Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

3. Les réponses des états

Nouvelles lignes d’approche du développement rural dans la province du Ganzourgou (Burkina)

Résumé et extraits

D. Gentil et M. Barnaud

Texte intégral

Après avoir précisé que le texte présenté est issu d’une étude de factibilité réalisée par l’AVV (Autorité de l’Aménagement des vallées des Voltas), l’IRAM et la SEDES, les auteurs établissent un diagnostic de la situation dans la zone intéressée :

1Si la crise écologique, agronomique, et économique du Plateau MOSSI, avec sa manifestation la plus spectaculaire, l’exode, a été souvent analysée et ne demande pas de commentaires supplémentaires, il est en revanche nécessaire de s’intéresser à l’évolution, au cours de ces dix dernières années, de la zone de colonisation.

2A un premier niveau, les éléments très positifs se dégagent :

  • Les colons installés par l’A.V.V. sont relativement prospères : autosuffisance alimentaire, revenus monétaires élevés, conditions de vie favorable (eau, santé, écoles, routes, densité de l’encadrement...). Un bon indice est que l’A.V.V. n’a plus à convaincre et transporter de nouveaux colons, mais qu’un contraire il y a plus de candidats que de places disponibles. Un autre indice est la très faible déperdition des colons (1 à 2 %).
  • Un effort important d’organisation et de formation paysanne a été entrepris : comité villageois et comité d’U.D., gestion « d’unités économiques » (marchés autogérés de coton, entretien des pompes, moulins, boutiques, pharmacies, banque de céréales...), alphabétisation fonctionnelle.
  • L’A.V.V. dispose d’un encadrement ayant acquis généralement sur le tas, un capital important d’expérience assez polyvalent. L’A.V.V. au niveau central est également capable de fournir des prestations efficaces (routes, hydrauliques, bâtiments, études...).

3Cependant, le « modèle A.V.V. », efficace dans une période de démarrage, même si certains financiers peuvent en discuter le coût, est entré dans une période de crise, à la fois interne et externe.

Les auteurs distinguent alors deux crises : une crise interne et une crise externe :

Crise interne

4Le modèle de départ repose sur de larges exploitations comprenant

51 ha de case et 6 soles de 1,5 ha dont 2 soles en jachère, avec des zones de réserves (environ 4 ha) pour les pâturages, le reboisement et l’extension des exploitations (pour les fils de colons à installer), soit au total environ 14 ha/exploitation. Les exploitations devraient respecter un modèle technique uniforme, devant permettre l’obtention de rendements élevés tout en maintenant la fertilité des sols : préparation des sols et sarclages à la culture attelée, semences améliorées, engrais minéral (150 kg/ha sur le coton et les céréales), utilisation du fumier, jachères améliorées, respect des rotations...

6Dans son principe, le modèle n’a pas évolué depuis le début de l’A.V.V., sauf la réduction des superficies pour permettre d’installer davantage de colons. Malgré certains assouplissements, la vulgarisation reste de type directif : l’encadrement doit faire respecter des consignes et indiquer à chaque exploitation la superficie à cultiver pour l’année en fonction de la main d’œuvre disponible (les indices d’activité, pondérés selon le sexe et l’âge, permettant de déterminer 8 types d’exploitation). En réalité, certains thèmes ne font plus guère l’objet de vulgarisation (étables fumières) ou n’ont pas été mis en œuvre (jachères améliorées). Les paysans, de leur côté, appliquent de moins en moins certains thèmes : baisse de la consommation de semences sélectionnées, baisse des superficies fumées et des doses d’engrais utilisées, diminution du nombre de sarclages, abandon de parcelles semées...

7La campagne 83/84, a vu les rendements fortement diminuer, la production de coton passer de 2 691 17 2 700 T. en 1982/83 à 2 000 T., l’autosuffisance alimentarie compromise dans certaines exploitations, le taux de remboursement du crédit régresser à 72 %.

