Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

3. Les réponses des états

La stratégie régionale de lutte contre la désertification : le défi des États sahéliens

Philippe C. Chamard

Texte intégral

1985 : fin de la sécheresse au Sahel ?

1L’année 1985 a été marquée par une nette rémission de la sécheresse sur la quasi totalité du Sahel. Les récoltes et la régénération des pâturages ont été satisfaisantes, notamment dans les sous-zones méridionale et centrale du domaine sahélien.

2Mais, car il y a un mais, rien dans l’état actuel de nos connaissances, ne permet d’affirmer que l’amélioration observée cette année-là sera durable. Ceci peut paraître paradoxal au moment où la communauté scientifique internationale dispose, grâce aux satellites météorologiques et d’observation de la Terre, d’une somme considérable de données sur l’atmosphère, la lithosphère et l’hydrosphère, ainsi que de très importants moyens de traitement et de calcul.

3Les relations extrêmement complexes Terre-Océan-Atmosphère, qu’étudient les équipes de recherche impliquées dans le Programme Mondial d’Étude du Climat, permettront, sans doute, lorsqu’elles auront été précisées, de rendre compréhensible la dynamique des climats et d’expliquer les anomalies et les crises climatiques. Il est possible, même, qu’à moyen terme nous puissions prévoir deux à quatre mois à l’avance, les caractères des pluies sur l’Afrique occidentale et sur le Sahel en particulier.

4A défaut de pouvoir envisager prospectivement l’évolution future du climat, on ne peut que dresser le bilan de plus de quinze années de sécheresse.

La sécheresse, l’homme et la désertification

5La tendance à la diminution de la pluviométrie dans le Sahel, comme dans l’ensemble ouest-africain, s’est affirmée il y a plus de vingt ans, mais c’est en 1968 qu’a débuté la sécheresse la plus longue et la plus sévère du siècle. L’assèchement progressif des régions saharo-sahéliennes et sahéliennes est imputable à :

  • des déficits pluviométriques persistants et parfois très importants, comme en 1972-73 et 1983-84 ;
  • l’extrême variabilité spatiale et temporelle des pluies ;
  • la diminution du nombre de jours de pluie et au renforcement généralisé des vents, pendant des saisons sèches anormalement longues.

6Le déficit moyen annuel pour la période 1968-1984 fut de 20 % dans le domaine sahélien, et de plus de 30 % dans le domaine sahélo-saharien, au nord du parallèle 16-30’ Nord.

7Cette péjoration de la pluviométrie a entraîné :

  • la réduction des réserves en eau des sols, l’abaissement et la diminution du débit des nappes superficielles, le tarissement de très nombreux puits et sources, le dysfonctionnement hydrologique des fleuves, des lacs et des mares permanents ou temporaires ;
  • la dégradation et l’appauvrissement des formations ligneuses et herbacées ;
  • la chute des productions vivrières, tant en culture sèche qu’en culture irriguée ;
  • la chute des productions animales.

8L’homme, complice involontaire du climat, a compromis le fragile équilibre de son espace de vie écologique. A cela, rien d’étonnant : depuis 1968, les besoins alimentaires et énergétiques de la population sahélienne à croissance forte, ont augmenté considérablement, tandis que les productions, très irrégulières, baissaient ou stagnaient.

9La conquête de nouvelles terres de culture, les défrichements, la mauvaise gestion des terres et des pâturages, la déforestation excessive car incontrôlée, la pratique des feux courants, l’action néfaste des troupeaux sur une végétation appauvrie... ont contribué à la destruction partielle, localement totale, de la protection naturelle des sols qu’est le tapis végétal.

10Si le climat et l’homme sont à l’origine de la désertification des régions sahéliennes, le climat est le principal facteur de la saharisation des régions sahélo-sahariennes du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad.

11La désertification, en exacerbant les effets érosifs du vent et de l’eau, a réduit la superficie des terres arables et des aires pastorales.

12Une questions se pose alors : cette désertificaton qui affecte gravement les milieux et les écosystèmes, l’économie et les structures socio-économiques des États sahéliens, est-elle irréversible ?

13Rien n’est moins sûr. En effet, la faculté d’adaptation de la flore sahélienne à la sécheresse et son pouvoir de régénération sont tels que la reconstitution de la couverture végétale est concevable, mais elle est assujettie d’une part au retour incertain à une pluviométrie normale, et d’autre part, à la gestion rigoureuse des formations naturelles existantes.

Le bilan des actions menées contre la désertification

  • 1 CILSS : Comité permanent inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel.

14La sécheresse et son corollaire, la désertification, n’ont été appréhendées sous leur vraie dimension, que lorsque les États membres du CILSS1, les États et les agences de coopération susceptibles de fournir l’aide alimentaire d’urgence et l’aide effective au développement, ont pris conscience que la crise climatique n’était pas conjoncturelle. Cette prise de conscience a pu paraître tardive à certains. Il n’en est rien. Ce retard s’explique, en effet, par l’extension géographique du phénomène et l’ampleur de ses effets, ainsi que par les difficultés qui ont surgi, lorsqu’il s’est agi de réaliser des aménagements ou des programmes qui ne pouvaient être que ponctuels et sectoriels.

