Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

3. Les réponses des états

Tentatives de maîtrise de l’eau de surface au Burkina-Faso : l’action du F.D.R.

M. Mietton

Texte intégral

  • 1 Depuis 1984, cet office a pris le nom de Fonds de l'Eau et de l'Équipement Rural (FEER).

1En 1972, la Haute-Volta (actuel Burkina-Faso) a obtenu le concours de différents bailleurs de fonds (Banque Mondiale principalement) pour la mise en place d’un office public, le Fonds de Développement Rural (F.D.R.)1, chargé du financement de petits projets agricoles susceptibles d’améliorer les conditions de vie en milieu rural.

2Deux des domaines d’activité, les plus importants par leur implication financière et la mobilisation de la population, concernent une meilleure maîtrise de l’eau de surface par des aménagements simples de versants ou de bas-fonds. Ce sont les modalités de cette action et son impact que nous nous proposons d’analyser ici.

I - LA CONSERVATION DE L’EAU : LES RÉALISATIONS

Les aménagements de versants :

3Ils consistent en une édification de banquettes de terre, procédé classique de conservation des eaux et du sol. Les deux préoccupations sont en effet d’autant plus inséparables en milieu savanien qu’en dépit de la diminution des quantités annuelles de pluie, les plus fortes averses, même moins fréquentes, conservent leur agressivité unitaire et ont un impact renforcé par la disparition ou l’appauvrissement du couvert végétal protecteur. Deux objectifs essentiels sont visés : freiner l’eau, favoriser l’infiltration. La vitesse de ruissellement est diminuée par les bourrelets construits le long des courbes de niveau.

4Dans tous les cas, le tracé au sol de ces ouvrages est préalablement piqueté par une équipe de topographes. Après passage d’une unité motorisée (tracteur et charrue à disques) matérialisant ces lignes, les diguettes sont élevées par les paysans eux-mêmes, avec du matériel fourni par l’office et qui sert à compacter la terre en couches successives.

5L’infiltration totale, dans un système fermé, n’a été envisagée que jusqu’en 1976-77. Les ouvrages à absorption, avec diguette de ceinture, satisfaisants dans les conditions optimales d’une recherche sur parcelles expérimentales, se sont en effet révélés défectueux dans la pratique en raison des imperfections inévitables dans la conception et la réalisation de longs bourrelets. L’ensemble de ces banquettes, hautes de 50 centimètres, distantes de 25 mètres sur une pente de 2 %, réalise depuis lors des systèmes dits de diversion, dans lesquels les eaux en excès sont évacuées vers des exutoires naturels préexistants ou artificiels et mis en place tous les 100 à 200 mètres. L’infiltration, même limitée, est sensiblement renforcée. Plusieurs indices l’attestent :

  • d’une part, une meilleure recharge en eau des puits situés sur les sites aménagés.
  • d’autre part, les observations permettant une comparaison de la croissance des mils et des rendements entre une parcelle protégée et un champ traditionnel voisin. L’augmentation de production, durant les trois années suivant l’aménagement, est comprise d’après les enquêtes F.D.R. entre 30 % et 60 %.
  • enfin, nos mesures de teneur en eau du sol, réalisées sur un site bien entretenu (Sirgui - Région de Kaya), durant les hivernages 1980 et 1981, montrent que les pourcentages d’humidité sont toujours plus élevés entre bourrelets, ceci quelle que soit la position ou la profondeur, que sur le champ voisin situé dans la même topo-séquence. En outre, la partie supérieure de l’intervalle entre deux banquettes ne souffre pas d’un déficit relatif en eau mais bénéficie d’une infiltration différée sous la banque amont.

6Les paysans sont sensibles à ces bénéfices : les demandes d’intervention émanant de groupements villageois auprès du F.D.R. ou des organismes régionaux de développement ont été régulièrement plus nombreuses. Plus de 30 000 hectares ont été aménagés à l’heure actuelle. Le travail non rémunéré des villageois fait que le coût de ces réalisation n’excède pas 50 000 F CFA par hectare. Cet appel à la participation paysanne se retrouve dans les aménagements de bas-fonds.

Les aménagements de bas-fonds

7Ces terroirs aux sols hydromorphes, ont été peu utilisés de manière traditionnelle dans le passé. La maîtrise de l’eau, il est vrai, y est plus difficile encore que sur versants du fait d’écoulements concentrés, occasionnellement dévastateurs. Le pari a été tenté par le F.D.R. de gagner quelques-unes de ces zones grâce à des ouvrages simples, susceptibles de laminer les crues et d’assurer une alimentation en eau suffisamment constante pour une culture de riz pluvial et réduire localement le déficit vivrier.