8La pluviométrie de l’année a été sans doute la raison avancée pour justifier la baisse des performances. Elle a certes été médiocre mais non catastrophique dans la plupart des villages, comme le montre un examen attentif des pluviomètres (quelques pluies en Mai et début Juin permettent la préparation des sols, assez bonne répartition des pluies utiles entre le 15 juin et le 15 septembre). Les explications doivent être, à notre avis, recherchées plus en profondeur, dans l’essai de compréhension des logiques paysannes. D’une part, les paysans disposant de larges superficies convoitées par des migrants spontanés, ont tendance à mettre en place un système extensif afin d’occuper l’espace. Les rapports de prix (intrants/prix production) justifient également la rentabilité de la culture extensive. D’autre part, leur statut précaire (absence de garantie foncière) ne les encourage guère à des efforts coûteux en travail et en argent pour le maintien de la fertilité des sols (fumier, engrais). La dégradation de celle-ci commence à être visible sur les anciens blocs, comme le montre entre autres l’apparition du striga.

9Toutefois un autre facteur important explique le comportement des paysans : il s’agit de la préparation des sols. L’encadrement A.V.V. recommande uniquement le labour en culture attelée. Celui-ci n’est possible que sur une partie de l’exploitation (environ la moitié) et entraîne souvent un retard dans les semis dont l’effet négatif est au moins aussi important que l’effet positif de la préparation des sols. Les paysans mettront en priorité l’engrais sur les parcelles semées avant le 30 juin, en mettront également sur le mil et le maïs (ce qui n’est pas vulgarisé par l’encadrement) et feront les sarclages qu’ils peuvent faire, compte tenu du degré d’enherbement et de la main d’oeuvre disponible. Il n’y a donc pas seulement une logique extensive mais un calcul économique rationnel, réservant les engrais et les façons culturales sur les superficies qui ont une bonne espérance de rendement.

10Comme dans presque tous les projets de ce type, les paysans face à un « paquet technique » global, sélectionnent, en fonction des contraintes propres de chaque exploitation, un certain nombre de thèmes qui leur paraissent adaptés. Malheureusement, le paquet technique proposé n’avait une cohérence (et notamment pour la fertilité) que globalement. Les paysans, en créant leur propre sous-système, détruisent l’équilibre proposé, avec toutes les conséquences négatives à long terme que l’on connaît. Devant cette situation, l’encadrement peut essayer de se raidir et de chercher à faire appliquer, de plus en plus difficilement, les techniques actuellement préconisées ou, au contraire, prendre conscience de la nécessité d’adapter ou d’inventer avec les paysans, grâce à d’autres méthodes de vulgarisation, un nouveau modèle plus intensif, maintenant et améliorant à long terme la fertilité. Ce qui a manqué à l’A.V.V. c’est un système d’évaluation permanent, offrant une adaptation et une correction du système technique proposé en fonction des pratiques et des contraintes des différents types d’exploitation.

Crise externe

11Par rapport à la situation de départ où les vallées étaient peu occupées (essentiellement par des éleveurs et des bûcherons), la situation actuelle montre un fort accroissement des migrants « spontanés », permanents ou temporaires. Ce mouvement semble de plus s’accélérer rapidement au cours de ces dernières années, rendant caduques toutes études non suivies rapidement de réalisations concrètes.

12Il est donc logique qu’en l’absence de toute organisation nouvelle les conflits ne fassent que s’exacerber entre les migrants A.V.V., les migrants spontanés et les éleveurs, eux-mêmes repliés plus au Sud après la crise dans leur zone traditionnelle du Nord. Même l’existence d’une future loi foncière ne pourra résoudre à elle seule les tensions nées d’une inégalité fondamentale entre des migrants A.V.V. disposant d’une superficie importante de terres de bonne qualité (plus de 10 ha) , d’infrastructures hydrauliques et sociales satisfaisantes, d’encadrement rapproché (en moyenne 1/50 exploitations) par rapport à des paysans en position de survie sur des exploitations « moyennes » de 3 à 4 ha de sols épuisés, avec des infrastructures vétustes ou inexistantes (1 école pour 150 000 habitants - 1 dispensaire pour 14 000 habitants) et un encadrement très diffus (1/100 exploitations).

13Il n’est donc pas possible de maintenir un îlot de prospérité, lui-même fragile, en ne faisant rien pour le reste de la population, dont, de plus, une fraction se considère comme expulsée de son terroir traditionnel par des « étrangers ». Si des solutions juridiques s’avèrent nécessaires et urgentes, il faut en même temps trouver très rapidement des solutions socio-économiques permettant de passer des compromis entre les différentes catégories sociales intéressées par la mise en valeur des zones relativement « neuves ». Autrement, occupation des terres de réserves et de jachères, déboisement abusif, vols d’animaux apparaîtront ou se développeront, rendant ainsi la vie de plus en plus difficile aux colons « officiels ».

