Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guide des sources de l'histoire du Brésil aux archives du ministère français des Affaires étrangères

 | 
Pascal Even

Avant-propos. France - Brésil : des racines du présent aux promesses du futur

André Lewin

Texte intégral

1Il n’existe pas d’histoire sans archives ; on peut même aller jusqu’à dire qu’il n’existe pas de culture sans archives. Claude Lévi-Strauss, lorsqu’il analyse la pensée sauvage, et les modalités de fonctionnement des peuples qu’on appelle « primitifs », trouve, même là où n’existe pas la mémoire historique, des esquisses d’archives : churingas des tribus australiennes, répertoire infini des mythes. L’archive, comme l’indique son étymologie, est un commencement ; elle est la trace de l’événement qui permet aux hommes du passé de ne pas disparaître.

2S’agissant de l’histoire du Brésil, l’affaire est encore plus digne d’intérêt. Certes, partout et en toute nation, les commencements sont difficiles à décrire avec précision. Le Nouveau Monde redouble la difficulté : à l’énigme ordinaire des commencements s’ajoutent les complexités de croisements multiples. Ce monde n’est appelé « nouveau » que parce que les conquérants venus d’Europe le croyaient tel. Ce qu’ils ont « découvert » existait depuis aussi longtemps qu’eux-mêmes. En fait la « découverte » a été réciproque.

3Les « découvreurs » n’avaient cependant pas tort : au regard de l’histoire, la naissance du Nouveau Monde est une aventure qui dure peut-être encore. Il faut des siècles et des siècles pour que la mémoire collective fabrique peu à peu un patrimoine installé, assuré, identifiable : c’est l’un des soucis majeurs du peuple brésilien. Qui connaît les Brésiliens ne peut manquer d’être frappé par leur passion de la généalogie, de la filiation : archéologie d’un peuple. Chacun parle de son ancêtre indien, noir, portugais, et de l’extraordinaire métissage qui fait la richesse de l’actuelle nation brésilienne. L’archive leur est naturelle ; leur parole est spontanément archive, avec autant de fougue qu’elle s’élance vers un avenir futuriste dont l’architecture de Brasilia est comme la réalisation du rêve.

4Le lien est pertinent : entre le passé dont s’occupe l’archiviste, et le futur auquel s’intéressent le philosophe, l’homme d’Etat, le chercheur, existe une relation de cause à effet. C’est pourquoi devait prendre place au premier rang des préoccupations liées au « France-Brésil », une entreprise archivistique. Ce sera ce « Guide des sources de l’histoire du Brésil aux archives du ministère français des Affaires étrangères. »

5Le ministère français des Affaires étrangères est en effet une immense réserve d’histoire ; ses archives remontent précisément à cette époque de la Renaissance où la circulation européenne, puis mondiale, devint brusquement assez intense pour qu’il s’échange en même temps que des explorateurs, des missionnaires et des chefs de guerre, des envoyés et des ambassadeurs ; donc des correspondances, déjà.

6Les sources de l’histoire du Brésil du ministère français ne débutent pas vraiment à cette époque, même s’il en reste d’intéressantes traces dans la correspondance politique consacrée au Portugal. Le vrai commencement coïncide à peu près avec cette « mission française » qui, fuyant les rigueurs de la Restauration, vit arriver au Brésil des peintres, des artisans, des architectes, dont Grand-jean de Montigny, bâtisseur de la Bourse du Commerce de Rio de Janeiro qui devient, ces années-ci, la Maison France-Brésil, et symbolise les relations historiques entre, les deux pays.

7De 1816 à 1822, quelques années seulement ont suffi pour que le Brésil, par la voix rebelle d’un jeune roi insoumis, accède à l’Indépendance. L’histoire veut que les sources de l’histoire du Brésil, telles qu’elles sont conservées en France, rejoignent souvent, parfois à travers des réfugiés, l’histoire de la Liberté. C’est d’ailleurs à l’époque où le Brésil approchait, du centenaire de son Indépendance que Paul Claudel y fut ambassadeur.

8Ce n’est pas là simple rencontre. Que l’on regarde, par exemple, les Papiers Hoppenot, du nom du secrétaire de la légation par intérim en 1919. Observateur précieux, il décrit l’atmosphère liée à la présence simultanée de Claudel et de Darius Milhaud, son secrétaire particulier. Plus qu’avec d’autres pays, les relations entre la France et le Brésil sont fortement marquées au sceau de l’échange culturel. Et, au cours de la dernière période, des rapports commerciaux, des liens de coopération scientifique et industrielle, des transferts technologiques.

9C’est là le signe d’un lien de dilection entre un Brésil chargé d’immensité, de richesses et de contradictions et une France souvent choisie comme, proche parente, seconde après l’irréfutable maternité portugaise. L’histoire de ce lien va plus loin que la simple étude de la diplomatie : à travers les papiers des ambassadeurs et des consuls, des conseillers culturels et des attachés commerciaux, se tisse l’essence même de l’archive, la ligature entre le commencement et ses suites, auxquelles modestement nous participons aujourd’hui.

10Le Projet France-Brésil correspond au vœu des deux gouvernements de donner de leur nation une image tournée vers l’avenir et empreinte de modernité, mais plongeant ses racines dans un passé commun. Ce Guide des Sources permettra de démontrer, de multiples manières, combien les Années France-Brésil s’inscrivent logiquement dans la perspective des relations séculaires entre les deux pays.

Auteur

Commissaire Général de France – Brésil

© Éditions de l’IHEAL, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter