainsi que les indiens d’altitude perdent peu à peu le contrôle de leurs anciennes colonies ethniques. Ils devront recourir à de nouvelles stratégies pour accéder aux productions de vallée dans le cadre d’échanges (accompagnés ou non d’alliances) et de migrations périodiques de travail.

44En outre, les sources espagnoles indiquent que de nombreux indiens s’enfuient bien au delà des vallées, chez les « sauvages » de la montaña. Cela implique des rajustements politiques qui surmontent d’abord l’hostilité traditionnelle entre ces deux groupes. Des informations du xviième siècle précisent que les « sauvages » du Haut Béni proviendraient des Andes et parleraient une langue appelée « chuncho-aymara » Le souvenir de l’Inca plane sur toute le montaña et en son nom plusieurs alliances anti-espagnoles sont formées (Chiriguano au xvième siècle, Yungas de Zongo au xviième siècle, Campa au xviiième siècle). En même temps les raids armés lancés par les habitants de la montaña contre les villages aymara et quechua (dont les premiers affectés sont les cultivateurs de coca), redoublent. Toute la zone est déclarée « frontière de guerre » et des tours de garde sont organisés pour la défendre. On a donc l’impression qu’elle sert à la fois de refuge pour les fuyards du système colonial mais garde son organisation politique et sociale fondée sur la dispersion et la guerre. L’influence andine sur le piémont s’est traduite par une acculturation matérielle et religieuse sans qu’il y ait eu ouverture à la pénétration coloniale.

45La situation politique des plaines amazonienne reste aussi mystérieuse. La présence inca y est attestée de plusieurs modes. D’une part des garnisons laissées lors des expéditions antérieures seraient restées en place. Au xviième siècle, des groupes du Madre de Dios prétendent descendre de ces mitmaqs. D’autre part, l’Inca réfugié à Vilcabamba proclame en 1565 sa juridiction sur toute la forêt, sur une étendue bien supérieure à celle du domaine espagnol dans les Andes. Quand Tupacamaru II est capturé au moment où il prenait la route de l’Est (1572) des tributs envoyées par les groupes de forêt continuaient d’arriver. Mais d’autres dignitaires inca ont pu s’enfuir emportant idoles et vaisselle d’or : d’après des témoignages tardifs (xviiè siècle) ils se seraient installés entre le Béni et le Mamoré.

46On ne sait ce que comportait de fantaisie ces récits qui pouvaient avoir pour but d’envoyer les Espagnols au loin dans les zones hostiles de l’Amazonie. On peut supposer que ce groupe de survivants incas, en butte aux guerres avec d’autres ethnies et aux épidémies s’est peu à peu éteint. Quand les jésuites arrivent dans la région du Mamoré, à aucun moment ils ne signalent la présence ou les traces du passage inca.

47Il est difficile de conclure sur cet ultime épisode de l’histoire inca qui manifesterait en quelque sorte un retour aux sources. Il est à craindre que ce chapitre supplémentaire ne reste à jamais en blanc ainsi que celui concernant l’accueil par les groupes « sauvages » des Indiens, métis et esclaves noirs ayant abandonné exploitations, villes et communautés soumises à la domination hispanique. Nous sommes aux marges du monde colonial, qui échappent, par définition, à nos sources de documentation.

48Il semble bien cependant que tous les changements d’ordre militaire, ethnique et politique qu’aient pu introduire les Indiens des hautes terres, colonies incas et fuyards du système colonial, chez les groupes du piémont (montaña et Ilanos) furent peu à peu absorbés et repris dans l’organisation traditionnelle des sociétés amazoniennes sans en modifier le fonctionnement.

49Seul, continue de planer au dessus des collines et des savanes le souvenir de l’Inca dont le mythe connaîtra plusieurs avatars.

C – Le relais missionnaire

50Les expéditions ibériques (jornadas, entradas) à travers le piémont à la poursuite de chimériques royaumes (Eldorado, Paytiti) sont suffisamment connues pour être rapportées ici. Organisées à partir des villes situées au plus haut point des têtes de vallée orientées vers l’Amazonie, Cuzco, La Paz, Cochabamba-Santa-Cruz constituant une exception sur laquelle je reviendrai plus loin – elles n’ont pratiquement pas étendu le domaine hispanique. La centaine de tentatives qui se déroulèrent aux xvie et xviiè siècles servirent en fait à « soulager » (descargar) les zones centrales de la pression des colons sans terre, métis, vagabonds et autres exclus du partage colonial et se soldaient par la capture d’indiens vendus comme esclaves (piezas).

51A la fin du xviie siècle, les perspectives changent lorsque sont fondées les premières missions au pied des Andes. Par ses modalités cette « conquête spirituelle » apparaît bien comme une forme d’expansion impériale.

1 – Historique

52Jésuites et franciscains ont réussi à rassembler des milliers d’Indiens amazoniens dans des « réductions » à l’image de celles crées dans les Andes. Les premiers se consacrèrent à l’évangélisation des groupes répandus dans les vastes savanes de Moxos et de Chiquitos, entre les rios Béni et Guapore, les seconds à celle des Indiens de la montaña depuis l’Ucayali jusqu’au Bermeja.

53L’expérience jésuite fut brève mais décisive. En 1682, 600 Indiens moxo acceptent de se réunir sous la direction des « Pères ». Ils sont 19.000 en 1700 puis 35 000 en 1732 (apogée démographique). Au moment de l’expulsion des jésuites (1767), les bourgades missionnaires de Moxos abritent 30.000 indiens et celles de Chiquitos (au nombre de 10) 32.000 indiens.

54A partir des collèges d’Ocopa (près de Huanuco), du Cuzco et dans les collines forestières. A la fin du xviiè siècle, ils établissent des missions chez les Campa – qui se soulèvent et les expulsent de la zone, un demi siècle après – et chez les Aguachile et les Tacana d’Apolobamba. Après 1760, ils les étendent aux Leco et aux Mosetene du Haut Béni, aux Yuracare (entre Cochabamba et Santa Cruz) et aux Chiriguano.

55Les franciscains se montrèrent beaucoup plus accomodants à l’égard des autres établissements hispaniques installés sur la frontière : ils acceptèrent par exemple la présence de garnisons militaires (comme dans les zones campa ou chiriguano) et de colons autour des missions qui deviennent d’actifs postes d’échanges avec les Indiens « infidèles ».

2 – La stratégie jésuite

56Les Jésuites, au contraire, recherchèrent et assurèrent l’autonomie de leur juridiction face à la frontière coloniale. Leur territoire prend en écharpe une partie de la Haute-Amazonie (rive droite) de telle sorte qu’il se retrouve enfermé dans une double limite : vers le Nord-Est, sens de l’écoulement des eaux, l’expansion brésilienne empêche toute communication avec l’Atlantique ; à l’Ouest, la montaña s’oppose à toute relation directe et régulière avec les centres andins. Mais cette double barrière servait les intérêts jésuites : elle manifeste la position stratégique des missions face à la menace portugaise, ce qui justifie la concession à la Compagnie par la Couronne Espagnole du contrôle exclusif de la zone et le droit de former une armée indigène. Ainsi protégés des attaques des bandeirantes et des colons voisins les Indiens acceptèrent plus facilement le joug missionnaire.

57En même temps, les jésuites tentent de relier entre eux tous leurs secteurs de l’hinterland amazonien depuis le Maynas jusqu’au Paraguay. En butte à l’hostilité des Indiens et des Portugais et aux réticences de l’administration espagnole, ils ont pourtant failli aboutir (l’année de leur expulsion, ils ont réussi la liaison Paraguay-Chiquitos) et on peut imaginer les conséquences géopolitiques qui en auraient résulté : la tripartition de l’espace sud-américain en bandes parallèles de direction N.W./S.E., la Compagnie de Jésus contrôlant une zone-tampon entre les deux domaines rivaux hispanique et portugais. L’ordre religieux fut autant victime de ses réussites que des intrigues européennes.

58Cette politique d’autonomie territoriale fut étendue au champ économique. Il fallait satisfaire le ravitaillement et commercialiser une partie de la production agricole et artisanale pour n’acheter que les matières et objets indispensables (fer, outils, objets de culte, étoffes...).

59Les missions jésuites possédaient des propriétés dans les vallées et les punas andines qui fournissaient fruits, vin, céréales, laine, recréant une complémentarité verticale au profit des basses terres dans ce cas (étant entendu que, du fait de l’organisation centralisée et hiérarchisée de l’ordre, les missions de Moxos et de Chiquitos restaient sous l’autorité du Provincial de Lima puis de Rome, donc la dernière décision restait à l’extérieur) Les jésuites inondèrent en même temps les marchés andins de leurs produits tropicaux : sucre, coton, cacao, cuir, miel, toiles (lienzos) meubles en bois. La rationalité de leur gestion commerciale leur assurait une prospérité matérielle que les inventaires de 1768 révélèrent : les magasins regorgeaient de marchandises ce qui contribua à créer la légende du trésor des jésuites, encore en vogue dans l’Oriente actuel.

3 – Les changements pour les populations des Ilanos

60Quelles sont les répercussions de l’épisode jésuite sur la frontière orientale ? Au début limitées en raison même de la désarticulation des missions vis-à-vis du piémont (montaña et hautes vallées), elles apparaissent à long terme.

61Sur le plan démographique, le bilan est délicat. Les épidémies dont les missionnaires étaient d’actifs et involontaires agents propagateurs, marquèrent la fondation des bourgades qui multiplia les hécatombes. La baisse fut longtemps masquée par l’adjonction de nouvelles familles mais en 1767, il y avait diminution par rapport aux décennies antérieures.

