Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

3. Les réponses des états

Dimension socio-économique de la sécheresse de 1979-80 dans le Nordeste du Brésil

Clovis Cavalcanti

Texte intégral

Résumé1

  • 1 Résumé établi par Bernard BRET.

1La communication de Clovis CAVALCANTI présente l’impact de la sécheresse sur la société et l’économie du Nordeste semi-aride en 1979 et 1980, soit au début de l’accident climatique qui devait durer jusqu’en 1984.

2L’auteur s’appuie sur les enquêtes de terrain réalisées par la Fondation Joaquim Nabuco dans les « fronts de travail » créés par les autorités pour venir en aide aux sinistrés et les retenir dans le sertao. Cette recherche, menée avant que la sécheresse n’ait atteint sa gravité maximum, donne donc une vision sous-estimée de ce qui s’est passé en 1983. Toutefois, les entrevues détaillées qui ont porté sur un échantillon de 839 personnes en 1979 et de 264 en 1980 permettent des conclusions intéressantes pour établir le profil socio-économique de la population la plus touchée :

  • selon les données de la Sudene, les fronts de travail du programme d’urgence ont compté 460 000 inscrits en 1979, ce qui correspond à un total de 2,2 millions de victimes sur une surface de 539 000 km2. En octobre 1980, les chiffres étaient passés respectivement à 661 000 inscrits et 3,3, millions de victimes sur 762 000 km2.
  • les travailleurs inscrits dans les fronts étaient en très grande majorité des hommes, surtout entre 25 et 49 ans. Cela montre la limite de l’aide, compte tenu que la sécheresse affecte toute la population.
  • en énorme majorité (75 % de l’échantillon de l’enquête 1979), les travailleurs inscrits dans les fronts sont des travailleurs agricoles non-propriétaires, métayers (parceiros), tenanciers (moradores), occupants sans titre (posseiros) ou salariés. Les propriétaires ruraux inscrits, beaucoup moins nombreux, sont de petits propriétaires.
  • les travailleurs inscrits ont enregistré entre 1978 et 1979 une baisse de leurs productions que l’enquête a pu estimer à 67 % pour le haricot, 72 % pour le maïs, 81 % pour le riz et 65 % pour le coton. Certains n’ont même rien récolté en 1979.
  • l’élevage a beaucoup moins souffert de la sécheresse, mais, sauf dans le cas des porcins, il n’est guère pratiqué par les petits paysans, propriétaires ou non, qui sont le plus touchés par la sécheresse et qui s’enrôlent dans les fronts. Ce trait souligne le caractère sélectif de l’accident climatique entre les catégories de la société du sertao.
  • les revenus tirés du travail sur les fronts sont très insuffisants pour survivre d’une façon décente. Ils sont jugés comme tels par les travailleurs concernés.