Fig. 3 - Bas-fond amélioré

8Différents types d’ouvrages ont été réalisés, marquant une adaptation progressive aux contraintes hydrauliques,

  • aménagements fermés puis aménagements ouverts simples (Figure 1) permettant, à l’inverse des précédents, une admission d’eau latérale pendant les plus petits ruissellements ; le déversement s’opérant sur les extrémités des ailes des diguettes préalablement « taillées » (Figure 2).
  • aménagements avec chenal central ou semi-ouverts, protégés par un cavalier des débordements du lit mineur.
  • enfin, quelques bas-fonds, dits améliorés, ont été réalisés à partir de 1977 à l’abri cette fois d’une digue en terre (empierrée à l’amont), créant un petit lac de retenue (40 à 50 000 m3), d’un déversoir maçonné et d’un chenal d’évacuation (Figure 3). Cette conception vise à résoudre les problèmes techniques fondamentaux des aménagements classiques, à savoir les dégâts des diguettes causés par les crues et les sécheresses intercalaires ou de fin de cycle du riz. Une irrigation d’appoint est désormais possible en effet à partir d’une ou deux prises à batardeaux ; l’alimentation des casiers se faisant alors soit en cascade (système semi-ouvert) par les ailes, soit par les buses des diguettes.

9Tous ces ouvrages sont évidemment plus onéreux, particulièrement pour les bas-fonds améliorés (300 000 F CFA/ha), malgré le maintien d’une participation paysanne. Ils le sont cependant cinq fois moins que les avals de barrages. Près de 3 500 hectares ont été ainsi réalisés durant les projets FDR 1 (1972-76) et FDR 2 (1976-81) ; le rythme des réalisations ayant chuté depuis lors en raison de diverses difficultés qu’il nous faut évoquer.

II - DES PROBLÈMES EN SUSPENS

10Si la participation paysanne est effective lors des réalisations, elle ne suffit pas à masquer une sensibilisation insuffisante, voire un refus opposé à certaines consignes officielles. Les paysans, du moins les groupements villageois, demandent des aménagements mais ne les entretiennent pas ou trop peu. Les causes de cet apparent paradoxe sont nombreuses, de nature variée : technique - sociologique ou économique, générales au pays ou régionales, jouant de manière isolée ou le plus souvent conjuguée.

Le Constat de difficultés :

  • Un examen rapide à travers plusieurs régions (Sapone, Boussé, Kaya, Ouahigouya) permet d’affirmer dès 1980 qu’une dégradation, certes inégale mais trop rapide en moyenne, de ces aménagements est indéniable. J.Y. MARCHAL fait le même constat au Yatenga. Les banquettes en terre sont souvent recoupées par les sentiers et les pistes de bétail dont le tracé n’est pas modifié ; leur enherbement est très limité ; elles sont même localement semées et sarclées pour quelques cultures dérobées sur les ados plus humides.
  • Une enquête plus détaillée conduite en 1981 dans le secteur de Sapone, à une vingtaine de kilomètres au sud de Ouagadougou, confirme cette évolution. Les brèches ouvertes ou colmatées, les diguettes laminées ou abaissées sont dénombrées sur quatre sites de versants (Komsilga, Guisma, Ipelce, Singdin), suffisamment représentatifs, du moins par leur taille différente (superficie comprise entre 33 et 95 hectares, longueur cumulée des diguettes de 6 112 à 27 682 mètres). De 2 à 9 % (en longueur) des banquettes sont détruites. Si l’on y ajoute ce qui est vulnérabilisé, c’est 10 % en moyenne des aménagements qui sont dégradés au bout de 2 ans d’âge.
  • La vulnérabilité des aménagements de bas-fonds est évidemment plus grande encore. Les services évaluation-suivi du F.D.R. ne manquent d’ailleurs pas de le signaler dès 1979. Les bas-fonds améliorés eux-mêmes peuvent être endommagés comme celui de Guesna, en 1978, dans l’O.R.D. de Ouagadougou, à l’aval d’un grand bassin-versant de 100 km2. Mais, même sur un bassin plus petit comme celui d’Imiga (12 km2 — région de Zagha), la crue du 19 juin 1983 entraîne le débordement momentané d’une tranche d’eau d’une dizaine de centimètres par dessus la digue sans entraîner sa rupture.