62Les bouleversements affectent toute l’organisation sociale de ces groupes amazoniens. En réunissant au sein de grosses bourgades des populations jusque là dispersées et rivales, les missionnaires ont brisé les circuits d’alliance (parenté, guerres). En réduisant les chefs, même couverts de privilèges, à n’être que des intermédiaires chargés de répercuter auprès des Indiens les décisions prises en haut lieu, ils vident de toute signification leur statut et leur fonction. Par l’unification linguistique et culturelle (emploi du moxo et du chiquito comme langues véhiculaires, acquisition de technique et de nouvelles habitudes de consommation, formation de syncrétismes religieux) des groupes ainsi juxtaposés, par la répartition unilatérale des tâches et des emplois du temps, ils introduisent des rapports de subordination et créent des comportements disciplinaires qui tendent à modeler les indiens comme main d’œuvre docile et accessible, prélude à leur insertion dans le régime colonial.

63Enfin, pour obtenir leur coopération, les missionnaires ont dû les combler sans relâche de biens matériels (couteaux, hameçons, haches qui correspondent à une demande boulimique de fer par des populations qui en sont dépourvues), distribution permanente de « cadeaux » qui devint le mode habituel des rapports de travail. L’efficace administration des Pères a permis cette politique de stimulants matériels qui se révèlait à la longue génératrice de dépendance vis-à-vis de la réduction.

64La phase missionnaire, par une politique d’encadrement et de redistribution fondée sur le paternalisme aboutit à la transformation des sociétés de savanes indépendantes et segmentées en des paysanneries soumises et homogènes. Elle a ainsi préparé la main mise pionnière sur les Ilanos.

III. La frange pionnière

65Au lendemain des guerres civiles d’indépendance où s’est illustrée la « vocation » à la résistance du versant oriental (Republiqueta de Larecaja, Montoneros del Oriente), les marges coloniales retombent dans l’oubli. Les programmes de liaison fluviale et terrestre qu’avaient entrepris les intendants éclairés de l’époque des Bourbons sont abandonnés. Les nouvelles républiques andines ont des problèmes plus « centraux » à régler. Dans la mesure où le piémont donne sur un hinterland illimité et inconnu, sans richesse immédiate et d’accès difficile, il n’attire que les éléments les plus démunis, les plus marginaux des populations andines, ceux qui n’ont plus rien à perdre. Seuls, à leurs côtés, missionnaires, voyageurs et détachements d’armée s’enfoncent dans l’intérieur, à l’occasion de tournée de reconnaissance ou d’inspection.

66En aucun cas, on ne peut parler de front pionnier qui signifierait une poussée massive, continue dans le temps et dans l’espace, qui donnerait lieu à une progressive intégration des régions ainsi colonisées. Marginalité et isolement restent la règle.

A – Une frontière fossilisée

67La première moitié du xixè siècle ne voit que peu de changements par rapport à la fin du siècle précédent. Sur le piémont, le peuplement prend appui sur les exploitations permanentes situées à mi-pente (haciendas de coca, café, cacao), sur les gisements aurifères des fonds de gorge (S.J. del Oro, Tipuani) ou autour des missions franciscaines de la Montaña (Apolobamba, Cordillère chiriguano). Dans les plaines, les métis envahissent peu à peu les réductions de Moxos et de Chiquitos, s’installant sur les places et rejettant les indiens aux périphéries, à l’image de ce qui se passe dans les pueblos des hauteurs. Au delà le peuplement s’atomise en hameaux (ranchos) et cabanes misérables (galpones), se déplaçant au fur et à mesure de l’épuisement des ressources. L’élevage bovin, les cultures sur brûlis et l’activité de cueillette (écorces, noix) favorisent cette instabilité. Tout dénote la régression culturelle dans cette instabilité. Tout dénote la régression culturelle dans cette frontière oubliée, enclavée dans des étendues loin de tout centre économique. Blancs, métis et Indiens partagent en fait le même genre de vie, souvent les mêmes superstitions. Seuls les sépare le mépris qu’affectent les cristianos, la gente de razón pour les « barbaros », les « paganos » les « irracionales ». Les indiens libres de forêt, remontent les cours d’eau très haut pour échanger leurs produits. Les quechua et les Aymara ne descendent guère plus loin que les haciendas de coca où ils travaillent périodiquement. La montaña forme encore une barrière.