15Certains aménagements, et en particulier les plus importants, furent des échecs car ils ont été conçus sans tenir compte des caractères et de l’état des écosystèmes pré-existants, des techniques culturales et des systèmes de production, des besoins réels des populations directement concernées et sans associer ces populations à la gestion et à l’entretien ultérieurs de la réalisation.

16Si donc toutes les actions entreprises ne furent pas des réussites, elles ont été des expériences en vraie grandeur, qui ont permis de mieux comprendre la réalité sahélienne et de poser les bases d’une stratégie régionale contre la désertification.

La stratégie régionale de lutte contre la désertification

17Le Séminaire régional sur la désertification, qui s’est tenu à Nouakchott (République Islamique de Mauritanie) du 29 octobre au 4 novembre 1984, à l’initiative du CILSS, est, à cet égard, une étape décisive dans les politiques de développement des États sahéliens.

18Le séminaire, après analyse :

  • des résultats de la Conférence ministérielle de Dakar2 ;
  • du compte rendu de la réunion restreinte du Comité directeur Ecologie-Forêt CILSS/Club du Sahel ;
  • de la synthèse des bilans programmes du secteur forestier ;
  • du rapport de la Banque mondiale sur la désertification et après audition des rapports nationaux et des communications des bailleurs de fonds, a élaboré une nouvelle stratégie régionale de lutte contre la désertification.

19La stratégie de Nouakchott vise à instaurer de nouveaux équilibres socio-écologiques fondés sur les objectifs suivants :

  • la satisfaction des besoins fondamentaux des populations et, en particulier, l’autosuffisance alimentaire ;
  • la préservation du capital foncier et écologique et la réhabilitation de son potentiel productif.

20La stratégie comporte en outre les cinq options fondamentales suivantes :

  • participation des populations ;
  • approche globale ;
  • aménagement du territoire et planification ;
  • appuis institutionnels et suivi ;
  • coordination et renforcement des aides.

21La stratégie de Nouakchott est conforme à la « stratégie révisée en 1984 de lutte contre la désertification et de développement au Sahel », dont les objectifs sont de :

  • rendre à l’homme son rôle de moteur du développement ;
  • rebâtir l’économie sur des bases saines ;
  • réaménager l’espace pour un nouvel équilibre écologique

22C’est une stratégie de développement qui engage le présent et l’avenir des populations dont elle fait le fer de lance de la lutte contre la désertification.

23Le Secrétariat exécutif a proposé au CILSS d’appliquer immédiatement la stratégie de Nouakchott, à travers quatre axes prioritaires d’action :

  • élaboration des plans nationaux de lutte contre la désertification ;
  • organisation de tables rondes de concertation avec les partenaires extérieurs pour la mise en œuvre de ces plans ;
  • préparation d’un programme régional et de programmes nationaux d’amélioration des connaissances des milieux sahéliens ;
  • adaptation et renforcement des actions du CILSS pour la lutte contre la désertification.

24Le vingtième Conseil des Ministres du CILSS a, dans sa résolution n°2, demandé aux États d’adopter et d’appliquer la stratégie et au Secrétariat exécutif du CILSS d’aider les États à élaborer leurs plans nationaux de lutte contre la désertification.

25A ce jour, les plans nationaux des États suivants : Niger, Burkina Faso, Mauritanie, Cap Vert et Mali, ont été rédigés avec l’appui de quatre consultants (deux du CILSS, un de l’UNSO et un du Club du Sahel), et grâce à la collaboration des services nationaux directement impliqués dans la lutte contre la désertification.

26Chacun de ces plans comporte un diagnostic de la situation générale, précisant les formes de désertification et leur répartition régionale, les contraintes et les moyens mis en œuvre, et présente des propositions d’actions pouvant servir, après leur approbation par le Gouvernement de l’État concerné, à l’élaboration du programme national et des programmes régionaux alors chiffrés et planifiés.

27Le plan national, qui en aucun cas ne peut se substituer au plan de développement économique et social, est conçu pour faciliter la mise en œuvre de la stratégie régionale, et le financement concerté de programmes spécifiques, dont la finalité sera non seulement de satisfaire les besoins des populations, mais aussi de restaurer et de protéger les écosystèmes des espaces aménagés.

28En conclusion, les États sahéliens affectés par la sécheresse la plus sévère et la plus longue du siècle ont, en élaborant et en adoptant la stratégie de Nouakchott, lancé un véritable défi à la désertification.

29La tâche à accomplir pour atteindre les objectifs fixés est considérable, mais elle est réalisable. Elle implique :

  • l’engagement des populations réhabilitées dans leur rôle fondamental de moteur du développement ;
  • la restauration des écosystèmes indispensable à l’instauration d’un véritable équilibre socio-écologique ;
  • l’engagement politique total des États sahéliens dans la lutte contre la désertification ;
  • la concertation entre ces États d’une part, et les agences, les organismes de coopération et les ONG d’autre part ;
  • la coordination et la cohérence des interventions ;
  • l’adéquation des financements et des programmes.

30C’est à ces conditions que l’autosuffisance alimentaire, principal objectif de la stratégie de Nouakchott, pourrait devenir réalité d’ici la fin du siècle.

Notes

1 CILSS : Comité permanent inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel.

2 Cette conférence qui s’est tenue à DAKAR en juillet 1984 avait pour objet l’élaboration d’une politique concertée de lutte contre la désertification dans les États du CILSS, de la CEDAO, du Maghreb, en Égypte et au Soudan.

Auteur

Université Paris X

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540