14L’analyse de cette crise externe (rapports migrants officiels et spontanés) doit être complétée par d’autres facteurs explicatifs qui ont affecté profondément l’efficacité de l’A.V.V. (attitude réservée des bailleurs de fonds provoquant des difficultés financières importantes, non appui de l’État Voltaïque pour la résolution du problème foncier).

Sur la base du diagnostic, les auteurs élaborent un projet de 5 finalités et quelques principes directeurs :

15Pour l’ensemble de la Province, il s’agit d’atteindre l’autosuffisance alimentaire, d’augmenter les revenus monétaires, d’améliorer les conditions de vie de la population (eau, santé, éducation, formation, transport, habitat,...) de limiter les tensions sociales, d’utiliser au mieux l’espace disponible.

16Ces cinq finalités ne peuvent être obtenues qu’en gérant au mieux, sur le long terme, les deux facteurs rares qui sont l’eau et la fertilité des sols.

17Les actions proposées nécessitent un nouveau type de rapport entre « encadrement » et paysans, avec des paysans organisés, formés et alphabétisés et des cadres perfectionnés et régulièrement recyclés occupant avant tout un rôle de conseillers. Les méthodes de vulgarisation, et l’expérimentation d’innovations en milieu paysan en sont profondément modifiées.

18Au delà de ces grandes constantes, valables pour l’ensemble de la Province, il est nécessaire de trouver des solutions pour chaque grand ensemble de situation et de raffiner ensuite par des contrats diversifiés avec les collectivités paysannes et les différents types d’exploitations paysannes.

L’ensemble des solutions préconisées ne peut se réaliser dans le cadre d’un projet classique à 5 ans. Les auteurs proposent un projet en trois temps :

  • Un plan directeur à dix ans, fixant les finalités, les objectifs et les grands principes d’intervention et servant de cadre pour un engagement à long terme entre autorités voltaïques et sources de financement pour un effort et des actions continues sur plusieurs années.
  • Un programme d’action détaillé sur deux ans, permettant de tester un certain nombre d’hypothèses, de réaliser un important effort de formation et d’engager rapidement des actions déjà « rodées » (infrastructures et installations de migrants).
  • Un projet à 5 ans, avec certains volets relativement ouverts et révisables en fonction des résultats du programme d’action mais donnant avec suffisamment de précisions les ordres de grandeur des actions à entreprendre et de leur coût pour permettre un engagement des autorités voltaïques et des financiers sur une stratégie concrète et une enveloppe de financement.

Dans les zones de plateaux les actions proposées sont d’abord des investissements d’infrastructures : pistes de désenclavement, réfection de dispensaires, forages, puits, retenues d’eau. Tout le schéma de développement s’appuierait sur des « contrats de développement » avec les groupements villageois afin de

  • garantir la disponibilité de l’eau ;
  • protéger les terroirs (lutte anti-érosive, andropogon, acacia albida, reboisement) ;
  • intensifier l’élevage : utilisation des résidus de récolte, arbres fourragere, protection sanitaire simple ;
  • intensification de l’agriculture : fumier, engrais sur les meilleures terres, niebé en culture associée, pratiques culturales d’économie d’eau, diffusion de matériel agricole ;
  • créer des banques de céréales pour garantir la sécurité alimentaire ;
  • réaliser des actions villageoises spécifiques selon les cas, aménagements, retenues, boisements, moulins...

Les investissements devrait être cofinancés : apports en travail des intéressés, subventions et crédits de l’organisme de développement. L’ensemble de l’action devrait être progressive en s’intéressant d’abord à un nombre limité de contrats. Dans chaque cas, la séquence de la progression serait la suivante :

  • Diagnostic avec les paysans de la situation de leur village, en utilisant notamment l’analyse des évolutions sur les trente dernières années et des différentes interventions ou actions que le village a subies.
  • Classement des priorités et définition d’un programme annuel, avec ses modalités de financement, d’organisation et de formation complémentaire nécessaire, en concertation directe avec les paysans.
  • Exécution annuelle du programme, débouchant sur une nouvelle programmation.

19Dans ce processus, l’encadrement joue surtout un rôle d’intervention conseil et de catalyseur laissant le pouvoir de décisions aux paysans.

Dans les zones anciennes de colonisation, il est nécessaire d’identifier des modèles spécifiques pour les différents types de population : immigrants de l’AVV, spontanés, éleveurs, bûcherons...
Le modèle initial est basé sur une rotation triennale (coton, céréales, niébé-aracgide), avec fumier et engrais, protection des parcelles avec andropogon, pratiques culturales optimales pour l’économie de l’eau, élevage bovin intensif. Le modèle ne peut être accepté que si les familles disposent d’un réel droit d’usage permanent sur les terres mises en valeur.
De même, le modèle fonctionnera d’autant mieux que s’atténuera l’emprise des services étatiques d’encadrement, laissant la place à une véritable autogestion paysanne :

20Les grands axes d’une véritable politique de promotion de l’autogestion paysanne sont connus (cf. par exemple le séminaire COPAS de Ouagadougou de Mars 1983 sur les politiques et structures de promotion coopérative dans 4 pays du Sahel : Sénégal, Mali, Niger, Burkina Faso). Citons notamment :

  • une réduction (pour lui éviter la tentation de substitution) et un nouveau rôle de l’encadrement, se limitant au conseil et au contrôle mais laissant le pouvoir de décision, (et donc le droit à l’erreur) aux responsables paysans,
  • la continuation de l’alphabétisation fonctionnelle sous forme de stages intensifs (45 jours), de recyclage, de documents de post-alphabétisation pour tous les leaders élus et l’utilisation des documents en moore pour les relations entre encadrement et paysans (statistiques de production, crédit agricole, budgets, comptabilité...),
  • la décentralisation des actions et des décisions quand cela s’avère possible au niveau des villages,
  • l’explication régulière des comptes par les responsables élus (aidés des encadreurs) aux paysans analphabètes en utilisant des supports visuels simples comme le tableau de feutre,
  • la diversification progressive des activités. Parmi les activités nouvelles à confier aux organisations paysannes, il semble utile de recommander :

21. La création de véritables caisses populaires, drainant l’épargne individuelle et capable de faire des prêts, individuels ou collectifs, permettant de réinvestir dans le milieu rural le surplus paysan. Les zones de colonisation sont sans doute un des endroits les plus favorables au Burkina Faso pour ce type de structure (qui fonctionnent déjà dans le pays depuis 1970, avec notamment l’UAVEC et l’UPRCB).

22Une ou deux caisses pourraient être implantées à titre expérimental dans un ou deux blocs, en liaison avec la D.A.C. (Direction de l’Action Coopérative) et se généraliserait probablement très rapidement,

  • la création de pépinières villageoises ou intervillageoises (en utilisant par exemple les retenues d’eau), qui permettraient sans doute une gestion beaucoup moins coûteuse des activités de reboisement, et laisseraient libre cours à l’initiative paysanne quant au choix des espèces,
  • le transfert progressif des activités de crédit et l’approvisionnement en intrants,
  • le développement de l’artisanat, par exemple, confection de charrettes par les artisans à qui on livre les trains de roues, construction de matériel de culture attelée à partir de la livraison du Yatenga). De plus, une des actions prioritaires dans le futur des comités villageois et des comités d’U.D. sera la gestion de l’espace.

Une des conditions de réussite tient à la participation des femmes :

les actions économiques essentielles devraient être l’agriculture et le petit élevage (ovins, caprines, volailles)

  • leur confier un rôle dans la santé (formation, dispensaires)
  • libérer du temps en réduisant les corvées d’eau : entretien et remplacement des pompes
  • les responsabiliser pour le reboisement (elles collectent le bois de feu)
  • les faire participer aux Comités villageois pour ce qui les concerne.

S’agissant des colons spontanés, il convient surtout de les fixer en passant un contrat les sécurisant, afin qu’ils cessent d’employer des techniques précaires et minières (défrichage, déboisement excessif, feux...)
Les éleveurs ont bien conscience qu’il n’est plus possible dans ces zones d’avoir un troupeau important en concurrence avec les agriculteurs. Beaucoup sont réceptifs à des innovations de sédentarisation : fourrages améliorés ; agriculture intégrée à l’élevage.
Les conflits entre éleveurs et agriculteurs devraient se résoudre par la définition de règles précises admises par les parties, celles-ci ayant eu tout le temps nécessaire pour confronter leur point de vue dans des discussions organisées par les autorités.
Enfin, le projet propose des actions communes à tous les intéressés :
- un suivi interne pour les producteurs.