Aperçu des problèmes techniques et socio-économiques

11L’exemple précédent suffit à prouver que tout, du seul point de vue technique, n’est pas résolu et notamment le problème du dimensionnement des ouvrages élémentaires. Les durées de retour des averses exceptionnelles ainsi que les débits de crues instantanés maximums sont encore méconnus et les abaques utilisés ne permettent d’obtenir que des ordres de grandeur. Dans les aménagements simples de bas-fonds, les débits maximums peuvent également dépasser les capacités de déversoirs représentées par les ailes de diguettes, d’autant que leur taille constitue une opération délicate, souvent mal exécutée ; les encadreurs eux-mêmes n’en comprenant pas toujours la nécessité. Dans tous les cas, l’eau en excès crée des brèches dans les bourrelets centraux, ce qui entraîne une vidange brutale des casiers et compromet les récoltes de riz.

12Pourtant, les problèmes techniques jouent rarement seuls. Ainsi, la réfection des diguettes de bas-fonds est d’autant plus négligée que la préoccupation principale des paysans du plateau mossi est représentée par les cultures sèches de mil et de sorgho. La priorité doit donc être donnée aux aménagements de versants.

13Sur ces derniers, les imperfections sont inévitables du fait de la taille des dispositifs. Il faut se représenter l’effort de mise en place de ces ouvrages. Pour un champ de 25 hectares, c’est un réseau de 10 kilomètres de diguettes qu’il faut confectionner, 2 500 m3 de terre à remuer. Ce travail pénible qui se prolonge pendant un ou deux mois de saison sèche ou n’est terminé qu’en une deuxième campagne après l’hivernage, est réalisé souvent par des enfants, des femmes ou des personnes âgées. Au Yatenga, la moitié des hommes sont absents dans la classe d’âge des 20-30 ans, le tiers dans celle des 30-40 ans, d’après R. BILLAZ. Sur le bassin - versant d’Imiga, dans le Centre-Est du plateau mossi, nous avons dénombré 67 hommes émigrés pour 78 présents.

14L’ensemble des émigrés, adultes et enfants, saisonniers et annuels, représentent 1/3 de la population totale. L’émigration prive donc incontestablement le monde rural d’une force de travail qui serait bien nécessaire pour l’entretien des dispositifs. L’effort accompli pour la mise en place des ouvrages ne peut être renouvelé indéfiniment : l’enherbement des diguettes, dont on parle tant, supposerait en fait la création de pépinières pour le repiquage de graminées pérennes ou d’arbustes. Qui peut se consacrer à cette activité ? Où trouver l’eau nécessaire ? La protection des bourrelets est pourtant d’autant plus impérieuse qu’en période de sécheresse la dynamique éolienne est renforcée et particulièrement efficace sur un matériau difficilement compacté quand il est davantage sableux (régions sub-sahéliennes).

15La vulnérabilité de ces ouvrages tient aussi à leur situation géographique à l’échelle du versant : c’est l’exemple même d’interactions étroites entre facteurs naturels et humains. Les aménagements sont en effet réalisés sur les champs permanents, proches des cases. Dès lors, leur implantation est étroitement dépendante de sites d’habitat qui ne se distribuent pas au hasard. Fréquemment, les villages sont placés à mi-versant (ou au tiers à partir de l’amont) délaissant la partie supérieure de longs glacis, où la cuirasse est affleurante. Ces impluviums non aménagés favorisent le cumul et la concentration de volumes ruisselés qui viennent menacer le premier bourrelet dont le renforcement n’est pas assez assuré. Si un passage d’eau se crée, il a toutes chances de se produire de manière répétitive.

16Enfin, comme l’a souligné J.Y. MARCHAL, le devenir de ces réalisations est fonction de la représentativité du groupement villageois par rapport à la communauté villageoise toute entière. Si le premier s’identifie aux seuls paysans influents, il est évident que les autres ne se sentiront pas longtemps concernés.

17Ces quelques exemples suffisent à montrer que le seul débat technique en vue d’une meilleure maîtrise de l’eau est un peu vain. Des expérimentations comme celles tentées par des O.N.G. (OXFAM au Yatenga) et reprenant des techniques (micro-barrages de pierres) connues depuis longtemps par les paysans, peuvent être retenues comme des améliorations possibles. Mais il ne s’agit là que de succès ponctuels, qui n’ont pas à notre connaissance de véritables effets d’entraînement, pas plus que les aménagements des pouvoirs publics ne sont suffisamment diffusés à travers le territoire eu égard aux besoins. Le monde rural attend encore d’autres solutions économiques face à la catastrophe écologique que représente la sécheresse.

Notes

1 Depuis 1984, cet office a pris le nom de Fonds de l'Eau et de l'Équipement Rural (FEER).

Table des illustrations

Légende Fig. 3 - Bas-fond amélioré
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 481k

Auteur

Université de Chambery

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540