68Il faut marquer ici la place très particulière qu’occupe Santa Cruz dans la colonisation du piémont amazonien. Elle tient d’abord aux conditions mêmes de sa fondation. Seul établissement espagnol établi dans le bassin amazonien de caractère durable, il est aussi le seul à procéder d’un mouvement venu par l’Atlantique. Fondé en 1561 et presqu’aussitôt coupé de son centre fondateur (Asuncion), il passe sous la juridiction péruvienne mais son éloignement et la menace indienne accentuent ses particularités : extinction rapide de la population indigène locale, perpétuation de l’encomienda alimentée sans cesse par la capture d’indiens amazoniens auxquels sont joints des esclaves noirs enfuis du Brésil, absence de fiscalisation (il n’y a ni titres de propriété ni de contribution foncière), mobilité de l’exploitation agricole, forte stratification sociale liée à une organisation patriarcale. En même temps, dès l’origine, se produit un intense métissage qui expliquerait l’exceptionnelle agressivité de l’expansion crucénienne. Des expéditions annuelles, formées par contrat (sur le mode des companias), souvent dirigées par les propres autorités (bien qu’elles soient interdites officiellement) partent piller des territoires de plus en plus lointains. Au xixè siècle se dégage la figure du camba, le paysan oriental métissé dont la généalogie aiderait à comprendre la formation des paysanneries de basses terres.

Colonisation du piémont amazonien

Colonisation du piémont amazonien

B – Une frontière réversible : les cycles de prélèvement

69Dans la deuxième moitié du xixè siècle, deux produits forestiers font l’objet d’une forte demande sur les marchés internationaux. Il s’agit des écorces de Quinquina (cinchina, cascarilla) dont l’exportation devient importante entre 1850 et 1870 puis du caoutchouc (goma) dont l’exploitation atteint l’apogée entre 1890 et 1910. Les compagnies de commercialisation affluent alors dans l’Oriente peruano-bolivien et se trouvent confrontés à trois problèmes : la main-d’œuvre, le transport et la délimitation officielle des zones de production.

70Les compagnies recourent aux services d’intermédiaires métis qui forcent les indiens à travailler pour eux à travers l’institution du péonage pour dette (enganche). Les conditions sont inhumaines (de hauts rendements sont exigés contre une alimentation et un repos insuffisants) et la mortalité effroyable. Contre ceux qui refusent de s’engager ou s’enfuient, c’est la chasse à l’homme et les atrocités d’intimidation, scènes d’horreur qu’ont rapporté les voyageurs sans qu’il y ait jamais eu intervention des autorités. L’alcoolisme et la tuberculose achèvent de décimer les populations. Les 100.000 Indiens estimés par d’Orbigny en 1830 (20.000 chiquito, 30.000 moxo, 15.000 chuncho, 20.000 chiriguano) tombent à quelques milliers à la fin du siècle.

71Seule la chute des cours sauvera les survivants dont les descendants sont encore traumatisés par l’expérience des gomales.

72La grande contrainte reste celle du réseau de communications pour évacuer les produits extraits. Le transport par voies fluviales vers l’Atlantique, solution la plus pratique, fut limité par la méfiance du Brésil qui voulait en garder le contrôle. Ce n’est qu’au début du xxè siècle, mais trop tard, que fut construit – et la main-d’œuvre indienne paya un lourd tribut – le chemin de fer Madeira-Mamore qui permettait de contourner les chutes du Madeira. En 1912, fut ouverte la ligne qui ne servit que quelques années (elle fut fermée en 1971). Quelques entrepreneurs actifs dont les plus célèbres furent les frères Suarez en Bolivie édifièrent de puissantes compagnies, propriétaires de dizaines de milliers d’hectares et qui constituèrent pratiquement des États autonomes. Au xxè siècle, un autre produit entraîna un intérêt pour l’Oriente : le pétrole. Entre 1920 et 1930, on en découvrit plusieurs gisements dans le Chaco qui se révélèrent à la longue d’une faible productivité.

73Toutes ces richesses, caoutchouc et pétrole essentiellement ranimèrent l’attention sur ces espaces délaissés dont les limites étaient souvent imprécises. Brésil, Pérou et Bolivie se disputèrent alors ces régions limitrophes. En 1867, la Bolivie cédait au Brésil par traité 100.000 km2 au Nord-Est et en 1903, à la suite d’une courte campagne militaire (guerre de l’Acre : 1902-1903) 190.000 km2 dans la même zone. Enfin, après une longue polémique juridique et diplomatique qui déboucha sur un meurtrier conflit (guerre du Chaco, 1922-1935), elle perdait une partie du Chaco au profit du Paraguay. Et la région fut oubliée.

74La dynamique de cette frange pionnière est restée donc soumise à la demande du marché mondial. Seule forte marge bénéficiaire fondée en partie sur le coût minime de la main-d’œuvre, justifiait des efforts pour vaindre les distances et l’hostilité du milieu. Dès la concurrence d’autres zones tropicales plus accessibles, l’Oriente amazonien est abandonné. Les seuls produits de collecte à faire encore l’objet d’une exportation sont les écorces de quinquina et les noix du Brésil. Quant au pétrole, il n’a donné lieu qu’à une implantation ponctuelle de techniciens limitée à la zone des puits. Les conflits internationaux ont animé provisoirement les théâtres d’opération (édification de baraquements, pistes et ponts) et ont surtout montré la profonde inadaptation des troupes andines aux conditions de vie des basses terres.