Discussion

  • Papa SYR DIAGNE : Le point soulevé par le rapporteur, relatif aux politiques cohérentes de l’État me semble fondamental. En effet, une plus grande cohérence des actions de l’Etat permettrait, notamment dans la lutte contre la désertification, plus de résultats positifs. Malheureusement, on assiste dans ce domaine, à une prolifération des centres de décision. En conséquence, certains forent des puits que remettent en cause les services de l’élevage, alors que ceux de la protection de la nature boisent sans s’intéresser aux systèmes de production rurale qui relèvent d’une autre structure administrative. Il est nécessaire que les États sahéliens imaginent également des techniques alternatives comme le suggère Jacques CHONCHOL. Le Sénégal a essayé de mettre au point le pamiblé, pour, d’une part, valoriser le mil, et, d’autre part, limiter les importations de blé. Techniquement, les résultats se sont avérés intéressants, mais on s’est heurté à des problèmes d’acceptabilité par les citadins de ce pamiblé. En définitive, le gouvernement a reculé, et on se retrouve actuellement avec 10 ans de retard. De même, il est indispensable de se concerter avec les pays forestiers, et dans ce sens, les actions de la « Comides » sont à souligner. Il reste cependant à mieux capitaliser les acquis qui sont certains et d’élaborer des politiques cohérentes.
  • G. de GONNEVILLE : Un secteur important de l’économie des pays sahéliens ayant été et devant rester l’élevage, il serait intéressant que les analyses socio-économiques prennent en compte l’importance des transferts de propriété d’animaux entre éleveurs traditionnels et autres éventuels nouveaux propriétaires (commerçants, citadins...).
  • Jaime MARQUES PEREIRA : On a souligné la difficulté de réaliser le transfert financier nécessaire à l’implantation d’une irrigation qui serait la solution au problème de la sécheresse, tant au Sahel qu’au Nordeste. Les gouvernements n’en ont probablement pas les moyens et dépendent à cet égard de l’aide internationale qui, pour l’instant, préfère, semble-t-il, se limiter aux dons alimentaires... lesquels, comme l’on sait, ont souvent pour effet de rendre plus difficile une reprise de la production agricole, suite aux prix élevés dont elle aurait besoin. On a souligné également à quel point les études d’aménagement des vallées étaient insuffisantes et condamnaient les projets à l’échec. C’est donc un rapport de forces politique dans les rapports Nord-Sud qui semble être l’obstacle de taille à la mise en oeuvre d’une politique contre les effets de la sécheresse au Sahel. Au Nordeste, les mécanismes sont différents, mais la conclusion est la même. Avant tout, il faut souligner que le coût financier des opérations d’irrigation n’est pas insupportable pour un Etat qui a été à même de financer des projets pharaoniques sans rentabilité économique toujours évidente. Les exemples seraient nombreux. Le début de la chaîne de variables qui expliquent au niveau national l’absence d’une politique d’extension massive de la petite irrigation se situe à la racine du modèle économique et politique brésilien : celui-ci n’a pas pour but de nourrir la population, mais d’assurer la croissance la plus rapide possible de l’industrie nationale et de l’agro-exportation qui fournit les devises nécessaires au paiement des transferts technologiques et des emprunts et investissements extérieurs. Il n’y a donc pas de place dans un tel modèle pour une politique alimentaire, particulièrement à un moment où la main-mise du FMI sur la définition des priorités économiques exige de mobiliser les ressources financières pour augmenter les exportations, ce qui implique de diminuer la consommation intérieure. Le sertao, d’écologie difficile, la région où la productivité agricole est la plus basse au niveau national, est, par tant, le dernier des espaces susceptibles de bénéficier de transferts financiers en faveur de l’irrigation. La place du Brésil dans l’économie internationale est la base de l’explication de cet enchaînement de variables nationales. Il est important d’insister sur cette dimension internationale des obstacles à une lutte contre les effets des sécheresses à une heure où la corruption de certaines élites du Tiers-Monde sert de prétexte à une vaste opération de blanchissage de la responsabilité des acteurs du Nord. Les enjeux politiques du monde développé doivent entrer en ligne de compte dans l’examen des réponses des États aux sécheresses du Sahel et du Nordeste.
  • Philippe GRENIER : Une rapide analyse thématique des huit communications « sahéliennes » présentées au titre des « réponses des États » donne le résultat suivant :
  • Cinq décrivent des organismes internationaux ou nationaux d’intervention, leurs structures, objectifs ou programmes ;
  • Une porte sur le contexte socio-politique préalable à l’« intervention », ou « réponse » (LEVY) ;
  • Une autre évoque, comme l’indique son auteur J.C. OLIVRY, une « réponse conjoncturelle de secours », qui « n’a dépendu que d’hommes personnellement mobilisés », et peut donc difficilement être considérée comme la « réponse d’un État » ;
  • la dernière enfin (GRENIER) évoque la politique de l’élevage d’un État depuis 10 ans, -intentions, réalisations, et s’interroge sur son échec.

3Ce bilan est décevant mais significatif : l’échec des réponses des États est tel que les chercheurs ne se sentent guère attirés par les analyses critiques des politiques effectivement mises en œuvre : c’est de mauvais goût, c’est discourtois, ce n’est même pas de l’intérêt bien compris du chercheur de se livrer à pareil exercice... Il vaut donc mieux tourner autour du sujet, et la gamme des solutions est alors infinie : on peut gloser sur le contexte, décrire des organismes (le CILSS, le Club du Sahel), écrire au futur —ce qu’il convient de faire pour l’élevage, se cantonner dans des thèmes strictement techniques— pourquoi et comment faire un barrage...

4Je crois que la lutte contre la sécheresse n’a rien à gagner à ce genre de prudence, et l’histoire du Sahel, depuis 15 ans au moins, le démontre... Si l’on n’ose pas enfin analyser toutes les causes de cet échec des États, je crains que les colloques sur la sécheresse ne soient condamnés à d’interminables ressassements...

5― Ibrahima TOURE : Je voudrais soulever un point d’utilité pratique : le suivi des analyses et considérations que nous venons d’entreprendre. En effet, beaucoup d’idées ont été brassées qui peuvent trouver leur matérialisation seulement si les responsables administratifs et politiques y adhèrent. Il serait donc souhaitable d’étudier les voies les plus appropriées pour sensibiliser les « décideurs » aux préoccupations majeures de ce colloque et aux questions qui ont fait l’objet d’un consensus. Il serait dommage qu’un capital aussi riche d’idées et d’expériences ne soit pas porté à leur attention.

Notes

1 Résumé établi par Bernard BRET.

Auteur

Fondation J. Nabuco de Recherches Sociales. Récife

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540