23Très concrètement, il serait nécessaire :

  • d’alléger les recensements annuels demandés par le suivi/évaluation de la Direction Générale, (en moyenne un mois de travail de l’encadrement). Certaines données pourraient être recueillies par des paysans alphabétisées, d’autres seulement tousles 3 ans (par exemple composition de la famille et équipements).
  • de faire dépouiller et interprêter dans chaque U.D. les renseignements obtenus dans les cahiers de suivi, seule façon pour avoir une meilleure fiabilité des données et une utilisation des résultats pour l’action.
  • de se baser sur les mesures traditionnelles étalonnées et les déclarations paysannes pour mesurer les rendements (avec des sondages périodiques par carré de rendement pour estimer le biais).
  • de présenter (avec des supports visuels simples comme le tableau de feutre) et de discuter avec les paysans, village par village, les différents rendements et de déterminer avec eux les causes de la dispersion. En cas d’avis divergents des observations plus fines sont décidées pour la prochaine campagne (ou des enquêtes spécialisées).
  • à partir de ce suivi interne, considéré comme prioritaire, il est possible d’obtenir, mais plutôt à titre de sous produits, les indicateurs généraux par bloc nécessaire à la Direction Générale, aux Ministères et aux rapports pour les sources de financement.

Une nouvelle approche de la vulgarisation

24Un tel suivi interne permet de déterminer avec les paysans les principaux goulets d’étranglement par zone et par grand type d’exploitation (fertilité, préparation du sol, calendrier cultural, retards dans l’approvisionnement et l’emploi des intrants...).

25Chacun de ceux-ci nécessite une solution appropriée déjà connue et utilisée par certains paysans, ou bien non encore testée dans le milieu paysan, ou encore provenant du mauvais fonctionnement de l’U.P.

26L’« encadreur », dans un tel système, favorise la réflexion et la diffusion des expériences paysannes (un paysan est davange convaincu par la réussite d’un autre paysan que par tous les discours de l’encadrement), organise l’expérimentation des innovations techniques chez certains paysans, donne des conseils appropriés à chaque type d’exploitation. On est loin de la conception de l’encadreur comme distributeur automatique de recettes.

Une organisation paysanne

27Le suivi interne et la vulgarisation nécessitent déjà un minimum d’organisation paysanne. Celle-ci est également nécessaire pour toutes les autres activités (contrats de développement pour les plateaux, gestion des unités économiques, GESAP...). Les idées principales dans ce domaine ont déjà été exposées. Rappelons seulement ici qu’il est nécessaire de discuter dans le détail chaque activité avec les paysans, avec un encadrement jouant un rôle de catalyseur mais laissant le pouvoir de décision aux paysans ; de plus, l’encadrement doit favoriser la décentralisation des responsabilités, l’explication des résultats avec des formes compréhensibles pour des paysans et paysannes même analphabètes pour éviter la main-mise d’une petite élite sur l’organisation.

28Il semble également souhaitable que des contacts réguliers puissent avoir lieu entre l’U.P. et la Direction de l’Action Coopérative, afin de pouvoir profiter de l’analyse critique de toutes les expériences dans le pays en cours sur les groupements villageois, les coopératives et les caisses populaires.

- Une formation pour les paysans eux-mêmes, articulée avec les objectifs du projet.

En conclusion :

29Le projet UP/ZORGHO apparaît comme un projet relativement original qui cherche à attaquer le problème de fond des agricultures sahéliennes, la baisse de la fertilité des sols, en proposant un modèle intégré arbre/élevage/agriculture. Il s’efforce également d’instaurer de nouveaux rapports cadres/paysans par de nouvelles approches de la vulgarisation, du suivi et de la formation et en privilégiant des contrats de développement co-financés. Il propose enfin un modèle continu d’aménagement de l’espace, en essayant de concilier les intérêts des migrants « officiels », des migrants spontanés et des éleveurs.

30Comme la plupart de ces recommandations ont rarement été généralisées ensemble dans un milieu paysan, le Projet comporte un certain risque de ne pas voir tous ses objectifs atteints, mais il est relativement peu coûteux et, en son absence, l’évolution de la situation risque d’être catastrophique (conflit aigu dans les vallées, désertification du plateau). Le financement d’un tel projet est donc un pari tout-à-fait raisonnable qui, s’il est gagné, sera riche d’enseignements pour d’autres régions sahéliennes.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540