75Par manque de liaison avec les Andes l’impact des « booms » et des conflits n’eut aucun lendemain ; une fois ceux-ci achevés, l’ensemble du piémont amazonien retourne à sa léthargie et à son isolement.

76L’instabilité de cette frange pionnière obéit donc à un rythme cyclique dont le caractère le plus remarquable est la réversibilité de sa progression.

C – L’ouverture actuelle

77Il faut attendre le milieu du xxè siècle pour que l’ouverture du piémont amazonien à la colonisation s’effectue réellement. Ce changement tient à la conjonction de deux intérêts.

78Tout d’abord les paysanneries andines commencent à manquer de terre. L’expansion des latifundia aux mains des créoles, des métis et des compagnies s’effectue jusque dans les années.30 pour la Bolivie et 60-70 pour le Pérou au détriment des terres de communauté. Dans ces dernières, le partage successoral des parcelles familiales atteint un seuil critique pour la reproduction des unités domestiques.

79Cette pression était palliée par les migrations de travail périodiques dans les vallées chaudes. Puis, dans les années 30-40, l’excédent de population s’installa plus en aval et commença la mise en valeur des basses pentes de la montaña. Une série de mauvaises années climatiques sur les hautes terres renforça le mouvement. Bien souvent cette occupation s’effectua dans un cadre collectif : les paysans de mêmes communautés d’origine se regroupant sur le même lot à défricher et sont rejoints pour le gros des travaux par les autres membres des familles restés dans les villages d’altitude. Ainsi, entre 1940 et 1960, furent ouvertes à la colonisation la vallée de la Convención pour les populations quechua du Cuzco, les vallées de Tambopata et de l’Alto Béni pour les Aymaras du bassin du Titicaca, les collines du Chapare pour les Quechua de Cochabamba et le Nord de Santa Cruz pour les paysans des régions de Sucre et de Potosi.

80L’intérêt gouvernemental pour l’ouverture de terres neuves se traduisit par une politique de communications. Le nouveau régime bolivien, né en 1952, se préoccupa de rapprocher (en distance horaire) des Andes, l’aire crucénienne qui connaissait de fortes velléités autonomistes par l’alphaltage de la route Cochabamba-Santa Cruz. Des pistes de pénétration traversent le piémont et atteignent les ports fluviaux où l’on embarque pour l’intérieur des plaines (Cuzco-Quince mil sur le Madre de Dios, La Paz-Puerto Linares sur l’Alto-Béni, Cochabamba-Puerto Villaroel sur le fleuve Ichilo). Les efforts accomplis par les Corporations régionales de Développement pour relier par voie de terre à partir de La Paz, Cochabamba et Santa Cruz, Trinidad au cœur de l’Oriente bolivien traduisent cette compétition des centres andins pour intégrer les basses terres dans leur sphère d’influence. En 1977, Trinidad est atteinte depuis La Paz et en 1979, c’est le tour d’Apolobamba au Nord. Le Piémont et les plaines amazoniennes sont dès lors articulés au versant supérieur des Andes orientales.

81L’optimisme et l’ambition des programmes officiels de colonisation ne doivent pas nous masquer les distinctes stratégies à l’œuvre ici. Les gouvernements et les organismes officiels veulent le transfert massif et définitif des excédents de population andine dans les buts de diminuer la pression sociale dans les campagnes et dans les villes et d’occuper les zones marginales et frontalières du pays. Mais les prêts internationaux et les crédits d’Etat ont surtout favorisé l’extension des grandes exploitations agro-industrielles (coton, canne à sucre) qui manquent souvent de main d’œuvre. Dans le cadre de la « colonisation dirigée » l’infrastructure hospitalière, technologique commerciale reste très précaire pour les petits paysans dont l’état sanitaire est déplorable. A cela s’ajoute l’épuisement rapide des sols ce qui explique un taux d’abandon (retour dans les hautes terres) important.

82Les paysans andins, par les migrations vers les zones de colonisation cherchent à obtenir des produits alimentaires (riz, sucre, café coca) et acquérir le numéraire nécessaire pour s’installer au retour dans de meilleures conditions. Le succès de la « colonisation spontanée », organisée dans le cadre des communautés s’explique par le maintien des alliances entre migrants et parents restés en haut avec de fréquents voyages entre les deux zones. L’idéal est bien de compléter la gamme des ressources des communautés andines afin d’échapper aux circuits commerciaux trop défavorables.

83Le retour périodique, plus ou moins prolongé, définitif parfois, aux centres d’altitude reste pour les migrants la perspective la plus souhaitable.

