Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

3. Les réponses des états

Aménagement pastoral et développement intégré au Sahel : éléments de diagnostic et répères pour un programme d’actions prioritaires

Résumé et extraits

Ibrahima M. Albassadjé Toure

Texte intégral

1La première partie de la communication brosse un tableau général du Sahel ouest-africain qui apparaît comme des espaces (5 378 188 km2) et des peuples (35 000 000 d’habitants) en crise. Il y est fait référence à la « Déclaration du Niamey » (Janvier 1984), faite par les Chefs d’État et de Gouvernement du CILSS pour attirer l’attention de la Communauté internationale sur la situation critique des pays de cette région où l’insécurité alimentaire, l’extension du phénomène de la désertification et la dégradation des conditions de vie des populations constituent des sujets de préoccupation croissante.

2La deuxième partie traite plus particulièrement de la problématique du Sahel pastoral en passant en revue les différents aspects liés à la mise en œuvre des programmes et projets pastoraux : leurs objectifs, les activités en cours, les acteurs concernés, les moyens et ressources mobilisés, les contraintes et perspectives des politiques et stratégies.

3Pour chacun de ces aspects, trois niveaux sont pris en compte : la situation actuelle, les constats qui en résultent, les propositions d’actions prioritaires à entreprendre ou à renforcer.

4- A la lumière de ces analyses, la troisième partie fait apparaître que :

  • En dépit des efforts déployés à différents niveaux et des investissements considérables mobilisés, la crise du système pastoral est persistante, du fait des actions conjuguées d’une sécheresse endémique et de diverses contraintes d’ordre socio-économique et institutionnel.
  • La crise du système pastoral est globale : elle concerne aussi bien l’élevage que l’éleveur ; sa solution implique des interventions multidimensionnelles, intégrées et cohérentes.
  • La mise en œuvre d’un plan d’actions intégrées pourrait réduire certaines des contraintes actuelles du milieu ; toutefois, les contraintes d’ordre structurel, institutionnel et humain ne pourraient être corrigées qu’avec une certaine lenteur.
  • Un mécanisme de surveillance continue des écosystèmes agro-sylvo-pastoraux et d’évaluation permanente des systèmes de production nouveaux pourrait constituer un précieux outil pour la gestion, l’aménagement et le développement des ressources agro-sylvo-pastorales.

Extrait concernant des propositions de lignes directrices pour la gestion des ressources agro-sylvo-pastorales :

5— La gestion des ressources agro-sylvo-pastorales (eau-sol-végétation-cheptel) implique non seulement la pratique de réserves fourragères herbacées, mais aussi ligneuses ; d’où la nécessité et l’amplification des actions de reboisement à des fins multiples : lutte contre la désertification, ligneux fourragers, médecine et pharmacie, alimentation locale etc..

6* L’inventaire et l’aménagement des ressources agro-sylvo-pastorales nécessiteront la mise en place et/ou le renforcement d’équipes interdisciplinaires pour :

7– améliorer les données de base et le traitement de l’information ;

8–procéder à l’inventaire intégré des ressources locales afin d’être en mesure de préciser, en fonction des ressources disponibles et des besoins, les utilisations les plus adéquates ;

9– utiliser prioritairement les données et l’information disponibles dès à présent et éviter de refaire des études qui ont déjà été faites.

10*L’aménagement et la gestion de l’espace agro-sylvo-pastoral devront se référer aux directives écologiques suivantes :

11– inclure la protection de l’équilibre écologique fondamental.

12– exploiter les ressources sur la base du principe du rendement soutenu.

13– la formation des producteurs, des techniciens et des chercheurs devra être en adéquation avec la nature et l’acuité des problèmes complexes et interdépendants à résoudre au Sahel.

14* Prendre des mesures appropriées sur les plans de l’éducation et de la formation de la population et des cadres ; susciter une réflexion sur le rôle des universités africaines dans le développement et en particulier dans le cas des universités sahéliennes.

15* Encourager la recherche-développement dans une perspective de participation.

16– s’inspirer de l’esprit qui anime les programmes de recherche intégrés ; celui du Programme MAB de l’UNESCO, par exemple.

17– accorder la priorité aux recherches liées au développement et qui visent à résoudre les problèmes vécus par les populations.

18* Promouvoir les technologies appropriées, y compris celles qui concernent les énergies de substitution, les mode d’exhaure de l’eau et les systèmes de production agro-pastoraux.

19- Dans les zones pastorales et agro-pastorales, des programmes d’amélioration des conditions générales de vie sont d’une nécessité urgente, en particulier ceux relatifs à la santé et l’hygiène, à l’alimentation et la nutrition, à la formation et l’information, à la participation et l’emploi, à l’environnement et aux infrastructures.

Extrait concernant les axes d’intervention possibles :

20La réalisation du développement pastoral nécessite :

  • la mise en place d’un cadre de collaboration optimal des différents partenaires :
  • la définition de politique et stratégie cohérentes d’aménagement du territoire
  • le recours à des équipes interdisciplinaires pour la conception, la mise en œuvre le suivi et l’évaluation des programmes
  • la mise en place de structures appropriées de communication, de sensibilisation de concertation et de promotion du monde pastoral
  • l’élaboration d’un code agro-sylvo-pastoral avec le concours des personnes concernées
  • des appuis techniques appropriés
  • la valorisation des ressources humaines grâce à :
  • l’exploitation de l’acquis technologique et des capacités créatrices de la population ;
  • une meilleure utilisation de l’expérience et des connaissances accumulées par les cadres à tous les niveaux ;
  • la stimulation du potentiel d’innovation de la population.

21– la valorisation des ressources naturelles, ce qui implique leur protection et leur gestion rationnelle.

  • l’inadéquation ou les limites de certaines structures institutionnelles ou techniques chargées du développement.
  • Le nombre faible de cadres au service du développement rural.
  • l’inadéquation de nombreux programmes de recherche et de formation entraînant la non-utilisation ou la mauvaise utilisation des données.
  • la détérioration des termes de l’échange entre les produits du monde agro-pastoral et les produits manufacturés et les services tertiaires.

Auteur

Projet FAPIS-DAKAR

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540