Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

3. Les réponses des états

Sécheresse et modèles de développement rural

Le cas du Projet Sertanejo (Paraiba - Nordeste du Brésil)

Marianne Cohen et Ghislaine Duque

Texte intégral

1Nous présentons ci-dessous une note informative concernant le PROJET SERTANEJO, ses objectifs et ses réalisations. Nous nous référons à une recherche, de nature préliminaire, fondée sur l’étude des statistiques et documents officiels, à l’échelle régionale et sur une première série d’entrevues auprès des responsables du projet et d’agriculteurs, à l’échelle locale.

2Ces entrevues ont été réalisées dans la commune de Serra Branca, dans la région du Cariri paraibano, qui peut être considérée comme assez représentative du domaine semi-aride nordestin. Les systèmes de production sont dominés par l’élevage bovin, ovin et caprin, le bétail étant alimenté par les pâturages naturels en saison humide, les chaumes et quelques cultures fourragères (palme, graminées et algarobe, introduites), encouragées par les programmes de modernisation visant à intensifier l’élevage. L’agriculture est un complément de l’élevage, avec 32 % des terres cultivées. Les principales cultures sont le maïs, le haricot et le coton. L’agriculture irriguée reste encore très localisée.

Le projet Sertanejo, politique agricole pour le Nordeste

3Le projet Sertanejo était un programme de développement rural, lancé en 1975, clos en 1985, et destiné à renforcer l’économie des petites et moyennes exploitations du domaine semi-aride nordestin, s’insérant dans une tradition interventionniste de l’État dans le Nordeste. Son objectif était de rendre la petite et moyenne propriété « résistante à la sécheresse », ceci à partir du constat de la fragilité économique de la petite production et de ses conséquences sur le chômage et donc l’exode rural venant grossir les villes, diagnostic cruellement vérifié par la grande sécheresse de 1979 à 1984.

4Son aire d’action s’étendait à 95 % des propriétés rurales du semi-aride, dont la surface est inférieure à 500 ha, des dispositions spéciales de restructuration foncière visant à intégrer de plus les grandes propriétés et les paysans sans terre.

5Des équipes pluridisciplinaires ont été implantées dans 107 « noyaux » du Sertanejo, assurant l’élaboration des projets, leur transmission aux banques et leur suivi technique.

6Signalons que les crédits alloués au projet ont été inférieurs aux prévisions, le manque de ressources s’aggravant à partir de 1982, jusqu’à 1985, date de l’intégration partielle du projet dans le programme d’appui au petit producteur (PAPP) du projet « Nordeste ».

Public prévu et public atteint par le Sertanejo

7Le programme de restructuration foncière n’ayant pas été réalisé faute de lignes de crédits suffisantes, seules les petites (0-100 ha) et moyennes (100-500 ha) propriétés ont bénéficié du projet. Sur cette population restreinte, excluant les paysans sans terre et les grands propriétaires, on peut comparer les prévisions et les réalisations du projet Sertanejo. La population « potentiellement bénéficiaire » atteignait presque le million (825.995) pour le Nordeste, mais ce chiffre avait plus une fonction incantatoire qu’une valeur prévisionnelle. Les prévisions elles-mêmes, autour de 100 000 bénéficiaires, très optimistes au début, ont été revues à la baisse au cours du projet. Malgré cela, elles n’ont été réalisées qu’à moitié (57 675 bénéficiaires). Localement, ces distorsions sont amplifiées, que ce soit à l’échelle de l’État de la Paraiba ou, plus encore, du noyau de Serra Branca.

8D’autre part, si l’on compare la structure foncière avec le profil des propriétés sélectionnées, on peut remarquer que les mécanismes de sélection ont largement bénéficié aux moyennes propriétés et aux strates supérieures de la petite propriété. Ainsi, la taille moyenne de la propriété sélectionnée se situe autour de 100 ha, et le tiers des projets a été alloué aux « moyennes » propriétés —100 à 500 ha— représentant à peine 6 % des exploitations du Nordeste. Localement, nous avons pu vérifier que cette propriété donnée aux agriculteurs les mieux pourvus s’expliquait par une sélection très sévère des petites propriétés n’offrant pas une garantie financière suffisante à la banque.

Le modèle de développement proposé

9Pour « augmenter la résistance à la sécheresse », le projet Sertanejo prévoyait la construction d’infrastructures d’approvisionnement en eau, le développement des cultures fourragères en sec - l’irrigation restant plus limitée (0,8 ha/exploitation en moyenne), l’acquisition de machines agricoles (0,5 machine/exploitation). Le cheptel était également un volet important puisqu’en moyenne 12 à 15 têtes devaient être acquises par exeploitation, afin d’améliorer la race et de reconstituer les troupeaux décimés par la sécheresse survenue au cours du projet.

10Ce dispositif était complété par la construction d’infrastructures destinées au bétail, au stockage, voire au confort domestique, « volet social » du projet, contestable au vu du public atteint, relativement favorisé.

11Cette intensification de l’élevage, par l’introduction de cultures fourragères et l’augmentation du cheptel, accompagnée d’une modeste diversification de la production devait permettre de lutter contre le sous-emploi et le chômage. Environ 10 emplois, aux 3/4 temporaires cependant, devaient être créés en moyenne par projet.

Les réalisations du projet Sertanejo

12Il n’existe malheureusement pas de statistiques concernant les réalisations effectives du projet Sertanejo. Notre premier « coup de sonde » réalisé à Serra Branca nous montre néanmoins que ces prévisions n’ont bien souvent pas été tenues. Même s’il ne s’agit pas de généraliser, ceci nous donne une idée des problèmes rencontrés dans la concrétisation des objectifs.