Conclusions

84Voici donc esquissées, à gros traits, quelques tendances de la colonisation à l’Est des Andes Espace de confrontation, enjeu historique de formations politiques radicalement antagoniques, le piémont amazonien a finalement plus séparé qu’il n’a rapproché les groupes ethniques et sociaux qui s’y sont rencontrés et n’a abouti à aucune synthèse, à aucune médiation entre les deux univers du Haut et du Bas. Le triomphe du front pionnier andin n’a pu se faire qu’au prix de la disparition des occupants locaux. Cette zone de démarcation a cependant connu des variations d’occupation et de mise en valeur qu’il convient de rappeler.

85Dans les temps préhispaniques, elle est parcourue par des vagues de migration dont certaines venues d’Amazonie auraient réussi à atteindre les hautes terres. Par la suite, d’après les traditions rapportées au xviè siècle s’y affrontent des groupes venus par l’amont pour étendre la gamme des ressources exploitées directement et ceux qui s’infiltrent depuis l’aval pour s’emparer d’objets andins (métal). Entre les deux une ligne de forteresses marque la discontinuité. Mais il semble bien que le versant n’a jamais été occupé exclusivement par une seule unité politique sinon par une « colonisation multiethnique, ouverte et instable, en perpétuel état de rajustement.

86Lors de la conquête cuzquénienne, les pentes supérieures et moyennes (punas, vallées, yungas) subissent un remaniement complet des établissements ethniques qui se referment sur eux-mêmes. Le degré d’occupation effective de l’étage inférieur (montaña) reste indéterminé pour l’instant : garnisons étatiques, échanges de biens sous une tributation déguisée ? A la prise de Cuzco en 1535, un état néo-inca a pu se prolonger durant quelques décennies dans les collines forestières ou même trouver refuge plus en aval. La montaña devient « frontière de guerre » pour trois siècles et ses groupes locaux s’efforcent d’acquérir des objets en fer par le troc, la force ou en acceptant la mission.

87Les plaines connaissent les oscillations les plus brutales face à la pression coloniale. Les xvie et xviiè siècles sont marquées par la pénétration sporadique d’éléments venus des Andes (fuyards indiens, missionnaires et conquérants) propagateurs d’épidémies. L’épisode jésuite, si bref soit-il, permet le regroupement des populations en grosses bourgades où sont imposées les normes du comportement occidental. Leur décadence et l’invasion métisse signifient une nette régression économique et culturelle (1767-1880). Les cycles d’extraction intensive de certains produits (caoutchouc, pétrole) n’accompagnent pas une réelle mise en valeur : nous sommes dans l’ordre d’une économie prédatrice, ponctuelle et de durée limitée.

88Du xviiè au xxè siècle, les populations des étages supérieures connaissent une évolution sociologique caractérisée par la rupture des dépendances ethniques et par la fusion dans les vallées des immigrés venus des hautes terres centrales une masse indifférenciée devenue « indienne ». Pour surmonter le cloisonnement économique de chaque étage, les paysans recourent aux migrations de travail et à l’échange préférentiel.

89Au xxè siècle, ils colonisent les collines de la montaña en grande partie dépeuplée (épidémies). Enfin dans la seconde moitié du xxè siècle sous l’action de l’Etat se réalise le désenclavement du piémont amazonien par l’ouverture de pistes de pénétration.

90L’ouverture récente des « zones de colonisation » aux paysans quechua et ay-mara ne peut être considéré comme l’aboutissement d’un effort obstiné, continu, pluriséculaire de leur part.

91En fait, elle n’est qu’un nouvel épisode d’une longue confrontation dont les mobiles et les formes n’ont cessé de varier dans le temps. Sans prétendre épuiser cette diversité, nous avons essayé de rapporter l’occupation du piémont amazonien à trois stratégies principales fort distinctes : les chefferies ethniques cherchent à accéder à des ressources nouvelles par les guerres et les alliances avec/contre les groupes voisins ; les Etats impériaux prétendent incorporer des populations indépendnates par la force la persuasion et/ou les dons puis les rassembler, les fixer et les maintenir en circuit fermé, tout en prélevant une partie de leur force de travail, la frange pionnière s’efforce d’exploiter intensivement des zones « vierges » pour répondre à une demande conjoncturelle des marchés internationaux et à une pression structurelle de type démographique et sociale intérieure au pays.

92Ces trois stratégies ont été élaborées dans les Andes à des époques différentes, ont perduré en revêtant des configurations nouvelles ou en maintenant des archaïsmes, selon des modalités et des rythmes propres à chaque région de l’ensemble oriental.

93Sur cette frontière historique, marquée par une discontinuité de longue durée le phénomène pionnier ne se greffe vraiment qu’au xxè siècle. Ce dernier épisode marque donc un tournant dans l’histoire des Andes orientales. Il ne faut pas, pour autant, oublier le rôle des populations locales ni celui des imaginaires. Les pressions historiques exercées par les groupes de basses terres nous échappent en grande partie : expansion démographique, attraction pour la « montagne d’argent », guerres permanentes, expéditions aux frontières pour obtenir par la force ou par le troc des outils en sont les principaux aspects. Cette population disparaît peu à peu, éliminée par les épidémies, les abus des colons, l’alcoolisme et le métissage.

