Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

2. Les réponses paysannes

Discussion

J. Tricart

Texte intégral

1Des rapports présentés, il apparaît que la dialectique conditions naturelles/réactions socio-économiques se pose dans des termes différents dans les deux régions Nordeste et Sahel.

2Au plan des conditions naturelles, le Nordeste apparaît nettement plus favorisé comme cela a été clairement montré lors des travaux de la Commission de comparaison physique. Un peuplement d’agriculteurs et d’éleveurs blancs, comme celui du Nordeste aurait-il été possible au Sahel ?

3Par contre, au plan des structures socio-économiques, c’est l’inverse. Comme l’a montré le remarquable exposé de Jacques BUGNICOURT, les structures sociales diversifiées et complexes de l’Afrique Sahélienne permettent la mise au point de réponses adéquates face à la sécheresse, tant dans le cadre du village que dans celui du groupe ethnique. La seule erreur, de taille d’ailleurs, a été la sédentarisation des nomades par la contrainte, qui a des racines historiques. Elle a diminué la mobilité, qui est une excellente réponse à la sécheresse. Les intéresssés réinventent d’ailleurs cette mobilité, sous la forme de groupes d’importance numérique très variée.

4A l’opposé, dans le Nordeste, région sous-développée d’un Brésil qui avance rapidement sur la voie du développement, on est frappé, dans l’exposé de Martine DROULERS, de la carence des modes d’organisation socio-économique. Pas de propriété collective de l’espace et de ses ressources, uniquement des propriétés privées. Pas de structures collectives solides : les « coopératives », sauf de très rares exceptions, sont des appendices du pouvoir central. Celui-ci aborde souvent les problèmes en fonction seulement d’une prétendue rationalité économique, qui aboutit à détruire les systèmes de défenses des ruraux. Ainsi, dans tout le Nord de l’État de Bahia et, notamment, dans la région de Queimadas, les exploitants, il y a une vingtaine d’années, entouraient leurs parcelles d’épaisses haies de sisal et consacraient même quelques champs à sa culture. Cela présentait pour eux les avantages suivants en cas de sécheresse :

  • constituer une sorte de livret de caisse d’épargne : on coupait davantage de sisal que l’on défibrait pour vendre soit la fibre brute, soit des cordes, ce qui permettait d’acheter de la nourriture
  • la pulpe retirée lors du défibrage était donnée aux animaux qui la consommaient, ce qui assurait une ressource fourragère et, de plus, comme cette pulpe est riche en eau, les animaux avaient moins besoin de boire une eau trop rare.

5Les économistes du Banco do Brasil, qui a le monopole d’achat du sisal ont trouvé que l’avenir du sisal était sombre. Aussi ont-ils fait diminuer fortement les cours d’achat en monnaie constante, afin de décourager sa collecte. Ceci se passait à la veille de chocs pétroliers, dans un pays très déficitaire en hydrocarbures qui servent à fabriquer les produits de synthèse concurrents du sisal. Grave erreur d’appréciation au plan économique ? Pas seulement... car le sisal ayant été abandonné, les exploitants ont perdu leur principale « réponse » à la sécheresse des environs de 1980. Dans le sertao desséché, il a fallu lancer les camions sur des pistes rudimentaires pour aller porter de l’eau aux habitants. Le coût économique de l’opération n’a pas été mis en balance avec ce qu’aurait coûté des subventions au cours du sisal. Quant au coût social, il n’en a jamais été question. Une telle expérience contraste avec ce qui s’est passé en zone sahélienne.

6En schématisant sans trop forcer la note, on peut dire que le Nordeste, plus favorisé que le Sahel au plan des conditions naturelles, reste la victime des antécédents historiques, qui ont fait que l’organisation sociale y est déficiente. Elle s’est manifestée principalement, au cours du passé, par des soulèvements violents au bénéfice de prophètes régionaux, suivis de massacres par l’armée comme à Canudos il y a un siècle...

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540