13Ainsi, la construction des infrastructures d’approvisionnement en eau, réalisée par des techniqiens souvent peu expérimentés, s’est avérée précaire, cédant aux premières crues et ruinant ainsi les projets d’irrigation. L’introduction de ces nouvelles cultures a par ailleurs pâti d’un suivi technique insuffisant, d’autant que ce chapitre du projet ne correspondait pas à une demande sociale (plus orientée vers les ressources hydriques). Enfin, ceci a eu pour conséquence l’immobilisation des machines.

14On peut dès lors se demander ce que le projet a apporté à ces agriculteurs. Si l’on compare leurs situations initiale et actuelle, on remarque plusieurs faits. Leur système agricole, diversifié, incluant souvent des cultures fourragères introduites et la possession d’équipements, indiquait une relative « modernité » au départ, conséquence peut-être des mécanismes de sélection. En revanche, ce système agricole était conjoncturellement désorganisé par la sécheresse, qui a entraîné de grosses pertes de cheptel.

15Leur situation actuelle correspond en revanche à une phase d’intensification des systèmes agricoles, avec une progression des surfaces mises en culture (jusqu’à 70 % des terres cultivées dans les petites propriétés) due en partie au développement des cultures de subsistance non prévues par le Sertanejo, et une augmentation du cheptel.

16En ce qui concerne l’utilisation des ressources naturelles, il semblerait que la charge supportée par les pâturages naturels soit allégés, au moins dans le temps, du fait de la création de nouvelles ressources pastorales, mouvement cependant très inégal selon le cheptel et les ressources foncières.

17Pour ce qui est des créations d’emploi, l’écart entre les prévisions (7 emplois/exploitation en moyenne) et les réalisations (2,5 emplois/ exploitation) est éloquent. Mais outre les difficultés mentionnées plus haut, cet écart pourrait s’expliquer par la prise en compte dans ces prévisions de la main d’œuvre nécessaire à la construction des infrastructures, cette surévaluation ayant pu être un argument favorable à la sélection de certains projets.

18Pour finir, signalons que, si la demande sociale des agriculteurs était la création d’une source d’eau afin de développer leur production désorganisée par la sécheresse, ceci correspondait à une diversité de stratégies individuelles, d’intégration plus ou moins poussée au système économique dominant ou au contraire privilégiant la valorisation du patrimoine ou encore le maintien des jeunes générations sur l’exploitation familiale. Un autre élément important est la prudence, voire la réticence, devant l’investissement, dénotant une mentalité attentiste vis à vis de l’État mais aussi significative de la perception aiguë de la fragilité de l’exploitation face à la sécheresse et, peut-être plus encore, à la banque. Celle-ci s’est d’ailleurs montrée intraitable, exigeant le remboursement intégral des projets, même dans les cas de semi-échecs, sans que puissent jouer les mécanismes d’assurance.

19En conclusion, le projet Sertanejo a probablement joué un rôle dans le processus de modernisation des petites et moyennes propriétés de la région du semi-aride nordestin, obéissant à la tendance des politiques officielles en promouvant l’intensification de l’élevage, au prix d’une dépendance accrue auprès des secteurs industriels et financiers.

20Néanmoins, le rôle modernisateur, « structural » du Sertanejo a bien souvent été éclipsé, dans nos exemples, par son rôle conjoncturel, en raison de l’apparition d’une grande sécheresse durant sa période d’activité. Le projet a ainsi été perçu comme une aide permettant de franchir un mauvais pas, en reconstituant les bases de l’exploitation (cheptel, fourrages), pour relancer ensuite la production selon la stratégie de chaque producteur.

21Ces exemples permettent de mesurer la distance entre les prévisions et les réalisations, après avoir évalué celle existant entre les intentions et la réalité des projets approuvés, deux distances évacuant en grande partie la dimension économique et sociale du projet Sertanejo.

22En revanche, il ne faut pas négliger ses effets économiques indirects, contribuant à dynamiser d’autres secteurs : industrie du Centre Sud, écoles techniques et universités régionales, commerce local. Les liens créés de ce fait avec ces secteurs, ainsi qu’avec le secteur financier, contribuent à une meilleure intégration de l’agriculture nordestine —ou du moins d’une fraction de celle-ci— au système économique dominant.

23Enfin, soulignons son rôle politique, comme relais et instrument du pouvoir local et légitimant le pouvoir central en temps de crise.

REMERCIEMENTS

24Nous tenons à exprimer nos remerciements à tous ceux qui ont contribué à l’élaboration de cette étude, spécialement à Emma C. SILIPRANDI, étudiante du « Mestrado » de Sociologie Rurale de l’UFPB - Campina Grande, pour les entrevues réalisées par elle sur le même thème et qu’elle a bien voulu nous communiquer, à Élimar NASCIMENTO, du Centre « Josué de Castro » (Recife) et Maria José de A. LIMA, du « Mestrado » de Botanique de l’UFRPE - Recife, pour leurs critiques et suggestions, et enfin à nos collègues de recherche, Maria de J. N. AGUIAR et M. Cristina de J. MARIN, pour leur appui amical et constant.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

MINTER/SUDENE : Programa especial de apoio ao desenvolvimento da região semi-arida do nordeste - projeto sertanejo - Recife -1977

DUQUÉ, G ; GRABOIS, J ; MARIN, M.C. ; AGUIAR, M.J.N. et CASTRO, R.P. : O processo de mudança socio-economica do Cariri paraibano - in Raizes, Campina Grande - UFPB numéro 4-5, J. 84 - D. 85 p. 167-211

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatísticas - IBGE : Estatísticas cadastrais - 1970.

Auteurs

Université Fédérale de la PARAIBA - Campina Grande

Université Fédérale de la PARAIBA - Campina Grande

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540