94Idéal d’autarcie pour les paysanneries, objectif territorial pour les Etats, visée de maximisation économique pour le marché, le versant oriental se révèle aussi un prodigieux enjeu mythique. Porte ouverte sur de fabuleux univers que chaque groupe projetait et se renvoyait de part et d’autre, il est aussi espace de rencontres, face-à-face de sociétés radicalement distinctes, lieu où s’élaborent les représentations d’autrui. Le monde andin y a tracé la ligne de partage entre la Culture et la Nature. L’imaginaire occidental, lui, y a reporté tous ses rêves de richesse, toutes ses frustrations d’exotisme, tous ses désirs d’inconnu.

95La colonisation du piémont répond à toutes ces sollicitations. Que pouvons-nous dégager de son histoire aujourd’hui ? Elle nous montre l’articulation malaisée de deux objectifs différents :

96Face aux pressions de l’Etat et du marché, les paysans andins veulent assurer leur autonomie, auparavant par l’accès direct à des ressources multiples et dispersées au long d’un versant, maintenant par des mécanismes de substitution tels que les migrations périodiques de travail, l’échange préférentiel, le troc intérécologique. Ce n’est que contraints et forcés (manque de terres, vicissitudes climatiques) qu’ils sont partis au xxè siècle mettre en valeur un étage supplémentaire.

97Réalisée dans le cadre des unités domestiques, la colonisation apparaît comme une soupape de régulation qui permet la reproduction d’une paysannerie parcellaire en cours de décomposition.

98L’Etat, lui, s’efforce de stabiliser les villageois dans des cadres spatiaux fixes à des fins de contrôle et de prélèvement de la main-d’œuvre. Les réformes agraires récentes veulent incorporer au marché national (travail, demande de produits) une paysannerie « libérée » des contraintes de reproduction communautaire.

99La colonisation du versant amazonien ne fait que refléter et exaspérer ces tendances contradictoires entre les préoccupations de la paysannerie et les nécessités du marché.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

1. Sources

A. Collections documentaires

Boletín del ministerio de Colonización y Agricultura. La Paz, 1904-38.

Bolivia-Paraguay, Anexos 5 tomes. La Paz, 1914.

Catálogo del Archivo de moxos y Chiquitos, Santiago de chile, 1888 (2 édit. La Paz, 1973)

Documentos para la Historia Geográfica de la R. de Bolivia, t. I, las provincias de mojos y Chiquitos, La Paz, 1906.

Juicio de límites entre el Perú y Bolivia, Prueba Peruana, 12 tomes, Barcelone, 1906.

Lettres édifiantes et curieuses... 30 vols, Paris, 1734-1759.

Monumenta Peruana, 6 t, Roma, 1956-1974.

Relaciones geográficas de Indias, 3 t, Madrid, 1965.

Revista de la Oficina Nacional de Immigración, Estadística y Propaganda geográfica,

La Paz, 1972-1904.

B. Chroniques

Amich, J. Compendio Histórico de los Trabajos..., Paris, 1854 (2 edit : Historia de las Misiones del Convento de Ocopa, Lima, 1975) Biblioteca de Autores Españoles, Madrid (auteurs des xvi et xvii siècles : P. COBO, CIEZA DE LEON, G. DE LA VEGA, LIZARRAGA, LOPEZ DE VELASCO, VASQUEZ DE ESPINOSA).

Cardus, J.-las Misiones Franciscanas entre los Infieles de Bolivia, Barcelona 1886.

Fernandez, J.P.- Relación Historial de las Misiones de Indios Chiquitas (1726) Madrid 1896.

Lozano, P.-Descripción... del Gran Chaco... (1733) Tucuman, 1941. Mendoza, D. de Cronica de la Provincia de SAN ANTONIO de los Charcas, Madrid, 1665 (2 édit, La Paz, 1976).

Melendez, J.- Tesoros Verdaderos de las Indias, 3 vols, Roma 1682 Viedma, F. de Descripción geográfica y Estadística de la provincia de Santa Cruz (1793) 2e édit : Cochabamba, 1969.

C. Voyages

Armentia, Fray N. Diario de sus Viajes (1881-82), La Paz, 1976.

Raimundi, A. Pérou, 3 vols, Lima 1869-72.

Weddell, H. A. Voyage dans le sud de la Bolivie, Paris, 1851.

Voyage dans le nord de la Bolivie et dans les parties voisines du Pérou,

Paris et Londres, 1853.

Wiener, C. Pérou et Bolivie, Paris, 1880.

2. Etudes

Anthropologie des populations Andines - Colloque INSERM, Paris, 1977’

« Anthropologie Historique des Sociétés Andines » Annales ESC N 5-6, Paris, 1978.

Bolton, H.E. The Spanish Borderlands, Norman, 1964.

Camino, A. - Trueque, correrías e intercambios entre los quechuas andinos y los P. roy Machigengua de la montaña pervana en Etnohistoria y antropologia andina, 1er jornada del Museo Nacional de Historia, Lima 1978.

Chaunu, P. « Pour une géopolitique de l’espace Américain »

Jahrbuch fur Geschichte... I, Colonia, 1964

Clastres, P. Eléments de démographie Amérindienne l’Homme XIII (1-2) Paris, 1977 (repris dans la Société contre l’état Paris, 1974)

Condarco Morales, R. El escenario Andino y el hombre, La Paz, 1971.

Denevan, W. The Aboriginal Cultural Geography of the llanos de Mojos of Bolivia, Berkeley, 1966.

(edit) The Native Population of the Americas, Visconsin 1976

Fifer, V. Bolivia.land, location and politics since 1825, Cambridge, 1972

Finot, E. Historia de la Conquista del Oriente Boliviano, Buenos Aires, 1939.

Gade, D.W. Comercio y colonización en la zona de contacto entre la sierra y las tierras bajas del valle del Urubamba en el Peru.

XXXIX Congreso Internacional de Americaristas, Actas y memorias, vol. 4 pp. 207-221, Lima 1972.

Heath, D.B. « Ethnogenesis and Ethnohistory-Sociocultural emergence in the Bolivia, Oriente » Album Comemorativo de SANTA CRUZ, Buenos Aires, 1961.

Heath, D.B. la sucesión de la cultura en el Oriente Boliviano.

Revista de Antropologia Paraguaya, Asunciòn, 1966, vol. 2 (1)

Hegen, F. « The Andean cultural frontier », Journal of Intermerican studies, vol 1, New-York, 1953.

Jara, A (edit). Tierras Nuevas, Mexico 1969.

Lathrap, D.W. The Upper Amazon, New York, 1970.

Martinez, H. Las migraciones altiplanicas y la colonisación del Tambopata, Lima, 1969.

Mendoza, J. El Macizo Boliviano, La Paz, 1935.

Metraux, A. The Native Tribes of Eastern Bolivia and Western Maho Grosso, Washington 1942.

« Tribes of the Eastern Slopes of the Bolivias Andes »

Handbook of South American Indians, Washington 1945, vol. 3

Morner, M. la Corona Espanola y los Foraneos en los pueblos de indios, Stockholm, 1971.

Murra, J. V. el control vertical de un máximo de pisos ecológicos, dans Visita... de Huánuco, 1972 repris dans Formaciones Económicas y políticas del mundo Andino, Lima, 1975, Murra, J.V. La Organización Económica del Estado Inca, Mexico, 1978.

Parejas A. Historia de Moxos y chiquitos a fines del siglo xviii, La Paz, 1976.

Ribeiro, D. Frontières Indigènes de la Civilisation, Paris, 1979.

Riester, J. Bolivia Oriente Indian Situation, IGNIA, Copenhague, 1973.

Riester, J. En Busca de la Loma Santa, La Paz, 1976.

Sanabria E., H. En busca del ELDORADO, Santa Cruz, 1958.

Schmieder, O. « The East Bolivia Andes South of the rio grande or Guapay » Public Univer of California, vol. 2, Berkeley, 1928.

Steward, J.H. (edit). Handbook of South American Indian, 7 vols. 1946-1959.

Susnik, B. Dimensiones Migratorias y Pautas Culturales de los Pueblos del gran Chaco y de su periferia, Resistencia, 1972.

Troll, C. Las Culturas superiores andinas y el medio geográfico (1931) Lima, 1958.

Varese, S. La Sal de los Cerros, Lima, 1968.

Varese, S. Peruvian forest indian situation, IGWIA, Copenhaguen, 1971.

Vazquez-Machicado, H. « Los Caminos de Santa Cruz de la Sierra en el siglo xvi » Revista de Historia de América n° 40, Mexico, 1955.

Vazquez-M. « Orígenes del mestizaje en Santa Cruz de la Sierra » Univ de San Carlos (Guatemala) XXXXI, 1966.

Vellard, J. Etudes sur les populations indigènes de la Bolivie, Toulouse, s.d.

Whitten, N.E. « Ecological Imagery and Cultural Adaptability : The Canelos quichua of Eastern Ecuador » American Anthropology, 1978.

Zavala, S. « Las fronteras de hispano-america » Cuadernos Americanos, 1958.

Table des illustrations

Titre ETAGES ECOLOGIQUES ET PEUPLEMENT PREHISPANIQUE DES ANDES ORIENTALES (d’après troll, Bonn 1968 ; in Annales Esc 5-6, 1978 p. 905)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1389/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 709k
Titre Colonisation du piémont amazonien
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1389/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 541k

Auteur

Casa de Velazquez

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter